Poster un nouveau sujet Répondre au sujet
 :: La Congrégation :: Temple de Nanna
Finalement, la nuit m'écoute-t-elle réellement ? [Nanna ~~]
Alex
Messages : 366
Localisation : Stockholm, toujours.
Loisirs : Observer le ciel nocturne.
Humeur : Heureuse.
Alexander Aestas
Alexander Aestas

Personnage...
Pouvoir: Poussière
Dieu: Nanna
Age: 23 ans
Jeu 16 Avr - 20:54

Finalement, la nuit m'écoute-t-elle réellement ? [Nanna ~~] Dybutm10
Cela fait quelques minutes que je marche. Autour de moi, je n’entends que des oiseaux qui chantent doucement. Je relève la tête, chassant une mèche de cheveux de dedans mes yeux, et siffle à leur suite. Un petit son plutôt aigu, mais pas laid. Je reprends une nouvelle inspiration, et continue la petite mélodie, les prunelles fixant les branches des arbres.

Je suis un chemin en forêt, que je ne connais pas. Et pour répondre à votre évidente question, oui, il fait encore jour. Disons que c’est le crépuscule, le ciel se teinte d’orange et de rose. Cela fait plusieurs jours d’affilés que je vais à la Congrégation et que j’observe. J’observe toujours longuement avant d'agir, pour éviter de me tromper, éviter de mettre quiconque dans l’embarras par une erreur de ma part.

J’ai vu plusieurs personnes emprunter des chemins partant de la Congrégation et s’enfonçant dans la forêt. Mais ce chemin-là, jamais. Je n’ai vu personne y aller, pourtant il est bien tracé, bien défini, il doit bien donner quelque part. Mais personne n’y va. Il n’y a pas d’écriteau signalant « PASSAGE INTERDIT », aucune barrière, rien.

J’ai longtemps hésité avant d’y aller. Finalement, j’ai vérifié à droite, à gauche qu’il n’y avait personne dans les environs, et j’ai décidé de suivre ce chemin désert, curieux de savoir où il menait.

La forêt se fait moins dense, la lumière rougeoyante du soleil couchant dessine des taches sur le sol tapissé d’herbe.

Finalement, les arbres disparaissent, et je débouche dans une clairière. Enfin, je m’arrête à la limite du chemin. C’est étrange. Pour un endroit peu fréquenté, donc peu piétiné, il n’y avait aucune végétation sur le sol. Pas un brin d’herbe. Je fronce les sourcils. Je ne crois même pas que ce soit de la terre. Je m’accroupis, et prends une poignée de ce qui recouvre le sol de la clairière, avant d’en faire glisser le contenu entre mes doigts, regardant des grains gris minuscules retomber à la manière du contenu d’un sablier sur le sol. Justement, ce n’est pas du sable. Je crois que c’est de la poussière.

Je redresse la tête vers le centre de la clairière. Je me relève et m’y avance. A cet instant, une sensation bizarre m’envahit. Enfin, que dis-je… pas bizarre puisqu’elle m’est familière. Les oiseaux se sont tus. La forêt semble s’être tut. Le crissement de mes pas semble résonner en écho. C’est comme si en franchissant l’orée des bois j’avais franchi une frontière, franchi la limite d’une bulle, une bulle appartenant à un autre monde. Pourtant, je sens encore le vent souffler dans mes cheveux, ce qui me maintient dans l’instant présent.

Ce n’est pas une sensation inquiétante, pour moi en tout cas. Au contraire, je sens mes muscles se détendre. Cet endroit respire la sérénité. Je m’y sens apaisé. Comme…
Comme quand je suis dehors la nuit, à vrai dire.

Je m’arrête au centre de la clairière, devant ce qui s’y trouve. Je crois que ça ressemble à un autel. Noir. Neutre de tout motif, de toute inscription. Je regarde autour de moi. Un autel ? Est-ce que la forêt est un endroit dédié à la vénération des dieux ? Cela ne m’étonnerait pas. Mais, pourquoi personne ne vient ici ?

Je plisse les yeux. A quel dieu est dédié cet endroit froid mais pourtant si serein ?

Du coin de l’œil, je remarque alors un éclat de lumière, petit et bref. Je me penche pour mieux voir. Une perle, qui avait reflété la lumière du soleil couchant. Juste au-dessus de l’autel, une perle noire suspendue à un fil gris. Je lève les yeux, et ne parviens pas à voir à quoi est fixé le fil. Je ne sais même pas s’il est fixé à quelque chose.

Je recule d’un pas, puis deux. Je n’ai rien à faire ici. Je suis dans l’antre d’un dieu sans y avoir été invité.

A l’ouest, le Soleil s’est couché.

Je dois partir d’ici.

Finalement, la nuit m'écoute-t-elle réellement ? [Nanna ~~] Dybutm10

Voir le profil de l'utilisateur



Nanna
Messages : 867
Localisation : Dans ton ombre...
Loisirs : Il est beau mon Utu hein ?
Humeur : Ils sont revenuuuuus ! o
Nanna
Nanna

Personnage...
Pouvoir: LeTemps, la Poussière et l'Annulation... tremblez pauvres humains !
Dieu: Nanna
Age: très très beaucoup !
Lun 20 Avr - 8:39
Alexander Aestas. Un drôle de petit humain qui déambule dans Stockholm pour occuper ses nuits. Il flâne, et il me parle, parfois. Avec le temps j'ai appris à l'apprécier, lui si discret s'épanchant parfois, je crois qu'il savait un peu que je le regardais depuis là-haut. Que dire encore ? J'aime ceux qui sortent la nuit. Qui l'aiment vraiment pour ce qu'elle est. Les humains vivent le jour, bien sûr. La nuit ressemble trop à la mort, et d'une certaine manière elle la précède. Mais pour ceux qui savent regarder elle recèle une beauté apaisante, inexistante sous les rayons de mon frère. Voilà pourquoi je regarde ce petit homme: il me regarde aussi. Pour être honnête cela fait longtemps que je l'ai choisi, que je veille sur ses nuits. Je n'ai eu qu'à guider un peu ses pas pour qu'il se retrouve face à la Congrégation, puis attendre un peu qu'il ose y entrer. Observer, certes. J'espère qu'il saura trouver un peu plus de confiance en lui à l'avenir. Je veux un Missionnaire parfait. Et ce soir ! Ce soir, c'est le grand soir ! Il se dirige par ici, mon petit Médium; il arrive doucement mais il sera bientôt là, alors je pourrai lui dire ce que j'ai préparé pour lui.
J'ai une brève hésitation. N'est-ce pas trop dur ? Va-t-il vraiment y parvenir ? Suis-je trop exigeant ?
Mais son arrivée m'interrompt. Il a l'air serein, comme souvent. Calme aussi, j'aime l'intérêt qu'il porte à toutes choses, jusqu'à la poussière qui recouvre le sol de la clairière. Il s'approche et tourne un peu autour de l'autel. Il ne touche rien. Discret, léger. Puis il... repart ?! Ah non, ce n'est pas le moment, petit homme ! J'ai besoin de toi.
Je matérialise brièvement mon corps terrestre juste au-dessus de la pierre noire. Je prononce son prénom et souris comme il se retourne. Ensuite la poussière environnante l'enveloppe et je le retrouve dans mon royaume.
Mon royaume, un horizon infini, le ciel noir sans une tache de lumière, le sol gris poussière. La sérénité et le calme parfaits. Il n'y a tout simplement rien.
Je m'approche d'Alexander.

_Tu me cherchais.

Ce n'est même pas une question. Je suis immensément fier de le voir ici, j'espère qu'il ne me décevra pas par la suite.


_Sans doute te demandes-tu qui je suis ? Et pourtant tu me connais, toi qui arpentes la nuit. On me nomme Nanna, Dieu de la Lune et du Temps. Comprends-tu un peu mieux à présent ? Tu es ici chez moi. Je lui souris.
Je souhaite te voir devenir assez fort pour recevoir mon pouvoir, je pense que tu en es capable. Je souhaite que tu comprennes comment l'être. Si tu réussis, je te confierai l'un de mes pouvoirs, et tu auras ma protection. Dans le cas contraire, tu pourras continuer de vivre exactement comme avant. Mais je ne pense pas me tromper en affirmant que tu ne le souhaites pas.

Je fais quelques pas sur la poussière sèche, effaçant mes derniers doutes, tergiverse encore un moment, le regarde dans les yeux.

_Trouve quelqu'un à qui parler.

A présent dans son dos, je place mes mains sur ses épaules pour le faire disparaître. Et voilà, plus d'Alexander avant un bon moment. Je suis à nouveau seul sur ma Lune. Je laisse ma voix résonner au-dessus de lui en un vague "Bonne chance", certainement les derniers mots qu'il entendra avant longtemps. Une gourde remplie d'eau et un paquet de biscuits (des petits beurre) tombent juste à-côté de lui sur la poussière pâle du sol, ils seront sa subsistance. Je me détourne de lui, pensivement. Ce garçon a à vaincre le désert de Gobi, froid et inhospitalier. La seule piste alentours est à plus de 300km et rien ne vit en ces hautes altitudes, à part quelques insectes et oiseaux que rien n'effraie. Pas d'humain donc, pas d'eau, pas de refuge. Ici aux extrêmes limites de mon territoire rien ne vit.Mais il s'en sortira, je le sais.


Je le laisse désespérer un peu avant d'intervenir; effectivement il n'y a vraiment personne autour... Et quant à savoir qui il trouvera, je le jouerai !
Bonne chance~

Voir le profil de l'utilisateur



Alex
Messages : 366
Localisation : Stockholm, toujours.
Loisirs : Observer le ciel nocturne.
Humeur : Heureuse.
Alexander Aestas
Alexander Aestas

Personnage...
Pouvoir: Poussière
Dieu: Nanna
Age: 23 ans
Lun 20 Avr - 16:38
[Yep ! ^^ SUITE DE LA MISSION]
Voir le profil de l'utilisateur





Page 1 sur 1
 
Les Chroniques de Sumer :: La Congrégation :: Temple de Nanna
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet