Poster un nouveau sujet Répondre au sujet
 :: Stockholm :: Centre commercial :: Les allées
Le prélude d'une histoire... [Tyarisse]
Aller à la page : Précédent  1, 2
Tyarisse
Messages : 348
Localisation : A la croisée des chemins
Loisirs : Cogner, aimer, pleurer
Humeur : En perpétuel mouvement
avatar
Tyarisse Fent

Personnage...
Pouvoir: Guerrière
Dieu: Inanna
Age: 22 ans
Mar 6 Oct - 1:25
C’est drôle comment tout peut paraître si léger parfois. Comme si tous les éléments d’un seul instant c’étaient passé le mot pour que tout soit enfin parfait.

J’étais contente d’avoir ce petit moment seul à seul avec Alex alors que la soirée avait bien mal débuté. Il rit, sourit et ça fait plaisir à voir.
Il est tellement plus détendu maintenant qu’il n’y a quelques minutes.
Je ris à mon tour devant sa plaisanterie et je reste à ses côtés pendant que nous marchons lentement vers le port.

Notre cours débat sur la nuit me fait découvrir cette facette d’Alexander que je n’avais, jusque-là, que soupçonnée.

- Des barrières ? Quel genre de barrières ? Du celles que tu t’imposes ?

Je laisse planer un silence et balance lentement mes pieds dans le vide.

- La vie est un pari risqué. Il faut à la fois faire confiance aux autres et se faire confiance à soi-même.

Son portable vibre alors et le sujet change radicalement.

- Elle a toujours été là. Toujours. Malgré mes défauts, malgré ma personnalité totalement opposée à la sienne. Elle est… disons… comme un lien avec le monde, pour moi. Honnêtement ? Si elle n’avait pas été là je doute que je serais venu ce soir. Elle m’aide à… aller vers les autres, en fait. Hm… je crois que je ne m’exprime pas bien, désolé… c’est un peu indescriptible… je suppose que c’est un peu ridicule, mais j’ai beau être l’aîné, j’ai l’impression que c’est elle ma grande sœur.

Je l’écoute attentivement, le regard braqué sur son visage tourné vers l’océan.

- Alors tu la remercieras de ma part. Je suis vraiment contente de pouvoir passer un peu de temps avec toi. Tu es... Une personne pleine de surprise Alexander. De belles surprises.

Je me tais un instant et ajoute :

- En tout cas je trouve ça merveilleux la relation que vous avez. La plupart de mes amis passent leur temps à se prendre la tête avec leurs frères et sœurs. J’ai jamais vraiment compris pourquoi d’ailleurs…

Le silence qui suit est empreint d’un certain malaise mais fort heureusement pas du genre de malaise malsain qui nous coupe les jambes et nous empêches d’agir. Non un malaise que je trouve presque, attendrissant…

Lentement je me rapproche de lui et je me risque même à poser ma tête contre son épaule.
J’inspire doucement l’air iodé et ferme les yeux savourant la nouvelle chaleur que nous procure la proximité de nos deux corps.

Je suis juste bien à ce moment-là.

- On devrait peut-être y aller, murmurais-je.

Après tout, même les meilleures choses ont une fin et je veux garder en mémoire la magie de cette nuit avant qu’elle ne s’essouffle.
Voir le profil de l'utilisateur



Alex
Messages : 366
Localisation : Stockholm, toujours.
Loisirs : Observer le ciel nocturne.
Humeur : Heureuse.
avatar
Alexander Aestas

Personnage...
Pouvoir: Poussière
Dieu: Nanna
Age: 23 ans
Mer 7 Oct - 18:03

— Des barrières ? Quel genre de barrières ?...

Je reste silencieux, pensif.

Je suppose que ça se devine assez… aisément. La… timidité constitue une barrière, en soi. On ne veut pas aller vers les autres. Enfin… je suppose que j’en ai peur, d’une certaine façon. Je ne sais pas comment t’expliquer ça. Je crois que j’ai peur de faire des erreurs. Et que ces erreurs se répercutent sur les autres. Qu’elles les blessent.

Je baisse mes yeux vers mes pieds.

— La vie est un pari risqué. Il faut à la fois faire confiance aux autres et se faire confiance à soi-même.

Je ne réplique rien. Je sais pertinemment que cette… notion de confiance me fait un peu défaut. Que je devrais faire des efforts à ce niveau-là. Oui, je le sais… je m’en doute… mais peut-être que je ne l’ai pas encore compris. Je ne saurais pas dire.

La conversation dévie ensuite sur ma sœur. Sur qui elle est pour moi. En parlant de confiance, elle est l’une des seules en qui j’ai confiance.

— Alors tu la remercieras de ma part. Je suis vraiment contente de pouvoir passer un peu de temps avec toi. Tu es… Une personne pleine de surprise Alexander. De belles surprises.

Mes joues chauffent à nouveau. Je ne réponds pas, parce que j’ai l’impression que peu importe ce que je pourrais dire elle en viendrait à faire une liste de ces « belles surprises ». Je ne veux pas ça. Je ne veux pas que le sujet s’attarde sur moi. Je ne veux pas qu’elle en vienne à essayer de flatter mon ego parce que je n’ai aucune confiance en moi. Ce serait plus embarrassant qu’autre chose, d’autant que ça ne changerait rien…

Merci…

Mais… en tout cas, aussi gênant est-ce, ça fait plaisir d’entendre ce genre de chose.

— En tout cas je trouve ça merveilleux la relation que vous avez. La plupart de mes amis passent leur temps à se prendre la tête avec leurs frères et sœurs. J’ai jamais vraiment compris pourquoi d’ailleurs…

Un faible rire m’échappe.

Oui, parait-il que c’est courant. Je crois que les seules fois où Lily et moi avons haussé le ton ont été à propos de ses petits amis…

Depuis que l’un d’eux l’a plaquée en la laissant en miettes derrière lui, je ne cesse de lui dire de se méfier, et de se rendre compte qu’elle risque de souffrir. Ça ne lui plait pas. Elle veut que je me mêle de mes affaires. Et, sous la colère, elle me dit souvent que je ne peux pas comprendre, moi qui n’essaie jamais de faire confiance aux autres. Souvent la conversation s’arrête là, parce qu’elle s’en va en claquant la porte, et qu’elle sait qu’elle a tapé là où ça fait mal.

Un long silence s’ensuit, pendant lequel je perds à nouveau mon regard vers l’horizon. Alors, je sens une pression sur mon épaule. Je tourne la tête, surpris. Sa tête… elle l’a appuyée contre mon épaule. Je me crispe un peu d’abord, puis, peu à peu, force mes muscles à se détendre.

C’est agréable, au fond. Peut-être… que je devrais moins réfléchir à tout ça. Simplement profiter de l’instant présent.

Finalement, après plusieurs minutes de calme, de paix, sa voix s’élève à nouveau, un murmure :

— On devrait peut-être y aller.

Je suppose, oui.

Je ne sais pas exactement combien de temps nous avons passé ici. Il ne doit pas être loin de onze heures, voire peut-être minuit.

J’attends qu’elle se redresse, puis me remets debout. Je m’étire un peu avant de tendre la main à Tyarisse, pour l’aider à se relever.

Je te raccompagne, dans ce cas ?

Nous quittons le port. Comme je ne sais pas où elle vit, je la laisse donner les directions. Finalement, nous nous arrêtons devant un grand immeuble. Je me retourne vers elle.

Je n’ai pas l’habitude de passer ce genre de soirées. Merci, j’étais content de la passer avec toi.

Je lui adresse un sourire.

Ça va, tu penses pouvoir ne pas te faire agresser le temps que tu montes chez toi ?

C’est vrai qu’à l’origine, j’étais venu pour ça, pour la raccompagner après le concert, parce qu'elle m'avait dit qu'ainsi ça lui éviterait de se faire agresser. En tout cas c’était la version officielle.

Tu peux garder la veste, tu me la rendras la prochaine fois.

Je rougis un peu suite à mes propres mots.

Une prochaine fois. C’est moi qui ai dit ça ?

Nous parlions de confiance tout à l’heure, n’est-ce pas ? Peut-être que je commence à la lui accorder, ma confiance.

Je souris à nouveau.

Voir le profil de l'utilisateur



Tyarisse
Messages : 348
Localisation : A la croisée des chemins
Loisirs : Cogner, aimer, pleurer
Humeur : En perpétuel mouvement
avatar
Tyarisse Fent

Personnage...
Pouvoir: Guerrière
Dieu: Inanna
Age: 22 ans
Mar 13 Oct - 22:00
- Je suppose que ça se devine assez… aisément. La… timidité constitue une barrière, en soi. On ne veut pas aller vers les autres. Enfin… je suppose que j’en ai peur, d’une certaine façon. Je ne sais pas comment t’expliquer ça. Je crois que j’ai peur de faire des erreurs. Et que ces erreurs se répercutent sur les autres. Qu’elles les blessent.

Je reste un instant songeuse. Si il a peur de parler aux autres parce qu'il a simplement peur de faire une boulette qui les mette mal à l'aise j'appelle ça de la gentillesse poussée à l'extrême.

- Tu sais, tu es quelqu'un de doux alors si tu parles à quelqu'un de quelque chose dont il n'a pas envie de parler il ne t'en voudra pas. Tu es pas sensé tout savoir sur tout le monde non plus. Et puis si la personne le prend mal c'est que c'est un con.

Je lui fais un clin d'oeil et lui souris doucement. J'ai peut être une vue manichéenne mais au moins elle me permet de ne pas me prendre la tête de trop et puis si ça peut aider Alex à s'ouvrir un peu plus pour que tout le monde voit à quel point il est adorable , c'est que du bonheur.

Je le vois rougir imperceptiblement sous mes compliments. La lune éclairait assez bien ce soir et puis même derrière nous, les lampadaires éclairaient le quai suffisamment pour distinguer les couleurs sans pour autant gâcher le magnifique paysage qui nous fait face.

Quand je parle de la relation fusionnelle qu'il a avec sa sœur je l'entends pouffer de rire.

- Oui, parait-il que c’est courant. Je crois que les seules fois où Lily et moi avons haussé le ton ont été à propos de ses petits amis…

Je ris légèrement et secoue la tête. Étrangement, j'imaginais assez bien Alex se comporter comme un grand frère un peu poule parfois. Lily était sa sœur et il voulait la protéger des autres hommes. C'était tellement attendrissant.

Fermant les yeux, un sourire toujours ancré sur mes lèvres je savoure ce moment de simplicité entre nous.
Je me sens tellement à l'aise, tellement bien alors que nous apprenons doucement à nous connaître.

- Je suppose, oui.

Je me redresse et il se lève avant de me tendre la main pour m'aider à me remettre debout. Je l’attrape et me lève souplement avant de le remercier.

Nous marchons d'un pas léger et nous continuons à papoter de tous les sujets possibles et imaginables. Je le découvrais sous un angle où il n'y avait plus de timidité. Il plaisantait, riait. Ca me faisait plaisir de le voir comme ça avec moi.

Nous arrivons devant mon immeuble et je comprend alors que notre petite soirée touche à sa fin. Étrangement ça me laisse assez triste. J'aurais bien aimé qu'elle continue moi...

- Je n’ai pas l’habitude de passer ce genre de soirées. Merci, j’étais content de la passer avec toi.

Je souris et étouffais un rire en revoyant Alexander, aussi à l'aise dans le bar qu'une autruche dans un cabaret.

- Merci à toi, j'ai passé une excellente soirée.

- Ça va, tu penses pouvoir ne pas te faire agresser le temps que tu montes chez toi ?

J'éclate de rire et secoue la tête.

- Non ça va aller, y a pas trop de risque à moins que mon concierge ne décide de m'attaquer avec son balais...

- Tu peux garder la veste, tu me la rendras la prochaine fois.

J'hausse un sourcil et souris en le voyant rougir. Bon bah je suis contente, il pense déjà à la prochaine fois où on sortirait tous les deux...

- Merci et je te promets que la prochaine fois ça sera un peu moins... Mouvementé.

J'ouvre la porte d'entrée de l'immeuble et me retourne finalement pour déposer un baiser sur sa joue et de lui murmurer doucement à l'oreille :

- Rentre bien et fait attention à toi...

Je m'écartais finalement et j'entrais dans mon immeuble, ravie d'avoir passée une si bonne soirée.
Voir le profil de l'utilisateur



Alex
Messages : 366
Localisation : Stockholm, toujours.
Loisirs : Observer le ciel nocturne.
Humeur : Heureuse.
avatar
Alexander Aestas

Personnage...
Pouvoir: Poussière
Dieu: Nanna
Age: 23 ans
Jeu 15 Oct - 19:00

— Tu sais, tu es quelqu'un de doux alors si tu parles à quelqu'un de quelque chose dont il n'a pas envie de parler il ne t'en voudra pas. Tu es pas sensé tout savoir sur tout le monde non plus. Et puis si la personne le prend mal c'est que c'est un con.

Sa réponse si… directe m’arrache un sourire.

Ce n’est pas vraiment comme ça que je raisonne… mais peut-être as-tu raison.

La conversation continue, parlant de choses variées. Je note que quand je parle des copains de ma sœur, ça la fait rire. C’est sûr que dans l’immédiat, même moi je trouve la chose amusante, s’engueuler pour une telle chose est… mignon vu de l’extérieur, je suppose. Mais je vous assure que c’est loin d’être drôle, lorsqu’on est au cœur de l’histoire. Quand on est à l’origine de la dispute.

On prend finalement la décision de rentrer. La discussion continue, simple, mais agréable, sans prise de tête.

Nous nous arrêtons finalement devant un immeuble. Je me tourne vers elle en la remerciant, remerciement qu’elle me rend aussitôt. Je lui demande ensuite en souriant si elle pensait pouvoir remonter chez elle seule, ce à quoi elle répond en riant :

— Non ça va aller, y a pas trop de risque à moins que mon concierge ne décide de m'attaquer avec son balais…

Je ris à mon tour. Un rire léger, qui franchit rarement mes lèvres.

Un balais ? Fais attention à ne pas te faire crever un œil alors. Ce serait triste de faire disparaître l’océan qui règne dans tes prunelles…

Je lui signale ensuite de garder la veste pour le moment –mon père ne m’en voudra pas, je le sais-, ce à quoi elle me remercie, avant de promettre que la « prochaine fois » sera plus calme.

Je l’espère.

Elle se détourne pour ouvrir la porte de son immeuble, puis, avant de s’y engouffrer, se retourne à nouveau vers moi pour doucement déposer un baiser sur ma joue. Joues qui deviennent plus écarlates qu’elles ne l’ont jamais été.

— Rentre bien et fait attention à toi…

Je hoche doucement la tête, avant de balbutier en mettant tant bien que mal les mots dans le bon ordre :

Je… OK…à…à bientôt…

Je baisse légèrement la tête, attendant qu’elle rentre chez elle. Je lève ensuite les yeux vers les étages durant quelques secondes, puis me détourne pour reprendre le chemin de ma maison. Je décide de prendre mon temps pour rentrer, afin de me préparer psychologiquement au minutieux interrogatoire que Lily va forcément me faire subir…

Voir le profil de l'utilisateur



Page 2 sur 2
  Aller à la page : Précédent  1, 2
Les Chroniques de Sumer :: Stockholm :: Centre commercial :: Les allées
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet