Poster un nouveau sujet Répondre au sujet
 :: La Congrégation :: Zone d'entraînement
Tâches de lumière sur plafond blanc. [Lynn ♥]
Aller à la page : Précédent  1, 2
Lynn
Messages : 388
Localisation : Avec moi-même.
Loisirs : Saupoudrer ta tête de paillettes ♥
Humeur : Joie et paillettes ♥
avatar
Lynn Hiems

Personnage...
Pouvoir: Inventeur, avoue t'es jaloux ! #ÇaRime
Dieu: Enlil
Age: 20 ans et toutes ses dents ~
Jeu 2 Juil - 18:51

— Ah mais non, moi je ferai rien, je t'ai juste dit que je te paierai un café si tu le faisais.

… hé, mais t’es trop nul ! Je gonfle les joues.

T’es trop nul, tête à paillettes ! Pff !

Vraiment pas drôle. Sérieusement ! Tu me déçois vraiment, panneau solaire !

Alors, une voix retentit derrière moi. Plutôt froide. Voire énervée, en fait. Oups. Je crois que le monsieur n’a pas trop trop aimé les paillettes. Je tourne la tête et lui adresse un sourire innocent.

Ça vous va bien les paillettes, monsieur !

Il se plante face à nous, l’air vraiment pas content du tout. Genre, vraiment pas. Il est tout rouge ! Dave fait un pas en avant, tout sourire. Wait, il sourit ? Il kiffe avoir des ennuis ? Bon… bah écoute…

— Oh, excuse. Ma frangine a un p'tit problème, tu sais. Elle a encore trois ans dans sa tête.

Hé, mais je t’emmerde ! Et puis j’ai pas envie d’être ta sœur, d’abord ! Je lui donne un petit coup de pied pour montrer mon mécontentement, discrètement quand même, histoire que son excuse –absolument débile au passage- tombe pas à l’eau quand même.

— Mais t'inquiète, ces paillettes te vont su-per bien ! Y a pas à dire, tu vas être le roi du disco ce soir.

Un ricanement m’échappe. Bon, sur ce coup-là, j’approuve ! Mais bon, le monsieur, lui, il a pas l’air d’approuver. Voire il se crispe encore plus. Roh. Je sens alors Davy passer son bras autour de mes épaules et m’entrainer plus loin à sa suite. Bah alors ? T’avais la trouille ? … bon j’avoue que moi non plus j’avais pas spécialement envie de me faire péter la gueule mais bon ! Moi je suis une mignonne et innocente petite fille, il n’aurait pas osé me frapper quand même ?

— À la prochaine mec, c'était un plaisir. Allez, viens Lynnouche, je te dois ce café. Avec ou sans sucre ?

Une grimace déforme mon magnifique visage. « Lynnouche » ? Ça fait saigner les oreilles tellement c’est moche ! Beurk !

Lynnouche ? Tu pouvais pas trouver mieux, Davynouchet ?

Je lui tire la langue. Ouais, peut-être qu’il n’avait pas tort quand il disait que j’avais trois ans dans ma tête. Mais bon ça va, j’le vis plutôt bien ! D’ailleurs j’crois que ça me manque un peu de ne plus croire au Père Noël. Ça enlève un peu la magie de Noël, je trouve. Ahlala, tristesse !

Et, avec du sucre. C’est absolument immonde le café sans sucre, tu trouves pas ?

En fait je bois plus souvent du thé que du café –j’vois les clichés sur les Anglais arriver dans un TGV là-. J’ai déjà goûté le café sans sucre ! Et c’est juste… imbuvable ! C’est trop amer, berk ! … bon il faut dire que j’ai encore pas mal les goûts d’une enfant, alors j’suis pas forcément une référence. Enfin bref !

Je fais coucou de loin en souriant au monsieur pas content. Je crois que j’ai définitivement une fâcheuse tendance à m’attirer des ennuis… bonjour monsieuuur ! ♥

Je plaque ma main sur ma bouche et mon nez et éternue discrètement. Putain… Davy, j’te remercierai jamais assez pour m’avoir filé la crève avec tes conneries.

Je lève les yeux vers lui. Puis je lui adresse un sourire.

T’es sûr que tu veux pas te mettre des paillettes sur les joues ? Tu veux pas faire honneur à ton dieu ?

Mon sourire un peu moqueur s’agrandit.

Voir le profil de l'utilisateur



Dave
Messages : 1193
Localisation : DTC.
Loisirs : Casser des dents.
Humeur : Je crains qu'elle ne soit pas très lumineuse !
avatar
David Williams

Personnage...
Pouvoir: Astre (Dave) & Source (Alice).
Dieu: Utu
Age: 27
Sam 18 Juil - 20:24
L’adolescente te tire la langue en boudant alors que tu lui expliques avec tout le naturel du monde que tu ne comptes pas faire quoi que ce soit à part éventuellement lui payer son café – qu’elle n’a certes pas beaucoup mérité, mais que tu avais promis en cas de victoire de sa part. Tu n’as pourtant pas le temps de répliquer que l’étudiant victime de votre farce se lève pour vous toiser de toute sa hauteur et de son regard mauvais. Ton visage se tord d’une grimace alors que Lynn te fout un coup de pied, et tu préfères mettre fin à la conversation le plus vite possible en t’éloignant, histoire d’éviter de mettre le bordel dans le restau U. Ce serait bien de ne pas se prendre de coup, aussi ; tu n’es pas certain de ne pas les rendre, et tu préfères ne pas te faire renvoyer alors que tu n’es ici que depuis quelques semaines.

Allez, un petit café. Tu lui renvoies un regard assassin à la mention du surnom stupide dont elle t’a affublé, et ne peux t’empêcher de sourire en coin en comprenant qu’elle avait totalement détesté le sien. Bon, c’est décidé, celui-ci va rester. Hors de question de lui faire le cadeau de l’appeler par son prénom. De toute manière, tu espérais ne plus la recroiser, et d’ici la prochaine fois, tu aurais de toute manière oublié comment je suis censé l’appeler.

- Pourquoi, tu n’aimes pas Lynnouche ? Ca ressemble à mouche, et ça te va tellement bien.

Vous vous approchez du distributeur et tu sélectionnes la boisson correspondante, rajoute le sucre qu’elle te demande. Tu finis par hausser les épaules d’un air nonchalant en ajoutant :

- Non ça va. J’ai pris l’habitude du café sans sucre.

C’est bon le café sans sucre, non ? Tu expérimentais souvent à la caserne, ça vous aidait à rester éveillés. À l’hôpital, après, tu y avais le droit bien sûr, mais tu étais tellement perdu dans un coin de ta tête que tu n’y touchais pas. Peut-être que ça t’aurait aidé, au final, mais faut te rendre à l’évidence : l’hyperactivité ne t’allait pas réellement.

Finalement, tu roules des yeux en soupirant alors qu’elle éternue et qu’elle reprend au sujet des paillettes. Qu’est-ce qu’elle a avec ses paillettes au juste ? Tu vas vraiment finir par lui en mettre dans le t-shirt – et elle ne va certainement pas l’apprécier.

- Mais non, c’est parfait comme ça. Regarde, j’ai déjà les cheveux qui brillent, c’est nickel, non ?

Un sourire en coin s’étire sur tes lèvres et tu lui refiles son gobelet fumant, tout en parlant sur un ton totalement neutre. Puis tu relances la machine et te prépare ton capuccino sans te retourner vers elle.

- T’as un problème avec tes paillettes, là, nan ?

Avec un sourire amusé, tu attrapes ta propre tasse et t’étires un peu. Tu te diriges vers une table et t’installes sur une chaise en retenant un bâillement. Ton nez te pique un peu et tu songes avec amusement que demain vous serez tous les deux bien malades. Ce faisant, tu portes tes deux mains à ton gobelet et profite de la chaleur qui s’en émane durant quelques secondes, silencieux. Ton regard en profite pour faire un petit tour des lieux, et tu soupires de dépit en sentant ton ventre grogner.

- Ah… Et maintenant j’ai faim… Merveilleux.

Il est même pas seize heures, bordel de merde.

Voir le profil de l'utilisateur


S'illumine en #47032C.
Vogue en #67BBCE.

Lynn
Messages : 388
Localisation : Avec moi-même.
Loisirs : Saupoudrer ta tête de paillettes ♥
Humeur : Joie et paillettes ♥
avatar
Lynn Hiems

Personnage...
Pouvoir: Inventeur, avoue t'es jaloux ! #ÇaRime
Dieu: Enlil
Age: 20 ans et toutes ses dents ~
Mar 21 Juil - 19:36

Vu le regard qu’il me lance, il n’aime pas beaucoup son surnom. Tant mieux, c’était le but ! C’est pas dans mes objectifs immédiats de te faire plaisir, mon chéri !

— Pourquoi, tu n’aimes pas Lynnouche ? Ca ressemble à mouche, et ça te va tellement bien.

Une grimace étire désagréablement mes lèvres. Lynnouche. C’est tellement hideux quoi ! Genre, vraiment ! Et puis, d’où une mouche ? Pff ! J’l’emmerde !

Mouche toi-même, d’abord.

OK PAS DE COMMENTAIRE SUR MA GENIALISSIME RÉPARTIE.

Bref, on s’approche du distributeur, et je l’observe avec un air assez satisfait peint sur le visage payer la boisson promise. Héhé ! Je suis très contente d’avoir réussi mon pari ! Bon ok c’était pas hypeeeeer compliqué mais bon ! J’ai gagné quand même quoi ! Contrairement à lui qui s’est défilé. C’est d’une tristesse ! Il n’a aucun sens du risque ce garçon ou quoi ? Pff. Ce n’était que des paillettes ! Pourquoi refuser un nouvel instant d’amusement enfantin ? Tu n’assumes pas de te comporter comme un enfant ? C’est triste !

— Non ça va. J’ai pris l’habitude du café sans sucre.

Ah ouais, il assume pas de se comporter comme un enfant. Du coup pour jouer les durs, il boit du café sans sucre. Pauvre petit.

Je reprends le sujet des paillettes, parce que merde, c’est hyper drôle quoi ! Et puis bon, maintenant mon but ça va être de lui faire accepter qu’il ait trois ans dans sa tête lui aussi.

— Mais non, c’est parfait comme ça. Regarde, j’ai déjà les cheveux qui brillent, c’est nickel, non ?

J’observe attentivement sa chevelure blonde qui, en effet, était constellée de centaines de petits points lumineux, brillant sous la lumière artificielle de la cafet’.

Ouais. Admettons.

Il me tend alors le gobelet contenant la boisson chaude, je m’en saisis avec joie. CHALEUUUUR ! Je porte le gobelet près de mon visage, et hume l’odeur du café brûlant. J’aime beaucoup l’odeur du café. J’en bois une gorgée et un frisson court le long de ma colonne vertébrale tandis que je sens le liquide chaud couler dans ma gorge, et ainsi me réchauffer toute entière. Une faible grimace déforme cependant légèrement mon visage lorsque le goût amer du café se fait sentir après la brûlure de la boisson. Une grimace habituelle à vrai dire. C’est une espèce de réflexe, mais pourtant malgré tout j’aime bien le goût. Non je ne suis pas bizarre. Oh et puis merde, moi je bois du thé d’habitude, pas du café okay !

— T’as un problème avec tes paillettes, là, nan ? fait Davy-chou, me tirant de mes pensées fort intéressantes.

Moi ? Naaan. Je trouve juste ça amusant ! C’est vrai que ce n’est pas tous les jours qu’on peut s’amuser de manière innocente comme un enfant ici, entre les dieux qui font des petites blagues de temps en temps et les missions…

Je le suis en direction d’une table et m’assois sur la chaise en face de lui. Vu qu’il ne dit rien, je reporte mon attention vers mon gobelet toujours fumant.

Cependant, un grognement me fait lever les yeux à nouveau, tandis que Dave soupire :

— Ah… Et maintenant j’ai faim… Merveilleux.

Un ricanement m’échappe. Ohhh, il a faim le choupinou ! Gouzi gouziii ! ♥

Hm, je t’aurais bien proposé de te faire apparaitre de la bouffe, mais je doute que ton estomac apprécie beaucoup qu’elle disparaisse soudainement au milieu de la digestion !

J’ai actuellement l’image d’un estomac pleurant de désespoir hurlant « NAAAAAN OU EST PASSÉ MON SANDWICH JAMBON-BEURE BORDEL DE MERDE ?! EN PLUS Y AVAIT DES PETITS CORNICHONS AVEC, C’ETAIT TROP BON PUTAIN ! » dans la tête.

Ahlala, pauvre enfant.

Je regarde l’heure à l’horloge accrochée au mur.



WAIT j’ai passé l’après-midi entier –ouais il est pas encore seize heures… mais c’est déjà beaucoup- avec le débile blond là ?! Bon j’avoue que c’était drôle ! Mais généralement les gens n’ont pas le courage de rester autant de temps avec moi ! Tu mériterais presque une récompense, mon cher Davynouchet !

Je lui adresse un sourire moqueur :

Si tu veux je peux te filer un sachet de pâtes. Tu préfères des spaghettis ou des coquillettes ?

Parce que vive les pâtes, je ne mange presque plus que ça. YOUPI MERCI ENLIL ! ♥

Je bois une nouvelle gorgée de café, qui commençait doucement à refroidir.

Voir le profil de l'utilisateur



Dave
Messages : 1193
Localisation : DTC.
Loisirs : Casser des dents.
Humeur : Je crains qu'elle ne soit pas très lumineuse !
avatar
David Williams

Personnage...
Pouvoir: Astre (Dave) & Source (Alice).
Dieu: Utu
Age: 27
Mer 5 Aoû - 20:42
Mouche toi-même, ah bon. Cette répartie digne d'une cour de maternelle te fait presque pouffer de rire alors que tu lui tends son gobelet. Elle le porte presque immédiatement à ses lèvres, probablement pour se réchauffer. Bon, c'est clair que là, tu te les pèles un peu, aussi. Mais ce n'est pas pour autant que tu regrettes votre petite bataille d'eau ; c'était à la fois drôle et défoulant. T'as toujours besoin de te défouler. Pas forcément par hyperactivité, mais simplement parce que tu accumules beaucoup. Et le stress engendré par les missions qui commencent à être distribuées aux petits nouveaux dans ton genre, ça te rend bien fébrile. Puis tes pouvoirs, tout ça. T'as un peu peur de pas être à la hauteur, mais tu le dis pas. Tu te contentes de penser qu'elle a une tête de bébé quand elle boit son café, et te retiens de lui rire une fois de plus au nez. T'as pas encore épuisé ton quota de sociabilité pour la journée, mais tu sais que t'en es pas très loin.

Vous vous installez à une table et tu roules des yeux en l'entendant te répondre au sujet des paillettes. Mais tu ne peux qu'acquiescer, au final. Tranquillement, tu bois, pour chasser cette boule froide au creux de tes poumons. Putain, ce sera pas un rhume, ce sera carrément une bronchite.

- T'as pas totalement tort. Ça me fout un peu sur les nerfs.

T'as manqué d'ajouter "de reprendre du service", mais tu te retiens. Est-ce que tu auras une arme, lorsque tu iras en mission ? Est-ce qu'ils t'enverront seulement en mission ? Avec tes antécédents, tu flippes un peu. Mais si t'es là, après tout, c'est pour ça aussi ? Parfois, les décisions de ton Dieu t'échappe. Il ne s'est pas montré à toi depuis la Corée… au final, ça t'arrange tout aussi bien. Tu ne saurais pas quoi lui dire. À part peut-être lui demander ce qu'il attend de ton service. Loyal, petit Dave… Si loyal. Et pourtant tellement à côté de tes pompes !

Ton ventre grogne alors, et tu interceptes le ricanement de Lynn en face de toi. Tes sourcils se froncent et tu détournes la tête en boudant comme un enfant. Pff.

- Ah ouais, nan mais carrément. Ce serait super bizarre. Tu imagines, tu mords dans un hamburger, et il finit par disparaître alors que t'es en train de l'avaler ? C'est à la fois chelou et glauque…

Très glauque. Tu prends une mine pensive, avant d'ajouter :

- En fait, tu pourrais t'acheter tout ce que tu veux comme ça… Tu fais apparaître le cash, et tu le fais disparaître seulement quand t'es loin… Ce serait un cambriolage de fou, personne en saurait rien.

Puis tu ris, parce que l'idée t'éclate franchement, même si t'as du mal à imaginer la p'tiote dans le rôle de la super cambrioleuse. Tant pis. Tu finis par secouer la tête de la gauche vers la droite, puis reprends après avoir lorgné à ton tour sur l'horloge murale :

- Nan c'est bon, t'inquiète. Je vais m'acheter un truc et le manger dans ma chambre.

Ce faisant, tu termines ton gobelet en te relevant et t'étires un peu. Ton dos craque. T'auras quelques courbatures demain.

- Aïe… T'étais vraiment lourde, en fait, tu m'as pété le dos.

Sourire moqueur. En fait, Dave, reprends juste le sport. C'est bon pour c'que t'as.

- Allez, j'y vais. À la prochaine moucheronne (c'est décidé, ce serait son nouveau surnom définitif), si on se recroise.

En passant, tu lui ébouriffes les cheveux, encore un peu humides et pleins de paillettes, et soupire en voyant que ça t'en colle juste un peu plus sur les doigts. Finalement, tu t'approches du service de la cafet après avoir jeté ton gobelet, te prends une part de gâteau, une cuillère, et disparais dans ta chambre pour être un peu au calme après tout ça.

Le lendemain, tu la maudis assez violemment à ton réveil : ta taie d'oreiller allait être pleine de paillettes pendant plusieurs foutus jours. Le temps qu'il t'aura fallu pour te remettre de ta crève, à n'en pas douter.

Voir le profil de l'utilisateur


S'illumine en #47032C.
Vogue en #67BBCE.

Lynn
Messages : 388
Localisation : Avec moi-même.
Loisirs : Saupoudrer ta tête de paillettes ♥
Humeur : Joie et paillettes ♥
avatar
Lynn Hiems

Personnage...
Pouvoir: Inventeur, avoue t'es jaloux ! #ÇaRime
Dieu: Enlil
Age: 20 ans et toutes ses dents ~
Dim 9 Aoû - 16:19

— T'as pas totalement tort. Ça me fout un peu sur les nerfs.

Je hausse un sourcil. Manifestement ça ne lui plait pas d'être au service d'Utu. En même temps, c'est vrai que de passer d'une certaine liberté de faire ce que tu veux de ta vie à se retrouver coincé dans un bâtiment au milieu de Stockholm, rempli de gens bizarres et de dieux qui se battent au milieu de la cour de récréation, c'est pas forcément la joie pour tout le monde. Franchement, moi j'me plains pas de ma condition ! Les gens bizarres sont rigolos ! Et puis j'ai reçu des pouvoirs quoi ! C'est la grande classe ! Bon j'irai pas le dire à Enlil mais voilà quoi.

C'est pendant le silence qui suit que son ventre grogne, me faisant ricaner. Lui détourne la tête en boudant, manifestement. Quand j'disais qu'il avait trois ans dans sa tête et qu'il assumait pas...

Je lui fais donc le faux espoir de faire apparaître de la bouffe. Enfin j'l'ai pas vraiment fait espérer mais bon. Bref, tandis que j'imagine le désespoir de Mister Stomach, je l'entends vaguement me répondre :

— Ah ouais, nan mais carrément. Ce serait super bizarre. Tu imagines, tu mords dans un hamburger, et il finit par disparaître alors que t'es en train de l'avaler ? C'est à la fois chelou et glauque…

... Oh, j'pensais pas qu'il me suivrait dans mon délire ! Je pensais qu'il allait soupirer en mode « tu racontes que de la merde » et « tu m'fais grave chier » mais non !

— En fait, tu pourrais t'acheter tout ce que tu veux comme ça… Tu fais apparaître le cash, et tu le fais disparaître seulement quand t'es loin… Ce serait un cambriolage de fou, personne en saurait rien.

Je reste un instant de marbre. Juste un instant. Puis :

Oh putain mais j'y avais jamais pensé !!

C'est vrai quoi ! C'est une idée de génie ! ... Mais bon, j'ferai pas ça. Je suis une demoiselle sage tout de même ! Et je ne veux entendre aucun toussotement ironique dans la salle okay !

Il rejette ensuite mon offre de cadeau de sachet de pâtes. Ça m'arrange, en fait. CE SONT MES PÂTES D'ABORD. Puis il se relève et s'étire. Et un craquement un peu bizarre se fait entendre. Une espèce de nostalgie m'envahit alors. Ahlala, le craquement des os ! Ça faisait longtemps !

— Aïe… T'étais vraiment lourde, en fait, tu m'as pété le dos.

Je croise les bras et lui tire la langue.

Pas ma faute si t'es un gringalet. Et puis c'est pas vrai d'abord, je suis pas lourde.

Il m'adresse un sourire moqueur, puis me dit au revoir. Putain, c'est quoi le délire des gens à me voir comme un insecte ? C'est pas le premier à me donner ce genre de surnom ! Pff !

Il m'ébouriffe les cheveux -MA TREEEESSEUUH !- et s'éloigne. Quant à moi je finis mon gobelet avant de partir.

Le lendemain, comment dire ? Je hais momentanément Dave pour avoir eu l'idée de la bataille d'eau. Ma voix est dead. Vraiment. Genre je peux arriver derrière quelqu'un, lui dire « Je suis ton pèèèère », ça passe crème tu vois.

Super semaine en perspective.

Voir le profil de l'utilisateur



Page 2 sur 2
  Aller à la page : Précédent  1, 2
Les Chroniques de Sumer :: La Congrégation :: Zone d'entraînement
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet