Poster un nouveau sujet Ce sujet est verrouillé, vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.
 :: Stockholm :: Bar
C'est ma tournée ! [Nath ♥]
Inanna
Messages : 554
Localisation : Allongée entre les racines d'un arbre centenaire.
Loisirs : Semer des têtes et faire couler le sang. Détruire la moindre parcelle de bonté sur cette terre.
Humeur : Prête à faire chavirer ton cœur, mon cher et tendre... ♥
avatar
Inanna

Personnage...
Pouvoir: Infini.
Dieu: Inanna
Age: La Beauté est éternelle.
Jeu 21 Aoû - 20:22
Nath & Inanna

Une journée de plus à baigner dans le sang.
Un bâillement m’échappe alors que je me laisse tremper dans la petite source qui s’étale dans mon royaume. Une eau limpide et claire que je ne tarde pas à souiller de liquide écarlate. Comme du colorant, l’hémoglobine se dissout dans l’eau. Elle reste accrochée à mes cheveux, et je suis contrainte de mettre la tête sous l’eau pour les frotter. J’aurais très bien pu me purger de cette souillure par un quelconque moyen magique. Mais parfois, laisser couler est apaisant. On oublie un peu ce qu’on a fait. Ce qu’on a vu. L’horreur de la guerre. Mon horreur, celle que je créé, la discorde qui s’installe dans tous les esprits. Les conflits, parce que j’ai décidé que le monde serait plus amusant comme ça. Mais est-ce vraiment un amusement, quand on voit ce que ça donne maintenant ? Je me le demande parfois.
Alors je plonge la tête sous l’eau pour noyer mes pensées macabres. Je suis la Déesse de la Guerre, je n’ai pas le droit de douter de moi-même.
Lentement, je ressors de l’eau et me sèche, ébouriffe un peu mes cheveux qui commencent à reprendre une petite longueur depuis que je les ai coupés. J’aime bien les avoir courts pourtant, c’est plus pratique sur le terrain. Au moins on a pas de cheveux qui traînent n’importe où…
D’un geste, je les sèche, puis m’habille essentiellement de noir ce soir. J’ai envie de sortir un peu, de faire la fête ; et je sais parfaitement où aller pour ça. Un pantalon sombre, une ceinture cloutée, une t-shirt élégant mais un peu rock et une veste en cuir. Quand on est une Déesse (de la Beauté, en plus !) c’est toujours très amusant de toucher à tous les styles. Et ce soir, j’ai envie de faire ma pouffiasse rockeuse. Ce privilège n’est pas réservé qu’aux humains, tout de même.
Je fais apparaître un sac et me matérialise dans Stockholm, où la nuit est déjà tombée depuis quelques heures déjà. Un coup d’œil sur la montre qui vient d’apparaître à mon poignet m’apprend qu’il est aux alentours de vingt et une heure. Parfait, mon timing est excellent. Comme toujours. Esquissant un sourire mutin devant ma mégalomanie particulièrement exacerbée du jour, je pousse la porte d’un bar assez fréquenté et m’approche du comptoir, où j’aperçois déjà ma proie. Avec lenteur, je me penche à son oreille et lâche d’une voix douce mais amusée :

- Bonsoir Nath. On fait la fête sans moi ?

Un sourire réjoui se glisse sur mes lèvres, et je m’installe à côté de mon émissaire, les yeux pétillants.

- J’espère que je ne te dérange pas.

Puis, me tournant vers le barman à qui j’adresse un sourire enjôleur, je commande un cocktail pour bien débuter la soirée.

- Alors ? Que nous vaut ta présence ici ? Besoin de se décontracter ? D’oublier un peu le boulot et ton affreux patron ? je ris doucement.







Voir le profil de l'utilisateur



Dim 31 Aoû - 22:59
Une journée de plus à baigner dans la paperasse.

Nath' a beau aimé son boulot, sa place au sein de la Congrégation, que ce soit en tant que Professeur ou que secrétaire de Lewis, dès que le soleil se couche, dès que la nuit tombe, son désir d'évasion se fait de plus en plus fort. Elle quitta donc son bureau, passant rapidement chez elle pour déposer ses affaires, et se changer, troquant un uniforme d'écolière pour un autre, légèrement plus petit, et entièrement noir, exceptée la chemise, qu'elle garda blanche. Elle réajusta sa coiffure, refit un peu son maquillage, et sortit.

Le bruit de ses talons hauts dans les couloirs vides de la Congrégation résonnait à chacun de ses pas, alors qu'elle se glissait hors de ses murs, s'engouffrant dans les rues vives et éclairées de Stockholm à la tombée de la nuit. La capitale suédoise changeait elle aussi de visage à mesure qu'elle s'entourait de son écrin d'ébène, dévoilant une facette que la jeune française appréciait particulièrement. En véritable esthète de la vie nocturne, elle percevait ses changements en une multitude de choses, une infinité de détails. L'éclat lointain de rires des tables des restaurants, la musique des boites, l'odeur délicate du vin, les effluves parfumés des différentes variétés d'alcool...

Cette ville était un délice pour ses sens, et chacun d'entre eux avait droit à sa part...

Après avoir déambulée pendant un moment, elle finit par pousser la porte d'un bar qu'elle connaissait bien. Chaleureux et accueillant, l'endroit était généralement sa première étape avant une nuit de débauche totale, sa manière à elle de commencer la soirée en douceur, et de garder au moins un souvenir clair de la nuit qu'elle s’apprêtait à passer. S'adossant au bar, elle salua d'un clin d'oeil le barman qu'elle prenait à malin plaisir à draguer ouvertement, tout en repoussant systématiquement ses avances avec le plus grand dédain. D'abord passablement énervé par le comportement de la française, le barman avait fini par s'y faire, au point que cela était devenu un jeu entre eux.

Les minutes passèrent, doucement, alors qu'elle laissait l'ivresse la gagner peu à peu. Enchaînant les consommations, elle prenait néanmoins le temps de déguster chaque verre qu'on lui servait, jetant des regards langoureux et charmeurs à ceux et celles qui la regardaient avec un peu trop d'insistance, avec de rire aux rouges qui recouvraient alors leurs joues. C'est ainsi qu'elle commençait toujours ses soirées, une douce mélopée d'alcools et de rires, emprunt d'une once de séduction et d'un zeste de provocation.

Le calme avant la tempête.

Mais le sursaut qui la saisit alors faillit lui faire lâcher son verre, alors qu'une voix d'une sensualité sans pareil glissait quelques mots à son oreille. D'abord interdite, elle suivit des yeux celle qui s'installait déjà à ses côtés. Elle était belle, incroyablement belle, si bien que pour la première fois depuis longtemps, Nath' rougit. Collant ses deux mains sur ses joues, elle les reposa bien vite sur le comptoir, avant de détourner les yeux de manière maladroite, tant elle était surprise par la venue de cette jeune femme ici. Et cette beauté ne pouvait appartenir qu'à une et une seule personne.

Euh...Da...Dame Inanna...! Elle inspira légèrement avant d'ajouter précipitamment. Non, non, vous ne me dérangez absolument pas. Son trouble palpable lui avait fait oublier si elle devait ou non vouvoyer sa Déesse.


Consciente de sa gêne, elle finit son verre d'une seule traite, fermant les yeux alors que la chaleur de l'alcool lui brûlait légèrement la gorge. Puis elle reporta son attention sur Inanna, son placebo faisait déjà effet sur son esprit embrumé.

Oui...Oui, on peut dire ça. Elle eut un petit rire. Mon patron n'est pas aussi affreux que ça. Il lui arrive presque d'être agréable parfois !


Elle se surprit elle-même en prononçant ses mots. Il lui arrivait très souvent de charrier ses collègues une fois la nuit tombée, mais jamais elle ne s'en prenait à Lewis. A croire que la présence de sa Déesse l'aidait à se débrider encore un peu plus.

Et vous ? Que faites-vous ici ?
 
Spoiler:
 


Inanna
Messages : 554
Localisation : Allongée entre les racines d'un arbre centenaire.
Loisirs : Semer des têtes et faire couler le sang. Détruire la moindre parcelle de bonté sur cette terre.
Humeur : Prête à faire chavirer ton cœur, mon cher et tendre... ♥
avatar
Inanna

Personnage...
Pouvoir: Infini.
Dieu: Inanna
Age: La Beauté est éternelle.
Mer 17 Sep - 21:58
Nath & Inanna

Un rire léger, agrémenté de douces sonorités cristallines. Il résonne un instant autour de nous, et le temps semble comme se suspendre pour le barman, qui jette sur moi un regard empli de surprise, d’hébétude, mais surtout, je l’imagine aisément, de convoitise. Il n’est pas difficile de faire chavirer un homme d’un simple sourire – et si la chose me semble à présent naturelle, après mes six mille ans de vécu, je m’étonnerai toujours de cette magie si étrange qui semble opérer. Une sorte de tension palpable dans l’air, je dirais. C’est à la fois très flatteur et immensément amusant.
S’ils savaient ! Comment réagiraient-ils ? Certains sont estomaqués, d’autres font mine de ne pas changer de comportement. Enfin, les derniers, pour la plupart, sont trop subjugués. Je les comprends, au final. Car après tout, c’est aussi un plaisir que je leur fais. Tout le monde n’a pas la chance de pouvoir admirer la plus belle des créatures d’aussi près. Ou même de l’apercevoir au détour d’une rue, tout simplement. Enfin, il faut bien essayer de distiller un peu de bonheur et d’espoir dans la vie de ces jeunes hommes, pas vrai ? (Et un peu de désespoir dans les yeux de ces belles jeunes femmes qui passent à présent totalement inaperçues depuis mon entrée dans la pièce. Mes dieux, qu’est-ce que je m’éclate !)
Un sourire en coin fleurit sur mes lèvres – je m’installe à côté de mon émissaire avec grâce et observe sa réaction suite à ma venue. Elle ne s’y attendait pas, autrement elle n’aurait pas réagi de la sorte. Bien que je puisse imaginer que ma soudaine apparition n’aide pas réellement à rester maître de soi-même. Mais comment résister à l’envie de taquiner l’une de ses… proches, j’imagine ? Car si parmi les dieux je ne trouve pas le moindre soutien, je sais qu’il en sera toujours autrement auprès d’elle.
Son petit vouvoiement bégayé est adorable. Une vraie perle, cette fille. Tellement sérieuse, et pourtant tellement dévergondée ; et là, là, presque une adolescente. Les idoles, à la télé, doivent probablement faire face au même type de comportement, non ? C’est mignoooon. Ahah !
Je hausse un fin sourcil, sans me départir de mon expression amusée.

- Steek ? Être agréable ? Je crains fort que nous ne parlions pas de la même personne.

Cet homme est tellement imbu de lui-même, tellement détestable et arrogant ! [HRP : C’est sûr que la concurrence à ce niveau-là, ça lui plaît pas trop *pan*]
Je trempe mes lèvres dans le breuvage sucré, et me gorge de toutes ses saveurs.

- Quant à moi… Je passais simplement le temps…

Un sourire angélique. Pour une fois, je ne prépare rien de fondamentalement destructeur pour mes pauvres missionnaires, ils peuvent s’estimer heureux. Pour le moment…

- J’avais envie de boire un peu en ta compagnie, profiter de ma soirée. M’amuser un peu, me changer les idées, un peu de tout ça.

Un nouveau clin d’œil en direction du barman qui se détourne, surpris alors qu’il nous fixait toutes les deux. Il se dirige vers d’autres clients pour prendre leur commande, sans réellement se désintéresser de nous. Eh bien, eh bien… S’ils cèdent tous aussi rapidement, ce n’est même pas amusant. Vraiment, les hommes sont très faibles lorsqu’il s’agit des femmes… Quelle déchéance.

- Il n’y a pas beaucoup de bons spécimens à observer, ce soir, c’est dommage.

J’adopte une moue enfantine, faussement boudeuse, avant de m’attarder un peu plus sur les tables alentours.

- Et puis, je ne peux même pas faire du grabuge. Mon abruti de frangin va encore me tomber dessus sinon. Heureusement que l’on peut encore jouer un peu. Autrement, c’est à se demander quelles occupations il nous reste !







Voir le profil de l'utilisateur



Page 1 sur 1
 
Les Chroniques de Sumer :: Stockholm :: Bar
Poster un nouveau sujet Ce sujet est verrouillé, vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.