Poster un nouveau sujet Répondre au sujet
 :: La Congrégation :: Temple d'Inanna
Retour en force: faire chier la chieuse!
Nabouh
Messages : 207
Localisation : Franchement... loin!
Loisirs : Embêter tout le monde et rire bien fort.
Humeur : Taquine
avatar
Nabouh Saifi

Personnage...
Pouvoir: Inventeur
Dieu: Enlil
Age: 17 ans
Dim 5 Avr - 18:56
Franchement, même si je ne le reconnaîtrais JAMAIS, surtout pas devant l'autre dément, avoir un pouvoir comme celui-là c'est franchement la classe. Je m'étais un peu renseigné, et j'avais fait quelques expériences ( sur lesquelles je préfères ne pas m'attarder) et du coup, je me rends compte à présent que mon pouvoir est juste absolument génial. Genre tout le monde doit être jaloux de moi.
J'ai voulu en faire profiter Halloween, mais je me suis perdu dans les couloirs... J'ai donc renoncer à l'embêter lui, malgré le foisonnement d'idées qui germait en moi. Je m'étais aussi aperçu que, pour l'instant, je ne pouvais pas créer des choses trop grosse, ni trop longtemps... et que ça fatiguait énormément. Mais le résultat valait toujours son prix. J'étais franchement grave cool!
En ce moment, vous vous attendez surement à ce que je tourne en rond dans ma chambre, cherchant un mauvais coup à faire. Eh bien faux! J'ai déjà mon plan en tête! Une personne qui m'avait bien embêté la dernière fois, et à qui j'étais ravi de pouvoir rendre la monnaie de sa pièce en lui causant quelques énervements, j'ai nommé : la déesse des pâquerettes!
D'ailleurs, j'avais déjà commencé un peu avant mon plan. Après tout, je partais du principe que les gens ne savaient pas grand chose des dieux donc, j'avais écrit tout un tas de prospectus (avec dessins à la clé ) destiné, à la manière d'une gazette, à répandre les histoires des Dieux, des ragots et, il faut bien le dire, plein de bêtises aussi. Et ma première victime avait été ma première rencontre divine. Ainsi, dans tous les couloirs de l'isntitut, on trouvait un papier avec écrit en gros:

LA VIE SEXUELLE DEBRIDEE DE SAILOR MOON

Déesse ou nymphomane? Découvrez la vérité!


Oui j'admets, c'est fabuleux n'est-ce pas? Très accrocheur comme titre. Je ne suis pas vraiment sûr qu'elle ait vu ( encore moins lu) les prospectus, donc, je me disais, qu'il faudrait autre chose pour attirer son attention. Et j'ai eu une idée lumineuse!

Il fait beau aujourd'hui. Il aurait surement mieux valu attendre la nuit mais, déjà que de jour je galère alors dans le noir... Le soleil est haut dans le ciel, on pourrait presque croire que c'est un pays vivable.Je ne sais par quel miracle je parviens à trouver mon chemin ( oui vous lisez bien...) mais j'arrive enfin jusqu'au temple-végétarium de la timbrée. Je me faufiles discrètement, du moins autant que possible, jusqu'aux premières colonnes. Là, j'avise le fait qu'il n'y ait personne, et rentre carrément à l'intérieur. Je suis sûr qu'elle me surveille du coin de l'oeil l'autre... Après tout, c'est un déesse, ça veut dire qu'ils ont une sorte de sens ultra puissant qui détecte les humains en approche non ? Sauf si elle pique un roupillon mais bon... là c'est pas mes affaires.
Je m'accroupi doucement devant une colonne sur laquelle un lierre pousse paresseusement. Un grand sourire bêta sur le visage, je commence à me concentrer de toute mes forces ( ce qui, de loin, peut donner l'impression que je cherche à pondre un oeuf mais ce n'est qu'une impression.) sur l'objet de mon vouloir. Je visualise la chose dans mon esprit, lui imprime bien toutes les caractéristiques que je veux ( ce qui en soi ne va pas loin) et utilise mon pouvoir pour faire basculer la chose dans la réalité. Je sens alors un gros coup de fatigue sur mes épaules, et soupire un bon coup. Finalement, c'est aussi fatiguant que de pondre un oeuf...
Je retrouve cependant vite mon caractère malicieux et prend à pleine main l'objet. Il s'agit d'un pulvérisateur contre les mauvaises herbes! Réprimant un petit rire, je commence à en asperger généreusement la plante face à moi...
Voir le profil de l'utilisateur

Inanna
Messages : 554
Localisation : Allongée entre les racines d'un arbre centenaire.
Loisirs : Semer des têtes et faire couler le sang. Détruire la moindre parcelle de bonté sur cette terre.
Humeur : Prête à faire chavirer ton cœur, mon cher et tendre... ♥
avatar
Inanna

Personnage...
Pouvoir: Infini.
Dieu: Inanna
Age: La Beauté est éternelle.
Ven 10 Avr - 23:48

Trop de boulot. Non, vraiment, je cours dans tous les sens depuis quelques mois. Il ne se passe pas un jour sans qu'un foutu terroriste soit obligé de massacrer des civiles - et qui doit surveiller tout ça ? C'est moi, bien entendu. Non, mais parfois, je me dis qu'il y a eu un problème dans la distribution des tâches ; déjà que je dois faire "amen" à tous les couples du monde qui sont en train de copuler joyeusement pendant que je suis forcée à l'abstinence je croule sous le travail à cause de ces gueguerres rigolotes et aux déforestations de mes foutues forêts (je vous ai déjà dit que je haïssais cordialement Ikéa, autant pour leur trafic de meubles que pour les noms merdiques qu'il leur donne ? Et leur jingle, pitié leur jingle, mais tuez-les !)... Je trouve pas ça marrant. Non : pas marrant du tout !
Et tous ces humains qui se prennent pour des dieux. Non mais qu'ils viennent me voir, je leur donne mes obligations quand ils le souhaitent, c'est pas un souci. Moi aussi je veux bien avoir des vacances et mettre les pieds en éventail sur une chaise longue. Vous me direz, ça ne m'a jamais empêché de le faire ; certes. Certes, certes, certes. Bon, je n'ai pas vraiment d'autres excuses dans mon sac : mais avouez que j'ai une éternité trop nulle ces derniers temps ! Depuis mon altercation avec Ersh la limace, il ne s'est pas passé grand chose dans le monde divin. Bon, d'accord, l'arrivée de ces choses bizarres qui s'amusent à créer des créannes - les mecs se prennent trop pour des dieux, sérieusement, ils mériteraient que je leur tatane la face avec mes Louboutin. Puis les amoureux maudits, aussi - sérieusement, si Nanna a besoin d'un peu de viаgrа c'est pas un souci, je suis sûre que ça règlerait une partie du problème ; mais déjà ils se sont parlé. C'est ouf, hein ? Bref, pas grand chose, la routine quoi. (Et oui je me mets à parler comme les d'jeuns, c'est ça de trop regarder les séries américaines... Vous me direz, le foot, c'est pas mieux. Oui je regarde le foot, un problème ? Ça donne des idées.)
Où en étais-je ? Ah, oui, mes Louboutin. Non parce que j'adore ces chaussures, et elles ont la bonne tête pour frapper les gens. Ça fait mal, un talon de Louboutin de déesse dans l’œil, je vous promets. Le truc c'est qu'à force, je finis par l'abîmer. Et vous voyez, c'est une édition collector ! Je suis grave déçue là, mais tellement. Enfin bon. La créanne que je viens de massacrer avec aura le mérite d'être morte dignement : c'est pas donné à tout le monde d'être piétiné par d'aussi belles chaussures. Et je ne dis pas ça parce que je suis énervée et que j'ai besoin de me défouler. Pas du tout.
C'est donc avec un soupir profondément agacé que je sens quelqu'un pénétrer dans mon temple. Pitié mais non, mais qu'on me fiche la paix, déjà que cette maudite créature a possédé mon goûter et l'a fait fuir, j'en ai marre ! On peut jamais s'occuper de soi ici. (Au pire j'irai trouver Nin après, il est toujours partant pour une partie de jambes en l'air.)
En me concentrant sur la congrégation, je plisse le nez. Attendez. Attendez. Mais pourquoi ?
Avec un soupir exaspéré, je passe par mon royaume pour réapparaître dans mon temple. Derrière le nabot qui s'amuse à asperger mes plantes grimpantes de désherbant.
Passablement agacée, je croise les bras sur mon chemisier crème après avoir pris soin de lisser mon tailleur.

- Aurais-tu besoin d'aide, nabot ? je l'interroge d'une voix doucereuse, tout en sachant pertinemment qu'il sursauterait en entendant ma voix juste à côté de son oreille.

Puis lève un sourcil.

- Je crains que ma vie sexuelle débridée ne concerne que moi, au passage, je continue en ricanant, lui plantant un prospectus que je viens de récupérer sous le nez. À moins que cela ne t'intéresse ?

Mon sourire s'étire. Mauvais.

- J'espère pour toi que tu as une bonne assurance vie, petit missionnaire~ Allez, va coucher. Gentil toutou.

Je désigne le sol de mon doigt parfaitement manucuré. Allez, couche-toi. De toute manière, tu n'as pas le choix, c'est moi la meilleure~

Voir le profil de l'utilisateur



Nabouh
Messages : 207
Localisation : Franchement... loin!
Loisirs : Embêter tout le monde et rire bien fort.
Humeur : Taquine
avatar
Nabouh Saifi

Personnage...
Pouvoir: Inventeur
Dieu: Enlil
Age: 17 ans
Sam 11 Avr - 20:21
Je pense qu'il est inutile de préciser que je suis très appliqué à ma tâche. J'arrose sous toutes les coutures la plante grimpante que j'ai sur les yeux. Pour l'instant, le produit ne fait pas vraiment effet mais bon, c'est trucs là c'est un peu de la camelote. Ou alors ce sont de supers plantes magiques, insensible au effet de dame nature. Bon en l’occurrence dame nature est devenu Mister, et semble équipée comme un jardiner. Mais franchement, si elle me voit vraiment, elle pourrait me remercier. elle voit toute l'attention que j'accorde à ses plantes. Elle devrait peut-être m'engager comme jardiner... Attends, ça paye un dieu ? si c'est le cas, je réclame ma rémunération direct à l'autre taré! Surtout qu'il peut me la créer..; Tiens mais c'est une idée ça!! Me créer un gros paquet d'or! Juste le temps de payer et m'enfuir avant qu'il ne disparaisse! A tester au prochain épisode!
Une voix dans mon dos me fait sursauter. J'en lâche mon pulvérisateur et me tourne lentement vers la voix, que j'avais reconnu entre mille. Impossible d'oublier celle-ci. Dois-je vous rappeler qu'elle m'a pendu la tête à l'envers la dernière fois ? Je prends mon air le plus innocent, lui adresse un grand sourire, faisant comme si de rien n'était.

-Oh bonjour vous! Ça gaze ?

Je suis tenté de rajouter "... ou ça vaporise ?" mais je ne suis pas sûr qu'elle ait vraiment le sens de l'humour. Suffit de bien la regarder d'ailleurs pour s'en rendre compte. Elle a l'air méchant, un sourire plutôt mauvais étalé sur les lèvres.
Continuant sur ma lancée, pour lui répondre, je désigne une autre plante un peu plus loin.

-AH ben, un peu d'aide n'est pas de refus. Vous pourriez vous occuper de l'autre là non ?, demandais-je avec un grand sourire débile.

Normalement, un être humain ordinaire aurait le réflexe de reculer quand on approche un objet si près de soi ( en l’occurrence une feuille de papier... MA feuille de papier). Pas moi. Du coup, je me la prends en pleine face. Je masse mon nez endolori, et saisi le feuillet. Je garde un grand sourire débile sur le visage, et relève les yeux vers elle.

-Ah bah si vous voulez vous confier vous gêner pas... Je suis tout ouïe.

J'écoute la suite d'un air distrait, sauf lorsqu'elle prononce le mot "toutou", suivi des gentils mots qui suivent. Je prends alors un air vaguement intéressé, mais tout de même choqué. Je l'observe sans détour, comme si je cherchais à la percer aux rayons X.

-Ah ouais... C'est ça votre délire au lit vous ? On croirait pas pourtant, lui dis-je comme si je regardais un spectacle particulièrement surprenant.

Puis, oubliant presque aussitôt la conversation présente, et le fait que je venais de me faire surprendre en train de martyriser les protégés d'une déesse sumérien super colérique ( m'en fiche, je ne crains pas son disque lunaire!! ), je repart aussitôt sur un sujet à mon goût bien plus intéressant.

-Vous avez vu ? J'ai eu mes pouvoirs! Vous êtes pas trop déçu de ne pas m'avoir appelé finalement... Avouez que c'est la classe quand même!

Ma mine s'assombrit presque aussitôt lorsque je repense à ... lui.

-Sauf si on compte l'autre taré qui me sert de Dieu...




Voir le profil de l'utilisateur

Inanna
Messages : 554
Localisation : Allongée entre les racines d'un arbre centenaire.
Loisirs : Semer des têtes et faire couler le sang. Détruire la moindre parcelle de bonté sur cette terre.
Humeur : Prête à faire chavirer ton cœur, mon cher et tendre... ♥
avatar
Inanna

Personnage...
Pouvoir: Infini.
Dieu: Inanna
Age: La Beauté est éternelle.
Sam 11 Avr - 22:36

... Ahhh... J'en avais oublié pendant un instant à quel point certaines créatures - notez donc "êtres humains" - pouvaient être stupides et barbants. Je n'irais pas jusqu'à dire prévisible - car je me doutais bien que ma merveilleuse manucure ne l'émouvrait pas la moindre seconde, et sa réaction me laisse plus un sentiment de profonde lassitude que de colère. Qu'il est difficile d'être une déesse, hein... On pourrait presque en faire un sketch en pièce de théâtre. Casting : Inanna, joue son propre rôle. Nabot : celui d'un petit homme stupide qui s'amuse à asperger de désherbant le temple de ladite déesse. Non pas que je sois particulièrement outrée par son attitude - après tout, Lorenzo est bien pire... du moins c'est ce que j'imagine - mais... Disons que j'ai quelques difficultés à comprendre pourquoi il se donne tant de mal. Pour quelque chose qui ne sert à rien, hein.
Non parce que je vois pas comment mes plantes pourraient faner avec ça... Évidemment, lorsqu'Ersh est venu me rendre une petite visite amicale (ahah) je pouvais bien m'en inquiéter : c'est un dieu ! Mais lui. Non mais vraiment. C'est... Comment disent les humains, déjà ?
Pitoyable ? Sûrement une chose dans ce goût-là.

- Je ne sais pas comment tu fais pour avoir des idées aussi saugrenues...

Doucement, je me pince l'arête du nez et me la masse. Bien. Ce n'est pas très étonnant au final si Enlil l'a choisi ; ce sont les mêmes gamins tous les deux : trop d'idées stupides et effarantes de connerie qui grouillent sous leur crâne. Sauf que l'un est un Dieu, et l'autre un pauvre humain que je peux réduire à l'état de purée palestinienne en quelques secondes. Chouette, pas vrai ? Je sais que je suis merveilleuse, merci merci.

- Navrée de te décevoir, Nabot. Mais si tu t'y intéresses tant, c'est bien que tu dois avoir des problèmes d'ordre affectifs ; trop déçu de ne pas pouvoir séduire les jolies suédoises ?

Remuer le couteau dans la plaie ? Pas mon genre voyons, je suis une divinité beaucoup trop gracieuse et aimable pour m'abaisser à de telles vilénies.
Puis je roule des yeux. Use cette fois de mon pouvoir pour obtenir de lui qu'il m'obéisse.

- Pose tes fesses au sol, allez. Maintenant.

Ce faisant, je m'éloigne en faisant claquer mes talons contre le marbre blanc au sol, agitant doucement les mains pendant que je parle. Non, je ne suis pas en manque d'interlocuteur.

- Je te plaindrais presque, à dire vrai, et je te rejoins sur ce point : mon frère a tendance à être quelque peu disjoncté.

Evidemment, je n'irais pas jusqu'à dire qu'on l'apprécie pour cela ; mais bon.

- En revanche, ne compte pas sur moi pour te dire que je regrette de t'avoir comme missionnaire ; nous n'aurions jamais pu travailler ensemble. Regarde-toi : tu as le sex-appeal d'une mouche et les muscles d'un bulot, je fais mine de regretter.

Avant qu'un sourire en coin n'étire mes lèvres. Quoi, un problème ?

Voir le profil de l'utilisateur



Nabouh
Messages : 207
Localisation : Franchement... loin!
Loisirs : Embêter tout le monde et rire bien fort.
Humeur : Taquine
avatar
Nabouh Saifi

Personnage...
Pouvoir: Inventeur
Dieu: Enlil
Age: 17 ans
Dim 12 Avr - 12:57
Oula, elle n'a pas l'air ravi la reine des fleurs. En même temps, c'est vrai que je ne suis là que pour la faire chier, pour être honnête. Pourtant, alors que je m'attendais à un déchaînement des éléments ou à voir des arbres s'animer pour venir me transpercer de partout, elle se contente de secouer la tête en soupirant genre " quel imbécile, il n'en vaut pas la peine..." C'est vexant! Je préfères encore qu'elle s'énerve.
Mais je n'ai pas le temps de lui dire ce que je pense qu'elle réponds déjà à mon interrogation de tout à l'heure. je hausse les sourcils à mon tour, toujours un grand sourire sur le visage.

-Ben je pensais que c'était normal de s'entraîner avec son nouveau pouvoir, dis-je innocemment.

Mes délicates oreilles réagissent en revanche à ma nouvelle appellation : " Nabot" ... Je reste de marbre un moment, le temps que l'information remonte à mon cerveau puis lui adresse un regard d'abord furieux (ben oui, je vais pas bien réagir face à une insulte!) puis plus apaisé, après un instant de réflexion!

-Hey! Vous m'avez donné un surnom! Ca veut dire qu'au fond de vous, vous m'aimez bien ? pas vrai Sailor moon ?

Je ne lui dis pas en revanche que, en réalité, sa vie sexuelle ne m'intéresse pas tant que ça. Je suis mine de rien quelqu'un de pudique, je ne veux pas tout savoir sur les gens. Après, s'ils se livrent, ça ne concerne qu'eux mais moi je ne pousse pas les gens à parler de leurs ébats. Mais bon, étant la déesse de l'amour, je pensais qu'elle serait TRES ouverte sur ce genre de truc.
Comme elle doit s'y attendre ( je suis sûr que c'est pour ça d'ailleurs qu'elle m'attaque avec ça ), je regimbe sous l'injure et lui réponds vertement.

-Pffff mais qu'est-ce que vous avez tous à dire que je manque d'affection? Je suis quelqu'un d'affectueux NATURELLEMENT c'est tout!!!

Ca me rappelle ce que l'autre blond bizarre m'a dit aussi. Que j'étais en manque d'affection... Les gens ne comprennent rien. Ils se font tout de suite des idées sur tout. La première chose qui leur vient c'est que je suis en manque, ils se disent pas un seul instant que je peux juste être gentil!!! Non, pas un instant! Des idiots moi je dis.

-Et puis les Suédoises... J'aime pas. C'est des beautés froides, pas attirantes du tout.

En disant cela, une question que je me posais depuis un moment me revint à l'esprit et j'enchaînais immédiatement sur ça.

-D'ailleurs vous êtes bien des dieux sumériens non ? Vous viviez quelque part dans ma région auparavant, où il fait chaud... Pourquoi vous y êtes pas restés ? C'est quoi cette idée de prendre un repère dans le glaçon du monde ? demandais-je intrigué.

Je n'eus pas l'occasion de développer ma pensée davantage, puisque je fus contraint de m'asseoir au sol. Franchement, je en compris pas ce qui se passait mais, à la seconde où elle me l'ordonna, mon corps réagit tout seul, comme pour se mettre au garde à vous. Attends comment elle fait ça elle ? C'est pas de l'abus de pouvoir ça ? Il n'y a pas un syndicat pour défendre mes droits, un tribunal ?

-Eh mais vous délirez déesse des orties! Je vais vous traîner en justice, c'est de l'abus de pouvoir!

D'ailleurs, maintenant que j'y pense, les dieux... Ils peuvent être jugés ? Dans le sens, est-ce que quelqu'un leur dit s'ils commettent des fautes où ils font ce qu'ils veulent ? C'est surement le mien qui doit se charger de ça, en tant que "roi" des Dieux ( je mets des guillemets très appuyés dans ma tête ).
Elle m'en parle justement de lui. Je l'écoute d'un air désemparé. Si même elle dit qu'il est timbré, alors je ne dois avoir encore rien vu.

-Pfiu... Mais, est-ce qu'il est flippant avec vous aussi ? Genre il dit rien et se contente de vous regarder avec ses yeux bizarres, demandais-je, curieux d'en savoir un peu plus sur mon dieu.

Je l'appelle le taré parce qu'il l'est, clairement, et qu'il m'en a fait bavé dans la forêt ( je ne lui pardonne toujours pas le coup de la nourriture, c'est un tour que MOI je peux faire mais pas quelqu'un d'autre sur moi! ), mais ensuite, malgré la douleur que cela m'inflige, je dois reconnaître qu'il a un côté... classe. Même si ça, je ne le reconnaîtrais jamais publiquement et encore moins devant lui!
Encore une fois, l'autre éberluée me perturbe dans mes pensées, pour en remettre une couche sur l'insulte. Je fronce les sourcils et, alors que j'allais m'énerver, je souffle un grand coup ( ce qui doit ressembler plus ou moins à un taureau qui charge ) et me contente de la regarder bizarrement en disant.

- Je suis sûr que vous trichez en plus! Comme Tsunade dans Naruto, vous utilisez vos pouvoirs pour faire jeune mais en vrai, je suis sûr que vu votre âge vous devez ressembler à une vieille croulante!, ajourais-je en lui tirant la langue comme un gosse.

Puis, avec une maturité extrême, je détourner la tête... et boude.
Voir le profil de l'utilisateur

Inanna
Messages : 554
Localisation : Allongée entre les racines d'un arbre centenaire.
Loisirs : Semer des têtes et faire couler le sang. Détruire la moindre parcelle de bonté sur cette terre.
Humeur : Prête à faire chavirer ton cœur, mon cher et tendre... ♥
avatar
Inanna

Personnage...
Pouvoir: Infini.
Dieu: Inanna
Age: La Beauté est éternelle.
Sam 18 Avr - 13:45
S'entraîner avec son nouveau pouvoir ? Mais bien sûr ! Il s'imagine réellement que je vais me contenter d'acquiescer et de répliquer "Oh oui mais bien sûr pauvre petit chéri, entraîne-toi donc dans mon temple qui n'est réservé qu'à mes MISSIONNAIRES" ? Bon, je le pourrais ; mais je ne suis pas certaine qu'il tienne compte du cynisme évident de cette phrase. Il serait capable de répondre "Oh chouette, super, merci la vieille !" et de se vautrer dans mes tapis d'herbe. Tant de haine envers ma personne ; ce n'est pas comme si j'avais commencé à le harceler hors de mon temple comme semble le faire son cher dieu. Après tout, dans un cas comme celui de Warren, je pourrais tout à fait comprendre sa haine à mon égard - pauvre chou, je suis sûre qu'il finira par m'apprécier un jour... ne serait-ce que pour sa survie - mais là... Non vraiment, je n'ai fait que lui suspendre la tête à l'envers. Ce n'est qu'une petite compensation pour la gêne occasionnée.
En revanche, je trouve beaucoup moins amusant cette façon tout à fait stupide de m'appeler Sailor Moon. Sailor Moon, non mais sérieusement ? Où a-t-il vu que je ressemblais à cette immonde poupée gonflable en jupe courte ? Blonde, qui plus est. Blonde ! Non mais sérieusement. Un jour, je vais vraiment faire la grève du sexe de la féminité et je me transformerai en mec. Juré. Vous comprendrez tellement pas votre douleur, à ce moment-là ! Et moi, je pourrai péter mon petit plomb et mettre ça sur le compte des hormones. (Non, les dieux n'ont pas d'hormones, mais est-ce réellement important de le préciser ?)

- Stop les surnoms débiles, mollusque, je râle un coup, lui jetant un regard courroucé. Sauf si tu as envie de te retrouver avec les lèvres cousues l'une à l'autre, cela fait bien longtemps que je n'ai pas expérimenté la chose. J'ai un peu perdu la main.

Un ricanement m'échappe. Ouais, c'est vrai, pourquoi la Suède au juste ? Pour sa position éloignée, sa neutralité peut-être ? À vrai dire, je ne sais même plus, maintenant. Mais il faut bien avouer que moi non plus, je ne suis pas friande de ce climat particulièrement froid...
Et il faut avouer que je préfère largement les vêtements amples du nord de l'Afrique ou d'Amérique du Sud que ceux trop moulants du nord de l'Europe ou de l'Asie. Mais après tout, de nos jours, tout le monde ou presque s'habille de la même manière en Europe et en Amérique. Faute à la mondialisation. C'est bien de pouvoir voir des femmes avec de jolis voilages sur leurs vêtements ; j'aime bien. C'est... exotique. Et ça me rappelle le bon vieux temps.
Puis j'étire un sourire amusé en le voyant poser ses fesses au sol, préférant simplement ne pas répondre à sa question. Je n'ai rien à répondre, en fait. Allez, allez, gentil toutou, va. C'est bien mieux quand tu montres ta soumission à plus fort que toi ~

- De l'abus de pouvoir ? Ah oui, vraiment ? Tu es sur mon territoire, c'est moi qui fais la loi. Aurais-tu à nouveau envie de finir tête à l'envers ?~ Je suis persuadée qu'Enlil ne m'en voudra pas trop si je t'abîme un peu.

Avec un rire amusé, je m'éloigne un peu et lui tourne le dos, continue à lui parler sans le regarder. Non, vraiment, je me sens tristounette quand je n'ai personne à qui parler ; et Nin m'énerve en ce moment. Bonnn, il est gentil quoi. Mais justement, il est gentil ! Juste gentil. C'est triste... Ah tellement triste. Mon pauvre petit Nin, comment fais-tu pour être si ennuyeux ?...

- Enlil n'est pas "flippant", je lâche en haussant les épaules. Il est simplement un peu particulier, dans son genre. Comme nous tous, je crois.

Oui, après, il faut bien avouer que les têtes du Panthéon sont assez violemment chelou. Chacun dans leur genre, hein. Mais bon, Enki est alcoolique, Enlil a un complexe de supériorité, Nanna et Utu se sentent brimés par le monde entier, Ersh est un gamin stupide et Nin... Nin est un poil trop mou. (Pas dans tous les sens du terme, par contre, si ça peut vous rassurer. Ou vous effrayer davantage... C'pas grave !)
Puis, je m'arrête net. Prends une longue inspiration et fais apparaître un long couteau bien effilé que je lance dans la direction de Nabouh ; pile poil entre ses jambes. Un sourire cynique s'étire sur mes lèvres.

- Nous ne vieillissons pas, avorton.

Oui je suis vexée. Je suis carrément vexée, là ! Je suis belle naturellement ! Même quand je veux prendre l'apparence d'une vieille moche on me trouve canon. C'est la malédiction de la beauté, ça ! Ce qui, semble-t-il, n'a pas touché ce cher Nabot, au vu de sa tête affreuse de petit homme du désert.
Les humains sont tous affreux, de toute manière.

- Toi, en revanche, tu vieilliras, auras de merveilleuses rides et de beaux cheveux blancs, tes muscles seront inexistants... et moi je serai toujours aussi belle ♥ Enfin, tu seras peut-être mort, aussi. Et ça c'est moche.

En même temps, vu le sadisme d'Enlil, s'il survit quelques années, c'est déjà une belle victoire en soi.

Voir le profil de l'utilisateur



Nabouh
Messages : 207
Localisation : Franchement... loin!
Loisirs : Embêter tout le monde et rire bien fort.
Humeur : Taquine
avatar
Nabouh Saifi

Personnage...
Pouvoir: Inventeur
Dieu: Enlil
Age: 17 ans
Dim 3 Mai - 8:10
Elle n'a pas l'air d'apprécier le surnom Sailor Moon... Je ne comprends pas pourquoi d'ailleurs, je me suis donné du mal pour le trouver et puis, il lui va à ravir! Elle est super forte Sailor Moon! ( bon d'accord, elle passe la moitié de son temps à pleurnicher mais c'est une fille, c'est normal...). Et comme si ça ne suffisait pas, il faut en plus qu'elle me menace. Une grimace mi-dégoutée mi-intriguée se pose sur mon visage. Me coudre les lèvres ? Elle est sérieuse ? Avec quoi ? Une liane ? Instinctivement, je tripote ces dernières pour vérifier qu'elles sont toujours en place, et prends de nouveau la parole.

-Bon sang vous avez un problème avec la torture vous! Déjà que l'autre voulait limite me faire dépecer un lutin... Ça vous manque à ce point ? demandais-je soudain, un peu curieux tout de même.

Parce que, mine de rien, comme je l'ai surement déjà dit, dans les livre son ne connait que l'histoire officielle, ou du moins quelques éléments biographiques sur les dieux. Mais ce qu'ils sont et autres, on en le sait pas. Parler avec eux est une bonne manière de les cerner... ou du moins de prétendre pouvoir... Et pour une raison qui m'échappe un peu, je préfères encore parler avec elle ( même si elle me menace à tout bout de champ) que avec mon propre dieu... Il est moins joignable et surtout pas très... bavard. Oh et puis disons-le franchement, il fait aussi sacrément peur!
Je lui adresse une mine carrément perplexe lorsqu'elle le défend en disant qu'il est simplement un peu "spécial". Je hausse les sourcils, puis esquisse un sourire amusé.

-Bah... Dieux ou pas, on dirait que les frères et soeurs se défendent toujours l'un l'autre au final, dis-je, sans vraiment m'adresser à qui que ce soit en particulier.

Comme la plupart du temps, c'était surtout une réflexion, que je lâchais à voix haute sans m'en rendre compte. Leurs relations ont beau être compliqués, il n'en reste pas moins une famille. Ça doit forcément compter ça pour eux non ?
J'en profite d'ailleurs pour répondre à sa précédente remarque, avec un brin d'orgueil au passage

-Enlil vous laisserait pas me faire du mal! Je suis son précieux missionnaire après tout! dis-je avec un petit sourire débile.

Soyons honnête, missionnaire ou pas, il en a rien à rétamer de moi. M'enfin dans ma tête, je m'imagine une sorte de concours entre les dieux, à celui qui a le plus de serviteurs ( j'aime pas ce mot!!) est le gagnant. Mais bon, si ça se trouve, ce n'est que mon imagination qui me joue des tours, ce serait pas la première fois.
Le cours de mes pensées est vite interrompue par une lame qui vient se ficher pile entre mes jambes ( c'est pas la déesse du sexe pour rien! ). Je me raidis comme un piquet, lâchant au passage un cri très viril, et roule des yeux à la manière de l'autre blond avant de lui répondre.

-Je préfères être gentil vieillard qu'une mégère défraîchie voulant paraître jeune! Parce que, soyons francs, apparence ou pas, vous êtes BEAUCOUP ( j'insiste sur le mot ) plus vieille que moi!

A ce moment-là, je m'interromps et commence à réfléchir. Dans ma culture, le respect des aînés est primordial. On les respecte et on s'occupe d'eux. Une ombre passe sur mon visage, puis je secoue la tête. Pas grave, elle fait jeune donc je la considère pas comme une grand-mère... Enfin...

-Au fait mamie! Pourquoi vous vous êtes battu avec le gars bizarre la dernière fois ? Celui qui semble sortir d'une photocopieuse en noir et blanc... Parce que, c'était franchement quelque chose...

J'étais sûr à l'époque que c'était le dieu de Renzo, il m'en avait parlé et Mamie m'avait elle-même dit qu'elle ne pouvait pas le supporter.











Voir le profil de l'utilisateur

Inanna
Messages : 554
Localisation : Allongée entre les racines d'un arbre centenaire.
Loisirs : Semer des têtes et faire couler le sang. Détruire la moindre parcelle de bonté sur cette terre.
Humeur : Prête à faire chavirer ton cœur, mon cher et tendre... ♥
avatar
Inanna

Personnage...
Pouvoir: Infini.
Dieu: Inanna
Age: La Beauté est éternelle.
Lun 11 Mai - 22:57
Moi, avoir un problème avec la torture ? Je vous arrête tout de suite : je n'ai de problème avec rien du tout, c'est le monde entier qui a un problème avec moi. Bon, ici, parlons de la torture, si vous voulez. La torture, c'est une belle invention tout de même, vous ne trouvez pas ? Vraiment, il faut faire preuve de tant d'imagination pour pouvoir arriver à ses fins ; fut un temps où ce genre de pratique pullulait. Je regrette tellement de ne plus pouvoir participer à ce genre de choses ; si ça existait, vous pouvez être certains que je participerais avec grande joie à un concours. Un concours de création voyons, pour vous faire part de mes idées si fantastiques et géniales, même si ça ne me gêne pas de me salir un peu les mains~ Il faut bien que quelqu'un se dévoue une fois de temps en temps, hein. À présent, avec toutes ces sottises des Droits de l'Homme ou que sais-je encore, plus personne ne peut se laisser aller ses pulsions primaires. Après tout, lorsqu'on peut jouer de ses charmes, pourquoi ne pourrait-on pas planter un poignard dans le dos de son partenaire ? C'est tellement plus amusant de cette manière. Vivre comme nous l'entendons, sans contrainte aucune.

Ah ça, certains humains savent le faire. Je suis bien placée pour savoir que ces petits êtres usent de beaucoup d'imagination afin de torturer leurs semblables. Tiens, en parlant de cela, ça me rappelle un film qui est sorti il y a quelques temps en Amérique et que je suis allée voir récemment avec une de mes conquêtes. Enfin un ami, quoi. Un mec qui perçait la jambe d'un garçon d'une dizaine d'années, avant de lui percer le crâne. Avec une perceuse électrique. C'était rigolo de le voir se tortiller dans tous les sens pendant cinq minutes, en criant comme un goret. Les gens ne se doutent pas d'à quel point c'est épais, c'est petites choses-là, ni à quel point il faut du temps pour atteindre la zone cérébrale. Alors qu'un pauvre petit coup de piolet en pleine tête suffit parfois à les tuer. Non mais vraiment, les humains sont trop fragiles, c'en est presque désespérant… Par contre, n'allez pas croire n'importe quoi : si un film ne me choque pas - eh, vous avez vu à qui vous causez ? - ce n'est pas pour autant que j'apprécie la torture des mineurs. Un peu de dignité tout de même, ne peut-on pas attendre qu'ils soient adultes pour ça ? (Et c'est exactement la raison pour laquelle mes missionnaires s'en tirent bien mieux quand ils sont ado ou des enfants. Eh oui. Try again.)

Bref. Oui, ça me manque. Mais je vais simplement ignorer, vous savez quoi ?

- Nous ne sommes pas frères et sœurs. Nous sommes des êtres uniques, composés d'essence divine, et nés du néant. Même s'il est vrai que nous nous comportons parfois comme tels…

Jusqu'à ce qu'on se retrouve face à l'un d'entre eux, et qu'on se souvienne d'à quel point ils sont insupportables. Surtout Utu. Toujours à se mêler de ce qui ne le regarde pas. Mais bien évidemment, lui et ses petites histoires avec son cher Nanna, on ne lui dit rien. Normal ! Il se la pète avec ses lunettes de soleil, et il se croit tout permis avec sa justice divine à deux pesos.

- Et au passage, je ne pense pas que ce cher Enlil en ait quoi que ce soit à faire de toi. Il est bien trop occupé à torturer ses missionnaires pour s'interrompre quand un autre dieu lui mâche le travail~

Il devrait plutôt me remercier de faire son boulot à sa place : chacun se débrouille avec ses missionnaires, c'était le deal ! C'est pas à moi de faire la nounou pour délinquants magiques en manque d'affection. Peut-être qu'en fait, mon magnifique visage lui manquait simplement~ Je suis sûre qu'il m'adore, au fond de lui, ce petit Nabot.

… Moi, en tout cas, je peux vous le dire très clairement : je ne l'aime pas. Il est divertissant, certes. CERTES. Mais je ne l'aime pas. Il me traite de vieille ! Non mais écoutez-le un peu ! Il mériterait que je le suspende à nouveau par le pied et que je le laisse crever ici. Son cher dieu n'aurait qu'à venir l'aider, puisqu'il tient tant à lui.

- La vieillesse ne veut rien dire pour quelqu'un d'éternel, j'énonce sur un ton parfaitement calme, un sourire mutin sur les lèvres. Et tu me dois le respect tout de même, je ne suis une vulgaire humaine que tu peux railler de la sorte.

Évidemment, je ne me vexe jamais. Cette notion n'existe pas dans mon monde. Enfin. Presque.

J'avoue que l'entrevue était assez amusante jusqu'à ce qu'il évoque mon combat contre l'autre mygale ; et je suis forcée de me détourner, un pli de contrariété barrant mon front.

- Ces raisons ne concernent pas les mortels. Il m'a pris quelque chose de précieux il y a longtemps et je lui ai rendu la pareille. C'est ainsi depuis.

La seule chose qui m'était précieuse. Mes yeux se ferment à ce souvenir, et j'observe l'arbre au centre de mon temple. Il s'en est bien remis, depuis notre combat avec Ersh, hein…

- Voilà tout.





HRP : Je l'ai faiiiit ! Punaise j'étais deg ce post s'est effacé ahah alors que le début était trop bien :'( J'étais grave déçue, j'espère qu'il t'ira quand même <3
Voir le profil de l'utilisateur



Nabouh
Messages : 207
Localisation : Franchement... loin!
Loisirs : Embêter tout le monde et rire bien fort.
Humeur : Taquine
avatar
Nabouh Saifi

Personnage...
Pouvoir: Inventeur
Dieu: Enlil
Age: 17 ans
Jeu 11 Juin - 15:08
A première vue, elle semble m'ignorer, ce qui ne me vexe ABSOLUMENT pas. La preuve, je me contente de la dévisager jusqu'à ce qu'elle ouvre la bouche pour me parler ( non je ne suis pas du genre insistant). Par contre, je regrette presque qu'elle recommence à parler. Elle m'explique qu'ils ne sont pas vraiment frère et soeurs blabla mais des créatures chelous nés de je ne sais quel amas de ténèbres et de chaos. Oui elle ne le dit pas comme ça mais ça sonne plus tragique avec une petite nuance fataliste. Bon, on va pas se leurrer, j'ai rien compris à ce qu'elle m'a dit. Je hoche la tête avec compréhension, bien que ce ne soit pas sorcier de deviner que je fais semblant pour ne pas avoir l'air bête.

-Donc en gros, vous êtes juste des particules de rien du tout, genre des bactéries, tombés dans le vide intersidéral, on mélange et pouf! Ça fait un dieu sumérien ? résumais-je à ma manière.

Je résiste à la tentation de continuer sur le "ça fait des chocapics" mais croyez-moi, l'envie est forte. J'ai un peu résumé à ma manière parce que ce n'est pas tout à fait ce qu'elle m'a expliqué, mais avouez que c'est plus simple quand c'est moi qui raconte. Après, on s'en moque un peu de savoir si c'est vrai ou pas.

-Mais alors les bouquins qui disent que vous êtes tous fils de je sais pas quoi... d'un grand dieu suprême, c'est faux ?

Bah ce serait pas la première fois que les livres d'histoires racontent de joyeuses conneries, surtout concernant des choses aussi incertaines que la mythologie.
Indigné, je gonfle les joues suite à sa remarque sur le désintérêt d'Enlil à mon égard ( ce qui est surement vrai, ne soyons pas crédule), mais je refuse de l'entendre de SA bouche à elle.

-Beuh! Je suis sûr qu'il m'aime bien au fond, dis-je en lui tirant la langue.

Ce qui me ferait presque peur d'ailleurs. je me demande s'il ne vaut pas mieux pour moi que je reste au stade d'indifférent. Il n'a pas l'air très bien dans sa tête donc je crains un peu ses marques d'affections. Il suffit déjà de voir Sailor Moon pour comprendre que les dieux en soi ne sont pas normaux alors lui... Il est pas leur chef pour rien je pense.
Je hausse légèrement les sourcils suite à son rebiffement sur la vieillesse. Les filles je vous jure... Et rigole un bon coup lorsqu'elle me précise que je lui dois le respect. Pourquoooooi? C'est pas parce que c'est une déesse que je lui dois plus de respect qu'une autre. Ce n'est pas ma mère non plus. Le jour où elle fera un truc pour moi, je considérerais peut-être la chose.

-Oh ça va! Pétez un coup de particules cosmiques... dieux ou pas, on vit tous dans le même monde!

J'agrémente mon explication subtile avec un balancement de tête nonchalant, comme si j'expliquais à un enfant que deux plus deux égale quatre. En me^me temps, c'est la manière dont marche le monde. Les puissants veulent toujours être respecté pour quelque chose, même si l'on est pas concerné. Mais encore une fois, déesse ou pas, je n'accorde pas mon respect et ma reconnaissance à tout le monde. Si elle le veut, qu'elle le cherche.

A nouveau, elle me pique une mini-crise de fille en période de règles à l'évocation du dieu photocopié. Bah, elle l'aime vraiment pas pour le coup. Même moi je peux le sentir. Elle m'envoie d'ailleurs gentiment sur les roses, même si elles me donnent une parcelle d'informations qui m'aiguillent légèrement sur la nature de leur différent. Je demanderai à Renzapatas s'il sait rien à ce sujet.

-Les dieux ont la rancune tenace à ce que je vois...

Puis une idée particulièrement bizarre me vient alors à l'esprit et, avec mes limites habituelles, je ne peux m'empêcher de l'exprimer au moment même où elle franchit la barrière de mon cerveau.

-Au fait, si vous êtes... pas nés justement, c'est impossible pour quelqu'un de devenir un dieu du coup ? Et de même, un dieu peut pas cesser d'être un dieu alors ?


Hrp: Genre, comme si je pouvais trouver ton post autrement que parfait <3



Voir le profil de l'utilisateur

Inanna
Messages : 554
Localisation : Allongée entre les racines d'un arbre centenaire.
Loisirs : Semer des têtes et faire couler le sang. Détruire la moindre parcelle de bonté sur cette terre.
Humeur : Prête à faire chavirer ton cœur, mon cher et tendre... ♥
avatar
Inanna

Personnage...
Pouvoir: Infini.
Dieu: Inanna
Age: La Beauté est éternelle.
Dim 21 Juin - 21:22
Pauvre petit chou, tu es vexé parce que je t'ignore ? Eh bien, il n'en faut pas bouder pour si peu, il y a bien plus grave, dans la vie ! Par exemple – et ce n'est qu'un exemple, bien entendu – il y a mes merveilleuses chaussures qui ne vont pas tarder à se désagréger faute de soin. Enfin, non, recommençons : à force de rencontrer malencontreusement et dans une violence inouïe les visages de trop nombreuses personnes. J'en prends le plus grand soin ! Je les bichonne, ces chaussures. Personne ne mérite même de les embrasser. C'est comme moi : personne ne mérite de m'embrasser. Pourtant, si je suivais ce raisonnement fort sympathique, je serais contrainte à l'abstinence jusqu'à la fin des temps. Et ce n'est pas une petite rencontre avec un Dieu de temps en temps (notez : une fois tous les six siècles) qui réussirait à me mettre de bonne humeur… Du coup, en sacrifiant mon corps, je permets au monde entier de ne pas subir ma colère. Si ce n'est pas merveilleux !

Mon explication sur l'essence divine et tout ça, ça n'a pas l'air de beaucoup parler au Nabot. Mon visage exprime la plus grande des lassitudes et je hausse délicatement les épaules.

- On va dire que c'est quelque chose dans ce genre.

Lorsqu'il évoque An, je me contente de pincer les lèvres. Ce garçon m'énerve, en plus d'être trop curieux. Comment veut-il que je lui explique les choses lorsque même les mots ne parviennent pas à l'expliquer ? C'est un peu embarrassant, et agaçant à la fois.

- Ce n'est pas faux, je me contente de répondre en éludant.

Pensive, je laisse mes yeux se lever vers le ciel. Jadis, An était le ciel, et il nous gouvernait tous… Je ne sais pas si l'on peut dire que c'était la belle époque, mais dans tous les cas, ça ne me manque pas vraiment. Tout est toujours trop compliqué avec eux, de toute manière. On ne sait pas qui est du côté de qui. Ce qu'ils souhaitent. Ce qu'ils pensent. Enlil est comme ça, lui aussi. Mystérieux. On ne sait pas ce qu'il se trame sous son crâne, et parfois, je crois qu'il ne vaut mieux pas le savoir. Un frisson me remonte le long de la colonne vertébrale. Il m'angoisse, par moments. À rester silencieux durant des heures, et étirer, parfois, ce qu'il semble être un sourire. Non, vraiment, il est… spécial, Enlil. Je ne crois même pas qu'on puisse dire qu'il apprécie qui que ce soit. Il méprise tout le monde. Pour lui, le monde entier lui est inférieur. S'il n'avait pas tant raison, je crois que je le haïrais pour cela.

Mon nez se plisse face à sa grossièreté, et je tourne vers lui un regard courroucé. Comment ose-t-il me parler de cette manière ?

- Tu as envie de te recevoir un nouveau couteau entre les deux cuisses, ou tu préfères te taire ? je siffle d'un air mécontent. Évidemment que nous ne vivons pas dans le même monde. Que vous apprennent-ils donc dans cette stupide école ?

Je détourne les yeux, tente de ne pas me mettre plus en colère à l'évocation d'Ershkigal. Ce môme insupportable. Pourquoi Nabouh l'évoque-t-il, à présent ? Cherche-t-il à me faire sortir de mes gonds ? Je ne compte pas m'abaisser à son niveau, en pleurnichant comme une humaine. Je ne suis pas Nanna ni Utu, pour agir ainsi avec les mortels…

Pourtant, sur le coup, je sais qu'il a raison. Mais comment pourrait-on ne pas oublier ? Un millénaire, ce n'est rien, ou presque, sur l'échelle de notre éternité. Ershkigal et moi sommes opposés depuis toujours. Ce sont nos domaines qui le veulent ; moi la vie et lui la mort. Ce qui est désolant, en revanche, ce sont nos deux astres. Mes yeux se ferment. Ils étaient si beaux, avant toute cette histoire.

À cette pensée, je me radoucis. Ses questions sont un peu agaçantes – comme si je n'avais que ça à faire – mais en même temps… elles me rappellent à notre condition.

- Nous cessons d'exister lorsque l'on cesse de croire en ce que nous représentons. Le jour où les hommes n'aimeront plus, ou ne haïront plus, je n'aurai plus de raison d'être, je souffle, avant de relever les yeux vers lui. Je ne regrette rien. Mais parfois, la paisible existence d'un humain me semble presque souhaitable.

Je souris doucement, amusée et les yeux brillants.

- Quels rêves d'avenir font les hommes, dis-moi ?

Voir le profil de l'utilisateur



Nabouh
Messages : 207
Localisation : Franchement... loin!
Loisirs : Embêter tout le monde et rire bien fort.
Humeur : Taquine
avatar
Nabouh Saifi

Personnage...
Pouvoir: Inventeur
Dieu: Enlil
Age: 17 ans
Ven 31 Juil - 13:50
Je l'agace un peu on dirait, elle pince le nez et fronce les sourcils ( c'est pas bien, les rides guettent! ) à chaque fois que je pose une question. Soit elle n'aime pas être interroger, soit c'est les questions qui l'énervent... Ou alors c'est moi, mais ça c'est juste évident donc ce n'est pas important. En tous cas, rien que pour la voir dans cet état, ça vaut le coup de continuer à l'interroger! On dirait qu'elle va nous faire une crise cardiaque divine! D'ailleurs ça se passerait comment ? Elle mourrait puis ressusciterait ? Ce serait drôle! Genre le retour des Zombies... Ah non, ça c'est chasse gardé pour Renzapatas.

Elle me répond de manière un peu évasive, surement pour me faire comprendre au mieux qu'elle est indisposée par mes questions. Je lui sert alors un de mes grands sourires favoris, avant d'enchaîner aussitôt.

-Heureusement que vous n'êtes pas prof... Vous devriez être politicienne ou chef de gang, vous savez trop embrouiller! proposais-je

Elle part alors dans une sorte de rêverie solitaire avant de partir carrément dans les tours suite à mon petit jeu de mot. C'est ça qui la met dans cet état ? Je suis tenter de lui répéter de péter un coup mais j'ai l'impression que ma descendance pourrait en pâtir. Les femmes sont d'un sensible.

-Ce que vous êtes sensible et rabat-joie vous les Dieux! Jouez pas sur les mots, vous m'avez très bien compris, la terre sur laquelle vous êtes là en ce moment, on la partage ensemble, expliquais-je avec détachement.

Oui, je fais la leçon à un dieu, oui j'ai des instincts suicidaires, mais en même temps vous ne pouvez pas dire qu'elle ne me provoque pas hein! Elle le fait exprès je suis sûr! Pourquoi est-ce que tout les dieux partent du principe que, parce que nous sommes humains, nous sommes forcément leurs serviteurs ? Je ne les comprends pas, comment voient-ils les choses ?

-Dîtes-moi, le monde a changé depuis celui où vous étiez à l'honneur. Maintenant vous faîtes parti de ce que l'on appelle le monde ancien. Le monde a évolué, pourquoi pas vous ?

Ce genre de questions ultra philosophiques avaient tendances à agacer mes parents mais moi j'ai toujours eu un désir de savoir au plus profond de moi. Comment les choses marchent, comment elles fonctionnent, pourquoi comme ça ? Je veux savoir. Je veux comprendre.

-C'est un peu bizarre de demander ça d'ailleurs... Je vous ai étudiés en classe il y a longtemps, mais penser que je me retrouverai devant un de ces fameux dieux anciens, ça me dépasse encore totalement...

Elle m'apporte enfin une réponse intéressante à mes questions. Le jour où l'on ne croira plus en leur attribut... Je la regarde, une nouvelle lueur d'intérêt dans les yeux avant de sourire avec amusement, comprenant un peu ce qu'elle veut dire.

-Au final, vous êtes éternels quoi!

Il y a bien des gens qui ne croient pas en l'amour mais il y en a encore plus qui y croit. De même pour la haine. Faire la guerre et détester n'est pas dans la nature de l'homme, il se bat ne laissant libre cours à sa folie... Papa m'avait dit cela une fois. Je n'avais jamais compris, je n'étais pas d'accord. Pour moi, tuer et haïr étaient dans la nature de l'homme. Cela peut sembler pessimiste comme vision mais elle colle davantage à la vérité que le leurre de l'humain parfait.
C'est précisément en écho à ces pensées qu'elle me posa une question qui me désarçonna un peu. Je la regarde bizarrement, comme si je la voyais pour la première fois puis commence à réfléchir, prenant pour la première fois un visage sérieux.

-Je ne sais pas s'il y a une vraie réponse à cette question... Nous rêvons tous de beaucoup de choses. Beaucoup aspire à la paix, d'autres à la richesse, certains à la connaissance, et même certains à l'amour... Mais au fond, pour ma part, je ne rêve que de vivre ma vie heureux. J'espère un avenir radieux, bien que je sache que ça n'arrivera pas, encore moins maintenant que je suis devenu esclave d'un dieu.

Je terminais ma phrase d'un ton triste, dépité à l'idée de finir ma vie comme serviteur. Puis mon sourire revint, plus gamin et débile que jamais.

-Mais j'avoue que je m'amuse drôlement bien depuis!

Voir le profil de l'utilisateur

Inanna
Messages : 554
Localisation : Allongée entre les racines d'un arbre centenaire.
Loisirs : Semer des têtes et faire couler le sang. Détruire la moindre parcelle de bonté sur cette terre.
Humeur : Prête à faire chavirer ton cœur, mon cher et tendre... ♥
avatar
Inanna

Personnage...
Pouvoir: Infini.
Dieu: Inanna
Age: La Beauté est éternelle.
Sam 15 Aoû - 21:07
HRP : Wahh je suis désolée pour le soudain passage à la 3e personne pour ce post, mais j'arrivais pas l'imaginer écrit autrement en fait T^T Et je trouve ça plutôt sympa avec cette demoiselle... Enfin bon j'espère que ça te va, pardon pour la taille pour rien dire, fais pas si long ♥



Partager cette terre tous ensemble… L'idée eut le mérite de faire rire la déesse. Pas qu'elle fût particulièrement saugrenue, mais il lui semblait qu'ils ne parlaient pas du même monde, parfois, lorsqu'ils l'évoquaient. Et pour cause. Le monde des humains, même médiums, était tellement plus infiniment petit que ce que percevaient les dieux. Les dieux ne vivaient pas ; ils existaient dans ce monde qui, pourtant, évoluait à une échelle tellement plus réduite que ce qu'ils avaient l'occasion de voir. Certes, les dieux n'étaient pas connus, à la congrégation, d'être les créatures les plus saines d'esprit. Leurs motivations, tout en eux poussait à l'interrogation, et ce même s'ils cherchaient à se rapprocher des hommes. Car quelle chose plus difficile pour un dieu que se glisser à la hauteur-même d'un humain ? Tout bonnement impossible. Leurs missionnaires, certainement, existaient pour cela ; leur rappeler, par moments, qu'il ne s'agissait pas seulement de pions à bouger sur un échiquier géant, destiné à les satisfaire ou porter leurs couleurs. Les missionnaires représentaient leur parole ; mais ils représentaient, aux yeux de leur dieu, bien plus qu'un simple esclave. Un représentant de l'espèce humaine, un être qui, par sa simple présence, permettaient aux divinités de ne pas se perdre totalement. Des bergers, ou des parents ; ils guidaient et protégeaient. Mais avec le temps, quelle difficulté ! Comment faire, encore, pour se souvenir que ce monde dont les dieux s'occupaient était aussi peuplé d'êtres de dotés de pensée et de sentiments ! Mais la différence de point de vue, de hauteur, n'était-elle pas un simple et suffisant argument à ne pas se considérer comme habitant la même terre ?

Les épaules de la divinité se soulevèrent délicatement, alors qu'elle rejetait sa chevelure vers l'arrière dans un geste tout à fait calculé. Un parfum fleuri embauma l'air. Inanna aimait se donner en spectacle. Elle aimait, surtout, lorsque personne ne lui posait de question et ne la remettait à sa place. Elle n'aimait ni se justifier, ni qu'on lui fasse la morale. Elle préférait autant se poser en femme futile et bien à l'écart des considérations des autres plutôt que de perdre la face, même momentanément. Aussi accepta-t-elle, une fois de plus, de ne pas entrer plus loin dans ce débat. Elle souhaita même se concentrer sur autre chose, mais le petit humain avait l'esprit fourni de milliers de questions. Pourquoi n'évoluaient-ils pas ? Parce que les dieux n'ont pas pour essence d'évoluer. Des dieux sont, et n'ont pas de devenir ; des dieux existent, et pourtant, ils ne changent pas. Ils apprennent. Mais tout en eux était identique au premier jour. Il y eut des chamboulements, des événements tragiques qui tracèrent un chemin tout particulier à certains d'entre eux. Rien que ce fait aurait dû lui permettre de dire qu'ils étaient capables de changer. Et ils le pouvaient, car les humains étaient faits à leur image ; mais Inanna restait intimement persuadé que toute colère et tout bonheur était déterminé à l'avance, dans une sorte de cycle qui ne lui plaisait pas non plus. Elle se savait changeante, mais en plusieurs millénaires, sa façon de voir les choses n'avait que peu évolué. Elle s'était trouvée plus lasse, certainement. Mais lassée par une époque qui ne fait qu'évoluer, tandis qu'eux, êtres célestes, étaient voués à rester immanquablement les mêmes. Elle eut une pensée pour sa belle-sœur, Geshtinanna. Puis, immédiatement après, pour son ancien mari. Son cœur se serra alors qu'elle songeait à la belle voix d'Adonis lorsqu'il lui murmurait qu'elle resterait à jamais la seule femme dans son cœur.

Un soupir lui échappa, et elle balaya cette pensée d'un mouvement de la tête.

- Nous ne sommes pas faits pour cela, répondit-elle sans la moindre intonation dans la voix. Les humains ne croient plus en nous, pourtant nous existons. Est-ce à nous de nous plier à ce que les humains désirent ? En agissant de cette manière, reprit-elle, avant de se corriger, en continuant à agir de cette manière, nous n'apportons pas plus de malheur aux gens. Il n'y a que vous qui cessez de nous apporter ce dont nous avons besoin.

Un temps fut marqué. Nabouh lui suggéra que les dieux étaient éternels, et Inanna sourit avec indifférence.

- Gérer un monde n'est pas simple. Les croyants de l'ancien monde, comme tu l'appelles, savaient que nous avions besoin d'eux. Je viens de te l'expliquer ; sans foi, nous n'avons pas de pouvoir. Sans pouvoir, nous ne pouvons pas continuer à faire tourner le monde. C'est ainsi. Il n'est pas question d'asservir ou de posséder. Mais pour tout ce que nous faisons quotidiennement, sans la moindre contrepartie… Où est notre intérêt ? Le sais-tu ? Ce n'est pas question d'évolution, c'est une question d'adaptation. Et je crains que nous ne puissions que difficilement nous adapter à cette époque malade.

Les pensées de la divinité dérivèrent quelque peu. Elle fit quelques pas, s'octroya une pause près d'une plante grimpante qu'elle fit croître, avant de cueillir une fleur. Puis elle l'interrogea. La surprise de l'homme fut palpable, et elle étira un sourire fin qu'il ne vit pas. Avant de se retourner à nouveau vers lui, curieuse comme jamais. Sa réponse la rendit muette quelques longues secondes de plus. Avant qu'elle ne s'approche lentement de lui, pour lui passer gentiment une main dans les cheveux.

- Le bonheur est une belle aspiration, souffla-t-elle comme un aveu.

"Et une chose que je ne pourrai plus atteindre," songea-t-elle avec tristesse. Les dieux sont si compliqués…

- Un avenir radieux est possible pour qui y croit, reprit-elle en retirant sa main. Seulement, il ne faut pas se contenter d'espérer et attendre. Tu m'as l'air plutôt dégourdi, de ce côté-là.

Voir le profil de l'utilisateur



Nabouh
Messages : 207
Localisation : Franchement... loin!
Loisirs : Embêter tout le monde et rire bien fort.
Humeur : Taquine
avatar
Nabouh Saifi

Personnage...
Pouvoir: Inventeur
Dieu: Enlil
Age: 17 ans
Jeu 5 Nov - 22:15
Cette fois c'était clair, même si les autres l'étaient aussi, elle n'aimait vraiment pas l'idée de répondre à des questions. Certaines que j'avais formulées passèrent dans le vent sans passer par son cerveau,e n clair, elle m'ignora superbement. Pourtant elle prit la peine de m'expliquer quelques petites choses, ce qui me surprit. Je pensais qu'elle se tairait ou qu'elle m'enverrait bouler comme d'habitude. Je ne pensais pas qu'elle m'accorderait de son si précieux temps! Je la comprenais de moins en moins, peut-être parce que je ne suivais pas le flux de ses pensées. Pour autant elle me donna à réfléchir.
Ce n'était pas dans leur nature d'évoluer ? Genre ils ne changent pas depuis leur création et ne changeront jamais ? Bizarrement, je trouvais ça un peu triste. Je pars toujours du principe que n'importe qui peut évoluer, avoir plusieurs chances et c'est ce qui permet de garder espoir, c'est ce qui permet de toujours s'améliorer, sans cesse, de recommencer et de persévérer. C'est surement une vision bien humaine mais si pour les dieux le changement n'existaient pas, alors j'étais bien content d'être humain. De plus, je ne sais pas si elle parlait seulement en son nom ou en celui de tous les dieux, mais elle n'avait pas un point de vue positif sur le monde actuel dans le quel nous vivons. Je restai silencieux lorsqu'elle dit cela. C'est vrai que ce monde est pourri, il n'y a presque plus d'espoir pour lui... Lorsque je regarde ma vie, mon vécu, tout n'est composé que de guerres, contrôles, ravages et morts... J'ai perdu des amis, de la famille aussi simplement que l'on jette un papier à la poubelle. Pourtant...

-Il ne faut pas perdre espoir en l'humanité. Si ce n'est pas dans la nature des dieux, nous, nous pouvons évoluer pour vous. Et c'est bien pour cela qu'on pourra toujours s'améliorer. Un jour, le monde se portera mieux, je l'espère, dis-je d'un ton totalement sérieux

Eh oui, parfois je suis capable d'être sérieux, même si beaucoup de gens l'ignore. J'aime philosopher ou tout simplement exprimer mes pensées, montrer ce que je pense. Je n'étais pas totalement défaitiste pour l'humanité contrairement à ce que Renzo voulait croire. Admettre que les hommes étaient des tueurs, ça ne voulait pas dire que l'on perdait foi en eux ou que l'on était défaitiste. C'est énoncer une vérité.
Je sentis alors sa main dans mes cheveux tandis qu'elle s'éloignait à nouveau, en mode toute guillerette. Je la regardais, un peu abasourdi. Mais qu'es-ce qui lui arrive ? D'abord elle veut me castrer et maintenant elle semble presque contente de ma présence. Comme je vous l'ai dit, je ne comprendrais jamais les filles. Et les dieux encore moins. J'écarquille les yeux. Mais... elle... elle... elle m'a fait un compliment là non ? Bon un peu nuancé certes mais elle s'est montré aimable quoi!

-Ben dis donc... vous êtes difficile à suivre!

Ses paroles raisonnèrent un peu tard dans mon esprit. Je les comprenais dans un sens défaitiste pour elle, genre moi je peux avoir le bonheur mais nous les dieux nous ne pouvons pas. Bizarre... Enlil m'a l'air très heureux à mon goût, surtout quand il s'agit de torturer ses missionnaires.

-Parfois l'espoir est tout ce qu'il nous reste... Mais vous avez raison, il ne faut pas se contenter d'attendre!

Puis une question un peu bête surement me vint à l'esprit. Je sais que les dieux sont immortels et tout et tout mais...

-Est-ce que vous aspirez à un avenir vous ? Je veux dire, les dieux envisagent vraiment leur propre avenir ?

J'ai élargi au dieu après, mais c'est bien à elle que je pose la question. Les autres je les connais pas, je m'en fiche!
Voir le profil de l'utilisateur

Inanna
Messages : 554
Localisation : Allongée entre les racines d'un arbre centenaire.
Loisirs : Semer des têtes et faire couler le sang. Détruire la moindre parcelle de bonté sur cette terre.
Humeur : Prête à faire chavirer ton cœur, mon cher et tendre... ♥
avatar
Inanna

Personnage...
Pouvoir: Infini.
Dieu: Inanna
Age: La Beauté est éternelle.
Ven 11 Déc - 14:35
Les réponses de la déesse semblèrent surprendre le petit homme, qui la regarda fixement le temps qu'elle accepte de lui expliquer certaines choses. Les plus importantes, selon elle. Les autres passaient à côté, tout simplement parce qu'elle ne souhaitait pas y répondre ; sûrement, aussi, parce qu'elle n'en avait pas l'entière réponse. Lorsqu'on est Dieu, l'on peut se targuer de tout savoir ; pourtant, la sagesse et la connaissance ne vont pas forcément de paire avec cette fonction, qui n'est, au final, qu'un titre et des pouvoirs, des responsabilités. Pas de commencement, ni de fin ; Nabouh le pensait et il n'avait pas tort sur ce point : c'était triste. Pour Inanna aussi, cette constatation de plus creusait un trou dans son coeur déjà maltraité. Elle accepta cependant de l'écouter, lui ; d'écouter la parole d'un minuscule humain qui ne signifiait rien, mais qui la faisait beaucoup espérer. Sans doute attendait-elle depuis longtemps une personne comme lui, une personne qui aurait su l'éloigner de cette vision pessimiste qui avait pris place dans son esprit.

Ses joues se colorèrent de rose, légèrement. Le rose du plaisir, sans doute, de la joie, certainement. Elle ne s'y attendait pas, mais la détermination du petit missionnaire lui fit du bien. Elle ressentit un bien-être comme elle en avait rarement ressenti ; et, au fond d'elle, elle se dit qu'elle aurait aimé que ses propres missionnaires fassent preuve de tant de motivation à les aider dans leur tâche. Sans doute était-ce cela, ce qu'un dieu attendait d'un humain. (Elle comprit pourquoi Enlil appréciait le jeune inventeur.)

Cette dernière partie de leur entrevue la rendit toute guillerette. Elle acquiesça alors, amusée de la mine abasourdie qu'il arbora lorsqu'elle le complimenta. Car oui, c'était un compliment. Il ne fallait pas non plus trop en attendre de la part de la déesse ; Inanna pouvait se montrer conciliante mais il ne fallait pas abuser.

Elle continua à jouer avec sa fleur, tournant la tige entre son pouce et son index. Elle se sentit l'envie de parler, de s'ouvrir, plus intimement, cette fois. Un éclat de confiance, peut-être ; mais aussi parce qu'elle n'en pouvait plus d'être si seule.

— Le vert est la couleur de l'espoir, dit-elle simplement dans un souffle.

Envisager leur avenir... Evidemment. Inanna leva les yeux vers lui, étira un sourire de plus.

— Parfois, oui.

Puis il fana. La fleur se flétrit à son tour sous le coup de la tristesse, et elle la laissa tomber au sol.

— D'autres fois, il veut mieux abandonner l'idée.

Elle espérait, Inanna. Elle espérait tellement de choses. Mais rien ne parvenait jamais à la satisfaire. Elle était toujours bloquée, toujours enfermée dans la même routine. Elle ne pouvait s'en sortir qu'en rêvant, parfois, au passé. Mais rêver au passé n'est pas de l'espoir, plutôt du regret. Sans doute l'un va-t-il avec l'autre. Ou bien le regret succède-t-il à l'espoir...

— C'est juste... je crois que la profession de Dieu (elle rit à cette idée. Une "profession", vraiment ?) n'est pas vraiment compatible avec des aspirations de ce type. Surtout lorsqu'on sait à quel point le temps les a balayées par le passé. Mais nous ne fonctionnons pas tous de la même manière.

Certains, comme Nanna, comme Ershkigal, espéraient toujours. Peut-être avaient-ils raison d'espérer, par ailleurs.

— J'ai déjà laissé ma chance passer, se contenta-t-elle d'ajouter avec tristesse.

Voir le profil de l'utilisateur



Nabouh
Messages : 207
Localisation : Franchement... loin!
Loisirs : Embêter tout le monde et rire bien fort.
Humeur : Taquine
avatar
Nabouh Saifi

Personnage...
Pouvoir: Inventeur
Dieu: Enlil
Age: 17 ans
Dim 31 Jan - 10:21
Au fur et à mesure que les réponses de la déesse arrivée, une nouvelle conception de ce monde, des dieux en général naissait en moi. Comment aurait-il pu en être autrement ? Elle bouleversait mon monde à chaque rencontre, me donnant des informations que peu de gens devait lui demander et qui laissait entrevoir d'autres mystères de ce monde. En l'écoutant parler, plusieurs choses me vinrent à l'esprit, alors que je restai silencieux dans le végétarium qui lui servait de temple. Les Dieux envisagent leur avenir... pas tous... certains... comme certains ont de l'espoir, et d'autres pas. Cela parait idiot à dire mais en pensant à tout ça, en l'observant bien elle, je trouvais que els dieux étaient franchement... humain. Pas de la même manière que nous bien sur mais...

- Vous savez, j'ai l'impression qu'au fond, les humains et les dieux ne sont pas si différents. Si l'on met de côté la naissance et notre condition, je me rends compte que l'on réfléchit tous à certaines choses, que vous ressentez des émotions aussi, que vous êtes soumis à la haine, l'amour surement... et la tristesse.

Je terminais sur ça en la regardant. J'avais senti son ton devenir plus lent, douloureux. Je n'aurais pensé imaginer Sailor Moon comme une déesse ressentant de la tristesse. En général, je n'aurais jamais imaginer un dieu pouvant ressentir quoique ce soit.

-Si je dis ça, c'est parce que toute ma vie, on m'a appris la supériorité d'un dieu, qui vit en parfaite ataraxie, loin des tourments qui nous sont quotidiens nous les hommes. Je réalise au final que ce n'est pas nécessairement vrai.

Une parole me marqua ce pendant, une de ses paroles qui vous fait devenir sérieux, oubliant quelques instants votre insouciance. Alors que j'abordais les choses avec légèreté en général, je me surprenais à pouvoir être sérieux, voire grave. Bien sûr, moi je le savais que j'en étais capable, ce n'était pas la première fois, mais je suis habitué à passer pour le clown de service, peu de gens savent ce qui se passe réellement au fond de moi. De même, l'entendre parler d'avoir loupé le coche me fit sourire malgré tout.

-Vous êtes une déesse! Vous avez l'éternité devant vous pour saisir une nouvelle occasion!

L'éternité... Un mot tentant, qui fait frissoner. Rien que de l'imaginer, je ressens une sueur moite qui parcourt mon dos, comme un courant d'air frais.

-Beaucoup de gens vous envie cette faculté de vivre pour toujours... Moi ça me ferait peur. L'éternité à quelque chose d'effrayant, non ?

Je levais tranquilement les yeux vers le ciel, pour en fixer l'immensité. Le soleil commençait à décliner. Il faudrait que je songe à rentrer, dans le noir, j'ai encore plus de chances de me perdre. Je connais le chemin à force mais bon, je préférerais être prudent.
Voir le profil de l'utilisateur

Inanna
Messages : 554
Localisation : Allongée entre les racines d'un arbre centenaire.
Loisirs : Semer des têtes et faire couler le sang. Détruire la moindre parcelle de bonté sur cette terre.
Humeur : Prête à faire chavirer ton cœur, mon cher et tendre... ♥
avatar
Inanna

Personnage...
Pouvoir: Infini.
Dieu: Inanna
Age: La Beauté est éternelle.
Lun 8 Fév - 19:44
Inanna n'était pas qu'une déesse, elle ne pouvait le nier. Elle était aussi une femme. Au fond, comment les dieux pourraient-ils diriger les humains, veiller sur eux, s'ils ne leur ressemblaient pas a minima ? Pas qu'ils soient aussi faibles, aussi peu réfléchis ; les responsabilités viennent avec les pouvoirs qui sont leurs. On ne devient pas Dieu, on naît ainsi ; et cette essence divine est à la fois symbole de leur parfaite harmonie avec eux-mêmes et le monde, ainsi qu'exposition de leurs travers. Pour Ishtar, il n'existait point de Dieu qui ne fut pas intrasèquement lié aux hommes ; elle plus encore. Comment  pourrait-il en être autrement ? Elle sourit distraitement. Si elle pouvait vivre, ainsi que les autres dieux, en parfaite ataxie, loin du monde, elle le ferait. Elle comprenait pourquoi les humains avaient inventé ce dieu-là : il était infaillible, parfait ; quelqu'un en qui croire et aimer ; un être - une essence - qui n'aurait pas de défaut, qui ne ressentirait rien. Non, vraiment, un être parfait.

Les Dieux n'étaient pas parfaits. Inanna elle-même en était loin - le plus loin, peut-être, mais elle tentait de le justifier par ce qu'elle représentait.

— Évidemment que nous ressentons des émotions. Comment voudrais-tu que je représente l'amour ou la guerre autrement ? Ce ne seraient que des concepts vains que je ne saurais pas maîtriser ni comprendre… La passion, vois-tu, est une chose grandiose ; elle est positive et négative à la fois... Elle est excentrique et violente... Elle est destructrice, aussi.

La déesse esquissa un doux sourire, qui vint délicatement étirer le bord de ses lèvres.

— Il faut le connaitre. La maîtriser est impossible cependant. Mais la passion engendre souvent le reste...

Elle fit une pause. Ferma les yeux. En songeant à Utu et Nanna, elle ne put s'empêcher de faire la moue.

— Nous sommes tous balottés par nos passions… Cependant les autres l'admettent simplement moins, et se targuent d'être plus sages et avisés de ce fait. Je ne sais pas si je suis plus sage qu'eux, j'en doute. Mais je doute aussi qu'ils le soient plus que moi. Ils ne sont pas liés à des sentiments, mais à des concepts, des forces de la nature. C'est très différent. Je ne sais même pas si nous fonctionnons réellement de la même manière.

Elle songea que oui, mais n'en était même pas bien sûr. Les autres étaient tous si divins. Enlil avait l'air de ne rien ressentir à part de la rage et de l'amusement. Enki de l'ennui. Nanna de la haine. Ershkigal du mépris. Utu et Nin… étaient plus nuancés. Différemment. Comme des humains. Des divinités pour les hommes.

— Après… Le fait que les créannes existent aurait dû te mettre sur la voie, le taquina-t-elle doucement. Elles ne pourraient pas venir au monde si nous n'étions pas si... passionnés.

Puis elle s'arrêta, soupira et reprit :

— L'éternité est effrayante, affreusement longue, oui. Je peux comprendre les gens qui envient notre pouvoir, mais qu'ils n'envient pas notre condition. Il y a des chances qui ne peuvent pas être saisies à nouveau. Nous raisonnons sur le long terme, ce qui signifie aussi qu'il est difficile de se relâcher. De refaire les mêmes erreurs. Nous restons bloqués, parfois ; nous abandonnons, d'autres encore… Les choses qui peuvent sembler simples pour vous ne le sont pas pour nous. Pas toujours. L'inverse est aussi vrai.

Inanna s'arrêta et lança un sourire à Nabouh. Elle trouvait sa volonté de lui montrer qu'elle avait tort d'abandonner assez touchante. Voilà longtemps que personne d'autre que Nin n'avait cherché à la consoler quelque peu...

— Tu es plus avisé que tu ne le montres. Enlil a de la chance de t'avoir pour serviteur.

Elle marqua une pause de plus et lui tourna le dos, observa la clairière au centre de son temple.

— Si tu souhaites y aller tu le peux. Je ne te retiens pas.

Puis elle se retourna un instant, se rapprocha de lui. Elle lui passa doucement une main dans les cheveux, puis sur la joue, et ajouta, dans un sourire à la fois mutin et touché :

— Merci.

Voir le profil de l'utilisateur



Nabouh
Messages : 207
Localisation : Franchement... loin!
Loisirs : Embêter tout le monde et rire bien fort.
Humeur : Taquine
avatar
Nabouh Saifi

Personnage...
Pouvoir: Inventeur
Dieu: Enlil
Age: 17 ans
Mar 9 Fév - 21:09
Même elle ne me le dit pas clairement, c'était évident que j'avais formulé une question stupide. D'ailleurs n'importe qui pouvant l'observer elle se rendrait compte qu'elle ressent des émotions. Pourtant, c'était beaucoup moins flagrant quand on regardait Enlil, certes il a des émotions je suppose... mais j'ai l'impression qu'il ne s'exprime qu'à travers un masque, que tout est minutieusement contrôlé. C'est difficile de l'imaginer en proie à ses passions comme elle dit, il semble n'en avoir aucune, sauf si c'est pour faire chier ( mince, c'est pas mon dieu pour rien alors... )
J'écoutais ce qu'elle disait avec grand intérêt, elle semblait perdu dans un autre monde, celui de se spensées. Je sentais qu'elle n'exprimait pas que des généralités mais que, dans un sens, elle me parlait un peu d'elle, se confier sur une sorte de mal être qui la rongeait. Parce que oui, je ressentais un mal être chez elle, qu'elle tentait de cacher que l'on pouvait percevoir. Elle se laisse guider par ses passions... Le regrette t-elle ? J'ai l'impression que oui

- Ma question était idiote... C'est juste que, lorsque je regarde Enlil, je n'ai aps l'impression de contempler un être comme moi, à mon image. Pas dans un sens de supériorité mais plutôt dans le sens qu'il ne ressent pas les mêmes choses, qu'il est... constamment neutre!

Et ça fout les ch'tons. Vraiment. C'est terrifiant de se trouver face à une personne sans savoir si elle vous aime bien ou si elle veut vous arracher les membres. Dans un sens, il m'a déjà montrer qu'il n'était méchant, mais j'avais l'impression que c'était à double tranchant et qu'au moment où je serais convaincu de cela, il retournerait sa veste. Les Dieux... insaisissables.
Je baisse les yeux lorsqu'elle me parle des créannes. Oui c'est vrai... Elles sont créées par une émotion trop forte d'un dieu. Cela aurait dû m'indiquer oui et pourtant...

-Il y a tant de choses que je ne comprends pas, surtout les créannes... Elles restent un mystère pour moi. Que sont-elles ? Pourquoi sont-elles ce qu'elles sont ? Pourquoi ces pouvoirs ? Je saisis mal leur existence. Je ne dis pas qu'elles ne devraient pas exister hein, rectifiais-je aussitôt, je n'ai rien contre, après tout ce n'est pas leur faute...

Je m'exprimais de plus en plus en mal. Mais le point où je m'étais correctement fait comprendre, c'était sur mon incompréhension. Je sais, parfois il faut savoir lâcher prise, admettre que les choses sont ainsi plutôt qu'autrement, mais j'étais véritablement curieux au fond, je voulais les comprendre. Pas les disséquer ou quoi mais leur parler, comprendre comment elles fonctionnent. Mais c'était si étrange dit comme ça...

-Je n'avais jamais envisagé les choses comme ça. Les gens placent leur Dieu au-delà de leur sphère d'existence, nous ne cohabitons. Je ne me leurre pas, je pense pareil... C'est pour cette raison que je dois avoir un rapport différent avec Enlil que les autre missionnaires, j'ai du mal à le projeter dans mon monde, à imaginer ses tracas. Pourtant je me rends compte que... Vous avez vos propres problèmes.

Je parlais d'un ton sérieux, comme si toutes les conceptions que j'avais eu jusqu'à présent étaient fausses, ce qui était à peu près le cas. Déjà qu'à la base les dieux je n'y croyais pas, les imaginer comme nous, enfin à notre image, juste à une échelle supérieure, c'est étrange...
La suite des événements me laissa sans voix. Je rêve où elle m'a fait un compliment ? Et je rêve ou elle a était toute gentille et tendre avec moi ? Alors qu'avant elle avait failli m'émasculer! Le rouge aux joues, je balbutiai sans savoir quoi dire. Je finis par reprendre pied lorsqu'elle me remercia. "De quoi ?" fus-je tenté de dire. Je n'avais rien fait de spécial, je m'étais juste installé, j'avais parlé et écouté... Certes s'est beaucoup pour certaines personnes, pourtant j'avais l'impression que ce n'était pas suffisant. Pour une raison quelconque, j'étais heureux malgré tout. Comme si j'avais accompli quelque chose de bien, comme si j'étais heureux qu'elle le soit aussi. Le comble!
Voyant le soleil se coucher, je décidai de prendre mes affaires rapidement, pour sortir du temple. Je sens que je vais encore passer une nuit à la belle étoile.

-Merci à vous. Je ... Je repasserai vous voir. Même si vous n'êtes pas ma déesse.

bah quoi ? J'ai le droit de venir la voir pour discuter avec elle, c'est une déesse non ? Et puis même si je ne l'avouerais jamais, j'aimais beaucoup ces moments partagés avec elle. Alors, je pourrais bien revenir... si à l'avenir je me sens seul.
Voir le profil de l'utilisateur

Inanna
Messages : 554
Localisation : Allongée entre les racines d'un arbre centenaire.
Loisirs : Semer des têtes et faire couler le sang. Détruire la moindre parcelle de bonté sur cette terre.
Humeur : Prête à faire chavirer ton cœur, mon cher et tendre... ♥
avatar
Inanna

Personnage...
Pouvoir: Infini.
Dieu: Inanna
Age: La Beauté est éternelle.
Mer 10 Fév - 19:01
Enlil… Enlil était différent. Peut-être était-ce parce qu'il était leur chef ; ou simplement était-il comme ça, simplement un masque, un visage hypocriten de temps en temps, mais sinon, rien derrière. Creux. Non, pas creux ! se corrigea Inanna. Si profond. Mais tellement profond que les dieux eux-mêmes ne pouvaient lire en lui. Pour être honnête, Inanna pensait que les dieux ne devaient pas du tout se comprendre les uns les autres ; comprendre ce qu'ils ressentaient. Il n'y aurait pas tant de déception, de différends. Utu n'aurait peut-être pas trahi Nanna. Mais Enlil, lui, comprenait-il les autres ? Elle crut que oui... Mais elle n'en était pas encore tout a fait certaine. De toute manière, elle s'imaginait que peu importait qui la manipulait - Enlil, Enki, Nanna, Utu - elle le remarquerait. Qu'elle réussisse à s'en défaire, en revanche, c'était une autre histoire. Et de là à dire que c'était le cas...

Insaisissables... Nabouh avait bien pensé au mot juste. La déesse sourit doucement, sans rien ajouter. Il parvenait à ses conclusions tout seul, inutile d'en faire plus.

La discussion sur les créannes ne plaisait guère à Ishtar. Elle préféra laisser ici ces interrogations, qu'elle chassa d'un simple :

— Il n'y a rien à comprendre, elles existent et c'est bien leur plus profond défaut.

Agacement, sans doute ? Parce que les créannes représentaient quelque chose que les dieux ne contrôlaient pas ? Une part d'eux qu'ils éliminaient tout simplement.

— Nos problèmes sont aussi à l'échelle du monde, petit homme. Ne l'oublie pas. Nous ne sommes pas des êtres futiles.

Sur ce, la divinité lui enjoignit de sortir. Elle sourit très doucement en voyant son expression, en suivant le cours de ses pensées. "Pour avoir écouté," aurait-elle pu ajouter.

Elle ne le fit pas, se contenta de se détourner légèrement pour ne pas le voir sortir. Un nouveau sourire.

— À bientôt dans ce cas.

Et sans un mot de plus, elle disparut.

Voir le profil de l'utilisateur





Page 1 sur 1
 
Les Chroniques de Sumer :: La Congrégation :: Temple d'Inanna
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet