Poster un nouveau sujet Ce sujet est verrouillé, vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.
 :: Stockholm :: Hôpital
Des retrouvailles... inattendues ? [CLOS]
Messages : 36
Localisation : Là où mon esprit me porte...
Loisirs : Rêver ?
Humeur : Rêveuse
avatar
Ophelia Slane

Personnage...
Pouvoir:
Dieu: Enlil
Age: 26
Dim 1 Fév - 21:19
A peine arrivée, déjà blessée... Ça commence bien ! pensa la jeune femme.

Une nouvelle fois, les rêveries d'Ophelia se payent ! Au point que le premier endroit qu'elle visite, tout juste arrivée à Stockholm, c'est l'hôpital... Mais replaçons les choses dans leur contexte...
***

Ophelia était arrivée à Stockholm le matin même, après s'être ruée dans le premier avion et avoir laissé presque toutes ses économies dans le billet. Dire que c'était un coup de tête serait un euphémisme... Partir de l'autre côté de la mer du Nord en pleine nuit, c'est déjà une sacrée lubie. Le faire à cause d'un rêve, c'est de la folie ! La jeune femme en avait conscience tout au long de sa démarche, mais ne pu pour autant s'empêcher de faire ces choses insensées. Ce n'est qu'une fois dans l'avion qu'elle réalisa qu'elle n'avait prévenu personne. Elle s'était promis d'appeler sa mère ou son frère une fois descendue de l'avion, mais lorsqu'elle fut arrivée cela ne semblait plus avoir d'importance. C'était comme si elle avait laissé toute sa vie de l'autre côté de la mer. Maintenant il s'agissait de s'en reconstruire une...

C'est dans cet optique que la jeune femme avait quitté l'aéroport, bien décidée à rejoindre le centre ville pour faire une petite visite dans les galeries d'art que lui indiquait son  plan, gentiment donné par une hôtesse de l'office du tourisme.
Suivant les instructions, elle pris un des bus placardés SL - acronyme dont elle était bien incapable de prononcer l'appellation complète - et admira le paysage, se laissant aller dans ses habituelles rêveries. Il fallut que le chauffeurs l'appelle pour qu'elle pense à descendre. C'est avec enthousiasme qu'elle descendit du bus, et c'est avec autant d'enthousiasme qu'elle glissa la tête la première sur une plaque de verglas.

"Aouch !"

Ophelia se releva, faisant attention à ne pas tomber une nouvelle fois. Elle n'aurait pas pensé glisser, chaussée de ses éternelles Doc Martens.

"Tout va bien, ne vous inquiétez pas !"

En effet, un petit groupe s'était formé autour d'elle et le chauffeur du bus avait quitté son poste, le visage aussi blanc que la neige autour d'eux. Une femme lui faisait signe de s'asseoir, s'empressant de téléphoner à dieu sait qui.

"Je vous assure, je n'ai rien !"

Disant ces mots la jeune anglaise tendais les bras pour récupérer son sac, et remarqua que quelque chose clochait. La neige n'était pas si blanche finalement. Non pas qu'elle soit grisâtre de saleté, non, elle était rouge. Rouge sang. Ophelia tenta de s'inspecter elle-même, tâtant son corps pour vérifier que "rien de cassé"...

"Aouch !"

... Mais en fait si. Son poignet gauche formait un angle étrange, inhabituel, et du rouge teintait sous son gant, qu'elle s'empressa d'enlever...
***

"C'est une simple fracture du poignet, ne vous inquiétez pas ! Le sang est dû à cette plaie. On va vous faire quelques points résorbables comme ça cela ne posera aucun problèmes à la pose du plâtre, d'accord ?" lui dit un jeune infirmier en blouse blanche.

Ophelia hochait la tête, perdue dans l'observation de son membre blessé. Cette blessure lui en rappelait une autre, remplacée par un étrange bras mécanique. La brune soupira, puis s'attela à signer les différents documents autorisant sa sortie.

Bah, ça fera un souvenir comme un autre ! pensa-t-elle, avec un optimisme qui l'étonnait elle-même.

Heureusement pour elle, mis à part son poignet, elle n'était pas dans un trop mauvais états. Ses genoux s'étaient écorchés sous son jean, l'obligeant à se changer pour une minijupe et des collants en laine, heureusement pour elle son sac ne c'était pas perdu dans l'histoire. Une fois changée elle s'approchait de la porte de l'hôpital tout en sortant son plan. C'est donc la tête dans son sac qu'elle sortait,fouillant de sa main valide, quand quelque chose capta son regard. Une silhouette, une allure qu'elle ne connaissait que trop bien...

Non, ce n'est pas possible...

Et pourtant... Ces jambes immenses, ce bras gauche trop raide portant sa cigarette aux lèvres, ces cheveux noirs glissant sur les yeux, et mon dieu quels yeux ! Ophelia les reconnaîtrait entre mille. Sous le choc, son sac de voyage glissa de ses mains et se vida avec fracas, attirant l'attention du grand brun.

"Jake ?"

Voir le profil de l'utilisateur



Merci Nanna pour ce fabuleux kit <3

Jake
Messages : 207
Localisation : Dans la congrégation. Je n'y bouge presque jamais.
Loisirs : Tricot et Piano. Uniquement.
Humeur : Stoique.
avatar
Jake Hills

Personnage...
Pouvoir: Caméléon
Dieu: Nin Hursag
Age: 31 ans
Lun 2 Fév - 22:04
Le blanc maculé de l’hôpital tranchait avec les cheveux noirs de l’émissaire. Des murs blancs qu’il ne connaissait que trop bien. Il avait passé du temps dans les hôpitaux pour sa prothèse et ses multiples blessures au cours d’affrontements. Mais aujourd’hui, il n’était pas là pour lui, il venait rendre visite à un jeune dont une mission avait mal tourné. Est ce la culpabilité ou la compassion qui l’avait mené au chevet de ce jeune ? Il n’en savait rien. Le fait est qu’il était bien mal en point, mais il s’en remettrait. Parfois, il se sentait tel un boucher envoyant à l'abattoir des agneaux.

Il referma avec douceur la porte de la chambre et amorça quelque pas en direction de la sortie. Une cigarette dans ses mains, prête à être allumée. Le passé ne prévient jamais avant de refaire surface. Sinon il se serait préparé. Le regard perdu dans le vide, il ne l’avait pas vu. Par contre cette voix, cette manière de faire claquer son nom, il l’aurait reconnu entre mille. L’espace d’un instant, il cru que cette voix était une hallucination sonore. Ca lui arrivait parfois, du a son syndrome de stress post traumatique. Et puis, cela n’aurait pas été la première fois qu’il délire à propos d’Elle. Mais non, elle était bien réelle, comme pour l’attester, son sac se fracassa contre le sol.

“Effie ?”

Son ton était sincèrement surprit, tandis que ses yeux rencontraient ceux de la jeune femme, des dizaines de souvenirs l’assaillirent. La chambre d’hôtel, les cigarettes partagés, les draps froissés, les éclats de rires, sa maladresse touchante, ses mimiques, ses éclats de voix… Tout s’entrechoquaient dans son esprit provoquant un chamboulement d’émotions nostalgique. Peu de personne pouvaient se vanter de désarçonner l’émissaire. Durant quelques secondes à peine, il avait été possible de lire sur les traits de son visage sa stupéfaction. Mais rapidement, l’inquiétude le parcouru. Elle n’avait pas tant changé que cela, ses cheveux avaient poussés mais l’aura de désinvolture qu’elle dégageait persisté. En un coup d’oeil il avait noté le plâtre En quelques pas à peine le brun se retrouva face à son ancienne amante et prit délicatement son poignet entre ses mains gantés.

“ Tu as été agressée ? Tu as eu des problèmes ? Que viens tu faire à Stockholm ?”

On pouvait noter une pointe d’angoisse dans sa voix. Jake avait fait tout son possible pour tenir à l’écart Ophélia de sa vie, ne pas l’embarquer dans ses histoires dangereuses. Et voilà, qu’elle se retrouvait à l'hôpital de Stockholm. Il planta ses pupilles vertes dans les sienne. La dernière fois qu’ils s’étaient vu, Jake était encore jeune. Aujourd’hui il venait de dépasser la trentaine. D’autres blessures s’étaient ajouté aux anciennes, ses épaules supportaient un poids encore plus lourds, son visage était bien plus tiré que par le passé. Quelques rides naissaient au coin de ses yeux. Son travail le marquait physiquement. Mais il supportait tout cela avec rigueur et une solidité presque inhumaine cachant toujours habilement ses failles. Ophélia était l’une d’elle. Cette gamine à l’époque, dont il était tombé éperdument amoureux, aurait pu remettre en cause sa dévotion à la congrégation. Lui donner envie de fonder autre chose.

Mais maintenant qu’elle se tenait devant lui, une nouvelle fois, il ne pouvait pas la fuir. Il ne pouvait plus.
Voir le profil de l'utilisateur




Garde son calme en #33cc99 ♥️
Spoiler:
 

Messages : 36
Localisation : Là où mon esprit me porte...
Loisirs : Rêver ?
Humeur : Rêveuse
avatar
Ophelia Slane

Personnage...
Pouvoir:
Dieu: Enlil
Age: 26
Lun 2 Fév - 22:48
Elle ne rêvait pas. Vraiment pas.

"Effie ?"

Vraiment pas. Il était le seul à l'appeler comme ça, d'une voix si... Mon dieu, sa voix ! Elle l'avait toujours fait fondre, avec ses tons de basse et cette profondeur qui lui donnait l'impression de résonner en elle à l'infini...

Reprends toi ! pensa-t-elle.

Comme pour la persuader que non, vraiment, elle ne rêvait pas, Ophelia cligna quelques fois de ses yeux de biche. Juste le temps pour Jake de la rejoindre en quelques pas de géant, si vite que pendant quelques secondes, la jeune femme eu l'impression qu'il s'était téléporté. Avec une douceur étonnante pour un homme de sa carrure, il saisit son poignet blessé entre ses mains. Alors même que le moindre mouvement lui faisait mal, elle eu l'impression que toute douleur s'évaporait à son contact. Heureusement pour elle, il portait ses éternels gants de cuir. Si elle avait senti sa peau - et surtout sa main métallique - sur la sienne, elle serait sans doute tombée dans les pommes.

Reprends toi Ophelia !

Oui. Il ne fallait pas qu'elle se laisse avoir. Il l'avait abandonné. Lâchement. Sans un mot. Il ne croyait quand même pas s'en sortir si facilement ?

“ Tu as été agressée ? Tu as eu des problèmes ? Que viens tu faire à Stockholm ?”

Oh non... Avec cette pointe d'angoisse, sa voix la faisant encore plus fondre... Malgré tout ce temps, il continuait à s'inquiéter pour elle. Il ne l'avait pas oublié. Et elle non plus. Les souvenirs affluaient dans sa tête : leur discussions enflammées, ponctuées de rire, de cigarettes et de vin, sa voix rassurante, ses mains immenses sur ses hanches, leurs étreintes...

"Non, j'ai juste glissé sur du verglas, rien de bien exceptionnel..."

Alors qu'elle était en train de s'adoucir, Ophelia se souvint qu'elle était en colère contre lui. Pas une colère futile d'adolescente, non. Une colère profonde, autant que le sentiment d'abandon qu'il avait laissé derrière lui en la quittant si froidement, avec une simple lettre en guise d'adieu.

"Qu'est-ce que ça peut te faire ?" dit-elle d'une voix glaciale.

D'un geste vif elle retira son poignet des mains gantées de cuir de Jake. Elle le dévisagea. Il avait indéniablement vieillit. Plus que les rides naissantes au coin de ses yeux et entre ses sourcils - qu'il ne défronçait que rarement - c'était son air fatigué qui l'a marquait. Il semblait épuisé, plus qu'elle ne l'avait jamais vu. Pourtant, loin de l'attendrir, cela ne fit qu'attiser sa colère. Pourquoi l'avoir quitté si c'était pour aller aussi mal ? Elle avait toujours su que Jake avait de profondes et invisibles blessures, mais lorsqu'ils étaient ensembles il lui semblait qu'elles cicatrisaient. Alors pourquoi, pourquoi ? Ophelia sentait les larmes monter. Non, non, non ! Elle ne voulait pas paraître faible, pas après tant d'années. Elle voulait lui montrer ce qu'il avait perdu, une femme digne d'être aimée. Mais elle ne pouvait pas se contrôler. Le voir en chair et en os - et en métal - lui faisait se remémorer tout ce qu'elle avait perdu, elle aussi.

"Tu crois vraiment que tu as le droit de me demander ça ?"

Sa voix s'était cassée, ne parvenant pas à masquer le raz-de-marée d'émotions qui affluaient en elle. Colère, désir, tristesse, manque. Tout se mélangeait en elle. Ce trop-plein d'émotions l'étouffait, elle se sentait presque suffoquer. Elle ne pouvait pas rester en face de lui, il fallait qu'elle parte ! Ophelia amorça son mouvement, un pas en arrière, puis un deuxième... qui glissa sur une bouteille tombée de son sac.
Deuxième chute de la journée.

Voir le profil de l'utilisateur



Merci Nanna pour ce fabuleux kit <3

Jake
Messages : 207
Localisation : Dans la congrégation. Je n'y bouge presque jamais.
Loisirs : Tricot et Piano. Uniquement.
Humeur : Stoique.
avatar
Jake Hills

Personnage...
Pouvoir: Caméléon
Dieu: Nin Hursag
Age: 31 ans
Lun 2 Fév - 23:25
La voix d’Ophélia avait beau être glaciale, il savait que ce n’était que d’apparence. Cette manière de retrousser son nez signifiait clairement qu’elle était à deux doigts de lui faire une scène. Elle lui en voulait, profondément, et c’était bien naturel. Il l’avait abandonné avec une simple lettre et un baiser sur le front. Elle s’était toujours plié à ses conditions, n’avait jamais insisté pour en connaître plus sur lui. Visiblement, elle n’était pas venue à Stockholm pour le retrouver. Ophélia s’était elle rendue compte qu’elle était médium finalement ? Avait elle été appellé ? Jake priait de tout coeur le panthéon que ce ne soit pas le cas. Autant il pouvait supporter l’idée qu’Isaac se retrouve missionnaire et corvéable (Il est solide le garçon). Autant l’idée qu’Effie ne la rejoigne lui donnait une immense impression de gâchis. Cela réduisaient à néant ses efforts pour l’éloigner de ce monde. Les dieux peuvent être de très mauvais farceurs parfois. Et ils semblaient bien décidé à lui pourrir la vie. Alors que la jeune femme allait, une fois de plus, tomber au sol les réflexes de Jake se révélèrent salvateur pour les fesses de la demoiselle. Passant son bras mécanique autour de sa taille il lui évita une énième chute. Une fois sur ses deux pieds, l’anglaise semblait à deux doigts de l’explosion.

Oh, et il connaissait ces explosions et le hall d’un hôpital n’était pas vraiment recommandé pour cela. Le café en face lui semblait plus approprié. Têtue comme elle était, Ophélia ne le suivrait pas sans brocher. Il se baissa, ramassant son sac et toutes se affaires puis le mis avec désinvolture sur son épaule. Lui laissant à peine le temps de réaliser

“ Je suis prêt à discuter. Je te dois bien cela. Mais pas ici.”

Il sortie donc, sachant qu’elle le suivrait. Après tout il avait ses affaires. Oui c’était une technique vile mais efficace. Si elle était effectivement consciente, ou du moins se rapprochait de ce stade, de son statue de médium, il était de son devoir d’émissaire de la guider. Cela faisait partie intégrante des missions de la congrégation. Mais cela revenait aussi à lui parler de ce qu’il était… Pourquoi n’avait il pas envie ? Craignait il qu’elle le regarde différemment ? Jake savait qu’Epphie s’était toujours questionné sur ce bras métallique. Elle avait passé des soirée entière à émettre des scénarios, plus ou moins délirant, sur les causes de sa blessure. Et de ses autres cicatrices. Elle n’était pas idiote, à chaque fois qu’il se voyait, le québécois en avait une nouvelle. L’homme s’assit tranquillement, bien au fond de la salle, Ophélia se tenait face à lui, les poings sur les hanches. D’un geste il l’invita à s’asseoir. Elle ne semblait pas vraiment décider.

“ Écoute Effie, tu ne peux pas débarquer à Stockholm comme ça, avec trois culottes et deux t-shirt. Tu es partie sur un coup de tête, c’est assez clair vu le contenu de ton sac. Et comme tu l’as encore avec toi, tu viens probablement à peine d’arriver. Personne ne trimballe sa brosse à dent.” Une pause, son ton était assez égal, des simples déductions, il reprit alors “ Il faut que tu m’expliques ce qui t’amène ici. Même si tu n’en as pas envie. C’est important.”

Il avait bien insisté sur les derniers mots. Car ca l’était. C’était primordial même. Il ne pouvait pas risquer de lui révéler quoi que ce soit avant d’être sur qu’elle avait bien été appelé. Il aurait du avoir cette conversation avec elle des années plus tôt. Quand elle lui avait dit voir des choses parfois. Mais non, il l’avait conforté dans son déni et lui avait offert une simple babiole pour la réconforter. Présent qu’elle portait toujours. Son coeur se serra l’espace d’un instant. Il avait tout foiré. Et quel lâche avait il été.

Voir le profil de l'utilisateur




Garde son calme en #33cc99 ♥️
Spoiler:
 

Messages : 36
Localisation : Là où mon esprit me porte...
Loisirs : Rêver ?
Humeur : Rêveuse
avatar
Ophelia Slane

Personnage...
Pouvoir:
Dieu: Enlil
Age: 26
Mar 3 Fév - 0:08
Ophelia tombait souvent. Trop souvent. Elle avait toujours la tête ailleurs, que ce soit dans les nuages ou sa musique. Alors elle tombait. Cette fois ses yeux embués de larmes s'étaient perdus dans le regard émeraude de Jake, et elle avait glissé. Et comme au bon vieux temps, il l'avait rattrapée. D'un geste vif, habitué, il plaça son bras droit dans la trajectoire de sa chute. Les hanches de la brune se heurtèrent au fer de son bras, son manteau n'étant pas assez épais pour amortir le choc. C'était dur, froid, mais elle aimait ça. Elle avait toujours aimé ce bras, porteur de mystère, illustrant à lui seul tout ce pan de vie qui lui restait inconnu... Mais il ne fallait pas qu'elle retombe dans les souvenirs. D'autant qu'avec le temps, ces derniers avaient eu tendance à prendre une teinte un peu trop chamallow...
Alors elle se redressa de toute sa hauteur - qui était bien ridicule face à Jake, mais peu importe - et se prépara. Ses méninges chauffaient à force d'imaginer toutes les répliques cinglantes qu'elle pourrait lui dire. Mais avant même qu'elle n'ai pu ouvrir la bouche, il avait déjà remballé toutes ses affaires et filé hors de l'hôpital.

“ Je suis prêt à discuter. Je te dois bien cela. Mais pas ici.”

Sidérée, l'anglaise cligna plusieurs fois des yeux avant de réaliser. Il ne fuyait pas. Pas cette fois. Elle ferma son manteau et couru à sa suite. Cette fois, elle ne le laisserais pas partir comme ça !
Une fois dans le café il s'assit tranquillement, posant son sac sur une chaise, pour ne pas le salir. Mais Ophelia ne comptait pas se laisser attendrir par ces stupides attentions. Les poings sur les hanches, elle attendait des explications.

“ Écoute Effie, tu ne peux pas débarquer à Stockholm comme ça, avec trois culottes et deux t-shirt. Tu es partie sur un coup de tête, c’est assez clair vu le contenu de ton sac. Et comme tu l’as encore avec toi, tu viens probablement à peine d’arriver. Personne ne trimbale sa brosse à dent.”

Elle senti ses joues chauffer, signe qu'elle devaient se teindre de rouge. Effectivement, elle était partie assez précipitamment... Lorsqu'elle avait fait son sac, sur les coups de quatre heures et demi du matin, il lui avait semblé penser à tout, mais force est de constater que ce n'était pas le cas...

"J'ai pensé à prendre un pull, aussi..." dit-elle d'une petite voix.

Elle se sentait ridicule. Elle qui voulait jouer la femme forte et sûre d'elle, la voilà prise en flagrant délit comme une gamine.

“ Il faut que tu m’expliques ce qui t’amène ici. Même si tu n’en as pas envie. C’est important.”

Ophelia soupira, fermant les yeux avec lassitude. Il avait raison. Elle avait agit stupidement cette nuit. Foncer sans aucune idée dans un pays étranger dont elle ne connaissait même pas la langue... Après tout, pourquoi ne pas lui parler ? Sans même rouvrir les yeux, Ophelia se laissa tomber sur la chaise, plongeant sa tête dans ses mains.

"Je ne sais pas..."

C'était la vérité. Elle n'avait pas la moindre idée de ce qui l'avait amené ici. Mais elle savait aussi que cette réponse ne suffirait pas à Jake. Elle écarta un peu ses mains aux doigts arachnéens, juste assez pour voir que Jake la fixait de son regard impassible et inquisiteur. Elle soupira une nouvelle fois, posant cette fois ses mains sur la table.

"Je t'assure, je ne sais pas pourquoi je suis venue ici. Peut être la pression ? Ma soutenance approche, j'ai beaucoup de travail. Alors je ne sors pas beaucoup, je ne vois personne. Ce qui est tant mieux parce que dès que je sors de ma chambre, je me sens pas bien, avec toutes ses choses et..."

Non, elle ne voulait pas parler de ça. Instinctivement, elle pris l'anneau couvert de runes que Jake lui avait offert, il y a des années de ça. Il fallait qu'elle change de sujet, vite !

"Et puis il y a Julian, qui m'étouffe avec tout ses appels et ses..."

Ophelia s'arrêta, regardant Jake un peu inquiète. Parler de son directeur de thèse avec qui on couche à son ex-amant avec qui on aimerait bien recoucher, c'était peut être pas la meilleur idée qu'elle avait eu aujourd'hui. Celle de traverser la mer en pleine nuit lui semblait tout d'un coup bien plus lumineuse.

"Enfin, toujours est-il que la nuit dernière, j'ai fait un rêve... Enfin, ce n'était pas vraiment un rêve c'était plutôt... Comme une convocation. Je me suis réveillée, il était quatre heure et demie, et j'ai su ce que je devais faire pour mettre fin à tout ça. Alors j'ai fait mes affaires - ou du moins, j'ai essayé - et je suis partie. Enfin, je suis venue. Bref, je suis ici !"

Dire ces mots à voix haute lui fit réaliser l'absurdité de la situation. Tout cela n'avait aucun sens. Une convocation en rêve ? Et pourquoi pas un appel téléphonique par mail ? Enfin, ça c'est possible mais.. Rhaaa ! Agacée, Ophelia saisi sa tête de ses mains et commença à ébouriffer ses cheveux. Cela ne servait strictement à rien mais ça lui permettait de se défouler sans trop de vague. Voilà quatre ans qu'elle n'avait pas vu Jake, et tout ce qu'elle réussissait à lui dire c'était un récit sans queue ni tête à peine digne d'une gamine de quatre ans ! Elle n'osait même pas le regarder...

"Du vill ha något?"

L'anglaise releva la tête, dépitée. Une serveuse s'était glissée à côté d'eux, et Ophelia ne comprenait rien à ce qu'elle disait.

Mais qu'est-ce que je fais là ? pensa-t-elle, dépitée...

Voir le profil de l'utilisateur



Merci Nanna pour ce fabuleux kit <3

Jake
Messages : 207
Localisation : Dans la congrégation. Je n'y bouge presque jamais.
Loisirs : Tricot et Piano. Uniquement.
Humeur : Stoique.
avatar
Jake Hills

Personnage...
Pouvoir: Caméléon
Dieu: Nin Hursag
Age: 31 ans
Mar 3 Fév - 0:46
Une convocation. Le mot résonna avec effroi dans l’esprit de Jake. Elle venait de confirmer ce qu’il redoutait. Ophélia avait été appelé. L’émissaire n’avait pas réussi à la faire échapper à son destin. Lorsque la serveuse s’approcha, il commanda rapidement dans un suédois parfait. Quelques minutes plus tard, ou Jake n’avait pas décroché un mot, deux grands cafés fumant étaient devant eux. Il ne pouvait plus reculer. La vie d’Ophélia allait basculer, et elle le regardait avec ses deux grands yeux de biches. Alors, il profita une dernière fois de son regard encore innocent. De cet air de femme enfant, mutin, encore épargné par la vie. Car d’ici quelques mois, tout cela volerait probablement en éclat.  Le brun ne détachait pas son regard de son visage tandis que le sien prenait un air grave. Bien plus que ce sérieux usuel qui l’habitait. Oh, s’il pouvait retarder encore l’échéance. Mais les doigts de la brune traduisaient son impatience. Il inspira profondément, s’excusa du regard, sa voix se fit alors quelques tons plus bas. De manière à ce qu’elle soit l’unique destinataire de ses paroles. Et les mots vinrent. Coulèrent dans sa bouche et ils avaient un gout amer.

“ Tu n’es pas folle Effie. Ces choses que tu vois sont bien réelle. Cette convocation aussi. La première fois ou tu m’as parlé de ces visions. Je n’ai pas été honnête, j’ai voulu te protéger de tout ca. La première fois que nous nous sommes rencontrés dans ce bar, une créature avait prit possession de toi. Une créanne. Elle a fuit en me voyant. Les pulsions que tu ressentais étaient les siennes.”

Il marque une pause le temps de lui laisser digérer ces informations. Puis devançant ses questions reprit

“Cette chose qui s’en est prit à toi, est le résultat d’une émotion puissante d’un dieu. Et c’est justement un dieu qui t’a convoqué. Ces dieux sumériens ont portés différents noms à travers les ages et différentes fonctions. Mais ce sont eux.

Une autre pause, il vient après tout de lui avouer que les dieux existent. Et qu’ils l’appellent. Tout ca s’est déroulé tellement naturellement pour lui du fait de son jeune age. Mais à 26 ans, ca doit être un peu dur à avaler.

“ Si tu as sentie que tu devais te rendre à Stockholm, c’est parce que c’est ici que se trouve la Congrégation. C’est une organisation qui s’occupe de lutter contre les créannes, guider les jeunes appelés et s’occupe de diverses missions confiés par les dieux. Depuis notre première rencontre tu es une médium qui s’ignore. Et, je ne voulais pas que tu sois mêlés à toutes ces affaires. Mais maintenant que ton dieu s’est manifesté, je ne peux plus rien faire. Hormis te guider.”

Jake avais prit soin d’éviter de lui parler de son rôle dans la congrégation. Le but était d’y aller doucement. Il n’allait pas lui révéler toutes ces choses et en plus lui expliquer que son ex amant était un assassin. Il ne l’avait pas quitté des yeux durant tout son récit guettant ses traits. Maintenant qu’allait elle faire ? Ses réactions étaient imprévisibles, mais cette fois ci encore plus.

Voir le profil de l'utilisateur




Garde son calme en #33cc99 ♥️
Spoiler:
 

Messages : 36
Localisation : Là où mon esprit me porte...
Loisirs : Rêver ?
Humeur : Rêveuse
avatar
Ophelia Slane

Personnage...
Pouvoir:
Dieu: Enlil
Age: 26
Mar 3 Fév - 2:05
Et il parle suédois en plus. Depuis quand ? Un autre mystère à ajouter à la pile de Jake Hills. Même si le plus grand restait encore son silence. Il n'avait pas cillé face aux aveux étranges de l'anglaise, ce qui la perturbait au plus haut point. Cette taciturnité lui pesait. Elle aurait préféré qu'il lui rie au nez, qu'il lui crie dessus, tout plutôt que de rester là, sans un mot. Cela lui rappelait de mauvais souvenirs, ceux de ce mutisme qui s'était peu à peu installé dans leur relation. Qui y avait mis fin. En silence. Toujours.
Ophelia lissa ses longs cheveux sombres et se redressa, ne réussissant pas à masquer sa crispation. Inconsciemment, elle commença à jouer avec l'anneau autour de son cou. Cette petite manie s'était peu à peu immiscée en elle, surtout depuis que Jake l'avait quitté. Elle faisait rouler l'anneau entre son pouce et son majeur, dans une danse infinie. Elle n'arrivait pas non plus à détourner le regard de Jake. Maintenant qu'elle était calmé elle ne pouvait décemment plus ignorer ses traits tirés, cette étrange angoisse qui teintait son visage. Cette expression inhabituelle pour lui, d'ordinaire si confiant, faisait perdre tout ses moyens à la jeune femme. L'arrivée des cafés à l'odeur si alléchante ne parvint pas à détourner son attention. Il commença à parler. Il avait baissé la voix, elle était à peine perceptible, pourtant Ophelia la sentait résonner en elle aussi fort que s'il avait crié.

“ Tu n’es pas folle Effie. Ces choses que tu vois sont bien réelles. Cette convocation aussi. La première fois où tu m’as parlé de ces visions. Je n’ai pas été honnête, j’ai voulu te protéger de tout ça. La première fois que nous nous sommes rencontrés dans ce bar, une créature avait pris possession de toi. Une créanne. Elle a fuit en me voyant. Les pulsions que tu ressentais étaient les siennes.”

La folle danse de l'anneau se figea entre les doigts d'Ophelia. Il lui fallut quelques instants pour que les paroles du canadien fassent leur chemin. Mais même lorsqu'elles furent arriver jusqu'au cerveau de la jeune femme, tout restait figé. Mais de quoi parlait-il ? Leur rencontre ? Cette soirée refit surface dans son esprit. Cette étrange chaleur qui l'avait habitée quelques instants, qui l'avait poussée à boire, à danser, à aborder un inconnu. A aborder Jake. Elle avait très vite cessé d'essayer de comprendre ce qui c'était passé ce soir-là, tant elle était heureuse de la rencontre que cela avait occasionné. Elle avait Jake, alors pourquoi s'en soucier ?

Plus maintenant... Se souvint-elle.

“Cette chose, qui s’en est pris à toi, est le résultat d’une émotion puissante d’un dieu. Et c’est justement un dieu qui t’a convoqué. Ces dieux sumériens ont portés différents noms à travers les âges et différentes fonctions. Mais ce sont eux.”

Il est fou. Il n'y a pas d'autre explication. Comment pouvait-il en être autrement ? Elle qui n'avait jamais cru en aucune religion, qui n'avait jamais rien prié, avait été appelée par un dieu ? Et sumérien en plus ? Cela n'avait aucun sens... Elle devait encore rêver. En fait, elle ne s'était jamais réveillée, n'avais jamais sauté dans un avion en pleine nuit, n'avais jamais revu le seul homme qu'elle n'avait jamais aimé... Tout cela n'était qu'une folle projection de son esprit encore endormi. C'était la seule explication. Mais Jake n'en avais pas fini...

“ Si tu as senti que tu devais te rendre à Stockholm, c’est parce que c’est ici que se trouve la Congrégation. C’est une organisation qui s’occupe de lutter contre les créannes, guider les jeunes appelés et s’occupe de diverses missions confiées par les dieux. Depuis notre première rencontre tu es une médium qui s’ignore. Et, je ne voulais pas que tu sois mêlées à toutes ces affaires. Mais maintenant que ton dieu s’est manifesté, je ne peux plus rien faire. Hormis te guider.”

Cette fois, l'anneau d'argent glissa de ses doigts pour se balancer lentement au bout de sa chaîne. Alors c'était si simple ? Cette étrange soirée d'il y a six ans, toutes ses hallucinations, ses visions qui l'avaient poussées à s'isoler de tout, même sa venue ici, tout n'était lié qu'à une seule chose, la "Congrégation" ?

Je ne peux plus rien faire. Hormis te guider.

Ces derniers mots résonnaient dans l'esprit embrumé de l'anglaise. Alors, c'était donc ça, son fameux travail ? Ce travail si mystérieux, si dangereux au point qu'il n'en avait jamais dévoilé la moindre parcelle ? Qui plus est, Ophelia sentait que Jake lui cachait autre chose, même s'il n'en laissait rien paraître. Elle était capable de deviner ses sentiments au seul ton de sa voix, au moindre mouvement de regard. Des détails imperceptibles pour les autres, mais qu'elle avait appris par cœur. Mais elle n'avait pas le loisir de l'interroger. Pas maintenant. Trop d'informations à digérer... Trop de... Trop...

Ophelia plongea son visage dans ses mains. Son dernier refuge dans ce monde de fou. Elle respirait fort, vite. La chaleur de ses mains la rassuraient. Elle savait que si elle la quittait elle n'aurait plus face à elle que le regard sans pitié de Jake, et son silence. Son maudit silence ! Ou ses révélations. Elle ne savait plus ce qu'elle préférait. L'anglaise inspira une nouvelle fois. Plus fort. Puis elle commença à pouffer. Elle ne pouvait pas s'en empêcher. Toute cette histoire était si absurde ! N'en pouvant plus, elle jeta la tête en arrière et éclata franchement de rire. Les autres clients du café se retournaient vers leur table, interloqués. Mais Ophelia s'en fichait. Plus rien n'avait de sens, après tout, non ? Riant toujours plus fort, Ophelia releva la tête et fixa Jake de ses yeux turquoise. Des larmes perlaient sur ses longs cils noirs. Elle ne savait plus si elles étaient dues à son rire ou à son désespoir. Elle était perdue. Elle guettait une réaction du géant brun, mais il restait silencieux. Comme toujours. Le rire s'arrêta net. C'était assez.

"Non."

Non. Non à lui. Non à cette histoire. Non à cette vérité pourtant criante. Elle avait décidé de ne pas y croire. Alors l'ex-mannequin se releva, tout en grâce et douceur, attrapa d'une main son manteau, de l'autre son sac. Elle ne voulait pas rester. Tout cela n'avait aucun sens. Avant que Jake n'aie le temps de comprendre quoi que ce soit, Ophelia se rua hors du café en courant.

Cette fois, c'était elle qui fuyait.

Voir le profil de l'utilisateur



Merci Nanna pour ce fabuleux kit <3

Jake
Messages : 207
Localisation : Dans la congrégation. Je n'y bouge presque jamais.
Loisirs : Tricot et Piano. Uniquement.
Humeur : Stoique.
avatar
Jake Hills

Personnage...
Pouvoir: Caméléon
Dieu: Nin Hursag
Age: 31 ans
Mar 3 Fév - 14:09
Il n’avait pas bougé d’un pouce lorsqu’Ophélia avait claqué la porte. Il pouvait comprendre sa réaction, elle avait probablement besoin d’être seule. Le brun laissa quelques minutes s’écouler avant de déposer un peu d’argent sur la table et partir. Pour ne plus réapparaître au yeux des mortels.  Il n’était pas très difficile de la perdre de vue, et ses informateurs étaient nombreux. Une dizaine de minute plus tard, Jake l’avait de nouveau dans son champs de vision. Elle était figée, les yeux larmoyants sur le quai d’un métro. Les habitaient marchaient rapidement, vacant à leurs occupation, évitant habilement la jeune femme immobile. L’émissaire s’approcha alors dans son dos, toujours camouflé et passa ses bras autours de la jeune femme. Comme une présence réconfortante. Une manière de lui redonner vie, sans être là. Elle pouvait probablement sentir sa chaleur, la légère pression de son corps ainsi que son parfum mais à peine plus. Jake régulait parfaitement sa présence et tout les signes qui pouvaient le trahir. Probablement qu’elle ne réalisait même pas qu’il se tenait derrière elle.

Puis il la suivie, dans ses déambulations. Il ne pouvait apparaître devant elle tant qu’elle n’était pas seule. Au risque de créer un autre médium. Ophélia avait besoin d’être seule, mais pas abandonnée. Le soleil se voilait, les heures glissaient lorsqu’elle s’assit sur un banc, les yeux perdues dans le vague, fixant l’horizon, dans une aire de jeux déserte. Le froid n’allait pas tarder à s'abattre sur la ville,  bien plus mordant que l’après midi. Il était à un mètre d’elle, personne aux alentours, lorsqu’il se matérialisa peu à peu devant elle.  Il était désormais tout à fait reconnaissable, surgit de nul part. Il reprit doucement

“ Je suis navré Effie, mais tu ne peux pas fuir. C’est bien réel. Mon dieu, Nin Hursag, m’a offert la capacité de me rendre invisible aux yeux de tous. Ou de faire disparaître des éléments.”

Joignant le geste à la parole, il retira son gant et de sa main gauche, fit disparaître le toboggan à coté de lui. Quelques secondes à peine. Si elle ne croyait pas son discours, face à ce phénomène, peu de doutes pouvaient subsister. Jake vint s’installer alors à coté de la jeune femme. Il devait la convaincre de le suivre.

“ Je ne t’abandonnerais pas à la merci des créannes, seule et paniquée dans cette ville. Avec uniquement une brosse à dent pour te défendre. Je ne t’ai jamais rien révelée à mon propos, il est donc difficile de me faire confiance. Je le comprends, après tout je suis presque un étranger.”

Récupérer sa confiance et l’amener à se fier à lui c’était l’un de ses objectifs. Il ne pouvait pas l’assommer pour la mener en lieu sur. Elle devait être consentante. Et si pour cela il fallait qu’il lui révèle toute la vérité, son identité réelle et bien plus encore. Il le ferait. Il se frotta l’épaule. Le médecin disait que ses douleurs n’avaient plus lieu d’être, qu’elles étaient du au choc post traumatique qui les avaient fait ressurgir. Mais il surmonterait son aversion à parler de lui si cela pouvait mener Ophélia à rejoindre la congrégation.

“Effie. Je répondrais à toutes tes questions. Même celle sur lesquelles je suis resté muet tant d’années.”

Il avait failli ajouter uniquement si elle le suivait après à la congrégation. Mais c’était du chantage. Et il ne voulait pas user de cela avec elle. Même si techniquement cela aurait été efficace. Il se tourna alors vers elle, attendant ses réactions.

Voir le profil de l'utilisateur




Garde son calme en #33cc99 ♥️
Spoiler:
 

Messages : 36
Localisation : Là où mon esprit me porte...
Loisirs : Rêver ?
Humeur : Rêveuse
avatar
Ophelia Slane

Personnage...
Pouvoir:
Dieu: Enlil
Age: 26
Mar 3 Fév - 22:25
Elle avait été lâche. Ophelia le savait. Elle avait fuit la réalité. Lâchement. Cela ne lui ressemblait pas. Elle n'avait jamais rien fuit auparavant. Certes, elle s'échappait souvent - peut être même trop - dans ses rêveries, mais ce n'était que pour mieux affronter la vie. Mais jusqu'à présent la vie ne lui avait offert que peu d'obstacles à franchir. Elle en avait conscience. Les solutions à tous ses problèmes s'étaient toujours posées devant elle, presque sans effort. Le seul vrai défi qu'elle n'avait jamais eu à relever, c'était l'abandon de Jake. Il lui avait fallu près d'un an pour s'en remettre. Et même après ça, les fêlures étaient encore visibles, qui l'empêchaient de s'engager sentimentalement avec quelqu'un d'autre. Depuis qu'il était parti, elle ne rêvait même plus de le revoir. Voilà que la vie lui offrait cette chance, mais qu'au lieu de belles et romantiques retrouvailles elle avait droit à... ça. Elle avait beau ne pas être romantique pour un sous, elle aurait sincèrement préféré un autre présent pour fêter leur rencontre.

Ophelia s'arrêta. Elle courrait depuis quelques minutes sans se rendre compte qu'elle n'avait aucune idée d'où elle allait. Elle ne connaissait rien ici. Ni les rues, ni les gens, ni même la langue. Rien. Son regard capta une bouche de métro. En bonne londonienne, elle s'y réfugia. Une fois sur le quai, la chaleur des citadins, l'odeur de caoutchouc brûlé si caractéristique, mêlée aux effluves corporelles la rassura un peu. Elle se sentait presque chez elle. Mais elle ne comprenait rien autour d'elle. Les gens parlaient tous cette maudite langue qui sonnait à ses oreilles comme une énième folie. Mais elle avait la solution parfaite à ce problème. Calant son sac sur son épaule, elle fouilla de sa main valide. Le voilà. Avec un sourire triste, elle cala son casque sur ses oreilles. Cette pression familière et surtout la musique qui s'en dégageait achevèrent de la calmer. Pendant quelques instants elle cessa de bouger. Autour d'elle les gens marchaient, rentraient et sortaient des rames de métro qui arrivaient régulièrement. Tous vaquaient à leurs occupations, suivant le cours de leur vie. Sauf Ophelia. Elle ne bougeait pas. Elle n'arrivait pas à arrêter les larmes qui perlaient aux coins de ses yeux. Elles coulaient lentement sur ses joues sans qu'elle ne puisse rien y faire. Pourtant, lentement, elle se calma. Elle ne comprenait elle même pas comment cela pouvait être possible. Quelque chose dans l'air, une odeur, une atmosphère, la rassurait. Elle ferma les yeux, savourant ces ultimes instants de sérénité. De sécurité. La jeune anglaise respira profondément cette odeur réconfortante de peur qu'elle ne s'échappe et avança. Elle ne pouvait pas rester indéfiniment sur ce quai de métro. Elle plongea dans la foule et en suivit le courant. Entrant dans une rame. En sortant quelques arrêts plus tard. Quittant une station. Marchant dans la rue. Les heures avaient défilé sans qu'elle ne s'en rendre compte. Le ciel s'était assombri. Le soleil n'allait pas tarder à se coucher. Elle avait toujours aimé les couchers de soleil. Du coin de l’œil, elle aperçu un parc, une aire de jeu, déserte à cette heure. Un banc. Ophelia alla si réfugier, en courant presque. Une fois assise elle fixa le ciel, observant ses couleurs décliner lentement. Quant il apparu. Sur le coup elle cru rêver. Encore une fois. Mais non, Jake apparaissait bien devant elle. Ce n'était pas une énième hallucinations. D'ailleurs, à l'en croire, elle n'avait jamais eu d'hallucinations. Toutes les vérités assénées par Jake quelque heures plus tôt lui revinrent. Ophelia se crispa sur son banc. Elle retira son casque audio, et avec lui ses derniers sentiments de sécurité.

“ Je suis navré Effie, mais tu ne peux pas fuir. C’est bien réel. Mon dieu, Nin Hursag, m’a offert la capacité de me rendre invisible aux yeux de tous. Ou de faire disparaître des éléments.”

Ophelia ne comprenait pas un mot de ce que le géant brun lui disait. L'invisibilité ? Et comme pour lui prouver la véracité de ses propos, Jake retira le gant recouvrant sa main gauche - la seule qui lui restait - et toucha le toboggan à côté de lui. Et le fit disparaître. L'anglaise cligna des yeux, n'en revenant pas. Quelques secondes à peine le toboggan était revenu et Jake s'était assis à côté d'elle. Pendant quelques ultimes secondes, ils restèrent silencieux. Ophelia prit une profonde respiration, remplissant ses poumons de l'odeur musquée de brun. La même qu'elle avait senti sur le quai du métro.

“ Je ne t’abandonnerais pas à la merci des créannes, seule et paniquée dans cette ville. Avec uniquement une brosse à dent pour te défendre."

Il avait raison. Elle ne pouvait décemment pas survivre avec les trois culottes et la brosse à dent qui se bagarraient dans son sac.

"Je ne t’ai jamais rien révélé à mon propos, il est donc difficile de me faire confiance. Je le comprends, après tout je suis presque un étranger.”

Les derniers mots de Jake étaient aussi tranchant que des poignards. Elle n'avait jamais vu les choses sous cette angle. Mais, là encore, il avait raison. Elle ne connaissait rien de lui. Elle connaissait son corps, son odeur, mais pas sa vie.

“Effie. Je répondrais à toutes tes questions. Même celles sur lesquelles je suis resté muet tant d’années.”

L'anglaise soupira. Ferma les yeux. Elle ne savait plus où elle en était. D'un côté, la curiosité la poussait à s'animer, de l'autre la peur de l'inconnu la paralysait. Le froid commençait à tomber, en même temps que la nuit. La brune posa sa tête sur l'épaule de Jake. Huma son odeur. Il fallait qu'elle se ressaisisse. Elle n'était plus un enfant, il fallait qu'elle assume le poids des vérités de ce monde, aussi dures et invraisemblables soient-elles. Ophelia respira une nouvelle fois l'odeur émanant des cheveux d'ébènes de cet homme qui lui avait tant manqué.

"C'est d'accord..."

Les yeux toujours fermés, elle senti Jake tourner la tête vers elle, comme pour vérifier s'il avait bien entendu.

"Je viens avec toi."

Ils restèrent immobiles et silencieux quelques secondes encore. Elle senti que Jake se levait. Elle rouvrit les yeux. Il se dressait devant elle, de toute sa hauteur. Il avait pris le sac de la jeune femme sur son épaule mécanique. L'autre, il lui tendait. Pendant quelques instants elle fixa cette main gantée de noir. Elle repensa une dernière fois à sa vie. Sa famille. Ses amis. Ses études. Tout ce qu'elle laisserait derrière elle si elle la saisissait. Tout ce qu'elle devait abandonné pour affronter le destin qui s'était imposé à elle. Mais après tout, on ne pouvait pas aller à l'encontre de non destin, n'est-ce pas ? Alors elle se leva. Et attrapa cette main. Tout compte fait, que risquait-elle ? Un sourire se dessina enfin sur son visage opalin.

Voir le profil de l'utilisateur



Merci Nanna pour ce fabuleux kit <3

Jake
Messages : 207
Localisation : Dans la congrégation. Je n'y bouge presque jamais.
Loisirs : Tricot et Piano. Uniquement.
Humeur : Stoique.
avatar
Jake Hills

Personnage...
Pouvoir: Caméléon
Dieu: Nin Hursag
Age: 31 ans
Mer 4 Fév - 20:45
Finalement, elle n’était pas aussi têtue que dans ses souvenirs. Ou probablement qu’elle avait mûri. Après tout, elle n’était qu’une gamine de vingt ans quand Jake l’avait rencontré pour la première fois. Il avait sentie le souffle du soulagement lorsque Ophélia avait saisit sa main tendue. Il était temps de faire ce qu’il avait refusé des années plus tôt, l’introniser dans ce monde. Tout d’abords il lui ferait visiter la congrégation, sa voiture n’était pas très loin. Les deux commencaient à marcher lorsque la sonnerie du président retentie, il soupira, s’excusa auprès de la jeune médium et décrocha. Ophélia s’aretta à sa hauteur, tandis que les traits de Jake se crispaient.

“ Oui ?... Vous vous foutez de moi ?... Qui a envoyé une équipe de soutien et sans mon accord ?... Par ou sont ils passés ?... Mais quelle bande de crétins ! Donne moi les coordonnés…. Non, on envoie pas une autre équipe, on a assez de personne sur le terrain… Je m’en charge, je pars immédiatement… Non ! Dites lui de rester à couvert sur le pont...Vous n’envoyez aucune autre mission de secours et vous entamez la procédure 4 jusqu’au retour d’un émissaire. C’est un ordre.”

Intérieurement Jake ragait contre l’incompétence et la succession de mauvaises décisions prise en son absence. Il tourna alors la tête vers Ophélia interrogative. Merde. Il ne pouvait pas la laisser seule à errer dans Stockholm avec les créannes qui semblaient bien motivés ce soir. Il ne pouvait ni l’envoyer à la congrégation alors qu’un risque de raid existait. Et il n’avait pas le temps de prévoir une escorte. Bon sang. L’endroit ou elle était le plus en sécurité était finalement à ses cotés. Le brun reprit la marche, d’une allure beaucoup plus rapide. Deux rues plus loin, une Chrysler noire aux vitres teinté était garée.

“Monte. Je t’explique sur la route.”

Ses mains gantés vinrent caresser le cuir du volant, la voiture était dans un état impeccable, ses portes épaisses. Elle était conçue pour être à l’épreuve des balles. Sensiblement le même modèle que celui du président américain. Lorsque Jake n’empruntait pas la voiture de Lewis, il utilisait celle ci. Non pas par snobisme, quoi que se déplacer dans une voiture de luxe était assez jouissif, mais pour des raisons pratiques. C’était la plus silencieuse de la congrégation et c’était ce modèle qu’il connaissait le mieux. Le moteur vrombit au démarrage avant de se calmer et ronronner. Ils sortirent rapidement de la ville, se dirigeant vers le périphérique, ou Jake ôta ses gants. La voiture se fondit alors immédiatement dans la paysage ainsi que ses passagers. Camoufler Ophélia lui demandait une énergie considérable. Le compteur s’agita alors, dépassant les 190 kilomètres heure. L’émissaire contrôlait les moindres virages. Tout en conduisant il établissait une stratégie, simple et efficace. Un toussotement féminin lui rappela sa promesse. Sa voix ne tremblait pas, l’homme gardait un self control à toute épreuve.

“ Une équipe de deux missionnaires et un médium ont été prit en embuscade par des créannes lors d’une mission de reconnaissance. Un médium aurait été repéré dans la zone, mais c’était un appât. Une escouade de secours a immédiatement été dépêchée mais celle ci s’est foiré lamentablement. Ils ont prit le même chemin que la première équipe et se sont retrouvés dans un cul de sac. Mais la zone de conflit est située au dessous d’un pont. C’est de là qu’ils auraient du déclencher les opérations. C’est la ou nous nous rendons. Je ne pouvais pas te déposer à la congrégation ni te laisser seule. Quoi qu’il se passe, tu restes dans la voiture et obéis à mes ordres.” On pouvait commencer à apercevoir le pont à l’horizon.”Il y a actuellement six personnes prisent au piège. Quelqu’un nous attends là bas. C’est une affaire urgente. Sous ton siège il y a une mallette, prend là. C’est un revolver tu ne t’en sers qu’en cas d’urgence. Tu le gardes avec toi. N’oublie pas d’enlever le cran de sureté.”

Jake attendit que la femme s'exécute avant de reprendre “ Maintenant sur la banquette arrière il y a une autre mallette normalement ? Prend la devant avec toi, je vais en avoir rapidement besoin.” Celle ci était bien plus longue que l’autre. Plus l’objectif approchait, plus la mine de Jake s’assombrissait. Priorité au sauvetage. “Boite à gant, il y a une corde. Je vais en avoir besoin aussi.” Son ton était professionnel presque autoritaire. Il n’était plus l’homme qui retrouvait une ancienne amante désormais. Mais un émissaire. La cadence ralentie, la voiture se stoppa au niveau d’un jeune homme à l’air paniqué. La chrysler redevint peu à peu visible tandis que Jake coupait le moteur, en veillant d’être hors du champs de vision des créannes. Immédiatement, le gamin monta à l’arrière et d’une voix tremblotante fit son rapport

“ Quatre créannes en bas. Elles ont des otages, j’ai rien pu faire. J’ai réussi à m’enfuir de justesse… Je suis désolé Monsieur Hills… Je… Je pensais pas qu’ils vous enverrez vous… Mais je suis soulagé… Je vous en pr-... “ L’émissaire le coupa net “Je m’occupe de la suite. Vous deux vous restez ici. Si ça tourne mal. Par là comprenez, si je meurs. Vous déguerpissez. Timothé, je te confie la nouvelle.”

Et sans un mot de plus, l’émissaire prit la longue mallette et sortie de la voiture. Jake se posta contre le rebord du pont puis s’empara du sniper et visa. C’était la dernière image que l’on pouvait avoir de lui avant qu’il ne se fonde dans le décor.


Voir le profil de l'utilisateur




Garde son calme en #33cc99 ♥️
Spoiler:
 

Messages : 36
Localisation : Là où mon esprit me porte...
Loisirs : Rêver ?
Humeur : Rêveuse
avatar
Ophelia Slane

Personnage...
Pouvoir:
Dieu: Enlil
Age: 26
Mer 4 Fév - 22:31
La tête enfoncée dans son écharpe, Ophelia ne pu réprimer un sourire. Marcher ainsi à côté de Jake lui rappelait d'agréables souvenirs. Elle se prit à rêver de partager à nouveau quelque chose avec lui, et cette fois plus concret que leurs nuits passionnées. Les yeux dans le vague, les images défilaient dans l'esprit rêveur de la jeune femme, certaines lui faisant monter le rose aux joues. Mais, bien évidemment, c'était trop beau. Ces quelques instants de répits furent sauvagement brisés par un maudit téléphone. C'est toujours les téléphones. Ces enfoirés. Lorsque Jake répondit l'anglaise ne pu s'empêcher de lui lancer un regard assassin. Il ne lui était pas vraiment destiné à lui, plutôt à celui qui osait les déranger dans leurs retrouvailles. Mais l'étrange conversation qui suivit eu l'effet d'une claque. Equipe de soutien ? Rester à couvert ? Secours ? Émissaire ? Ordre ? On se serait presque cru dans une base militaire. Définitivement, le job du canadien ne se résumait pas à l'accueil des nouveaux médiums. Elle s'en doutait un peu mais cela restait désarçonnant. Néanmoins, elle n'osait rien lui demander. Elle savait qu'il lui révélerait tout, en temps et en heure. Alors, lorsqu'ils arrivèrent au niveau de la splendide Chrysler noire, elle monta sans broncher. Enfin, avec un petit sifflement, tout de même. C'était pas tous les jours qu'elle avait la chance de monter dans une voiture aussi luxueuse. Et propre. Trop propre. Le subtil ronronnement du moteur la sorti de ses pérégrinations. Jake roulait vite. L'affaire avait vraiment l'air sérieuse. Au point qu'il enleva ses gants pour une raison qu'elle pouvait enfin comprendre. C'était vraiment étrange. La voiture se devinait à peine autour d'elle, elle n'était plus que contours flous et sombre. Quant à elle, elle était devenue transparente. Tout comme Jake. Bon, c'était rigolo de regarder à travers ses mains, la voiture, tout ça tout ça, mais il lui avait promis la vérité et ça commençait ici. Elle ne voulait plus être écartée de sa vie. Mais elle n'osait pas non plus piquer une crise dans un moment aussi critique. Alors elle fut plus subtile. Elle toussa. Ouais bon, niveau subtilité ça vole pas haut, je l'accorde. Mais au moins, ça marche !

“ Une équipe de deux missionnaires et un médium ont été pris en embuscade par des créannes lors d’une mission de reconnaissance. Un médium aurait été repéré dans la zone, mais c’était un appât. Une escouade de secours a immédiatement été dépêchée mais celle ci s’est foiré lamentablement. Ils ont pris le même chemin que la première équipe et se sont retrouvés dans un cul de sac. Mais la zone de conflit est située au dessous d’un pont. C’est de là qu’ils auraient du déclencher les opérations. C’est là où nous nous rendons. Je ne pouvais pas te déposer à la congrégation ni te laisser seule. Quoi qu’il se passe, tu restes dans la voiture et obéis à mes ordres. Il y a actuellement six personnes prisent au piège. Quelqu'un nous attends là bas. C’est une affaire urgente.”

La situation avait l'air compliquée, ou tout du moins elle n'y comprenais pas grand chose. Néanmoins elle compris pourquoi Jake s'était mis en rogne au téléphone. L'escouade de secours avait vraiment fait n'importe quoi. Une simple connaissance des jeux vidéos suffisait à permettre à Ophelia de repérer l'embrouille, alors comment eux, avec la formation qu'ils avaient dû avoir, avaient-ils pu se planter aussi lamentablement ?

"Sous ton siège il y a une mallette, prend là. C’est un revolver tu ne t’en sers qu’en cas d’urgence. Tu le gardes avec toi. N’oublie pas d’enlever le cran de sûreté."

Les yeux de l'anglaises s'écarquillèrent de surprise. La perspective de devoir rester sagement dans la voiture pendant que Jake jouait au G.I. Joe l'enchantait déjà peu, mais se servir d'une arme ? Mais étant donné le ton glacial de l'émissaire, elle s'exécuta et posa la mallette noire sur ses genoux. Elle était plus lourde qu'elle ne l'aurait cru.

“Maintenant sur la banquette arrière il y a une autre mallette normalement ? Prend la devant avec toi, je vais en avoir rapidement besoin.”

Une nouvelle fois, elle ne se fit pas prier. Cette fois la mallette était vraiment lourde. Elle devait peser la moitié de son poids. Au moins. Ce qui ne l'empêcha pas de la glisser entre elle et l'habitacle.

“Boite à gant, il y a une corde. Je vais en avoir besoin aussi.”

Ophelia fronça les sourcils. La situation prenait vraiment une tournure étrange. Elle posa la corde sur ses genoux. C'était une corde noire, solide, un peu élastique. Exactement le genre de corde qu'elle utilisait pour ses cours d'escalades au lycée. Et qu'on voyait dans les jeux d'infiltration. Aussi. Et Jake avait tout l'air d'en faire partie. Son profil était devenu dur, son regard tranchant, son ton autoritaire. Elle n'avait plus devant elle qu'un étranger. Soudain, arrivés sur le fameux pont, ils s'arrêtèrent et un jeune homme monta avec eux. Ophelia l'écouta faire son rapport, dépitée. Il avait plus l'air d'un gamin apeuré que d'un professionnel de l'infiltration. Mais après tout, qui était-elle pour le juger ?

“Je m’occupe de la suite. Vous deux vous restez ici. Si ça tourne mal. Par là comprenez, si je meurs. Vous déguerpissez. Timothé, je te confie la nouvelle.”

A ces mots, Ophelia paniqua. Elle voulu agripper Jake, lui crier de rester, qu'elle ne voulait pas qu'il risque sa vie, mais elle n'en fit rien. C'était son travail, son rôle, son destin. Elle commençait à le comprendre. Et puis, à cet instant, elle n'arrivait plus à reconnaître son amant dans cet homme froid et placide. Alors elle se contenta de se taire et de le suivre des yeux, serrant dans ses mains la mallette qu'il lui avait confié.

Derrière elle, Timothé se trémoussait avec bruit, ses vêtements de commando crissant sur le cuir des sièges. Il regardait partout comme s'il avait peur qu'une créature lui saute dessus. Ce qui était certainement le cas. Mais ça l'agaçait. Aussi, elle croisa son regard dans le rétroviseur, ce qui incita le jeune homme à parler.

"Je... Je ne savais pas que M. Hills avait une assistante. C'est... étonnant venant de lui."

Sa voix était saccadée, précipitée, montait dans les aigus. Mais ça ne suffit pas à amadouer la jeune femme. Elle essayait d'élaborer un plan.

"Je pense qu'il y a beaucoup de choses que vous ignorez sur M. Hills."

Elle s'étonna de sa réplique, et surtout du ton impassible que prenait sa voix. Elle avait presque l'air crédible. Assez, en tout cas, pour faire paniquer le jeune homme derrière elle.

"Je... Je suis désolé ! Seulement... Jusqu'à présent, M. Hills avait toujours refusé l'aide de quiconque. Pourtant, en tant que numéro deux au sein de la Congrégation, il aurait pu y avoir droit. Il aurait même pu demander une armada d'assistant, on lui aurait octroyé !"

Cette fois, ce fut au tour d'Ophelia de se trémousser sur son siège, un sourire se dessinant sur son visage. Elle ne pouvait pas s'empêcher de se sentir fière du grade de Jake. Certes, elle n'y était pour rien dans son succès, mais quand même. Son amant n'était pas n'importe qui ! Mais derrière elle, Timothé n'arrivait plus à s'arrêter.

"Après tout, il est le plus jeune appelé de toute l'histoire de la Congrégation ! Appelé à huit ans, c'est de la folie ! C'est presque à se demander ce que Nin Hursag avait en tête à se moment-là... Enfin, non pas que je critique un dieu, loin de là ! Il avait évidemment raison de faire ça ! D'ailleurs, M. Hills a réussit à passer son épreuve avec brio. Il y a perdu son bras, mais c'est aussi ce qui fait sa force, n'est-ce pas ?"

Ophelia fronça les sourcils. C'était donc comme ça qu'il s'était retrouvé avec une prothèse mécanique ? Malgré tous les scénarios qu'elle avait élaboré, elle était vraiment restée en deçà de la vérité. Mais le garçon n'en avait pas fini...

"Et puis son pouvoir. C'est ce qui lui a permit de devenir un membre d'élite dans l'unité d'assassinat. Il a réussi toutes ses missions presque à lui seul ! Enfin, jusqu'à cette fameuse mission, il y a quatre ou cinq ans... Même si elle lui a permit de monter en grade, voir toute son escouade se faire tuer sous ses yeux, tout de même... Mais il a su s'en relever, et c'est aussi ce qui fait de M. Hills un élément aussi exceptionnel dans notre congrégation ! Avec lui aux commandes de cette mission, elle ne peut qu'être un succès, n'est-ce pas ?"

Ophelia avait la nausée. Ce garçon réalisait-il ce qu'il était en train de dire ? Jake ? Un assassin ? C'était de la pure folie. Mais, d'un autre côté, cela expliquait pourquoi il n'avait jamais donné le moindre détail de son travail à Ophelia, et aussi ce qu'il entendait par vouloir la protéger. Puis son cerveau additionna 1 et 1. Il y a cinq ans. Son escadrille tuée. Sous ses yeux. Tout était clair maintenant.

"Madame ?"

Le regard d'Ophelia se durcit. Elle fixait la mallette entre ses mains. Il y était inscrit S&W 617 10 SHOTS. Elle l'ouvrit. Un sublime revolver s'y trouvait, avec un canon court en acier chromé et manche mat. Les dix balles étaient alignées dans leur compartiment en mousse. Le tout était totalement noir. Jake ne faisait jamais les choses à moitié. Elle le tourna plusieurs fois dans ses mains pour en comprendre le fonctionnement. Cela ne devait pas être bien plus compliqué que dans les jeux vidéos auxquels elle jouait si souvent. D'une pression, elle réussit à ouvrir le chargeur et dans un geste presque naturel elle y plaça les balles.

"Madame ? ..." répéta le garçon nommé Timothé.

"C'est Mademoiselle. Mademoiselle Slane."

Sur cette digne d'un film, Ophelia se jeta hors de la voiture, claquant la porte derrière elle pour rejoindre la rambarde du pont vers où Jake s'était dirigé. Evidemment il n'y était plus. Ou peut être s'était-il seulement rendu invisible. Auquel cas elle le saurait bien vite puisqu'elle lui avait désobéit.

"Mada... Mademoiselle Slane ! dit Timothée, se ruant hors de la Chrysler, visiblement paniqué. M. Hills nous a expressément demandé de rester dans la voiture ! Et je dois veiller sur vous ! C'est un ordre."

Elle avait trouvé. La corde. Elle était habilement nouée à la rambarde et descendant dans l'obscurité. Jake avait dû descendre. S'infiltrer. Risquer sa vie. Elle se retourne vers Timothé, la mine dégoûtée.

"Si tu crois que je vais rester sagement assise au chaud pendant qu'il risque sa peau, tu te trompes."

Joignant le geste à la parole, elle se délesta de son écharpe et de son manteau, qui ne pouvait que la gêner. Elle plaça le cran de sécurité et chercha un endroit où glisser le revolver. Mais elle n'avait pas de poche. Juste un pull, une jupe, et des Doc Martens. Elle ne voyait qu'une seule solution. Alors elle glissa l'arme dans son soutien gorge. Derrière elle, le garçon paniquait.

"Mademoiselle Slane ! Vous ne.."

Mais Mademoiselle Slane ne l'écoutait pas. Elle enjamba la barrière et s'agrippa à la corde, glissant habilement ses jambes dans celle-ci pour se laisser glisser. Qui eut cru que les cours de gym pourraient lui être un jour utile ? Heureusement pour elle, elle n'avait jamais été trop mauvaise en la matière. Alors elle se laissait glisser, lentement, les oreilles aux aguets. Elle n'y voyait presque rien, mais ses yeux s'acclimataient peu à peu à l'obscurité. Lorsqu'elle estima qu'elle était à cinq mètre du sol - assez haut pour ne pas être vue, assez bas pour pouvoir sauter sans trop de dégât - elle s'arrêta. Et observa. Maintenant, elle devait analysée la situation. Surtout qu'elle ne risquer pas de voir Jake...

Voir le profil de l'utilisateur



Merci Nanna pour ce fabuleux kit <3

Jake
Messages : 207
Localisation : Dans la congrégation. Je n'y bouge presque jamais.
Loisirs : Tricot et Piano. Uniquement.
Humeur : Stoique.
avatar
Jake Hills

Personnage...
Pouvoir: Caméléon
Dieu: Nin Hursag
Age: 31 ans
Mer 4 Fév - 23:30
Deux balles. Une créanne à terre. Jake était parvenu à les prendre par surprise, laissant une ouverture pour une fuite à trois des otages. Deux missionnaires et un médium. Ces derniers avaient rapidement comprit qu’il fallait se retrancher et sortir de cette position. Le terrain était une usine désaffecté avec assez de recoins pour se mettre à l’abri. Il n’était pas impossible que cette zone devienne un champs de bataille. De toute manière, avec l’obscurité, la distance et les obstacles, il ne pourrait pas être plus précis. L’émissaire descendit au sol, le cadavre de la créanne gisait, avec un simple filet de sang coulant de son crâne. Quelques minutes plus tards des chuchotements le guidèrent en direction des membres de la congrégation libre. Derrière un engin abandonné, il réapparu en silence devant ses coéquipiers. Communiquant en signes pour ne pas se faire reperer. L’un des missionnaires était grièvement blessé à la jambe. Il fallait l’évacuer mais l’autre issue était occupée par les trois créannes restantes. Jake indiqua à Mark, le missionnaire, d’aider à l’évacuation du médium et du blessé à l’aide de la corde. Jake couvrirait leurs arrières pendant que le médium attacherait l’autre missionnaire à la corde pour le remonter. Heureusement, l’obscurité était avec eux. Les trois hommes s'exécutèrent puis Jake se fondit à nouveau dans le décor. Aucune offensive des créannes n’eut lieu durant l’opération de sauvetage. Visiblement, elles avaient réalisé que quelque chose clochait. Mais elles détenaient toujours trois des leurs. La première équipe. Des gamins. Jake se souvenait parfaitement de l’ordre de mission. Elle était censée être simple et comportant peu de risque. Cette situation était aussi le résultat de son manque de clairvoyance. Une stratégie… Il lui fallait une stratégie sans échec possible. Tandis que son esprit tournait à plein régime, un tremblement le prit. La dernière fois qu’il lui avait fallu une tactique de ce genre, elle avait impliqué une boucherie sans nom. Merde Jake ! Ressaisit toi ! C’est pas le moment ! Tu as bien plus d’une vie entre tes mains ! Une silhouette féminine s’imposa alors dans son esprit. Une promesse à tenir. Visiblement, la remontée prenait un peu plus de temps que prévue puisque Mark ne revenait pas. Il ne pouvait plus attendre, il entendait du mouvement au loin.

Jake se releva et avança donc. Seul. Fixant son objectif. C’est alors qu’une des créanne sortie de l’ombre. Oh, il la connaissait, c’était l’autre buse d’Helena Schwarz. Elle tenait pas les cheveux sa collègue à genoux. Ses yeux étaient vitreux. La Créanne ne pouvait pas le voir. Et pourtant elle semblait le fixer. Non. Elle regardait derrière lui. Une autre personne. Jake fit volte face craignant le pire. Ophélia se tenait là, revolver pointé vers l’ennemie, son bras tremblait un peu à cause du poid de l’engin ou la peur ? Elle lui avait désobéit. Et personne ne l’avait arretté. Et là voila, dans ses pattes. La voix d’Helena s’éleva alors en destination de la londonnienne

“C’est pas toi que je cherche Brindille. Même si ça m'ennuierait pas de te croquer.” Puis l’engeance monta d’un ton, de façon à ce que sa voix résonne “ Je sais qu’il y a un bien plus gros poisson ici ! Et je sais que je ne peux pas le voir. Donc je ne me trompe pas en me disant que Jake Hills nous a fait l’honneur de sa présence ! Je suis flattée mais tu n’as pas peur que notre chère Ka soit jalouse ?” Elle éclata de rire avant de reprendre d’un ton plus sérieux “Tu sais quoi, je les libère tous et je ne lui révélerait rien de tes petites infidélités si tu te rends. Je trouve que c’est honnête, ta vie vaut bien celle de quatre personnes ?”

Durant tout ce monologue, Jake s’était déplacé, il avait profité que la créanne fasse son cinéma pour se glisser vers ses deux alliés, prenant bien soin d’amortir les corps désormais inertes de ses ennemis. Un coup de lame dans la jugulaire, tranchant les cordes vocales par la même occasion. Le sang se répandait sur le sol et ses mains. Et les mots de la créature résonnaient en lui. Ophélia, continuait de tenir en joue la créanne. Elle faisait office d'appât. L’attention de la créanne étant désormais fixé sur elle. Il mettait en danger Ophélia et Lily. La situation était bien trop complexe. Un faux mouvement, une mauvaise décision et l’émissaire conduisait les deux femmes à Ershkigal. S’il se rendait… Il était fort probable qu’elles s’en sortiraient vivantes. Tenter une attaque même de dos sur la créanne était bien trop dangereux pour l’otage. Toutes les tactiques possibles dans la configuration actuelle traversèrent l’esprit du brun, certaine avaient un taux de réussite de 70%. Seule l’option ou il se rendait culminait à 90%.

Et le sang continuait de couler au sol. Encore une fois, Jake avait oté la vie. Tuer pour protéger… Les réminiscences continuaient d’affluer. Comme pour l’orienter vers le choix le plus logique. Sortant de l’ombre, il se révéla aux yeux de tous quelques mètres derrière Helena. Les yeux émeraudes croisèrent ceux d’Ophélia. Tranchant, sévères. Jamais on n’avait osé défier un de ses ordres en mission. Mais de toute manière, il n’aurait probablement pas l’occasion de s’expliquer. Ses traits prirent alors ceux de la résignation.

“Je suis là Miss Schwarz. Un sniper est actuellement posté en haut du pont. Vos deux amis sont morts, comme vous pouvez vous en douter. Relachez Lily et laissez les partir et je vous suivrais. Rompez notre marché et vous êtes morte.”

Il savait que Mark aurait eu la présence d'esprit de les couvrir. Qu'il attendait simplement les instructions et mouvements de Jake. C'est alors que la créanne partie dans un autre rire moqueur et théatral.

" Je ne veux pas que tu me suives. Je veux que tu meurs. Et de la main de la brindille. J'aurais préféré que ce soit par la main de ta douce Katharina... Mais trainer ton cadavre à ses pieds suffira pour me combler. Meurt et ils sont tous libre. Dès l'instant ou tu touches le sol. Ton sniper saura s'en assurer n'est ce pas ?"

Il inspira. Considéra la situation. Dès qu'il serait à terre, elle liberait Lily. Ou du moins Mark aurait une ouverture. L'émissaire contempla de nouveau Ophélia.

"Fait le."

Sa voix était sans appel. Une pensée le traversa : Finalement, c'est bien le passé qui t'aura eu mon vieux.


Voir le profil de l'utilisateur




Garde son calme en #33cc99 ♥️
Spoiler:
 

Messages : 36
Localisation : Là où mon esprit me porte...
Loisirs : Rêver ?
Humeur : Rêveuse
avatar
Ophelia Slane

Personnage...
Pouvoir:
Dieu: Enlil
Age: 26
Jeu 5 Fév - 0:53
Tout était allé très vite. Ophelia voyait de l'agitation mais n'osait pas sauter. Elle sentait quelque chose. Une présence. Qui lui faisait froid dans le dos. Une créanne. Elle en était sûre. Mais elle n'était pas là. Enfin, pas proche. Vingt mètre, peut être plus. Alors, lentement, le plus silencieusement possible, elle se laissa tomber à terre. Autour d'elle elle discernait des corps gisants au sol. Morts. Sans importance. Au même moment elle vit du mouvement dans sa direction. D'un geste vif elle saisit le revolver et le braqua sur les arrivants, mais elle baissa son arme avant même de les voir. C'était des humains, elle le sentait. Et effectivement, deux d'en eux portaient les mêmes uniformes de commandos sombres que Timothé, l'un d'eux étaient blessés. Lorsqu'ils virent Ophelia ils prirent peur, mais la troisième personne leur fit signe de se calmer. Ce devait être une medium, elle aussi. Alors ils s'approchèrent de la corde tandis que l'anglaise s'en éloignait, l'arme toujours au poing, pointée vers le sol. S'ils s'en étaient sortis, c'est que Jake était arrivé jusqu'à eux. Mais s'il n'était pas revenu, cela voulait dire qu'il s'était lancé dans un mission solitaire. Une mission suicide. Ophelia en frissonnait. Elle ne voulait pas qu'il meure. Pas maintenant. Elle avait trop de choses à lui dire. Trop de colère à lui déverser. Pour mieux lui sauter dessus. Oui, je sais, mais ne la blâmez pas. Jake est vraiment un bon coup. Et une partie d'elle l'aimait encore.

Maintenant ses yeux s'étaient parfaitement acclimatés à l'obscurité ambiante et Ophelia percevait distinctement les bâtiments autour d'elle. Mais ce qui la touchait le plus, c'est ce qu'elle ressentait. Les présences. Des humains, elle en était sûre. Mais elle sentait surtout une force impressionnante. Et mauvaise. C'est là qu'elle la vit. Debout, à découvert, confiante. Ses cheveux châtains descendaient en cascade, suivant ses courbes pulpeuses et désirables. A ses pieds une jeune femme était à genoux, retenue par les cheveux. Autour, d'autres créannes, bien moindres en comparaison. Sans réfléchir, Ophelia la mit en joue. Elle n'avait pas le luxe d'attendre que Jake se montre pour agir. Elle savait qu'il était là. Pendant un instant elle avait senti son odeur musquée si caractéristique. Mais elle n'avait pas le temps. La créanne se retourna vers elle. Oh, elle était belle, mais si confiante qu'elle en devenait vulgaire. D'ailleurs, cela ne fit que se confirmer lorsqu'elle ouvrit la bouche...

“C’est pas toi que je cherche Brindille. Même si ça m'ennuierait pas de te croquer.”

Brindille ? Ophelia tiqua. Elle la prenait pour qui, Kate Moss ? Ophelia savait que sa carrure n'était pas bien impressionnante, mais tout de même...

“ Je sais qu’il y a un bien plus gros poisson ici ! Et je sais que je ne peux pas le voir. Donc je ne me trompe pas en me disant que Jake Hills nous a fait l’honneur de sa présence ! Je suis flattée mais tu n’as pas peur que notre chère Ka soit jalouse ?”

Ophelia serra les dents. Evidemment, la créanne savait que Jake était là. Ce n'était pas ça qui l'énervait. C'était la mention de l'autre. La "chère Ka". C'était qui celle-là ? La jalousie en elle. Sentiment totalement injustifié, elle-même ne s'était pas proscrite à l'abstinence depuis leur rupture. Mais elle n'aimait pas imaginer Jake avec quelqu'un d'autre. Cette image la dégoûtait. Et le rire de la créanne ne fit qu'accentuer son dégoût.

“Tu sais quoi, je les libère tous et je ne lui révélerait rien de tes petites infidélités si tu te rends. Je trouve que c’est honnête, ta vie vaut bien celle de quatre personnes ?”

Ophelia soupira. C'était un piège, c'était évident. Jake allait s'en rendre compte bien évidemment, sauf si... Merde. Ophelia regarda la jeune femme qui essayait en vain de se dépêtre de l'emprise de la créanne. Il y avait un otage. Et Jake ne manquerait de la considérer comme telle, elle aussi. Ophelia serra la mâchoire. Elle ne voulait pas être la princesse à sauver. Elle pouvait se débrouiller seule. Peu importe ce que cela lui coûterait. Pendant qu'elle essayait d'anticiper la réaction de Jake, Ophelia ne cessait de tenir la créanne en joue. Elle faisait des efforts, mais elle se doutait bien qu'elle ne devait pas être bien effrayante. D'autant qu'elle tremblait de tout ses membres. De froid, mais de peur surtout. Peur de s'être trompée, de voir Jake mourir, et cette jeune femme. Et de mourir aussi, sans doute. Mais cela ne la préoccupait pas vraiment. D'autant plus qu'elle sentait la présence des autres créannes s'effacer. Jake ne restait pas inactif, au moins. Mais elle avait besoin d'un signe avant d'agir. Elle ne savait même pas comment ça se tuait, une créanne ! S'il lui avait laissé cette arme, c'est qu'elle devait pouvoir être utile, mais jusqu'à quel point ? Pendant qu'elle examinait cette situation elle vit la silhouette de Jake se dessiner dans le dos de la créanne. Elle croisa son regard. Il lui en voulait, c'était clair. Il ne devait pas avoir l'habitude qu'on lui désobéisse. Mais Ophelia, elle, n'aimait pas qu'on lui donne des ordres. Elle ne regrettait rien. A ce moment-là elle ne pensait plus qu'à ses mensonges, ses secrets. Il ne pouvait s'en prendre qu'à lui même. S'il lui avait tout avoué en temps et en heure, au lieu de vouloir la protéger comme si elle n'était qu'une jolie poupée en porcelaine, il n'en serait pas là. Et puis, elle n'osait pas se l'avouer, mais l'histoire de la "chère Ka" l'excédait. Jake était à lui. Ou il n'était pas. Point.


“Je suis là Miss Schwarz. Un sniper est actuellement posté en haut du pont. Vos deux amis sont morts, comme vous pouvez vous en douter. Relâchez Lily et laissez les partir et je vous suivrais. Rompez notre marché et vous êtes morte.”

Il devait parlé des deux gars en tenue de commando. A moins que ce ne soit un bluff. Elle préférait miser sur cette dernière option. Ophelia regarda la dénommée Lily, puis releva la tête vers Jake. Comment pouvait-il parler de "marché" avec un être aussi abject. Et surtout, comment pouvait-il croire qu'elle le laisserait se jeter en pâture ? Elle ne servait donc à rien ? Elle était si inutile que ça ? Ophelia resserra son emprise sur l'arme pour masquer ses tremblements. De colère cette fois.

" Je ne veux pas que tu me suives. Je veux que tu meures. Et de la main de la Brindille. J'aurais préféré que ce soit par la main de ta douce Katharina... Mais traîner ton cadavre à ses pieds suffira pour me combler. Meurt et ils sont tous libre. Dès l'instant ou tu touches le sol. Ton sniper saura s'en assurer n'est ce pas ?"

Encore cette Katharina ? Mais c'était qui celle-là ? Et la Brindille c'était... Minute. La Brindille c'était elle. Que devait-elle faire ? Ophelia battit de ses cils de biche, perdue.

"Fait le."

L'anglaise fixa Jake, abasourdie. Comment pouvait-il lui demander une chose pareille ? Comment osait-il ? Il croyait qu'elle allait lui obéïr aveuglément ?! La créanne éclata de rire. Un rire glacial. Et la regarda. A elle. La petite humaine insignifiante. D'après Jake.

"Allez la Brindille. Tic tac tic tac. Le temps passe."

Mais Ophelia continuait de la tenir en joue, elle. Et Jake de la fixer, les yeux tels des poignards.

"Oh, mais c'est que tu tiens à lui ? Mais tu sais, toi, tu n'es rien pour lui. Tu n'es pas vraiment son genre, d'ailleurs. De ce que je sais, il les préfère plus blondes, et plus... inhumaines."

Ophelia serrait tellement l'arme que les jointures de ses articulations étaient blanches. Elle s'imaginait une femme, une de ces blondes russes qu'elle détestait tant, susurrer des mots doux à Jake, son Jake. Et lui restait impassible. Ses yeux, toujours aussi froids, continuaient de lui répéter de tirer. Et l'autre de la prendre pour une idiote.

"D'accord."

Sa voix ne tremblait même pas. Si c'était son plan, elle allait le faire. Elle allait tirer. Mais elle allait se faire plaisir. Ophelia changea de cible. Elle ne tremblait plus. Elle croisa le regard de Jake une dernière fois. Elle avait dix coups. Elle enleva le cran de sécurité.

Un. Dans le genoux gauche. Il tombe.
Deux. Loupé. Trop haut.
Trois. L'épaule gauche. Il souffre.
Quatre. L'épaule droite. Loupé. Trop haut encore.
Cinq. Le coeur. Il s'effondre. Touché.

Silence. Ophelia ne bougeait pas, fixant le corps de Jake. Il l'avait voulu, il l'avait eu. La créanne éclata de rire. Elle jubilait. Lâchant les cheveux de Lily, elle s'approcha de Jake. Ophelia se rua sur la medium et la poussa dans son dos, faisant bouclier, et mis la créanne en joue, encore. Elle l'igorait. Elle lui tournait le dos, Penchée devant le corps immobile de Jake. Souleva son bras gauche. Le lâcha. Il retomba. Comme mort. Ophelia inspira. Elle avait encore cinq coups. Elles pris une profonde inspiration et tira sur la créanne.
Genoux. Épaule. Cœur.

Faites que ça marche...

Voir le profil de l'utilisateur



Merci Nanna pour ce fabuleux kit <3

Jake
Messages : 207
Localisation : Dans la congrégation. Je n'y bouge presque jamais.
Loisirs : Tricot et Piano. Uniquement.
Humeur : Stoique.
avatar
Jake Hills

Personnage...
Pouvoir: Caméléon
Dieu: Nin Hursag
Age: 31 ans
Jeu 5 Fév - 10:08
Demander à son ex de vous tirer dessus n’était définitivement pas l’idée du siècle. La dernière fois que l’émissaire avait été touché par une balle c’était il y a trois ans. Il avait presque oublié l’effet que cela faisait. Tandis que l’homme chutait au sol, il pouvait entendre les balles continuer de pleuvoir. Quelques secondes plus tard une deuxième le touchait à l’épaule gauche. Le choc et la douleur l’irradiait dans ton son être. Mais ce n’était pas assez pour venir à bout. Ophélia le savait. Elle mettait du coeur à l’ouvrage pour sa mort. La londonienne devait le haïr mais au moins elle obéissait. Une dernière munition vint se loger dans sa poitrine. Elle avait visé le coeur cette fois ci. L’émissaire remercia tout les dieux que la demoiselle ne sache pas viser. Un peu plus et elle touchait un des organes vitaux. Son plan avait fonctionné. Tandis que son sang se répandait sur le sol la créanne se jetait sur lui, jubilant. Allongée sur le coté, prit de tremblement, Jake sortie sa lame de rasoir de sa manche, attendant qu’elle soit penchée au dessus de lui pour lui assener un coup fatal. Il amorca son ultime attaque lorsque que d’autres détonations retentirent dans le dos d’Helena. Celle ci fut touché une fois et prit sa forme animale, une buse, pour s’enfuir. Les deux autres balles vinrent siffler près de son visage, écorchant sa joue.
Lily se releva, sortant de son état de léthargie et accouru auprès de Jake, faisant pression sur sa blessure à la poitrine. Ses réflexes d’infirmière étaient salvateur. Le visage de Jake perdait de plus en plus ses couleurs. Les voix et les formes devenaient indistinctes. Il sentait le monde s’agiter autour de lui. Qu’il était confortable de se laisser bercer par le bourdonnement dans ses oreilles. Les yeux dans le vague, il n’analysait plus rien, mais il sentait que les hommes étaient perdus sans ses ordres. Un dernier effort Jake. Sa bouche pateuse articula quelques syllabes tandis que Mark accourait rejoindre les trois autres.

“Evacuation"

Le missionnaire et Lily aidèrent le géant à marcher en direction du van de la première équipe. Jake laissait une trainée sanglante derrière lui. Lorsqu’on l’installa sur la banquette arrière, sa seule pensée fut celle qu’il allait tacher le cuir. Mark prit le volant, Lily prit place sur le siège de devant ordonnant à Ophélia, d’un ton glaciale et colérique

“ Hé toi ! Tu appuies sur sa blessure à la poitrine et fait attention à ce qu’il ne perde pas conscience. Parle lui. Il faut le mener d’urgence à l'hôpital. Sinon…

Mark la coupa séchement tout en démarrant en trombe

“N’oublie pas de qui on parle. C’est pas trois balles qui vont le tuer. Tu voulais une augmentation l’assistante ? Si Jake ne m’avait pas fait signe de ne pas te descendre, je te jure, tu aurais une balle entre les deux yeux. Tu as été une putain de gêne. S’il n’avait pas eu ta peau à sauver aussi, il aurait facilement pu sauver Lily sans ce carnage ! Qu’est ce que tu crois que t’a prouvé en défiant ses ordres ? Tu crois qu’il ne sait pas libérer un otage ?! Tu ne comprenais rien à la situation. Tu l’as mit au pied du mur et il a du céder à l’autre pute. ”

Le missionnaire avait 24 ans, c’était un blond à l’accent américain. Il avait dans son attitude quelque chose des GI Joe. Les deux membres dans la congrégation semblaient franchement irrité d’avoir leur chef dans cet état laissant leurs émotions les submerger. A moitié allongé, la tête du brun reposait contre l’épaule d’Ophélia. Ses long doigts compressaient la blessure et cherchait à capter son regard. L’émissaire était prit de frissons empêtré dans ses souvenirs. Le syndrome post traumatique aimait bien frapper à la porte de son esprit dans ce genre de moment. Son souffle rauque était irrégulier. Mais sa vie n’était pas en danger. Son instinct de survie était incroyable. C’est celui ci qui l’avait fait dévié la balle fatale en pivotant de quelques degrès. Les à coups de la voiture provoquaient une douleur lancinante dans son épaule et son genoux. Son téléphone retentit, mais personne ne répondit. Il n’avait pas besoin de lire pour savoir qui avait téléphoné. Isaac devait être au courant maintenant, la première équipe était sûrement de retour à la congrégation. Ophélia… Oui… Il fallait que quelqu’un la prenne en charge… Sa voix était faible, mais affirmée.

“Effie. Tu trouveras Isaac. Il t’aidera. ”

Son frère était probablement fou d’inquiétude. Mais il n’avait aucun doute sur sa présence lorsqu’il arriverait à l’hopital.


Voir le profil de l'utilisateur




Garde son calme en #33cc99 ♥️
Spoiler:
 

Messages : 36
Localisation : Là où mon esprit me porte...
Loisirs : Rêver ?
Humeur : Rêveuse
avatar
Ophelia Slane

Personnage...
Pouvoir:
Dieu: Enlil
Age: 26
Jeu 5 Fév - 11:19
Tirer sur Jake avait été jouissif. Tirer sur la créanne avait été une erreur. Bon, elle l'avait touché une fois, au genou sans doute, mais ensuite plus rien. Pourtant elle n'avait pas mal visé, non. D'ailleurs, elle s'en sortait pas si mal pour une novice en tir réel. Mais la brune vulgaire s'était changé en oiseau. En oiseau ! En buse, plus précisément, ce qui lui allait plutôt bien, mais depuis quand ces créatures ce changeait-elles en autre créatures ?
L'adrénaline était retombée, Ophelia avait baissé son arme, tremblant de tout son corps, sonnée. Autour d'elle les gens s'affairaient autour de Jake. Il n'était pas mort. Elle s'en doutait. Lors de son dernier coup elle avait volontairement visé le cœur, sachant pertinemment qu'elle ne serait pas capable de l'atteindre. Et puis pour le symbole, aussi. Elle avait bien pensé à lui ficher une balle entre les deux yeux mais cela aurait risqué de lui être vraiment fatal. Et elle ne voulait pas abîmer son visage. Elle entendit Jake articuler un ultime ordre de sa voix pâteuse de blessé. Même dans cet état il fallait qu'il donne des directives ! Les prenaient-ils tous pour des idiots pour ne pas croire qu'ils étaient capables de penser tout seul à une évacuation ? Enfin, peut être ses sbires l'étaient-ils car ils ne commencèrent à se bouger qu'après cet ordre. Sortant de sa léthargie, Ophelia les suivit dans le van noir aux vitres teintés. Elle n'avait même pas besoin de ses yeux pour les suivre, l'odeur du sang suffisait.

“ Hé toi ! Tu appuies sur sa blessure à la poitrine et fait attention à ce qu’il ne perde pas conscience. Parle lui. Il faut le mener d’urgence à l'hôpital. Sinon… ”

Ophelia fronçait les sourcils. Elle n'aimait pas les ordres. Et elle n'avait pas envie de parler à Jake. Néanmoins elle s'exécuta, s'assis derrière Jake pour pouvoir compresser sa blessure à la poitrine. C'était pas passé loin. L'anglaise était tellement en colère qu'elle ne savait pas si elle regrettait ou non que son ultime tir ait loupé ou non. Elle détestait se sentir le pantin d'un plan.

“N’oublie pas de qui on parle. C’est pas trois balles qui vont le tuer. Tu voulais une augmentation l’assistante ? Si Jake ne m’avait pas fait signe de ne pas te descendre, je te jure, tu aurais une balle entre les deux yeux. Tu as été une putain de gêne. S’il n’avait pas eu ta peau à sauver aussi, il aurait facilement pu sauver Lily sans ce carnage ! Qu’est ce que tu crois que t’a prouvé en défiant ses ordres ? Tu crois qu’il ne sait pas libérer un otage ?! Tu ne comprenais rien à la situation. Tu l’as mit au pied du mur et il a du céder à l’autre pute. ”

Ophelia serra les dents. Pour qui il se prenait, celui-là, avec son accent de cow-boy ? Ophelia avait toujours détesté les américains, avec leur air suffisant et  leur attitude de G.I. C'était physique. Aussi elle ne se gêna pas pour lui répondre d'une voix cinglante.

"Moi, j'ai été une gêne ?! Si vous, vous n'aviez pas été une bande d'incapables il n'aurait pas eu à prendre les devants, et moi non plus par la même occasion ! Bon sang je suis nouvelle et j'ai vu l'embrouille à trois kilomètres, et vous vous dites professionnels ? Laisse moi rire !"

Ophelia senti Jake frissonner contre elle, aussi abandonna-t-elle sa joute verbale pour se concentrer sur lui. La compresse qu'elle pressait était toute poisseuse, elle en saisit une autre et remarqua que ses mains étaient couvertes de sang. Elle n'arrivait pas à réaliser que c'était elle qui avait fait ça. Le téléphone de l'émissaire sonna mais personne n'y prêta attention. Pourtant cela sembla faire un déclic chez Jake.

“Effie. Tu trouveras Isaac. Il t’aidera."

Sa voix était faible. Ophelia n'aimait pas ça. Pas plus que le fait qu'il use de son surnom devant les autres. Il était réservé à l'intimité, bon sang ! Comment pouvait-elle rester crédible un seul instant face à ces idiots en costume de guerre s'il l'appelait par ce stupide diminutif. Jake commença à s'endormir et la dénommée Lily paniqua. Pas Ophelia. Elle était trop en colère. De sa main droite elle asséna au blessé une gifle magistrale, laissant une traînée de sang sur sa joue, mais au moins cela le réveilla, même si elle ne savait pas vraiment si c'était la gifle ou la sensation d'être sali qui eu cet effet.

"Toi, ferme-là tu veux ! Et arrête de me donner des ordres ! Tu me prends pour qui ? Une gamine ? Je sais très bien me débrouiller toute seule ! Et arrête de me donner les informations au compte-goutte ! Comment tu veux que je m'en sorte si je n'ai pas toutes les données, espèce d'émissaire foireux"

Un air amusé se peint dans le regard de Jake. Ce qui eu le don d'énerver encore plus Ophelia.

"Et ne te moque pas de moi !"

Lily la fixait, éberluée. Evidemment, elle n'était pas capable de lire dans changements quasi-invisibles d'expression de Jake. Mais à ce moment-là, Ophelia s'en fichait. Elle serrait encore plus la compresse sur la poitrine de Jake. Ses mains étaient pleines de sang.

"Comment peux-tu te moquer après ce que tu m'as demandé de faire ? Qu'est-ce qui serait arrivé si j'avais réussi ? Si je t'avais tué ? Toi, tu aurais été enfin libéré de toutes tes tourmentes, mais moi ?J'aurais dû vivre avec ça sur la conscience, toute ma vie ? Je compte si peu pour toi que tu te fiches de m'infliger ça ?"

Sa voix se brisait. Les larmes lui montaient. Mais elle ne voulait pas que les autres le voient. Elle ne voulait pas paraître faible. Mais elle n'arrivait pas à se retenir. La réalité de ses actes lui apparaissait. C'était trop d'émotions d'un coup. Aussi plongea-t-elle le visage dans le cou de Jake, de telle façon à être cachée par ses longs cheveux noirs et que seul le canadien puisse l'entendre.

"Je ne veux pas que tu meures. Jamais. Tu m'entends ? Tu n'as pas le droit de m'abandonner. Pas encore. Pas maintenant..."

Les larmes coulaient. Leur odeur salée se mêlait à celle de sang et de musc que dégageait Jake. La van s'arrêta et on ouvrit la porte. Une armada d'infirmiers se jeta sur Jake, l'arrachant de l'étreinte de la jeune femme. Qui les suivit, comme une somnambule.

Elle avait tiré sur son ex. Toutes les filles en rêvaient. Sauf elle...

Voir le profil de l'utilisateur



Merci Nanna pour ce fabuleux kit <3



Page 1 sur 1
 
Les Chroniques de Sumer :: Stockholm :: Hôpital
Poster un nouveau sujet Ce sujet est verrouillé, vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.