Poster un nouveau sujet Ce sujet est verrouillé, vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.
 :: Le Monde :: Europe :: Europe de l'Ouest
{Venise} Un café très chère ? [Pv]
Nin
Messages : 150
Localisation : Sous Terre
Loisirs : M'ennuyer tout seul dans mon royaume
Humeur : Blasé
avatar
Nin Hursag

Personnage...
Pouvoir: Absolu quelle question
Dieu: Nin Hursag
Age: Aussi vieux que la Terre
Ven 9 Mai - 20:08
Le soleil se lève et je souris doucement en regardant le couple d'alpinistes enlacés dans leur tente. L'ascension de la plus haute montagne du monde est dure pourtant ils sont là, heureux et paisibles. Je les envie un peu, ceux qui peuvent s'endormir et rêver aux côtés de ceux qu'ils aiment. Je voudrais pouvoir en faire autant parfois, ne pas rester seul enfermé dans mon monde désertique de rochers. Autrefois je n'étais pas seul, j'avais quelqu'un mais... Il a préféré écouter son orgueil et s'est enfermé dans ses devoirs. Une attitude particulièrement agaçante.
Je soupire, dirige mon regard vers l'Europe. J'aime ce continent, il a une histoire et une culture assez impressionnante malgré ses travers. Leurs monuments et leurs villes sont très beaux aussi. Il y a des paysages magnifiques surtout, au Nord les terres restent un peu sauvages et indomptées et j'aime cet aspect. En Irlande par exemple, un pays malmené par son histoire mais pourtant magnifique. Verdoyant et montagneux, où la mer et le vent se côtoient. Un pays où les collines sont aussi belles éclairées par la pleine Lune que par un Soleil éclatant. Une île des Hommes qui a su rester sauvage et c'est cela que j'aime voir quand je la regarde. Ce n'est pas ces émeutes et ces guerres internes. Après tout, quel intérêt à regarder les hommes s'entre déchirer pour des histoires de religion alors que nous sommes là.
Mon regard se tourne vers le continent et je fronce les sourcils. Je n'y vois pas tous les bâtiments de marbre, les grandes institutions que ces fourmis érigent au nom de la paix. Leurs palais de verre et de chrome sont risibles, pâles reflets d'une époque déchue. Je n'y vois que des cheminées blanches qui longent les rivières et les fleuves, je vois des cavités creusées dans mon propres corps. Je vois une terre tellement surexploitée que ceux qui l'habitaient ont dû partir sur de nouveaux continents. Je hais ces Hommes là, gonflés de leur arrogance et de leur supériorité. Ils pillent mes richesses, fabriquent des armes de mort qui m'empoisonnent. Je n'ai que mépris pour eux.
Une aura brillante bien connu attire mon attention et je regarde vers le nord de l'Italie. Inanna... Que fait-elle à Venise ? Question idiote, que ferait la déesse de l'amour dans la cité des amoureux ? J'imagine qu'elle s'amuse bien. Peut-être devrais-je lui rendre une petite visite ? Je quitte mon poste d'observation dans mon temple intérieur pour me matérialiser en Italie. Il faut beau, comme souvent, et la lagune brille sous le soleil de Mai. Je souris avec douceur, Venise est magnifique sous le soleil. Une paire de lunettes noires apparaissent sur mon nez et je passe une main dans mes cheveux d'un geste assuré. Je dois avoir l'air d'un touriste avec mon débardeur blanc et mon pantalon de toile mais l'observateur remarquera mes pieds nus. Je ne porte jamais de chaussures, elles brouillent mon contact avec la Terre.
Je me dirige tranquillement vers la terrasse du café où elle est assise. Je souris doucement et la détaille. Elle porte un large chapeau blanc sur ses cheveux auburn et une robe de la même couleur avec ses habituelles talons hauts. Elle lit un livre sur ses jambes croisées, une tasse posée devant elle. Je m'approche de sa table et m'assoit en face d'elle avec un sourire amusé.

-Bonjour Inanna.

Voir le profil de l'utilisateur



Merci Ina ♥️
Memory Box:
 

Inanna
Messages : 554
Localisation : Allongée entre les racines d'un arbre centenaire.
Loisirs : Semer des têtes et faire couler le sang. Détruire la moindre parcelle de bonté sur cette terre.
Humeur : Prête à faire chavirer ton cœur, mon cher et tendre... ♥
avatar
Inanna

Personnage...
Pouvoir: Infini.
Dieu: Inanna
Age: La Beauté est éternelle.
Sam 10 Mai - 16:45
Nin Hursag & Inanna

Les yeux perdus dans le vague, assise sur la branche d'un arbre, je laisse mes jambes pendre dans le vide en les balançant lentement, comme le ferait une enfant. C'est fou. Il y a des journées, comme ça, où il ne se passe quasiment rien. Certes, les hommes grouillent toujours dans tous les sens ; mais est-ce vraiment divertissant ? Entre ceux qui meurent de faim en Afrique ou en Asie et ceux qui s'amusent à Wall Street, je désespère complètement. Même mes missionnaires et mes créannes ne sont plus actifs... Ce qui me fait penser que ma chère Nath ne devrait pas tarder à recevoir une nouvelle mission ; mais qu'importe ! Ça ne change pas grand chose au final, d'attendre un ou deux jours de plus. Quand on a l'éternité devant soi, le temps n'a aucune importance.
J'embrasse mon royaume d'un regard doux, un peu espiègle malgré tout. Je ne resterai pas ici sans rien faire aujourd'hui ; et après ma rencontre précédente avec Utu, je préfère éviter de faire quoique ce soit de contrariant avant quelques semaines. Ou quelques jours, au moins, pour faire bonne figure. Après tout, je ne suis pas spécialement connue pour mon extrême patience...
Souplement, mes pieds nus atterrissent au sol, et je déambule un instant afin de rejoindre le jardin central. Magnifique jardin créé par mes soins, où sont entreposées des statues végétales représentant les plus grands guerriers de tous les temps. Ou, du moins, ceux que j'ai un jour estimé. Certains étaient fins stratèges, d'autres mes émissaires et dévoués ; certains, enfin, étaient morts en tentant de me protéger. Ignorant certainement que les flèches et les épées de ces pauvres hommes ne pouvaient rien ou presque contre mon pouvoir. Triste fin pour des personnes désuètes ; mais qu'importe, je sais moi aussi ressentir de la reconnaissance.
Je m'arrête un instant et projette ma vision sur le monde ; l'Europe est baignée par les rayons de midi de ce cher ange de la Justice, et une idée me vient. Un sourire ourle à nouveau mes lèvres alors que je me dématérialise, apparaissant dans une rue peu fréquentée de Venise. Dans le mouvement, une robe blanche légère s'est déposée sur mon corps, ainsi que des talons hauts et une paire de lunette de soleil. En faisant la moue, je matérialise un large chapeau blanc que je mets délicatement sur mes cheveux auburn au soleil, puis commence lentement à longer les rues de la ville, mon sourire retrouvé. Parfois, se mêler aux humains a du bon. Surtout lorsqu'ils vous suivent du regard sur plusieurs mètres alors que vous ne faites que passer, d'un air affairé à fouiller dans votre sac. Repérant une terrasse non loin, je m'installe et interpelle le serveur dans un italien parfait, lui dédiant un joli sourire lorsqu'il m'amène enfin ma tasse de thé. Je prendrais encore plus de temps à bafouiller, si j'étais lui. Très mignon, vraiment ; j'en ferais bien mon quatre heures...
Ma main plonge dans mon sac pour en sortir un livre, intitulé très justement « L'art de la guerre » (ou « Comment essayer de théoriser une chose inthéorisable pour tenter de comprendre pourquoi l'homme essaie constamment de tuer son voisin. » Ne cherchez plus, c'est de ma faute. Et je le vis très bien, merci !) ; je me mets à lire tranquillement, avant d'étirer un sourire en coin en sentant, non loin, une aura tout à fait reconnaissable.Cela fait longtemps que tu ne m'as pas rendu visite, j'en venais presque à croire que tu m'avais oubliée... Tu sais pourtant que je suis très susceptible de ce côté-là, non ?
La chaise face à moi se tire et quelqu'un s'y assoit Lentement, je tourne une des pages de mon livre en continuant à sourire et, sans lever les yeux du texte, je le salue :

– Bonjour Nin. Que me vaux le plaisir de ta visite ?

Une lueur malicieuse se glisse dans mes iris feuillage, que je plante dans les siens. Mon cœur se gonfle cependant d'un bonheur sincère et non feint ; et le verre fumé de mes lunettes devrait le cacher à sa vue. Quoiqu'il n'a généralement pas besoin de ça pour réussir à savoir ce qui me trotte dans la tête...

– Je te manquais ? je ris doucement et d'un air taquin, détaillant le Dieu de la Terre dans toute sa splendeur – simplicité et efficacité, c'est ce que j'aime chez lui. Ou bien avais-tu peur que je finisse par me languir de toi ?

Je remets une mèche de cheveux derrière mon oreille, espiègle. Le petit serveur n'a pas vraiment de chance, aujourd'hui...







Voir le profil de l'utilisateur



Nin
Messages : 150
Localisation : Sous Terre
Loisirs : M'ennuyer tout seul dans mon royaume
Humeur : Blasé
avatar
Nin Hursag

Personnage...
Pouvoir: Absolu quelle question
Dieu: Nin Hursag
Age: Aussi vieux que la Terre
Sam 10 Mai - 19:08
Elle ne relève pas les yeux de son livre et j'en profite pour la détailler un moment. Elle me parait toujours aussi belle. L'Amour est bien intemporel après tout, je ne le regrette pas d'ailleurs : j'en profite aussi quelque part. J'aime cet aspect là d'elle, délicat et capricieux. Une autre facette de la Femme qu'elle est : enfantine et futile mais pourtant si adulte, si belle. Elle n'est pas que ça je le sais, on aurait tort de penser que je ne suis qu'un jouet entre ses mains. Ce n'est pas le cas, je la connais simplement mieux que les autres et ce simple fait me rend faible face à ses désirs parce que je les comprends.[/font]

– Bonjour Nin. Que me vaux le plaisir de ta visite ?

Elle lève les yeux moi et je lui sourit, ses prunelles vertes me transpercent à travers ses lunettes. Elle me connait si bien elle aussi, et le sourire qui flotte sur ses lèvres me gonfle le coeur de joie. Un sourire heureux comme j'aime le voir chez elle, un sourire sincère.

– Je te manquais ? Ou bien avais-tu peur que je finisse par me languir de toi ?

Je ris doucement. Elle sait bien qu'elle me manque toujours, elle est une partie de moi, mon opposé, ma part d'ombre. Si différents et pourtant si proches, j'aime cette relation un peu tordue. La seule que je peux regretter et souhaiter en même temps. Un jour ce sera ma perte.

-On sait bien tous les deux que tu n'as pas attendu ma visite pour te languir de moi, je fais en souriant. J'avais simplement envie de te voir, prendre un thé comme au bon vieux temps.

Je m'appuie contre le dossier en osier de ma chaise et hèle un serveur. Je souris en coin en remarquant son regard en biais sur ma divine voisine alors que je commande un thé à la menthe. Tous les hommes se retournent sur elle. Si je n'étais pas si habitué à la réaction qu'elle provoque chez eux j'en serais presque jaloux. J'ai eu quelques siècles pour m'y habituer heureusement, entre quelques stratèges, une ou deux créannes et peut-être deux ou trois émissaires mais je me suis habitué (Et non je ne suis pas jaloux).

-Quoi de neuf chère Inanna ? Tu t'ennuyais chez toi pour faire un détour par Venise ?

Je réalise que sa présence m'a un peu manqué. Ho bien sur quelques mois ce n'est rien dans la vie d'un Dieu, mais pourtant... Pourtant j'aimerais rester un peu plus souvent avec elle, parler de moi, d'elle, de la Terre et des Hommes. J'aime nos conversations, quand elle s'amusé à me provoquer pour voir jusqu'où je peux rester calme. Elle est la seule qui arrive à me faire m'énerver réellement, la seule qui connait mes points faibles physiques comme morales. Elle en fait partie, mais je crois que ça ne lui déplaît pas quelque part.

Voir le profil de l'utilisateur



Merci Ina ♥️
Memory Box:
 

Inanna
Messages : 554
Localisation : Allongée entre les racines d'un arbre centenaire.
Loisirs : Semer des têtes et faire couler le sang. Détruire la moindre parcelle de bonté sur cette terre.
Humeur : Prête à faire chavirer ton cœur, mon cher et tendre... ♥
avatar
Inanna

Personnage...
Pouvoir: Infini.
Dieu: Inanna
Age: La Beauté est éternelle.
Sam 10 Mai - 22:52
Nin Hursag & Inanna

Un sourire doux me répond sitôt que je lève les yeux vers lui. N’aies pas l’air si heureux de me voir, Nin, tu sais très bien que ça me donne envie de te taquiner jusqu’à ce que tu craques. Après tout, c’est vrai ; j’aime tellement voir ses yeux s’illuminer, son visage se détendre à ma vue. Son sourire mutin, qu’il ne contrôle pas toujours, alors qu’il me dévisage, glisse son regard sur moi, comme pour redécouvrir à chaque fois ma nouvelle apparence. Beaucoup diraient que je suis vicieuse et dévergondée ; mais après tout, ce n’est pas totalement faux. J’aime qu’on m’observe, me détaille, qu’on note chaque transformation visible. Me faire ignorer ou qu’on m’oublie serait certainement l’une des pires choses qui puisse m’arriver – à moindre mesure, évidemment. Je connais très bien mes faiblesses. Et, même si je ne l’avouerais sûrement jamais à qui que ce soit, Nin sait parfaitement où appuyer pour me faire sortir de mes gonds. Mais lui n’en abusera pas… Pas par faiblesse, je le crois bien. Mais à cause de son incroyable instinct maternel, doux et tendre. Il comprend trop de choses, arrive toujours à me trouver des excuses. Même lorsque je n’en mérite pas.
Parfois, il peut être un bel abruti… Mais bon, je l’aime bien comme ça.
Sa réponse me tire un rire cristallin, très doux. Il n’a pas entièrement tort. Mais ça je ne lui en veux pas – il est la seule personne que j’autoriserai jamais à me dire un truc pareil sans risque d’avoir une flèche pointée entre les deux yeux. Après tout, Nin et moi sommes complémentaires. Sans lui, je n’aurais aucun pouvoir ; et sans mes plantes, il ne serait qu’une terre sèche et aride. Désertique. Je mets un peu de couleur dans sa vie – je le sais, ce n’est pas de la vantardise. Simplement la vérité.

- Tu m’en voies ravie, mon petit Nin. Il est bien vrai qu’il ne manquait plus que ta compagnie pour parfaire ce tableau idyllique, je ris en lui offrant un sourire mutin. Si je ne me trompes pas, nos dernières retrouvailles étaient dans un endroit un peu plus… exotique, pas vrai ?

Prendre un thé sur les dunes du Sahara ou au pied d’un arbre gigantesque, ça a toujours un certain charme, il ne faut pas le nier.
Mon cher collègue interpelle le serveur, qui en profite pour glisser un regard dans ma direction. Je lui offre un sourire en coin, amusée, avant d’observer la réaction de Nin. De l’amusement, chez lui aussi. Mais au fond, je sais que ça l’agace, au moins un peu. Qu’il soit un peu honnête envers lui-même !

- Pas grand-chose de mon côté, je le crains. La routine habituelle. Quelques conflits à réguler par-ci par-là… je hausse les épaules en remettant mon chapeau en place et en plissant légèrement le nez. Une petite rencontre avec Utu, récemment…

J’ai un ricanement en songeant à lui et notre discussion sacrément agaçante.

- Par ailleurs, j’ai eu vent de quelques événements surprenants à Stockholm ; j’espère que Nanna et toi vous êtes bien amusés… C’était bien vous, n’est-ce pas ? je souris en coin. Je regrette de ne pas avoir pu assister à ça.

Comment va-t-il réagir si j’évoque le sujet ? Va-t-il regretter, ou au contraire le revendiquer ? Je me demande si Utu est venu les emmerder, eux. Quoiqu’il n’a sûrement pas souhaité se confronter à son cher frère, l’abruti. Pff, c’est vraiment pas juste, c’est toujours les mêmes qui se font capter.







Voir le profil de l'utilisateur



Nin
Messages : 150
Localisation : Sous Terre
Loisirs : M'ennuyer tout seul dans mon royaume
Humeur : Blasé
avatar
Nin Hursag

Personnage...
Pouvoir: Absolu quelle question
Dieu: Nin Hursag
Age: Aussi vieux que la Terre
Dim 11 Mai - 22:55
Son rire résonne un instant et je souris en coin, amusé. Je me sais une des rares personne à pouvoir lui faire ce genre de remarque et j'avoue bien en profiter parfois. Je sais bien comment elle est, insaisissable et volage même. Pourtant cela m'importe peu, je ne veux pas son amour, son amitié me suffit même si on pourrait la voir comme une relation à sens unique de loin, je sais qu'elle est réelle. Pas parce qu'elle est basée sur un amour que je m'efforce de cacher, mais bien parce qu'elle s'est construite sur plusieurs millénaires.

- Tu m’en voies ravie, mon petit Nin. Il est bien vrai qu’il ne manquait plus que ta compagnie pour parfaire ce tableau idyllique.Si je ne me trompes pas, nos dernières retrouvailles étaient dans un endroit un peu plus… exotique, pas vrai ?

Je souris doucement à ce souvenir et remercie le serveur d'un hochement de tête quand il m'apporte mon thé. Exotique... On pourrait dire ça oui, depuis le temps qu'on prend le thé tous les deux on a pu faire ça à beaucoup d'endroits différents. La dernière fois je crois que c'était chez moi, dans mon temple.
Je fronce les sourcils quand elle évoque sa rencontre avec Utu, Inanna qu'as-tu encore fait ? Il ne me semble pas en avoir entendu parler donc ça ne devait pas être plus grave que ça... Enfin j'espère. Si Utu est intervenu c'est quand même qu'elle a dû faire quelque chose de conséquent bien que je me demande quoi. Sûrement encore un petit massacre. Ça ne m'étonnerais pas.

-C'était... Intéressant dirons nous. Nanna est quelqu'un qui a parfois de très bonnes idées.

Je repense à cette nuit et étire un sourire mi-amusé, mi-cruel. Oui, vraiment de très bonnes idées. Apparemment j'ai déclenché un séisme de magnitude 6 selon les échelles des humains. Leurs mesures me font bien rire, comme si on pouvait chiffrer notre puissance et nos pouvoirs.

-Et toi, qu'est-ce que Utu pouvait avoir à te reprocher cette fois ?

Je prend une gorgée de thé brûlant avec un sourire. Vas-tu te dérober Inanna ? Non ce n'est pas ton genre, je me demande simplement jusqu'où va ta haine des humains parfois.

Voir le profil de l'utilisateur



Merci Ina ♥️
Memory Box:
 

Inanna
Messages : 554
Localisation : Allongée entre les racines d'un arbre centenaire.
Loisirs : Semer des têtes et faire couler le sang. Détruire la moindre parcelle de bonté sur cette terre.
Humeur : Prête à faire chavirer ton cœur, mon cher et tendre... ♥
avatar
Inanna

Personnage...
Pouvoir: Infini.
Dieu: Inanna
Age: La Beauté est éternelle.
Ven 16 Mai - 21:28
Nin Hursag & Inanna

Un sourire mutin se glisse sur mes lèvres, alors que le serveur revient déposer son thé à mon collègue préféré. Le regard en coin que le jeune homme glisse dans ma direction me tire un nouveau rire, et je penche doucement la tête pour le fixer par-dessus mes lunettes. Ah, les italiens. Si bien proportionnés. Avec leur sourire doux, un peu facétieux, mais surtout si expressif ! Je vouais déjà une sorte de fascination maladive pour les centurions romains d’il y a deux millénaires ; même s’ils ont un peu perdu en muscle, je ne regrette pas leur côté un peu sauvageon qui, il faut bien le dire, les rendait assez peu recommandables. Mais après tout, nous nous amusions bien… Autant sur le champ de bataille que sur un terrain plus privé, dirons-nous.
D’un geste élégant, je referme mon livre et le dépose sur la table, avant d’attraper ma tasse pour y porter mes lèvres, sans quitter l’humain des yeux alors qu’il s’éloignait pour prendre la commande de la table à côté. Hm, vraiment, ce serait du gâchis… Mais au pire, je pourrais toujours revenir.
Reportant mon attention sur mon compagnon, je lâche un nouveau rire, à demi ricané.

- Vraiment ? Je l’imaginais plus sage que ça. Il voulait peut-être que son cher frère adoré vienne lui remonter les bretelles ? Amusant…

Pendant quelques secondes, j’imagine la scène et étire un sourire moqueur.

- En revanche, ça m’étonne bien plus de toi. Voyons Nin, tu aimes tant que ça être un mauvais garçon ?~

Je le toise encore à travers le verre de mes lunettes. Nin, mon beau Nin adoré… Pourquoi te dévergondes-tu toujours sans moi ? J’aimerais aussi pouvoir observer ton côté merveilleusement sadique et mauvais. Laisse-moi t’accompagner la prochaine fois que tu vas t’amuser avec les humains ; moi aussi j’aurais voulu pouvoir te voir ouvrir des crevasses sous leurs pieds. Entre leurs cris de terreur… C’est autre chose que ma petite aventure de l’autre fois. Œil pour œil, dent pour dent… C’est l’une des premières lois humaines, après tout ; elle apparaît même dans un de leurs livres sacrés.

- Enfin, ne t’en fais pas tant~ Et puis, comment ça « cette fois » ? Je ne fais pas toujours des bêtises tu sais.

Bon, d’accord. C’est faux. Ou presque. Je sais aussi me rendre utile pour le bien de la communauté, il ne faut pas toujours croire le contraire…

- Juste une petite histoire… Pas grand-chose. Des crétins qui s’imaginaient pouvoir empiéter sur mon territoire et y faire ce qu’ils souhaitaient. Tu me connais, je ne pouvais pas laisser passer ça…

Crétins d’humains narcissiques.







Voir le profil de l'utilisateur



Nin
Messages : 150
Localisation : Sous Terre
Loisirs : M'ennuyer tout seul dans mon royaume
Humeur : Blasé
avatar
Nin Hursag

Personnage...
Pouvoir: Absolu quelle question
Dieu: Nin Hursag
Age: Aussi vieux que la Terre
Lun 19 Mai - 17:36
Je suis son regard sur le serveur et roule des yeux, un peu amusé. Inanna, même quand je suis en face tu pense à chasser ? Je vais être vexé là. Je crois me souvenir qu'elle a presque toujours eu un faible pour les Italiens. Enfin je reconnais qu'ils ont un certain charme... Non je suis pas jaloux...

- Vraiment ? Je l’imaginais plus sage que ça. Il voulait peut-être que son cher frère adoré vienne lui remonter les bretelles ? Amusant…

Je ris doucement. Je ne crois pas qu'il avait ça en tête quand il m'a proposé de s'amuser un peu à Stockholm. Non, comme moi il devait juste s'ennuyer puis il s'est laissé emporté par sa nature. Après tout il arrive parfois que Sumer nous rattrape malgré le temps.

- En revanche, ça m’étonne bien plus de toi. Voyons Nin, tu aimes tant que ça être un mauvais garçon ?~
-Tu es surtout jalouse que Nanna ai pu voir ça et pas toi, je fais en riant.

J'exagère un peu sûrement, après tout Inanna n'est pas du genre à être jalouse. J'aimerais bien pourtant, mais la seule possessivité que je peux avoir de sa part est un désir déformé, une envie de possession qui vient de la Terre. Moi sans qui ses chère plantes ne pourraient pousser, elle me voudrait pour elle seule, pour ne pas risquer de mourir sans mon soutient.

- Enfin, ne t’en fais pas tant~ Et puis, comment ça « cette fois » ? Je ne fais pas toujours des bêtises tu sais.

Je souris en coin, amusé. Pas toujours oui, la nuance est bien là, parce que malheureusement des bêtises elle en fait quelques-unes. Je plaindrais presque Utu pour le coup, lui qui doit toujours passer derrière sans pouvoir réellement faire son boulot parce que bon... Enfin c'est Inanna on ne va pas se leurrer, si elle se pliait vraiment aux décisions des autres on le saurait.

-Je te connais oui, mais je te trouve parfois injuste avec eux. Ces humains ne faisaient que leur travail, ils ne méritent pas tous de mourir pour ça.

Je soupire doucement et reprend une gorgée de thé. Parfois je les envie un peu aussi de ne pas avoir la charge de la Terre et celle du pouvoir à porter. Etre un Dieu n'est pas qu'un privilège, c'est aussi une responsabilité à laquelle on ne peut rien. Je suis né ainsi et je continuerais à vivre de cette façon jusqu'à ce que le Monde Sombre à nouveau dans les ténèbres.

-Quitte à massacrer de pauvres ouvriers qui ne t'avaient rien demandé tu pourrais faire ça proprement d'ailleurs. Ça tache mes habits après, je fais avec un sourire amusé.

Voir le profil de l'utilisateur



Merci Ina ♥️
Memory Box:
 

Inanna
Messages : 554
Localisation : Allongée entre les racines d'un arbre centenaire.
Loisirs : Semer des têtes et faire couler le sang. Détruire la moindre parcelle de bonté sur cette terre.
Humeur : Prête à faire chavirer ton cœur, mon cher et tendre... ♥
avatar
Inanna

Personnage...
Pouvoir: Infini.
Dieu: Inanna
Age: La Beauté est éternelle.
Lun 19 Mai - 19:02
Nin Hursag & Inanna

Mon cher collègue amateur de minerai et autres pierres joyeusement inutiles – quoique bien pratique pour fabriquer des armes, il faut bien l'avouer – se targue toujours d'être un exemple parfait de contrôle de soi et d'indifférence placide, maîtrisée. Pourtant, à chaque fois que nos routes se croisent – non par hasard ; car qu'est-ce que le hasard dans un monde où nous pouvons en apercevoir chaque mouvement ? – je m'émerveille un peu plus devant chaque expression, si variée et amusante, qu'il me laisse entrevoir. Je crois que me côtoyer a bien plus d'effet sur lui que nous ne saurions jamais l'avouer ; enfin qu'importe, il me plaît ainsi. Au moins ne se vexe-t-il plus autant...
Après tout, il est difficile de cacher à l'Amour les sentiments que vous lui portez. Étrangement, cette fois-ci, ce n'était ni de la haine, ni un profond désintérêt ou déception. Je n'ai jamais vraiment compris pour quelles raisons Nin s'est entiché de moi ; qui l'aurait pu ? Dans ma manière de lui parler, de le prendre de haut, comme je le faisais avec tous les autres. Lui, d'entre tous, l'un de ceux qui me haïssait. Je l'ai certainement déjà interrogé sur les raisons qui le poussaient à s'accrocher aussi désespérément à moi, pour avoir ne serait-ce qu'un regard, une parole. Chose que j'avais depuis longtemps cessé de faire à ce Panthéon malade et pitoyable.
Enfin, même si elle est toujours là, la Haine qui pulse dans mon cœur s'est un peu apaisée à son contact. Ce n'est peut-être pas une si mauvaise chose...

– Jalouse, moi ? C'est mal me connaître.

Jalouse de ces loutres sans cervelle et dépressives ? Sûrement pas. Je préfère tout autant vivre à part de leur petit monde de lapins roses effondré et rester tranquille. Ils n'avaient qu'à réfléchir, et ne pas tout faire foirer. Comme quoi, ils n'ont pas besoin de la reine de la discorde pour se trahir entre eux.
Je continue à boire lentement mon thé, savourant son goût parfumé. Le thé à la menthe de Nin manque sincèrement de classe, mais bon, je ne vais plus le lui répéter à chaque fois que nous nous voyons ; ça risquerait de devenir lassant.

– Je ne suis pas injuste, Nin. Ils exterminent des peuples bien moins évolués qu'eux ; eux-même ne respectent pas leur propre justice. Alors que ce cher rayon de soleil ne vienne pas me harceler parce que j'en ai égorgé trois, ça m'arrangerait, je soupire en reposant ma tasse avec une élégance contrastant avec mes propos.

Puis, étirant un sourire amusé, je lui souffle un baiser.

– Et si tu t'inquiètes tant que ça pour ta garde robe, je pourrais t'emmener faire du shopping~ Tu m'as déjà prouvé que les costards t'allaient à merveille.

La flatterie, encore et toujours. Des jolis mots enrobés de sucre pour en cacher la moquerie ou parfois l'amertume. Même si, bien souvent, la vérité ne fait pas de mal.

– Allons, allons, Nin, n'en parlons plus. Je me suis déjà fait passer un savon, j'aimerais autant éviter d'avoir à me justifier à nouveau, même devant toi, je continue en haussant légèrement les épaules.

Mon regard se fixe sur les passants, suivant une jeune femme des yeux sur plusieurs mètres. Hm, ça me fait penser qu'il y a un moment que je n'ai pas pris de nouveaux missionnaires... Et l'un d'entre eux a malheureusement failli trépasser il y a peu. À cause de moi. Bon, d'accord, j'avoue que cette mission n'était pas spécialement simple, mais il n'avait qu'à éviter les Anciennes, je l'avais prévenu ! Ces hommes. Ils n'écoutent jamais rien quand on leur donne de bons conseils. (Et étrangement, suivent tous ceux qui ne sont pas recommandables...)







Voir le profil de l'utilisateur



Nin
Messages : 150
Localisation : Sous Terre
Loisirs : M'ennuyer tout seul dans mon royaume
Humeur : Blasé
avatar
Nin Hursag

Personnage...
Pouvoir: Absolu quelle question
Dieu: Nin Hursag
Age: Aussi vieux que la Terre
Sam 24 Mai - 10:40
Je rit doucement à sa réflexion. Inanna est toujours jalouse de quelque chose, c'est dans sa nature. Après tout la jalousie est une des facettes de l'Amour mais ça me fait sourire qu'elle le nie de cette façon. Bien sur quelque part c'est vrai aussi : qui envierait la situation de Nanna ? Mais je ne peux m'empêcher de penser que si elle rejette autant le panthéon c'est bien aussi parce qu'elle envie un peu ceux qui s'y trouvent. Les Dieux sont tous égoïstes et ils ont leurs travers. Nous sommes tous bien plus humains qu'on peut le penser simplement nous faisons toujours en sorte de ne pas le montrer.

– Je ne suis pas injuste, Nin. Ils exterminent des peuples bien moins évolués qu'eux ; eux-même ne respectent pas leur propre justice. Alors que ce cher rayon de soleil ne vienne pas me harceler parce que j'en ai égorgé trois, ça m'arrangerait.

Je souris en coin, amusé, alors qu'elle me souffle un baiser qui fait très légèrement rosir mes joues - louée soit ma peau bronzée ça ne se voit pas. Les costards... Je me demande encore comment les humains peuvent aimer porter ça. C'est serré, inconfortable, et ce genre de vêtement entrave mes mouvements : je me sens comme un clown qui porterais un déguisement trop petit parce qu'il a rétrécit au lavage.

-Tu sais bien que je t'ai jamais demandé de te justifier Ina. Simplement c'est normal que Utu vienne te réprimander quand tu te mets à massacrer des innocents tu ne penses pas ?

Je sirote doucement mon thé, savourant le goût de la menthe. Je retiens l'endroit pour une prochaine fois, il est vraiment très bon. Enfin ça ne vaut pas celui des hammams mais il est pas mal. Je repose ma tasse et relève mes lunettes sur mes cheveux, fixant mon regard sombre dans le sien.

-Enfin tu as raison parlons d'autre chose. Qu'as-tu de beau à me raconter Inanna ? Pas de nouvelle guerre en préparation, pas de nouvelle créanne chez toi ?

Parce que oui Inanna laisse ses créannes aller et venir dans son royaume. Je ne comprends pas bien comment elle fait pour dormir tranquillement avec ça. Bien sur c'est pas comme si de simples créannes pouvaient nous tuer mais je serais pas tranquille à sa place. Enfin ça m'arrive d'en avoir une ou deux chez moi mais en général je ne les laisse entrer que si elles sont pacifiques.

Voir le profil de l'utilisateur



Merci Ina ♥️
Memory Box:
 

Inanna
Messages : 554
Localisation : Allongée entre les racines d'un arbre centenaire.
Loisirs : Semer des têtes et faire couler le sang. Détruire la moindre parcelle de bonté sur cette terre.
Humeur : Prête à faire chavirer ton cœur, mon cher et tendre... ♥
avatar
Inanna

Personnage...
Pouvoir: Infini.
Dieu: Inanna
Age: La Beauté est éternelle.
Jeu 29 Mai - 16:21
Nin Hursag & Inanna

Un rire clair m'échappe, alors que je tente de me cacher discrètement derrière ma main. Nin est tellement prévisible, en bien des points. Ses réactions face à moi, notamment. Il y a quelque chose de candide, parfois, dans sa manière d'être. D'infiniment plus sage que moi, aussi. Mais c'est son côté posé, un peu terre à terre qui fait ça. La terre est sans surprise. Même si elle recèle un cœur bien plus précieux que ce qu'on imagine. Personne ne peut se targuer de mieux le connaître que moi. Et j'avoue que ça me fait doucement sourire.
Mon petit Nin, cesse de me montrer une telle expression, je vais finir par vouloir t'embêter à nouveau. Et toi, je sais très bien que si tu aimes ça, tu préférerais autant ne pas m'avoir constamment sur le dos, pas vrai ? C'est de ta faute de toute manière~
Mon divin collègue ignore royalement (ou divinement ? Hm, ce serait un peu redondant non ?) ma remarque à propos des costards. C'est ça, fais comme si tu n'avais rien entendu. Tu n'échapperas pas à ce costard, mon cher et tendre ami. Un jour je viendrai te voir directement pour te le faire enfiler, de gré ou de force... Non, je ne suis pas fétichiste. Mais mes yeux savent aussi savourer les belles choses, non ?
Je plisse le nez lorsqu'il parle d'innocentes victimes. Innocentes victimes ? Bien sûr, oui. Ils détruisent mes forêts et pillent sa terre, mais tout va bien, ils sont innocents.

– Ils l'étaient certainement bien moins que ceux que vous avez traumatisé à Stockholm, je renchéris après qu'il se soit tu, étirant un sourire sarcastique. Sinon, quoi de nouveau... Mes cheveux. Je les ai abandonnés à ce cher Utu, puisqu'il semblait trop déprimé pour me donner une autre sanction.

Je roule des yeux pour la forme, et passe doucement ma main sur ma nuque à demi dégagée.

– C'est plus pratique comme ça, même si ça faisait un moment que je ne les avais pas pris courts. Tu aimes ? je le taquine gentiment, amusée.

À nouveau, j'attrape ma tasse et la porte à mes lèvres, gardant mes yeux ancrés aux siens. C'est un jeu, Nin ? À celui qui détournera le regard le premier ? Tu sais bien que tu le feras avant moi, allons.

– À part ça, pas grand chose, je le crains. Les guerres au Moyen-Orient sont toujours les mêmes, mais j'avoue que je ne m'en amuse même plus. Les kamikazes sont assez agaçants, ils mettent tous mes plans à l'eau.

Et surtout, ce n'est pas une juste manière de se battre que de le faire même avec des enfants. Mon ventre se tord, comme à chaque fois que je m'approche d'un sujet pareil. Les enfants... Comment peut-on, en tant que parent, laisser son fils mourir pour une chose aussi désuète ? C'est une chose que je ne comprendrais jamais, moi qui ne serai jamais mère. C'est assez agaçant, surtout lorsqu'on considère ma place de femme et de créatrice de la nature.
Je ne peux même pas dire Mère Nature, ce serait être à côté de la plaque.
Je fais la moue un instant, mais reprends la parole.

– Pas vraiment, je suis très bien avec celles qui y vivent pour le moment. Elles mettent un peu d'animation chez moi, tu adorerais. Et toi, petit Nin ? Pas de nouveaux missionnaires en vue, rien à raconter ? Pas de petits soucis avec des humains un peu trop agaçants ?







Voir le profil de l'utilisateur



Nin
Messages : 150
Localisation : Sous Terre
Loisirs : M'ennuyer tout seul dans mon royaume
Humeur : Blasé
avatar
Nin Hursag

Personnage...
Pouvoir: Absolu quelle question
Dieu: Nin Hursag
Age: Aussi vieux que la Terre
Mar 3 Juin - 21:33
Stockholm... Je regrette un peu ce que j'ai fait là bas. Je me suis laissé entraîné par la colère ça n'aurait pas dû arriver. La dernière fois que je l'étais autant... Je crois que c'était en Martinique en 1902, l'éruption la plus meurtrière du 20ème siècle. En y repensant j'en ai des frissons. Je ne sais plus bien pourquoi j'étais autant en colère. Je fais la moue, pensif, et effleure ses mèches courtes au travers de la table. J'en replace une derrière son oreille avec un sourire doux.

-C'est dommage de les avoir coupé, je les aime bien longs. Même si tu es magnifique quelle que soit ta coupe bien sûr.

J'ancre mon regard dans le sien, cherchant ses orbes vertes derrière les verres fumés. J'aime ses yeux, le vert de l'amazonie, le dorée de la passion et le rouge du sang. Trois facettes d'une Déesse aux multiples visages que j'aime tant. Les autres se moquent d'elle parce que du panthéon elle est la seule à ne pas avoir eu d'enfants alors qu'elle est l'Amour. Moi je sais que ce fait la blesse bien plus qu'autre chose. Si j'avais eu le temps de la connaître avant... Non même ainsi ça n'aurait pas été possible.

– À part ça, pas grand chose, je le crains. Les guerres au Moyen-Orient sont toujours les mêmes, mais j'avoue que je ne m'en amuse même plus. Les kamikazes sont assez agaçants, ils mettent tous mes plans à l'eau.
-Ces guerres sont les plus horribles, des peuples qui se battent entre eux pour une histoire de religion... Dire que basiquement le Dieu qu'ils aiment est le même et qu'il n'existe même pas.

Enfin ce n'est pas tout à fait exact, leur Dieu est supposé être Amour. C'est d'ailleurs une des raison qui fait que Inanna est si puissante alors que les hommes détruisent ses forêts. Je n'ai pas la chance contrairement à elle d'être un Dieu multiple, je ne suis que la Terre.

– Pas vraiment, je suis très bien avec celles qui y vivent pour le moment. Elles mettent un peu d'animation chez moi, tu adorerais. Et toi, petit Nin ? Pas de nouveaux missionnaires en vue, rien à raconter ? Pas de petits soucis avec des humains un peu trop agaçants ?
-Rien de particulier, je surveille un peu l'Iran et la Corée, ils m'inquiètent avec leur nucléaire. Sinon... Ha oui je me suis remis à la poterie tiens. J'ai fait trois services à thé complets et plusieurs vases. Je t'en donnerais un si tu veux.

Et puis Jake me suffit bien comme Missionnaire pour le moment, je songe à en recruter dans les semaines à venir mais j'attends d'en trouver des biens. Je ne voudrais pas me tromper sur mon choix. Prendre un nouvel émissaire est toujours un peu complexe. Je ne veux pas faire ça trop vite ou sur un coup de tête.

Voir le profil de l'utilisateur



Merci Ina ♥️
Memory Box:
 

Inanna
Messages : 554
Localisation : Allongée entre les racines d'un arbre centenaire.
Loisirs : Semer des têtes et faire couler le sang. Détruire la moindre parcelle de bonté sur cette terre.
Humeur : Prête à faire chavirer ton cœur, mon cher et tendre... ♥
avatar
Inanna

Personnage...
Pouvoir: Infini.
Dieu: Inanna
Age: La Beauté est éternelle.
Mer 4 Juin - 19:07
Nin Hursag & Inanna

Il ne me fait aucune remarque à propos de Stockholm, en ignorant mon petit passage dessus. Pas le moindre commentaire ; j'en serais presque déçue si je ne le connais pas tant. Pas vrai, Nin ? Tu n'aimes pas te mettre dans le rôle du méchant, ce que je comprends parfaitement – après tout, cela ne te correspond pas du tout. Autant allier le mal et une sainte, pour caricaturer. Certes, je vais un peu loin dans la comparaison ; mais n'est-elle pas réelle ? Nin est fondamentalement incapable de faire le mal pour le mal. Disons que moi, j'ai quelques facilités de ce côté-là, même si je ne verse pas dans la méchante sadique et psychopathe. Bien que beaucoup en doutent. Nanna a-t-il une si mauvaise influence sur mon cher ami ? Pourtant, Nin sait résister à la mienne. Peut-être justement parce qu'il sait que sans lui pour me modérer, je risquerais de faire quelques bêtises – oups ? Je ne le nie plus à présent – depuis le temps que l'on se côtoie, ce serait stupide après tout. Autant lui rendre ce qui lui appartient – la Bible disait bien justement de mon vieil ami César, paix à son âme : « Rendons à César ce qui est à César ; à Dieu ce qui est à Dieu» ; eh bien voilà ! Bon, d'accord, la phrase ne s'accommode pas bien à la situation, mais je n'ai rien trouvé de mieux. Je ne vais pas faire ma rabat-joie constamment, non plus. (Sauf devant les autres. Parce que la relation plus ou moins intime – un peu plus que moins, d'ailleurs – que j'entretiens avec mon beau dieu ne concerne que lui et moi. Et les éventuels voyeurs.)
Nin tend le bras vers moi et je referme les yeux en sentant ses doigts immenses de colosse effleurer ma joue avec une douceur infinie, replaçant une mèche de cheveux derrière mon oreille. J'ai un sourire apaisé. Il est bien le seul à aimer l'Amour... Pas étonnant, pour un tel humaniste après tout.

– Je suis faite pour être ainsi, tu le sais bien, je ris doucement. Mais j'avais un tribut à payer. Et je n'aime pas avoir de dettes en retard...

Son regard recherche le mien. Il me redonne un peu de force, comme à chaque fois que je le croise en pensant à de telles choses. J'ai beau parler de tout d'un ton désinvolte et désintéressé, je n'en suis pas moins touchée par les horreurs que ces monstres perpètrent. Les hommes sont cruels avec leur progéniture. Je les jalouse tellement pour ce qu'ils peuvent avoir... Et les déteste tellement pour ne pas savoir les aimer comme ils le devraient. Ventre plat de mère infertile. Je ne devrais pas avoir le droit de proférer de tels propos. Mais la nature qui croît tout autour de nous, difficilement dans cette société meurtrière, n'ai-je pas le droit de la considérer comme mon héritière ? De la protéger becs et ongles, comme une tigresse défendrait ses petits.
Une tigresse au regard de braise.

– Les guerres de ce siècle ne peuvent même plus être appelées comme telles, je lâche en haussant les épaules, tournant la tasse entre mes mains d'un air pensif.

Étrange venant d'une déesse symbolisée par la passion de la cruauté de tenir un discours semblable. Pourtant, ce que tous oublient, c'est que la Guerre aussi a ses règles. Et qu'elle ne tolère pas les massacres inutiles. Et surtout, je ne les cautionne pas. Mais que voulez vous ! Dès que ça implique une arme, l'histoire est de mon ressort. L'histoire humaine toute entière s'est construite autour de moi...
Enfin, si ça peut réduire un peu le grouillement de ces insectes nuisibles, pourquoi pas. Je n'aime pas être sentimentale comme ça – ça n'a pas que des avantages, d'être l'Amour. À vrai dire, je crois que ça n'en a aucun.
Ses mots sur la Corée et l'Iran me font dresser l'oreille. Le nucléaire. Encore une connerie de ces connards d'humains de merde qu'on me fout sur le dos. Hum. Non ça ne m'énerve pas.

– Ils n'agiront pas, je le rassure immédiatement. Ils n'ont pas les dispositions nécessaires.

À vrai dire, je me charge de faire en sorte qu'ils ne les auront jamais, mais bon, je ne peux pas être partout à la fois. Chut, personne ne doit le savoir. Je suis un agent spécial style CIA ou MI6. Sauf que je suis beaucoup plus classe que James Bond et toutes ses James Bond Girls réunis.

– Enfin, je veux bien voir tes services à thé ; tu fais des merveilles avec tes mains. Je t'ai toujours dit que tu avais des doigts de fée, après tout, je le taquine avec un clin d’œil complice.

Nin, Nin... Arrête de me tendre de telles perches, je vais finir par croire que tu le fais exprès.

– Par contre, tes vases, je ne sais pas vraiment comment tu vas t'en servir ; tu vas mettre des cailloux dedans ? je ris un peu plus, consciente qu'il n'y a pas grand chose qui pousse chez lui.

Mis à part les rares arbres qu'il m'a autorisé à disséminer çà et là pendant mes visites.







Voir le profil de l'utilisateur



Nin
Messages : 150
Localisation : Sous Terre
Loisirs : M'ennuyer tout seul dans mon royaume
Humeur : Blasé
avatar
Nin Hursag

Personnage...
Pouvoir: Absolu quelle question
Dieu: Nin Hursag
Age: Aussi vieux que la Terre
Mer 4 Juin - 21:42
Elle frémit et je souris. Inanna a toujours la peau douce contrairement a moi qui a des mains un peu abîmées et calleuses. Je dirais que ça tient à une différence de classe si on voulait qualifier ça. Elle est liée à la guerre et au plaisir, des notions qui étaient plus inhérentes aux nobles et à la haute classe autrefois, tandis que je suis la Terre donc plus apprécié par les paysans et les basses classes. C'est un peu ma grande taille et le contraste avec la sienne bien plus petite qui me font sourire. Elle est plus menue et petite que moi pourtant elle n'en est pas moins forte, elle a seulement une force différente, plus vive, plus nerveuse.

– Je suis faite pour être ainsi, tu le sais bien. Mais j'avais un tribut à payer. Et je n'aime pas avoir de dettes en retard...
-Je le sais bien oui, je fais avec un sourire amusé. En revanche tu aimes bien avoir des dettes d'avance chez les autres si je me rappelle bien.

Je le sais mieux que quiconque avec tout ce que je lui doit. Bien qu'elle me doive aussi beaucoup mais ces dettes là je ne les considère plus. J'étais là pour elle quand elle en avait besoin et inversement. A mes yeux c'est tout ce qui compte. Enfin il y a aussi eu des déceptions, sûrement bien de mon côté que du sien. J'ai conscience d'être un peu trop optimiste par rapport à elle souvent mais c'est dans ma nature d'être comme ça.

– Ils n'agiront pas. Ils n'ont pas les dispositions nécessaires.

Je rit doucement, amusé. Ho je la connais, je sais bien qu'elle les surveille surement plus que moi de ce côté là. Elle n'aime pas le nucléaire non plus, pas depuis les deux bombes de 45 qui ont tout rasé ou presque autour d'Hiroshima et Nagasaki.

– Enfin, je veux bien voir tes services à thé ; tu fais des merveilles avec tes mains. Je t'ai toujours dit que tu avais des doigts de fée, après tout.

Je rougit et détourne les yeux. Je n'aime pas qu'elle fasse ce genre d'allusions. C'est une partie d'elle que je n'oublie pas loin de là mais c'est particulièrement agaçant quand elle détourne le contexte sur ce genre de chose. Je ne suis pas un pervers bon sang.

-Tu me donneras des fleurs, j'aurais un bon prétexte pour venir te voir plus souvent comme ça. J'ai envie de me créer un bassin il faudra bien que je mette un peu de verdure autour.

Peut-être quelques arbres et des fleurs oui. Mon royaume désertique me convient comme il est mais j'aime les petite touches de vert qu'elle y met quand elle vient. Je pense à elle comme ça. Enfin hormis l'Arbre de mon temple intérieur c'est elle qui a tout fait pousser. Les reste n'est que de la roche nue et du sable. Beaucoup de sable doré et ocre. Et une falaise aussi, je compte mettre le bassin en bas avec un cascade ça sera joli je pense et c'est bien pour se baigner.

Voir le profil de l'utilisateur



Merci Ina ♥️
Memory Box:
 

Inanna
Messages : 554
Localisation : Allongée entre les racines d'un arbre centenaire.
Loisirs : Semer des têtes et faire couler le sang. Détruire la moindre parcelle de bonté sur cette terre.
Humeur : Prête à faire chavirer ton cœur, mon cher et tendre... ♥
avatar
Inanna

Personnage...
Pouvoir: Infini.
Dieu: Inanna
Age: La Beauté est éternelle.
Jeu 5 Juin - 21:15
Nin Hursag & Inanna

Son histoire de dettes me tire un rire amusé. Il n'a pas vraiment tort, à vrai dire. J'ai avoir des coups d'avance sur les autres. Savoir que, s'il arrive quelque chose, un pépin, ils ne pourront pas me dire non. Avec lui, je n'en ai évidemment pas besoin. Même si je le lui rappelle parfois pour rire. Ou que j'utilise ces prétextes pour des missions dont je ne veux pas avoir moi-même la charge. C'est à dire une mission suicide qui me priverait (encore) à tous les coups d'un de mes missionnaires chéris. Le pire, c'est qu'ils m'en refusent de plus en plus souvent ! Genre c'est de ma faute si ces brêles sont pas capables de ne pas se faire avaler le bras par un ours ! Non mais j'y crois pas qu'on me rejette toujours la faute dessus, c'est insupportable.
Bon, pas toujours faux mais voilà.
Nous enchaînons sur le nucléaire mais je préfère détourner rapidement le sujet. Il m'en est peut-être reconnaissant lorsque je lui évite de se faire trouer la peau de part en part à cause de l'uranium, mais il n'en reste pas moins agacé que je me mêle autant de ce qui ne me regarde pas. Eh bien désolée de te décevoir, petit Nin, mais si ça concerne les armes, cela me concerne. Et pour moi, le non-usage de bombes nucléaires est l'une de mes principales règles. De toute manière, avec ces fichues technologies, les hommes seraient capables de réduire leur monde en cendre par pure bêtise. Vu que j'aimerais bien ne pas disparaître avec, j'aimerais autant les empêcher de faire ce qu'ils souhaitent. Mais je tourne en rond depuis quelques années, et ça ne me plaît pas beaucoup. Il me faudra plus de missionnaires pour mener mes projets à bien, et je compte aller faire une petite rafle d'ici quelques temps. Quand je commencerai à m'ennuyer ferme.
Mon sourire s'étire en coin. Manœuvre d'évitement opérée avec succès. Trop mignon quand il sourit, on dirait un enfant. Et vu sa carrure, l'opposition assez nette est toujours très amusante.

– Oh, très bien ; je t'aiderai à refaire la déco si tu veux, je ris doucement avant de porter à nouveau ma tasse à mes lèvres pour la vider.

Je la repose sur sa coupole et lui offre un joli sourire, un peu mutin.

– Ce ne serait pas la première fois que je m'installe de toute manière.

Un instant, je laisse mon regard le détailler. Il repose sa tasse une fois de plus et je souris doucement.

– Tu as encore un peu de temps pour faire un tour tout à l’heure ? Il fait beau et j’ai envie d’en profiter un peu. Avec toi.

Ma main se glisse sur la sienne alors que mon sourire s’étire doucement en coin. Pas vraiment moqueur, ni quoi que ce soit de ce genre. C’est une expression naturelle. Qui me vient toute seule, sans que j’y pense réellement.
La pulpe de mes doigts caresse le dos de sa main avec douceur.

– Tu aimerais ? je l’interroge en riant.

À vrai dire je sais parfaitement qu’il ne me refusera rien de tel. Surtout pas à Venise… Ce serait criminel de m’abandonner ici !







Voir le profil de l'utilisateur



Nin
Messages : 150
Localisation : Sous Terre
Loisirs : M'ennuyer tout seul dans mon royaume
Humeur : Blasé
avatar
Nin Hursag

Personnage...
Pouvoir: Absolu quelle question
Dieu: Nin Hursag
Age: Aussi vieux que la Terre
Sam 7 Juin - 11:57
Refaire ma déco... Je souris, amusé par l'expression. On peut le dire comme ça oui, je pensais plus à une histoire de mettre du vert. J'aime bien les fleurs mais ce n'est pas vraiment mon univers. Je préfère le silence de mon désert au rythme lent des plantes qui poussent. Pour autant je ne dédaigne pas les végétaux, ils ont une beauté bien à eux, mais seulement trop éphémère. Je préfère les choses plus durables. Comme mon petit temple envahi par les racines et le tronc de l'immense arbre que j'y ai fait pousser pour abriter mon autel.

– Ce ne serait pas la première fois que je m'installe de toute manière.

Je ris doucement, effectivement ça arrive régulièrement qu'elle passe une journée chez moi ou inversement. J'aime bien son royaume aussi, il est juste un peu trop... Luxuriant pour moi. Il y a vraiment des plantes de partout c'est assez désorientant. Pour autant la jungle qu'elle a reproduit ne me déplaît pas, c'est très vivant comme monde. Je termine mon thé avec un sourire.

– Tu as encore un peu de temps pour faire un tour tout à l’heure ? Il fait beau et j’ai envie d’en profiter un peu. Avec toi.
-Bien sûr que j'ai du temps. C'est très calme de mon côté ces derniers temps alors ce serait dommage de ne pas profiter d'un temps pareil.

J'aime son sourire naturel, la façon dont ses lèvres s'étirent légèrement pour creuser une fossette dans ses joues. Je frémit légèrement et prend sa main dans la mienne pour lui faire un baise-main avec un sourire joueur.

-Je t'accompagnerais avec grand plaisir bien sûr.

Je lui fais un clin d’œil, joueur. Je me sens de très bonne humeur et le beau temps d'ici me fait du bien. J'ai toujours aimé Venise c'est une ville magnifique et se promener sur la lagune quand il fait beau est agréable. Avec le soleil la mer scintille et c'est reposant.

-Un petit tour sur la lagune alors ? Ça fait longtemps qu'on ne s'est pas promené tranquillement tous les deux.

Voir le profil de l'utilisateur



Merci Ina ♥️
Memory Box:
 

Inanna
Messages : 554
Localisation : Allongée entre les racines d'un arbre centenaire.
Loisirs : Semer des têtes et faire couler le sang. Détruire la moindre parcelle de bonté sur cette terre.
Humeur : Prête à faire chavirer ton cœur, mon cher et tendre... ♥
avatar
Inanna

Personnage...
Pouvoir: Infini.
Dieu: Inanna
Age: La Beauté est éternelle.
Lun 9 Juin - 20:13
Nin Hursag & Inanna

Mon sourire se fait éclatant lorsqu’il me fait un baise-main; corolle de fleur qui s’épanouit face au soleil, lumineuse et colorée. Comment aurait-il pu refuser une telle demande de ma part ? Sûrement lui en aurais-je tenu rigueur lors de notre prochaine rencontre. Pour le faire gentiment culpabiliser bien sûr, rien de trop extraordinaire. Une moue boudeuse, quelques mots bien placés et c’est tout. Je ne lui en ai jamais réellement voulu. Parfois si, bien sûr. Mais pas bien longtemps. Je n’ai connu que quelques fois où nous ne pouvions même plus nous voir. Lors de l’assassinat d’Hector par Achille, un de mes émissaires à l’époque… Ça remonte à tellement loin. Nin m’en a voulu pendant des mois, quand j’y pense… Et moi aussi, par ailleurs. J’ai un peu de mal quand il m’envoie paître comme une mécréante.

- Parfait dans ce cas~

Je laisse mon compagnon terminer son thé avant de ranger mon livre et de reprendre mon sac, sortant un porte-monnaie du puits sans fond qu’il contient puis déposant un billet sur la table.

- Je t’invite, je ris doucement avec un clin d’œil.

Ce n’est pas comme si ça me coûtait quelque chose, à vrai dire, mais passons. J’ai envie d’y aller maintenant, de bouger un peu ! Je me lève et lui tends la main avec un sourire mutin, attendant qu’il l’attrape pour l’entraîner à ma suite. Même avec mes talons de quasiment dix centimètres, je ne dépasse pas son épaule. Nin est toujours si grand… Immense, même. Il représente tellement bien tout ce qu’il contrôle, tout ce qu’il est, simplement. Et pourtant, derrière cette carrure haute et large, on se demande souvent comment peut se cacher un cœur si doux. Enfin, peu importe. Son cœur m’appartient, qu’il l’avoue ou non~

- La lagune ? Pourquoi pas.

Mes talons claquent sur les pavés ; lui, ses pieds sont nus. Je me répète peut-être, mais je trouve le fait assez adorable. Personne ne remarque rien – les humains ne voient que ce qu’ils veulent voir. Pas un beau black pieds nus en plein Venise. C’est assez space comme ça pour qu’ils aient pas besoin de s’y intéresser.
Une gondole passe sur la lagune et j’ai un sourire amusé.

- Tu te souviens quand je t’ai traîné à ce bal masqué, il y a longtemps ? Je t’ai obligé à faire un tour en gondole avec moi après.

Je crois que j’étais encore blonde à cette époque. Avec un masque magnifique serti de plumes. Et cette robe… J’aimais tellement ces époques où nous pouvions danser toute la nuit, sans interruption.







Voir le profil de l'utilisateur



Nin
Messages : 150
Localisation : Sous Terre
Loisirs : M'ennuyer tout seul dans mon royaume
Humeur : Blasé
avatar
Nin Hursag

Personnage...
Pouvoir: Absolu quelle question
Dieu: Nin Hursag
Age: Aussi vieux que la Terre
Mar 17 Juin - 12:53
Elle plonge sa main dans son sac et en tire un billet qu'elle pose sur la table. Je souris en coin quand elle dit qu'elle m'invite, elle a aussi laissé un sacré pourboire au serveur. J'attrape sa main et me lève pour la suivre, la serrant doucement dans la mienne. Elle paraît si petite à coté de moi, si fine et fragile autant que je suis imposant. Malgré ses talons qui claquent sur le pavé elle me rend bien une vingtaine de centimètres.

- La lagune ? Pourquoi pas.

Une gondole passe devant nous et j'esquisse un sourire amusé. Venise a bien changé ces derniers siècles. Elle est devenue une ville musée, touristique. Elle était pourtant si belle au 18ème siècle, les rues étaient remplies d'un peuple joyeux qui aimait faire la fête. Les arts étaient aussi en plein essor. C'est si dommage qu'elle ait fini ainsi.

- Tu te souviens quand je t’ai traîné à ce bal masqué, il y a longtemps ? Je t’ai obligé à faire un tour en gondole avec moi après.

J'acquiesce avec un doux sourire amusé. Je m'en souviens très bien. Elle portait une robe bleu nuit avec des dentelles vert sombre et un masque noir. Nous avions dansé toute la nuit et emprunté une gondole pour regarder la lagune en plein nuit. Les humains savaient encore s'amuser à l'époque.

-Oui je m'en rappelle. Je t'avais donné des broches d'argent pour tes cheveux.

Un autre de mes cadeaux. Je lui en ai donné beaucoup au fil des siècles. Je n'aime pas porter de bijoux pourtant j'aime les fabriquer, c'est pour ça que je les lui donne. Elle les porte beaucoup mieux que moi.

-Je portais un costume de marquis si je me rappelle bien. Le palais des doges était tout illuminé c'était magnifique.

Enfin un costume sans bas ni chaussures... L'aspect était un peu étrange pour peu qu'on le remarque. Ces costumes étaient confortables mais tellement long à mettre ou enlever. Je préfère tout de même mes tuniques, c'est mille fois plus pratique.

Voir le profil de l'utilisateur



Merci Ina ♥️
Memory Box:
 

Inanna
Messages : 554
Localisation : Allongée entre les racines d'un arbre centenaire.
Loisirs : Semer des têtes et faire couler le sang. Détruire la moindre parcelle de bonté sur cette terre.
Humeur : Prête à faire chavirer ton cœur, mon cher et tendre... ♥
avatar
Inanna

Personnage...
Pouvoir: Infini.
Dieu: Inanna
Age: La Beauté est éternelle.
Jeu 26 Juin - 19:15
Nin Hursag & Inanna

Un sourire nostalgique se glisse sur mes lèvres, alors que mon regard dérive vers la lagune. Elle brille au soleil avec élégance, comme nous invitant à venir la rejoindre. J'ai toujours beaucoup aimé l'eau – et même s'il ne l'avouera pas, Nin aussi. Il semble parfois se souvenir de sa relation avec Enki, de leurs bons moments ensemble. J'avoue n'avoir jamais vraiment compris comment ils avaient fait pour cohabiter. Ni même pourquoi eux deux... Mais, après tout, Nin et moi ne sommes nous pas aussi antagonistes ? Et pourtant...
Cette pensée manque de m'arracher une moue boudeuse. Nous ne sommes pas ensemble, malgré tout ce qu'on pourra dire à notre sujet. Nous ne le sommes pas, et nous ne le serons jamais. De toute manière, qu'est-ce qu'une relation sérieuse pour un Dieu ? La promesse d'un ennui mortel – ou plutôt éternel – sans possibilité de s'investir. Nin le sait – et pourtant, je connais la nature de ses sentiments à mon égard. Et si je partage en partie son affection, il est clair que je ne les laisserai jamais prendre le dessus sur mes principes. L'Amour est une chose ; en être la représentante en est une autre. Je suis l'instigatrice de ces sentiments, mais je n'ai aucunement le droit d'y succomber.
Dommage pour moi, la Haine et l'Amour sont les choses que j'ai le plus expérimenté sur cette Terre délabrée.
J'ai un rire.

– Oui, je m'en souviens ! Tu étais beau là-dedans.

C'est vrai que quand on le voit porter autre chose que ses habituels vêtements en lin, on en vient à se demander si on se trouve bien devant la même personne. Mon sourire se fait plus doux. La musique, les lumières, tout autour de nous m'avait semblé irréel. J'aimerais encore pouvoir vivre de tels instants, comme ceux-là, comme ceux que nous vivons aujourd'hui ; mais en a-t-on réellement le droit ? Bientôt, nos obligations nous feront nous séparer à nouveau. Et pour combien de temps ? Plusieurs mois s'écouleront probablement encore entre aujourd'hui et notre prochaine rencontre, et même si, d'un point de vue divin, le temps passe tout de même sacrément plus vite, c'est aussi suffisamment casse-pied pour me donner des envies de meurtres dès la prochaine pleine lune.

– Je n'ai plus autant d'occasions de remettre ces broches, je soupire. C'est tellement dommage, j'en suis souvent déçue. Mais j'aime encore les galas qu'ils organisent. Et ces interminables conférences sur la paix dans le monde, bien qu'elles se rapprochent plus d'une immense tea party, ont au moins le mérite de me faire sortir correctement habillée.

Aussi étrange que ça paraisse, je suis pourtant un assez bon exemple de sobriété (Hrp : PARDON ?! *s'étrangle*) : si j'aime être parée de bijoux et vêtue des plus belles robes, je ne supporte pas d'être comparée à toutes ces pseudo divas recouvertes de maquillage. Dix comme elles n'égaleront jamais mon visage au naturel. Ce n'est pas pour rien que je ne me maquille que très peu, hé. Je n'aime pas cacher le naturel sous trop d'artifices. Même si j'avoue que quelques peintures de guerre sont tout à fait charmantes...
Pourquoi je parlais de ça, déjà ? Ah oui. Voilà où je voulais en venir : chic et sobre. Un joli bijou au cou ou dans les cheveux, et hop. Le souci, c'est mes cheveux courts maintenant... Quand j'en aurais assez, je les ferai repousser. Je décide ça avec un sourire enjoué alors que je tourne la tête vers mon ami.

– Tu as envie de faire un tour en gondole ? Pour me faire plaisir !

Dis oui, dis ouiiiii.
(Je réfute, je ne suis pas une gamine.)







Voir le profil de l'utilisateur



Nin
Messages : 150
Localisation : Sous Terre
Loisirs : M'ennuyer tout seul dans mon royaume
Humeur : Blasé
avatar
Nin Hursag

Personnage...
Pouvoir: Absolu quelle question
Dieu: Nin Hursag
Age: Aussi vieux que la Terre
Lun 30 Juin - 13:45
Mon regard se perd vers l'horizon, la mer. Mes pensées s'égarent un instant vers Enki. Il me manque parfois, notre relation n'était pas parfaite mais nous avons eu de bons moments. Je me souviens à peine de ce que ça fait d'être une femme. Même si ce changement n'a pas eu de répercussion sur mon mental la sensation physique m'avait beaucoup déstabilisé au début. Le centre de gravité est différent, les formes du corps aussi et même la posture. Ça ne me manque pas vraiment - après tout je peux encore en changer de temps en temps si j'en ai envie - mais de temps en temps les souvenirs me reviennent.

– Oui, je m'en souviens ! Tu étais beau là-dedans.

Je souris en coin, amusé. Inanna aime me voir dans des vêtements différents de mon éternelle tunique en lin blanc. Pourtant c'est ce qui me va le mieux je trouve. Je suis à l'aise avec ces vêtements et mon apparence m'importe peu après tout.

-Merci du compliment, je fais en souriant. Tu étais très belle aussi, comme toujours bien sûr.

Ce serait un comble de ne pas l'être pour une telle déesse. Quelles que soient les époques elle est toujours belle même si les critères changent. C'est dommage qu'on ne puisse pas se voir plus souvent, mais être Dieu demande aussi certaines responsabilités et obligations.

-Je ne suis jamais allé à ce genre de conférence en personne, ce doit être particulièrement ennuyeux.

Pour moi toutes ces discussions sont si vaines, pourquoi parler au lieu de faire ? Les humains sont parfois si compliqués, j'ai du mal à comprendre leur système.

– Tu as envie de faire un tour en gondole ? Pour me faire plaisir !
-Hm, pourquoi pas. Après tout nous avons du temps devant nous.

Je retiens un petit rire devant sa moue enfantine. Elle a parfois des comportements de petite fille. J'aime aussi ce côté d'elle, cet aspect gamin de son comportement. On a tord de la voir comme une gosse capricieuse, pour moi c'est plus de l'innocence. Le peu qu'il lui reste encore parfois.

-Me feras-tu l'honneur de m'accompagner dans ce cas ?

Je m'incline avec un sourire amusé en posant simplement mes lèvres sur sa main. Ça aussi c'est quelque chose qui me manque un peu dans cette époque. Les manières courtoises et la galanterie sont devenues désuètes c'est dommage.

Voir le profil de l'utilisateur



Merci Ina ♥️
Memory Box:
 

Inanna
Messages : 554
Localisation : Allongée entre les racines d'un arbre centenaire.
Loisirs : Semer des têtes et faire couler le sang. Détruire la moindre parcelle de bonté sur cette terre.
Humeur : Prête à faire chavirer ton cœur, mon cher et tendre... ♥
avatar
Inanna

Personnage...
Pouvoir: Infini.
Dieu: Inanna
Age: La Beauté est éternelle.
Sam 12 Juil - 17:54
Nin Hursag & Inanna

« Comme toujours, bien sûr. »
Ses mots me tirent un sourire mutin. Mes yeux pétillent de malice et d’amusement. Evidemment. La beauté est subjective, et la mienne l’est aussi. Y a-t-il un seul instant où je ne rayonne pas ? Bien sûr, pas comme mon abruti de frangin. Il ne faut pas tout confondre non plus – et me confondre avec ce raté est aussi vexant que de comparer mon visage à celui d’une truie. Désolée. Il a un charme certain – c’est un Dieu, celui de la Lumière, alors en même temps… Mais sincèrement, je ne veux rien avoir à faire avec ce cas désespéré et désespérant, merci de ne pas l’oublier. On ne choisit pas sa famille, que je sache… Tout comme on ne choisit pas de vivre à la tête d’un monde pourri avec des Dieux détestables comme partenaires et collègues.

- Ce n’est pas si ennuyeux que ça… Disons que ça permet de se faire des contacts. Et c’est très important en temps de crise…

Je repense à ces années de la guerre froide, où j’ai tout fait pour éviter une seconde catastrophe nucléaire. Je lui avais promis de ne plus les laisser recommencer… Et même si je ne peux éviter les tirs d’essais, je tente au moins d’éliminer les conflits trop importants. Trop dangereux.
Les menaces.
Changer de sujet. J’aperçois une gondole et un sourire immense naît sur mes lèvres alors que je lui propose de monter, les souvenirs s’accumulant dans ma tête. Avec galanterie, il s’incline en effectuant un baisemain qui m’arrache bien malgré moi un rougissement ravi. Vraiment, je crois qu’il ne se lassera jamais de faire ça… Il y a des jours comme ceux-ci où l’on a pas envie de penser au mal, où l’on a juste envie de profiter de ces moments particuliers. Si rares, éphémères. Et pourtant tellement précieux.

- Ce serait avec un immense plaisir.

Avec un sourire tendre, un peu amusé, j’effleure ses lèvres du bout des doigts et l’invite à se redresser, m’accrochant au bras qu’il me présente. Je le laisse nous entraîner jusqu’à une gondole en attente de clients, et m’aide de sa main pour entrer dans la petite barque. Je suis le regard du gondolier avec amusement lorsqu’il s’échoue sur mes jambes nues, que je croise élégamment. Nin s’installe à côté de moi et je retiens un rire lorsque la gondole tangue. Il n’a pas vraiment la carrure des beaux petits italiens blonds qu’on croise un peu partout, c’est sûr...
Ma joue se pose sur son bras et je souris, le laissant parler au gondolier.
Notre petit tour commence, et je me perds dans la contemplation de la ville.

- Je n’avais pas souvenir que c’était si beau… On devrait s’offrir quelques journées de libre plus souvent… Les humains n’ont pas réellement besoin de nous, après tout.







Voir le profil de l'utilisateur



Nin
Messages : 150
Localisation : Sous Terre
Loisirs : M'ennuyer tout seul dans mon royaume
Humeur : Blasé
avatar
Nin Hursag

Personnage...
Pouvoir: Absolu quelle question
Dieu: Nin Hursag
Age: Aussi vieux que la Terre
Jeu 17 Juil - 20:29
Un éclair de colère contenue et de douleur passe dans mon regard quand elle fait mention de crises. Je sais bien à quoi elle fait référence, les années les plus noires de ma très longue vie. Jamais je n'ai autant souffert que depuis que les humains ont inventé le nucléaire. D'abord les deux bombes au Japon qui m'ont considérablement affaibli puis les essais nucléaires souterrains jusqu'aux années 80-90 et maintenant leurs déchets radioactifs qu'ils enterrent dans mes flancs pour s'en débarrasser. Einstein était quelqu'un de bien, un grand homme et un scientifique reconnu mais il avait raison d'avoir peur de ses découvertes.
Nous montons dans une gondole et je souris en coin en la voyant sourire ainsi. J'aime tant son sourire sincèrement heureux, il est beau à en faire pâlir les étoiles de jalousie. Le gondolier semble retenir un rire alors que l'embarcation tangue un peu quand j'y monte. Eh oui, la Terre est dense petit homme. Je lui demande de nous emmener faire un tour sur la lagune dans un italien parfait et me tourne vers Inanna sans lui accorder plus d'attention.

-J'aimerais tant le penser parfois. Pourtant même sous cette forme je ne suis jamais réellement ici entièrement, tout comme toi.

A mesure que nous nous éloignons du quai je sens mon pouvoir s'affaiblir légèrement comme nous nous éloignons de la terre. C'est un travail assez colossal de veiller sur la dérive des continents il ne faut pas croire, les plaques ne bougent pas toutes seules. Ça demande une sacrée vigilance même, de surveiller tout ça. C'est un peu comme de donner une petite impulsion à une bille mais ensuite il faut la surveiller pour vérifier qu'elle va bien où on veut. Il faut construire un circuit défini et faire attention à ne pas en sortir.
Je glisse furtivement ma main dans ses cheveux, pensif. J'aimerais bien envoyer tout balader parfois. Ne plus penser à cet amour impossible dont elle ne veut pas et que je ne peux m'empêcher de ressentir. Mais nous sommes des Dieux, nous ne changeons pas, et moi encore moins. Mon regard se tourne vers l'horizon et je souris, la mer est si belle.

Voir le profil de l'utilisateur



Merci Ina ♥️
Memory Box:
 

Inanna
Messages : 554
Localisation : Allongée entre les racines d'un arbre centenaire.
Loisirs : Semer des têtes et faire couler le sang. Détruire la moindre parcelle de bonté sur cette terre.
Humeur : Prête à faire chavirer ton cœur, mon cher et tendre... ♥
avatar
Inanna

Personnage...
Pouvoir: Infini.
Dieu: Inanna
Age: La Beauté est éternelle.
Ven 15 Aoû - 12:55
Nin & Inanna

Un soupir m’échappe lorsque je vois son regard se voiler. Si Nin est une personne forte et stable, il n’en reste pas moins sensible. Peut-être même un peu trop, je dirais. C’est l’un de ses défauts, avec son trop grand laxisme. Il laisse tout passer, mais, en même temps, ne peut s’empêcher d’en souffrir. Peut-être apprendra-t-il un jour à ne pas se laisser abattre d’un coup de poing ? Qui sait. Mais nous les dieux possédons de trop nombreux défauts – si énormes que je ne doute pas d’où viennent ceux des hommes. Nous sommes un peu une représentation des péchés capitaux qu’aiment tant reprendre les hommes dans leur symbolique… Et, après tout, nous sommes sept. Alors, dites-moi ; qui est quoi ? Qui est la colère, qui est l’orgueil, qui est la gourmandise ? Ou, plutôt, d’entre nous, qui n’est pas tout cela à la fois ?
J’essaie d’effacer ces pensées en prenant place dans la gondole, et m’appuie sur lui, pensive. Jamais réellement ici, hein… C’est vrai, après tout. Ce corps, n’est-il pas qu’une chimère ? Nous n’existons réellement que dans nos royaumes… ou lorsque nous remplissons nos devoirs. La condition de Dieu est bien cruelle, au final, surtout pour le peu de reconnaissance que cela nous apporte. Au bout du compte...
Nous restons un moment dans notre gondole à observer l’eau, les reflets du soleil sur sa surface, à savourer le vent et le léger roulis de l’embarcation. Mes yeux se ferment, et je lève mon visage vers le ciel. Tout est si calme… Si paisible. Je me sens enfin à nouveau vivre de pouvoir partager ce petit instant avec lui, à l’abri du reste du monde.

- Ce n’est pas si grave, non ? je lâche avec un demi-sourire amusé, effleurant sa joue de mes doigts.

J’embrasse la lagune du regard.

- Partout où tu me laisseras croître, je serai là ; c’est peut-être pour ça que tu n’arrives pas à te débarrasser de moi !

Un rire cristallin s’échappe de mes lèvres. Après tout, je suis un peu comme un parasite. Je ne vis que par les autres… Tout comme Nanna ne peut exister sans Utu, je ne peux exister sans Nin. Et, quelque part, même si je l’ai acceptée depuis un moment, il fut un temps où je ne pouvais pas admettre cette idée. La dépendance à un autre me révulsait. Finalement, c’est un peu encombrant. Mais il n’y a pas que des mauvais côtés…
Après tout, ne s’est-il pas épris de moi de cette manière ? Parce que j’avais osé un jour me mettre à nu devant lui, démunie pendant un temps ? À présent, il suffit de voir le résultat. Comment pourrait-il se passer de moi ?







Voir le profil de l'utilisateur



Nin
Messages : 150
Localisation : Sous Terre
Loisirs : M'ennuyer tout seul dans mon royaume
Humeur : Blasé
avatar
Nin Hursag

Personnage...
Pouvoir: Absolu quelle question
Dieu: Nin Hursag
Age: Aussi vieux que la Terre
Mar 26 Aoû - 13:13
Je souris doucement en laissant mon regard s'égarer sur la lagune. Ces moments deviennent si rares et je ne les trouve que plus précieux, pourtant il faudra bientôt repartir chacun de son côté. Je préfère ne pas y penser pour le moment, juste rester à regarder la mer en sa compagnie me suffit. Je glisse une main sur sa taille doucement alors qu'elle appuie sa joue contre mon bras. Elle me semble toujours si petite, pas fragile pourtant au contraire.

- Ce n’est pas si grave, non ?

Je souris en coin alors que sa main s'égare sur ma joue. Non, ce n'est pas grave. L'important est toujours plus l'esprit, même quand le corps est ailleurs on existe encore, on pense et on ressent. A mes yeux c'est le plus important. En tant que Dieu je peux être à tous les endroits où ma présence est invoquée si je le désire. C'est parfois très étrange de se mettre à ressentir absolument tout ce qui se passe à la surface de la Terre. Quand je le fais je rentre dans un état second où je ne suis plus que douleur, silence et lucidité. Je ne sais pas vraiment à quoi ressemble mon corps dans ses moments là mais je me doute que ce ne doit pas être très beau à voir.
Pourtant j'aime faire cela, sentir les plantes pousser à la surface de ma peau, le vent déplacer les dunes et les pas des hommes qui font vibrer la poussière. Dans les mythes grecs les dieux ont une forme véritable qui correspond à leur apparence quand ils concentrent toute leur apparence en un même endroit. Nous pouvons d'ailleurs faire la même chose même si c'est quelque chose que j'évite. Quand je me trouve dans cette forme je suis très puissant pourtant c'est aussi là que je suis le plus vulnérable car il n'y a que là qu'on peut nous tuer.

-Tu sais bien que ta présence m'est aussi essentielle. Sans toi je ne serais qu'un désert sans vie ni attrait.

Le gondolier commence à revenir vers le bord et je souris doucement. Déjà la fin de l'après-midi, Utu embrase la mer de nuances rouges et orangées comme chaque soir. Vu le kitsch que représentent les couchers de soleil j'ai toujours pensé qu'il était un grand romantique. C'est bien dans son style d'ailleurs, avec son statut d'Apollon il a de quoi faire gonfler ses chevilles.

Voir le profil de l'utilisateur



Merci Ina ♥️
Memory Box:
 

Inanna
Messages : 554
Localisation : Allongée entre les racines d'un arbre centenaire.
Loisirs : Semer des têtes et faire couler le sang. Détruire la moindre parcelle de bonté sur cette terre.
Humeur : Prête à faire chavirer ton cœur, mon cher et tendre... ♥
avatar
Inanna

Personnage...
Pouvoir: Infini.
Dieu: Inanna
Age: La Beauté est éternelle.
Jeu 28 Aoû - 13:46
Nin Hursag & Inanna

Le silence répond à ses mots bien mieux que je ne l’aurais fait. Il ne me vient à l’esprit que quelques mots, mélange de cynisme et de moquerie. Après tout, il est de notoriété publique que Nin éprouve plus qu’une simple attirance à mon égard – et même si j’en suis flattée, voire même complètement amusée, je ne peux m’empêcher de ressentir une pointe d’agacement. Pourquoi se laisser aller à mes côtés en sachant pertinemment que je me joue de lui et le manipule ? S’il est mon ami, il n’en reste pas moins à mes yeux l’être le plus laxiste qu’il m’ait été donné de connaître. J’ai beau me comporter comme le prototype-même de la sale petite garce, il m’arrive parfois d’être excédée par son comportement d’adolescent transi. Si cette attitude ne m’a jamais dérangée chez les humains qu’il m’est arrivé de côtoyer, venant d’un dieu, cela a de quoi vous faire lâcher un soupir ou deux, de temps à autres.
Cependant, pour ne pas gâcher nos retrouvailles déjà si rares, je me contente de lui offrir mon plus beau sourire, comme à mon habitude. C’est vrai que c’est bon de savoir qu’il sera là pour m’épauler, même lorsque j’estimerai ne pas en avoir besoin. Et d’autant plus lorsque je viendrai lui demander un… petit service comme ça m’arrive parfois. Je ne suis pas sûre qu’il puisse me refuser quoi que ce soit.
Il est comme ça, Nin. Trop sensible. Et il s’occupe un peu trop des affaires des autres.
Utu commence à se coucher et nous observons en silence ses couleurs chatoyantes. Le gondolier ne tarde pas à nous ramener vers le bord, et Nin sort de la barque pour m’aider à sortir. Je m’agrippe doucement à sa main pour ne pas chuter et tangue légèrement en arrivant sur le sol ferme. Un sourire étire mes lèvres alors que je salue le gondolier.

- Merci pour la petite promenade, Nin. Mais je vais devoir te laisser, j’ai déjà trop tardé, je lâche en caressant sa joue, reportant mon attention sur mon ami.

Me hissant sur la pointe des pieds, je l’oblige un peu à se baisser pour effleurer ses lèvres des miennes. Un rire manque de m’échapper.

- Passe une bonne fin de journée.

Sur ce, je lui fais un léger signe et, de mon pas sautillant, je disparais dans les ruelles de la ville. À l’abri des regards, je disparais finalement.







Voir le profil de l'utilisateur



Nin
Messages : 150
Localisation : Sous Terre
Loisirs : M'ennuyer tout seul dans mon royaume
Humeur : Blasé
avatar
Nin Hursag

Personnage...
Pouvoir: Absolu quelle question
Dieu: Nin Hursag
Age: Aussi vieux que la Terre
Sam 13 Sep - 18:57
Elle ne répond, qu'y aurait-il à répondre d'ailleurs ? Vraiment je suis un tel imbécile. Je sais qu'elle profite de moi, qu'elle me manipule aussi, mais je me laisse faire. Les autres me l'ont toujours reproché, même elle je sais que ça l'agace. Pourtant... Je préfère être gentil et laxiste, je suis déjà bien assez moralisateur à mes heures. Je suis comme ça et je n'ai pas envie de changer. La seule chose que je voudrais vraiment parfois c'est d'être en paix. Comme celle que nous avons volé quelques heures, le temps d'une fin d'après-midi. J'apprécie ces moments où je n'ai pas besoin de penser à mes devoirs, à mes blessures. Mais le temps nous rattrape toujours.
La gondole accoste et je sors avant de lui tendre la main pour l'aider à sortir. Je souris en coin quand le gondolier soulève son chapeau pour nous saluer. Enfin, surtout elle, elle fait toujours cet effet là aux hommes. J'ai appris à ne pas me laisser gagner par une jalousie absurde et dépassée depuis le temps. J'ai bien compris que ça ne me conduirait nul part, de toute manière je sais que j'ai avec elle une relation qu'un humain ne pourra jamais m'enlever. Le seul que j'ai jamais envié pour ça est mort il y a longtemps déjà.

- Merci pour la petite promenade, Nin. Mais je vais devoir te laisser, j’ai déjà trop tardé

J'acquiesce et incline un peu mon dos quand elle me fait me baisser. Un sourire étire mes lèvres alors qu'elle les effleure des siennes. Inanna, vile tentatrice, tu t'amuses donc tant de jouer avec moi...

- Passe une bonne fin de journée. 
-Toi aussi Inanna. Et une bonne nuit également.

Je la regarde s'éloigner en souriant et la suit du regard jusqu'à ce que son énergie disparaisse de mes perceptions. Je disparais à mon tour avec un sourire au coin d'une rue. La nuit ne fait que commencer.

Voir le profil de l'utilisateur



Merci Ina ♥️
Memory Box:
 

Page 1 sur 1
 
Les Chroniques de Sumer :: Le Monde :: Europe :: Europe de l'Ouest
Poster un nouveau sujet Ce sujet est verrouillé, vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.