Poster un nouveau sujet Répondre au sujet
 :: Stockholm :: Hôpital
Les moutons dans les plaines duveteuses et célestes. [Libre]
Jake
Messages : 207
Localisation : Dans la congrégation. Je n'y bouge presque jamais.
Loisirs : Tricot et Piano. Uniquement.
Humeur : Stoique.
avatar
Jake Hills

Personnage...
Pouvoir: Caméléon
Dieu: Nin Hursag
Age: 31 ans
Ven 6 Fév - 20:06
Spoiler:
 

Je me sens bien. Tellement bien, comme si ma tête était posée sur des nuages fait en laine de moutons duveteux. Je n’ai aucune envie d’ouvrir les yeux. On est bien là. Je sens l’intraveineuse dans mon bras gauche qui dispense ce qui est sûrement de la morphine. Je tente de bouger mes orteils, mes jambes sont tellement lourdes. Je suis sur que c’est Isaac qui m’a mit des bottes de plomb pour rire. J’ai l’impression que des milliers de petites fourmis parcourent mon corps. Oh, je ne sens plus cette cravate étouffante, bon sang, c’est vraiment la corde de l’homme moderne ce truc. Un jour je la brûlerai. Tiens, je suis ou déjà ? Ah oui. L'hôpital. Les créannes et tout le bordel. Et Ophélia. Je crois que c’est l’apothéose de mon horrible période. Je vais demander une augmentation à Lewis pour bons et loyaux services. Et si je prenais ma retraite ? Non. Je suis trop indispensable et puis… je m’emmerderais sec.
Tiens on s’agite autour de moi. Oh qu’ils aillent tous se faire voir, je vais jouer à l’inconscient encore un peu. J’ai l’impression que mes pensées partent dans tout les sens comme la toile d’un peintre sous acide.

Je pensais quoi déjà ? Je crois que j’ai des absences. C’est très étrange pour quelqu’un d’aussi brillant que moi de ne plus avoir pleine possession de son intellect. Je suis sur que c’est Renzo qui essaie de me le voler. Bon, c’est sympa d’avoir l’impression de planer en compagnie de moutons duveteux dans les plaines celeste mais j’ai des choses à faire. Je crois que la mission est un franc succès, tout le monde est vivant. Je pense que ça relève du miracle ou alors de mon génie. Et mon sens inné de l’improvisation. Franchement, c’était la mission de sauvetage la plus chaotique que j’ai jamais réalisé. On s’en tire pas trop mal, puisque je suis le seul blessé. Ca donne une idée d’à quel point les autres se déroulent bien en temps normal. Je deviendrais pas un peu mégalo moi ?

En tout cas, je pense qu’on va avoir des ajustements à faire sur les différentes équipes. Mais ca devrait être vite fait. Je crois que j’ai compris comment l’équipe de sauvetage c’est fait pieger. Ils peuvent pas être aussi con quand même. Lily a du s’être fait posséder par une créanne assez discrète et indiquer de se jeter dans la gueule du loup. Ils pouvaient pas s’en douter. C’est la seule explication de leur échec.

Tiens, faut que je rachète de la laine bleu pour finir l'écharpe. Je l’offrirais à Isaac. Il les met jamais et pourtant il les jette pas. Qu’est ce qu’il fout avec ? Je lui demanderais à l’occasion. J’ai l’impression d’avoir Effie dans ma tête en fond sonore depuis que je me suis réveillée. J’entends résonner son “Espèce d’émissaire foireux”. C’est la première fois qu’on me dit que je suis mauvais dans ce que je fais. Ça m’a fait sourire. Elle doit être partagée par un tas de sentiments contradictoires. Je crois qu’elle m’en veut de lui avoir dit de me tirer dessus. Je suis sur que sur le coup, ça lui a pas déplu. Je savais qu’elle le ferait. Elle me fait une confiance aveugle, elle savait que j’avais un plan. D’ailleurs, c’est assez intéressant de voir que Mark n’a pas réagit, ils me font tous confiance. C’est… assez stressant. J’ai beau partir en improvisation totale, ils me suivent les yeux fermés. Je me fouttrais une balle dans la tête qu’ils penseraient que ca fait partie du plan et que je trouverais un moyen de m’en tirer.

Bon c’est vrai, je m’en tire toujours. Je met ça sur le compte de mon instinct de survie. Puis j’avais pas totalement envie de mourir dans ces bâtiments désaffectes. Effie aurait été complètement paumé à la congrégation. Isaac serait venu me botter le cul chez Ershkigal, Lewis serait bien trop content et ensuite bien emmerdé avec tout les rapports. Puis, j’ai pas encore fini mon bouquin, je trouverais ca vachement frustrant de quitter cette terre sans avoir fini mes choses en cours. Le cratère est toujours pas rebouché et puis si j’étais plus là, Katharina ferait pas long feu.

J’ai des tas de bonnes raisons de rester en vie. Tiens les voix familières continuent de bourdonner dans mes oreilles. Une plus proche, celle du médecin probablement pose son diagnostic.  

“ Aucune balle n’a touché d’organes vitaux, c’est un miracle vu la distance. Il aura des belles cicatrices juste. La personne qui a tiré ne devait pas foncièrement souhaiter sa mort. L’épaule devrait guérir rapidement, le genou… il faudra un bon mois avant qu’il ne remarche convenablement. C’est la balle à la poitrine qui m’a le plus inquiété, il devrait cracher un peu de sang quelques temps et ressentir des douleurs pulmonaires mais c’est temporaire. C’est du au choc. C’est un homme solide, je ne doute pas de sa convalescence. Il faudra juste qu’il n’en fasse pas trop.”

J’entends la porte se refermer. Je sens quelqu’un s'asseoir sur le rebord de mon lit et dégager quelques mèches de cheveux de mon visage. Cherche pas c’est peine perdu. Elles reviennent toujours devant mes yeux. Bon, j’ai connu pire comme blessures. Je m’en tire même vachement bien je trouve ! Demain je pourrais rédiger le rapport et reprendre le boulot.
Et si je signalais que je suis conscient ? Non. J’ai pas envie. Pas tout de suite.

Voir le profil de l'utilisateur




Garde son calme en #33cc99 ♥
Spoiler:
 

Messages : 55
Localisation : Salle d'entraînement!
Loisirs : Cuisiner.
Humeur : Eh les mecs, je vole!
avatar
Isaac Smith

Personnage...
Pouvoir: ... Aucun?
Dieu: Enlil
Age: 25
Ven 6 Fév - 22:12


"Monsieur Smith, on a un soucis avec votre frère."

En trois secondes, Isaac avait déjà fait le lien. Il avait entendu les équipes se presser, parce qu'il était en train de boire un café avec son carnet a dessin à quelques mètres de leur passage.
Des otages, des créannes. Tout le tsoin tsoin. On sort les Snipers, on sort les commandos. Il avait regardé passer Mark, déguisé en parfait Solid Snake tout droit sorti d'un Metal Gear trop réaliste, en sirotant son café.

L'homme en avait assez entendu. Sans en savoir plus sur la situation, il avait lancé un "Je serai à l'hôpital dans cinq minutes, merci."

Puis son portable glissa de sa main, alors qu'il percutait enfin. Son frère avait faillit claquer. L'incroyable Émissaire Jake Hills, second de la congrégation après Lewis, le directeur, s'était bouffé du plomb. Il n'avait pas écouté les détails ni cette histoire de gonzesse incapable sortie de nul part qui avait fait tout foirer. De toute manière, après 7 ans de métier, Isaac commençait à se douter que leurs missionnaires étaient parfois vraiment cons.

Le portable percuta enfin le sol. Lassé des smartphones aux vitre brisées pour une pichenette, il avait acheté un téléphone qu'il pouvait balancer à l'autre bout du réfectoire de la Congrégation sans qu'il n'ait une seule rayure. Il venait d'avoir son baptême du feu, l'engin. D'une manière presque décevante, la magie des téléphones "solides" opéra. Il rebondi contre le parquet, valdingua quelques mètres plus loin avant de s'immobiliser.

Isaac descendit lentement son regard sur l'objet, un sourcil haussé, puis revint a la réalité. Il se précipita sur sa veste, ramassa son portable, et ouvrit la porte de sa chambre d'un grand coup de pied, manquant de briser le nez d'un professeur qui passait là. Vu l'absence de commentaires et son air grave, en réponse à l’œil noir d'Isaac, il devait savoir. Le gaillard, veste en cuir sur le dos, fonça vers le parking de la Congrégation, tout en se roulant une cigarette.

Il s'arrêta au bord du parking, à côté d'une Porsche 911 gris métallisé, neuve, brillante. Isaac mit en bouche sa cigarette, l'alluma, et sorti ses clefs de la porte interne de sa veste. D'un geste vif et assuré, il déverrouilla l'anti-vol de son vélo parqué juste à côté, et l'enfourcha, pédalant comme un dératé jusqu'à l'hôpital. Isaac n'avait pas de voiture. Isaac le vivait bien.

On avait pas l'habitude de voir le petit frère de Jake dans les couloirs de l'hôpital. Pour la simple et bonne raison qu'il n'y allait pas souvent, très rarement blessé au point d'y être emmené de force. D'une constitution remarquable, il n'avait surtout jamais commis de folies en mission. Surtout pas de pseudo-sacrifices pour sauver des vies.

Service de réanimation, deuxième étage. Bien. Si Jake repartait avec son intraveineuse dans sa robe fendue, Isaac aurait le temps de le rattraper avant qu'il pointe son nez dehors. Grimpant les escaliers quatre à quatre, le jeune homme palpa ses poches, cherchant son téléphone portable. Fouillant méthodiquement, il aurait presque pu dresser un inventaire de ce qu'il avait sur lui, à savoir, pas grand chose. Un paquet de mouchoirs en papier, ses clefs, son matériel de tabagisme, son portefeuille, et un poing américain. Il ne l'avait pas déclaré, et personne ne l'ennuyait avec ce détail. Jake se baladait bien avec de quoi raser l'Europe entière sur lui, sans parler d'autres.

Il trouva enfin son téléphone, placé sur sa poche pectorale gauche. Les gars lui avaient envoyé le numéro de chambre dans laquelle il devrait atterrir après son opération, et Isaac serait là pour les accueillir.

La porte s'ouvrit alors que le lit était poussé jusqu'à l'emplacement prévu dans la chambre. Morphine en intraveineuse. Trois balles retirées, une à deux centimètres du cœur. Une jeune femme suivait le petit convoi, et leva un regard sur Isaac. Des grands yeux. Il répliqua en haussant un sourcil, lui lâchant son regard blasé qu'il avait dans son arsenal -disponible uniquement en cas de Jakerie de niveau deux-, la mâchoire crispée.

Dans un suédois imprégné de son accent anglais, il lança "Hur är Jake?", se massant doucement la tempe.

Le médecin lui répondit promptement après avoir soupiré et regardé l’Émissaire. Puis ressorti, laissant Jake dans son coma, Isaac dans son amertume, et la jeune femme, inconnue au bataillon, dans son anonymat. Svelte, élancée, de long cheveux noirs bleutés, et... Un poignet dans le plâtre. Vu l'état du dit plâtre, il était là avant la petite aventure.

Isaac prit une grande inspiration, fermant les yeux, et levant le visage au plafond. Puis il entendit un froissement de tissu, un matelas se déformer. Reportant son regard sur Jake, il vit la jeune femme remonter les cheveux de Jake, avant que ceux-ci ne reviennent presque instantanément dans ses yeux, comme élastiques. Il connaissait bien ce soucis, car il avait les mêmes cheveux épais et indomptables. Il souffla sur une mèche, retournant vingt ans en arrière le temps de trois secondes, avant de retourner dans la réalité. Qui était cette femme?

Sa voix, grave et rauque, s'élança du fond de son torse. Il fallait débuter les hostilités avant que Jake ne se réveille.

"Cherche pas, personne n'a jamais réussi à mettre de l'ordre dans le foutoir que forme ses cheveux."

Bon. Pas top pour un premier contact. Mais ils feraient avec.

"Je m'appelle Isaac. Isaac Smith. Enchanté."


Voir le profil de l'utilisateur



Messages : 36
Localisation : Là où mon esprit me porte...
Loisirs : Rêver ?
Humeur : Rêveuse
avatar
Ophelia Slane

Personnage...
Pouvoir:
Dieu: Enlil
Age: 26
Sam 7 Fév - 8:20
Lorsqu'elle avait suivit le convoi d'infirmiers qui avaient sortis Jake du van, elle avait espéré pouvoir les suivre, un peu stupidement. Mais quelqu'un l'avait retenu par l'épaule - Lily de toute évidence - pendant que quelqu'un d'autre entrait dans le van, fermant les portes derrière lui. Il s'assit devant elle. Grand, musclé, crâne rasé, visage barré d'une cicatrice, il avait la dégaine d'un personnage de manga qu'elle n'arrivait pas à se remettre. Un maître des interrogatoires, si ses souvenirs sont bons. L'homme la fixait d'un regard placide. La jeune femme regarda autour d'elle. En fait, même le va avait pris l'allure d'une salle d'interrogatoire. Merde alors. Elle soupira.

"Qu'est-ce que vous voulez savoir ?"

Sa voix était lasse. Déjà. Mais ce n'était que le début des explications. Elle avait dû - il lui avait semblé que ça avait duré des heures - expliquer encore et encore qui elle était, dans la vie, celle de Jake, celle de la Congrégation. Puis elle avait dû expliquer ce qui s'était passé. Elle avait espéré que Lily, Mark, ou même cet idiot de Timoté aurait pu l'aider, mais non. Lily ne se souvenait de rien jusqu'au moment où elle avait tiré, Mark n'avait fait que suivre les ordres aveuglément, et Timoté avait dit qu'elle était la nouvelle assistante de l'émissaire. Ce qui était faux. Et qui la mettait dans de beaux draps. La tête dans les mains elle soupirait. Voilà que Lily avançait qu'elle avait dû être possédée par une créanne ou dieu sait quelle stupidité. L'anglaise n'en pouvait plus. Elle releva la tête, leur cria assez, et sorti du van. Enfin. Elle ne voulait plus perdre son temps ici.
Dehors le soleil se levait, pourtant Ophelia ne pris même pas le temps de se perdre dans l'admiration de ce spectacle dont elle raffolait habituellement. Non. Elle fonça au bureau des urgences et demanda où était Jake. On s'inquiéta pour elle - elle avait du sang et de la boue partout - mais on finit par lui répondre. Salle d'opération. Ses jambes tremblaient. Elle demanda où, quand, comment, on lui expliqua qu'elle ne pouvait pas y aller, quand une mise à jour sur l'ordinateur indiqua qu'il venait de sortir. Ophelia fonça, rattrapa le brancard devant l’ascenseur, et les suivit.
Arrivés au deuxième étage un autre homme les rattrapa. L'anglaise leva les yeux vers lui, intriguée. Pendant quelques secondes elle avait cru voir Jake. Mais Jake était dans le brancard. Cela ne collait pas. Elle se dit qu'elle y réfléchirait plus tard. L'homme parla au médecin en suédois, mais avec un accent bien moins parfait que l'émissaire. Peu importe. Elle se pencha sur Jake, caressant ses cheveux. Leur contact avait toujours suffit à la calmer.

"Cherche pas, personne n'a jamais réussi à mettre de l'ordre dans le foutoir que forme ses cheveux."

Ophelia leva les yeux vers l'autre homme. Elle était fatiguée. Sinon elle se serait fait un plaisir de lui asséner une réplique cinglante. Mais pas maintenant. Pas aujourd'hui. Mais ce n'était que partie remise. L'anglaise en profita pour scruter l'homme devant elle, pas de façon vraiment discrète d'ailleurs, mais elle était définitivement trop fatiguée pour la subtilité. L'homme devant elle n'avait pas l'air plus âgé qu'elle malgré les cernes qui barraient son visage. Il avait aussi le teint typique des fumeurs. Et il était grand. Très grand. Et une épaisse touffe de cheveux noir qui ressemblait étrangement à celle que la jeune femme était en train de caresser. Elle fronça les sourcils. Quelque chose clochait.

"Je m'appelle Isaac. Isaac Smith. Enchanté."

C'était donc lui. Pratique, elle n'avait même pas besoin de le chercher, il était venu tout seul. Ça lui évitait de suivre un autre ordre de Jake. C'était pas plus mal.

"Ophelia Slane. C'est un plaisir."

Sa voix était glaciale. Ophelia soupira, pris sa tête entre ses mains. Elle n'avait aucune raison d'être aussi hautaine avec ce garçon. Il s'inquiétait juste pour Jake, comme elle. Ophelia était fatiguée, les cernes sous ses yeux devaient être au moins aussi grosses que celle de cet Isaac, dont elle sentait le regard peser sur elle. Ophelia commença à se masser les tempes pour mettre du clair dans ses idées, mais ses mains avaient une drôle de texture. Elle les regarda. Elles étaient couvertes de sang séché.

Charmant, pensa une petite voix dans sa tête.

La brune cligna des yeux plusieurs fois, chassant l'image de Jake se vidant de son sang dans ses bras - tiens, son pull noir en était couvert, lui aussi - et regarda le deuxième brun de la pièce. Bon. Quand faut y aller, faut y aller !

"Il paraît que je devais te trouver. Tu es bien aimable d'être venu, ça m'évite cet effort. Mais, autant que les choses soient claires. C'est moi qui ai tiré sur cet idiot. Enfin, sur Jake. Alors si tu veux t'énerver, t'exaspérer, ou que sais-je encore, vas-y, lâche-toi. C'est le moment."

Sa main se glissa instinctivement dans les cheveux de Jake. Bon, à bien y réfléchir c'était peut être pas la meilleure approche pour une première rencontre. Mais elle en avait marre des sermons, alors autant tout mettre à plat le plus vite possible. On passera aux affaires sérieuses après.

Voir le profil de l'utilisateur



Merci Nanna pour ce fabuleux kit <3

Messages : 55
Localisation : Salle d'entraînement!
Loisirs : Cuisiner.
Humeur : Eh les mecs, je vole!
avatar
Isaac Smith

Personnage...
Pouvoir: ... Aucun?
Dieu: Enlil
Age: 25
Mar 10 Fév - 12:16


"Alors si tu veux t'énerver, t'exaspérer, ou que sais-je encore, vas-y, lâche-toi. C'est le moment."

Le visage d'Isaac se tordit en un petit rictus. Il était énervé, c'est sûr. Sa main trépignait doucement sur son bras, tapotant son avant bras de son index. Il n'avait pas sa tenue habituelle qui essayait d'en jeter autant que le costard trois pièces de Jake. Il avait mis un t-shirt noir qui passait par là, et sa veste en cuir actuellement grande ouverte, le tout manches retroussées. Définitivement, il n'était pas préparé pour sortir chercher son frère à l'hôpital. Il puait probablement de la gueule, avait du enfumer le médecin. Ses cheveux étaient gras, preuve qu'il n'avait pas pris de douche. Isaac sortait de son sport quand ses collègues ont appelé, et ça se voyait. Il avait tout de même pris la délicatesse de mettre du déodorant, qui se mêlait à son odeur de transpiration plus qu'il ne le masquait.

Mais ça, Isaac s'en foutait. Son apparence importait peu. De toute manière, "Ophélia" n'en menait pas plus large, et Jake encore moins. Finalement, il était le seul en entier du groupe, et il ne s'en plaignait pas. Et puis, qu'est ce qu'elle baragouinait, là, la gonzesse de son frère? Elle essayait de se faire battre en s’agrippant à Jake comme s'il allait de nouveau se faire tirer dessus.

Isaac tourna la tête, jetant un regard morose à travers la fenêtre. Il tirait la gueule, pour sûr.
"Vous avez déjà assez bouffé comme ça. Putain. Tu crois que j'ai que ça à foutre, d'engueuler la gonzesse de Jake?" Son accent Canadien ressortait plutôt bien. Il l'avait un peu perdu à Oxford, mais s'était empressé de le retrouver une fois arrivé en Suède, une fois qu'il s'était retrouvé à parler anglais avec des gens de tous horizons.

La seconde d'après, il regardait à nouveau Jake, esquissant un sourire. "Déjà, c'est une grande victoire que cet enfoiré soit cloué au lit, ça lui fera des vacances. On m'a raconté son trip de se faire tirer dessus, là." Ses yeux remontèrent lentement vers Ophélia, qu'il plongea dans le regard de la femme.

"Ça aurait été moi, j'aurais collé une balle entre les deux yeux de la Créanne. Je sais pas ce qui est passé par la tête de Jake quand il voulait faire cette connerie, mais toi, tu l'as suivi les yeux fermés."
Tremblant, Isaac sortit sa blague à tabac, roulant une cigarette comme il le pouvait. Il lâcha un juron quand son filtre tomba au sol, puis ajouta une dernière phrase.
"Jake donne des ordres que tout le monde prend pour du pain béni. Pour le coup, il fallait réfléchir, y'avait des foutus snipers partout. Crois moi qu'elle aurait pas eu le temps de trancher Jake avec une balle de 7.62 dans la tempe."

Il shoota dans son filtre au sol, en sortant un autre.

"T'es pas la plus fautive dans le tas. Je fulmine contre le manque de jugeote des glands qui me servent de collègue."

Il ne mentait qu'à moitié. Effectivement, Ophélia a été entraîné malgré elle dans une histoire qui ne la regardait pas. C'était devenue à coup sûr une Medium, si elle ne l'était pas déjà auparavant.
Avec de la chance, ça calmera un peu Jake sur le sacrifice si quelqu'un pleure sur lui à chaque danger qu'il prend.
Isaac savait prendre les coups sans pour autant mettre sa vie en danger. Son frère, par contre, l'inquiétait franchement sur ce coup. Il l'avait rarement vu dans cet état.

Isaac ouvrit la fenêtre, sa cigarette roulée, et sorti un briquet de sa poche, avant de rencontrer le regard d'Ophélia. Il grommela, et rangea le tout, croisant de nouveau les bras, se faisant lentement rafraîchir par le petit courant d'air filtré par la fenêtre en oscillo-battant.

Voir le profil de l'utilisateur



Messages : 36
Localisation : Là où mon esprit me porte...
Loisirs : Rêver ?
Humeur : Rêveuse
avatar
Ophelia Slane

Personnage...
Pouvoir:
Dieu: Enlil
Age: 26
Mar 10 Fév - 17:12
"Vous avez déjà assez bouffé comme ça. Putain. Tu crois que j'ai que ça à foutre, d'engueuler la gonzesse de Jake?"

Ophelia senti ses joue chauffer et retira vivement sa main des cheveux de l'émissaire, marmonnant un "Je ne suis pas sa "gonzesse"..." que le Canadien n'eu pas l'air d'entendre. Au moins, résonna une petite voix dans sa tête, s'il la prenait pour sa copine cela devait vouloir dire qu'il n'avait personne d'autre... Pensée qui fit étrangement chaud au cœur de la jeune femme.

"Déjà, c'est une grande victoire que cet enfoiré soit cloué au lit, ça lui fera des vacances. On m'a raconté son trip de se faire tirer dessus, là."

Ophelia leva les yeux vers le brun. Au moins, il ne la blâmait pas. Et il avait même plutôt l'air d'accord avec elle, ou tout du moins assez proche de Jake pour le critiquer, contrairement à tous les subordonnés qu'Ophelia avait rencontré jusqu'à présent. Avec une grimace, elle repensa à Mark et son air de G.I. coincé.

"Ça aurait été moi, j'aurais collé une balle entre les deux yeux de la Créanne. Je sais pas ce qui est passé par la tête de Jake quand il voulait faire cette connerie, mais toi, tu l'as suivi les yeux fermés."

Il était mignon lui. Comme si c'était l'envie de tirer sur cette traînée qui lui avait manqué ! Ophelia s'apprêta à répliquer quand elle remarqua que le dénommé Isaac avait les mains qui tremblaient alors qu'il tentait tant bien que mal de se rouler une cigarette. Il avait beau essayer de se donner de la contenance par ses paroles et sa voix, tout son être criait le contraire. Il était clair qu'il s'était précipité au chevet de Jake sans prendre le temps de quoi que ce soit, tout autant qu'il avait eu l'air bouleversé de le voir cloué dans un lit d'hôpital à côté d'une inconnue agitée de la gâchette ! Ophelia commençait à se demander quel lien pouvait les lier, lui et Jake...

"Jake donne des ordres que tout le monde prend pour du pain béni. Pour le coup, il fallait réfléchir, y'avait des foutus snipers partout. Crois moi qu'elle aurait pas eu le temps de trancher Jake avec une balle de 7.62 dans la tempe. T'es pas la plus fautive dans le tas. Je fulmine contre le manque de jugeote des glands qui me servent de collègue."

Ophelia sourit. Enfin un membre de la Congrégation qui ne voyait pas en l'émissaire une sorte de gourou dont il fallait suivre les ordres quoi qu'il arrive. Et qui voyait les risques engendrés par cette incompétence. L'anglaise se leva et s'accouda sur le mur, face à Isaac, profitant elle aussi de l'air frais de cette matinée d'hiver. Fatiguée, ses yeux se perdirent quelques instants dans le ciel, se demandant quand ces nuages passeraient au-dessus de Londres ou Sheffield. Peut être que sa mère aussi les regarderait passer ? La pensée de sa ville natale la fit redescendre sur terre. Elle ne pourrait sans doute jamais y retourner. Elle tourna la tête vers le Canadien.

"A vrai dire, je ne suis pas vraiment la "gonzesse" de Jake. Ou, tout du moins, je ne le suis plus. Depuis longtemps, d'ailleurs. C'est aussi pour ça que je n'ai pas tellement rechigné à lui tirer dessus lorsqu'il me l'a demandé. La proposition était... tentante..."

Disant ses mots, elle plongea ses yeux turquoises dans le regard cerné de son interlocuteur. Malgré ses cheveux gras et son t-shirt trempé de sueur, il n'était pas déplaisant à regarder. Il lui rappelait un peu Jake à leur rencontre, la faisant remonter des années en arrière...

"Au diable le règlement, tu m'en roules une ?"

Elle avait une folle envie de fumer, et ses clopes étaient restées dans son sac. Dans la voiture de Jake. Sur le pont. Elle était presque sûre qu'une espèce d'équipe d'investigation était en train d'inspecter ses affaires à la recherche de preuves sur son identité. Elle n'était pas prête de le revoir, ce sac ! En plus, une question ne cessait de revenir dans sa tête. Glissant la cigarette que lui tendait Isaac entre ses lèvres, elle ne put plus se retenir.

"Au fait, tu es qui, toi, pour Jake ? Un de ses amis, son bras droit ou quelque chose comme ça ? Parce qu'on peut pas dire qu'il y ait foule à son chevet..."
Voir le profil de l'utilisateur



Merci Nanna pour ce fabuleux kit <3

Jake
Messages : 207
Localisation : Dans la congrégation. Je n'y bouge presque jamais.
Loisirs : Tricot et Piano. Uniquement.
Humeur : Stoique.
avatar
Jake Hills

Personnage...
Pouvoir: Caméléon
Dieu: Nin Hursag
Age: 31 ans
Mar 10 Fév - 18:26
Mon frère.” La voix rauque de l’émissaire était presque guttural. “C’est mon petit frère.”  Jake avait entendu assez de conneries et semblait s’être décidé à se manifester. Les médicaments le droguait encore un peu, mais plus assez pour lui faire perdre ses moyens. Le géant se redressa en serrant la machoire. Il ne supportait pas être allongé ainsi. Puis une quinte de toux. Bordel, alors qu’il portait une main devant sa bouche les multiples fils l’entravaient. Se débattant entre la perfusion et tout le reste d’un air exaspéré. Il fit signe aux deux autres de se taire tandis que sa toux se calmait. Quelques petites traces sanglantes. On avait probablement du le mettre sous assistance respiratoire et lui défoncer la gorge par la même occasion. L’homme reprit sa respiration sous le regard inquiet des deux.

“ Isaac. Ton plan n’avait que 75% de chance de réussite dans la configuration actuel. Clair manque de visibilité pour les deux snipers et tu as un délai de 4 secondes avant de perdre tes moyens lorsque tu reçois une balle dans la tête. Largement suffisant pour égorger Lily. De plus, ils auraient pu manquer la cible. Il fallait la faire bouger de l’otage, pour des raisons de sécurité, donc qu’elle vienne vérifier ma mort. Auquel cas, le plan avait 90% de chance de réussite et de multiples ouverture. J’ai pu la toucher au flanc gauche avant qu’elle ne batte en retraite” Il avait dit tout cela d’un ton égal. Oui son plan était le meilleur. “Mes ordres sont absolues, ni une médium, ni un missionnaire ne peut les remettre en question. A moins que l’un de vous deux soit devenu Président du Conseil des émissaires et que je n’en ait pas été informé ?” C’était une remarque cinglante, Jake était contrarié et le faisait bien sentir “Soyons clairs, j’ai fais mes preuves.” Il appuya sur la phrase laissant même le temps à Isaac de se remémorer toutes ses missions et à Ophélia de les imaginer. “Tout le monde le sait et donc personne ne remet en question mes décisions. Ces glands, comme tu les appelles, m’ont suivie, comme toujours et la mission de secours a été un succès, malgré la gêne que représentait Ophélia. Alors oui, mes ordres sont du pain béni et ne vous avisez pas de revenir sur le sujet.”

Jake n’était pas un tyran. Il laissait cette place au directeur. Parce conte, il était d’un extrême autoritarisme. Conscient de ses responsabilités, il ne pouvait laisser un grain de sable, une rumeur ou quoi que ce soit, venir perturber le fonctionnement de la congrégation. Même si pour cela il devait se mettre à dos ses rares proches.  

“Vous vous inquiétez pour moi. Sinon vous ne seriez pas là. Mais vos sentiments ne doivent jamais rentrer en ligne de compte lorsque je suis en mission. Je dispose de ma vie tel que je l’entends. Si elle peut permettre la réussite ou l’échec d’une mission je m’en sers. Je tente de préserver un maximum de vie, mais je peux demander aux missionnaires de se sacrifier pour la congrégation. Je me dois d’en faire autant. Si vous ne pouvez pas supporter cela, alors dégagez. Vous me gênez dans mon travail.”

Le silence s’abbatie encore une fois. Un gars un peu plus émotif que Jake aurait été content de voir qu’il y avait ses proches à son réveil. Pas Jake, la réalité revenait bien trop vite. D’ailleur il fallait qu’il songe à rentrer rédiger son rapport.

Voir le profil de l'utilisateur




Garde son calme en #33cc99 ♥
Spoiler:
 

Messages : 55
Localisation : Salle d'entraînement!
Loisirs : Cuisiner.
Humeur : Eh les mecs, je vole!
avatar
Isaac Smith

Personnage...
Pouvoir: ... Aucun?
Dieu: Enlil
Age: 25
Mar 10 Fév - 19:06


Des fois, Isaac adorait son frère.

Des fois, il le détestait. Il venait de retrouver le même pompeux qui l'avait accueilli à la Congrégation par une jolie dislocation de bras. Le même Jake, froid, porté sur les statistiques, et totalement inhumain.

Le garçon encaissa les paroles de son grand frère, une veine ressortant sur sa tempe. Il ne l'interrompait pas, parce que c'était son supérieur. Isaac se doutait bien que Jake écoutait en douce, mais il s'était simplement lâché devant la jeune femme, parce qu'il était en rogne, parce que Jake, son meilleur ami et frère de sang, avait faillit claquer.
C'était en quelque sorte un moyen de dissiper sa rage. Une fois le long monologue terminé, où Isaac n'avait pas sourcillé, et durant lequel il s'était roulé une cigarette pour accompagner Ophélia, qu'il avait allumé, il ouvra enfin la bouche, voyant que la jeune femme ne réagirait pas de sitôt.

"Tes statistiques, tu sais où tu peux te les mettre, Jake, on en a déjà parlé. T'es le second de la congrégation. T'as la responsabilité de tout le monde, c'est sûr, mais tu dois surtout être dans les derniers à claquer." Sa voix se brisa sur la fin. "Parce que c'est comme ça que ça marche, la chaine de commandement! Sans personne pour beugler des ordres, y'a plus rien, putain! T'as toujours pas compris ça?!"

Sa voix était partie dans les graves. Digérant ses propres mots, il se passa la main devant son visage. A la manière des acteurs, il se mettait comme ça un point de repère pour changer d'expression faciale, et se remettre dans son rôle. Après tout, Jake avait fait ses preuves. C'est vrai. La mission avait aussi été un succès.
Isaac rouvrit les yeux.

"Avec le recul d'une balle de Sniper dans la tempe, elle aurait été projetée au sol. Le calibre aurait détruit le bulbe rachidien, coupant immédiatement le message nerveux, et on aurait pu ordonner un double tir. Avant d'essayer de me niquer sur des trucs aussi élémentaires, arrête de te prendre pour un martyr."

Il fourra ses mains dans ses poches, et fonça vers la porte, avant d'ajouter, presque de manière assassine.

"Ta vie vaut plus que la mienne ou celle d'un Missionnaire comme un autre. Elle vaut encore plus que celle d'un Medium. Tu t'y es toujours pas fait."

Isaac disparut presque instantanément, claquant la porte derrière lui. Ça arrivait souvent, ces prises de tête. D'ailleurs, c'était peut être pour ça qu'il n'était plus envoyé sur le terrain avec Jake. Le frère cadet trouvait toujours un moyen de reprocher quelque chose à ses statistiques. D'ailleurs, c'était ridicule.

Les statistiques sont fait par des statisticiens, dans des bureaux, avec toutes les données. Elles font suite à des calculs, à l'application de lois, et prennent en compte le moindre paramètre. Il n'y a aucune chance que celles émises au pif par Jake soient valables, ou même représentatives de la réalité.

Isaac descendit les escaliers en se demandant pourquoi il faisait une fixette sur ces statistiques. Il y avait tant de choses à reprocher à Jake, mais c'était bien l'application mathématique de ses compétences qui l'exaspéraient au plus haut point.

Une infirmière engueula avec force l'homme qui passait, cigarette au bec, au milieu des couloirs. L'envie prit l'homme de lui apprendre le respect, mais la pensée que des gens avaient besoin de cette femme un peu vulgaire l'arrêta net. S'excusant platement, il écrasa sa cigarette contre sa chaussure, et sorti de la cage d'escaliers, pour finalement prendre l'air.

Voir le profil de l'utilisateur



Messages : 36
Localisation : Là où mon esprit me porte...
Loisirs : Rêver ?
Humeur : Rêveuse
avatar
Ophelia Slane

Personnage...
Pouvoir:
Dieu: Enlil
Age: 26
Mar 10 Fév - 20:02
Son petit frère. Encore une nouveauté. Mais ça ne devrait plus l'étonner. Après l'existence des dieux, sa nature de medium, le boulot d'assassin, maintenant, le petit frère. Ophelia se demandait quelle serait la prochaine surprise de son ex-amant. Elle écouta son discours amer sans même lui attribuer un regard, portant régulièrement sa cigarette aux lèvres. Jake ne parlait qu'en statistiques. Des chiffres dénués de toute réalité qui ne servaient qu'à lui donner raison. Ophelia ne doutait pas dans ses compétences, il devait sans doute être un très bon assassin pour être monté si haut en grade. Elle grimaça. C'était une belle image de leur Congrégation ça. Tuer pour réussir. Dire qu'elle devait les rejoindre... N'écoutant Jake que d'une oreille, elle l'entendit tout de même la qualifier de "gêne", mais elle ne sourcilla pas. Elle savait qu'elle aurait mieux fait de rester sagement dans la berline plutôt que de descendre du pont, mais c'était bien mal la connaître que de croire qu'elle le ferait. Elle espérait que, quelque part, Jake en avait conscience.

“Vous vous inquiétez pour moi. Sinon vous ne seriez pas là. Mais vos sentiments ne doivent jamais rentrer en ligne de compte lorsque je suis en mission. Je dispose de ma vie tel que je l’entends. Si elle peut permettre la réussite ou l’échec d’une mission je m’en sers. Je tente de préserver un maximum de vie, mais je peux demander aux missionnaires de se sacrifier pour la congrégation. Je me dois d’en faire autant. Si vous ne pouvez pas supporter cela, alors dégagez. Vous me gênez dans mon travail.”

Cette fois, Ophelia ne pu rester stoïque. Elle tourna la tête vers l'émissaire et lui jeta un regard glacial. Comment pouvait-il dire ça ? Elle, d'accord. Au fond elle n'était plus pour lui que l'incarnation des souvenirs d'une époque passée, mais dire de telles choses à son propre frère ? Ce dernier ne tarda d'ailleurs pas à réagir, remettant son aîné à sa place. Il parlait en termes techniques mais sa voix laissait transparaître son émotion. En cela il était tout l'inverse de Jake qui semblait lui perdre de son humanité avec les années.

"Ta vie vaut plus que la mienne ou celle d'un Missionnaire comme un autre. Elle vaut encore plus que celle d'un Medium. Tu t'y es toujours pas fait."

Le visage d'Ophelia se teinta d'un sourire sans joie. Ce garçon trouvait les mots justes pour gifler son frère, mais elle ne savait pas s'il s'en rendait seulement compte. S'il ne réagissait pas après ça c'est qu'il était irrécupérable. Elle regarda le jeune homme quitter la pièce, claquant la porte derrière, puis elle se tourna vers Jake, la cigarette aux lèvres. Armé de son éternel masque, il essayait de ne rien laisser paraître, mais Ophelia le connaissait trop bien pour y croire, ou tout du moins l'espérait-elle. Elle alla s'asseoir au bord du lit du brun, sentant son bras métallique glacé contre sa cuisse. Jake serrait les poings et les dents. Les mots de son frère l'avaient touchés. Avec un soupir, Ophelia lui tendit sa cigarette à moitié consumée.

"Prends-la donc. Je crois qu'actuellement, tu en as plus besoin que moi."

Sans un mot, le brun glissa la cigarette entre ses lèvres. Ophelia n'arrivait pas à capter son regard, alors elle regarda une nouvelle fois par la fenêtre.

"Il n'est pas si bête qu'il en a l'air, ton cher frère. Tu devrais l'écouter plus, si tu veux mon avis. Même si je ne suis pas sûre que l'avis d'une "gêne" soit si utile que ça."

Ophelia lui jeta un regard amer, tentant de saisir le regard émeraude de Jake, toujours masqué par ses cheveux. Il la fuyait. Encore.

"Par contre, ne compte pas sur moi pour tomber dans ton piège. Je ne partirais pas. Et je ne te laisserais pas croire que tu as raison plus longtemps."

Ophelia serrait les draps blancs entre ses mains toujours maculés de sang. Elle bouillait intérieurement. En vérité, si elle s'était écoutée elle aurait giflé Jake et serait partie en claquant la porte, elle aussi. Mais elle devait garder son calme. Saisir sa chance de raisonner Jake.

"Je ne parle pas de ton travail, je suis sûre que tu y excelles et je ne me permettrait pas de remettre en question tes capacités. Je parle de toi. Tu fais fausse route en croyant pouvoir disposer de ta vie comme tu l'entends. Pas parce que la Congrégation compte sur toi, j'en ai rien à carrer de cette fichue Congrégation ! Mais si tu es prêt à lâcher la vie si facilement, c'est que tu as une bien piètre estime de ton importance."

Glissant une mèche de cheveux derrière son oreille, l'anglaise continua d'une voix plus basse.

"Si tu veux mourir, fais-le. Mais ne t'attribue pas une fin héroïque pour sauver les apparences, d'autant que tu sembles oublier l'effet que ça fait de voir quelqu'un mourir sous ses yeux. Alors si tu veux crever, vas-y. Assume. Mais je ne te croyais pas du genre à abandonner si facilement..."
Voir le profil de l'utilisateur



Merci Nanna pour ce fabuleux kit <3

Renzo
Messages : 1270
Localisation : Dans la merde jusqu'au cou... Mais genre vraiment.
Loisirs : Border Ersh avant qu'il se couche
Humeur : Comme une souris asthmatique devant un tigre, haha !
avatar
Renzo Layne

Personnage...
Pouvoir: Primordial et complémentaire, la grande classe pas vrai ?
Dieu: Ershkigal
Age: 380 cette année, ça se fête non ?!
Jeu 12 Fév - 1:41
HRP : Faut pas me dire libre à moi, les gens xDD (sorry pour les petites erreurs de scénario, je corrige ça !)


_ Renzo, je ne suis pas sûr que ce soit une bonne idée.
_ Quoi ?! Mais j'ai encore rien dit-
_ T'as pas besoin, je veux pas savoir ce que tu viens faire là.
_ Mais Jammy-
_ Ici on soigne les malades, pas les morts ok ?! Et je vais pas recoudre ton bras, parce que c'est absolument répugnant et qu'il repousse tout seul.
_ Mais je viens pas ici pour mon bras ! Je viens pour voir un malade !
_ Même pas en rêve. Le dernier que tu es venu visiter a sauté par la fenêtre.
_ Pas ma faute c'était un taré.
_ Ren !
_ Ok mais là c'est différent tu vois ! C'est... Heuuu... Un pote !
_ Sérieux ?
_ Non pas vraiment. Mais alleeeeeez...
_ Non.
_ Ha pitié, te mets pas à faire comme Steek...
_ ... Qui ?
_ Jake Hills.
_ C'est non.
_ Ok. Tu préfères peut-être que je passe par la façade comme la dernière fois ? Ou celle où je suis passé par les ombres et que j'ai atterri dans la salle de l'ablation des cerveaux ?
_ C'était une opération à crâne ouvert.
_ Ha. Ben ça puait.
_ Bon laisse moi maintenant j'ai du boulot. Et oublie tes tentatives foireuses, le directeur a fait installé e qu'il faut pour te limiter l'accès.
_ Raaaaah mais vous êtes chiants, pourquoi vous voulez pas me laisser emprunter la porte, pour une fois !
_ Ho mais tu vas en emprunter une, et elle va dehors.

Je souffle et regarde l'armoire à glace qui sert à la fois de super docteur et de videur d'hôpital (si vous croyez pas que ça existe, sérieux passez voir Jammy, je suis sûr que vous allez faire dans vos frocs.) Mais c'est vrai quoi, je veux juste allez voir Jake quoi... Enfin voir est un bien grand mot. Naaaan je veux pas me foutre de sa gueule... Mais se faire flinguer par son ex ? Arrêtez c'est super drôle pour le mec trop droit dans ses bottes qu'il est ! Je peux pas rater une occasion pareille (en plus c'est le genre de trucs qui m'arrive tout le temps et ils se foutent bien de ma gueule les classieux... Y'a que Nath qui a un minimum de respect quoi.)
A la base je pensais même que ce serait Steek lui même qui se pointerait pour se foutre de lui, mais je crois qu'il a d'autres choses à régler en ce moment, comme le parfait alignement de ses nouvelles cigarettes et le deuil de ses anciennes. Pa-ssio-nant. Y'a que Steek et Jake qui aiment faire ça, c'est des trucs de psychorigides.
Comment je fais donc pour entrer ? Hey je suis pas débile, je suis tombé dans tous les pièges que Steek m'avait tendu donc je sais que la meilleure manière de passer c'est encore de...

_ Aaaarg ! P*tain Ren tu vas me le payer...
_ Désolé hein. Je t'en offrirai en or pour Noël ok ?

Je détale surexcité vers le couloir menant aux étages supérieurs, monte les escaliers tout joyeux. Non pas d'avoir castré un mec non, plutôt de passer pour une fois par la voie légale. Je suis en train de devenir réglo les gens ! Applaudissements s'il vous plait !
Je m'aperçois bien évidemment que ce bâtiment fait au moins 60 000 fois ma chambre et donc que j'aurai du regarder celle de Jake avant de courir comme un total taré mais bon... Je suis pas encore tout à fait à jour faut pas m'en vouloir, y'a des connexions qui se font pas. Je repère donc notre cher ami à l'odeur. Nan je déconne, à l'aura, quand même faut pas abuser. Et puis bon, il est passé à côté de la mort, ça je peux le sentir (et ce sera pas la première fois pour lui mais bon visiblement il a l'air de s'en branler royalement). Je croise juste avant d'entrer le frère Hills qui part en claquant la porte et fumant (ho on est dans un hosto mec !) et qui se fait engueuler par la responsable psychiatrie (j'en sais rien si c'est elle mais c'est plus drôle dit comme ça) ce qui me tire un petit rire.
Je débarque donc comme un cœur dans la salle alors qu'une mademoiselle parle (c'est qui ? Ha mais y'avait d'autres gens en fait ?!). Enfin, "le" regarder... Plutôt la chose flétrie qui essaye de parler avec la voix de Batman quoi (et une clope au bec parce qu'évidemment il peuvent pas s'empêcher de vouloir avoir l'air classe même quand ils sont immobilisés, ça me saouuuuuule !)

_ Salut la compagnie ! J'arrive pile quand on parle de mort, pas trop badass comme timing ?

Je souris comme un abruti. Bordel c'est fou ce que ça sent la déprime ici, j'ai limite envie d'aérer. Ils vont m'en vouloir si j'ouvre la fenêtre vous croyez ? Bon je vais attendre un peu avant...
Je m'approche de l’Émissaire dans son lit avec un air parfaitement angélique. Je suis un ange, on vous l'a jamais dit ? Je m'assois ensuite comme un gamin ("oups ça c'était ta jambe ? Désolé mec, je l'avais pas vue") de l'autre côté du lit (l'un des deux étant occupé par la demoiselle).

_ Ben alors Jacquouille, tu m'avais pas dit qu'on pouvait t'aliter pour une histoire de cœur ! Promis je retiens la leçon, je donne pas de flingue à mon ex. Et si tu veux mourir de honte je t'accompagne, Ersh sera super content de pouvoir jouer un peu...

Mon regard le scanne rapidement. Genoux, épaule gauche et un peu à côté du cœur. Hm, il va s'en remettre. Il va grave en chier pour courir après ça par contre, ça veut dire que je vais devoir me taper ses missions, merde...
Bon faut dire que celle où il est intervenue avait plusieurs défauts. Déjà, c'est Levy qui aurait du être mise au courant, quand c'est aux abords de la Congré c'est elle qui est le plus à même de s'en charger vu qu'elle peut pas trop voyager... Et encore ça c'est rien, Jake est surtout con de pas avoir délégué alors qu'il était avec quelqu'un. Bon et puis pour les ordres reçus de la deuxième équipe il va falloir que je me renseigne sur qui a bien pu commander ça... M'est d'avis que c'est encore des Missionnaires qui agissent sans attendre le consentement des supérieurs (je peux rien dire j'ai fait pareil voir pire à mon époque).
Enfin ça, je le garde pour moi, la politique interne de la Congré ne concerne pas cette petite médium (ni le frère machin d'ailleurs, mais bon il est partit -bordel c'est quoi son nom déjà ?! Isaaaaaa chez plus quoi ? Isaac ! Ouais bordel je m'en souviens ! Il aura juste fallu 7 ans quoi...)
Je me gratte la tête. Je crois qu'il est temps d'apporter les informations complémentaires non ?

_ Bon je passais juste pour voir si tu avais besoin de mes services mortels, mais je crois pas en fait. Ha et juste comme ça, je profite de ta faiblesse m'en veux pas, si tu voulais pas de rumeurs c'est raté, tout le bahut est au courant. Steek a commencer sa campagne de... Comment on dit déjà ? Ha ouais, "t'affichage du mauvais exemple en public", on voit ta tête partout maintenant. La photo est plutôt pas mal quoique...

Quoi ? Oui c'est jouissif, carrément même. Parce que ce mec prend jamais le temps de desserrer le cul, parce qu'il prend son job beaucoup trop à cœur et Steek pas assez, parce que des fois j'ai l'impression d'assister à un combat de coqs et d'être le poussin intelligent mais qui sert à rien (oui je sers à rien, fuck). Alors ouais c'est jouissif de lui rappeler que de temps en temps, il est humain et qu'il ferait mieux d'en profiter au lieu de se plaindre.
Parce que c'est pas le cas de tout le monde.
Voir le profil de l'utilisateur En ligne



Jake
Messages : 207
Localisation : Dans la congrégation. Je n'y bouge presque jamais.
Loisirs : Tricot et Piano. Uniquement.
Humeur : Stoique.
avatar
Jake Hills

Personnage...
Pouvoir: Caméléon
Dieu: Nin Hursag
Age: 31 ans
Jeu 12 Fév - 19:30
Beaucoup trop d’informations à encaisser en trop peu de temps. La remarque acerbe de son frère résonnait encore dans son esprit "Ta vie vaut plus que la mienne ou celle d'un Missionnaire comme un autre. Elle vaut encore plus que celle d'un Medium. Tu t'y es toujours pas fait." Puis Ophélia qui en rajoute une couche. Beaucoup trop de sentiments qui affluent. Et que fais Jake dans ces cas là ? Question à 10 millions, que fait l’émissaire lorsqu’ils se retrouve face à ses émotions ? Rien pardi ! Il reste droit, les muscles tendus, le visage fermé et la bouche close. Seul un tremblement nerveux, vient agiter sa main gauche. Ce type est une cocotte minute qui refoule depuis 30 ans. Une multitude de pensées le traverse, aspire t’il réellement à la mort ? Parfois, une manière de se décharger de sa culpabilité, de cesser ce chemin de croix vers l’expiation. Les pulsions suicidaires, font partie intégrante de sa vie depuis qu’il est atteint de son syndrome de stress post-traumatique. Mais Ophélia à tord, l’émissaire n’est pas un homme qui abandonne facilement. Sinon il aurait déjà mis fin à ses jours. Non, la congrégation à besoin de lui. C’est elle qui le maintient en vie. Mais il refuse que sa vie possède une valeur supérieure. Isaac aura beau le beugler, qu’il ne changera jamais d’avis. Jake respecte bien trop chaque vie pour réaliser une échelle. Il est celui qui refusera toujours de voir un mort comme un chiffre. Paradoxal n’est ce pas ?

Les pensées, les fragments de souvenirs se fracassent dans son esprit. Tout n’est plus que confusion. L’intraveineuse lui balance alors un nouveau shot de morphine. Apaisant la douleur lancinante de son genou. Mais soudain le coton semble peu à peu revenir. Alterner entre lucidité et semi lucidité est frustrant. Soudain, la porte s’ouvre à la volée, surgit Renzo.

_ Salut la compagnie ! J'arrive pile quand on parle de mort, pas trop badass comme timing ?

Son collègue ne se rendait probablement pas compte, mais il venait tirer Jake de ses moroses pensées. Ce n’était pas la première fois qu’il le faisait. Même s’il n’est pas possible de lire sur son masque placide les déchirements de son esprit, Renzo semblait avoir un excellent timing. Encore une fois. Le géant leva son regard vers lui et s’accrocha à sa voix, pour ne pas se faire happer par les limbes de l’inconscience.

_ Ben alors Jacquouille, tu m'avais pas dit qu'on pouvait t'aliter pour une histoire de cœur ! Promis je retiens la leçon, je donne pas de flingue à mon ex. Et si tu veux mourir de honte je t'accompagne, Ersh sera super content de pouvoir jouer un peu…

La cendre de sa roulée vient s’échouer sur les draps blancs mais il ne répond rien. Il n’a rien à répondre. Il ne craint pas le silence. Renzo agite alors ses cheveux noirs, qui sont dans un foutoir pire que les siens. Du plus loin qu’il se souvienne, Jake a toujours apprécié l’éternel adolescent. Il est d’ailleurs l’une de ses premières connaissances à la congrégation, plus jeune, il a fait les 400 coups avec lui. Mais ca, il le garde secret, c’était toujours Renzo qui se faisait chopper, Jake devenant soudainement introuvable. L’émissaire d’Ershkigal a toujours gardé pour lui le fait que le brun prenait régulièrement part à ses incartades. C’est d’ailleurs avec lui, qu’il a prit sa première cuite, à l’âge de 16 ans. Et conduit la voiture de Lewis. Qu’ils avaient défoncé soit dit en passant. (Ne laissez jamais un zombie vous apprendre à conduire, lui il s’en fou de foncer dans un mur). Mais voilà, Jake a grandit, il a vieillit et Renzo semble éternellement figé dans ce rôle qu’il s’est octroyé. Parfois, il imagine le supplice que l’homme doit vivre. Ne jamais connaître la délivrance. D’une certaine manière ils se ressemblent, condamné à vivre dans l’immédiat tout les deux.

_ Bon je passais juste pour voir si tu avais besoin de mes services mortels, mais je crois pas en fait. Ha et juste comme ça, je profite de ta faiblesse m'en veux pas, si tu voulais pas de rumeurs c'est raté, tout le bahut est au courant. Steek a commencer sa campagne de... Comment on dit déjà ? Ha ouais, "t'affichage du mauvais exemple en public", on voit ta tête partout maintenant. La photo est plutôt pas mal quoique…

Peut être qu’il s’inquiétait, lui aussi. Des gens appréciaient Jake finalement. Cette idée le toucha. Ophélia, Isaac, Renzo, ils étaient là pour lui. L’espace d’un instant il eu envie de serrer contre lui le mort vivant. Mais bien sur, incapable d’effectuer le moindre mouvement, il n’en fit rien. La morphine semblait l’affaiblir ou bien l’attendrir. Ses yeux toujours dans le vague. Un simple murmure.

“Navré de vous avoir inquiété.”

Il n’avait pas échoué dans sa mission. Comme d’habitude, c’était un succès. Mais il avait merdé, Ophélia et Isaac avait raison d’une certaine manière. Il fallait qu’il soit plus fort que son syndrome. Un raclement de gorge, ne pas laisser le temps de voir que le grand Jake est un humain, que lui aussi à des félures. Il reprend

“Renzo, tu pourrais me rapporter des Lucky Strikes ? Quant aux rumeurs, laisse donc Lewis faire, il jalouse mon fan-club. Je lui laisse cette petite victoire. Il faudrait que tu me rapportes aussi une fiche de rendue de rapport, ainsi que le dossier n°457, troisième étagère à droite derniers compartiment de mon bureau. Prend aussi mon stylo noir, pas celui à pointe épaisse celui à pointe fine. Et un critérium à écriture semi grasse. Les deux se trouve dans le premier tiroir du bureau à gauche. Et passe chez moi prendre les mythes sumérien pour Ophélia. D’ailleurs je te présente Ophélia, nouvelle médium. J’écrirais un rapport pour expliquer son cas en détail. Ah et si tu peux passer m’acheter l’ouvrage à propos de la théorie des cordes que j’ai mis de coté à la librairie ce serait sympa. Je voudrais bien sortir, mais je pense qu’Isaac va me renvoyer ici dès que je mettrais un pas devant l’autre.”

Il avait proposé son aide non ? Il ponctua le tout d’un simple merci et un demi sourire. Un brouhaha venait de l’extérieur de l’hopital. Des petits cris féminins

“Et si tu pouvais disperser les jeunes filles en fleurs de la congrégation en bas de ma fenêtre et les rassurer quant à mon état de santé. Ca m’arrangerait. Je ne te demande pas d’assurer mes cours à ma place par contre. Nath’ sera peut être plus à même. Le reste, je pourrais travailler d’ici. Je sortirais dans quelques jours, je pense.”

Voir le profil de l'utilisateur




Garde son calme en #33cc99 ♥
Spoiler:
 

Messages : 36
Localisation : Là où mon esprit me porte...
Loisirs : Rêver ?
Humeur : Rêveuse
avatar
Ophelia Slane

Personnage...
Pouvoir:
Dieu: Enlil
Age: 26
Ven 13 Fév - 18:57
Jake ne réagissait pas. Enfin, en apparence. Un œil non avisé aurait pu croire que les propos tenus par la jeune femme et son frère ne l'avait pas touché, mais c'était tout le contraire. C'est juste qu'il ne le montrait pas, comme toujours il préférait le silence. Ophelia soupira. Le silence. C'était sa réponse à tout... Alors qu'Ophelia ouvrait la bouche, s'apprêtant à en rajouter une couche, elle fut coupée dans son élan. Un homme - enfin, ça en avait tout l'air - était entré dans la chambre le plus naturellement du monde. Un collègue de Jake, de tout évidence. Un vieil ami, peut être. Avec un sans gêne magistral il les avait rejoint sur le lit d'hôpital, écrasant au passage la jambe blessé de l'émissaire. Il parla dans ce qui semblait être une langue inconnue pour Ophelia, qui commençait à se sentir sérieusement paumée dans cette Congrégation. Et elle n'aimait pas être paumée. Elle aimait avoir des repères et se débrouiller seule. La seule idée d'être dépendante à quelqu'un - actuellement, Jake - lui donnait des frissons.

“Navré de vous avoir inquiété.”

Bon. Les mots d'Isaac et elle avaient finis par faire leur chemin dans la tête du grand brun. Il en avait fallu du temps ! Ophelia bénissait les bienfaits de la morphine qui semblaient avoir enlevé les carcans que Jake se fixait tout seul. L'esprit apparemment plus clair malgré ses shots réguliers il commença à donner des directives à l'étrange adulescent, parlant de personnes et de numéros qui restaient encore totalement abstraits pour la jeune anglaise...

"Et passe chez moi prendre les mythes sumérien pour Ophelia. D'ailleurs je te présente Ophelia, nouvelle médium. J’écrirais un rapport pour expliquer son cas en détail."

Les yeux d'Ophelia se mirent à briller. Jake allait lui prêter des livres. Des livres ! Ouais bon, on est universitaire ou on ne l'est pas hein. Dans son cas, le qualificatif de rat de bibliothèque convenait très bien également. La moindre mention d'un ouvrage à lire - même s'il traitait de sujet aussi ennuyeux que la théorie de la cuisson de la langue de boeuf - suffisait à l'émoustiller. Toute heureuse à la perspective de se plonger dans de nouveaux écrits - qui en plus allaient lui permettre d'en apprendre plus sur ce nouvel univers - elle tendit la main vers Renzo. Un peu brusquement. Trop. En fait, elle lui avait donné un coup dans la poitrine... Elle n'était pas très douée quand il s'agissait de faire connaissance.

"Désolée..." murmura-t-elle alors que Jake continuait à donner ses directives.

“Et si tu pouvais disperser les jeunes filles en fleurs de la congrégation en bas de ma fenêtre et les rassurer quant à mon état de santé. Ca m’arrangerait.”

Les étoiles qui pétillaient encore dans les yeux de la jeune femme se transformèrent en poignards. Des jeunes filles en fleurs ? Il avait un fanclub ou quoi ? Ce devait être une blague. Elle se leva et regarda discrètement dans le couloir. En effet il y avait une ribambelle de jeunes femmes qui piaillaient dans le couloir. On aurait dit qu'elles attendaient que leur chanteur de boysband préféré sorte de sa loge pour leur signer des autographes. Pathétique. Dans un élan de puérilité Ophelia eu envie de leur tirer la langue. Mais non. Elle devait rester digne. Autant que possible. Alors que Jake terminait de donner ses directives à l'étrange garçon quelque chose fit "tilt" dans sa tête. Elle se retourna vers le blessé.

"Et moi, je fais quoi ?"

Non pas qu'elle veuille se rendre utile. Elle avait bien compris qu'elle n'était pas bien utile actuellement, voire qu'elle n'était capable que de catastrophe. Mais elle ne pouvait pas non plus rester dans cette chambre d'hôpital à attendre que Jake se rétablisse. Déjà, ce n'était pas un hôtel, et puis... Ses affaires ! Elle ne les avait même plus. Ophelia était sale, boueuse et couverte de sang, sans argent ni papiers. Elle avait la sensation de n'être qu'un chaton perdu entre les mains de Jake. Qui avait maintenant la lourde responsabilité de la recueillir. Ou, tout du moins, de la diriger correctement...

Voir le profil de l'utilisateur



Merci Nanna pour ce fabuleux kit <3

Enlil
Messages : 597
Localisation : Au dessus de tout
Loisirs : Te pourrir la tête
Humeur : Méprisable
avatar
Enlil
Dim 15 Fév - 17:06
Il parait que c'est à la mode c'est truc là. Je sais pas trop pourquoi. Non mais c'est vrai regardez un peu. Ouais faites gaffe à l'histoire. Vous regardez là ? Nan vous regardez pas ! Je vois bien que vous en avez rien à foutre ! Mais faites gaffe un peu merde ! Si vous croyez que ça me réjouis de voir les prétendues personnes droites et intelligentes se révéler être de parfaits idiots, c'est faux. Et cela montre que vous êtes parfaitement stupide aussi ! Je toucherais deux mots à Nin tiens ! Il faudrait qu'il tienne un peu plus en laisse ses esclaves. Non mais c'est vrai les menottes sans fourrure de préférence ça marche plutôt bien. Ou alors le collier et la chaine. Comme les chiens. Quoi que maintenant il paraît qu'il y a aussi le collier électrique. Une nouvelle technique de contrôle à distance. Enfin bon .. Bof bof si vous voulez mon avis hein. Bref Nin décidera où alors Utu trouvera un sanction je sais pas mais c'est pas possible que le seul mec qui sait un minimum gérer Steek nous clamse comme ça dans les bras hein. Tout ça parce que c'est fun ces nouveaux petits joujoux pistolets là.. Ah ça m'énerve.

C'était un bâtiment laid, stérile, puant, désagréable. Comment peut-on prétendre soigner des gens dans une pareille morgue, sérieusement ?! Homme de grande taille, revêtant une longue blouse blanche, des lunettes à la fine monture métallique, j'avançais vers la chambre qui contenait les auras les plus répugnantes du lieu. Ce brave strict man n'était pas seul. Certes non.

J'entrais alors. Une femme, maigre, brune, laide, inintéréssante. Le cadavre de Jake, quand je vous dis qu'on est à la morgue. … Un mort debout. Ouais nan ça c'est normal. Je sais pas ce qu'il fout ici, Ersh a du oublier de le ranger mais bon c'est pas grave. Enfin c'est pas possible les dieux ont vraiment aucune conscience de leurs affaires hein ! Et une chaise vide .. Ah ! Je sens ! La cigarette fraichement allumée dans le couloir. C'était la bonne chambre. On dit oust à l'apparence du Docdoc et on prend celle du beau gars stylé que je suis. Enlil est dans la place !

-Oh nooon .. J'ai raté l'un de mes souffre douleurs préférés ! Il n'y a vraiment que des incapables dans ce monde ! Vous êtes pas capable de retenir un hamster en attendant son propriétaire ! Non mais franchement !

Oui. Isaac est mon petit animal de compagnie. Ca fait maintenant 7 ans que je l'ai quand même j'ai le droit d'en faire ce que je veux. Mais je suis déçu. Je pensais vraiment pouvoir le croiser ici et le voir avec son frérot. Je suis déçu. Vraiment. Bon j'irais le voir tout à l'heure pour gacher son précieux temps de détoriation de la santé par la fumée comme il serait capable de dire. Contentons nous du frère en attendant. Regardez le. Dans quel état pitoyable il est.

-Oh mais ! Eheh .. Eh beh mon Jacky t'as pris un coup de vieux .. Espèce de vielle asperge défraichie. Pff ..

Non mais vraiment regardez le .. Il est si triste à voir. Les joues creusées comme une fausse sceptique. Les yeux vitreux. Limite si Ersh était à coté en train de lui chatouiller le nombril je serais pas étonné. Ah mais tiens .. La fille là .. Ooooooooh ! Mais la demoiselle n'est pas innocente ! Ca se sent ! Haha ! Les vielles histoires ! C'est toujours drôle !

-Tiens .. Je te pensais toujours puceau mec. Tu m'impressionnes. Enfin .. J'ai jamais cherché à savoir ce qui se passait entre toi, Lewis, Nath et .. Erk .. T'as rien fait avec Renzo j'espère ?! Oh non je veux pas savoir ! Jake tu me déçois ! Je vais retourner voir mon hamster tiens ! Lui au moins il est un minimum propre. Aaaah …

Pause. Je lache mon air dégouté pour prendre un air sérieux. Oh mais le pauvre Renzo. Je ne voulais pas lui faire de mal à lui. Il souffre déjà tant ce petit bout. Oh choupi choupi, t'inquiète pas on t'aime dans le fond et dans le noir.

-Hmm.. Désolé Renzo.. J'espère vraiment qu'un jour tu trouveras quelqu'un. Mais évite Jake tu t'attirerais quelques ennuis en plus.


Bon assez parlé. Je me suis bien imposé là, je suis content ! L'homme au corps parfait que je suis s'apprétait à sortir. Laissant son rôle de fouineur invertébré derrière lui s'appretant à retourner dans son royaume où il pourrait de nouveau mépriser l'entiereté du monde ainsi que ses frères et soeurs. Au dernier instant il se retourna, un air totalement blasé sur le visage. Le sourire carnassier, l'air de dégout, les yeux moqueurs tout l'avait quitté, on ne voyait là qu'un homme neutre.

-Ah ! Et une dernière chose Jacky ! Enfin non deux dernières choses. Ne tourmente pas ton frère j'en ai encore besoin entier et l'autre eh bien .. Tu pues Jacky ! Je sais pas ce que t'as foutu mais tu pues ! Limite ça sent pareil que quand Ina a fait exploser le bureau du grand bouffon. Fais attention à tes fréquentations, certaines sont explosives tu sais.

En soi je suis pas un mauvais mec. Je suis même génial et presque attentioné. Sur ce le costume noir se métamorphosa en un uniforme blanc l'homme sorti comme s'il était préssé. Autant retrouver ce cher Isaac tant qu'il est encore dans les parages. Je suis sûr qu'il ne sera pas contre le fait d'aller me chercher un café après en avoir reçu un sur le sommet de son crâne.
Voir le profil de l'utilisateur






God's watching you:
 

Renzo
Messages : 1270
Localisation : Dans la merde jusqu'au cou... Mais genre vraiment.
Loisirs : Border Ersh avant qu'il se couche
Humeur : Comme une souris asthmatique devant un tigre, haha !
avatar
Renzo Layne

Personnage...
Pouvoir: Primordial et complémentaire, la grande classe pas vrai ?
Dieu: Ershkigal
Age: 380 cette année, ça se fête non ?!
Lun 16 Fév - 1:17
Ça me fait de la peine, un peu. Je sais pas, voir Jake comme ça, comme un espèce de vieux radis défraîchi, c'est pas cool. Même la comparaison est moche quoi. Le pire c'est que t'as toujours envie de dire des trucs du style bien gnangnan, comme "je comprends ta douleur mec" sauf que NON, putain je peux pas la comprendre ça fait 400 ans que mon système nerveux a clamsé. Ça aussi c'est grave moche d'ailleurs. Non pas que je sois masochiste, mais le goûts des aliments, la chaleur, la fraîcheur, toutes ces sensations je les ai progressivement oubliées. Et alors me dites pas qu'il faut faire un petit effort d'imagination, vous avez déjà imaginé crever de chaud vous ? Moi oui, ben ça fait rien du tout. Du coup le seul truc que je peux dire c'est "heuuu (oui je commence toujours comme ça ceci n'est pas un soucis d'allocution don't panic) je comprends pas mais on va dire que je compatis ok ?"
Ouais revenons sur le début du commencement du sujet de la chose. Ça me fait de la peine. Genre même quand il s'excuse, j'ai limite envie de lui faire un câlin. Bon même si je me suis pas inquiété le moins du monde son nom était pas sur la liste des gens à escorter mais voilà ! Puis oubliez l'idée du câlin c'est glauque on pourrait m'accuser de pédophilie... (surtout bon je l'ai quand même connu alors qu'il avait 8 ans...)
Quand j'entends le raclement de gorge par contre je sais que ça va être la merde. Je sais pas, un pressentiment... En fait Jake je l'aime bien, mais que quand il parle pas. Parce que dès qu'il l'ouvre il devient parfaitement chiant. Sérieux man il est passé où ton humour là ?!
Je vous la fait en abrégé ? "Bon mec tu es mon esclave, tu me ramènes des clopes ("parce que je fume comme un pompier et après je demande à Steek d'arrêter la clope" fuck la logique), j'ai un fan-club j'assume, papier, papier-bis, numéro de dossier chiant, localisation inconnue (genre moi ouais j'apprends les compartiments de bureau mec...), mon stylo x2 ("parce que je suis le grand Jake j'ai MON stylo qui pète sa race, y'a une bat-mobile qui sort de la mine !"), re-localisation de tiroir (t'aurais pas les coordonnées géographiques pendant que t'y es ?), ma maison (t'as vraiment pas peur de la casse à ce que je vois...), livre (ho non putain pas un livre !), Ophélia (tiens, bonjour mamzelle !) et rapport chiant. Ha non, un dernier bouquin sur les cordes" mais genre ton frère il va te fare des trucs louches avec des cordes ?!
Comment ça ça veut rien dire ? Ben figurez vous que c'est ce que capte mon cerveau les gens alors ça va pas aller loin (oui j'ai mis des trucs en gras pour qu'on suive mieux, j'assume mon anti-clarté). Je crois que c'est un peu pour ça que Lewis a jamais voulu me faire faire l'administratif. De toutes façons il aurait essayé il aurait pas réussi. Vous voyez Gaston Lagaffe travailler ? Moi non plus, ben voilà.
C'est quand je me rends compte que mon menton pend de façon assez significative qu'il s'arrête. Bordel je sais pas tenir une tirade aussi longue moi. Et puis quand tu penses que c'est fini, y'en a encooooore ! "ET RE FAN-CLUB DANS TA FACE, parce que toi t'es un zombiiiie heuuu, et que moi je suis un putain de beau gooooosse !" Bon pour les cours je les laisse volontiers à Nath elle se débrouille très bien. J'ai jamais essayé de me faire passer pour un prof tiens (ou plutôt ça a jamais marché) faudra que je retente !
Et alors que Ophélia est en train de se poser une question existentielle, Enlil entre dans la pièce, fait son speech et repart. Et après ben j'ai sauté par la fenêtre.
BORDEL MAIS WHAT THE FUCK ?! Vous vous le dites aussi hein ? Non mais en gros si je résumais en deux phrase c'est ça. Parce qu'Enlil est un foutu psychopathe. Quand il a débarqué j'ai cru que j'allais avoir une crise cardiaque (et je sais de quoi je parle). Tous les Dieux sont imprévisibles, mais alors lui ! Lui c'est un vrai cas. Je dois pas vraiment l'apprécier en fait (je sais pas, peut-être parce qu'il a mis presque 75 ans avant de me nommer prêtre-roi de Ersh, ça peut jouer...) et ça a l'air de franchement l'amuser. Après donc une insulte ouverte à ma sexualité (j'en ai pas donc je me vexe pas trop en général) et une petite mise en garde vis à vis de Jake il se retire comme il est venu.
J'ai même pas eu le temps de caser un mot (si ce n'est un méga HEeeeeeeeuuuuuu de presque 8 secondes) que la porte se claque déjà. Ooooook. Tout va bien dans ma vie. Je sais c'est bizarre, vous vous dites qu'en 400 ans je suis habitué... Ben non. Je lève un sourcil et me retourne vers Ophélie. A. Olilia. Ouais un truc du style faites pas chier. Je lui montre la porte de façon théâtrale (un bon pointage de doigt).

_ Bordel mais t'es une méga veinarde ! Tu sais combien de temps ça m'a pris pour avoir un rendez vous la première fois avec lui ?! Et là il se pointe tranquille... Il a vraiment un grain c'est pas possible !

Je me stoppe, avec l'impression qu'elle comprends pas un traître mot de ce que je raconte. Je soupire. Ok on la refait, deuxième prise en mieux. Je me relâche, retour mode zombie. On va dire que je suis chanceux d'être anglais à la base... On reprend en anglais !

_ Ophélia, Enlil (je montre à la porte fermée), le Dieu des Dieux au passage. Dans une crise je suppose. Tu le verras sûrement plus jamais alors grave bien sa tête de con dans ton esprit. Et moi c'est Renzo. Enchanté.

Ha. Y'en a un que cette appellation aurait bien fait rire, petite dédicace à mon Dieu détesté. Je me retourne ensuite vers cet abruti d'asperge (c'est vrai qu'il ressemble à une asperge, blanc, grand, flasque).

_ J'ai pas retenu la moitié des infos Jacqouille. Ha si, je crois que Lewis m'a fait bouffé ton stylo noir. Sinon pour les livres tu peux toujours...

La porte s'ouvre grand à nouveau (bordel mais on est dans un hôpital pas dans un musée ! Enfin pas encore !) et Jammy apparaît dans l'encadrement, rouge de colère tenant très élégamment ses bijoux de famille.

_ Oups ?
_ Ren ! Viens ici tout de suite que je te fasse regretter ça !
_ Nan pas le temps. Bon Jake, code 1, tu te démerdes et on se revoit plus tard ok ? Tchuss !

Et j'ai sauté par la fenêtre. Oui, du sixième étage.
Voir le profil de l'utilisateur En ligne



Page 1 sur 1
 
Les Chroniques de Sumer :: Stockholm :: Hôpital
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet