Poster un nouveau sujet Répondre au sujet
 :: La Congrégation :: Bibliothèque
Enquête sur la taille des lecteurs
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Fray
Messages : 225
Localisation : Bibliothèque
Loisirs : Réciter des cosmogonies
Humeur : Dérangée
avatar
Fray Almovitsh

Personnage...
Pouvoir: aucun
Dieu: Non renseigné
Age: 35 ans
Lun 17 Aoû - 22:23
C'est un de mes petits bonheurs égoïstes : sortir de la réserve, rester un moment sur le pas de la porte, et observer la vie discrète et grouillante de la bibliothèque, juste avant qu'on ne remarque ma présence. On n'a pas idée de toutes les petites choses qui s'y déroulent ! Comme disait Walter Savage Landor, « Rien n'est plus plaisant pour moi que d'explorer une bibliothèque. » Même si c'est une journée tranquille, somme toute assez ordinaire, il suffit de prendre le temps d'observer pour que tout devienne digne d'intérêt.

Une fenêtre ouverte laisse passer de larges rais de lumière, faisant apparaître la poussière en suspension dans l'air. Par cette même fenêtre, un bourdon vrombissant fait des allez-retours, indécis. Son bourdonnement insistant finit par réveiller un élève qui s'était endormi, le nez dans un ouvrage, à demi caché par les hautes piles de livres qui l'entourent. Une des piles s'écroule bruyamment quand il s'étire, et... oh! Un essai de Georges Dumézil, en voilà un qui fait du zèle pour ses cours sur les dieux indo-européens ! Je le garde à l'œil celui-là, si le sujet l'intéresse vraiment, je trouverai bien un moyen de le kidnapper pour en parler avec lui !

Je ne m'ennuie pas ici, il y a toujours de quoi faire, des gens de passage à effrayer ou émerveiller, de nouvelles connaissances pour nourrir sa tête, des objets à réparer, améliorer, étudier,  détruire... Mais j'aime bien changer de décor de temps à autres. J'irais peut-être proposer à Jake un coup de main pour coordonner les missions s'ils en ont besoin. Ou ramasser des myrtilles pour faire des muffins. Ou téléphoner à la librairie Oxenstierna, ma commande de Shakespeare and Company a dû arriver.

Alors que je regagne mon bureau en allongeant ma liste improvisée, je remarque une petite aux cheveux très clairs. Je l'ai déjà aperçue à plusieurs reprises à la Congrégation, à chaque fois je me demande la même chose : les étagères de la bibliothèque ne sont-elles pas trop hautes pour les gens de sa taille ? Maintenant que je la vois face aux rayons, le problème devient évident : les échelles pour accéder aux murs couverts d'archives ne sont d'aucune utilité pour cette partie-là du bâtiment. Je suis sûr qu'on pourrait obtenir du budget pour acquérir quelques marche-pieds et un nouvel escabeau !

Mais je ne peux pas me mettre à sa place, je n'ai jamais eu ce genre de problèmes avec ma taille. Est-ce qu'elle se débrouille quand même ? Est-ce que d'autres élèves l'aident ou est-ce qu'elle ruse pour atteindre les livres en hauteur ? Est-ce que c'est une gymnaste de haut niveau ? Ou un prêtre-roi inventeur de tabourets et d'échelles ?
Puisque cette fois-ci j'ai le temps de lui poser la question en personne, au lieu de réfléchir en rond et de créer des hypothèses improbables de façon exponentielle, autant en profiter !
Voir le profil de l'utilisateur

Lynn
Messages : 385
Localisation : Avec moi-même.
Loisirs : Saupoudrer ta tête de paillettes ♥
Humeur : Joie et paillettes ♥
avatar
Lynn Hiems

Personnage...
Pouvoir: Inventeur, avoue t'es jaloux ! #ÇaRime
Dieu: Enlil
Age: 20 ans et toutes ses dents ~
Mar 18 Aoû - 12:46

J’aime bien la bibliothèque.  Aussi bizarre que cela puisse paraître venant de moi. Mais si vous trouvez ça bizarre, c’est que vous ne me connaissez pas bien. On m’a souvent reproché d’être beaucoup trop curieuse. Moi j’veux savoir pleins de choses, il faut arrêter de penser que je ne suis qu’une gamine narcissique qui kiffe faire du toboggan.

Même si c’est vrai.

C’est cool le toboggan.

Et puis je suis géniale. Voilà.

Je ne sais pas vraiment ce que je cherche dans les rayons, là. Juste un truc intéressant, qui puisse combler ces heures de trou entre mes cours. Pff, c’est chiant les heures de trou, surtout à cette heure ! Les gens ils restent pas dans les couloirs quand ils ont pas cours, ils vont genre… au temple de leur dieu… ou ils vont à la salle d’entraînement… Y a personne qui traîne dans les couloirs, comment voulez-vous que j’les embête moi ! Du coup j’en suis rendue à faire une activité intellectuelle. Ça peut pas me faire de mal, dirons-nous.

Pendant que je parcours des yeux l’une des étagères en passant légèrement le bout des doigts sur les tranches des livres, je vois du coin de l’œil un mouvement sur ma droite. Je tourne la tête. Ah. C’est le bibliothécaire lui, nan ? Si c’est pas lui, alors il vit dans la bibliothèque. Ça c’est un peu triste, de vivre dans une bibliothèque par contre… c’est un peu trop calme, quand même !

Je me suis habituée aux gens bizarres. Mais généralement, ici, les gens ne sont pas étranges physiquement –je vous interdis de dire que je suis étrange physiquement ok-, ils sont juste bizarres dans leur tête. Lui… ok, les cheveux longs ça passe. Soit. MAIS. Les tatouages sur le visage, comme ça, c’est pour quoi ? Bon. Passons outre. Mais dans ma tête, un bibliothécaire déjà c’est une femme, avec un chignon hyper serré, des petites lunettes carrées et un air hypeeer sévère. Du coup là c’est un peu mon enfance qui s’effondre. Tristesse.

Pourquoi il vient dans ma direction ? J’ai fait quoi ? Ah parce que oui, dans ma tête quand un bibliothécaire vient te voir, c’est pour faire « CHUT, LA BIBLIOTHEQUE EST UN LIEU DE CALME. ». En te regardant par-dessus les petites lunettes carrées. Sauf que lui il a pas de petites lunettes carrées.

Bonjour ? Je peux vous aider ? fais-je finalement.

AHAH ! Hé ouais, renversement de situation ! Tu t’y attendais pas monsieur, heiin ? C’pas souvent que c’est le lecteur qui propose son aide au bibliothécaire. Huhu ! Je suis géniale ! Bon en vrai s’il me demande vraiment mon aide j’suis pas sûre de vraiment l’aider, maiiiis ! C’est pour le principe, dirons-nous !

Voir le profil de l'utilisateur



Fray
Messages : 225
Localisation : Bibliothèque
Loisirs : Réciter des cosmogonies
Humeur : Dérangée
avatar
Fray Almovitsh

Personnage...
Pouvoir: aucun
Dieu: Non renseigné
Age: 35 ans
Mar 18 Aoû - 22:43
Tiens. Elle m'a aperçu, pas d'effet de surprise. On me l'a déjà fait remarquer, même si je fais des efforts, je ne suis pas franchement un modèle de discrétion. Je peux être très silencieux par exemple ! Mais ça n'empêche pas mes cheveux ou les marques de mon visage d'attirer l'attention. Entre autres choses. Soit, pour le modèle de discrétion on repassera.
La demoiselle a l'air assez jeune, avec des yeux vairons. Elle me fixe un court instant. Elle me met au défi, j'ai l'impression. Je ne sais pas trop comment m'y prendre avec les espiègles de la sorte,  les fiers lurons, les fanfarons, les curieux rusés, les oiseaux moqueurs... Sur quel pied danser ? Comment les approcher sans faire voler quelques plumes ?
Et voilà que le poids légère plume s'adresse à moi, de lui-même, avec cet air de défi si particulier :

- Bonjour ? Je peux vous aider ?

Je soliloque, je procrastine, j'étends ma toile d'araignée mentale pour attraper au vol les imprévus... alors que tout est en fait très simple ! Comme bonjour. Comme son bonjour à elle. Une question, une réponse. C'en est presque bête. Allons !
Je lui offre un beau sourire, j'espère qu'il n'a pas l'air factice, il ne s'agirait pas de lui donner la mauvaise impression. Je me tiens à côté d'elle maintenant, et je prends soin de me pencher un peu vers elle : je ne suis pas exceptionnellement grand, mais je ne veux pas qu'elle attrape un torticolis. C'est très désagréable ces bêtes-là.

- Eh bien, je ne pense pas me tromper en affirmant que oui, mademoiselle, vous pourriez m'apporter votre aide. Et j'ajouterais même que je pourrais vous être de quelque utilité, si vous acceptiez de répondre à une ou deux questions.

Un peu trop obséquieux peut-être ? Qu'importe, il faut que je continue sur ma lancée si je veux vraiment lui exposer le problème, au lieu de m'en tenir aux formules préfabriquées de politesse en kit avec lesquelles j'aime bien jouer.

- Vous le savez peut-être déjà, je suis le bibliothécaire de ces lieux. Je désigne d'un geste de la main la vaste pièce. J'ajouterais bien une légère révérence pour la forme, et pour mon bon plaisir aussi. Mais la petite risque de me prendre pour plus fou que je ne le suis déjà, et j'ai besoin de son avis. Tant pis, ça sera une autre fois. Poursuivons.

- Il est de mon devoir de faciliter l'accès des documents ici présents aux membres de la Congrégation. Vous semblez faire partie des personnes en dessous de la moyenne nationale pour ce qui est de la taille, est-ce que cela vous pose problème pour accéder aux étagères en hauteur ?

J'aimerais lui poser plus de questions, mais mieux vaut éviter de la bombarder dès le début. C'est toujours délicat, quand on est un grand monsieur excentrique malgré soi, d'être sincèrement curieux et attentif sans effrayer les gens. Ce n'est pas mon but alors je m'efforce de marcher sur des œufs. Car, outre la problématique du jour, je suis bien curieux de savoir quel oiseau es-tu, petite demoiselle au regard effronté.
Voir le profil de l'utilisateur

Lynn
Messages : 385
Localisation : Avec moi-même.
Loisirs : Saupoudrer ta tête de paillettes ♥
Humeur : Joie et paillettes ♥
avatar
Lynn Hiems

Personnage...
Pouvoir: Inventeur, avoue t'es jaloux ! #ÇaRime
Dieu: Enlil
Age: 20 ans et toutes ses dents ~
Jeu 20 Aoû - 21:46

Il se penche un peu vers moi. Hé ça va, je sais bien que je suis petite mais bon, pas la peine de se comporter comme si j’étais une enfant.

— Eh bien, je ne pense pas me tromper en affirmant que oui, mademoiselle, vous pourriez m'apporter votre aide. Et j'ajouterais même que je pourrais vous être de quelque utilité, si vous acceptiez de répondre à une ou deux questions.

M’être utile ? Genre, en quoi ? Il accepterait d’être mon esclave ? Bah, j’pourrai lui demander d’aller me chercher des livres susceptibles de m’intéresser.

Je me tais, attends qu’il continue. Il se présente ensuite comme le bibliothécaire, tout ça tout ça. Bon. Je suppose que je me dois de me présenter aussi.

Lynn Hiems, prêtre-roi d’Enlil.

Ma voix s’éteint ensuite, tandis que mon cœur loupe un battement. Mince, je n’ai pas pensé à vérifier si c’était un humain normal ou pas… si ça se trouve je viens de le perturber un max. Je me concentre quelques secondes sur son aura. Oh, ça va, c’est un médium. Tant mieux, pas besoin de prendre des pincettes avec lui.

— Il est de mon devoir de faciliter l'accès des documents ici présents aux membres de la Congrégation. Vous semblez faire partie des personnes en dessous de la moyenne nationale pour ce qui est de la taille, est-ce que cela vous pose problème pour accéder aux étagères en hauteur ?









Ok. Alors. Mon chéri, ça commence trèèèès mal entre nous.

Est-ce qu’il se fout de ma gueule, là ?

Je lui adresse un regard outré.

Je me porte très bien avec ma taille, merci bien. Pour ce qui est des étagères en hauteur, je n’essaie pas de les atteindre. Je ne sais pas ce qu’il y a dessus, je n’ai donc pas de raisons d’aller chercher les bouquins qu’il y a dessus. Au pire avec mon pouvoir je peux toujours me créer un escabeau hein.

Ouais, rien à battre des autres petits gens qui n’ont pas le même pouvoir que moi. Rien à battre aussi des pauvres petits humains normaux qui vont faire une attaque cardiaque en voyant un escabeau sortir de mon chapeau magique. Là j’ai juste envie de lui dire un truc désagréable.

Je gonfle les joues et croise les bras. Oui je boude. Pff. Ils ont quoi les gens avec ma taille ? Beuh.

Voir le profil de l'utilisateur



Messages : 11
Localisation : Dans mon bocal.
Loisirs : Brouter et buller. Dans cet ordre.
Humeur : Meuuuuh
avatar
Vache-Crabe

Personnage...
Pouvoir: Brouter.
Dieu: Enki
Age: Meuuuuh heu heu ahem.
Dim 23 Aoû - 23:51
Cet endroit était fort divertissant. Bien qu'un peu sombre donc peu rassurant il y avait une atmosphère plaisante. C'était bien différent de l'aquarium ou de la prairie. mais tout aussi passionnant. C'est pourquoi la Vache-Crabe particulièrement heureuse de la découverte de cette nouvelle destination posa son popotin volumineux sur le sol. Elle regarda autour d'elle. Il ne manquait plus qu'un petit casse croute.

Il y avait ici un quantité fort divertissante de mets. Il y en avait plusieurs dans sa chambre près de l'aquarium mais pas avec la même odeur et pas autant. Elle approcha son museau d'une étagère puis lécha cette dernière de tout son long. Intéréssant. Il fallait goûter.

C'est ainsi que la Vache-Crabe pu découvrir le gout original des livres de la bibliothèque. Elle ne savait pas lire mais tout humain verra s'il arrive dans la fraction de seconde suivante que le Tartuffe, Cinquante Nuances de Grey et l'Harmonica pour les Nuls avait été allégrement entamé par le bovin.
Voir le profil de l'utilisateur

Fray
Messages : 225
Localisation : Bibliothèque
Loisirs : Réciter des cosmogonies
Humeur : Dérangée
avatar
Fray Almovitsh

Personnage...
Pouvoir: aucun
Dieu: Non renseigné
Age: 35 ans
Lun 24 Aoû - 11:17
Elle réagit vivement à ma question. Aïe. Je crois que je l'ai vexée. Elle a du répondant, la jeune Lynn Hiems. Elle doit aussi avoir bien du courage, si c'est effectivement un prêtre-roi d'Enlil. Je décide donc qu'elle est digne d'intérêt !
Et puis, bogue de châtaigne et baron de Münchhausen, elle prononce cette phrase qui me pique :

- Pour ce qui est des étagères en hauteur, je n'essaie pas de les atteindre. Je ne sais pas ce qu'il y a dessus, je n'ai donc pas de raisons d'aller chercher les bouquins qu'il y a dessus.

Elle finit par évoquer son pouvoir. Mais c'est trop tard, je suis resté coincé pour de bon sur la phrase précédente.
Ça, c'est triste. Dommage, malheureux, déprimant, moche. Entrer ici et ne voir qu'une partie de l'iceberg parce que le sommet n'est pas à hauteur des yeux. Peut-être qu'en montant sur les tables pour observer les étagères à l'aide d'une longue-vue... Non, il faut que j'essaie de rester un peu rationnel, on va s'arrêter là tout de suite.
Je ne devrais pas prendre les choses autant à cœur, mais que voulez vous, je suis obsessionnel ! J'ai décidé d'aller lui parler, de régler un problème, et si je ne vais pas au bout de mon idée, ça va m'empêcher de tourner en huit jusqu'à la fin de la journée !

- Tant mieux si tu n'as pas de problème avec ta taille, mais moi, ça me pose un problème que les lecteurs qui viennent ici ne puissent pas envisager d'un seul coup d'œil toute l'étendue des merveilles qui s'offrent à eux !

Mince, je m'emporte et j'en oublie le vouvoiement. Tant pis. Je m'apprête à décrire les dites merveilles que je sélectionne pour la bibliothèque puisqu'elle ne peut pas les voir, quand je remarque l'expression de son visage... Est-ce qu'elle est en train de bouder ? On dirait vraiment une enfant comme ça, avec les bras croisés et les joues gonflées. Mais je fais comment maintenant ? Je me sens presque responsable, je suis quand même censé être un adulte mature, disponible pour aider les élèves ! Je ne crois pas avoir lu de manuel indiquant « Comment arrêter quelqu'un qui fait du boudin »...
Et puis, en avant la machine, marche arrière toute dans l'historique des idées rejetées : j'ai peut-être un semblant de solution. Je la fixe droit dans les yeux et lui dis :

- Ne bouge pas, je reviens dans deux secondes et demi.

Je sais exactement ce qu'il me faut et je sais – à priori – où je l'ai rangé. En quelques grandes enjambées, j'atteins mon bureau, gros meuble en bois, dont les tiroirs boursouflés débordent un peu. Je retrousse mes manches, j'en ouvre un, et sors pèle-mêle la rallonge électrique verte, mon vieux masque à poussière, la lampe tempête de poche, quelques classeurs épais... et tout au fond, je repêche la relique, dorée et cuivrée. La longue-vue.
Je reviens vers la demoiselle, brandissant le trésor en l'air. Qui n'est pas enthousiasmé à l'idée d'utiliser une longue-vue ? Personne voyons ! Si elle ne se sent pas moins vexée avec une longue-vue, je devais devoir trouver--

Horreur. La vision qui s'offre à moi, dans un coin baigné d'ombre, de l'autre côté du rayon près duquel Lynn m'attend, interrompt net, coupure froide, le cours de mes pensées. Vision d'horreur. Non. Non. Double négation et triple négation même, je refuse de croire mes yeux. La vache-crabe. Ma bibliothèque. Manger mes livres. Hors de question.
Voir le profil de l'utilisateur

Lynn
Messages : 385
Localisation : Avec moi-même.
Loisirs : Saupoudrer ta tête de paillettes ♥
Humeur : Joie et paillettes ♥
avatar
Lynn Hiems

Personnage...
Pouvoir: Inventeur, avoue t'es jaloux ! #ÇaRime
Dieu: Enlil
Age: 20 ans et toutes ses dents ~
Mer 2 Sep - 9:37

— Tant mieux si tu n'as pas de problème avec ta taille, mais moi, ça me pose un problème que les lecteurs qui viennent ici ne puissent pas envisager d'un seul coup d'œil toute l'étendue des merveilles qui s'offrent à eux !

Je hausse un sourcil. Ouhlalaaaa, il a pas l’air bien le monsieur. Non mais… vraiment ! T’es dans une bibliothèque monsieur, qu’est-ce que tu comptes faire pour régler ce genre de problème, à part faire des étagères directement dans le sol ?

Je lui montre mon mécontentement en boudant. J’aime pas qu’on fasse des commentaires sur ma taille ! D’accooooord, c’est l’un de mes rares défauts, alors forcément vous en profitez pour frapper là où ça fait mal, mais bon quand même !

Il semble être alors pris d’une illumination. Il me regarde dans les yeux, avant de s’exclamer, très sûr de lui :

— Ne bouge pas, je reviens dans deux secondes et demi.

…pourquoi et demi ? Je me mets mentalement à compter les secondes tandis qu’il s’éloigne. Pfouah, il a largement dépassé les deux secondes, et demi ou pas !

Il revient, et je ne peux m’empêcher de faire remarquer, avec un sourire moqueur :

Vous avez mis très exactement vingt-six secondes trois quarts, m’sieur.

Alors, je remarque ce qu’il tient dans sa main, le truc qu’il brandissait fièrement. OH MON DIEU. Ô ENLIL DIS-MOI QUE C’EST PAS CE QUE JE PENSE.

Je fronce les sourcils. C’est pas une longue-vue, quand même ?! Il n’oserait pas me faire un tel affront ?!

Dites… est-ce que vous vous fichez de moi ? Vous n’allez quand même pas mettre une longue-vue en libre-service à la bibliothèque ?

…Hé, sérieusement, sa longue-vue, j’aurais pas envie de l’utiliser pour regarder des titres de bouquins hein. Naaaan, tu pourrais genre l’utiliser pour regarder les gens, genre ceux qui traînent dans la cour ! C’est cool !

Je remarque ensuite que le monsieur est pris d’une sorte de bug. Genre un bon gros bug, tu vois. Je tourne la tête pour voir ce qui le perturbe autant. Et… et… eh ?

ATTENDEZ, ON REMBOBINE.

Une… vache ?! Je bats des paupières, avant d’écarquiller les yeux. Apparemment, c’est une créanne. MAS POURQUOI Y A UNE CREANNE VACHE DANS LA BIBLIOTHEQUE ?!

…pourquoi il se passe que des trucs bizarres, à la Congrégation ?

Faites attention, elle est en train de baver sur l’intégrale de Molière. C’est dégueu’, un peu.

Vraiment trop bizarre.

Voir le profil de l'utilisateur



Fray
Messages : 225
Localisation : Bibliothèque
Loisirs : Réciter des cosmogonies
Humeur : Dérangée
avatar
Fray Almovitsh

Personnage...
Pouvoir: aucun
Dieu: Non renseigné
Age: 35 ans
Mer 9 Sep - 10:55


Ça se télescope et ça tangue dans la caboche-carlingue. Vingt-six secondes trois quarts. Est-ce une moquerie, une précision un tantinet tatillon, ou le temps exact nécessaire à un ruminant surnaturel pour dévorer le contenu d'une étagère avant que je ne le remarque ? Mais où avais-je la tête ? Ah oui, probablement partie en croisade pour les petits lecteurs et pour convaincre une prêtre-roi nommée Lynn du bien fondé de mon projet.
Dans ces moments, j'en ai franchement marre. D'être du type tellement obnubilé que j'en oublie que le monde continue de tourner pendant que j'ai le dos tourné !

Bref. Pas le temps de resté bouche bée devant l'atroce spectacle, il faut se ressaisir. Je sais bien que ce n'est pas un cauchemar un peu trop réaliste, mais dans le doute, je me passe la main sur le visage et je ferme les yeux à m'en faire mal aux paupières. Je les rouvre. Toujours là.

Pourquoi faut-il que ce soit une créanne en plus ? J'en avais déjà entendu parlé, de cette vache-crabe. J'ai dû l'apercevoir quelques fois en passant, mais je ne m'étais jamais trouvé directement en face de la chose. Bien évidemment, j'avais toujours fait en sorte de l'éviter, de ne pas être confronté à cette aura dérangeante. Je ne me sens franchement pas à l'aise avec ce genre de créature, même peu dangereuse. Forcément, mes précautions ne servent pas à grand chose si elle s'invite à la bibliothèque.
Bien qu'on m'ait déjà évoqué à plusieurs reprises le fameux bovin-crustacé, officieusement locataire de la Congrégation, jamais personne n'avait pensé bon de mentionner le fait que les livres faisaient partie intégrante de son régime alimentaire...

- Faites attentions, elle est en train de baver sur l'intégrale de Molière. C'est dégeu', un peu.

La voix de la jeune prêtre roi me sort de ma contemplation ahurie. Forcément, personne n'a esquissé le moindre geste pour arrêter la catastrophe ambulante. Je lui lance une sorte de regard suppliant. Elle n'avait pas l'air de vouloir coopérer à mon enquête sur la taille des lecteurs, alors je doute fort de sa volonté à participer au déménagement du mammifère. De toutes façons, je ne perds rien à demander.

- Est-ce que tu ne voudrais pas me donner un coup de main pour empêcher cette chose de ruiner le reste de la bibliothèque, à tout hasard ?

Quand bien même elle serait prête à aider, je reste le responsable de la bibliothèque, il va bien falloir que je joue mon rôle aujourd'hui.

Durant les nombreuses années passées dans la sécurité de la Congrégation, j'ai rarement dû me confronter aux créannes. Certes, celle-là n'est pas franchement dangereuse. À part pour les livres bien sûr. C'est bien la seule chose qui me motive à rester ici au lieu de rentrer chez moi boire du thé pour oublier cette journée déplorable, qui avait pourtant si bien commencé.

Je m'approche de la vache d'un pas incertain. Objectivement, ses yeux vides, son regard placide et sa bave dégoulinant jusqu'au sol, ont un côté assez incongru mais comique. Cependant, plus la distance qui me sépare d'elle diminue, plus j'oublie cette réalité rationnelle. À sa place, une nausée légère me vient, elle s'agrippe à moi, malgré mes efforts pour l'ignorer, et monte jusqu'à ma tête.

Je pourrais la toucher maintenant. Un frisson me prend. Oublions cette option. Ça continue de tanguer dans les idées. Se concentrer. Comment la faire partir ? L'effrayer ? Je réfléchis à voix haute malgré moi :

- Issue trop incertaine. Projet difficile à réaliser compte tenu de l'apathie de la créature.

La déplacer de force peut-être ?

- Impossible, bovin peu décidé à coopérer et poids trop important. Mais sa deuxième forme est bien plus légère...

Comment faire pour qu'elle se transforme ? Je n'en ai sincèrement aucune idée. Panne sèche. Et ça continue de se télescoper dans les idées, kaléidoscope d'incrédulité, d'auto-dérision, d'inquiétude, d'enthousiasme... Je me rappelle un instant la jeune fille, et lui jette un rapide coup d'œil. Enlil. Tabouret. Molière. Escabeau. Harmonica. Longue-vue.
La longue-vue. J'en avais presque oublié le lourd objet que je tiens toujours à la main. Peut-être assez lourd... C'est ridicule mais il faut bien tenter quelque chose.

Je lève la longue-vue, mon bras tendu en l'air. Elle attrape un instant quelques reflets de soleil sur son cuivre rouillé. Je retiens ma respiration, et l'abat de toute la force de mon maigre bras sur le large crâne de la vache.

J'expire enfin. Et je me retourne vers la dénommée Lynn pour confirmer ce qu'elle doit certainement être en train de penser :

- Je crois que c'était stupide...

Voir le profil de l'utilisateur

Lynn
Messages : 385
Localisation : Avec moi-même.
Loisirs : Saupoudrer ta tête de paillettes ♥
Humeur : Joie et paillettes ♥
avatar
Lynn Hiems

Personnage...
Pouvoir: Inventeur, avoue t'es jaloux ! #ÇaRime
Dieu: Enlil
Age: 20 ans et toutes ses dents ~
Dim 27 Sep - 20:00

Il semble grave perturbé par la vache. Bon. Je conçois que c’est UN PEU BEAUCOUP bizarre d’avoir une vache dans une bibliothèque. Certes. CERTES. Maiiiis, il devrait s’y être habitué, aux trucs bizarres ! Il a l’air vieux, il doit être à la Congrégation depuis longtemps ! Genre… le trou de météorite qu’il y a dans la cour là, le cratère ! Ren-papillon m’avait dit que c’était des dieux qui s’étaient tapés dessus qui avaient causé ça.

Le monsieur me regarde l’air de dire « BORDEL FAIT QUELQUE CHOSE S’IL TE PLAIT ET EN ECHANGE JE T’OFFRIRAI DES COOKIES » … OH OUAIS DES COOKIES.

— Est-ce que tu ne voudrais pas me donner un coup de main pour empêcher cette chose de ruiner le reste de la bibliothèque, à tout hasard ?

Bon. Il faut dire que ce serait un peu triste que la vache mange toute la bibliothèque. Je suis une littéraire dans l’âme moi, messieurs-dames ! J’aime lire ! Bon, je vous avoue que l’intégrale des pièces de Molière en version originale c’est pas ce que je préfère, mais bon. Quand tu peux caser des répliques venant de Molière, en français, dans une conversation, ça claque quand même.

J’adresse un sourire au monsieur :

Soit. Mais en échange j’veux que vous m’achetiez un paquet de cookies, d’accord ?

J’ai faim du coup moi…

Il se dirige ensuite vers l’ennemi herbivore. En fait, on dirait qu’il va tomber dans les pommes. Hé ooooh !

Hé monsieur, c’est pas la peine de rendre votre déjeuner, c’est qu’une vache hein. Vous avez jamais mangé de steak ?

…OH OUAIS UN STEAK… J’AI FAIIIIM… est-ce que ça se mange une créanne ? Grande question… Et genre, si t’as une créanne dont la première forme est une vache, et la deuxième un poisson, et que t’es allergique au poisson… et que genre tu la manges sous sa forme de vache, et que sa viande se transforme en poisson dans ton ventre, est-ce que tu peux faire une crise d’allergie à retardement ? Rigolez pas, c’est super important comme question !

Je fus alors sortie de mes pensées par la voix du bibliothécaire. J’pensais qu’il me parlait. Mais non.

Il parle TOUT SEUL. Les gens sont trop bizarres ici.

Ensuite, il semble prit d’un éclair de génie. Il lève sa longue-vue et… et… et ? MAIS… POURQUOI IL ESSAIE DE L’ASSOMER ? Il veut tester les effets de l’amnésie sur les vaches ou… ? Tandis qu’il se tourne vers moi, je hausse un sourcil perplexe.

— Je crois que c'était stupide...

Sans blague ?

Je le rejoins, et la vache m’adresse un regard larmoyant. Hé, me regarde pas comme ça, sinon j’te mange.

Bon. Faut qu’elle se casse. Comment faire ? Oh, on pourrait l’appâter ailleurs. Avec quoi on appâte une vache qui bouffe des livres ?



Avec un plus gros livre.

Dites monsieur, vous avez pas une encyclopédie ? Ou un dictionnaire ? Mais un bon gros dictionnaire, genre un qui contient aussi des noms propres, comme ça elle a encore plus de choses à manger.

… Oh non, ce serait grave triste de sacrifier un livre.

Je tends la main, et POUF, avec une petite pluie de paillettes –j’ai toujours eu l’âme d’un poète…- un grooos dictionnaire apparait dans ma main. Je manque de le faire tomber parce que j’avais pas calculé que ce serait aussi lourd, mais bon.

J’agite le bouquin sous le nez de la vache.

Heeeey, viens manger les jolis moooots ! Hmmmm miam miam miam, c’est boooon un dictionnaire !

Je me suis jamais sentie aussi stupide.

Voir le profil de l'utilisateur



Fray
Messages : 225
Localisation : Bibliothèque
Loisirs : Réciter des cosmogonies
Humeur : Dérangée
avatar
Fray Almovitsh

Personnage...
Pouvoir: aucun
Dieu: Non renseigné
Age: 35 ans
Mar 29 Sep - 22:14



- Je crois que c'était stupide.

La jeune fille me regarde d'un air dubitatif et lance un « Sans blague ? » lourd de sens. Bien qu'elle vienne de confirmer ma stupidité notoire, elle me rejoint quand même devant le bovidé pour contempler l'état de la bête après réalisation de ma fausse bonne idée. C'est costaud ces choses là. Elle essaie de nous amadouer avec son regard humide. Aucune chance que ça prenne sur moi. C'était peut-être idiot mais utile, du moins, pour moi : je me sens mieux maintenant que j'ai exprimé physiquement ma rancœur pour la créature, et la sensation de nausée est presque partie.

Cependant, l'échec cuisant de ma tentative n'a pas amélioré la situation et je suis à cour d'idée. Je crois que la longue vue était le seul objet à portée de main qui alliait à la fois poids lourd et maniabilité, je n'en ai pas d'autre... La voix de la prêtre-roi, qui se tient toujours à côté de moi, me tire de ma réflexion stérile :

- Dites monsieur, vous avez pas une encyclopédie ? Ou un dictionnaire ? Mais un bon dictionnaire, genre un qui contient aussi des noms propres, comme ça elle a encore plus de choses à manger.

À ces mots, mon sang de fait qu'un tour et je pars sur mes grands chevaux sans penser à reprendre ma respiration :

- Comment ? Bien sûr que nous avons toutes les encyclopédies et dictionnaires dont vous pourrez rêver ici ! De toutes sortes ! Certaines mêmes que vous ne pourriez jamais imaginer ! Mais hors de question d'amputer encore la bibliothèque d'un autre de ses enfants, je n'en sacrifierai pas un de plus pour nourrir cette espèce de tonneau à lait caillé aux cristaux de sel marin ! Que pensez vous que-

Je m'arrête de parler, fasciné par le spectacle qu'offre la demoiselle. Ça fait longtemps maintenant que je vois des choses étranges, des choses belles, des choses horribles, des choses hors du commun ou ordinaires. Et pourtant, je ne peux m'empêcher de me taire, de laisser le silence s'imposer à moi. De la paume de sa main tombe une pluie d'or, celle de Danaé, dont les grains délicats brillent dans la densité de l'air.

Je suis toujours fasciné. Fasciné comme on l'est par les petites merveilles de la nature et de l'existence qu'on oublierait presque tellement elles nous paraissent anodines. Même au bout d'une douzaine d'années passées à la Congrégation, je suis toujours l'admirateur silencieux des forces de ce monde qui m'échappe.

On pourrait dire de moi que je suis simplet de réagir ainsi. C'est faux ! M'émerveiller comme un enfant ne m'empêche pas de réfléchir ! Ne m'empêche pas de comprendre la conclusion à laquelle est parvenue Lynn !

- Brillant !

Je m'exclame malgré moi quand le lourd dictionnaire qu'elle a créé se soumet enfin à la gravité. Faites que ce soit un dictionnaire de principes urbanistiques français du dix-huitième siècle. Je les hait presque autant que cette maudite vache à qui ils vont servir de pâture.

Elle tend avec vigueur l'épais volume bourré de définitions à la vache en essayant de l'amadouer :

- Heeeey, viens manger les jolis moooots ! Hmmmm miam miam miam, c'est boooon un dictionnaire !

Peut-être est-ce que parce qu'elle évoque de façon explicite l'action de manger, toujours est-il qu'une phrase qu'elle a dû prononcer pendant que j'étais incapable de traiter toutes les informations en même temps, me revient à l'esprit. Zut, elle m'avait proposé son aide et je ne l'avais même pas remarqué ! Est-ce qu'elle aussi aurait faim pour parler de steaks et de cookies ? Un élan de générosité et d'espoir s'empare de moi et je m'écrie :

- Si tu réussis à faire partir cette satané chose avec ton idée, je t'achète non pas un, mais DIX paquets de cookies !!

Je la regarde et comme j'aime faire dans la surenchère, j'ajoute le plus sérieusement possible :

- À la nougatine.

Personne ne peut résister aux cookies à la nougatine. Moi non plus d'ailleurs. Et comme je suis prêt à m'offrir à moi-même des cookies à la nougatine, et que je désire ardemment voir le bovin quitter les liens, je me penche en avant, mains sur les genoux pliés pour me mettre à sa hauteur, et je commence moi aussi à vanter les mérites du dictionnaire au ruminant :

- Alleeeez, viiiens ! C'est pleins de fibres les dictionnaires, c'est bon pour ton transit intestinaaaal !

Si je ne savais pas déjà que le ridicule ne tuait pas, je pense que j'en aurais eu la preuve aujourd'hui. Encore faut-il que je sorte en un seul morceau de cette épreuve.

Voir le profil de l'utilisateur

Lynn
Messages : 385
Localisation : Avec moi-même.
Loisirs : Saupoudrer ta tête de paillettes ♥
Humeur : Joie et paillettes ♥
avatar
Lynn Hiems

Personnage...
Pouvoir: Inventeur, avoue t'es jaloux ! #ÇaRime
Dieu: Enlil
Age: 20 ans et toutes ses dents ~
Ven 2 Oct - 21:07

Il part dans un grand discours, genre tout seul. Que oui, y avait des dictionnaires et des encyclopédies et tout et tout. MAIS que monsieur voulait pas sacrifier un des précieux… quoi… enfants ? De la bibliothèque. Bon. Ok. On va trouver autre chose. Ah, il parle de sel aussi, j’crois. Ah bah voilà, lui aussi il a faim !

Ok ok, ça va, j’vais trouver autre chose.

Alors, mon cerveau il fait « tilt » ! MES POUVOIRS ! Mes pouvoirs trop cool que j’ai jamais l’occasion d’utiliser ! Bah voilà l’occasion parfaite !

Je fais donc apparaître un grooos dictionnaire dans mes mains. Je remarque du coin de l’œil que le monsieur à côté semble… ébahit. Ah ouais, vas-y, admire-moi ! Je sais, je suis géniale !

— Brillant !

Je redresse la tête fièrement. Hé ouais, ça pète la classe, hein ?! Je suis un génie !

J’agite ensuite le dictionnaire sous le nez du bovin, tentant de l’amadouer. Alleeeez, viens manger le bon steak de papieeeeer !

— Si tu réussis à faire partir cette satané chose avec ton idée, je t'achète non pas un, mais DIX paquets de cookies !!

Je tourne légèrement la tête vers le monsieur, des étoiles dans les yeux.

Ohhhh, c’est vrai ?!

PUTAIN LES GARS, DIX PAQUETS DE COOKIES ! Genre le truc que j’ai pas pu me payer depuis… depuis… depuis… un temps certain… jadis… il y a fort longtemps… autrefois… c’est bien triste.

— À la nougatine.

…OH MON DIEU. Okay, j’adore ce monsieur ! DES COOKIES A LA NOUGATINE ! A LA NOUGATIIIIINE !

Marché conclus.

Le monsieur se penche alors en avant, et tente à son tour d’amadouer la vache.

Je crois que nous avons l’air débile. Un peu. Nan en fait, énormément. Très débiles.

Mais bon. C’est pour les cookies à la nougatine. C’est pour la bonne cause.

Je recule de quelques pas, espérant que la créanne me suive.

Alleeeeez, viens manger ma petite ! S’il te plaiiiiit ! Je veux mes cookiiiiiies !

La vache plisse les yeux, semblant étudier attentivement le plat que je lui présentais. Elle hésite un temps. Puis se détourne, pour se retourner vers des œuvres de Victor Hugo.

Je me redresse, un peu déçue.

Je crois qu’elle préfère les grands titres de la littérature aux dictionnaires. Ou alors elle s’est rendue compte que c’était pas un vrai livre. C’est un peu malheureux.

Le dictionnaire dans ma main disparait. Mon imagination commence à faiblir un peu. Bon. Testons autre chose alors.

Je fais apparaître un autre livre, radicalement différent. Moins gros que le dictionnaire.

Je présente à nouveau l’ouvrage au bovin.

Alleeeeez, je suis sûûûûre que tu adores la poésie françaiiiise !

Voir le profil de l'utilisateur



Fray
Messages : 225
Localisation : Bibliothèque
Loisirs : Réciter des cosmogonies
Humeur : Dérangée
avatar
Fray Almovitsh

Personnage...
Pouvoir: aucun
Dieu: Non renseigné
Age: 35 ans
Sam 3 Oct - 10:51


Je pense aux pauvres observateurs extérieurs de cette scène. Nous devons atteindre le summum du ridicule. La jeune fille n'a pas l'air très maligne à essayer de donner un mouvement attrayant à un pavé imprimé en petits caractères, mais je ne dois pas donner l'impression d'être bien plus futé qu'elle quand je fais de grands signes au ruminant pour qu'il se rapproche de nous.
Cela dit, il ne doit plus y avoir beaucoup de monde à la bibliothèque, les relents de bouse de vache qui accompagnent la créature ont du les faire fuir. L'honneur est sauf. Enfin, presque. Il nous faudrait une victoire éclatante pour justifier notre tactique ridicule.

J'observe mon compagnon d'infortune tenter un mouvement de recul stratégique pour attirer la vache dehors. Celle-ci s'arrête. Alleeeez, fais un effort ! Il faut goûter avant de savoir si on aime ou pas ! Même une vache avec un QI de crustacé a entendu ce genre de lieu commun dans sa vie !

Non, elle s'est entichée du rayon en face d'elle et n'a pas l'air de s'intéresser à autre chose. Entre le coup sur la tête (je n'ai pas beaucoup de force, mais tout de même, elle pourrait être un peu sonnée, quoi !) et notre bruyante distraction, j'espérais qu'elle finisse par s'en détourner. Je fais part de mon désarroi à la jeune prêtre roi :

- Il va falloir trouver autre chose si on veut des cookies en récompense et- Hé ! Pas Victor Hugo !

En trois enjambées, j'atteins l'étagère avant la mâchoire de la créature et, avec une souplesse qui ne ferait pas honte à Matrix, je rafle les quelques Victor Hugo qui avaient le malheur de se trouver là. Les bras pleins de romans, je retourne à côté de Lynn, à une distance convenable de la créanne qui me fixe d'un air déçu. Nah. Je m'habitue à sa présence, à son aura, mais je ne la tolère toujours pas dans mon sanctuaire.
Lynn se redresse, visiblement insatisfaite du résultat et annonce :

- Je crois qu'elle préfère les grands titres de la littérature aux dictionnaires. Ou alors, elle s'est rendue compte que c'était pas un vrai livre. C'est un peu malheureux.

- En effet. Ça va devenir fort fâcheux si elle différencie les vrais livres des tiens, je lui réponds, un peu inquiet quant à la suite des évènements. J'ai de longs bras mais je ne pourrais pas protéger tous les livres de la sorte.

Elle fait apparaître un petit livre à la place du dictionnaire, qui s'est évanoui comme il est apparu, dans le creux de sa main.

- Alleeeeez, je suis sûûûûre que tu adores la poésie françaiiiise !

C'est vrai qu'entre Molière et Hugo, la vache semble avoir des goûts bien définis. Nan, elle s'est empiffrée de l'Harmonica pour les nuls et de Fifty Shades of Grey (qu'est-ce que ça faisait dans la bibliothèque ça d'ailleurs ?), elle n'a pas des goûts si raffinés que ça.
Ça me fait penser à un carton que j'avais trouvé dans la réserve, quand je faisais du tri. Celui avec les diapositives de Lady Diana. Il paraît que c'était une vieille suédoise qui nous l'avait donné il y a vingt ans. Je comptais utiliser le reste de son contenu pour allumer ma cheminée en hiver. Je crois que je viens de trouver une utilité à ce carton.
Je penche un peu ma tête pour m'adresser à la jeune fille :

- Essaie de la tenir occupée en faisant le moins de dégât possible, si les livres que tu créés ne marchent pas, je pense avoir une idée. Je fais une pause avant d'ajouter : Meilleure que la précédente.

Je décharge les romans sauvés de la catastrophe sur la table la plus proche et je me précipite en direction de la décharge. Même chemin que pour récupérer la longue-vue (où est-elle passé après le coup porté à la vache ? Mystère), sauf que je me glisse derrière mon bureau et ouvre la porte de la réserve pour m'engouffrer dedans. Je manque de tomber quand je cogne mon pied contre le-dit carton, posé en évidence, prêt à être jeté aux ordures. Je m'en empare et je me dépêche de faire le chemin en sens inverse, malgré le poids de la boîte. Je peine à refermer la porte, les bras pris par mon chargement. Mais hors de question que la vache puisse atteindre la réserve si l'envie l'en prend.

Après avoir de nouveau traversé la bibliothèque au pas de course, je lâche le gros carton aux pieds de Lynn, un peu essoufflé mais satisfait. Je lui demande :

- Alors, la situation a-t-elle évolué ?

Je l'écoute, accroupi près de la boîte, tout en enlevant rageusement quelques morceaux de scotchs. Puis, j'ouvre d'un geste qui se veut grandiose la boîte, révélant des dizaines de livres au format poche, couleur grenadine. Avec un petit sourire en coin, je regarde la jeune prêtre roi et lui propose :

- Il fallait que je me débarrasse de ces soixante-treize romans Harlequin. Est-ce que ça pourrait plaire à notre invité vorace ?

Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 11
Localisation : Dans mon bocal.
Loisirs : Brouter et buller. Dans cet ordre.
Humeur : Meuuuuh
avatar
Vache-Crabe

Personnage...
Pouvoir: Brouter.
Dieu: Enki
Age: Meuuuuh heu heu ahem.
Sam 3 Oct - 19:20
"Meuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuh meuh meuh meuh"

Traduction par bing :
Qu'est ce que tu me veux toooouuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuaaaaaaaaaaaaaaaaa ?

"Meuh meuh meuh meuh meuh ? Meuh meuh meuh meuh meuhmeuh meuh meuh meuh... MEUH MEUH ! Meuh meuh meuh meuh meuh? Meuh meuh meuh meuh meuh ? Meuh meuh meuh ? Meuh meuh meuh meuh meuh ! Meuh meuh meuh meuh meuh,meuh meuh meuh meuh !"

Traduction google de la vache vers le français :
Pourquoi tout le monde est méchant avec moi ? Sans déconner je fait rien de mal... JE MANGE ! Cela leur pose un problème ? Ou alors peut-être que j'ai oublié de partager avec eux ? Il en voulait aussi ? En même ils discutent jamais avec moi ! Si ils daignaient parler avec moi, j'aurai partager volontiers !

"Meuh meuh meuh meuh meuhmeuh meuh meuh meuh ! Meuh meuh meuh meuh meuh ? Meuh meuh meuh meuh meuh ! MEUH MEUH MEUH MEUH ! MEUH MEUH MEUH ! MEUH MEUH MEUH MEUH ! MEUH MEUH MEUH MEUH MEUH !"

Traduction reverso : Regardez moi ça cette blondasse qui m'agite cet objet sous le nez ! Elle me cherche ? Elle va me trouver si ça continue ! J'SUIS UN MALADE DANS MA TÊTE ! J'SUIS UN OUF ! DERNIERE VACHE DE MA CATEGORIE ! CHAMPIONNE DU MONDE CATEGORIE 10 TONNES !

"Meuh meuh ! (meuh meuh meuh meuhmeuh meuh meuh meuh) MEUH MEUH ! MEUH MEUH MEUH ! MEUH ! MEUH ! MEUH ! MEUH ! MEUH MEUH...MEUH...MEUH...MEUH............ MEUH MEUH MEUH MEUH MEUH ! MEUH MEUH ! MEUH ?! MEUH MEUH MEUH MEUH !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!! *ME-EEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEE-UUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUHHHHHHHHHHH*"

Traduction par words references :
Je m'élance ! (pas sur la piste de danse je suis une très mauvaise danseuse) OBJECTIF DROIT DEVANT ! DIRECTION NORD NORD EST A 1 HEURE ! CORNES ENCLENCHEES ! TÊTE PARREE ! CHOC DANS 3...2....1................... HEAD SHOT MA GUEULE DIGNE DU PLUS GRAND ALLISTAR DE CE ROYAUME ! TU FAIS MOINS LA MALINE ! QUOI QUOI ?! TU OSES REPLIQUER TU VAS SUBBIR MON COURROUX !!!!!!!!!!! *FU-UUUUUUUUUUUUUUUU-SIOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOON*"

"Pince pince pince (pince (pince pince)) ! Pince pince pince pince pince ... PINCE PINCE PINCE PINCE !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!! Pince pince pince pince pince pince pince pince pince pince pince pince pince pince pince pince pince !"

Traduit du crabe vers le français par WTF :
Je me glisse sous elle (vision d'horreur(m'obligez pas à raconter)) ! Je prépare mon impulsion et là...... MILLE ANS DE SOUFFRANCES !!!!!!!!!!!!!!!!!!!! C'est ainsi que ma pince se referma sur des fesses qui n'avaient effectuées de sport depuis plus de 6 mois à constater le rebondis et le claquement sourd dû à l'enfoncement des pinces dans la graisse !)
Voir le profil de l'utilisateur

Lynn
Messages : 385
Localisation : Avec moi-même.
Loisirs : Saupoudrer ta tête de paillettes ♥
Humeur : Joie et paillettes ♥
avatar
Lynn Hiems

Personnage...
Pouvoir: Inventeur, avoue t'es jaloux ! #ÇaRime
Dieu: Enlil
Age: 20 ans et toutes ses dents ~
Dim 4 Oct - 18:45

Je n’ai jamais vraiment aimé les produits de la mer. Le poisson, tout ça, c’est pas vraiment mon truc. Le crabe non plus.

Et encore moins maintenant. Quoique, rien que pour cette créanne je pourrais faire un effort pour la faire cuire correctement. Ne me remercie pas chère petite, c’est gratuit.

Cette connasse là. Comment dire ?

CA

FAIT

MAL

BORDEL

DE

MERDE.

Une grimace tordant horriblement mes lèvres, je décroche comme je peux la bestiole qui avait décidé de s’en prendre à moi. NON MAIS. ON A PAS IDÉE DE PINCER AINSI LES FESSES D’UNE ELEGANTE DEMOISELLE COMME MOI ! ET PUIS QUOI ENCORE !

Je ramène le crabe devant mes yeux, et de ma main libre remets correctement ma robe en place. Je fixe ses petits yeux furieux avec haine. Je toussote légèrement, et adresse un sourire un peu effrayant au crabe.

Tu préfères quoi comme sauce, ma chère ? Mayonnaise ou aïoli ?

Le crustacé toujours dans ma main, je me dirige d’un pas vif vers la sortie de la bibliothèque, puis j’en sors, ignorant les regards surpris des gens autour. Quoi ? Ça vous dérange que je me balade avec un crabe dans la main ?

J’aurais bien envie de lui enlever les pattes une par une… mais bon…

J’ouvre la porte des toilettes les plus proches, lâche le crabe qui tombe au fond de la cuvette. Plouf.

T’es un crabe, alors t’aimes bien l’eau non ?

Dans ma grande bonté que ne tirerai pas la chasse d’eau. Même si c’est pas l’envie qui m’en manque. Mais je ne voudrais pas que le directeur m’en veuille d’avoir noyé sa créanne, ce serait un peu triste de se faire virer pour ça. Quoique noyer un crabe, ça doit être un peu long…

Avec mes pouvoirs, je fais apparaître des coquilles d’huîtres, et autres coquilles de coquillages vides, pour tenir compagnie à la charmante créature. Ambiance plateau de fruits de mer, tu vois.

Je ressors de la cabine, et prends soin de fermer à clé derrière moi. Allez, débrouille-toi ma chère ♥. Peut-être que pour sortir elle reprendra sa forme de vache et défoncera la porte. Tant pis. Dans le pire des cas je paierai une nouvelle porte.

Je me lave les mains pour me débarrasser de l’odeur de poisson que dégageait le crabe, puis quitte les toilettes. Bon, la prochaine fille qui passera par là et qui déverrouillera la cabine se mettra probablement à hurler. Désolée hein, mais là c’était important. Vraiment. Bon. Mission n°1, se débarrasser de cette créanne, fait. Mission n°2 : sauver un minimum mon honneur auprès des témoins, à savoir le bibliothécaire. Faut que je montre que ça ne m’a pas affectée. Mais elle m’a fait mal, la connasse là.

Je rentre à nouveau vers la bibliothèque, et me plante devant le bibliothécaire en croisant les bras.

Voilà. Dites monsieur, j’crois que j’ai mérité mes cookies.

Voir le profil de l'utilisateur



Fray
Messages : 225
Localisation : Bibliothèque
Loisirs : Réciter des cosmogonies
Humeur : Dérangée
avatar
Fray Almovitsh

Personnage...
Pouvoir: aucun
Dieu: Non renseigné
Age: 35 ans
Jeu 8 Oct - 22:31

Je reviens avec le carton, sûr de mon idée, parce que si on a décidé de faire dans le ridicule aujourd'hui, tout est possible, n'écartons aucune idée !

Cela dit, je deviens de moins en moins sûr de sa réussite quand je remarque qu'à l'emplacement où j'avais laissé une prêtre roi et une créanne vache-crabe, il n'y a plus rien. Je pose mon lourd chargement au sol. Je tourne la tête à droite. À gauche. Je fais demi-tour sur moi-même. Rien non plus dans les environs.

Ça fait du bien de ne plus sentir la présence, beaucoup trop proche à mon goût, de la vache crabe. Et de ne plus la voir dévorer sans pitié mes livres. Mais je ne peux m'empêcher d'être inquiet. Il y a bien une raison derrière son départ, et je ne serais pas tranquille tant que je ne la connaîtrais pas et que je n'aurais pas l'assurance qu'il s'agit bien d'un départ définitif.

J'appuie mes mains sur mes hanches, perplexe. Si le départ de la vache était bien le but recherché, il n'était pas question que Lynn prenne la tangente avec le ruminant. Ça n'était pas prévu.  Même si l'aura qui me dérangeait a disparu, je n'arrive pas à me détendre.

À force de faire des tours et de jeter des coups d'œil dans toutes les directions possibles, je finis par me trouver face à l'entrée de la bibliothèque au moment où la jeune fille passe la porte. Je l'attends sans bouger, les sourcils levés et avec un air interrogateur qui se passe de mots. Elle se plante devant moi, sans tenir compte de mon interrogation silencieuse puisqu'elle se contente de déclarer :

- Voilà. Dites monsieur, j'crois que j'ai mérité mes cookies.

Je penche un peu ma tête sur le côté et comme un détail attire mon attention, tout mon buste bascule à gauche. Sa robe est plus froissée que tout à l'heure. Est-ce qu'elle a du engager un combat rapproché pour se débarrasser de la créanne ? Je me redresse, histoire d'être un peu plus crédible pour lui parler :

- Je n'en doute pas. Et avec les cookies, je t'offre même le chocolat chaud si tu m'expliques comment tu t'es débarrassé de l'affreux bovin !

Je pense avoir trouver la bonne technique pour la motiver, elle semble avoir le même rapport que moi à la nourriture ! Nourriture de qualité bien sûr. J'en prendrais bien un moi aussi, de chocolat chaud. Je penche pour la recette améliorée, celle avec quelques gouttes de remontant en plus. J'en ai bien besoin. C'est idiot, j'avais toujours considéré la bibliothèque comme un endroit tranquille pour moi, dans une routine rassurante où je pouvais tout contrôler. L'arrivée intempestive d'un élément perturbateur, créanne qui plus est, m'a un peu déstabilisé et fatigué. Voire beaucoup. Voire trop. J'ai définitivement besoin d'un petit remontant.

J'observe la jeune fille, attendant ses explications, une information sur cette créanne de malheur, un geste qui indiquerait qu'elle a décidé où elle voulait son goûter. Un peu remis de mes émotions, je me rends compte que je l'ai tutoyée tout du long. Est-ce que je devrais recommencer à la vouvoyer ? Est-ce que ça ne risque pas d'être un peu étrange ? Elle a l'air plus jeune que d'autres missionnaires, est-ce qu'elle a plus l'habitude du vouvoiement que du tutoiement ?

Je la tutoie sans y penser, je me suis ridiculisé avec elle, je lui offre un goûter... J'ai arrêté de la considérer comme une lectrice ou une élève de la Congrégation mais plutôt comme... je ne sais pas.

- Dis moi, je ne veux pas être impoli mais je me demandais... Quel âge as-tu au fait ?

Voir le profil de l'utilisateur

Lynn
Messages : 385
Localisation : Avec moi-même.
Loisirs : Saupoudrer ta tête de paillettes ♥
Humeur : Joie et paillettes ♥
avatar
Lynn Hiems

Personnage...
Pouvoir: Inventeur, avoue t'es jaloux ! #ÇaRime
Dieu: Enlil
Age: 20 ans et toutes ses dents ~
Dim 11 Oct - 17:47

— Je n'en doute pas. Et avec les cookies, je t'offre même le chocolat chaud si tu m'expliques comment tu t'es débarrassé de l'affreux bovin !

Alors moi, j’appelle ça du chantage. Est-ce que je me laisse avoir par le chantage ? Hm… CARREMENT ! Du chocolat chaud ? Roooooh ! Vous imaginez le petit filet de bave là ? Bah il est pas là parce que genre c’est pas classe du tout, mais bref !

Mais. Mais comment je lui explique ce qu’il s’est passé ? Hm… bon… je décide donc, dans un éclair de génie –as always-, de zapper la partie humiliante et de répondre, avec un grand sourire innocent plaqué sur le visage :

Disons que Miss Steak s’est transformée en Miss Poisson, et que bon, c’est triste un crabe qui n’est pas dans l’eau tu vois…

Je laisse passer un temps, un air grave sur le visage, laissant un peu planer le suspense.

Enfin bref, je l’ai foutue dans la cuvette des toilettes. Elle se démerdera bien pour sortir.

Je tourne les yeux vers la fenêtre, pensive, avant d’ajouter :

Hm… vous pensez que j’aurais dû tirer la chasse d’eau ? C’est la vache du dirlo alors bon, c’était peut-être pas une bonne idée de se débarrasser de son animal de compagnie…

Un silence s’installe alors, pendant lequel je me dis que j’ai vraiment faim, maintenant. Et puis franchement, des cookies ça me changera des pâtes… bon OK c’est pas vraiment comparable…

— Dis-moi, je ne veux pas être impoli mais je me demandais... Quel âge as-tu au fait ?

Je tourne les yeux vers lui. Je suppose que c’est normal de demander ce genre de chose ?  Je crois que je fais plus jeune que mon âge, c’est pas rare qu’on me donne quatorze ou quinze ans…

Dix-huit ans. Ok ok je les fais peut-être pas, mais c’est vrai. J’ai ma carte d’identité si vous voulez hein !

Parce que oui les gars ! Je suis majeure et tout ! Eh oui !

Bon, lui il a l’air vieux, j’lui pose pas la question. Enfin vieux. Non, en fait… La trentaine, mais j’sais pas, vu comment il parle et tout… si ça se trouve il a soixante ans, mais il fait comme Tsunade dans Naruto et il fait trente ans de moins ?

Bon ! On va les prendre ces chocolats chauds et ces cookies ? J’ai faim moi ! Et la viande de crabe c’est pas trop mon truc !

MANGEEEER.

Voir le profil de l'utilisateur



Fray
Messages : 225
Localisation : Bibliothèque
Loisirs : Réciter des cosmogonies
Humeur : Dérangée
avatar
Fray Almovitsh

Personnage...
Pouvoir: aucun
Dieu: Non renseigné
Age: 35 ans
Jeu 22 Oct - 15:34


Quand j'apprends que la vache est redevenue un crustacé, je me demande sincèrement comment elle a réussi à lui faire changer de forme (sachant que mon idée à moi était un échec complet). Je me demande aussi où est-ce qu'il y a assez d'eau dans les parages pour noyer la satané chose. La jeune fille ménage un temps de suspens avant de me révéler la vérité : la créanne est partie pour un bocal d'un autre genre que celui du bureau de Steek. Grand bien lui fasse !

Malgré ces explications, (prononcées avec un soupçon de théâtralité que j'apprécie beaucoup, cette petite a du talent !), ma curiosité l'emporte :

- Mais comment as-tu fait pour la faire se transformer en crabe ? Forme en effet beaucoup plus facile à contrôler que celle de vache et- Non !!

Sûrement parce que cela est tout à fait impensable pour moi, l'idée de n'avait même pas effleuré l'esprit. Ça veut dire qu'elle a... C'est affreux ! Effroi complet, il faut que je m'assure que c'est bien vrai !

- Tu l'as transportée toi même jusqu'aux toilettes ? Tu l'as donc touchée ?!

Léger frisson d'horreur. Il semblerait que je ne sois pas encore prêt pour accueillir une créanne chez moi, comme c'est le cas du directeur. Je suis même très loin d'envisager avec calme cette idée. Au moins, je supporte son aura, même si elle est très désagréable. C'est déjà un progrès.

Lorsque je lui pose la question de son âge, elle semble déterminée à affirmer ses 18 printemps et à justifier sa majorité officielle, en dépit de son apparence (et attitude, si je puis me permettre) juvénile. Ce n'était pas le sujet de mon interrogation mais je ne lui dis rien, ça a quelque chose d'amusant de la voir clamer haut et fort son appartenance au groupe des adultes.

Amusant, et en même temps un peu inquiétant. Ils sont tous tellement jeunes ici, est-ce parce qu'ils ne font pas long feu à la congrégation ou parce que les dieux ont une préférence pour les petits jeunes ? Qu'importe, j'ai parfois la sensation d'être un vieux fou, comparé à tous ces élèves.

Je ne lui dis rien, mais le réflexe de calcul dans mon esprit m'indique qu'elle pourrait être ma nièce... Oublions le vieux fou, j'ai l'impression d'être un oncle bizarre avec une ribambelle de neveux et de nièces !

La jeune prêtre-roi lance, décidée :

- Bon, on va les prendre ces chocolats chauds et ces cookies ? J'ai faim moi ! Et la viande de crabe c'est pas trop mon truc !

J'acquisse d'un hochement de tête et je la suis, enjambant le carton toujours posé au sol. Un obstacle de plus dans cette bibliothèque ! Je ne crains pas qu'on me le vole, au contraire, faites vous plaisir, pickpockets de tous bords ! Je marmonne pour moi-même :

- Il va falloir que je trouve un autre moyen de m'en débarrasser si je ne peux plus donner ces romans de gare en pâture à cette maudite vache...

Mais ça ne sera pas pour tout de suite. Il y a un chocolat chaud et quelques gouttes de liqueur de pirate qui m'attendent ! J'enclenche le système de fermeture automatique des portes de la bibliothèque avant de quitter les lieux, histoire que les lecteurs puissent sortir mais que personne ne rentre en mon absence. Je n'ai toujours pas réglé le problème de la taille des lecteurs et j'aimerais finir mon enquête sans être de nouveau interrompu par je ne sais quel poulpe-poule ou quoi d'autre encore !

Voir le profil de l'utilisateur

Lynn
Messages : 385
Localisation : Avec moi-même.
Loisirs : Saupoudrer ta tête de paillettes ♥
Humeur : Joie et paillettes ♥
avatar
Lynn Hiems

Personnage...
Pouvoir: Inventeur, avoue t'es jaloux ! #ÇaRime
Dieu: Enlil
Age: 20 ans et toutes ses dents ~
Mer 4 Nov - 19:18

Noooon il n'est jamais allé à la plage ?!




— Mais comment as-tu fait pour la faire se transformer en crabe ? Forme en effet beaucoup plus facile à contrôler que celle de vache et- Non !!

Je hausse un sourcil. Mince alors, j’pensais qu’il avait rien vu de toute cette scène humiliante ! Il semble complètement… choqué et scandalisé. Hey ça va, pas la peine d’en faire autaaaant…

Hey vous savez monsieur, c’était pas si grave que ça…

— Tu l'as transportée toi même jusqu'aux toilettes ? Tu l'as donc touchée ?!

Je hausse encore plus haut les sourcils.

Bah… ouais ?

La conversation dévie ensuite sur mon âge. Puis j’insiste sur le fait que vraiment j’avais envie d’aller les manger, ces cookies. Chose promise chose due monsieur hein !

A ma grande joie il acquiesce et on se dirige d’un pas décidé vers la sortie. On sort de la bibliothèque, puis on se dirige vers la cafet’.

On rentre et je me dirige d’un bon pas vers les distributeurs, fouille dans mon sac et… wait ! Le monsieur, il m’a dit qu’il me les payait les cookies si je me débarrassais de la vache ? C’est chose faite non ?

Je me retourne donc vers lui, un sourire angélique plaqué sur le visage.

Monsieuuuuuuuuuuuuuuuuur ? C’est bien vous qui payez les cookies hein ? Si vous voulez je paie les boissons !

A tous les coups les boissons seront moins chères que les cookies. Eh oui, je sais être stratégique mes amis !

Bref, s’ensuit toute la partie « paiement des boissons et des gâteaux » et tout et tout, puis on s’installe autour d’une table.

Je pose mes coudes sur la table, croise les doigts, pose mon menton dessus, et le fixe. OUI je cherche à le mettre mal à l’aise. C’est drôle !

Bon, monsieur, dites-moi tout. J’peux savoir c’est quoi votre problème avec la créanne là ? C’est un crabe hein, c’est pas pire qu’un vrai ! Ne me dites pas que vous êtes jamais parti à la chasse au crabe quand vous étiez gosse, à la plage ?

…non, ne me dites pas qu’il est jamais allé à la plage ? Ce serait grave triste ça ! Il serait resté touuuuuuute sa vie dans une bibliothèque ?! Alors j’aime grave les bibliothèques hein, mais là… ce serait triste, quand même.



Voir le profil de l'utilisateur



Fray
Messages : 225
Localisation : Bibliothèque
Loisirs : Réciter des cosmogonies
Humeur : Dérangée
avatar
Fray Almovitsh

Personnage...
Pouvoir: aucun
Dieu: Non renseigné
Age: 35 ans
Lun 9 Nov - 23:24

Je crois que je dépasse un peu le sommet du distributeur. De son côté, la jeune prêtre-roi arrive juste à hauteur des touches de commande. Je l'observe tandis qu'elle choisit les boissons chaudes et les parfums des cookies. Sa taille ne la discrimine pas dans ce genre de situation, finalement. Est-ce que la bibliothèque est discriminante ? Je crois bien qu'elle n'en a strictement rien à faire de ce genre d'interrogation. Ni de l'organisation des lieux. Je commence même à croire que si je rajoutais des escabeaux, elles les dédaignerait !

Je souris intérieurement. Très bien ! Je laisse tomber mes questions sur la taille des personnes et la hauteur des meubles. De toutes façons, plus je l'observe, plus je me dis qu'elle n'a pas besoin d'escabeau. Elle est jeune mais elle a déjà du caractère et de la suite dans les idées. Je ferais mieux de consacrer mon énergie à améliorer d'autres aspects de la bibliothèque !

Elle se tourne vers moi et me propose tout sourire de payer les boissons puisque j'offre les biscuits. Elle semble si enjouée et déterminée que je la laisse faire alors que je pensais tout payer de ma poche ! Je la suis jusqu'à une table, où je décharge le contenu de notre pause gourmande improvisée avant de m’asseoir en face d'elle.

Confortablement installée mais toujours avec ce regard déterminée, elle me fixe. Sans me lâcher du regard un instant. Mince, j'ai presque peur de tremper mes lèvres dans mon café (à la noisette, pour me requinquer), si c'est trop chaud et que je grimace en me brûlant, elle n'en perdra pas une miette et adieu ma crédibilité ! Enfin, ce qu'il en reste après le triste épisode de la vache-crabe...
Je me sers dans le sachet de cookies et avant d'enfourner le biscuit (goût nougatine, of course) je lui demande :

- Tu ne te sers pas ? Tu n'as plus faim ?

Je me rends vite compte que ce n'est pas dans son estomac qu'il faut chercher la raison de son sérieux mais dans ses réflexions. Car après avoir fait durer un peu le suspens, elle se lance et me demande :

Bon, monsieur, dites-moi tout. J'peux savoir c'est quoi votre problème avec la créanne là ? C'est un crabe hein, c'est pas pire qu'un vrai ! Ne me dites pas que vous êtes jamais parti à la chasse au crabe quand vous étiez gosse, à la plage ?

J'avoue que je suis un peu embarrassé. Comment peut-on expliquer une sainte horreur des créannes qui s'applique en pratique mais pas en théorie ? Puis, la suite de sa question me fait rire doucement. C'est donc ça, ce qui l'inquiète le plus ! Elle a un sens des priorités bien personnel, ça me plaît !

J'avale une gorgée de café avant de lui répondre (je ne me suis pas brûlé, l'honneur est sauf).

- D'abord, tu peux m'appeler Fray, à moins que tu ne préfères monsieur. Ou monsieur Fray. Je crois que je préfère monsieur Fray à monsieur Almovitsh si tu tiens au « monsieur ». Enfin bref. Navré de te décevoir, je n'ai pas eu l'occasion de chasser le crabe à la plage étant plus jeune. L'eau était un peu trop fraîche pour pouvoir se baigner de par chez moi, et je préférais les parcs naturels à la mer.

Maintenant que j'y pense, je me souviens avoir recopié des croquis de crustacés tirés d'un imagier de la nature, plusieurs centaines de fois. Sur les murs des toilettes du collège. Je ne sais plus quelle lubie m'avait poussé à occuper mes récréations de la sorte. Les différentes bizarreries qui ponctuaient mon quotidien à cette époque se mélangent un peu dans ma mémoire, je n'avais pas franchement les idées claires à ce moment.
Je reprends la parole pour ajouter :

- Je n'ai pas pour autant de problème avec les crabes. Pour autant, tu as l'air de t'y connaître bien plus que moi avec ces animaux-là ! Tu as donc de l'expérience en chasse aux crabes ?

Mais puisqu'elle en parle, ça pourrait être une idée, la chasse aux crabes. La prochaine fois que je prends des vacances, j'en parle à mes vieux compères, peut-être que l'idée leur plaira ? Oui, ça pourrait être une bonne idée d'aller me balader ailleurs. Et puis, si c'est pour garnir soi-même le plateau de fruits de mer du soir, ça ne peut être qu'une bonne chose !

Je me rends compte que je n'ai pas complètement répondu à sa question, alors je m’affaisse contre le dossier de ma chaise et je grommelle :

- Par contre, j'ai en effet un problème relationnel avec les créannes, qu'il s'agisse crabes ou pas...

Voir le profil de l'utilisateur

Lynn
Messages : 385
Localisation : Avec moi-même.
Loisirs : Saupoudrer ta tête de paillettes ♥
Humeur : Joie et paillettes ♥
avatar
Lynn Hiems

Personnage...
Pouvoir: Inventeur, avoue t'es jaloux ! #ÇaRime
Dieu: Enlil
Age: 20 ans et toutes ses dents ~
Mer 18 Nov - 20:43

Pauvre monsieur Fray...




— D'abord, tu peux m'appeler Fray, à moins que tu ne préfères monsieur. Ou monsieur Fray. Je crois que je préfère monsieur Fray à monsieur Almovitsh si tu tiens au « monsieur ».

Ouais nan mais Almovitsh c’trop dur à dire. Donc monsieur Fray, c’est bien. C’est plus drôle de rajouter un « monsieur », parce que du coup ça le fait paraître vraiment plus vieux, huhu ! Je hoche doucement la tête.

— Navré de te décevoir, je n'ai pas eu l'occasion de chasser le crabe à la plage étant plus jeune. L'eau était un peu trop fraîche pour pouvoir se baigner de par chez moi, et je préférais les parcs naturels à la mer.

Alors là, j’y crois pas. Chez moi aussi l’eau était froide ! Justement, c’était plus drôle ! Genre c’était le défi de ouf tu vois, « alleeeeeeeeeez t’es même pas capable d’aller dans l’eau ! ».

Les parcs naturels… ?

Ça semble un peu triste dit comme ça… des parcs naturels… genre comme des réserves naturelles ?

Hé, y avait des ours dans vos parcs naturels ? je reprends avec un air ébahi.

Ou des loups ! Ce serait trop cool ! Si ça se trouve le monsieur c’est un éleveur de loups. Oh ouaiis ! Peut-être qu’il en garde dans la forêt autour de la Congrégation ? Ou des créannes loups ! Ohhh !

— Je n'ai pas pour autant de problème avec les crabes. Pour autant, tu as l'air de t'y connaître bien plus que moi avec ces animaux-là ! Tu as donc de l'expérience en chasse aux crabes ?

On peut dire ça ouais ! Enfin… genre… c’est cool quoi ! Fouiller dans les rochers avec pour défi d’en trouver un ! Et de le mettre dans le sac de ton pote sans qu’il te voie aussi.

C’était hyper drôle ça d’ailleurs.

Je tends la main, et prends un cookie. J’vais pas le laisser tout manger quand même ! Les gâteaux c’est la vie. Je croque dedans avec enthousiasme, écoutant le monsieur tandis qu’il reprend la parole :

— Par contre, j'ai en effet un problème relationnel avec les créannes, qu'il s'agisse crabes ou pas...

… ooookay. Roh. Faut que je joue au psy’, c’est ça ? Je pousse un soupir et croise les bras.

Alors, ceci est probablement dû à des conflits lointains avec votre mère…

Silence, pendant lequel un sourire amusé fleurit sur mes lèvres.

Nan j’déconne. Vous avez été mordu par une créanne, c’est ça ? Honnêtement, j’peux pas vous mentir, moi non plus je suis pas hyper à l’aise avec les créannes. Enfin étais.

La première fois que j’ai croisé une créanne, c’était quand déjà ? Ah ouais, c’était avec madame la riche là. Bah son aura m’avait vraiment mise mal à l’aise, je ne savais pas trop pourquoi. Enfin, entre temps je crois que j’ai eu ma petite idée sur la question, j’ai beaucoup réfléchi vous savez ! Oui vos gueules, je sais réfléchir !

Je n’en suis pas sûre, mais je crois que j’ai été possédée par une créanne quand j’étais enfant. Ça expliquerait bien des choses…

Par contre ça ne me posait pas plus problème que ça d’être en présence de créannes, après. Certes, quand j’avais quatre ans ça avait eu beaucoup de conséquences sur la suite –quoique si ça se trouve Enlil m’aurait quand même balancé des fers à repasser, que je sois déjà médium ou pas-… peut-être qu’il avait vécu vraiment une expérience traumatisante. Putain imagine tu te fais posséder par une créanne ver de terre, et genre la créanne elle oublie qu’elle est dans ta tête parce qu’elle est un peu conne, et du coup tu te retrouves à ramper par terre comme un ver de terre sans contrôler ton corps ?! Ah ouais c’est grave traumatisant ça… pauvre monsieur Fray…



Voir le profil de l'utilisateur



Fray
Messages : 225
Localisation : Bibliothèque
Loisirs : Réciter des cosmogonies
Humeur : Dérangée
avatar
Fray Almovitsh

Personnage...
Pouvoir: aucun
Dieu: Non renseigné
Age: 35 ans
Dim 13 Déc - 20:52

C'est plutôt amusant de comparer nos souvenirs de vacances. Malgré la différence d'âge, j'ai l'impression que l'exploration des plages reste encore appréciée par les enfants... Tant mieux, ça ouvre l'esprit et ça nettoie les poumons !
Cependant, quand je mentionne les parcs naturels, la demoiselle a l'air sceptique. Très sceptique. Je penche la tête sur le côté. Est-ce que cette notion lui serait étrangère ? Son expression change et s'éclaire quand elle me pose la question de l'existence des ours, avec un regard d'enfant fasciné. Je ne peux pas la décevoir. De toutes façons, il est impossible de décevoir n'importe qui quand il s'agit des parcs naturels d'Estonie !

Je souris d'un seul coin et j'énumère avec plaisir les habitants de mon parc préféré, ponctuant chaque nom d'un léger balancement de la tête qui rythme ma liste :

- Bien sûr, des ours bruns. Mais il y avait aussi des lynx, des sangliers, des élans, des renards, des aigles... Ainsi que la mystérieuse Chouette de l'Oural et l'inimitable Lagopède des Saules !
J'ai toujours eu un faible pour ces oiseaux-là, je l'avoue.
- Alors, ça vaut bien des crustacés, non ? Dis-je avec un clin d’œil avant de lui demander des détails sur ses chasses aux crabes. Sa description enthousiaste fait écho à mes souvenirs d'enfance, et accentue mon envie de partir au bord de mer un de ces jours. Enfin, sans la partie farces et attrapes, pour ma part, j'ai passé l'âge !

Elle a une façon amusante d'attraper ses cookies, comme s'ils allaient disparaître comme par magie dans les minutes à venir. Je bois mon chocolat chaud à grandes gorgées. Prendre une pause avant de rouvrir la bibliothèque pour les dernières heures de la journée était définitivement une bonne idée. Je repense à la vache-crabe...

- Par contre, j'ai en effet un problème un problème relationnel avec les créannes, qu'il s'agisse de crabes ou pas...

Voilà, si mon attitude n'était pas déjà suffisamment explicite tout à l'heure, c'est dit ! Enfin, plus grommelé que dit. J'avoue avoir parlé sans vraiment réfléchir, tellement l'information me paraissait évidente. Aussi, je suis surpris quand la jeune fille dit en soupirant :

- Alors, ceci est probablement dû à des conflits lointains avec votre mère...

Elle m'a pris au sérieux ? Elle n'est pas sérieuse du tout et se moque de moi ? Elle veut devenir psychiatre ? Est-ce que je ressemble à Œdipe ? Pense-t-elle sérieusement que-

- Nan j'déconne, ajoute-t-elle avec un sourire amusé. Vous avez été mordu par une créanne, c'est ça ? Honnêtement, j'peux pas vous mentir, moi non plus je suis pas hyper à l'aise avec les créannes. Enfin étais.

Son don pour passer d'un humour gamin à celui d'une pince-sans-rire, avant de redevenir sérieux, fait tourner mon cerveau à douze puissance six à l'heure. C'est mauvais pour la circulation sanguine des pieds-de-la-lettre comme moi ! C'est mauvais parce qu'une fois que je suis lancé, ça ne s'arrête plus !
Pour rebondir sur ses propos, je prends un air faussement chagriné en désignant mon front de l'index :

- Eh oui, j'ai été mordu par une créanne qui m'a laissé de vilaines traces de dents, et j'ai développé une allergie, dommage, n'est-ce pas ?

Je m'étonne moi-même de n'avoir jamais réussi à la placer celle-là... Je crois que de la longue liste des fausses explications pour mes marques au front, celle-ci fait partie de mes préférées ! J'oublie un instant mon humour onusien quand je la vois se concentrer sur une nouvelle idée.

- Je n'en suis pas sûre, mais je crois que j'ai été possédée par une créanne quand j'étais enfant. Ça expliquerait bien des choses...

Quel genre de choses ? Je ne sais pas. Je ne suis pas sûr que j'ai envie de savoir. Même si elle a été possédée par une créanne, je ne me sens pas la légitimité de lui poser des questions à ce sujet. Quand j'ai moi-même mentionné mon expérience désastreuse avec ces créatures infernales, elle m'a répondu avec humour. Je n'ai pas son humour ou son enthousiasme, mais j'ai une machine à idées plus ou moins vaseuses qui tourne sept jours sur sept dans le cerveau !

- C'est une expérience que partage pas mal de monde à la Congrégation... Il faudrait peut-être penser à créer des plaquettes explicatives ! À l'infirmerie, on trouve toujours les brochures du type « Gérer son stress à l’approche des examens » ou « Au secours ! Mes parents divorcent ! », mais il y a un vrai manque pour ce qui est des situations surnaturelles !

Je souris, quand je lui propose :

- « J'ai été possédé par une créanne et je le vis bien », c'est un bon titre ?

Voir le profil de l'utilisateur

Lynn
Messages : 385
Localisation : Avec moi-même.
Loisirs : Saupoudrer ta tête de paillettes ♥
Humeur : Joie et paillettes ♥
avatar
Lynn Hiems

Personnage...
Pouvoir: Inventeur, avoue t'es jaloux ! #ÇaRime
Dieu: Enlil
Age: 20 ans et toutes ses dents ~
Dim 17 Jan - 16:40


Il me cite, genre trop motivé tu vois, les animaux qu’il y avait dans son parc.

Un lago-quoi ? C’est un poisson ça ?

Ah nan mais si c’est un poisson, faudra qu’on m’explique pourquoi « des Saules »… OH OUAIS C’EST UN POISSON QUI VIT DANS LES ARBRES. Je suis un génie.

— Alors, ça vaut bien des crustacés, non ?

Ouais. C’est autre chose disons, fais-je avec un sourire.

Je sirote un peu ma boisson, m’amuse à compter le nombre d’éclats de chocolat dans les cookies. Le monsieur reprend alors le sujet plus sérieux. Les créannes. Je suppose alors qu’il se soit fait mordre par une créanne.

— Eh oui, j'ai été mordu par une créanne qui m'a laissé de vilaines traces de dents, et j'ai développé une allergie, dommage, n'est-ce pas ?

J’écarquille les yeux.

Genre, c’est vrai ?! C’est possible d’être allergique à une créanne ? Ohhh ! Du coup ça vous fait des plaques rouges sur la peau et tout ?

Je comprends alors qu’il déconnait. Oh. Merde alors. Bon. Enchaînons sur quelque chose de plus sérieux, ça sauvera peut-être mon honneur. Oui, j’crois que j’ai été possédée par une créanne quand j’étais petite, même si je sais pas trop à quoi ça a avancé cette dernière. T’imagines quand elle est rentrée dans sa maison de créannes ? « Hey les gars j’ai possédé une gamine de quatre ans, j’suis trop fier de moi ! I’m a genius ! »

— « J'ai été possédé par une créanne et je le vis bien », c'est un bon titre ?

Pour une brochure à l’infirmerie ? Oh…oh… ohhhhhhhhh ! Mais ce monsieur est un génie !

Avec comme sous-titre : « Comment retrouver le goût de la vie après possession par une créanne : Lynn Hiems nous raconte. Interview exclusive ! ». Oui, j’aime bien, en effet !

Grand sourire. Ahah. J’aime bien ce monsieur, j’avais pas cette image des bibliothécaires.

Je propose aussi la mise en place d’un numéro pour appeler anonymement. Genre « Oui bonjour, vous êtes bien sur le numéro de l’association « Possédé par une créanne, comment s’en sortir », puis-je vous aider ? Tout en sachant que c’est un peu trop tard et que si vous avez des séquelles ça va être compliqué à réparer. Mais nous vous écoutons ! ».

Ça devient n’importe quoi tout ça. Mais c’est drôle ! Je mange un autre cookie.



Voir le profil de l'utilisateur



Inanna
Messages : 554
Localisation : Allongée entre les racines d'un arbre centenaire.
Loisirs : Semer des têtes et faire couler le sang. Détruire la moindre parcelle de bonté sur cette terre.
Humeur : Prête à faire chavirer ton cœur, mon cher et tendre... ♥
avatar
Inanna

Personnage...
Pouvoir: Infini.
Dieu: Inanna
Age: La Beauté est éternelle.
Mar 16 Fév - 14:52
- INTERVENTION CELESTE N°2 -

Inanna apparut soudainement dans la bibliothèque.

Elle lança un sourire aux deux humains, leur tressa les cheveux ensemble, puis elle repartit.



- FIN DE L'INTERVENTION CELESTE -

Voir le profil de l'utilisateur



Fray
Messages : 225
Localisation : Bibliothèque
Loisirs : Réciter des cosmogonies
Humeur : Dérangée
avatar
Fray Almovitsh

Personnage...
Pouvoir: aucun
Dieu: Non renseigné
Age: 35 ans
Ven 19 Fév - 23:23
C'est agréable, une simple conversation avec quelqu'un d'aussi naturel et spontané. Surtout après cette journée. Surtout après la vache-crabe, pour être plus précis. Bref, passons.

J'essaie de ne pas rire quand elle s'exclame naïvement, je crois qu'elle le prendrait mal ! Mais l'idée d'un poisson-oiseau Lagopède des Saules me fait intérieurement sourire. J'ai du mal à retenir un sourire quand elle évoque les conséquences de mon allergie imaginaire. Mais de tous les sujets de notre conversation, c'est l'idée des brochures qui l'enthousiasme le plus. Et je dois bien avouer que son imagination est contagieuse ! Ce qui n'était qu'une plaisanterie ironique devient une sorte de jeu inattendu. Je fais mine de taper du point sur la table et je lui réponds avec énergie :

- J'approuve ce sous-titre ! Je pense que nous n'aurons aucun mal à convaincre l'infirmerie du bien-fondé et de la nécessité absolue de ce projet ! Il nous faut donc lever des fonds !

Lorsqu'elle propose son idée suivante, je salue son inventivité. S'il y a bien une chose qui m'agace, c'est l'ennui. Et le manque d'ouverture d'esprit. Les deux vont ensemble. Mais plus important, les idées de Lynn sont aux antipodes de ce qui m'agace ! J'ai toujours su que j'avais du flair pour trouver les personnes intéressantes ! Je conclus avec ironie :

- Voilà la solution au chômage à Stockholm ! Offrons un emploi aux médiums accidentels avec notre standard téléphonique !

Je m'amuse avec cette conversation de plus en plus en loufoque, mais je ne dois pas trop tarder à retourner à la bibliothèque. Les visiteurs se sont carapatés quand la vache-crabe a décidé d'y déjeuner, mais il est possible que certains soient revenus depuis... Et je n'aime pas la laisser trop longtemps sans surveillance. Qui sait quelles autres créatures attendent dans l'ombre une occasion de dévorer son contenu ? Je m'apprête à en informer Lynn quand une personne apparaît.

Pardon. Une déesse apparaît. Je ne peux m'empêcher de sursauter et d'ouvrir de grands yeux, surpris. Après un moment d’hébétement, je me tourne vers Lynn, une expression interrogatrice sur le visage. Je ne suis que médium, j'ai moins l'occasion de croiser les dieux que les missionnaires... Est-ce que la jeune fille a un rapport avec l'apparition impromptue d'Innana ? Il me semblait qu'elle était missionnaire d'Enlil, j'aurais été moins surpris de le voir lui !

Je hausse les épaules en direction de Lynn. Je n'ai pas d'opinion particulière sur les brèves escapades des dieux dans notre quotidien, et s'il m'arrive d'être impliqué, j'attends calmement une explication. Quand il s'agit de dieux, je préfère rester respectueux tant que je ne comprends pas complètement la situation. Mais je ne suis pas sûr que ce soit l'attitude que préfère adopter la jeune fille... Je ne la connais que depuis aujourd'hui, mais je doute sincèrement qu'elle se contente d'attendre en silence !

Inanna n'a toujours rien dit, elle se contente de nous regarder en souriant. Je sens un mouvement étrange, vif, sur le côté. Je me retourne et découvre que nos cheveux ont été tressé ensemble ! J'essaie de me tourner de nouveau vers la déesse, mais mon mouvement est gêné par nos cheveux noués. J'ai tout juste le temps de la voir disparaître !

Je fixe l'espace où elle se tenait à l'instant, hébété. Réellement ?

- Est-ce qu'ils se sont passés le mot aujourd'hui pour pourrir ma journée ?

Je me suis battu pour rester motivé malgré cette satanée créanne, et en deux secondes à peine une déesse ruine tous mes efforts pour rester de bonne humeur. Et bien elle a réussi ! Je laisse tomber lourdement mon visage contre la table. Ça fait mal au dos d'être courbé comme ça, mais tant pis. Je crois que j'ai involontairement entraîné Lynn dans ma chute... Je lui dis, pour préciser :

- Tu ne fais pas partie des éléments pourris de cette journée, bien sûr.

J'ai envie de rester contre la table en formica. Qui aurait envie d'affronter la réalité ? Qui voudrait se relever pour voir ses beaux cheveux pris dans une inextricable tresse avec ceux d'une personne certes charmante, mais pas au point de vouloir devenir siamois capillaire avec elle ?
Je me relève quand même, lentement. La jeune fille n'a pas l'air plus enchanté que moi face au défi qui nous attend. Je lui lance un regard morne.

- Bon, la solution la moins désagréable serait de trouver un endroit tranquille et discret pour démêler ce... quoique ce soit. Les toilettes sont à côté, une idée pour s'y rendre sans se faire remarquer ?


C'est effectivement une journée tombée en décrépitude et en pourriture. Mais qui sait ? Cette jeune fille a déjà fait ses preuves, elle peut relever le niveau général et en faire une journée plus intéressante !

Voir le profil de l'utilisateur

Lynn
Messages : 385
Localisation : Avec moi-même.
Loisirs : Saupoudrer ta tête de paillettes ♥
Humeur : Joie et paillettes ♥
avatar
Lynn Hiems

Personnage...
Pouvoir: Inventeur, avoue t'es jaloux ! #ÇaRime
Dieu: Enlil
Age: 20 ans et toutes ses dents ~
Mer 16 Mar - 21:19


— J'approuve ce sous-titre ! Je pense que nous n'aurons aucun mal à convaincre l'infirmerie du bien-fondé et de la nécessité absolue de ce projet ! Il nous faut donc lever des fonds !

Je hoche vigoureusement de la tête, tandis qu’il approuve aussi mon idée de numéro de téléphone anonyme à destination des humains attaqués par des créannes.

Oui. Nous devrions lancer une pétition à faire signer dans la Congrégation ; après tout beaucoup de gens qui ont vécu ce type d’expériences se trouvent là.

C’est drôle ! C’est hyper drôle ! On s’amuse vraiment avec n’importe qui ici. C’est pas dans mon lycée à Londres que j’aurais monté de pareils projets avec le bibliothécaire hein. Un type hyper coincé, qui ne parlait que de Molière ou Shakespeare, et même des fois il parlait en vers ! J’sais même pas s’il s’en rendait compte, mais c’était hyper flippant. Et on s’étonne que les élèves n’allaient jamais à la bibliothèque.

Je redresse la tête quand une femme apparait magiquement. Oh... une déesse ? Tient ? Pourquoi ? (Comment ça une phrase ça contient un sujet, un verbe, et un complément ?! J’vois pas de quoi vous parlez !)

Je hausse un sourcil. Pourquoi Inanna viendrait-elle nous voir ?

Bonjour… ? fais-je d’une voix hésitante.

Son sourire m’intrigue. Et m’inquiète aussi. Ahh, quelle blague va-t-on encore nous réserver ? Après la vache-crabe… ahhh…

Je sens alors vaguement qu’on me tire les cheveux et… et… MAIS WHAT ?!

Pouf, partie la déesse de la végétation. Nous plantant –ahahah, déesse de la végétation, planter… ahahah…- là avec… AH, MAIS POURQUOI… Les cheveux de Fray et moi tressés. Pas genre une jolie tresse respectivement sur nos propres crânes tombant joliment dans notre dos, non… Ils sont tressés ENSEMBLE.

— Est-ce qu'ils se sont passés le mot aujourd'hui pour pourrir ma journée ?

Un petit soupir m’échappe.

Et la mienne…

Je suis calme. Je suis parfaitement calme.

MAIS POURQUOI ON S’ACHARNE SUR MOI, QU’AI-JE FAIT POUR MERITER CAAA ?

Alors, dans un mouvement désespéré et parfaitement synchronisé –le talent moi je dis-, Fray et moi écrasons notre front au même moment sur la table. Autant dire que de l’extérieur, la scène doit être digne d’un dessin animé. Ah, tant pis.

N’empêche que ça fait mal, une table sur le crâne… Je sens une épaisse mèche de cheveux me tirer, je devine donc qu’il s’est redressé. J’en fais donc de même, afin d’éviter de m’arracher les cheveux.

— Bon, la solution la moins désagréable serait de trouver un endroit tranquille et discret pour démêler ce... quoique ce soit. Les toilettes sont à côté, une idée pour s'y rendre sans se faire remarquer ?

…euuuh… perso’ j’aurais limite abandonné l’idée de pas se faire remarquer… quand t’es missionnaire tu peux pas ne pas te faire remarquer, les dieux ne trouveraient pas ça très drôle… Mais bon, peut-être que monsieur Fray ici présent avait été un minimum épargné jusque-là ? Ah, par sympathie faudrait que je trouve une idée. Un éclair de génie. Euuuh…

OK. Bon, levez-vous, alors. Et on se met à courir dès qu’ils ont tous la tête tournée, OK ?

On se met alors debout d’un même geste. Je tends une main, paume vers le ciel, et un énorme éléphant rose en peluche y apparait. Quoi de mieux pour attirer l’attention des gens qu’un truc bizarre et inattendu ?

UN ELEPHANT ROSE VOLANT ! m’écrié-je en balançant la peluche à l’autre bout de la pièce.

Sans plus m’assurer que la diversion avait marché, j’attrape le poignet de Fray –quoique mes cheveux ça aurait pu juste suffire pour le traîner à ma suite en fait- et me mets à courir vers lesdits toilettes.

J’ai une hésitation devant la porte. Toilettes des filles, des mecs ? Oh, toilettes des filles ! Fray a les cheveux longs, il pourra passer pour une fille. De dos.

Je me tourne vers le miroir.

Pitoyable…

Putain y a des nœuds, fais-je en soulevant la tresse avec une grimace.

Je commence à défaire la « coiffure » comme je le peux, et tâche de ne pas arracher de cheveux. Ahhhhh galère !



Voir le profil de l'utilisateur



Page 1 sur 2
  Aller à la page : 1, 2  Suivant
Les Chroniques de Sumer :: La Congrégation :: Bibliothèque
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet