Poster un nouveau sujet Répondre au sujet
 :: La Congrégation :: Zone d'entraînement
Tâches de lumière sur plafond blanc. [Lynn ♥]
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Dave
Messages : 1193
Localisation : DTC.
Loisirs : Casser des dents.
Humeur : Je crains qu'elle ne soit pas très lumineuse !
avatar
David Williams

Personnage...
Pouvoir: Astre (Dave) & Source (Alice).
Dieu: Utu
Age: 27
Mer 15 Avr - 21:44
Franchement, ce dieu, il a vraiment une dent contre toi. Non mais juré. C'est pas que t'as un problème avec l'utilisation de tes pouvoirs - non mais quand même pas, faut pas abuser non plus, tu ne peux pas être si nul que ça - mais... enfin c'est certainement tes pouvoirs qui ont un petit problème avec toi. Ou quelque chose dans ce goût-là. Non mais parce que c'est vrai que créer des petits trucs de lumière, c'est rigolo, hein. Mais quand ça t'explose pas à la gueule ou que ça fait pas juste trois pauvres misérables étincelles, c'est quand même beaucoup mieux. Non parce qu'avec toi, c'est tout de même tout ou rien : soit tu réussis tellement bien que tu te retrouves à t'auto-tuer dans le processus (au passage, ça s'appelle un suicide involontaire si tu te poses la question), soit tu te fail tellement que... que bah rien en fait. Si ces pouvoirs pouvaient être un poil plus coopératif, ça t'aiderait peut-être à ne pas péter un plomb comme tu es actuellement en train de le faire.

C'est donc avec un énième soupir que tu tentes - et ce avec le moins d'assurance au monde - de créer une flèche de lumière. C'est nul, c'est moche, et ça n'a certainement pas la forme d'une flèche. Vous savez ce que ça fait quand on le lance, en plus de ça ? Non ? Ben pas besoin de vous creuser la tête : ça ne fait absolument rien. Soit c'est vraiment le pouvoir le plus inutile du monde qu'on t'a confié, soit t'es juste un blaireau incapable de te concentrer trois secondes pour essayer de faire un joli truc tout propre. En même temps, joli et propre, quand on voit ce que tu es capable de faire avec une pierre bien aiguisée, ça n'est pas les principales qualités qu'on te décernerait...

Laissant définitivement tomber cette partie de l'entraînement, haletant et le front couvert de sueur (c'est que c'est épuisant de réfléchir, hein, t'as pas vraiment l'habitude), tu attrapes une serviette pour t'éponger le visage. Un soupir et tu te laisses tomber sur le sol de la salle d'entraînement, en plein milieu. Tant pis si tu gênes, hein, la salle est assez grande pour plusieurs. Puis c'est pas comme si y avait trop de monde, c'est pas l'heure du cours obligatoire !

Assis en tailleur, tu fais la moue et te concentres pour faire apparaître... euh... n'importe quoi, en fait. Genre un truc, n'importe quoi, quelque chose qui fasse de la lumière un peu.

- Allez, mais marche, vas-y quoi, fais pas ta pute... tu grognes en t'excitant sur ton illusion pitoyable qui doit probablement représenter... euh... un objet plus ou moins rond non-identifié ?

Avant de le balancer plus loin de rage. Sauf que bon. C'est un peu comme lancer un objet qui n'existe pas : t'as juste l'air d'un gogole pas très bien réveillé. Ou un poil timbré, au choix.

- J'vous jure qu'un jour vous allez me payer ça, tu rajoutes à l'intention de ton dieu, levant les yeux vers le plafond.

C'est triste un plafond, quand même.

Voir le profil de l'utilisateur


S'illumine en #47032C.
Vogue en #67BBCE.

Lynn
Messages : 389
Localisation : Avec moi-même.
Loisirs : Saupoudrer ta tête de paillettes ♥
Humeur : Joie et paillettes ♥
avatar
Lynn Hiems

Personnage...
Pouvoir: Inventeur, avoue t'es jaloux ! #ÇaRime
Dieu: Enlil
Age: 20 ans et toutes ses dents ~
Jeu 16 Avr - 10:18

Je déambule dans les couloirs de la Congrégation, sans but. J’aime bien trainer ici. Je m’y sens chez moi.

Oh, bien sûr, si j’étais sérieuse et un tant soit peu réfléchie j’irais suivre un cours, vu qu’ils donnent des cours ici. J’ai dû en suivre deux ou trois, mais pas la grande éclate quoi. J’ai passé quinze ans de ma vie sur les bancs de l’école, alors bon, les cours j’en ai un peu marre… !

J’ouvre des portes de temps en temps. Pas forcément très poli, je le conçois. Mais bon, je m’excuse si genre c’est une salle de classe hein, faut pas croire !

Finalement, j’arrive devant une porte, sur laquelle était écrit non pas un numéro, mais un groupe nominal. « Salle d’entraînement ». Oh, tiens donc ! On s’entraîne à quoi, à la Congrégation ? C’est une salle de musculation ? Pour ma part, je ne suis pas une grande sportive, hein. Après tout, il faut dire que je n’en ai pas besoin, j’ai déjà une si jolie silhouette !

Je pose la main sur la poignée. Pourquoi est-ce que je veux rentrer ? Aucune idée. Peut-être pour voir si je peux croiser quelqu’un à emmerder. C’est vrai, jusqu’ici j’ai principalement croisé des élèves allant en cours, alors bon, je ne vais pas gâcher leur plaisir de s’assoir sur un banc  pour gratter du papier hein…

J’exerce une pression sur la barre de métal gris et froid et ouvre la porte.

Ce n’est pas vraiment une salle de musculation comme moi je l’entends. Il n’y a pas d’haltères ou ce genre de chose. En fait, les principaux objets sont des mannequins. C’est quoi comme salle ? Un truc réservé à la boxe ou quelque chose du genre ?

Mes yeux s’arrêtent alors au niveau du milieu de la salle. Il y a quelqu’un, assis en tailleurs par terre. Un garçon je crois. Enfin après je ne sais pas trop, il est dos à moi alors si ça se trouve c’est une fille aux cheveux courts. Ah, d’ailleurs ça me fait penser à Emily, mon amie qui m’a aidée pendant ma mission pour Enlil. Et ça me fait penser que je lui dois beaucoup, mais genre beaucoup d’argent. Bon, en sortant d’ici j’essaie de me trouver un petit boulot, parce que bon.

Je reporte mon attention sur la personne dans la salle –j’vais opter pour dire que c’est un garçon-, qui ne m’a pas vue. Il semble balancer quelque chose. Oh, il est énervé ! Je l’entends pester en levant le nez vers le plafond :

— J'vous jure qu'un jour vous allez me payer ça.

Ah, encore un type qui a la fâcheuse habitude de parler au plafond. J’en conclus donc qu’il parle à un dieu. Faut croire que quand on devient missionnaire ça devient une habitude. Je ne sais pas quel dieu il engueule ni même pourquoi, mais j’espère quand même pour lui que son dieu n’est pas trop susceptible sinon son espérance de vie pourrait être réduite de cinquante ans.

Je m’approche silencieusement du garçon, et pose mes mains sur ses épaules, dans le but de lui faire peur. Dans la foulée je le contourne, m’accroupis pour être à son niveau et penche la tête sur le côté, en disant d’une voix enfantine :

Salut ! Qu’est-ce que tu fais ?

Oui je lui parle comme si c’était mon meilleur pote. OK c’est pas le cas mais on s’en fout, c’est moi qui gère.


Voir le profil de l'utilisateur



Dave
Messages : 1193
Localisation : DTC.
Loisirs : Casser des dents.
Humeur : Je crains qu'elle ne soit pas très lumineuse !
avatar
David Williams

Personnage...
Pouvoir: Astre (Dave) & Source (Alice).
Dieu: Utu
Age: 27
Jeu 16 Avr - 21:25
Non, vraiment, ce dieu, tu ne l'aimes pas beaucoup. Ni lui, ni son sens de l'humour à tout épreuve. Parce qu'il faut bien avoir un sens de l'humour assez particulier pour envoyer son missionnaire dans un endroit complètement désert et lui faire croire qu'il est sur un champ de bataille, et encore plus pour lui donner comme pouvoir, en récompense, la possibilité de faire de jolies tâches de lumière sur le sol. Non, vraiment. Un véritable petit luron dites-moi... Ou alors c'est simplement qu'il ne t'aime pas. Non parce que c'est clair que là, tu peux pas vraiment dire que t'es aidé, hein. Puis, pourquoi c'est aussi difficile de trouver des mecs du même pouvoir que toi pour t'aider, hein, sérieux ? Non pas que tu aies sérieusement pensé à demander de l'aide... Bon, si, d'accord, tu y as pensé, mais seulement l'espace de trente secondes, parce que tu avais vraiment très très envie de faire en sorte que ça fonctionne. Juste une fois. Pour te donner l'illusion que tu n'es pas complètement un boulet, tu vois ?

Bon, visiblement, boulet tu es, boulet tu resteras hein. Faut pas trop en vouloir à ton dieu ; déjà qu'il t'a sorti de ton trou, fallait pas s'attendre à ce que ce soit facile de vivre en tant que son missionnaire hein. Faut pas non plus exagérer.

C'est sur cette pensée forte en cynisme que tu es interrompu par deux mains imprudentes posées sur tes épaules. Immédiatement, tu te crispes et tentes de choper son poignet pour faire passer leur propriétaire par dessus ton épaule ; pas de chance, l'adolescente farceuse qui te salue te contourne et s'accroupit devant toi. Non mais là, vraiment, ton visage haineux parle pour toi. T'as failli faire une crise cardiaque, est-ce qu'elle le sait ?! (Un petit coup d'oeil sur son expression faciale pourrait très facilement t'apporter la réponse à ta question : OUI elle le sait, et c'était à vrai dire le but. Vaut mieux pas que tu le saches bb.)

- Je survis à ma crise cardiaque comme je peux, merci de t'en soucier, répliques-tu de la manière la plus cinglante possible.

Avant de grogner d'un air menaçant (janr c'est possible) et détourner les yeux, boudeur. (Non, décidément, ces deux actions ne vont vraiment pas ensemble...)

- Qui t'es ? Je m'entraîne, tu râles encore. C'est ce qu'on fait dans une salle d'entraînement à la base. Sauf si t'y trouves une autre utilité...

En fait, tu te rends compte que tu râles vraiment beaucoup. Enfin, il paraît que râler c'est bon pour la santé. Peut-être qu'un jour, ça aura des bienfaits !

Voir le profil de l'utilisateur


S'illumine en #47032C.
Vogue en #67BBCE.

Lynn
Messages : 389
Localisation : Avec moi-même.
Loisirs : Saupoudrer ta tête de paillettes ♥
Humeur : Joie et paillettes ♥
avatar
Lynn Hiems

Personnage...
Pouvoir: Inventeur, avoue t'es jaloux ! #ÇaRime
Dieu: Enlil
Age: 20 ans et toutes ses dents ~
Ven 17 Avr - 18:43

Il me lance un regard de tueur, et dit d’une voix sèche :

— Je survis à ma crise cardiaque comme je peux, merci de t'en soucier.

Je m’apprête à lui répondre un « oh bah de rien, c’est gratuit chéri ♥ » mais il reprend la parole :

— Qui t'es ? Je m'entraîne. C'est ce qu'on fait dans une salle d'entraînement à la base. Sauf si t'y trouves une autre utilité...

Bouuuuh il est énervé le petit ! ♥ enfin petit, il est probablement plus vieux et plus grand que moi mais bon. Je lui souris doucement, avance mes doigts et lui tire la joue, comme à un enfant :

Bouuuh il est mignon, il boude ! Je m’appelle Lynn. Et pour répondre à ta question, je cherchais quelqu’un à embêter. Pas de chance pour toi, c’est toi que j’ai trouvé !

Je lâche sa joue, me remets debout et m’éloigne. Bah ouais, on n’est jamais sûr de sa réaction…

Je regarde cependant autour de moi, perplexe. Il s’entraîne ? Euh, à quoi ? Parce qu’à part parler au plafond, il n’avait pas l’air de faire grand-chose. Je lui demande donc, une pointe d’amusement dans la voix :

Et… tu t’entrainais à quoi, au juste ? A part engueuler ton dieu –enfin je suppose que c’est lui, j’espère pour ta santé mentale que t’engueulais pas vraiment le plafond- ? Tu devrais peut-être t’entrainer à la méditation, ça t’éviterait d’avoir une espérance de vie réduite !

Oui, c’est moi qui dis ça… si ça se trouve lui il a pas un dieu avec un regard assassin.

Oh mais… attends attends ! Il engueulait son dieu ! DONC il a été appelé ! Dooooonc il a son pouvoir !

Oh ! fais-je, contente de moi. Tu t’entrainais à maitriser ton pouvoir, c’est ça ? Ahah, je suis trop forte ! Ton dieu, c’est qui au juste ? Pour ma part j’ai droit à Enlil, tu sais, le dieu des dieux. Il a eu la ô combien super idée de m’envoyer dans l’épave du Titanic, pour qu’au final je lui rapporte un collier qu’il va offrir à je-sais-pas-qui, j’adore ! T’as dû subir quoi, toi ?

Ouais je demande, histoire de savoir si je suis la seule à avoir regretté de n’être pas resté simple humaine… Quoiqu’en fait je ne regrette pas trop, au fond je l’aime bien mon cher dieu ! ♥

Je penche la tête sur le côté, attendant la réponse du garçon.


Voir le profil de l'utilisateur



Dave
Messages : 1193
Localisation : DTC.
Loisirs : Casser des dents.
Humeur : Je crains qu'elle ne soit pas très lumineuse !
avatar
David Williams

Personnage...
Pouvoir: Astre (Dave) & Source (Alice).
Dieu: Utu
Age: 27
Ven 24 Avr - 12:46
Cette fille, j'espère que tu te rends compte qu'elle se fout clairement de ta gueule, là. Parce que bon, tu as beau être un poil à côté de tes pompes, il faudrait quand même que tu te rendes compte de la réalité mon petit. Rien que son expression, tout d'abord, manque de te tirer un nouveau regard assassin. Puis ses mots. Est-ce réellement possible de trouver quelqu'un de si profondément insupportable simplement parce qu'il s'est finalement mis à parler ? Peut-être es-tu simplement trop méfiant pour pouvoir accepter que les autres t'adressent aussi facilement la parole. Sans te connaître, rien, ils débarquent, comme ça. Alice te fait souvent le reproche que ce n'est que de cette manière qu'on commence à parler aux gens. Qu'on ne peut pas être proche des autres si on ne commence pas par la case rencontre. Mais tu te dis souvent que ce n'est pas si important ; après tout, toi, tu peux très bien rester seul. Tu n'as aucun problème avec ça. Mais alors taper la discussion… à croire que les gens t'en veulent vraiment, depuis que t'es arrivé dans ce pays merdique.

"Il est mignon". Tu grognes et te retiens de l'attraper par les cheveux - on ne frappe pas les filles, mon chou. Tu le sais et ça t'agaces encore plus. Alors, simplement, tu te contentes de dégager sèchement sa main qui torture ta pauvre joue trop maigrichonne.

- Lâche-moi, sérieux, tu souffles en plissant le nez.

Elle te dit son nom, mais très honnêtement, ça t'intéresse pas vraiment. Disons que ça sert à pouvoir la caser dans un coin de ta tête : "Lynn - chieuse aux cheveux blancs". Comme ça, quand tu la recroiseras, tu pourras p'tetre la reconnaître plus facilement. Pas que le nom te serve beaucoup, mais c'est pratique quand même de pouvoir mettre une étiquette sur la tête des gens. Tu peux les insulter tranquillement dans ta tête. C'est plus simple.

Puis elle s'éloigne, fait mine de regarder autour d'elle et continue - encore - à causer. Franchement, les gens ici, ils ne font que ça : parler, parler et parler encore. C'en est désespérant.

Tes yeux se fixent à nouveau sur le plafond et tu fais la moue. Ouais, bon, c'est vrai que parler tout seul pourrait légèrement te faire passer pour un taré - ce que tu es, mais voilà, ça personne ne le sait ! - mais ici tu es à la Congrégation, non ? Ils ont l'habitude des gens qui insultent leur dieu, normalement… Sauf si elle est nouvelle, auquel cas tu ne lui feras pas le plaisir de lui expliquer ce qu'il en est. Tant pis pour elle…

- La méditation, hein… C'est une idée, tu ricanes, avant de te faire encore une fois interrompre.

"Mon dieu," - enfin non, tu ne l'appelles pas vraiment mais--… Peu importe. "pourquoi parle-t-elle autant ?" Tu n'as aucunement l'envie de te souvenir de ta mission en Corée. Ni de tout le sang que tu avais sur tes mains.

- C'est le dieu boule à facettes qui m'a appelé, tu continues avec ironie. Il voulait que je dépose un colis.

Tu espères que ta réponse plus qu'évasive la dissuadera de poser plus de question à ce sujet.

- P'tetre qu'il espérait que tu te noies ? Ça m'étonnerait même pas venant de ces grands malades.

Super encourageant, Davy. Enfin, en même temps, c'est pas comme si t'avais réellement envie de continuer la discussion.

Voir le profil de l'utilisateur


S'illumine en #47032C.
Vogue en #67BBCE.

Lynn
Messages : 389
Localisation : Avec moi-même.
Loisirs : Saupoudrer ta tête de paillettes ♥
Humeur : Joie et paillettes ♥
avatar
Lynn Hiems

Personnage...
Pouvoir: Inventeur, avoue t'es jaloux ! #ÇaRime
Dieu: Enlil
Age: 20 ans et toutes ses dents ~
Sam 25 Avr - 9:15

Ahah, j’aime bien ce type ! Il a l’air d’avoir envie de me tuer, il est amusant ! Enfin, amusant tant qu’il n’essaie pas de défigurer mon sublime visage, bien sûr.

— C'est le dieu boule à facettes qui m'a appelé. Il voulait que je dépose un colis.

Oh. Bon, vu le ton qu’il a employé et vue la tête qu’il tire, ça devait pas être aussi simple. Bon en même temps, je crois qu’aucune des missions n’est simple. Mais le blondinet là, il n’a pas l’air de vouloir en parler plus que ça. Soit… dans ma grande bonté, je n’insiste pas ! Je m’accroupis à nouveau pour être à son niveau et lui adresse un sourire compatissant. Bah ouais, je ne suis pas que méchante.



Oh wait ! Il a appelé son dieu boule à facettes ?! Un rire m’échappe. Oh, c’est magnifique ! C’est vrai que je n’ai pas de surnoms pour Enlil, à part le dieu des fers à repasser ! Bon je ne sais pas s’il apprécierait vraiment… ouais, je crois que si je tiens à rester vivante, faut que j’en reste à « Enlil » ou potentiellement « Seigneur des Vents », si ça peut le mettre de bonne humeur…

Le garçon reprend, me tirant de mes pensées :

— P'tetre qu'il espérait que tu te noies ? Ça m'étonnerait même pas venant de ces grands malades.

Un autre rire. Qu’Enlil veuille que je me noie ? Ahah, ça ne m’étonnerait même pas non plus. En tout cas, s’il ne le voulait pas alors, peut-être qu’il le veut aujourd’hui. Auquel cas faudrait que j’évite les cours d’eau…

Je reprends la parole :

Et donc, ton dieu boule à facettes, il t’a accordé quoi comme pouvoir ? Celui de parler avec les oiseaux ?

Je ricane, avant de continuer :

Regarde !

Tant qu’à faire, j’vais lui faire une démonstration de mes pouvoirs ! Bah ouais, j’ai pas failli me noyer pour rien quand même ! Je tends la main et tapote le parquet verni. J’ai l’intention de recréer une boîte semblable à celle que j’avais donnée à Enlil.

Quelques paillettes, et une boîte sort du néant.



Euh ?

C’EST QUOI CA ? Hey, à la base elle était noire intérieur velours avec des motifs en fil doré hein ! POURQUOI j’ai fait une boîte minuscule avec du bois dégueu et des trous partout ?!

La pitoyable boîte disparait. En plus elle tient pas plus de vingt secondes !

Je recommence, avec la pomme. J’avais créé une pomme inconsciemment, alors je suis bien capable de recommencer, non ?

Encore quelques paillettes.



MAIIIIIS… Pourquoi seulement le trognon ?! C’est quoi cette arnaque !

Je sens le sang affluer dans mes joues. C’est trop la honte ! Pourquoi mes pouvoirs ne marchent plus ? C’est que j’ai oublié comment les faire fonctionner ou c’est Enlil qui me fait une blague –auquel cas c’est pas très drôle !- ?

Je tente de me rattraper comme je peux, tandis que le trognon disparait :

Euh… ouais, enfin… je suppose que la présence du dieu qui accorde le pouvoir influe sur la puissance de celui-ci ! Ça marchait très bien la dernière fois, pendant ma mission pour Enlil !

Bon… en même temps ce type n’a pas l’air d’avoir l’habitude de se foutre de la gueule des gens. Il a l’air d’être plus le genre « Ouais. C’est bien. Tu m’emmerdes, casse-toi. » … auquel cas je ne lui accorderais pas ce plaisir ! J’aime embêter les gens ♥


Voir le profil de l'utilisateur



Dave
Messages : 1193
Localisation : DTC.
Loisirs : Casser des dents.
Humeur : Je crains qu'elle ne soit pas très lumineuse !
avatar
David Williams

Personnage...
Pouvoir: Astre (Dave) & Source (Alice).
Dieu: Utu
Age: 27
Dim 26 Avr - 20:30
Le surnom que tu donnes à ton dieu semble la faire rire. Tu comprends pas trop pourquoi - parce que bon, c'est pas si hilarant que ça - mais veux bien croire que l'idée puisse être amusante. Enfin, s'il n'avait pas eu l'air si effrayant lorsque tu l'as rencontré… Il brillait de partout comme les vampires dans Twilight, l'air menaçant et badass en plus. Genre s'il avait souhaité te faire comprendre ta nullité - ou éventuellement sa supériorité - il avait bien réussi. Dès que tu penses à lui, maintenant, tu ne peux t'empêcher d'avoir cette saveur amère et âcre qui se glisse sur ta langue. T'aimerais bien pouvoir ne plus y penser, mais franchement, c'est pas simple…

Lentement, tu hausses les épaules lorsqu'elle t'interroge au sujet de ton pouvoir - c'est qu'elle pose une question sans même te laisser le temps de parler, comme toujours ! Elle a l'air d'être une vraie pipelette cette fille. C'est à la fois insupportable et rafraîchissant. En quelques sortes ; ça change, quoi. C'est vrai que c'est triste de ne parler avec personne, en fait… Faudrait que tu songes à discuter un peu avec les gens autour de toi. Un jour. Peut-être…

Elle tend la main et tu la fixes - la main, hein - un moment avant que n'apparaisse une petite boîte toute cassée. Ton sourcil se hausse et tu retiens de justesse un "ohh" qui pourrait te donner l'air intéressé - ce que tu n'es bien sûr pas. Bien sûûûr. Puis, au bout de quelques secondes, elle disparaît ; apparaît alors un trognon de pomme. En face, Lynn rougit. Tu lèves les yeux vers elle, puis arbore un sourire mutin. Voire carrément moqueur. Et le rire qui accompagne.

- Je vois.

Non, tu n'as pas grand-chose d'autre à dire. En fait, tu compatirais presque, sachant que tu vis quasiment la même chose de ton côté. Presque. Tout de même. Tu n'es pas aussi sympathique, il ne faut pas abuser.

- J'imagine, ouais. Joli trognon en tout cas. Très artistique. Dommage que ça tienne si peu longtemps, tu aurais pu le mettre sous verre autrement.

Puis, sentant ses jambes s'engourdir peu à peu, tu changes un peu de position en reposant tes pieds au sol, toujours assis. Tends toi aussi ta main devant toi, arbore une moue plus concentrée. Essayer de faire ce que tu sais faire, déjà. Histoire de pas te taper l'air con comme elle. Ce serait bien !

- Je contrôle la lumière… j'crois… tu lâches en faisant apparaître quelques petites billes lumineuses qui tournoient au creux de ta paume. Enfin contrôle, plutôt comme de la merde. Paraît qu'on peut faire des illusions avec ces trucs mais à part jouer à la boule disco ou à Flash…

Tu ricanes un peu. Puis fais s'estomper ton pouvoir.

- On remerciera Utu.

Voir le profil de l'utilisateur


S'illumine en #47032C.
Vogue en #67BBCE.

Lynn
Messages : 389
Localisation : Avec moi-même.
Loisirs : Saupoudrer ta tête de paillettes ♥
Humeur : Joie et paillettes ♥
avatar
Lynn Hiems

Personnage...
Pouvoir: Inventeur, avoue t'es jaloux ! #ÇaRime
Dieu: Enlil
Age: 20 ans et toutes ses dents ~
Lun 27 Avr - 20:20

Il a osé.

IL A OSÉ.

Il rit. Il rigole, ce bouffon. Il OSE se moquer de moi ! Comment ça il y a des raisons ? Non ! On ne se moque pas de ma géniale personne !

— Je vois.

Argh, il m’énerve !

Il reprend la parole :

— Joli trognon en tout cas. Très artistique. Dommage que ça tienne si peu longtemps, tu aurais pu le mettre sous verre autrement.

J’affiche une moue boudeuse, gonfle les joues, et reste ainsi quelques secondes pour montrer mon mécontentement. Réaction enfantine ? Ouais ! J’m’en fiche. Je peux tout me permettre, ça passe tout seul, parce que je suis géniale.

Il tend alors la main.

— Je contrôle la lumière… j'crois… Enfin contrôle, plutôt comme de la merde. Paraît qu'on peut faire des illusions avec ces trucs mais à part jouer à la boule disco ou à Flash…

Des petites perles lumineuses se mettent alors à tournoyer au creux de sa paume. Ohh… c’est joli ! Je laisse tomber la moue boudeuse et ouvre grand les yeux, comme un enfant assistant à un feu d’artifice.

Je reste un instant fascinée devant cette vision. C’est trop cool ! Le contrôle de la lumière ! T’imagines ? « Hé les mecs ! Moi je contrôle la lumière, et ouaiiiis ! ».

Les billes lumineuses disparaissent, et je suis presque déçue. Je lève les yeux vers son visage.

Et un sourire moqueur étire les coins de ma bouche. Hey, mais c’est qu’il m’a pas dit son nom, le blondinet là. C’est prétexte à trouver un surnom à la con ça. J’en ai un bon nombre qui me viennent à l’esprit… je vais lui demander ce qu’il préfère !

Hey… tu préfères quoi comme surnom ? Dans ma grande bonté je te laisse choisir. Hmm… j’ai tête de LED… tête d’ampoule aussi… tête à paillette, c’est sympa ! A moins que tu ne préfères panneau solaire ?

Mon sourire s’agrandit, je me remets debout et recule de quelques pas, question de sécurité encore… il est un peu flippant avec ses regards assassins, quand même.

Je reprends, sans me départir de mon sourire :

Sauf si tu daignes me donner ton nom, auquel cas je pourrais peut-être te trouver quelque chose de plus correct.

Je tire légèrement la langue. J’sais pas trop comment ce type réagit face à de l’humour. Si ça se trouve je risque de finir avec un bras cassé… oh, on verra bien.

Tête à paillette, c’est joli non ?


Voir le profil de l'utilisateur



Dave
Messages : 1193
Localisation : DTC.
Loisirs : Casser des dents.
Humeur : Je crains qu'elle ne soit pas très lumineuse !
avatar
David Williams

Personnage...
Pouvoir: Astre (Dave) & Source (Alice).
Dieu: Utu
Age: 27
Jeu 30 Avr - 15:11
Oh. Pas contente la petite fille, ouhlala. T'as frappé là où ça fait mal j'crois, mon p'tit. C'est bien ça, au moins une indication sur elle : si elle est moqueuse, son égo, lui, n'accepte pas le cynisme. Ne lui a-t-on jamais dit de ne pas se moquer de ses aînés ? Ou de les respecter, quelque chose dans le genre. Tu me diras, ça revient un peu au même, bien que jusqu'ici elle n'ait pas encore eu l'occasion de tant user de ses dons visant à agacer les autres. Un sourire en coin prend place sur tes lèvres devant sa moue digne d'une gamine de cinq ans - ça te choque pas beaucoup même si, l'espace de quelques secondes, tu te demandes si ce n'est pas un peu étrange de voir une personne quasiment majeure agir de la sorte.

Pour désamorcer la chose, tu tends la main et lui fais une petite démonstration de tes pouvoirs. Ce ne sont que de petites billes, des choses minuscules un peu difformes, comme beaucoup de perles qu'on trouve dans les huîtres. Pourtant, Lynn reste un moment à les observer, du moins tout le temps que ton pouvoir fait effet. Puis la lumière cesse, et elle relève les yeux vers toi. Ton sourire s'efface lui aussi et tu te dis immédiatement un truc du style "Mon dieu, mais qu'est-ce qu'elle va encore inventer ?".

T'es pas vraiment déçu. Ah là non. Tu ne sais pas ce qu'ils ont tous dans ce foutu bled de merde, à te donner des surnoms tous plus stupides les uns que les autres, mais un de ces jours, ça va très mal finir. Très, très mal. Pour le moment, tu te contentes de hausser un sourcil dubitatif, l'air de lui demander si elle est réellement sérieuse en te disant ça. Sauf si c'est encore une de ses manœuvres pour te faire dire ton prénom. Auquel cas t'apprécies que moyennement aussi. 'fin bon de toute manière, y a pas grand chose que t'apprécies.

- Dave. Appelle-moi panneau solaire et tu t'en manges un dans les dents.

Clair et concis, j'adore. Enfin reste à savoir comment tu parviendras à mettre ta menace à exécution, mais tu sais qu'avec un peu d'imagination, tu y arriveras bien. Enfin. Sûrement.

- J'te fais peur ou quoi ? tu ricanes en commentant son petit écart vers l'arrière. J'vais pas te bouffer c'est bon. Aux dernières nouvelles, je ne suis pas cannibale.

Puis, tu te lèves et t'étires, attrape la bouteille d'eau sur le sol pour boire un peu. T'as pas beaucoup utilisé tes pouvoirs mais tu pourrais déjà laisser tomber, au point où t'en es.

Voir le profil de l'utilisateur


S'illumine en #47032C.
Vogue en #67BBCE.

Lynn
Messages : 389
Localisation : Avec moi-même.
Loisirs : Saupoudrer ta tête de paillettes ♥
Humeur : Joie et paillettes ♥
avatar
Lynn Hiems

Personnage...
Pouvoir: Inventeur, avoue t'es jaloux ! #ÇaRime
Dieu: Enlil
Age: 20 ans et toutes ses dents ~
Jeu 30 Avr - 18:21

— Dave. Appelle-moi panneau solaire et tu t'en manges un dans les dents.

Ouhlalaaaa, vu la tête qu’il tire il n’a pas l’air de rigoler le blondinet dis-donc ! Bon, on va éviter panneau solaire alors. Mais il a rien dit pour tête à paillettes.

Il ricane et reprend la parole :

— J'te fais peur ou quoi ? J'vais pas te bouffer c'est bon. Aux dernières nouvelles, je ne suis pas cannibale.

Un rire m’échappe. Un rire un peu tendu peut-être.

En même temps t’as pas vu tes yeux et les regards assassins que tu lances ? Tu fais peur chéri. Et puis bon, vaut mieux se méfier hein…

J’attends avec impatience la réaction pour le « chéri ». Ahah, il va péter un câble à force. J’me demande ce qu’il fait lui quand il est colère. Si ça se trouve il clignote ? Un autre éclat de rire m’échappe.

Il se met alors debout. Oh. C’est qu’il n’est pas très grand, le blondinet. Enfin plus que moi bien sûr –en même temps j’aurais rigolé vraiment très fort s’il avait été plus petit-, mais pas autant que le monstre que j’avais croisé une fois, y a un moment déjà.

Bon. Je laisse tomber pour le « panneau solaire » okay ? Mais va pour tête à paillettes alors, t’as rien dit. Tête à paillettes, c’est magnifique n’est-ce pas ?

Mon sourire s’agrandit. Ahah, je m’aime !

Je tourne la tête vers la fenêtre, pensive. C’est long quand même, tête à paillettes. Je reste quelques secondes ainsi, cherchant autre chose. « Dave », qu’il m’a dit. C’est trop sobre, Dave. C’pas le genre de surnom que j’ai l’habitude de donner, ça. Je veux un truc drôle, qui l’énerve un peu ! … pas autant que panneau solaire, mais un peu quand même !

Je me retourne vers lui, ce sourire toujours plaqué sur mon visage.

A moins que tu ne préfères Davynouchet ?

Ridicule et niais, ahah il va détester, c’est magique. Décidément, je suis un génie ~

Je m’approche tout même de quelques pas et, avant qu’il ne m’en empêche, lui donne une pichenette sur le front. Je lui adresse un nouveau sourire, un peu plus amical peut-être, et dis :

Enfin, sans rancune Davy ?

Je ne recule pas cette fois. Je fixe ces yeux bruns/rouges attendant que la lueur assassine y revienne. Je cherche. J’vais finir par avoir un bras en moins, j’vais pas comprendre… M’enfin c’est drôle… ! ~


Voir le profil de l'utilisateur



Dave
Messages : 1193
Localisation : DTC.
Loisirs : Casser des dents.
Humeur : Je crains qu'elle ne soit pas très lumineuse !
avatar
David Williams

Personnage...
Pouvoir: Astre (Dave) & Source (Alice).
Dieu: Utu
Age: 27
Ven 1 Mai - 23:01
Ah, un joli rire nerveux. C'est tout bon, ça, mon grand. Tu la fais grave flipper - ce qui ne l'empêche cela dit pas de tenter de caser le plus de conneries possibles en un temps imparti. Chéri, et puis quoi encore ? Le surnom te fait étirer un large sourire carnassier. Puis tes yeux, quoi tes yeux ? Ils sont très bien tes yeux berdol. C'est pas toi qui a des yeux vairons trop bizarres non plus, hein. Et les cheveux, on en parle de ses cheveux ? Ça te donnerait presque envie de les empoigner et les lui tirer violemment, tiens. Mais comme tu es un bon garçon civilisé, et non pas un gamin de trois ans contrarié dans son bac-à-sable, tu vas éviter de te jeter sur elle en pleurnichant parce qu'elle a osé tenter de t'appeler panneau solaire ou tête à paillettes, hein ? Puis, c'est mignon tête à paillettes. Enfin, euh... Ouais, non, pas taper, oublie tout ça. Ok ? ♥

En fait non, vas-y, fais ton homme viril, on sait que t'en as besoin. Après tout, c'est normal de se sentir menacé par une gamine de dix-huit ans fanatique des surnoms de merde et maigre comme un clou. Moi je te comprends Davy, c'est le cas de tout le monde ici de toute manière. Évidemment. Probablement est-ce la faute de ces dieux, qui tentent tous de vous rabaisser, vous les petits humains. Vous vous sentez du tous obligés de vous poser en être supérieur, du coup. Juste pour sauver le peu d'amour propre qu'il vous reste. C'est un peu triste, quand on y pense.

Tu hausses les épaules et t'apprêtes à reboucher ta bouteille dans laquelle ne reste qu'un quart d'eau, quand tu t'interromps net dans ton mouvement. Davynou-quoi ? Si t'étais normal, un rire nerveux t'aurait probablement secoué et tu aurais simplement répliqué d'un ton acerbe que son Davynouchet, elle pouvait élégamment se l'encadrer dans une partie très intime de son anatomie. Mais puisque tu n'es définitivement pas normal, et que te faire des copains est visiblement la dernière de tes volontés - peut-être es-tu simplement stupide ? c'est une possibilité aussi - tu considères le nain de jardin face à toi avec le plus profond des mépris. Un sourire en coin particulièrement agaçant. Et surtout, le contenu restant de ta jolie bouteille qui atterrit sur le crâne de la demoiselle, dans un geste très calme et particulièrement observé. Simple, efficace.

- Maintenant oui.

Oh ça va, y a pas graaand chose qui est sorti de la bouteille, elle a du bol la p'tite. Enfin. C'est moins méchant que de la scalper, tout de même...

- Et toi, comment dois-je t'appeler ? Miss trognon de pomme ou boîte trouée ? Merlin l'enchanteur, peut-être. C'est comme tu le sens, hein, tu lâches d'un ton faussement compatissant. Je suis pas aussi imaginatif que toi.

Bon, en fait, ça t'amuses peut-être un peu. Sauf le surnom. Disons que pour la virilité, c'est pas ce qu'il y a de mieux, hein... (Ouais ben démerde-toi, tu feras bien avec hein. Ces jeunes de nos jours...)

Voir le profil de l'utilisateur


S'illumine en #47032C.
Vogue en #67BBCE.

Lynn
Messages : 389
Localisation : Avec moi-même.
Loisirs : Saupoudrer ta tête de paillettes ♥
Humeur : Joie et paillettes ♥
avatar
Lynn Hiems

Personnage...
Pouvoir: Inventeur, avoue t'es jaloux ! #ÇaRime
Dieu: Enlil
Age: 20 ans et toutes ses dents ~
Lun 4 Mai - 20:27

La lueur assassine ne vient pas. Non, c’est autre chose, familier aussi qui illumine ses yeux. Du mépris, je crois. Comme dans les yeux d’Enlil, bien que ce soit un peu moins fort quand même. Décidément, je ne suis pas douée pour m’attirer la sympathie des gens… bon, en même temps je ne fais rien pour, il faut dire.

Je m’aperçois alors qu’il a levé sa main qui tenait sa bouteille d’eau et, avant que je ne puisse esquisser le moindre mouvement, me renverse le contenu sur la tête. Le filet d’eau froide me provoque un désagréable frisson, et mes yeux s’écarquillent sous l’effet de la surprise. Le liquide plaque mes quelques mèches rebelles sur mon crâne et coule dans mes yeux, et je cligne plusieurs fois des paupières pour le chasser.

La vache, heureusement que je me suis pas habillée en blanc aujourd’hui ! Sinon j’l’aurais encastré dans le mur ! … enfin, essayé de l’encastrer dans le mur.

— Et toi, comment dois-je t'appeler ? Miss trognon de pomme ou boîte trouée ? Merlin l'enchanteur, peut-être. C'est comme tu le sens, hein. Je suis pas aussi imaginatif que toi.

…ah ouais, c’est de la merde ça. T’es nul, blondinet !

Pour toi, « la merveilleuse et magnifique Lynn Hiems » ça suffira. Enfin je t’accorde que c’est peut-être un peu long, alors je t’autorise à juste m’appeler « maîtresse ».

…beuh, maintenant mes cheveux tombent tout tristement… Je fouille dans la poche de mon jean pour trouver un élastique, et attacher tout ça en queue de cheval haute.

Estime-toi heureux que, premièrement, je n’ai pas eu de t-shirt ou de chemisier blanc, et deuxièmement que j’ai pas de bouteille d’eau à ma disposition.

Car, me connaissant, ça aurait très clairement fini en bataille d’eau cette connerie.

…que je n’ai pas de bouteille d’eau à ma disposition… oh mais… !

Je recule d’un pas et tends la main à plat. Une fine pluie de paillettes et apparait… une bouteille d’eau. Bon. Une vingt-cinq centilitres alors que j’en aurais voulu une d’un litre mais bon. Surtout que ça va disparaitre au bout d’un moment…

Donc, avant de déboucher la bouteille, je le frappe sur le sommet du crâne. Bah ouais, quand l’eau à l’intérieur aura disparu, j’aurais l’air un peu con, tandis que le fait que je l’ai frappé ça reste tu vois. Ensuite, je retire le bouchon, et déverse l’eau éphémère sur ses épaules. J’espère qu’elle est bien froide… !

Son t-shirt se trempe pendant quelques secondes, puis les tâches foncées formées sur le tissu se volatilisent, comme si on avait appuyé sur la touche pour revenir en arrière sur une vidéo. Dans ma main, la bouteille vide se dissipe également et mes doigts se referment sur le vide.

Je lui adresse un sourire malicieux. Les armes du crime ont certes disparu, mais la sensation de froid de quand je lui ai renversé l’eau dessus était bien présente.

Alors coco, que vas-tu faire ?


Voir le profil de l'utilisateur



Dave
Messages : 1193
Localisation : DTC.
Loisirs : Casser des dents.
Humeur : Je crains qu'elle ne soit pas très lumineuse !
avatar
David Williams

Personnage...
Pouvoir: Astre (Dave) & Source (Alice).
Dieu: Utu
Age: 27
Lun 11 Mai - 14:29
Parfois, tu en viens à te demander ce que tu as fait aux dieux pour qu'ils t'aient doté de capacités aussi pitoyables. Par capacités pitoyables tu entends bien entendu ton formidable don de la répartie (qui frôle le zéro absolu) et ton intelligence supérieure (qui ne crève pas le plafond non plus.) Ce faisant, face à une petite peste aussi sournoise que peu réactive - n'aurait-elle réellement pas pu faire quelque chose, je ne sais pas, trépigner un peu, taper du poing, gonfler les joues comme une gamine en vociférant des imbécilités ? Ou alors est-ce vraiment trop demander ? - il t'est assez difficile de garder ton calme. Ou le semblant d'amusement qui t'a traversé durant approximativement trois secondes après ta blague un peu trop humide.

Réfléchissons. Comment clouer le bec à cette fichue garce ? Non pas que l'idée de te retrouver affublé d'un surnom aussi peu viril que tête à paillettes ne t'enchante pas spécialement, mais il faut bien que tu lui montres qui est le boss ici. Et ce n'est certainement pas elle ! Allez Davy, tape ton poing contre ta paume, vas-y !... Non ? Tu ne veux pas ? Bon, allez, pas la peine de faire cette tête de déterré saoulé, tu vas bien être forcé de répliquer tout de même.

- Je respire la joie par tous les pores de ma peau, ça ne se voit pas ?

Non, définitivement non.

Tu t'apprêtes à te détourner en attrapant ta serviette, que tu balances nonchalamment sur ton épaule, quand tu te reçois... oui oui. De l'eau dessus. La sensation est étrange, puisqu'aussitôt après t'être pris le projectile de cette suicidaire, l'eau s'évapore dans les airs. Oh la pu--

Lentement, tu te retournes vers elle. La jauge de ton regard incendiaire - c'est le cas de le dire. Avant d'étirer un sourire en coin, sardonique. Comment ça, c'est toi qui a commencé ? Non pas du tout.

- Dis-moi, tu aimes les douches glacées ?

Hein ? Non. Attends. Dis-moi que t'as pas pensé à...

D'un geste souple, tu t'avances pour la choper et la foutre sur ton épaule, comme un beau sac à patates. Ah bah si t'y as pensé. Bon, faut dire que t'as beau avoir repris un peu de muscle depuis que tu es sorti de l'hosto, t'es pas encore devenu Rambo hein. Tu tangues un peu sur tes jambes et la hisse un peu mieux sur ton épaule, alors que mademoiselle commence à s'agiter.

Bon, les vestiaires sont par ici pas vrai ? Tu ignores le regard des gens que tu croises dans le couloir pendant que tu te trimballes tant bien que mal (bon surtout mal en fait, mais déjà : heureusement qu'elle est pas trop lourde) ton fardeau, et ricane en poussant la porte des vestiaires des mecs. Bon ça va, personne dedans.

- Faudrait penser à faire un régime, bouboule.

Et hop, on se baisse ; abandon de la gamine dans une cabine de douche. Sourire sadique. Et on allume l'eau froide, en prenant garde à ne pas être inondé à son tour.

- Alors, elle est bonne ? ♥

Voir le profil de l'utilisateur


S'illumine en #47032C.
Vogue en #67BBCE.

Lynn
Messages : 389
Localisation : Avec moi-même.
Loisirs : Saupoudrer ta tête de paillettes ♥
Humeur : Joie et paillettes ♥
avatar
Lynn Hiems

Personnage...
Pouvoir: Inventeur, avoue t'es jaloux ! #ÇaRime
Dieu: Enlil
Age: 20 ans et toutes ses dents ~
Lun 11 Mai - 19:41

— Je respire la joie par tous les pores de ma peau, ça ne se voit pas ?

Ah ouais. Vraiment. C’est sûr qu’avec ta tête de dépressif, t’as l’air de respirer la joie, Davy-chou…

Lorsque je lui verse l’eau sur les épaules, il se fige d’abord et se retourne vers moi à la manière d’un automate. Mon sourire s’agrandit. Ses yeux expriment toute la colère qu’il ressent. Ahah, j’aime bien taquiner les gens…

Hm, de la colère ? Oh, peut-être pas. Un sourire malicieux étire ses lèvres. Oh merde. Ca ne sent pas bon pour moi, ça…

— Dis-moi, tu aimes les douches glacées ?

Pardon ? je murmure en fronçant les sourcils.

Je parcours alors rapidement la pièce du regard. Est-ce qu’il a d’autres bouteilles d’eau sous la main ? Cependant, au moment où je me rend compte que non, il n’avait absolument plus de munitions –menaces en l’air, coco !-, je l’entends bouger et avant que je ne puisse esquisser un geste, je vois ma vie défiler devant mes yeux. Bon okay, je vois juste le décor défiler devant mes yeux.

Heeeeey c’est quoi son problème au blondinet ! Il me porte ! Pas comme une princesse –comme ça devrait l’être- mais comme un sac à patate sur son épaule ! Il a cru quoi, que j’étais sa pote ? Hey, t’es mon esclave, t’as pas le droit de me traiter de la sorte !

Je tente de saisir son bras pour le forcer à me relâcher. Sauf qu’à ce moment précis et vacille, et, réflexe, je préfère donc me raccrocher à son t-shirt pour éviter de finir le nez écrasé sur le parquet.

Heeeeey tu fais quoi là, tête à paillettes !

Je lui donne des coups de coude dans le dos, mais il s’en fout, et se dirige vers la porte. Je me redresse, histoire de voir si je peux me pencher en arrière pour le déséquilibrer ou quelque chose du genre, mais le problème c’est qu’on passe la porte pile à ce moment-là. Et allez, un encadrement de porte dans la face, un ! Je pose une main sur mon front endolori en retenant un gémissement. Ça fait mal, merde !

Bon, laisse tomber cette tactique. Je tente alors de lui donner des coups de genoux dans le torse, mais il serre trop fort mes jambes. J’essaie alors de faire apparaître un truc pour le taper, je ne sais pas, n’importe quoi, mais ça ne marche pas. Mon pouvoir ne marche pas. Seul un gros coup de fatigue survient. J’ai trop utilisé ces dons pour aujourd’hui, apparemment…

Les gens nous regardent passer les yeux ronds. Hey, ça vous viendrait pas à l’idée de m’aider ? Non ?!... hey, ce serait drôle ou pas si je me mettais à hurler « ON ME KIDNAPPE ! » ? Ouais ‘fin ça marcherait pas trop, vu que l’autre il fait que marcher. Enfin vu son manque d’équilibre –nan ça peut pas être à cause de mon poids !-, il se casserait la gueule à tous les coups s’il courrait donc bon.

Je continue alors simplement à lui donner des coups de coude tout en me plaignant bruyamment.

Alors, il tourne, je l’entends ouvrir une porte et il se remet à avancer. En dépassant ladite porte, je peux lire « vestiaire », avec un symbole signalant que c’était ceux des hommes en-dessous.
J’écarquille les yeux.

Eeeeeeeh tu m’emmènes où, tête à paillettes ?!

Vu son ricanement il a l’air de trouver sa blague très drôle.

Alors, il se baisse et me repose –non pas debout mais les fesses par terre…-, tout en disant :

— Faudrait penser à faire un régime, bouboule.

Ah mais je t’emmerde ! J’ai un poids proportionnel à ma taille moi ! Et vu ma taille, je ne suis pas très lourde hein ! Donc si tu me trouves lourde, c’est juste que t’as pas de force et puis c’est tout, gringalet.

Je m’apprête à répliquer mais avant que je ne puisse parler, un rideau d’eau froide me tombe dessus. Je serre les dents et un bruit aigu dû au froid et à la surprise sort de ma gorge. Des douches…raah ! Et l’autre abruti me bloque le passage pour pas que je puisse sortir !

L’eau s’arrête de couler au bout d’une minute à peu près. Je me frotte les yeux pour éclaircir ma vision, me remets debout puis fixe le blond d’un regard noir. Il semble content de lui.

— Alors, elle est bonne ?

Je te déteste, sifflé-je entre mes dents.

Je l’agrippe par son t-shirt, tire dessus et échange nos places. Je lui donne aussi au passage un coup de pied dans les tibias. En plus le sol est mouillé, il a encore plus de chances de s’éclater la face par terre. Je lui adresse un sourire mauvais, et ouvre l’arrivée d’eau froide. Pas question d’être la seule à me peler et à risquer d’attraper la crève !

Et aloooooors Davy, elle est bonne ?

Je lui tire la langue, tout en essorant le bas de mon t-shirt.


Voir le profil de l'utilisateur



Dave
Messages : 1193
Localisation : DTC.
Loisirs : Casser des dents.
Humeur : Je crains qu'elle ne soit pas très lumineuse !
avatar
David Williams

Personnage...
Pouvoir: Astre (Dave) & Source (Alice).
Dieu: Utu
Age: 27
Mar 26 Mai - 14:06
Il semblerait que tu aies un humour particulièrement percutant, Davy. Non pas que l'idée qui ait effleuré ta caboche soit particulièrement hilarante, mais elle a au moins le mérite de remplumer un peu ton égo si parfaitement malmené. Peut-être est-elle plus amusante que tu ne le pensais, cette fille ; voilà que tu te retrouves affublé d'une partenaire de jeu aussi enfantine que tu peux parfois l'être. Certainement suffit-il de se laisser un peu aller. La chose ne te fera pas forcément de mal : trop de sérieux tue le sérieux. Toi-même ne l'as jamais vraiment été, il faut simplement reprendre quelques petites habitudes à présent. Et quel doux moyen as-tu trouvé pour ce faire ! Martyriser une adolescente en observant ses cheveux et ses vêtements se gorger d'eau glacée. Ton sourire s'étire en vainqueur, et tu t'interroges subtilement sur la vengeance qu'elle mettra probablement en œuvre à peine l'est éteinte. Peut-être que si tu avais réfléchi plus intensément, tu aurais pu comprendre qu'il aurait mieux valu refermer la porte de la cabine de douche. Au final, après l'avoir observer persifler en se relevant, elle échange vos places en t'envoyant son pied dans le tibia. Tu atterris sous ladite eau, le dos collé à la paroi contre laquelle tu te retiens pour ne pas tomber. Tu glapis un peu en sentant le liquide te tremper jusqu'à l'os, et lui lance finalement un regard noir. Pas content le Davy.

- Merveilleusement bonne, j'te r'mercie.

Tu avises juste à portée de main un petit tube de gel douche ouvert et oublié par mégarde. Une idée. Encore. Non mais vraiment, ça foisonne pour une fois ! Tu l'attrapes et t'élances dans sa direction pour bloquer sa tête avec ton bras, comme on te le faisant si souvent à l'armée pour te massacrer le sommet du crâne. Tu lui vides le tube dessus et lui frottes vigoureusement le crâne pour faire mousser le produit pendant qu'elle se débat.

- Tu as oublié le shampooing. ♥ Aujourd'hui, coupe gratuite !

Un rire t'échappe et tu la relâches en reculant vivement, n'ayant visiblement pas envie de subir le même sort. Tu trottines en arrière vers la sortie de la salle, encore tout dégoulinant d'eau et frigorifié. Ce qui te rappelle aimablement que vous n'allez pas tarder à choper la crève tous les deux, mais très honnêtement, c'est pas à ça que tu penses actuellement. Tu es bien trop occupé à admirer la beauté suprême de ton œuvre d'art, aka les cheveux blancs complètement trempés et couverts de mousses sur le haut, qui forment par ailleurs de très jolis épis emmêlés. On ne fait jamais dans la dentelle, avec toi.

- Cette coiffure vous va à ravir, Miss. ♥

Toujours ton sourire aux lèvres, tu enlèves ton haut pour l'essorer, évites de la quitter des yeux plus de quelques secondes. Si elle se met à s'avancer dans ta direction pour te le faire payer, plus qu'une réaction possible : s'esquiver et courir. Voilà au moins une chose où tu seras certain qu'elle ne te battra pas ! Manquerait plus qu'une fillette te mette une raclée. Ce serait le pompon...

Voir le profil de l'utilisateur


S'illumine en #47032C.
Vogue en #67BBCE.

Lynn
Messages : 389
Localisation : Avec moi-même.
Loisirs : Saupoudrer ta tête de paillettes ♥
Humeur : Joie et paillettes ♥
avatar
Lynn Hiems

Personnage...
Pouvoir: Inventeur, avoue t'es jaloux ! #ÇaRime
Dieu: Enlil
Age: 20 ans et toutes ses dents ~
Mar 26 Mai - 19:31

Cette rencontre tourne vraiment à l’inattendu. Quand je suis venue l’embêter, à l’origine, je ne pensais vraiment pas que je finirai la tête sous la douche. Bon, okay j’ai un peu beaucoup cherché. Mais généralement les gens n’ont pas ce genre de réaction avec moi. Pas des réactions aussi enfantines. Souvent ils m’insultent, ou essaient de me faire mal. Lui, non. Malgré ce que je pensais en le voyant dans la salle d’entraînement, il a un peu l’esprit d’un enfant. Comme moi, en fait. C’est amusant, je dois bien avouer ! Deux enfants qui se rencontrent, c’est drôle !

Bon, il m’adresse quand même un regard noir lorsque je le mets à son tour sous l’eau. Hey blondinet, ne me regarde pas comme ça hein, comme on dit, œil pour œil, dent pour dent !

Alors, il tend la main à côté de lui, et s’empare d’une… bouteille de gel douche. J’écarquille les yeux. Ah non, je te sens venir toi ! Je tente de reculer, mais dû au sol humide je manque de m’éclater par terre. Il me rattrape et bloque ma tête. Raaah il m’énerveuuuuuh ! Il verse le contenu de la bouteille et se met à frotter vigoureusement –AUCUNE délicatesse, tu me fais mal, crétin !- le sommet de mon crâne.

J’essaie de me dégager, de le frapper, de lui donner un coup de pied ou même de lui faire un croche-pied, mais je ne sais pas comment il fait, il arrive toujours à me tenir de manière à ce que je ne puisse rien faire. A croire qu’il a fait ça toute sa vie.

— Tu as oublié le shampooing. Aujourd'hui, coupe gratuite !

Je t’emmerde.

Alors, il me lâche et recule soudainement, s’éloignant le plus possible de moi. Ahahh, t’as peur heiiiin ?

— Cette coiffure vous va à ravir, Miss.

Ta gueule.

Je me redresse et un gémissement m’échappe. La mousse… ah, ça me coule dans les yeux… ! Je suis bien obligée de fermer les paupières. Ça fait mal… ! En plus j’aurai les yeux tout rouges, ce sera moche ! A tâtons, je cherche le bouton pour actionner l’eau. Après tout, trempée comme je suis, un peu d’eau de plus ou de moins hein…

Je détache mes cheveux et entreprends donc de les rincer –ce n’était même pas du shampooing à la pomme !!-, ainsi que mes yeux. Je me retourne vers l’abruti blond dès que ma vision s’éclaircit.

Alors, j’écarquille les yeux. Héééé blondinet, tu fais quoi là… ?!

Je m’empare du premier objet me tombant sous la main –la bouteille de gel douche- et lui balance dans la poire, tout en disant :

Hé tête à paillettes, d’où tu te mets à poil devant une demoiselle ! T’es fier de ton corps de gringalet à ce point ou quoi ?!

Je laisse un temps en fixant ses yeux. J’ajoute :

En plus je trouve que t’es pas très solidaire envers moi là. T’as pas le droit d’essorer ton t-shirt alors que moi j’peux pas ! Tu devrais repasser sous la douche –avec ton t-shirt, merci bien- pour la peine !

Je cherche des yeux quelque chose d’autre pour l’emmerder. J’peux pas rester sur une défaite !

Mon regard se pose alors sur la fenêtre, devant laquelle se trouvait un rideau. Un sourire mesquin étire mes lèvres. Je m’approche, tire le rideau et ouvre la fenêtre. Un courant d’air gelé entre dans la pièce. Et BIM, allez, attrape la crève chéri !

Cependant mon nez commence à me piquer, et j’éternue. Ah merde, j’avais oublié que moi aussi j’serai malade… bon c’est un moindre mal on va dire, heiiiin ? ♥


Voir le profil de l'utilisateur



Dave
Messages : 1193
Localisation : DTC.
Loisirs : Casser des dents.
Humeur : Je crains qu'elle ne soit pas très lumineuse !
avatar
David Williams

Personnage...
Pouvoir: Astre (Dave) & Source (Alice).
Dieu: Utu
Age: 27
Mer 27 Mai - 20:50
Pas contente la petite Lynn, pas vrai ? La fierté nimbe ton visage et ton sourire tire en coin sans que tu ne le veuilles réellement. Ton œuvre d'art est vraiment merveilleuse – tu t'enverrais presque des fleurs en apercevant le regard particulièrement agacé de la jeune fille. Celle-ci t'envoie de beaux mots d'amour pour te demander de la fermer, et tu te retiens de justesse de lui faire remarquer que les jeunes filles ne devraient pas parler de cette manière à leurs aînés ; ni même à qui que ce soit d'autre. Mais tu estimes que la provocation irait un peu loin cette fois. Alors tu enlèves ton haut pour l'essorer pendant qu'elle se refout sous la douche pour enlever la mousse dans ses cheveux. Bien évidemment, tu ne peux retenir ton rire de résonner dans la pièce aux murs carrelés.

Un jet de tube de gel douche en pleine poire précède son cri – tu te prends l'objet en plein milieu du front et grommelle en te le frottant.

- Gringalet ? Tu veux qu'on reparle de ton embonpoint, bouboule ?

Bon, certes, tu abuses un peu, mais maintenant que tu as trouvé un bon moyen de l'emmerder, tu ne comptes pas le lâcher de sitôt. Avec un rire, tu hausses un sourcil tout en secouant ton haut pour en éliminer quelques traces d'humidité en plus. Tu lèves alors les yeux vers l'adolescente, amusée.

- Ah mais on a jamais dit que tu pouvais pas, c'est toi qui veux pas~

T'es vraiment chiant Davy, tu le sais ça ?

La tête de la gamine tourne à droite et à gauche pour repérer, certainement, autre chose pour te rendre la pareille. La seule chose qu'elle trouve à faire consiste à ouvrir en grand les fenêtres. Ah… Pauvre enfant.

- Pauvre petite. Tu veux un mouchoir pour éponger ton nez dégoulinant ?

Ce faisant, tu sens toi aussi ton nez te piquer et ne peux t'empêcher de le plisser un peu. Pas question de renifler, tu aurais l'air stupide, surtout après t'être fichu de sa gueule.

- Bon j'compte pas rester à me les geler ici, moi j'y vais. Ciao !

Une petite révérence (HRP : Après je danse <3 *chante Anastasia*) et tu lui lances un sourire amusé, avant de marcher jusqu'à la porte pour l'ouvrir. Derrière toi, des mecs entrent dans les vestiaires et commentent à grand renfort de rires la présence de la gamine dans un tel endroit. Avec un rire, tu retournes dans la salle d'entraînement, effectuant petit splotch sonore à chaque pas pour récupérer ta serviette, avec laquelle tu te sèches les cheveux devant les visages ébahis des gens autour de toi. Finalement, tu poses ta serviette sur tes épaules et ressors, ton haut à la main et les mèches en bordel sur la tête. Tu recroises la gamine dans les couloirs et souris en coin.

- Tu t'es fait de nouveaux amis ?

C'est définitif, ils ne vont pas beaucoup s'aimer.

Voir le profil de l'utilisateur


S'illumine en #47032C.
Vogue en #67BBCE.

Lynn
Messages : 389
Localisation : Avec moi-même.
Loisirs : Saupoudrer ta tête de paillettes ♥
Humeur : Joie et paillettes ♥
avatar
Lynn Hiems

Personnage...
Pouvoir: Inventeur, avoue t'es jaloux ! #ÇaRime
Dieu: Enlil
Age: 20 ans et toutes ses dents ~
Jeu 28 Mai - 19:05

Il se frotte le front en râlant après s’être pris le tube de gel douche. Ahah !

— Gringalet ? Tu veux qu'on reparle de ton embonpoint, bouboule ?

Je vois rouge. Mais c’est quoi son problème à lui, putain ! J’ai certes pas d’abdos mais mon ventre est plat, merde !

Faut que tu te rachètes des yeux sombre abruti !

Il secoue son haut, et continue :

— Ah mais on a jamais dit que tu pouvais pas, c'est toi qui veux pas.

…PARDOOON ? Evidemment que j’veux pas, je ne vais pas me mettre en soutif’ devant lui, il a fumé sérieux !

Mon geste d’ouvrir la fenêtre semble l’amuser un peu. Ah merde, c’était pas l’effet voulu ahah…

— Pauvre petite. Tu veux un mouchoir pour éponger ton nez dégoulinant ?

Je lui tire la langue. Je t’emmerde.

— Bon j'compte pas rester à me les geler ici, moi j'y vais. Ciao !

Il joint alors le geste à la parole, s’incline légèrement, tout sourire et se tire. Mais genre, vraiment. IL EST PARTI CE CON. Et un troupeau de mecs rentre dans les vestiaires.

Ils s’arrêtent, surpris, en me voyant, moi jolie jeune fille trempée jusqu’aux os dans des vestiaires de garçon.

Puis ils explosent de rire, avant de s’approcher de moi.

Mes joues se colorent de rouge, de gêne, de rage, peut-être les deux, je n’en sais rien…

L’un des types prend la parole, les larmes au bord des yeux :

— Bah alors, tu t’es perdue jeune demoiselle ?

Il tend la main vers moi et me frotte le crâne, comme à une enfant. Je lui lance un regard assassin, celui dont on a l’impression que la couleur de mes yeux s’assombrit. J’attrape son poignet et lui plante les ongles dans la peau.

Touche-moi encore une fois et t’es mort.

Ils rient à nouveau.

— Ohhh elle s’énerve la petite ! ♥

Je serre les dents. Je déteste qu’on me traite comme ça.

Dégagez.

Un de ses potes s’approche en riant, et force le type à me lâcher.

— Allez, on n’embête pas les plus petits que soi voyons !

Je lui lance un regard noir. Répète un peu pour voir ?!

— Alors ma petite, fait-il, qu’est-ce que tu fais là, trempée comme ça ? Les douches des filles ce n’est pas ici hein !

Je sais, crétin. On m’a amenée ici, j’ai rien demandé moi.

Ils rient à nouveau.

— Oh, le blond qui sortait tout à l’heure hein ? Vous faisiez quoi, au juste ?

Une bataille d’eau, si tu veux tout savoir…

Putain mais j’ai limite l’impression qu’ils vont s’écrouler par terre tellement ils rigolent. Je les déteste. Sans leur laisser le temps de répliquer quoique ce soit, je reprends d’un ton glacial :

Dégagez. Maintenant.

— Ooooookay, ça va ! Mais tiens, prends ça !

Voulant probablement paraitre sympa, le type me met sa serviette sur les épaules, et me pousse gentiment vers la sortie, qui jusque-là m’était inaccessible –trop de gens-. Nan, t’arriveras pas à m’arracher un « merci », tu t’es trop foutu de moi. Bon, au moins j’aurais réussi à lui laisser une petite plaie grâce à mes ongles.

La porte des vestiaires se ferme derrière moi, et je les entends encore rire. Malgré tout, je pousse quand même un petit soupir de soulagement.

Je commence à marcher dans le couloir. Je ne connais pas trop trop ce coin de la Congrégation, alors autant retourner vers la salle d’entraînement, de là je saurais retourner à ma chambre pour me changer…
Mais c’était sans compter sur le traître blond, qui réapparait soudainement devant moi.

— Tu t'es fait de nouveaux amis ? fait-il d’un ton moqueur.

Je lui lance un regard assassin. Cela faisait longtemps que je n’avais pas été aussi en colère. Des larmes de rage perlent au bord de mes yeux. J’aurais aimé l’ignorer et passer mon chemin pour lui clouer le bec, mais je ne peux pas m’en empêcher :

Sombre abruti.

Je plaque alors ma main sur ma bouche et mon nez et éternue doucement. Enfin doucement, ça ne fait pas trop de bruit quoi, un peu d’élégance tout de même… Mais bon, ça casse l’ambiance électrique, quand même. Dommage, on ne me prendra toujours pas au sérieux, j’en ai marre. Tous contre moi…

Voir le profil de l'utilisateur



Dave
Messages : 1193
Localisation : DTC.
Loisirs : Casser des dents.
Humeur : Je crains qu'elle ne soit pas très lumineuse !
avatar
David Williams

Personnage...
Pouvoir: Astre (Dave) & Source (Alice).
Dieu: Utu
Age: 27
Lun 1 Juin - 14:42
Cette fois-ci, tu te rends compte que tu es allé loin. Trop loin peut-être. Pourtant, elle n'avait qu'à sortir. Et tu n'avais pas non plus appelé ces types. Au fond, t'étais presque tenté de retourner voir s'il ne lui était rien arrivé, alors la recroiser dans les couloirs avec cette tête te rassure à demi. Bon, après c'est pas comme si on était dans une école, hein. Mais t'es encore un peu formaté comme à l'armée. T'aurais aimé éviter d'être à l'origine d'un bizutage, pour une p'tite de cet âge c'est pas vraiment cool. Enfin, "cet âge", elle n'est pas si jeune. Mais t'as jamais été doué pour donner un âge à qui que ce soit. Ils font toujours plus jeunes ou plus âgés…

Les rires qui te parviennent encore des dortoirs te tirent un sourire amusé, et tu ne te retiens pas longtemps de lui faire la remarque. Ça non plus, elle n'apprécie pas. L'insulte fuse et tu hausses un sourcil moqueur. Sombre abruti ? Voilà tout ce dont elle est capable ? Elle n'ira pas bien loin dans la vie de cette manière. Tu serais tenté de lui dire de s'imposer un peu plus, juste pour la forme, mais la vue de ses yeux emplis de larmes rageuses t'arrête quelque peu. Un soupir t'échappe et tu te passes une main sur ta nuque glacée, embarrassé. Tu es con, mais tu n'es peut-être pas pour autant cruel. Ou pas trop. Pas avec ce genre de personnes.

Lentement tu t'approches et tu espères qu'elle ne te foutra pas un coup de pied au passage. Tu lui piques sa serviette et la lui fous sur les cheveux, étire un sourire en coin de plus lorsque tu constates que ça lui donne l'air d'une nonne. Allons bon. Pauvre enfant…

- Utilise ta serviette pour sécher tes cheveux au lieu de faire la gueule.

Rapidement, tu te recules et plantes tes mains dans tes poches humides. Boarf. Pas très agréable. Tu ne retiens pas un frisson qui te remonte le long du dos et essuies tes mains sur la serviette. En observant le sol, tu pourrais apercevoir la traînée d'eau que tu laisses à ton passage. M'est avis que le concierge ne sera pas ravi de te voir salir ainsi son beau couloir. Ton jogging continue de goutter sur le sol et tu soupires un peu.

Tu lui tournes alors le dos et commences à te diriger vers les dortoirs et donc ta chambre, dans le but – pour une fois plutôt intelligent – de te sécher, te changer et te réchauffer un poil. Remettre ton haut ne serait pas un luxe non plus, mais comment dire… Tu as plus froid avec que sans, alors autant ne pas tenter le dieu de la pneumonie. C'est lequel, le dieu des maladies, d'ailleurs ? Le dieu de la Mort ? Ou y en a un autre ?

Puis, tu tournes juste la tête dans sa direction et roules des yeux en râlant. Ça faisait longtemps.

- Tu comptes rester à te congeler dans les couloirs encore longtemps ? Tu vas presque réussir à me faire culpabiliser.

Enfin, tu reprends ton chemin, plutôt satisfait de toi-même. Elle suit ou elle suit pas, à vrai dire, tu n'en as pas grand chose à faire maintenant. Direction chambre, puis la cafétéria pour se prendre un graaand café bien chaud. Ça te fera du bien, tiens.

Voir le profil de l'utilisateur


S'illumine en #47032C.
Vogue en #67BBCE.

Lynn
Messages : 389
Localisation : Avec moi-même.
Loisirs : Saupoudrer ta tête de paillettes ♥
Humeur : Joie et paillettes ♥
avatar
Lynn Hiems

Personnage...
Pouvoir: Inventeur, avoue t'es jaloux ! #ÇaRime
Dieu: Enlil
Age: 20 ans et toutes ses dents ~
Mer 3 Juin - 18:21

Il soupire. Du coup j’ai la vague –enfin très nette- impression de l’emmerder. Bah vas-y ! Fous-toi de moi aussi tant que t’y es ! Tu t’en fous toi, toi qui te balades à demi à poil dans les couloirs en faisant de la lumière au passage ! En attendant si tu te retrouvais seul et trempé face à une ribambelle de filles, dans les vestiaires des filles, tu n’en mènerais pas large aussi ! Sauf si ça te plait ? Ah voilà, ça te plairait n’est-ce pas ?! Après tout t’as manifestement pas envie de remettre ton haut tout de suite… tu serais content hein ?!

La colère m’empêche de me raisonner, et insultes et critiques fusent à flot dans mon esprit.

Alors il s’approche de moi. Je serre les lèvres et lui lance un regard noir.

Ne t’approche pas.

Il prend la serviette posée sur mes épaules et la met sur ma tête. J’avoue que j’écarquille un peu les yeux de surprise. Je pensais, je ne sais pas, qu’il m’ébourifferait les cheveux pour m’embêter encore plus. Pour une raison qui m’échappe, un sourire moqueur étire ses lèvres. Quoi encore ! Qu’est-ce qui te fait rire, bouffon ?!

— Utilise ta serviette pour sécher tes cheveux au lieu de faire la gueule.

Je plisse les yeux. Je ne fais pas la gu… oh en fait si.

Il recule. C’est ça, éloigne-toi. Il fait demi-tour, et commence à s’éloigner, avant de dire :

— Tu comptes rester à te congeler dans les couloirs encore longtemps ? Tu vas presque réussir à me faire culpabiliser.

Je ne veux pas de ta pitié, merci bien, jeté-je d’une voix glaciale.

Enfin, je dois bien avouer qu’il a raison. Mon nez qui recommence à me piquer me confirme tout ça ; faut vraiment que j’aille me changer. J’aurais bien voulu ne pas avoir à suivre le crétin blond. Mais je ne connais pas encore bien toute la Congrégation, et donc pas tous les chemins de traverse pour rejoindre les chambres… et puis bon, je commence à sérieusement avoir froid là, alors si je pouvais éviter de me perdre en chemin ça pourrait être intéressant.

Enfin bref, toujours est-il que je lui emboîte le pas, au stupide blond. Et malgré moi, je sens ma colère retomber doucement. C’est vrai, au fond je n’aime pas être énervée, ce n’est pas amusant. Avoir la tête reposée et claire, c’est mieux pour faire des conneries, plutôt que de se laisser emporter dans le torrent de la colère. Et puis, malgré tout ce que l’on pourrait croire, je ne suis pas vraiment rancunière. Oh bien sûr il ne s’en tirera pas comme ça le blondinet. Je ne sais pas encore ce que je vais faire, mais je trouverai ! Pas quelque chose imprégné de haine. Juste quelque chose d’amusant.

On arrive au niveau des chambres, et je m’exile dans la mienne afin de mettre des vêtements secs. Ahhhh, des vêtements seeeecs ! Je remplace mon t-shirt et mon pantalon dégoulinants par un jean noir et un chemisier blanc -j'espère qu'on me refera pas de mauvaise blague-. Je m’assois sur mon lit et soulève une mèche de cheveux qui tombe devant mes yeux. Beuh. Ils ne sont pas beaux, et font des paquets… pff. Je penche la tête sur le côté, et commence à les tresser. J’dois les attacher, j’ai pas bien le choix là… une fois la tresse finie, je cherche dans le tiroir de la table de chevet un élastique, puis ma main effleure une boîte de… oh mais, j’avais oublié que j’avais ça… AH MAIS ATTENDS C’EST GÉNIAL !

Bref je prends la boîte, finis de m’attacher les cheveux, remets des chaussures –sèches- et sors finalement de la chambre. Je commence d’abord par prendre le chemin de… de je sais pas trop, en fait. De dehors, peut-être. Quoique non y a du vent aujourd’hui. Et bah… et bah… euh… J’sais pas.

Je relève les yeux –oui je regardais par terre- et aperçois le stupide blond marchant dans le couloir, devant moi. Ahah, ça tombe bien !

Je m’arrête et un sourire taquin fleurit sur mes lèvres. Il me tourne le dos, si j’veux qu’il ne s’en tire pas comme ça, c’est maintenant ou jamais. Je m’approche silencieusement, ouvre la boîte que j’avais dans les mains, lèvre le bras et… saupoudre sa chevelure dorée de paillettes.

Il faut bien qu’on soit quitte, n’est-ce pas tête à paillettes ? ♥ Inutile d’essayer de les enlever en te secouant simplement la tête, elles sont faites exprès pour tenir un certain temps !

Un grand sourire éclaire mon visage. Et non, je reste rarement en colère très longtemps. Mon envie de m’amuser reprend souvent rapidement le dessus. Pas de chance encore une fois, aujourd’hui c’est sur toi que c’est tombé, mon cher panneau solaire !

Voir le profil de l'utilisateur



Dave
Messages : 1193
Localisation : DTC.
Loisirs : Casser des dents.
Humeur : Je crains qu'elle ne soit pas très lumineuse !
avatar
David Williams

Personnage...
Pouvoir: Astre (Dave) & Source (Alice).
Dieu: Utu
Age: 27
Ven 19 Juin - 15:43
Voilà, tu te diriges vers ta chambre en ignorant royalement la gamine qui marche quelques pas derrière toi. Cette petite pause rigolade t'a fait plus de bien que tu n'aimerais l'avouer, malgré tout ; le seul souci reste toute cette eau, et ce bruit insupportable de ventouse lorsque tu poses un pied par-terre ou le relève. Ce bruit ne tarde par ailleurs pas à te foutre mal au crâne - ou peut-être que le froid commence à faire effet, tout simplement. Ton nez te pique un peu, et tu frissonnes de froid lorsque tu sens un courant d'air passer. Non loin, alors que tu arrives face à la porte de ta chambre et que tu sors tes clés, tu entends une porte claquer. Tu t'imagines alors que tu ne la reverras plus jamais, et cette constatation ne t'apporte ni soulagement ni déception. En fait, il serait même plus simple de dire que tu t'en fous. Toujours est-il que, ce qui est important, c'est qu'elle n'est pas censé recroiser ton chemin avant un moment.

Alors tranquillement, tu refermes la portes et te fous à poil dans ta chambre, avant de prendre une serviette et de te sécher rapidement. Tu crèves de froid, mais ça non plus tu ne l'avoueras pas. Tu te frottes les bras et les jambes, fais circuler un peu le sang, puis te changes et passe emprunter le sèche cheveux de ta sœur - sœur qui ne tarde par ailleurs pas à te demander ce que tu as bien pu foutre pour finir trempé de cette manière, mais que tu envoies gentiment sur les roses en prétextant que ce sont tes affaires, et nullement les siennes. Rapidement secs, même s'ils restent humides au niveau de ta nuque, tes cheveux ne tardent pas à s'aplatir sur ta tête et tu es forcé de passer plusieurs fois ta main dedans pour les ébouriffer un peu. M'ouais. Pas très convaincant, mais tu t'en accommoderas.

Au final, tu ressors de la chambre de ta sœur, attrape quelques pièces dans ton porte-monnaie et les glisses dans la poche de ton pantalon noir, puis retourne dans le couloir. Direction la cafétéria : tu ne rêves que d'un bon café bien brûlant pour chasser les derniers frissons qui courent encore sous ta peau.

En fait, tu espérais surtout être tranquille... mais c'était sans compter sur la ténacité d'une peste à vouloir te pourrir la vie. Même si, avouons-le, tu lui as plus pourri la journée qu'elle ne l'a fait avec toi.

- Que--

Tu te retournes vivement et aperçois la boîte au dessus de tes cheveux, et frotte dedans énergiquement pour faire tomber les paillettes. Non mais... elle le fait carrément exprès là, c'est une catastrophe ! Le regard assassin qu'elle se prend en pleine poire a au moins le mérite de te défouler un peu.

- J'vois ça, siffles-tu en baissant les yeux sur tes mains pleines de petites paillettes collantes et dorées.

Tes yeux se relèvent vers elle. Nouveau sourire sadique, alors que tu attrapes son visage entre tes mains pour en coller le plus possible sur ses joues de gamine. Tant qu'à faire...

- Cadeau, c'est mal de pas partager ! Oh mais tiens la jolie boîte que voilà, tu ne veux pas me la donner ? t'entends-tu ricaner, alors que tu essaies cette fois d'attraper la boîte pour lui rendre la monnaie de sa pièce.

Âge mental trois ans, les gens.

Voir le profil de l'utilisateur


S'illumine en #47032C.
Vogue en #67BBCE.

Lynn
Messages : 389
Localisation : Avec moi-même.
Loisirs : Saupoudrer ta tête de paillettes ♥
Humeur : Joie et paillettes ♥
avatar
Lynn Hiems

Personnage...
Pouvoir: Inventeur, avoue t'es jaloux ! #ÇaRime
Dieu: Enlil
Age: 20 ans et toutes ses dents ~
Sam 20 Juin - 19:28

Héhé, pas content le Davy ! Il m’adresse un regard assassin, encore. Je crois que notre rencontre peut se résumer par un échange de regards assassins et de conneries ! Ouais en fait c’est hyper paradoxal tout ça. On s’engueule mais en même temps on fait des conneries et on se marre. Hyper bizarre en fait. Enfin c’est lui qu’est bizarre d’abord, c’est lui qui a commencé ! (Là il faut m’imaginer en train de lui tirer la langue. Ouais comme une gamine de cinq ans. C’est pas grave, j’le vis bien !)

Il regarde ses mains couvertes de paillettes. Bah quoiii ? Ça ne te plait pas ? Tu voulais qu’on te regarde nan ? Alors au lieu de te balader à poil, bah tu vas briller de mille feux ! Un digne prêtre-toi d’Utu, n’est-ce pas petit panneau solaire ?

Il lève alors les yeux vers moi, et un sourire qui n’inspire pas trop confiance étire ses lèvres. Qu’est-ce qu’il va me…

Il plaque ses mains sur mes joues, manifestement pour me coller à moi aussi des paillettes. Je ris malgré tout. Un rire d’enfant.

— Cadeau, c'est mal de pas partager ! Oh mais tiens la jolie boîte que voilà, tu ne veux pas me la donner ?

Tu sais, je n’ai pas besoin de paillettes pour briller ! Je suis déjà merveilleuse tu vois !

Je cache ma main dans mon dos, éloignant ainsi la boîte de ses mains.

Nan, tu ne l’auras pas !

A croire qu’il ne m’avait jamais énervée. Pourtant faut y aller quand même, pour me faire pleurer de rage. Mais bon voilà ça ne dure pas longtemps. Tant mieux en fait ! Sinon ce serait bien triste si tout le monde était en colère l’un contre l’autre… et puis franchement si c’était le cas je n’aurais plus d’amis depuis longtemps hein !

Je rouvre la boîte, verse un petit tas dans ma main et saupoudre de paillettes ma tresse.

Ça te va comme ça ?

Sauf que moi ça fait joli, toi ça fait presque ridicule ! Mais moi aussi je t’aime Davy tu sais !

Tu allais où ? J’peux venir ? J’ai encore des paillettes à disperser héhé !

J’agite la boîte sous son nez, un grand sourire aux lèvres.

Voir le profil de l'utilisateur



Dave
Messages : 1193
Localisation : DTC.
Loisirs : Casser des dents.
Humeur : Je crains qu'elle ne soit pas très lumineuse !
avatar
David Williams

Personnage...
Pouvoir: Astre (Dave) & Source (Alice).
Dieu: Utu
Age: 27
Dim 21 Juin - 0:19
Des paillettes. Tu as des paillettes plein les cheveux, on dirait un gigolo prêt à défiler pour la gaypride. Il ne te manquerait plus que les plumes dans le fessier, et, évidemment, quelques fringues en moins pour parfaire le costume. Un soupir t'échappe et, pour te venger, tu te décides à en coller partout sur ses joues de petite fille. Voilà. Comme ça, vous êtes quittes. Évidemment, tu ne t'attendais pas non plus à ce qu'elle te laisse prendre la boîte si facilement, mais tu avais bien le droit de rêver, nan ? Non, visiblement pas… Tant pis.

Lynn éclate de rire et tu en es presque décontenancé. Pourtant, un sourire se glisse sur tes lèvres, vague, un peu en coin, et tu retiens un rire de t'échapper. Sûrement pas lui faire ce plaisir, elle s'imaginerait qu'elle a le droit de tout te faire et que tu ne diras rien. Bien que tu lui aies déjà prouvé que tu ne te laissais pas faire.

- Merveilleuse ? Tu te fous de la gueule de qui ? Ton dieu t'a jamais appris que c'était mal de mentir ? tu te moques allègrement d'elle.

Et visiblement, tu n'auras pas cette boîte non plus. Tu te recules et croises les bras en prenant un air contrarié, avant de la voir se mettre quelques paillettes sur les cheveux. Tu roules des yeux. La victoire n'a carrément pas la même saveur, là, d'un coup. Et tu sais qu'elle le sait, c'est bien le pire.

- Nan, ça m'va pas. Tu triches, tu souris en coin.

Cependant, sa réaction et le fait qu'elle agite sa boîte juste sous tes yeux te donne une idée assez tentante.

- Hm. Cafétéria. J'voulais prendre un café.

Un temps durant lequel tu ne dis rien, mais où ton sourire parle clairement pour toi.

- Envie de te faire de nouveaux potes ?

Lui proposer d'agresser les gens avec des paillettes ? Non, ce n'est pas ton genre, pour sûr. Tu lui fais un signe et reprends ta route, pas certain de savoir si elle va effectivement te suivre ou pas. Vous rentrez dans la pièce occupée par quelques personnes, et tu commences à te diriger vers les machines à boissons chaudes.

- Tu vois le mec brun, là-bas ? tu lâches d'un air faussement candide. Je te paie un truc à boire si tu lui fous des paillettes dans les cheveux. Et des vraies paillettes, hein. Pas un truc qui apparaît-disparaît comme ça.

Mec, t'es chiant… Mais après tout, tu ne l'obliges à rien !

Voir le profil de l'utilisateur


S'illumine en #47032C.
Vogue en #67BBCE.

Lynn
Messages : 389
Localisation : Avec moi-même.
Loisirs : Saupoudrer ta tête de paillettes ♥
Humeur : Joie et paillettes ♥
avatar
Lynn Hiems

Personnage...
Pouvoir: Inventeur, avoue t'es jaloux ! #ÇaRime
Dieu: Enlil
Age: 20 ans et toutes ses dents ~
Dim 28 Juin - 11:54

— Nan, ça m'va pas. Tu triches, fait-il avec un vague sourire.

Genre. D’où je triche ?! Je triche pas, mon chéri ! Moi, je me contente simplement de prendre de l’avance sur toi. Je n’allais pas te laisser le plaisir de dégueulasser encore plus mes cheveux non ?

M’enfin, ma connerie semble l’amuser, tant mieux ! Parce que s’il s’était mis à faire la gueule ou à rager, ça n’aurait pas été drôle. Ouais bon je sais à ce niveau-là je suis pas un très bon exemple, mais bon. C’est la spontanéité, écoutez… !

— Hm. Cafétéria. J'voulais prendre un café.

Un sourire un peu malsain se dessine sur mon visage, faisant manifestement écho au sien. Je crois qu’on pense très clairement à la même chose. Mouahah ! Si c’est pas merveilleux ! On des génies, les gens ! Enfin surtout moi mais bon !

— Envie de te faire de nouveaux potes ?

Oh, je ne suis pas sûre que les gens aiment beaucoup le sale coup qu’on a en tête mais bon. De toute façon, au point où j’en suis au niveau de mes relations hein…

Il m’adresse un signe de la main, et reprend sa route. OK Davy, j’te suis ! Allons faire des conneries, youpi !

Je m’élance à sa suite, un grand sourire peint sur le visage. Quelques minutes plus tard on entre dans la cafet’. Il n’y a pas énormément de monde en fait, à cette heure-ci. Je suis Davy-chou près des machines à boissons chaudes –UN TRUC CHAUD PUTAIN !-.

Avec un mouvement de tête en direction d’un coin de la salle, il prend la parole :

— Tu vois le mec brun, là-bas ? Je te paie un truc à boire si tu lui fous des paillettes dans les cheveux. Et des vraies paillettes, hein. Pas un truc qui apparaît-disparaît comme ça.

Pour qui tu me prends ? Evidemment des vraies paillettes, pff !

J’observe un peu ledit brun. Bon, j’le connais pas. Bon. Alea jacta est hein !

Je prends Dave par le poignet et le traine à ma suite. Ben oui, je ne suis pas stupide quand même ! Si jamais le monsieur s’énerve, je lui dis que c’était la faute de Dave, qu’il m’a obligée et tout, en faisant mes grands yeux larmoyants. Mouahah !

De mon autre main, j’ouvre la boîte. Je me penche vers le monsieur, un sourire innocent sur les lèvres. Il me fixe un peu bizarrement, un sourcil haussé. Quoi ? T’as un problème avec mes yeux ou mes cheveux ? Pff, aucune originalité, chéri !

Dites, vous ne trouvez pas que votre après-midi est un peu triste ?

— Je vous demande pardon ? fait-il d’un ton méfiant.

Je lâche le poignet de Dave –t’as pas intérêt à me laisser en plan comme tout-à-l’heure !- et pose ma main sur celle du brun inconnu. Hey, vous faites pas des idées les gars ! Il est peut-être pas trop mal foutu, ni trop vieux, mais il est pas digne de moi. Quelle tristesse pour lui, quand même ! J’suis sûre il va être grave déçu. Mais quitte à jouer le jeu jusqu’au bout… ahah ! Plus le type est perturbé, moins il va comprendre quand je lui foutrais des paillettes dans les cheveux, plus ce sera drôle.

Me laisserez-vous égayer votre après-midi ?

Pfiou-là, ça fait longtemps que j’ai pas joué de cette manière ! Je lui adresse un sourire un peu sadique. Histoire qu’il comprenne que je déconnais, qu’il se fasse pas de faux espoirs le pauvre. Ouais, désolée chéri, mais j’ai pas envie de m’encombrer d’un fanboy ! ♥ Enfin bon, au vu de la tête blasée qu’il me tire, il n’est pas aussi stupide.

Je resserre mon emprise sur sa main, pour éviter qu’une soudaine envie de me frapper le prenne. Comment ça il a deux mains ! Boarf, tant pis ! Je saupoudre enfin sa tête de paillettes.

Mon sourire s’agrandit, tandis qu’il m’adresse un regard surpris et froid.

La vie est plus belle avec des paillettes, n’est-ce pas ? Allez, un  peu de gaieté, mon brave monsieur !

Je lui adresse à nouveau un sourire innocent, avant de reculer et de me retourner vers Davy. Je lui mets la boîte de paillettes dans les mains, et rétorque :

Alors, le blondinet ? T’es capable de faire mieux ?

Voir le profil de l'utilisateur



Dave
Messages : 1193
Localisation : DTC.
Loisirs : Casser des dents.
Humeur : Je crains qu'elle ne soit pas très lumineuse !
avatar
David Williams

Personnage...
Pouvoir: Astre (Dave) & Source (Alice).
Dieu: Utu
Age: 27
Lun 29 Juin - 17:13
Bonne ou mauvaise chose ? La même idée semble fleurir dans votre esprit, et ce n'est pas vraiment ce que j'appellerais une bonne chose. Non parce que, d'accord, aller emmerder les gens avec des paillettes c'est rigolo et presque innocent, mais voilà ; y a bien un moment où vous allez vous mettre à surenchérir, encore et encore, et où ça ne va plus passer. Mais il faut avouer que si même toi tu trouves la chose amusante, c'est que ça ne peut pas vous faire de mal. Pour le moment. T'es un peu plus sérieux ces dernières années, mais ça t'empêche pas d'avoir des rechutes au stade fœtal, hein...

Bon, cela dit, la petite Lynn te suit et, arrivés dans la cafet', le premier réflexe qu'elle a suite à ton défi c'est de te traîner derrière elle. T'allais juste mettre une pièce dans la machine à café et lui fais bien sentir que t'as clairement pas envie de l'assister dans sa tentative de suicide. Même si l'idée vient de toi. En même temps, ce mec est baraqué ; tu sais que s'il te fichait un coup dans le nez, tu serais assommé pendant un bon petit moment. Resterait plus qu'à user de ta taille plus fine et de ton agilité pour t'en sortir. Mais là, c'est aller un peu loin dans le délire. C'est pas comme si quelqu'un en frappait un autre pour si peu...

Au final, tu restes un peu en retrait et songes même à te carapater en attendant qu'elle ait fini de faire semblant de le draguer. Tu retiens cependant un ricanement, trop heureux d'assister à la scène dans son ensemble et d'observer le visage à demi choqué de sa future victime. Bon, c'est clair que c'est pas comme s'il allait se recevoir un verre d'eau en plein dans la tête, lui, mais voilà. Il aurait presque de la chance que vous en soyez venus aux paillettes, au final...

Le regard du type se pose finalement sur toi après avoir détaillé ta... camarade de jeu ? Il l'interroge finalement du regard puis semble prendre peur quand elle lui fait son sourire de sadique. Tu ne peux t'empêcher de rire sous cape lorsqu'elle remplit son pari avant de repartir en sautillant vers toi, et te fourrer la boîte à paillettes dans les mains.

- Ah mais non, moi je ferai rien, je t'ai juste dit que je te paierai un café si tu le faisais, la nargues-tu.

Derrière vous, tu entends les rires des amis au mec qu'elle a agressé, et tu le vois finalement se lever. Ton sourire tombe alors qu'il se rapproche, le visage écarlate et pas très très content.

- Vous voulez vraiment jouer à ça ?

On sent qu'il a retenu une insulte à la fin, style "bande de merdeux", mais il doit être trop poli pour nous la lancer en pleine tête. Il s'avance et se plante face à vous, et tu fais un pas en avant pour le défier, ton sourire s'étirant sur tes lèvres à nouveau.

- Oh, excuse. Ma frangine a un p'tit problème, tu sais, tu commences avant de faire un geste de ton index près de ta tempe. Elle a encore trois ans dans sa tête. Mais t'inquiète, ces paillettes te vont su-per bien ! Y a pas à dire, tu vas être le roi du disco ce soir.

Tu ne dévies pas ton regard du sien, même quand tu sens qu'il se crispe. Oups ? Il ne va pas te frapper, quand même ? Pour parer à toute éventualité, tu passes ton bras autour des épaules de Lynn et la serre un peu contre toi avant de faire demi-tour, l'entraînant dans ton sillage.

- À la prochaine mec, c'était un plaisir. Allez, viens Lynnouche, je te dois ce café. Avec ou sans sucre ?

Voir le profil de l'utilisateur


S'illumine en #47032C.
Vogue en #67BBCE.

Page 1 sur 2
  Aller à la page : 1, 2  Suivant
Les Chroniques de Sumer :: La Congrégation :: Zone d'entraînement
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet