Poster un nouveau sujet Répondre au sujet
 :: La Congrégation :: Le Cratère
Et moi qui pensais innocemment que ce serait facile... [Nao]
Emy
Messages : 42
Localisation : Où le vent me portera ~
Loisirs : T'envoyer bouler (dans les paillettes !)
Humeur : Happyhappyhappy
avatar
Emy Daniels

Personnage...
Pouvoir: //
Dieu: Non renseigné
Age: 18 ans
Dim 4 Oct - 18:36
Et moi qui pensais innocemment que ce serait facile...
Nao & Emy


< How do I feel the empty space you left behind ?>

Quatre jours. Quatre jours que j'étais à Stockholm, et je ne m'étais toujours pas approchée de la Congrégation. Par peur ? Peut-être... Peut-être aussi parce que je leur en voulais t, à tout ces gens, tout ces dieux à l'intiative de mon retrait hors de ma ville. Alors je n'étais pas tout de suite venue les voir. J'avais trainé dans Stockholm et dans ma chambre d'hôtel, et j'avais meme rencontré une créatrice. Enfin, aujourd'hui, je me décidais à venir ici, à la Congrégation. En réalité, je m'étais rendue compte que je n'avais aucun repères ici, pas d'idée pour me loger ou pour me faire un peu d'argent. En définitive, j'avais besoin de leur aide.

Pour cela, je devais rencontrer quelqu'un, du moins c'est ce que je pensais. Le directeur sûrement, il devait bien être au courant de l'existence des créateurs... Et peut-être saurait-il m'indiquer ce qu'ils attendaient de moi, et peut-être même pourrait-il me signaler où je pouvais prendre des cours de suédois pour m'en sortir dans cette ville. Finalement, tout cela ne paraissait pas si compliqué...

Mais voilà, j'étais arrivée à la Congrégation, et tout était immédiatement devenu plus confus. J'avais enfin compris dans quoi je m'embarquais. Pourquoi ? Oh, pas grand chose, les temples ça et là n'avaient rien de bien choquant. Non, la vraie question était : Pourquoi y avait-il un cratère au beau milieu de la cours ? Sérieusement ?

Je cru que j'allais piquer une crise et partir. Non, ce cratère ne semblait pas naturel. Peut-être pour un humain normal et innocent. Mais pas pour quelqu'un à qui on avait dit que des Dieux se baladaient dans le monde et qui avait déjà vu naître une créanne. En fait, j'étais persuadée qu'une comète était tombée ici, ce qui finalement ne m'étonnait même plus.

Je pris une profonde inspiration, les pieds au bord du trou et le regard fixé vers le fond. Puis j'expirai. Bien, je devais trouver le directeur, et accessoirement comprendre ce qu'il se passait ici. J'avais besoin de repères. J'avais besoin de retrouver des bases, celles que j'avais perdu. Et pour cela, j'allais devoir trouver quelqu'un pour éclairer mon chemin.

Voir le profil de l'utilisateur


Emy te parle en teal.

Nao
Messages : 477
Localisation : Entre ciel et terre.
Loisirs : Me nourrir d'étoiles.
Humeur : Douce, mais déterminée.
avatar
Nao

Personnage...
Pouvoir: Tu veux vraiment voir ?
Dieu: Nanna
Age: Très vieux.
Dim 4 Oct - 23:21

Bon. Je me doutais que j'allais tôt ou tard avoir affaire à des psychopathes. Le genre de psychopathes qui n'apprécient pas les créannes, ou qui voudraient probablement les voir mortes. Enfin, mortes, c'est au mieux. Embrochée au dessus d'un bûcher, c'est le plus courant. Et le plus douloureux. Hélas pour moi. Tout ceci pour dire que se faire attaquer par un télékinésiste qui trouve rigolo de tester son pouvoir sur un marteau qu'il essaie de balancer sur ma tête, ça ne m'amuse pas beaucoup. À vrai dire, ça me blase un peu... étonnant, n'est-ce pas. (Là, Renzo se ficherait probablement de moi. Comme dans quatre-vingt dix pourcent du temps ?)

Après ce petit incident, j'ai tenté de me trouver une place où je pourrais être un peu seul, aussi je me suis promené un long moment dans l'extérieur, toujours dans l'enceinte de la Congrégation. Les temples m'ont paru... étranges. J'ai l'impression de ne pas être à ma place lorsque je m'en approche, et pourtant, quelque chose de fort m'y attire dans le même temps. La volonté de savoir, peut-être. De plus en connaître à leur propos. Je ne me suis pourtant pas permis d'entrer. Certainement suis-je encore un peu trop pudique pour cela. Ou peureux, peut-être. Est-ce un mal de craindre des dieux ?

En tout cas, pour le moment, j'apprends bien. La bibliothèque est une source précieuse de renseignements, autant sur ce monde que le monde divin. On a quelques cours, aussi, avec les autres créannes. J'ai pas trop eu l'occasion de voir ce que ça donnait, depuis mon arrivée, mais... enfin, c'est un peu étrange, mais pas dérangeant. Question pouvoirs, contrôles, tout ça... On voit vraiment qu'on est pas les bienvenues rien qu'avec les cours qu'on nous dispense, en fait. C'est d'un triste... Enfin, au moins ces heures servent-elles à quelque chose. Un tout petit peu. (J'ai deux cent ans mais je ne connais rien à mes pouvoirs, bonjour, au revoir.)

Un peu perturbé par le froid qui commence à revenir, je m'emmitoufle un peu mieux dans mes vêtements. Un courant d'air glacé se glisse sous ma veste et je frissonne, retenant un soupir de dépit. Pays nul. Ça me rappelle la Sibérie, juste avant que l'automne ne se soit vraiment installé. Vous savez, ce petit moment sympathique où vous savez que vous allez passer les six prochains mois à maudire la neige et le vent. (Et le manque de soleil. Parce qu'il n'y a jamais de soleil.)

Mes pas me ramènent vers les bâtiments, et j'aperçois une fille au bord du cratère, qui se penche pour regarder à l'intérieur. En passant à côté d'elle, je l'interpelle doucement :

- Fais attention, il paraît qu'un taré de l'administration lance des cailloux à tous ceux qui s'approchent du cratère. Et euh... ce serait bête que tu te casses un truc.

Ce faisant, je lève les yeux vers les fenêtres du bâtiment, avant de faire la moue. Puis reporte mon regard sur la jeune femme, et tente un sourire maladroit. On ne dirait pas une missionnaire.

- Tu as l'air perdue, tout va bien ?

Voir le profil de l'utilisateur



Emy
Messages : 42
Localisation : Où le vent me portera ~
Loisirs : T'envoyer bouler (dans les paillettes !)
Humeur : Happyhappyhappy
avatar
Emy Daniels

Personnage...
Pouvoir: //
Dieu: Non renseigné
Age: 18 ans
Lun 5 Oct - 21:13
< Sun always seems to wash our fears away | And it's always shining somewhere | I just gotta get there. >

J'avais toujours les orteils dans le vide quand une voix masculine me sortit assez brusquement de mes pensées, me faisant sursauter :

- Fais attention, il paraît qu'un taré de l'administration lance des cailloux à tous ceux qui s'approchent du cratère. Et euh... ce serait bête que tu te casses un truc.

Je m'écartai vivement du trou, ne prenant pas une seule seconde ce conseil à la légère. Les gens de la Congrégation n'avaient pas l'air de tous tourner bien rond, et ce qu'il s'y passait n'échappait pas à la règle. Stockholm me tapait déjà sur les nerfs, définitivement. Je portai mon attention sur le nouveau venu, et instinctivement, suivi son regard lorsqu'il le détourna sur quelques bâtiments non loin. Était-ce là-bas que stagnait le gardien du cratère ? Je sentis bientôt le poids de ses yeux de nouveau sur moi et je me détournai alors des bâtiments. Il eu un sourire hésitant.

- Tu as l'air perdue, tout va bien ?

Je haussai les épaules, puis soupirai. Je lui aurait bien dis à vrai dire que non, je n'allais pas vraiment bien, mais je voyais mal pourquoi je serais allée me confier à un inconnu. D'ailleurs, ce n'était sûrement pas le but de sa question, et puis, lui-même ne semblait pas du genre à entamer de grandes conversations avec des visiteuses à moitié pommées. Non, complètement pommées.

- Euh, en fait pas vraiment... Je cherchais quelqu'un à qui m'adresser pour...

Je réfléchis quelques secondes. Que devais-je lui dire au juste ? Que j'étais une créatrice perdue ? Mais si cela se trouvait, il était simplement humain ? Enfin est-ce qu'un humain ne se doutait pas déjà que quelque chose ne tournait pas rond ici ? Par contre il pouvait être une créanne. D'après ce qu'on m'avait dit, elles n'étaient pas forcément les bienvenues... Et puis surtout, je n'avais aucune idée de comment me comporter avec elles. A vrai dire, je n'en avait jamais rencontré, excepté le nuage de fumée que j'avais créé, quelques jours plus tôt...

- Pour entrer à la Congrégation. À vrai dire, j'ai été envoyée ici, et je ne sais pas vraiment où je suis censée me rendre.

Je m'autorisai enfin à dévisager l'homme face à moi. La vingtaine, des traits fins mais de jolies épaules assez carrées, il présentait une douceur assez rassurante dans le visage. Il me dépassait aussi d'une vingtaine de centimètre, me faisant me sentir encore plus petite que d'habitude, mais cela ne me dérangeait pas vraiment. Ses yeux bleus qui contrastaient avec le brun de ses cheveux attisèrent un peu ma curiosité. Ce contraste était loin d'être repoussant. Je pensai alors à ma coupe, qui coiffée à la va vite ce matin devait laisser s'échapper des mèches rebelles. Avec mon visage encore souligné du maquillage de la veille, je ne devais pas ressembler à grand chose. Je rentrai légèrement la tête dans mon écharpe en enroulant mes bras autour de mon ventre, sentant alors la douceur de mon sweat qui me réconforta un peu.

- Et puis après je suis tombée là dessus, dis-je en désignant le cratère, tu sais comment ce truc est arrivé ici ? Ça n'a pas l'air naturel...

La curiosité, en réalité, était la raison pour laquelle j'engageait plus ou moins la conversation. Parce que en réalité, j'avais envie de voir le directeur, régler cette histoire de contrôle d'émotion, lui demander où trouver un logement et me casser. Mais d'une autre part, le cratère piquait au vif mon envie de savoir ce qu'il se passait exactement ici. Et quelque chose me disait qu'il était grand temps que je sache à quoi m'attendre avec la Congrégation.

Voir le profil de l'utilisateur


Emy te parle en teal.

Nao
Messages : 477
Localisation : Entre ciel et terre.
Loisirs : Me nourrir d'étoiles.
Humeur : Douce, mais déterminée.
avatar
Nao

Personnage...
Pouvoir: Tu veux vraiment voir ?
Dieu: Nanna
Age: Très vieux.
Mer 7 Oct - 9:49

Ah, elle s'écarte. Son empressement me tire un haussement de sourcil à peine esquissé, puis un semblant de sourire qui ne quittera pas mes lèvres avant un bout de temps. La jeune femme avait l'air perdue dans ses réflexions, et je m'en veux un peu de l'avoir dérangée de cette manière. L'idée de repartir et reprendre mon chemin - pour aller je ne sais trop où - pointe le bout de son museau, mais elle s'efface immédiatement à la vue de son regard incertain. Même ses mots, lorsqu'elle prend la parole, semblent buter les uns contre les autres, dans une tentative pour leur trouver un agencement cohérent. Alors, patiemment, je la laisse terminer, sans la brusquer ni exprimer le moindre empressement. Certainement aurais-je apprécié que l'on fasse preuve d'autant d'égards envers moi. Dans tous les cas, je reste immobile, et remonte un peu mon écharpe sur mon nez. Un courant d'air me fait frissonner à nouveau.

Lentement, j'acquiesce. Elle aimerait entrer à la Congrégation. Ce n'est pas une créanne, ni une missionnaire. Certainement une médium qui a assisté à un événement divin dans sa vie. D'après ce que j'ai compris, ce n'est pas rare qu'ils soient envoyés ici. C'est un peu triste. D'être arraché de son foyer de cette manière, par des événements que personne n'est en mesure de contrôler...

Je décide à sortir mon nez de mon écharpe pour qu'elle ait tout de même l'impression de parler à un humain, et pas à un monticule de vêtements empilés sur un épouvantail. Je me passe la main dans les cheveux, la détaille l'espace d'une ou deux secondes et baisse les yeux vers le cratère. Sociabilité, Nao.

- Euh...

Quelle éloquence.

- Quand je suis arrivé, le cratère était déjà là, je lui lance avant de relever le regard vers elle.

Elle aussi, semble un peu perturbée. Surtout par le cratère dans la cour, mais pas seulement, j'ai l'impression. On dirait qu'elle s'est levée tôt, elle est à moitié démaquillée, comme quelqu'un qui vient de passer la nuit. Je ne sais pas si je peux lui raconter les rumeurs qui courent au sujet du cratère - à savoir que cette chose a été faite par l'explosion de deux dieux pas très contents. Si elle n'est pas médium, je risquerais tout bonnement de passer pour un abruti... ou un fou, au mieux. Enfin bon. Je ne suis pas à ça près.

- Ce n'est pas vraiment naturel, non.

Mon regard dévie vers le ciel, et il s'y mêle de l'inquiétude et du respect. Si elle est au courant, elle comprendra peut-être. Enfin, je désigne le bâtiment qui se dresse non loin de nous.

- C'est le bâtiment de cours. Le bâtiment administratif est juste à côté, c'est celui-là, je rajoute en joignant le geste à la parole. Il y a des gens à qui tu peux t'adresser pour entrer, je pense. Enfin, tout dépend pour quoi tu veux l'intégrer, je suppose...

Ce faisant, j'arbore une mine plus pensive, puis m'approche lentement d'elle avant de lui tendre la main, maladroitement. Il paraît que c'est bien, de serrer la main des gens lorsqu'on se présente. Ça montre qu'on est ouvert à la discussion, ou je ne sais plus quoi. (Je trouve ça un peu surfait, mais comme on dit, à Rome, fais comme les romains...)

- Nao, me présenté-je. Tu viens ici pour étudier ? C'est un peu spécial comme endroit. Enfin, je ne suis pas là depuis longtemps... mais si je peux t'aider, dis-le moi. D'accord ?

Avec un peu de chance, elle me dira ce qu'elle est... Enfin, si elle comprend pas mes allusions, c'est sûrement qu'elle est humaine. Dans ce cas, je ne pourrai pas trop l'aider, à part la guider jusqu'à l'administration.

Voir le profil de l'utilisateur



Emy
Messages : 42
Localisation : Où le vent me portera ~
Loisirs : T'envoyer bouler (dans les paillettes !)
Humeur : Happyhappyhappy
avatar
Emy Daniels

Personnage...
Pouvoir: //
Dieu: Non renseigné
Age: 18 ans
Mer 7 Oct - 21:01
"And for a minute there | I lost myself | I lost myself."

Il semble vaciller entre l'envie de se protéger du monde et celle de paraître ouvert. C'est la première chose à laquelle j'ai pensé en reposant à nouveau mon regard sur l'homme face à moi tandis qu'il sortait son visage de son écharpe qui avait l'air pourtant si confortable. Sa main glissa entre ses mèches de cheveux. Un instant, ses yeux bleus se posèrent sur moi, mal assurés. Puis il se détourna.

Il semblait hésitant, alors qu'il me confirmait l'origine artificielle du cratère. Mais lui non plus ne semblait pas connaître la raison pour laquelle il était ici. Je suivis son regard alors qu'il me désignait un nouveau bâtiment. Ma future destination a priori. Mais un détail ne m'échappa pas. Il m'avait bien demandé  pourquoi je comptais intégrer la Congrégation, pas vrai ? Ce pouvait-il qu'il ne soit pas un simple humain ? Cette pensée, accompagnée de la voix calme de mon interlocuteur et de son air mal assuré m'apaisa.

Il se retourna vers moi et me tendis la main. Il semblait ne pas vraiment savoir quoi en faire, ni la raison exacte de pourquoi il faisait cela. Mais tout ceci m'amusa et je me pris à lui sourire en lui rendant sa poignée de main. En temps normal, j'aurais sûrement répondu uniquement par politesse avant de m'enfuir vers les bâtiments indiqués, mais la solitude de ces derniers jours se plaisait à me rendre plus sociable.

- Nao. Tu viens ici pour étudier ? C'est un peu spécial comme endroit. Enfin, je ne suis pas là depuis longtemps... mais si je peux t'aider, dis-le moi. D'accord ?

Nao ? Ce prénom m'était totalement inconnu, mais après tout, nous venions tous d'horizons différents ici, pas vrai ? En réalité, oui, j'avais sûrement besoin d'un peu d'aide. Alors tant qu'à faire, pouvoir l'obtenir d'un homme agréable plutôt que de quelqu'un d'insupportable était très bon à prendre. Je répondis d'une voix un peu plus assurée que tut à l'heure :

- Emy.

J'hésitai encore un instant. Plusieurs de ses allusions me menaient à penser qu'il ne parlait pas seulement de m'aider à rejoindre l'administration, mais plutôt de savoir m'y retrouver entre toute cette histoire de dieux, de missionnaires et de créannes.

- En réalité, je ne viens pas vraiment ici pour étudier, mais je crois que tu t'en doutais pas vrai ?

Je soupirai légèrement. Si seulement j'avais choisi de me retrouver ici plutôt que d'y être contrainte... Et si seulement on m'avait laissé continuer mes études en paix dans ma ville natale ! Je remontai mon regard vers le visage de Nao en remarquant qu'il s'était instinctivement détourné vers le cratère.

- En fait je suis une...

"Créatrice". Je retins le mot qui menaçait de sortir de ma bouche. En réalité, je me rendais simplement soudain compte, que si les gens n’appréciaient pas les créannes, il en allait sûrement de même pour leurs créateurs. Je me mordis la lèvre. Il était sûrement trop tôt. Je n'allais tout de même pas faire fuir la seule personne plus ou moins apte à m'aider pour le moment !

- ... Une sorte de médium, je crois.

Je croisais le doigts pour ne pas avoir eu tort de croire qu'il savait pour les dieux et tout le bazar qui s'ensuivait. Au pire me prendrait-il pour une tarée... Je passai la main dans mes cheveux pour tenter de réarranger un peu mes mèches folles et prises par le vent. Puis je replongeai mon visage dans mon écharpe. J'avais un peu honte de ne pas avoir plus pris soin de mon apparence que cela. Pas que j'en avais réellement quelque chose à faire, plutôt que je me rendais compte que c'était tout de même la première fois que j'allais rencontrer certaines personnes importantes de l'administration... Enfin je l’espérais. Enfin bon, après tout, qu'est-ce que je devais en avoir à faire ? C'était eux qui m'avait amenée dans cette connerie...

Voir le profil de l'utilisateur


Emy te parle en teal.

Nao
Messages : 477
Localisation : Entre ciel et terre.
Loisirs : Me nourrir d'étoiles.
Humeur : Douce, mais déterminée.
avatar
Nao

Personnage...
Pouvoir: Tu veux vraiment voir ?
Dieu: Nanna
Age: Très vieux.
Lun 19 Oct - 21:00

Mes épaules se décrispent légèrement lorsqu'elle me serre la main, et je lui renvoie un sourire à la fois rassurant et rassuré. C'est fou ce besoin qu'on a de toujours être certain de savoir si on a fait quelque chose de bien ou mal, en société. Si on n'est pas considéré comme un marginal, ou quelqu'un d'un peu étrange. Sûrement puis-je être vu comme tel, après tout. Je ne parle pas à grand-monde, je m'efface, me contente de naviguer entre les autres personnes, pour observer. J'observe, et j'apprends ; c'est ça le plus important, non ? Enfin. Je suppose que ce n'est pas un mal. Même si certains souhaitent l'interpréter différemment.

Doucement, je hoche la tête lorsque son prénom franchit ses lèvres ; Emy me fixe avec quelques hésitations, comme si elle pesait chaque mot qu'elle allait prononcer. Au final, je me contente de sourire pour l'encourager, mais sans chercher à lui mettre la pression. Je n'apprécierais pas non plus, je crois ; qu'on me pose trop de questions, qu'on s'intéresse à ce point à ma vie alors que je suis perdu. Même s'il ne faut pas grand-chose pour me mettre à l'aise, au final. Juste un peu de temps. De la politesse. Et pas trop de condescendance. C'est probablement la seule chose qui me laisse distant avec les gens. Lorsqu'on me reluque de haut en bas, et qu'on me demande tout haut pourquoi je suis si faible. (Je ne vise personne.)

Ma main retrouve bien vite la chaleur rassurante de ma poche, alors que je réfléchis à ses paroles. Une médium, alors. Bon, tant mieux. Elle est au courant et je n'ai pas fait de gaffe au moins. Me connaissant, ça aurait été fort probable. J'ai une forte propension à ne pas savoir quand me taire. On ne dirait sûrement pas, hein. Mais je peux être bavard, quand je m'y mets. Et que je suis lancé sur un sujet qui me passionne réellement. Ou qui me touche plus que nécessaire…

- Non, pas de souci. En fait, j'avais un peu peur que tu sois humaine, lâché-je avec un rire embarrassé. J'angoissais de dire une bêtise.

Au moins, Emy ne doit pas percevoir mon aura. Elle ne sait sans doute pas que je suis une créanne, toute perturbée qu'elle est. J'hésite à lui en fait la confidence, mais garde la chose pour moi. Peut-être le lui dirais-je si elle me pose la question. Sinon… Sinon tant pis, elle n'est pas obligée de savoir, n'est-ce pas ?

- Est-ce que ça va ? Je veux dire… Tu n'es pas trop déboussolée par tout ça ? je m'inquiète finalement. Ça doit être un peu troublant alors…

Alors quoi ? Je lui ai déjà proposé mon aide. Avec une moue embarrassée, j'essaie de reprendre contenance.

- Tu as l'air morte de froid. Tu ne veux pas prendre un thé — ou un café ..? — à l'intérieur ? Le restaurant universitaire est juste ici.

Ce faisant, je désigne un petit bâtiment en préfabriqué pas très loin. Puis je reprends, indécis :

- Je peux te guider, si tu veux. Enfin, seulement si tu veux, hein. J'ai pas envie de paraître lourd, ou je sais pas quoi... Désolé, je ne suis pas très à l'aise avec les gens, je soupire de dépit.

Peut-être qu'elle souhaite juste que je lui fiche la paix. Mais elle a l'air de vouloir se cacher dans ses vêtements. À cause du froid, mais pas seulement. Si Renzo et Warren n'avaient pas été là, à mon arrivée, je ne sais pas trop comment j'aurais réagi. De la même manière, certainement. Encore maintenant, j'ai un peu de mal. Ce serait bien qu'elle ne se sente pas à côté de ses pompes comme moi…

Voir le profil de l'utilisateur



Emy
Messages : 42
Localisation : Où le vent me portera ~
Loisirs : T'envoyer bouler (dans les paillettes !)
Humeur : Happyhappyhappy
avatar
Emy Daniels

Personnage...
Pouvoir: //
Dieu: Non renseigné
Age: 18 ans
Mar 20 Oct - 18:11
"All I want to do | Is be more like me and be less like you."

Nao m'encourageait d'un sourire lorsque je tenais piteusement de m'expliquer. Je ne savais pas si j'avais bien fait de lui cacher que j'étais une créatrice, mais je préférais prendre mes gardes. Certes, il avait l'air bienveillant, mais je ne comprenais pas encore comment les créannes était vue par ici, et les créateurs encore moins.... D'autant plus qu'il avaient été découvert il y a trop peu de temps pour que tout le monde soit totalement sereins à leur sujet d'après ce que j'avais compris...

L'homme aux cheveux châtains rit en m'annonçant qu'il avait peur que je sois humaine. Bien, comme je l'avais pensé, il ne me prendrait pas pour une folle. Voilà déjà une bonne chose. Je lui rendis un sourire à la fois amusé et rassuré. Maintenant, restait à savoir si je pouvais lui parler de mes... Pouvoirs incontrôlables. Après tout, il allait bien falloir que je finisse par en parler à quelqu'un de compréhensif. Et je n'étais que septique à l'idée d'en parler à un directeur de Congrégation barrée. Il n'avait probablement pas pris "option psy" dans son contrat.

Puis, Nao pris un air un peu plus inquiet, me demandant si tout cela n'était pas trop "troublant". Haha. Troublant. Oui c'était probablement le mot. Non, en réalité, l'expression indiquée aurait été "merde qu'est-ce que je fous là ?" mais cela n'entrait probablement pas dans les codes normaux d'une discussion avec un inconnu. Bien, alors gardons "troublant".

Puis il enchaîna rapidement en me proposant un café ou un thé  l'intérieur d'un bâtiment situé plus loin, le restaurant universitaire. Je souris. Il était vrai que le vent se levait et que mon pull ne m'empêchais pas d'avoir froid. De plus, depuis que je savais que je pouvais me faire canarder si je m'approchais trop près du cratère, je n'avais qu'une envie : m'en éloigner.

- Je peux te guider, si tu veux. Enfin, seulement si tu veux, hein. J'ai pas envie de paraître lourd, ou je sais pas quoi... Désolé, je ne suis pas très à l'aise avec les gens, lâcha-t-il dans un soupire.

Mon sourire se renforce. parfait. Je crois que s'il avait été une grande gueule insupportable, je l'aurais claqué avant de me retrouvée tout aussi pommée qu'au début. Mais là, son hésitation constante avait quelque chose de touchant et d'assez agréable. Si je devais avoir un guide ici, je préférais que ce soit lui... Qui qu'il soit, parce que je ne le savais toujours pas finalement.

- T'inquiète pas pour ça, dis-je en riant, où j'étais avant, il y en avait qui me pensait associable. C'est toujours compliqué de se plier à ce que veulent les autres, du coup, j'essaie pas, c'est plus simple.

Je m'étirai un peu. Le froid m'engourdissait doucement, et mon nez commençait à rougir légèrement. À force de rester dans le même vent lancinant, ce n'étais pas bien étonnant.

- Merci pour ton aide, je crois que je vais en avoir besoin... Je suis perdue ici. Je ne connais rien de toute cette Congrégation... Mais j'accepterai volontiers d'aller boire un truc chaud.

Sur ces mots, je commençai tranquillement à me diriger vers le bâtiment que Nao m'avait indiqué plus tôt. Et dès cet instant, une question qui me brûlait les lèvres surgit enfin de ma bouche :

- Et toi alors ? Qu'est-ce qui t’amène ici ? Je veux dire, tu n'est pas un simple humain non plus donc... Qu'est-ce que tu es exactement ?

Je me tournai vers mon accompagnateur, l'air interrogateur. J'avais finalement besoin de le savoir pour évaluer si je pouvais me confier à lui ou pas. Après tout, les médiums et les missionnaires pouvaient me redouter, mais Nao, lui, était peut-être une créanne, ou même un créateur ? Et dans ce cas, je pourrais sûrement me confier à lui sans risquer de perdre l'empathie que j'avais réussi à obtenir de mon guide... J’espérai de pas être trop naïve en pensant cela.

Voir le profil de l'utilisateur


Emy te parle en teal.

Nao
Messages : 477
Localisation : Entre ciel et terre.
Loisirs : Me nourrir d'étoiles.
Humeur : Douce, mais déterminée.
avatar
Nao

Personnage...
Pouvoir: Tu veux vraiment voir ?
Dieu: Nanna
Age: Très vieux.
Mer 21 Oct - 22:45

Quelque chose dans son attitude, sa manière de se tenir, me fait comprendre que je n'ai au contraire pas l'air si lourd que je le pensais. Pourtant c’est quelque chose qui m’effraie un peu. J’ai des mimiques explicites, mais elles sont toujours très faibles. Comme si elles avaient peur de sortir. C’est un peu ça, au final ; j’ai peur de montrer ce que je ressens, mais je n’arrive pas à m’en empêcher. Alors ces expressions se mesurent d’elles-mêmes. Et je parle de cette voix trop faible qui me fait passer pour quelqu’un de trop timide. Le pire, c’est que ce n’est certainement pas de la timidité… Enfin. Je ne connais pas vraiment le mot. C’est de la réserve, peut-être ? Oh et puis, peu importe.

Emy m’explique qu’elle-même était considérée comme quelqu’un d’associable, avant. Ses mots me font doucement sourire, et j’acquiesce lentement. C’est vrai, dans un sens. C’est trop compliqué de faire comme tout le monde le voudrait. Il est plus simple d’agir comme nous le sentons ; mais ça ne nous dispense pas de faire des efforts. Pour qu’il y ait une attitude ouverte et positive d’un côté, il faut qu’il y ait une attitude ouverte et positive en face. J’essaie de garder cette attitude envers les gens que je rencontre. Et je suis content de voir que ça ne me porte pas préjudice, dans le cas présent. Même si ça n’aurait pas été si grave que cela si elle m’avait simplement dit qu’elle ne voulait pas parler. Rendre service, me renseigner, me faire des relations ; pourquoi ne pas faire les trois en même temps ? Ce n’est pas calculer, pas réellement. Dans un sens, ce type de comportement me met mal à l’aise. Mais j’ai besoin de connaître un peu mieux les missionnaires et les gens qui côtoient la congrégation. Alors… J’imagine qu’il faut aussi passer par-là. Même si ça va à l’encontre de mes principes.

"Ne t’attaches pas aux autres."

Nous commençons à marcher et je la laisse parler sans l’interrompre, toujours très attentif, me contentant de lâcher un petit « Pas de souci, c’est normal » lorsqu’elle me remercie. Le bâtiment n’est pas très loin, mais le froid semble de plus en plus présent. Je resserre encore un peu les pans de ma veste autour de moi. Définitivement, je suis trop frileux. Un thé vert me ferait aussi du bien. … Même s’il faut avouer qu’il est particulièrement mauvais ici. Je devrais m’acheter une boîte…

Emy reprend la parole et je glisse mon regard vers elle, interrogateur. Ce que je suis ?

— Ah. Oh. Euh.

Éloquence, mon cher Nao. Se repose maintenant la question de savoir si tu lui mens, ou si tu lui dis la vérité. Elle a l’air plutôt au courant, et je suis un peu effrayé de sa réaction. Ceux qui ne connaissent pas vraiment les créannes ont deux réactions « Oh cool tu te transformes en quoi ?! » et « Vade retro satanas ! »… J’aimerais éviter de me retrouver dans le deuxième cas, d’autant que je tombe – pour une fois – sur une femme plutôt sympathique.

— C’est un peu compliqué à expliquer, je reprends en m’empourprant, mal à l’aise.

Allez, réfléchis, Nao, gagne du temps. Créanne, pas créanne ? Si tu lui mens, elle ne pourra pas te faire confiance, ou aura tort de le faire. Si tu veux qu’ils soient honnêtes avec toi, tu dois être honnête toi aussi… Tu te frottes un peu le nez en le sentant te piquer, te concentres davantage sur le chemin.

— Je ne sais pas trop ce qu’on t’a dit au sujet de la Congrégation, alors j’aimerais éviter de t’embrouiller. Disons que, faute de ne pas être "un simple humain", je ne suis pas… vraiment humain ? Pas du tout ?

Je grimace.

— Certains sont dangereux, mais je ne suis pas mauvais ! Je ne t’attaquerai pas, j’essaie de lui faire comprendre, à tout prix, un peu nerveux. Je sais que c'est facile à dire, mais les créannes qui sont à l'intérieur de la Congrégation sont toutes passées en entretien, celles qui sont malveillantes ne peuvent pas franchir ces portes...

Les autres fois, je ne ressentais pas cette nervosité, parce qu’ils avaient deviné seuls ce que j’étais. Tous les missionnaires le sentent. C’est étrange d’être anonyme face à cette fille…

Je rentre un peu plus mon cou dans mon écharpe, mal à l’aise. Nous sommes tout près de l’entrée du restaurant et je ralentis, m’arrête presque, comme pris en faute, dans l’attente de la voir continuer à marcher. Si elle s’arrête, c’est un mauvais signe, songé-je en prenant une grande respiration.

Voir le profil de l'utilisateur



Emy
Messages : 42
Localisation : Où le vent me portera ~
Loisirs : T'envoyer bouler (dans les paillettes !)
Humeur : Happyhappyhappy
avatar
Emy Daniels

Personnage...
Pouvoir: //
Dieu: Non renseigné
Age: 18 ans
Ven 23 Oct - 16:21
"It's gonna be a glorious day | I feel my luck could change."

Il sembla bloquer pendant une seconde et demi, et ne laissa s'échapper que trois voyelles avant de réfléchir quelques instants. Et bien. A priori, c'était aussi difficile pour lui que pour moi de savoir quoi répondre à ce genre de question. Quoique, il était peut-être déjà plus habitué que moi... J'avoue n'avoir jamais pris l'habitude de répondre à la question "et toi, t'es quoi ?" avant cela.

Il rougit, m'affirma que c'était compliqué à expliquer. Il semblait avoir provoqué un combat dans sa propre tête. Je souris. Le rosé de ses joues lui donnait un air très mignon. Enfin, d'une voix nerveuse, il me déballa tout : Nao était une créanne. Mais visiblement, une créanne qui se baladait à la congrégation était "amie". Donc comme j'avais cru le comprendre, il y avait des créannes qui ne représentaient pas un danger social. C'était une bonne nouvelle pour moi. De une parce que je pouvais me sentir plutôt à l'abri dans la congrégation, et de deux parce que cela voulait dire que je n'étais pas forcément un danger public. Même si je ne contrôlais pas mes émotions.

La dernière bonne nouvelle était que si cet homme était un créanne, il ne pouvait pas vraiment me redouter. Je soupirai de soulagement malgré moi. Puis je relevai la tête vers lui en souriant. Il était tout près de la porte et s'était retourné vers moi. Je gardai le silence quelques instants en avançant vers la porte avant de la pousser. La chaleur caressa mon visage presque instantanément. Je tournai mon visage vers Nao puis avançai dans le bâtiment en l'invitant à me suivre. Une fois à l'intérieur, je repris enfin la parole :

- À vrai dire, je suis assez contente que tu sois une créanne. Même si, en réalité, tu es la première que je rencontre... Je ne m'y connais pas encore très bien.

Je grimaçai légèrement. Je pouvais lui dire la vérité, non ? Il était gentil après tout, et près à me conseiller. C'était la personne idéale à qui demander de l'aide... Pas vrai ?

- Enfin, première... Hm... En réalité je ne t'ai pas tout dis sur moi.

J'affichai un sourire gêné en me retournant totalement vers Nao. Je me sentais actuellement un peu bête de paraître si méfiante.

- En fait, tu es la première créanne "complète" que je vois. La première créanne que j'ai vu était en cours de formation, en pleine naissance, et je me suis enfuie avant même de savoir ce qu'elle allait devenir. Parce que... Parce que je l'avais fait naître. Je suis une créatrice, et pas seulement médium.

Je passais une main dans mes cheveux, nerveuse. Et si Nao m'avait menti ? Après tout, je ne connaissais rien à la Congrégation. Il pouvait s'avérer bien facile de me berner. Mon ignorance me rendait si naïve...

- Je n'ai pas voulu te le dire tout de suite parce que j'avais peur de ta réaction. Je n'ai aucune idée de comment les créateurs sont accueillis ici...

Mais je ne pouvais pas croire que Nao, derrière sa gentillesse et sa maladresse cache un esprit assez tordu pour se retourner contre moi, pas vrai ? Bah, si cela arrivait, et que je m'en sortais, j'aurais juste à coller un procès aux fesses de la Congrégation et son manque d'informations... Enfin uniquement si la justice avait une quelconque connaissance des dieux et des créannes... En fait, je n'avais plus qu'à laisser tomber.

Voir le profil de l'utilisateur


Emy te parle en teal.

Nao
Messages : 477
Localisation : Entre ciel et terre.
Loisirs : Me nourrir d'étoiles.
Humeur : Douce, mais déterminée.
avatar
Nao

Personnage...
Pouvoir: Tu veux vraiment voir ?
Dieu: Nanna
Age: Très vieux.
Mer 11 Nov - 23:02

Pour être honnête, durant quelques instants, j’ai vraiment été tenté de ne pas lui répondre. Ou, plutôt, de ne pas lui dire la vérité. Bon, en soi, ça revenait pratiquement à la même chose. Mais l’idée de mentir, de trahir la confiance de quelqu’un, me noue l’estomac. Ai-je réellement besoin de m’abaisser à ça, malgré tout ce que je suis, malgré tout ce que l’on pense des créannes comme moi ? Pour changer les choses, ne vaudrait-il pas mieux se présenter directement sous son véritable jour, et prouver à tout un chacun qu’on vaut mieux que tout ce qu’ils pensent initialement sur nous ?

Pendant que je parle, toutes ces pensées m’assaillent, et me rendent plus nerveux encore. Je suis à deux doigts de faire une crise de nerfs intérieurement quand je capte le regard de mon interlocutrice. Elle entre. Elle entre. Ça veut dire qu’elle me croit ? Ou qu’elle ne me croit pas dangereux ? Je prends une longue inspiration, tente de sourire. Retient difficilement un soupir rassuré. Elle ne va pas hurler à la mort en me pointant du doigt, c’est bon signe. Pas que je la pense capable d’agir de cette manière, mais, avec les humains, on ne sait pas toujours…

Enfin, ses mots, quelque part, me font froncer légèrement les sourcils. C’est un peu suspicieux, quand quelqu’un dit qu’il est « content » qu’on soit une créanne. C’est un peu le monde à l’envers. Je ne sais pas si vous voyez.

Calmement, je laisse Emy s’exprimer et incline la tête sur le côté doucement, avant de lui lancer un sourire que j’aimerais rassurant. Oh, bah, si ce n’est que ça… J’admets que je n’imaginais pas tomber sur une créatrice, mais plutôt une simple médium. Après, ça expliquerait un peu pourquoi elle a l’air aussi… perdue. Généralement, les médiums ne font pas le déplacement s’ils n’ont pas été appelés par un dieu, enfin de ce que j’ai compris…

Pendant ce temps, je cherche quelques pièces la poche intérieure de ma veste et m’avance vers un distributeur automatique :

— Café, thé, chocolat ?

J’attends qu’elle me réponde pour insérer les pièces et appuyer sur le bouton correspondant, puis lui tendre sa boisson en silence.

— Ne t’en fais pas, je comprends. J’ai un peu hésité aussi. Mais je me disais que ce serait malhonnête de te le cacher. Je n’avais pas envie que tu te méfies de moi à cause de ça par la suite, soupiré-je en me choisissant un thé à mon tour.

En prenant mon gobelet, la chaleur remonte le long de ma main, puis de mon bras, pour se diffuser dans tout mon corps. Je soupire de soulagement en profitant de la température de la tasse. Mon regard court tout autour de nous, à la recherche d’une table libre, et je me dirige tout naturellement vers l’une d’entre elle pour m’y asseoir.

— J’admets que je n’en sais pas grand-chose sur les créateurs. De ce que je connais d’eux, c’est soit ils acceptent d’aller à la Congrégation et ils sont des alliés, soit ils refusent et ils sont des ennemis.

Mes sourcils se froncent.

— Ils sont un peu trop manichéens, ici. Mais j'imagine qu'ils n'ont pas trop le choix.

Même si j’ai de plus en plus l’impression que, peu importe le camp dans lequel on se trouve, il n’y a pas de but précis à ces quêtes. Que c’est juste… lutter contre le vent. Un soupir de plus m’échappe. Puis je relève les yeux vers Emy, souris maladroitement.

— Désolé. Je dois pas vraiment te rassurer, du coup. Mais si tu es ici, je pense que tu n’as pas trop de soucis à te faire. Essaie de parler avec l’administration, pour voir comment t’organiser, peut-être. Sinon, tu as des questions, tout ça… tu peux me demander, ça me dérange pas. D'ailleurs, tu n’as pas eu de problème avec… enfin, avec ta première créanne, du coup, ça allait ? l’interrogé-je doucement.





HRP : Ohlala... je suis vraiment désolée pour ce retard. Je m'étais promis de pas trop te faire attendre, mais j'ai été prise au dépourvue avant novembre, et pendant le NaNo, c'est tellement compliqué de se trouver du temps pour faire des vrais RP corrects... Bon du coup j'y suis depuis 17h, j'ai rien fichu de la journée quasiment, MAIS J'AI REPONDU. J'espère que ça te plaira, pardon pour la pauvreté de la réponse :(

Voir le profil de l'utilisateur



Emy
Messages : 42
Localisation : Où le vent me portera ~
Loisirs : T'envoyer bouler (dans les paillettes !)
Humeur : Happyhappyhappy
avatar
Emy Daniels

Personnage...
Pouvoir: //
Dieu: Non renseigné
Age: 18 ans
Dim 22 Nov - 19:34
"But you can leave if you really want to | And you can run if you feel you have to."


- Café, thé, chocolat ?

Je souris doucement en demandant un thé. La machine émit un bruit de marteau piqueur en laissant couler ses chutes d'eau chaude et parfumée. Nao me tendit la boisson fumante qui luisait dans un verre en plastique. A première vue, il n'avait pas l'air plus choqué que cela que je lui ai menti, et il me le confirma oralement. Visiblement, nous étions deux à ne pas savoir vraiment où nous foutre sur cette échelle sociale à la con. Deux à hésiter avant de dire ce que nous étions. - La vie était plus simple avant, Emy - Ouais, je sais. Je me le dis souvent.

Je suivis mon interlocuteur lorsqu'il se dirige vers une table libre. A vrai dire, le restaurant universitaire était plutôt calme, seules quelques tables de prises dans la pièce un peu austère. Elle me rappelait mon self de lycéenne, et les légumes dégueulasses qui nous faisaient grimacer. Le bon temps en quelque sorte. Je secouai vaguement la tête avant de m’asseoir.

- J’admets que je n’en sais pas grand-chose sur les créateurs. De ce que je connais d’eux, c’est soit ils acceptent d’aller à la Congrégation et ils sont des alliés, soit ils refusent et ils sont des ennemis. Ils sont un peu trop manichéens, ici. Mais j'imagine qu'ils n'ont pas trop le choix.

Nao semblait dubitatif. Il avait de quoi. Je trouvais que tout cela était ridicule. Pourquoi étais-ce à moi de bouger, alors que les dieux aussi créaient et tout le monde leur pardonnait ? Je n'avais rien demandé et ils se gardaient le droit de décider de ma vie à ma place. Je portai mon gobelet à mes lèvres, manquai de me brûler, cachai mon expression de surprise face à la chaleur de la boisson. L'homme aux yeux de ciel releva la tête, nos regards se croisèrent et il me sourit. Il me parla de l'administration, me proposa de répondre à mes questions et m'évoqua de ma première créanne.

Je repris une gorgée de thé après avoir soufflé dessus. Pas immonde, pas trop mal même. Je réfléchis un peu à ce que j'allais dire. Après tout, j'avait donné naissance à l'un des siens. Cette pensée me perturbait.

- A vrai dire, commençai-je, je n'ai aucune idée de ce que j'ai créé. Je me souviens d'avant, l'afflux des sentiments. Je voulais aider une fille, j'ai eu une montée d'adrénaline, de détermination. Et puis je me suis écroulée. J'étais épuisée, d'un coup, je ne comprenais pas du tout ce qu'il m'arrivait. Il y avait deux personne avec moi à ce moment là et elles ont fuit. Et moi quand j'ai repris mes esprits j'ai vu une sorte de masse de brouillard épais, qui prenais vaguement une forme. J'ai fuis aussi. J'avais la ferme impression que quelque chose d'important s'était passé.

Je soupirai. C'était idiot maintenant que j'y pensais. J'aurais du la rencontrée, ma créanne. Peut-être que je lui aurait dit de venir de mon côté, au moins j'aurais été sûre qu'elle ne se serait pas mise en travers de la Congrégation. Et j'aurais été sûre qu'elle ne me poserais aucun problèmes. Là... Je ne savais même pas à quoi elle ressemblait, et encore moins ses intentions.

- C'est con, je sais... Mais je ne sais même pas si c'est un homme, ou une femme. En fait elle est peut-être même pas humaine... Et sa forme secondaire, aucune idée non plus. J'ai été lâche je pense, mais... Je ne comprenais pas ce qu'il m'arrivait.

Je passai ma main dans mes cheveux pour tenter de leur donner une forme, bien que je savais qu'elle serait plus ou moins floue.

Et puis il y a eu la Congrégation qui est venue me chercher. Et ils ont voulu m'expliquer deux trois trucs, mais comment veux tu gober tout ça en à peine une heure ? Et puis la semaine d'après j'étais contrainte d'être à Stockholm. Pour ne rien te cacher, ça ne me plaisais pas du tout, et ça ne plais toujours pas. Je n'aime pas leurs méthodes.

Je retrempe mes lèvres dans le thé, puis je souris à Nao.

- Et toi alors ? C'est quoi ton émotion ? Et comment t'es arrivé ici ?





HRP : Pfiouuuu désolée, moi non plus je suis pas très active en ce moment.... Désolée !
Voir le profil de l'utilisateur


Emy te parle en teal.

Nao
Messages : 477
Localisation : Entre ciel et terre.
Loisirs : Me nourrir d'étoiles.
Humeur : Douce, mais déterminée.
avatar
Nao

Personnage...
Pouvoir: Tu veux vraiment voir ?
Dieu: Nanna
Age: Très vieux.
Jeu 10 Déc - 21:33

La jeune créatrice semble plutôt calme. Maintenant que nous sommes posés, au chaud, nous nous laissons un peu aller, tous les deux, en nous appuyant au dossier de notre chaise. Nous buvons notre thé. Un silence s'étire le temps que mes paroles fassent leur effet et qu'Emy me réponde. Je l'écoute sans rien dire, attentif. J'acquiesce l'une fois ou l'autre pour lui montrer que je suis bien ce qu'elle me dit, et esquisse une moue lorsqu'elle m'explique ce qu'il s'est produit durant la naissance de sa première - et seule - créanne. Un frisson remonte le long de mon échine. C'est... je ne sais pas. Quelque chose me dérange dans le fait de l'entendre parler de cette création. Peut-être parce qu'on parle de l'un de mes semblables. Que ça aurait tout aussi bien pu être moi. Cette peur qu'il lui a inspirée… Je me mordille la lèvre, légèrement. C'est normal, je suppose, de réagir de cette manière. Mais quelque part, je plains cette créanne qui, comme beaucoup d'entre nous, a atterri dans ce monde sans savoir comment, dotée de conscience, et souffrant le martyr le temps de stabiliser ses deux formes.

Évidemment, je n'en veux pas à cette fille. Ce serait stupide et grotesque, elle ne savait pas ; mais j'ai une large pensée pour cette créanne issue de nulle part, qui doit probablement encore errer dans les rues. Si elle n'a pas été tuée par des missionnaires. Nous ne sommes que des animaux pour eux, parfois...

J'essaie de lui offrir un sourire compatissant. Mais c'est difficile, j'ai du mal à m'y faire. Lorsque j'ai rencontré Elyon, parler de tout ça ne faisait pas partie de mes priorités, et ça ne prenait pas une dimension aussi personnelle. Maintenant, je ne sais pas pourquoi, ça a emprunté cette voie-là. Malgré moi.

J'allais lui répondre que personne ne croirait tout ça en quelques heures lorsqu'elle se mit à me poser quelques questions. Personnelles, les questions. J'ai un sourire neutre, détourne la tête. Je ne sais pas comment le lui dire sans qu'elle ne se vexe.

— C'est-à-dire que...

Je marque une pause.

— Notre émotion, c'est un truc qui nous définit, j'essaie de lui expliquer, maladroitement. C'est ce qu'on est, tout au fond de nous. Ce qui nous a fondé. C'est toujours là, quelque part...

Cette fois, je m'interromps et essaie de lire la compréhension dans son regard. J'hésite, soupire. Je ne sais pas à combien de personne j'ai pu le dire. Honnêtement, je veux dire. À part à mon vieil ami chinois…

— J'imagine que ça peut s'apparenter à…de la lassitude ? je lâche dans un souffle, les yeux baissés sur ma tasse.

"La lassitude de vivre", complète une petite voix dans ma tête. J'ai un sourire neutre à cette pensée, pas très réjouissante. Puis je hausse les sourcils.

— Enfin on s'en fiche. Je suis venu de moi-même. Parce que j'en avais assez d'errer seul…

Ouais, ma vie est triste. Je m'en rends compte, quand même, hein.

— J'essaie de faire en sorte de comprendre un peu les missionnaires, je souffle. D'arranger les choses. Comment je ne sais pas encore, mais ça viendra peut-être. Je pense qu'on peut tous cohabiter sans chercher à s’entre-détruire.

Doucement, je me passe une main sur la nuque.

— Tu sais, tu ne devrais pas trop t'en vouloir pour ta créanne. Ce genre de choses arrivent souvent. En plus, c'était un accident. Mais peut-être…enfin, essaie de ne pas abandonner les suivantes, peut-être ? C'est triste, quand on est seuls. On ne sait pas ce qu'on fait là, qui on est... On peut se faire embrigader tellement rapidement, quand on est jeune.

Ou alors on vit avec des chouettes pendant des années. Ça marche aussi.

Voir le profil de l'utilisateur





Page 1 sur 1
 
Les Chroniques de Sumer :: La Congrégation :: Le Cratère
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet