Poster un nouveau sujet Répondre au sujet
 :: La Congrégation :: Bibliothèque
Des abeilles et des hommes [Jolene]
Fray
Messages : 225
Localisation : Bibliothèque
Loisirs : Réciter des cosmogonies
Humeur : Dérangée
avatar
Fray Almovitsh

Personnage...
Pouvoir: aucun
Dieu: Non renseigné
Age: 35 ans
Mer 11 Nov - 19:15
Spoiler:
 


Il fait froid aujourd'hui. Ce n'est pas étonnant en soi, considérant l'endroit où se trouve la Congrégation, la Suède. Mais je l'affirme et je le confirme, ce matin il fait froid. Même selon les critères suédois. Je resserre un peu mon foulard autour de mon cou et l'idée de partir en vacances ressurgit. Je lève les yeux au ciel. Ah, petite opportuniste ! Tu reviens me titiller dans un moment de faiblesse !

Cela dit, je suis presque content d'avoir envie de voir un peu du paysage, sans pour autant qu'il s'agisse d'une nouvelle lubie. C'est assez reposant de réfléchir tranquillement à la possibilité de voyager au lieu d'acheter un billet d'avion dans l'heure qui suit l'apparition de l'idée ! Et puis, cela fait un moment que je n'ai pas vu les vieux amis restés en Estonie.

Je compte bien profiter de ce calme d'esprit pour prendre le temps d'y penser. L'idée de me dégourdir les jambes dans un pays un peu moins frais est fort sympathique, mais en ce moment, j'ai le sentiment que des choses nouvelles arrivent pour moi, ici. Oh, ce sont juste de nouvelles têtes. À force de faire mon curieux, je finis par rencontrer du monde, et de nouvelles personnes viennent peupler mes journées à la Congrégation.

Et j'ai l'impression que ce n'est que le début. Comme un mouvement très lent au début et qui s'accélère progressivement. Je ne veux pas perdre l'occasion de les observer, d'en voir d'autres arriver, et pourquoi pas, de rester un peu avec elles. De vivre ces nouvelles expériences à venir.

Non, il se prépare des choses que je ne veux pas manquer, que ce soit pour ma seule personne ou pour le reste du monde. Je contrôle enfin assez mes pensées pour qu'elles deviennent moins handicapantes, je veux en profiter pour voir de nouvelles têtes ici avant d'en aller trouver d'autres par delà le monde.

En parlant de nouveautés, il y a justement une créature que je n'avais jamais vue dans les rayons de la bibliothèque. Ça a l'air bruyant, et un peu étrange. Enfin, je suis mal placé pour juger l'étrangeté des autres... à moins qu'au contraire je ne sois la personne la mieux placée pour en décider, qui sait ? Qu'importe, ce dont je suis sûr, c'est que je suis curieux et que rien de ce qui n'attire ma curiosité ne ressort de cette pièce sans que j'ai pu l'observer.

J'ai le sentiment de rejouer à chaque fois la même scène, tandis que je m'approche à pas de loups de la petite personne au comportement intriguant. Mais maintenant que j'y ai pris goût, je ne me lasse plus de ce frisson d'interrogation qui me prends à chaque fois que je décide d'aller vers une personne nouvelle : qui seras-tu ? Intéressante ou ennuyeuse ?

Il n'y a qu'un seul moyen de le savoir. Ce moyen commence par ce qui est sûrement la phrase la plus anodine du monde, mais que j'adore prononcer avec l'air malicieux d'un M. Loyal dans son cirque, certain de la qualité du spectacle à venir, et anticipant l'amusement qui va en découler.

- Bonjour, je suis Fray Almovitsh, le bibliothécaire de ces lieux. Puis-je vous aider ?

Voir le profil de l'utilisateur

Jolene
Messages : 360
Localisation : Hihi !
Loisirs : Haha!
Humeur : Héhé !
avatar
Jolene Meow

Personnage...
Pouvoir: Informateur
Dieu: Enki
Age: Demandez au chat mort là bas il vous dira 17, demandez à la vieille térifiée là bas elle vous dira peut être 6.
Sam 12 Déc - 0:30
Il faisait beau. Ca c'était une bonne chose. Bon il faisait froid aussi. Ca c'est moins cool mais quand on court ça le fait. Suffit de se trouver un truc motivant pour courir et après ça le fau tout seul. Genre.. Oh ! La meuf de la chambre a la bleue ! Elle est drôle! Elle s'enfuit tout le temps quand elle me voit. Du coup je lui cours après et on joue a cache cache. Je pense quelle me croit mentalement dérangé du genre pédophile et tout. Faut qu'elle calme ses ardeurs la petite hein. Je suis pas encore majeur wesh !

Mais aujourd'hui je ne peux pas courir après les gens. On va avoir des examins et tout a l'école.. Bon j'avoue j'ai jamais eu besoin de réviser mais la il faut qu'on fasse un exposé ou je ne sais trop quoi sur un sujet défini.. Qu'est ce qu'il a dit le monsieur déjà ? Ah oui ! "prouvez que vous savez construire quelque chose !" Je vais lui montrez moi que je sais construire des trucs ! Wesh !

Maintenant le truc c'est trouver la bibliothèque. Non mais vous avez vu la taille de cette école. Je vous jure faudrait faire un jeu de piste ! Oh mais quelle idée ! Il faudrait que j'en parle à mon idole .. Renzo tout puissant entend la voix de ton serviteur qui te parle ! J'ai une idée de fou ! Joins toi à moi pour la réaliser ! Mettons de la joie et de la gaieté dans ce monde !

Je passe et repasse par des endroits tout à fait intéréssant. Et .. Ah .. Ooh ! OOOH ! OH ! C'est là ! Y'a pleins de gens sérieux avec des lunettes qui ne parlent pas ! A tous les coups c'est là ! Pouah l'angoisse je vous jure ! Trop flippant ! Je rentre en sautillant et fredonnant un air qui vient d'un film.. Shrek non ? Possible! Ca met de bonne humeur en tout cas ! Enfin .. Moi en tout cas. Parce que les autres ils tirent des gueules chelous.. Les pauvres.. Leurs vies doivent être si .. Ennuyante.

Je cherche des trucs un peu partout. WAAAAAAAAH ! C'est ouf ! C'est rangé d'une façon trop cool ! Putain ! Je kiffe ma race ! Oh wait .. Je renifle l'air. Il y a une présence là. Je me retourne.

-Bonjour, je suis Fray Almovitsh, le bibliothécaire de ces lieux. Puis-je vous aider ?


… Il a pas de sourcils. C'est terrifiant. Vous pensez que c'est un défaut de naissance ? Oh mais ! Attendez ! C'est le bibliothécaire ? Mais c'est génial ! C'est un génie ce mec ! Han je suis super heureux de le rencontrer ! Je lui prend la main et la secoue vivement.

-Jolene Meow, prêtre roi d'Enki.

Je garde un sourire figé et une regard émerveillé. Puis bug. AAAH ! Répondre !

-Je cherche un truc a construire !

Voir le profil de l'utilisateur



Fray
Messages : 225
Localisation : Bibliothèque
Loisirs : Réciter des cosmogonies
Humeur : Dérangée
avatar
Fray Almovitsh

Personnage...
Pouvoir: aucun
Dieu: Non renseigné
Age: 35 ans
Dim 17 Jan - 15:27

Quand je me présente, l'étrange personne écarquille les yeux, étonnée peut-être ? Mais son expression se transforme, en un quart de seconde l'étonnement devient un enthousiasme sans borne. Il se présente en me serrant vigoureusement la main. Un prêtre-roi, donc. Un habitué de la Congrégation mais pas de la bibliothèque. Son prénom me dit quelque chose. Jolene, chanson d'avant ma naissance ? Non, pas ça, autre chose...

C'est extrêmement frustrant, quand vous avez une mémoire exceptionnelle, de ne pas réussir à vous souvenir de quelque chose. C'est aussi très rare. La seule explication possible à cette impression dérangeante est que j'ai du entendre un jour quelqu'un qui ne s'adressait pas à moi prononcer ce nom, qui est parti se ranger quelque part dans ma mémoire, sans que je me souvienne pour autant du reste d'une conversation que je n'écoutais pas vraiment. Ça m'arrive quelques fois, des bribes entendues dans le métro ou au restaurant, qui s'impriment durablement dans mon esprit, sans raison.
Cependant, je pense que j'ai déjà entendu le nom de Jolene à la Congrégation, ce qui serait probable en fin de compte. Le dit Jolene continue à me fixer, immobile et béat, comme une cassette mise sur pause. Quelques secondes plus tard, il s'anime à nouveau, bruyant et turbulent, presque éclaboussant d'énergie. Il s'écrie vivement :

- Je cherche un truc à construire !

Ça, je crois bien que c'est une première ! De toutes les requêtes que j'ai entendues, c'est à la fois l'une des plus vagues et des plus spécifiques. C'est intrigant, et ça promet d'être intéressant... Je lui demande quelques précisions :

- Est-ce que vous savez déjà ce que vous voulez construire ? De toutes façons, tous les manuels de construction sont rangés au même endroit, suivez-moi.

Il a une façon un peu étrange de marcher, un peu sautillante et... saccadée ? Je me plante devant le rayon d'étagères en question, une de mes réussites. Aucun lien apparent entre « Comment bâtir une relation amoureuse stable » et « Les herbiers pour les nuls », les visiteurs ont besoin de moi pour connaître la logique de rangement de ces manuels. Voilà comment on se rend indispensable !

Je jette un coup d’œil au visiteur du jour. C'est intrigant, il a l'air constant dans son enthousiasme turbulent... Fou, peut-être ? Qui sait, de nos jours, cette congrégation ressemble de plus en plus à une fête du chapelier fou, car ce genre de détail n'a pas l'air d'empêcher les dieux d'en faire des missionnaires. Je continue de lui poser quelques questions :

- Quel est le genre de votre projet de construction ? Je ne veux pas être indiscret, mais je vais avoir besoin de plus d'indications pour vous conseiller le livre qu'il vous faut. Nous avons toutes sortes de manuel, tout dépend de votre budget et du type de chose que vous voulez bâtir : une relation ? Une fusée ? Un empire ? Un composteur ? Une carrière ? Une mangeoire à oiseau ?

En attendant plus d'informations de la part de ce qui semble être un jeune homme en presque bonne santé (il est bien pâle tout de même, il devrait peut-être passer à l'infirmerie ? Peut-être pas une bonne idée, je ne lui souhaite pas de se faire soigner par Terrence...), je parcours des yeux les titres des ouvrages :

- Si ça peut vous aider à vous décider, voilà quelques exemples : L'art du rejointoiement. Parler hongrois en 40 leçons. Cabanes et abris de jardin à construire soi-même. Comment élever un enfant adopté. Traité d'apiculture écossaise.

Crissement interne. Je sens le dérapage de mon esprit. J'ai presque envie de faire une prière aux dieux. « Faites que je ne sois pas bloqué sur le traité d'apiculture écossaise, s'il vous plaît, pas une nouvelle pensée-lubie-obsessionnelle maintenant. » Trop tard. Ma pensée dérive, je l'observe, impuissant, elle prend de plus en plus de place. Abeilles à Edinbourgh. Ça faisait bien plusieurs mois que ça ne m'était pas arrivé. Palynologie sur le site du Lochness.
Je me retourne vers Jolene, le visiteur à l'origine, finalement, de cette étrange situation.

- Est-ce que ça vous intéresserait, l'apiculture ?

Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 119
Localisation : Quelque part
Loisirs : Changer...
Humeur : Changeante
avatar
PNJ
Lun 1 Fév - 10:58






Groupe : Créanne
Rang : Ancienne
Dieu : Ershkigal
Statut : Second général des Enfers
Formes : Humain - papillon - squelette d'hydre
Age : Il est sexy, c'est tout ce qui compte
Passions / Loisirs : Titiller ♥
Caractère : Curieux
Divers : Il sait se montrer... "persuasif" lorsque cela s'impose
BAAL

La Congrégation ! Cette légende ! Un petit sourire traversa les lèvres du second des Enfers. Il vit ses camarades se disperser à travers ce lieu, nota avec un sourire l’absence de Belial, espérant qu’elle se serait fait désintégrer et partit de son côté. Contrairement à ces fans de massacres, il avait soif de connaissance, après tout il était plus stratégique que les autres.
C’était sa première visite, c’était un honneur. Et on ne règne pas sur un monde qu’on ne connait pas. Baal était curieux, curieux de ce monde pas comme le sien, c’était comme débarquer au milieu d’un paysage débloqué après avoir gagné un niveau. Il avait envie d’en connaître chaque recoin pour le maîtriser. Il se dirigea donc vers la bibliothèque.
Il savait celle de la Congrégation emplie de nombreux ouvrages, même plus, de nombreuses archives et reliques, dangereuses pour certaines. Il entra donc, se faisant dévisager par les personnes de l’entrée. Ho, certes il ne pouvait pas cacher son aura de mort, son aura noire et assommante. La stagiaire qui faisait les emprunts tomba dans les pommes. Ce qui lui tira un rire un peu snob, oui les humains sont un peu stupides parfois.
Il se balada entre les rayons, saisissant parfois quelques livres, et fut attiré par une aura particulière, mais surtout une voix.

- Si ça peut vous aider à vous décider, voilà quelques exemples : L'art du rejointoiement. Parler hongrois en 40 leçons. Cabanes et abris de jardin à construire soi-même. Comment élever un enfant adopté. Traité d'apiculture écossaise.

Il leva un sourcil ; un homme cultivé, cela existait donc ? L’Enfer n’avait le droit qu’aux ouvrages détruits par les hommes et Baal les avait tous lu. C’était idéal lors des guerres et des révolutions, mais depuis les hommes avaient appris à conserver leurs ouvrages, il en savait donc moins.
Mais il avait là, à porté de main, cet homme pour le moins étrange, dont la logique semblait lui échapper et dont le savoir pourrait sûrement l’aider à soumettre ce monde. Il lui fallait dans sa collection. Il s’approcha, sous sa forme de papillon magnifique, jugea d’un coup d’oeil l’être plus jeune avec lequel il parlait et se posa sur l’épaule du médium, sans se faire remarquer. D’une douce voix mentale, il s’adressa à ce dernier.


_ J’aimerai aussi en savoir plus sur ces sujets, mon cher, m’ouvrirez vous votre esprit ?

Demander la permission n'est qu’une formalité. Baal n’a pas besoin qu’on l’approuve pour agir. Juste après ses mots, il entra dans son esprit.
 

Voir le profil de l'utilisateur

Jolene
Messages : 360
Localisation : Hihi !
Loisirs : Haha!
Humeur : Héhé !
avatar
Jolene Meow

Personnage...
Pouvoir: Informateur
Dieu: Enki
Age: Demandez au chat mort là bas il vous dira 17, demandez à la vieille térifiée là bas elle vous dira peut être 6.
Jeu 18 Fév - 23:56
Je suis à la bibliothèque. C'est drolement chouette ! Oh ca oui ! oui ! oui ! C'est chouette ! chouette et encore tout chouette ! D'ailleurs en parlant de chouette on aurait envie d'en être une et de faire notre nid par ici ! Ou par là ! Entre le Petit Prince et l'Atlas Antique du Chili. Oh ce serait tellement beau ! Y'a des choses comme ça qui ne peuvent que nous réjouir. Je regarde autour de moi. Habiter ici .. Oui ! Je veux ! On signe où ?

Je regarde le grand monsieur qui est en train de me parler. Waaaaw ! Il a de ces cheveux ! Un truc de dingue ! Oh ! Ce serait trop mignon s on en faisait des macarons ! Comme madame leïa de je sais plus trop où ! Celle avec le balais coupant lumineux qui fait "dzzzz ! dzzzzz! zzzzzzzzzzz !". Après il manquerait plus que lui mettre un grande toge blanche et c'est partit ! Il serait tellement girly badass ! Haaaan ! Mais c'est que je tiens un concept là ! Un véritable concept à n'en pas douter ! Oh j'aime ça ! Il me parle. Je le regarde avec des grands yeux buvant chacune des paroles de mon futur mannequin cosplay. Je le suis en sautillant.

-Noooonn .. Je ne sais pas du tout .. J'aime ce qui rend heureux !

Je regarde les rayons. Puis l'homme sans sourcils. Puis les rayons. Puis l'homme. Les rayons. L'homme. Les rayons. L'homme. Encore les rayons. Encore l'homme. De nouveau les rayons. De nouveau l'homme. RAYONS ! HOMME ! RAYONS ! HOMME ! MAIS C'EST UN GENIE CE MEC ! Je le regarde avec des paillettes dans les yeux.  OOOOH ! Mais il y a tant de choses dans ce qu'il me propose, dans ce qu'il dit .. Waaaw.. Je voudrais faire la danse des sénékas autour de lui c'est la folie ! La folie moi j'vous dit ! J'écoute ce qu'il dit. Je reprends ce que j'ai dit. Mes yeux brillent à une idée.

-JE VEUX FAIRE VOLER LES ABEILLES !

Et comme ça je retrouve le "bzz, bzzz" du balais de madame leïa ! Et puis c'est tellement chouette ! Ca aporte du bonheur nutritif ! Du bonheur à manger ! Du bonheur tout sucré ! Ouiiii ! Oh ouiiii ! J'aime ça ! J'adore ça ! Je dirais même plus ! C'est CA ! CEST LE CA ! Je veux ! Je veux ! Je trépigne sur place. Hihihihihi ! Et là ! Il le dit .. Ooooooh ! Mais ooooh ! Je sens les larmes qui me montent aux yeux. C'est tellement rare qu'on me suive dans mes idées ! Je sautille sur place.

-Oh oui ! oui ! oui ! Chic chic chic !

Je fais une petite toupie sur moi même et là.. OOOOOOOH WAAAW ! Je vois un magnifique papillon ! Je m'élance.

-Papillon ! Papillon ! Gentil papillon ! Minute papillon !

Je vais l'attraper ce bougre !

Voir le profil de l'utilisateur



Fray
Messages : 225
Localisation : Bibliothèque
Loisirs : Réciter des cosmogonies
Humeur : Dérangée
avatar
Fray Almovitsh

Personnage...
Pouvoir: aucun
Dieu: Non renseigné
Age: 35 ans
Mar 29 Mar - 1:18


Tandis que j'énumère quelques idées, le dénommé Jolene me suit du regard en sautillant. Il paraît hésiter mais finit par se décider. Allons trouver quelque chose qui rende heureux ! C'est une tâche si facile, n'est-ce pas Heidegger ? Je finis de donner les titres des manuels qui m'inspirent le plus. Le dernier de la liste, le traité d'apiculture écossais, fait briller les yeux du jeune missionnaire. Il s'écrie pleins d'enthousiasme.

J'aimerais bien partager son enthousiasme. Dans mon esprit, je sens l'obsession monter, je rassemble malgré moi tout ce que je sais de l'apiculture et des abeilles, les connexions se font sans que je le veuille. Et pourtant, quelque chose ne va pas. J'ai du mal à y prêter complètement attention, parce que Apis Mellifera et Ned le Pâtissier et de nombreuses autres idées filent comme des comètes dans ma conscience.
Malgré cette exaltation, je peux de moins en moins ignorer l'aura forte et oppressante qui se répand rapidement autour de moi. J'aimerais bien parler à Jolene de la palynologie et des ruches médiévales en osier, mais il y a cette sensation qui s'étend comme une tâche sombre sur mon paysage mental. Elle n'est pas douloureuse mais elle reste désagréable. Telle une tâche d'encre noire en forme de papillon, accrochée sur le mur d'un cabinet de psychiatrie.

Quand j'adresse ma question à Jolene, il y a une voix doucereuse qui me répond. Elle n'existe pas et pourtant je l'entends. Ça n'augure jamais rien de bon.

- J'aimerais aussi en savoir plus sur ces sujets, mon cher, m'ouvrirez-vous votre esprit ?

Voilà quelqu'un qui a de bonnes manières, et c'est important les manières ! Ça rend un peu moins inquiétant le fait que la voix appartienne à une créanne. J'ai beau rester un observateur éloigné, à l'abri des événements de ce monde, j'ai quand même de l'expérience et je sens bien que cette aura est particulière.

Je vois Jolene qui sautille et trépigne, il doit être monté sur ressorts ce gamin. Je ne peux pas lui répondre. Je ne sais pas encore si je dois paniquer ou non, mais je suis tout de même paralysé. Jolene continue de s'exclamer, soudainement captivée par quelque chose.

- Papillon ! Papillon ! Gentil papillon ! Minute papillon !

Il s'élance vers moi, le regard fixé sur mon épaule. Voilà donc la source de mon malaise. J'ai envie de résister mais cette créature est inhabituelle, ça serait plus douloureux qu'autre chose et je suis déjà assez abîmé comme ça. Je pensais être en sécurité en restant enfermé à la Congrégation, mais je ne suis pas plus à l'abri ici qu'ailleurs si l'on considère les derniers événements.

Je la laisse donc faire. J'ai envie de lui répondre : « Ai-je vraiment le choix ? » mais la panique m'empêche de parler. J'essaie de faire abstraction. Je me concentre sur Jolene, qui prépare son élan pour atteindre mon épaule, afin de ne pas écouter les idées qui me traversent l'esprit, les calculs de probabilité et les scénarios à choix multiples de résolution de la crise. La situation a l'air catastrophique, j'ai mal au crâne, je suis loin de me sentir en sécurité, et pourtant, rien ne s'est encore passé.  

Enfin si, quelque chose vient de passer, et cette chose, c'est Jolene, que j'ai évité au dernier moment ! Je lâche un juron.

J'essaie toujours de faire abstraction, de ne pas me demander pourquoi personne n'est encore intervenu, quel événement a bouleversé l'organisation habituelle du monde, pourquoi la bibliothèque paraît soudainement vide, pourquoi un dieu choisirait quelqu'un d'aussi turbulent que Jolene comme missionnaire, comment vais-je me sortir de cette situation ? Pour éviter toutes ces questions angoissantes, je me concentre sur les idées moins inquiétantes qui traversent continuellement mon esprit, quelle que soit la situation, comme un brouhaha de fond. Pourquoi n'utilise-t-on plus l'écorce de bouleau pour écrire ? Ne pas penser à cette présence sombre dans mon esprit. Le moine de Novgorod est-il toujours vivant ? Comment sortir de la prison dorée de Sarmakand ? Les rizières de l'empire Khmer. Le succès de Taylor Swift. Les abeilles. Ne pas penser à cette présence sombre dans mon esprit. L'iconologie. Les abeilles. Les ruches en osier, la palynologie, les abeilles. Le traité d'apiculture écossais n'était jamais vraiment sorti de mon esprit, les obsessions ne s'évanouissent pas si facilement, elles restent dans ce brouhaha de fond jusqu'à ce que je puisse leurs accorder toute l'attention qu'elles méritent.

J'ai toujours mal au crâne, l'inquiétante présence de la créanne est désagréable, Jolene n'a pas encore réussi à attraper cet infernal papillon, personne n'est intervenu pour rétablir l'ordre des choses. Mais j'ai une nouvelle lubie pour m'occuper et éviter de paniquer ! N'est-ce pas merveilleux ?

Je m'adresse à Jolene, tout en observant du coin de l’œil l'insecte aux grandes ailes.

- Jolene, et si nous revenions aux abeilles ? Les papillons peuvent attendre, pas les abeilles ! Et puis, vous avez besoin de construire quelque chose, une ruche, est-ce que ça conviendrait à votre projet ? Une préférence pour l'emplacement de notre futur hôtel à pollinisateurs ?

J'attends sa réaction. Il a l'air assez imprévisible, mais ma proposition est suffisamment improbable pour attirer son attention. J'attends aussi la réaction de la créanne. Elle aussi paraît imprévisible, mais surtout bien plus dangereuse qu'un missionnaire sur ressorts. Je me redresse, le dos droit, et j'ajoute à haute voix à son attention :

- J'espère que le programme vous plaira, aujourd'hui, c'est un cours d'introduction à la pratique de l'apiculture écossaise !

Et me voilà de nouveau embarqué dans je-ne-sais-quelle béchamel infernale. Malgré le côté inquiétant de la situation, je suis de nouveau pris par un accès de curiosité et d'enthousiasme. Je me rappelle que les papillons aussi peuvent jouer le rôle de pollinisateur. Va-t-il ramener un peu de mon esprit en enfer pour y faire germer des fleurs ?

Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 119
Localisation : Quelque part
Loisirs : Changer...
Humeur : Changeante
avatar
PNJ
Lun 25 Avr - 23:53
HRP : désolée pour le retard T-T Je dis pas que ça se fera plus je sais pas mais désolée T-T Et désolée pour la courtitude du texte >.>



Groupe : Créanne
Rang : Ancienne
Dieu : Ershkigal
Statut : Second général des Enfers
Formes : Humain - papillon - squelette d'hydre
Age : Il est sexy, c'est tout ce qui compte
Passions / Loisirs : Titiller ♥
Caractère : Curieux
Divers : Il sait se montrer... "persuasif" lorsque cela s'impose
BAAL

Hm.
L'homme semblait comme pétrifié, dans un état de panique peu commun. Ça n'excitait pas particulièrement Baal d'être craint de la sorte, mais il voyait un aspect amusant à ce que cet homme de savoir soit littéralement en train de se torturer tout seul l'esprit pour trouver une solution à ce nouveau "problème".
C'était décidément l'homme parfait. Alors que l'homme semblait se prendre dans un méandre de pensées complexes, le plus jeune essaya de... L'attraper ? Il le jugea d'un regard hautain. De papillon, certes, mais toute son aura ressortait à travers ce tout petit regard. Il esquiva le bras qui s'élançait vers lui, s'envola doucement et passa derrière le jeune garçon. Missionnaire d'Enki, n'est ce pas ?
Il repris sa forme humaine, charmante, charmeuse et assez dévergondée, apparaissant juste derrière le petit Missionnaire et posant une main "apaisante" sur son épaule.
Il s'amusa quelques instants à regarder la réaction de son interlocuteur adulte, essayant de noyer ses pensées dans un flot incessant... Mais une apparition vaut mieux qu'un long discours.

_ Sois calme, jeune homme. Écoutons donc ce que ce charmant personnage a à nous dire. Bien qu'évidemment, je ne pourrais me contenter de la parole, vous le savez.

Et il ne fit plus durer le suspense. Son esprit entra dans celui du bibliothécaire, ordonna les pensées de premier plan en les écartant fébrilement, ne cherchant pas à imposer son esprit à celui du médium. Il récoltait juste les informations dont il avait besoin, le plus possible d'informations, tout en étant dans son corps, il délectait sa curiosité pour les siècles à venir. Il y a si peu de nouveautés, en bas, mais leur en monde en haut en est rempli.
Il se sert. Il n’abîme pas, par contre il n'est pas sûr de tout remettre au bon endroit. Le rangement est un peu particulier, il faut dire. Ça risque de lui provoquer quelques vertiges, peut-être sera t-il au bord de la perte de connaissance. Mais Baal n'a pas d'intérêt à l'abîmer. C'est toujours ce que ses compatriotes ne comprennent pas.
Il s'extirpe de l'esprit du médium avec les informations qu'il souhaite.

_ Votre connaissance est appétissante, à n'en point douter.

 

Voir le profil de l'utilisateur

Jolene
Messages : 360
Localisation : Hihi !
Loisirs : Haha!
Humeur : Héhé !
avatar
Jolene Meow

Personnage...
Pouvoir: Informateur
Dieu: Enki
Age: Demandez au chat mort là bas il vous dira 17, demandez à la vieille térifiée là bas elle vous dira peut être 6.
Jeu 30 Juin - 23:29
Jolene regarda l'homme. Il le fixa. Il le fixa le plus intensément qu'il pouvait fixer quelqu'un. On aurait presque pu croire qu'il était en train d'analyser ses entrailles. Mais non. Jolene le fixait plus suspicieux que jamais. Papillon et humain. Ce mec était un papillon ET un humain. Ce mec était pas cool quand même. Déjà parce qu'il pouvait voler et ça Jolene aurait kiffer pouvoir le faire. Bon il pouvait voler hein ! Mais le truc c'est qu'après il se faisait engueuler par Terrence et devait en général rester quelques semaines sans bouger.. tout ça pour quelques secondes dans les airs. Frustrant hein ? Non mais pour en revenir à ce gars en plus d'être un joli papillon qui vole il était un papillon qui vit plus de 3 jours quoi ! Sûr que c'était un vieux de masse d'année ! C'est toujours ça avec les créannes .. Elles font jamais leurs âges les vilaines ! Non et puis c'est un joli monsieur aussi ! Un joli papillon et un joli monsieur .. Franchement c'est pas cool .. Y'a un peu de non respect là .. C'est presque complexant ! Même si quand on voit parler ce brave monsieur on sent que c'est pas un tout méchant ! Non vraiment ! Juré hein ! C'est pas un tout méchant parce que je sais pas .. il est .. comment dire ? AAAH ! Je sais pas le mot ! Vilain blokus ! On dit quoi déjà ? C'est pas jovial, c'est .. Avenant ? Bon okay ! Disons que c'est un gentil monsieur avenant !

Jolene regarda ensuite la main se poser sur son épaule. Il ne bougea pas. C'est ce que le monsieur avenant demandait après tout. Et puis mine de rien l'aura du monsieur avenant était quand même méga plombante. C'était pas si vilain hein .. c'est juste que.. Bah on le sentait passer quoi. Un moment se passe sans que rien ne se dise. Jolene ne bouge toujours pas. Ses yeux passent tour à tour sur le visage des deux hommes. Il ne sait pas trop quoi faire. Le weird man n'a pas l'air de trop souffrir alors il ne bouge pas. Et l'autre monsieur est avenant.. Donc aucune raison non plus de bouger. Et puis il le sent. Là plus que jamais, il ne fait pas vraiment le poids. Il se sent .. un peu bête. Il ne sait pas quoi faire. Ni même quoi dire et ça, ça le perturbe. Vraiment. Cette situation n'est pas normale, cette situation n'est pas seine. Le monsieur avenant parle. Jolene relève subitement la tête vers lui.

-Tu as vu quoi ?

Etrangement la question était simple et direct. On aurait pu croire à un enfant qui posait la question à son grand frère mais rien de trop étrange venant du jeune énergumène. Il semblait étrnagement fasciné par cet homme avenant encore plus que par monsieur Rapunzel.

Voir le profil de l'utilisateur



Fray
Messages : 225
Localisation : Bibliothèque
Loisirs : Réciter des cosmogonies
Humeur : Dérangée
avatar
Fray Almovitsh

Personnage...
Pouvoir: aucun
Dieu: Non renseigné
Age: 35 ans
Ven 1 Juil - 22:10


Spoiler:
 

Bien, pourquoi est-ce que personne ne me suit dans ma nouvelle lubie ? Si moi, ça me permet de ne pas paniquer, de planifier la construction de ruches selon une vieille méthode écossaise, pourquoi est-ce que les autres ne me suivent pas ?
Probablement parce que les autres en question sont Jolene, un jeune et étrange missionnaire que je viens de rencontrer et qui paraît innocent et bizarre comme un enfant, et une créanne infernale à l'aura plus sombre que toutes celles que j'ai eu l'occasion de rencontrer. Et ils ont beau être des spécimens uniques en leur genre, ils n'ont pas l'esprit aussi dérangé que moi.

Donc je suis le seul ici à être soudainement obsédé par les abeilles ? Je suis le seul à vouloir suivre cette pulsion irrationnelle pour ne pas affronter mes peurs ? D'accord, très bien, si c'est comme ça, j'aimerais bien partir et rejoindre des personnes plus ouvertes d'esprit.
Mais bien que je ne fasse que sentir l'immense présence de la créanne, près de la mienne, et bien que celle-ci n'essaie même pas de me posséder, je suis tout de même paralysé.

Je me déteste de ne pas savoir comment réagir, de me laisser envahir par la panique. Je pensais avoir fait des progrès.

J'ai mis plusieurs années pour mieux me contrôler et ne plus me laisser déborder par mes lubies obsessionnelles, et voilà que les abeilles ne quittent plus mon esprit. Oh, je ne perds plus complètement la tête comme avant, mais je sais que mon esprit n'aura plus de repos jusqu'à ce que j'accomplisse au moins une tâche du manuel d'apiculture écossais. Jusqu'à ce que je sois devant le fait accompli, cette idée tournera en boucle, incessamment.

De la même façon, je pensais m'être habitué aux auras de créanne. Ainsi, la vache-crabe est toujours aussi insupportable, mais son aura me met moins mal à l'aise qu'avant. Je ne me sens plus menacé par ce type de présence surnaturelle, même quand elles apparaissent au moment où je m'y attends le moins.

Et pourtant, il faut que mon esprit se détraque le jour où une créanne des enfers fait escale à la bibliothèque ! Il semblerait que j'ai moins progressé que je ne le croyais. C'est frustrant, tellement frustrant que j'enrage. Parce que j'énumère des hypothèses au lieu d'affronter mes peurs. Parce que je suis figé, obnubilé par les abeilles et mes hantises, au lieu de profiter de cette occasion de découvrir une partie de l'inframonde que je connais uniquement grâce aux textes anciens.

Me voilà face à une créanne des enfers, je le sens, cette aura sombre et inouïe, ça ne peut être que ça. Je pourrais apprendre tellement de cette expérience... Si seulement je n'étais pas glacé par cette insidieuse peur d'enfant ! Toutes ces années d'efforts, pour mieux sentir et reconnaître les auras... Toutes ces années à essayer d'observer le monde et les créatures qui le peuplent de façon objective... Je suis désormais capable de poser sur le monde un regard neutre, sans haine, malgré l'accident de mon enfance, et la seule chose qui m'en empêche en cet instant, c'est moi-même !

Le papillon, après s'être envolé pour échapper à Jolene, virevolte un court instant, puis retrouve sa forme humaine. Je sais qu'il m'examine, et j'aimerais faire de même, maintenant qu'il se trouve en face de moi, car les dieux savent combien j'aime observer, avec toute l'attention dont je suis capable, les personnes intrigantes et les nouveaux interlocuteurs. Cependant, j'en suis bien incapable pour le moment, car tout n'est qu'abeilles, frustration et rage, interrogation et peur dans mon esprit, que traversent les réflexions sur mon parcours, mes aspirations et mes échecs, dans un imbroglio inextricable qui commence à m'étouffer.
C'est ironique et pitoyable : ce n'est pas la créanne qui m'empêche de bouger, c'est moi-même.

De nouveaux mots résonnent. Bien que l'homme s'adresse à Jolene, il m'invite à parler,  il est prêt à m'écouter... Mais je n'arrive plus à gérer le flux de mes pensées, je n'arrive plus à me concentrer suffisamment pour en choisir une. Est-ce que je suis... charmant ? Effrayant, théâtral, étrange, pompeux, intrigant, on me l'a déjà dit, mais charmant, je crois bien que c'est une première... Cette pensée se mêle au capharnaüm de ma conscience, au moment où une nouvelle sensation apparaisse.

C'est comme une grande bouffée d'air frais. J'étouffais dans un cercle vicieux de pensées, et soudainement, tout devient clair. En prenant son apparence d'homme, il est complètement entré dans mon esprit. Il ne prend pas ma place, non, il ne me possède pas, il entre en contact. C'est une expérience inédite.
C'est presque gênant car j'ai l'impression d'être mis à nu, c'est très personnel, l'intérieur d'un esprit. Mais quelque soit son but, ça n'a pas l'air d'être de me détruire. Son aura a beau être immense et obscure, elle ne me blesse pas. Au contraire, pour pouvoir m'examiner, elle me libère de mes obsessions, elle met en ordre mes émotions, elle calme la tourmente... La panique s'amenuise, l'obsession pour les ruches écossaises s'éteint. Je peux enfin raisonner calmement.

Grâce à l'ordre qu'il a mis dans mon esprit afin de mieux pouvoir l'examiner, je peux enfin observer avec lucidité cet événement rare, duquel je suis à la fois acteur et spectateur ! Peu importe les intérêts que je suis censé servir, les actions de la Congrégation contre les créannes dangereuses, peu importe la bonne cause. Aujourd'hui, je serai égoïste, je ferai d'abord ce qui a toujours été mon but depuis que je suis arrivé à Stockholm, il y a bien des années. Je regarderai avec fascination les événements fascinants et merveilleux qui surgissent de l'épaisseur surnaturelle du monde.

Maintenant que j'arrive à me concentrer, je peux enfin observer cet homme à ma guise. Et nom d'une Mae Jemison, je ne m'attendais pas à ce qu'il soit aussi envoûtant sous sa forme humaine. Sa présence est captivante. Son apparence l'est aussi. Je sais que ma sensibilité à la beauté est particulière, mais je me dois d'admettre qu'il est, très objectivement, beau.
À côté de lui, Jolene reste immobile. Ce qui est peut-être la chose la plus étonnante qui soit arrivée pour le moment. Lui aussi a l'air absorbé par son charisme. Je fixe intensément cet homme. Malgré sa présence dans mon esprit, il me laisse la liberté de réunir mes connaissances, et de fil en aiguille, de New-York à Palmyre, de Ershkigal à Hannibal, je déduis l'identité de la sombre et fascinante créature qui se tient devant moi.

Sa présence s'estompe, puis quitte complètement mon esprit. Me voilà de nouveau seul. Je suis pris d'un puissant vertige. Je ne sais pas trop à quoi ou comment je me raccroche pour ne pas tomber, mais au bout d'un moment, je rouvre les yeux et je passe outre ce désagrément. Il me dit :

- Votre connaissance est appétissante, à n'en point douter.

Je déglutis avec difficulté. J'aimerais être complètement neutre, mais il m'est impossible de rester indifférent. Il est inquiétant, nébuleux, fascinant, certainement dangereux mais surtout captivant. Cependant, je ne perds pas de vue mon objectif. Je lui adresse enfin la parole :

- Si mes connaissances ont pu vous être d'une quelconque utilité, accepteriez-vous en échange de me laisser accéder aux savoirs que vous, vous détenez ? Répondrez-vous à mes questions, Baal ?

Les interrogations sont trop nombreuses, je ne sais pas par laquelle commencer... Pourquoi être sorti des Enfers ? Et comment est-ce possible ? Pourquoi venir ici, en particulier, dans ma bibliothèque ? Retournera-t-il dans les mondes souterrains de son plein gré ? Désire-t-il maintenir l'équilibre du monde ? Quelles sont ses intentions, ses aspirations ?

Mais c'est la question que pose Jolene, simple, mais essentielle, que je retiens.

- Tu as vu quoi ?
A-t-il demandé, d'un ton grave et presque enfantin. Je crois que Baal ne me fera pas de mal, car je détiens des informations qui l'intéressent. Mais parmi toutes celles que je garde en mémoire, lesquelles sont importantes pour lui ? Je le lui demande :

- Oui, qu'avez-vous vu ? Qu'avez-vous trouvé à votre goût dans mon esprit ?

Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 119
Localisation : Quelque part
Loisirs : Changer...
Humeur : Changeante
avatar
PNJ
Lun 4 Juil - 23:27






Groupe : Créanne
Rang : Ancienne
Dieu : Ershkigal
Statut : Second général des Enfers
Formes : Humain - papillon - squelette d'hydre
Age : Il est sexy, c'est tout ce qui compte
Passions / Loisirs : Titiller ♥
Caractère : Curieux
Divers : Il sait se montrer... "persuasif" lorsque cela s'impose
BAAL

"Ils sont amusants."
C'est ce que pensaient Baal. Il ne pensait pas que sa forme humaine en imposait à ce point, les autres avaient tendance à le trouver trop... Vivifié ? Quelque chose comme ça. En tous cas ça ne laissait pas indifférent ses deux interlocuteurs, ce qui l'amena à penser très naturellement que sa forme humaine avait des attraits avantageux en critères de beauté humaine. Il n'avait pas vraiment l'intention d'en faire usage mais c'était plutôt agréable.
Par contre, les deux ont des réactions très différentes à la peur, alors même que leurs deux esprits ont l'air aussi désordonnés l'un que l'autre. L'enfant semble devenir d'n seul coup moins bavard, presque sérieux, ce qui surprend le second, encore dans un état de panique et de léthargie, Baal n'avait pas vraiment saisi lequel des deux dominait.
Mais les deux avaient la même question. Une question loin d'être dénuée d'intérêt, en fait. Ils allaient droit au but sans s’embarrasser des subtilités, et en cela ils se comportaient exactement comme des Missionnaires classiques tels que Baal se les imaginait. Mais ça manquait cruellement de charme, de demander de but en blanc ce qu'il était venu chercher, si ça pouvait comporter un quelconque danger...
Cette pensée fit sourire Baal, et il laissa un petit silence de suspense flotter avant de répondre, curieux.

_ Que feriez vous si je vous disais tout, en réalité ? Deviendriez vous violents ? J'ai vu la manière de se comporter des hommes, les sociétés qu'ils ont battis, la perte de puissance des Dieux et toutes vos pensées fortes intéressantes sur le sujet, j'ai approché nombre de secrets de la Congrégation -me parlerez vous plus en détails de la thèse de notre cher Renzo, il me tarde de savoir s'il s'est inspiré de mes dires pour l'écrire !- j'ai gravis vos sommets en images et les abeilles n'ont pu me cacher les peurs les plus profondes des hommes. J'ai vu vos défauts, vos attentes, vos espoirs, les moyens que vous avez inventé vous mêmes pour vous détruire, vos enfants, vos animaux, vos vies- et que vous en savez des choses sur la Vie ! Et tant d'autres choses encore...

Baal était en effet quelqu'un qui apprenait très, très, très vite.
Nouveau silence, temps d'observer leurs réactions si curieuses...

_ Qu'allez donc vous faire ? Vous (il montra le bibliothécaire) qui brûlez de questions et vous (il montra le Missionnaire) qui semble n'en avoir presque aucune... Soyez bien sûr que je répondrais à chacune de vos questions, en réalité, elles m'intéressent tout autant que les réponses que je peux avoir dans vos esprits...

On ne gouverne pas un peuple par la force, mais en répondant à ses questions avec la réponse la plus appropriée... Afin de le plonger dans un doux rêve d'utopie, qu'il oublie la réalité et les vraies questions qu'il devrait se poser.
 

Voir le profil de l'utilisateur

Jolene
Messages : 360
Localisation : Hihi !
Loisirs : Haha!
Humeur : Héhé !
avatar
Jolene Meow

Personnage...
Pouvoir: Informateur
Dieu: Enki
Age: Demandez au chat mort là bas il vous dira 17, demandez à la vieille térifiée là bas elle vous dira peut être 6.
Dim 10 Juil - 22:37
Oooh ! Mais le monsieur il est trop coool ! Mais il est .. mais .. mais .. mais c'est tellement classe . Non mais cette aura et puis ce physique mine de rien .. Ca joue quand même. Non mais ce mec est un peu typé comme un magnolia : classe, solide, charmant mais étrangement on a du mal a savoir directement ce qui est si attractif. Dans le cas du magnolia sa reste un putain d'arbre et dans ce cas présent .. hmm.. On aura le temps de juger dans les moments à venir. Chaque chose en son temps comme on dit. Mais par contre ce très cher monsieur avenant nous a autorisé poser des questions . Du coup eh bien .. Okay ! Pas de problème, allez let's go !

-Mais du coup vous avez quel age ?

Question tout à fait justifié si on tient compte qu'une créanne ne parrait que très rarement l'age qu'elle a vraiment et puis bon avec la puissance il y a toujours la curiosité de savoir en combien de temps on devient un pur balèze qui remballe tout le monde rien qu'à son aura wesh maggle.

-Vous avez des amis ? Des gens vivants ?

De nouveau, nous voici face à une question hautement intéréssante mais qui en soulève une autre, pouvons nous, oui ou non, concidérer les créannes comme des êtres vivants. Et dans tous les cas il est toujours intéréssant de savoir si tout le monde a des amis ! La dépression, le burn out tout ça tout ça, ce sont des choses vites arrivées !

-Selon vous y a-t-il une chance de sauvez le monde ?

Ah ! Si monsieur, comme il le dit, est savan peut être a-t-il la réponse à la grande question universelle ! La vrai grande question qui nous tiraille tous et je ne parle pas de 42. Non non non, je parle bien de l'écologie et de la décaddence Ô combien triste de la terre. “Elle pleure, elle pleure ma planète. Elle sent que sa est proche et sa la rend folle.”

Vous connaissez les abeilles ?

Ca c'est pour un projet dans un futur proche. Savoir si jamais on peut avoir une paire de bras supplémentaire c'est toujours bien hein !

-Comment avez vous rencontré Maître Renzo ? C'est mon idole vous savez ?

Ca c'est intriguant ! Non mais il a parlé de maître Renzo là ?! Non mais vraiment ! Il en a parlé ! Maitre Renzo ! Le grand ! L'audacieux ! Le merveilleux ! Et ils ont parlé ensemble de leur connaissance.. Lui aurait il ensaigné à lui aussi une technique d'approche du grand vilain monsieur pour le purifier grace à la peau humide de Gobi ?

-Est ce que vous êtes vraiment fort ?

Non parce que là qu'on soit d'accord, il y a badass et badass. Il y a le mec qui arrive, genre trop classe que l'on se dit qu'il va tout défoncer mais qu'en fait non parce que là d'un coup c'est le gros fail. Et je parle d'un truc bien plus choquant et humilliant que les hommes en magical girl -eux très clairement je les soutiens ! Leur cause est pure ! -. Et puis à coté t'as le vrai badass qui là sur toute la ligne, de A à Z , d'un bout à l'autre de la terre, sera toujours en mode Vegeta Super Saiyen.

-Est ce que vous avec déjà voulu changer de forme physique ?

Non parce qu'il avait beau être aussi un maaagnifique papillon' il n'a que cette forme humaine et ça peut quand même parfois être plutôt emmerdant. Non mais c'est une question à poser !Vraiment ! C'est quand même super intriguant de savoir si les créannes dévellope un complexe de la forme unique. En tant qu'humain on se dit que ouais okay la c'est l'adolescence et on prend cher mais en toute logique ça va pas durer.. Ce qui ne serait pas le cas d'une créanne ayant la forme humaine d'un adolescent boutouneux en pleine mue vocale. Rip à elle.

-On vous a déjà dit que vous étiez vraiment vraiment très cool ?

Aucun commentaire. Ce mec était vraiment cool. Il pourrait faire la corré de Last Kechup sur le fond de Aqua, Barbie Girl le tout habillé en power rangers jaune devant et marron derrière que ça le ferait quand même !

-Est ce que vous avez créé votre famille ?

Ca rejoint un peu l'idée de la forme unique en soit. Il est intéréssant de savoir si les créannes ressentent une sollitude au niveau de la famille. Chez les humains c'est comme ça, bon y'en a qui s'en battent cruellement les couilles -n'est ce pas petite soeur ..?- mais après il y en a pour qui c'est indipensable ! Et les créannes alors ? Elles en ont pas ? Elles font comment ? C'est très perturbant vous savez ?

-C'est quoi votre émotion ?

Question lambda de base à poser à une créanne qu'on est en train de plus ou moins juger. Disons que .. Si c'est une créanne de la haine ce n'est pas toujours sûre de rester à proximité. Mais bon dans le cas présent c'est plus de la curiosité parce que le monsieur est avenant, c'est un monsieur cool.

-Parfois vous êtes triste ?

Est ce qu'un personnage badass peut être triste ? Telle est la question. Badass est une chose mais badass sans émotions ni but ce n'est plus badass. Mais du coup monsieur est ce que ça vous est arrivé de verser votre larmichette ? Pompeï ? Titanic ? La maman de Bambi ? Donald Trump ?

-Vous connaissez le grand vilain monsieur ?

D'après ce qu'il se disait beaucoup de monde connaissait Barbichounette. Ce cher directeur était en fait un peu le mec sweg du fond la cour un peu ténébreux qui se la joue jmenbalek et jfais pas mes devoirs parce que au pire si j'ai des mauvaises notes j'men fou j'ai pu mes parents sur le dos. Même Gobi et sa bienfaisaeance n'ont rien su faire.

-C'est quoi votre plat préféré ? C'est quoi ce que vous aimé ?

Poulet ou Saint pierre ? Vin blanc ou vin rouge ? Ou alors bon gros burger parce que nous on est des thugs ?

-Est ce que vous allez restez chez nous ?

Il lui prête son lit s'il le faut ! Et puis il est même okay pour lui faire la viste ! Même si le monsieur doit déjà bien connaitre .. Au pire ils se baladeront ensemble et ce sera même lui qui fera la visite !

Jolene ne souriait pas vraiment. En fait il ne sourrait pas. Il était même plutôt sérieux à vrai dire. La seule chose qui le discrédidtait plus qu'autre chose était les yeux immenses remplis de paillettes qu'il arborait en fixant Baal. Il voyait en cet homme quelqu'un de badass. De vraiment hautement badass.

Voir le profil de l'utilisateur



Fray
Messages : 225
Localisation : Bibliothèque
Loisirs : Réciter des cosmogonies
Humeur : Dérangée
avatar
Fray Almovitsh

Personnage...
Pouvoir: aucun
Dieu: Non renseigné
Age: 35 ans
Mer 17 Aoû - 23:31


Je suis captivé par les paroles que prononce Baal, presque malgré moi, et j'ai l'impression qu'il en va de même pour Jolene. Mais une phrase de sa tirade attire plus particulièrement mon attention. « La perte de puissance des Dieux. », je sais bien qu'il a vu dans mon esprit ce que j'ai observé durant toutes ces années, mais le fait d'entendre mes conclusions prononcées à haute voix par quelqu'un d'autre, c'est comme une confirmation de ce dont j'avais toujours douté. J'ai une sorte de frisson, à entendre ainsi quelqu'un énumérer certains de mes sujets de réflexion les plus intimes.

Mais ce frisson est vite remplacé par un fort sentiment de culpabilité. La thèse de Renzo. Je fais intérieurement le bruit de la tortue frustrée et bloquée. Je savais bien, en voyant la couverture, et aux quelques mots de Steek, que c'était un document important, je n'aurais pas du le lâcher des yeux une seconde... j'étais naïf au point de croire que les personnes mal intentionnées ne passaient pas les portes de la Congrégation.
Et puis, je n'ai pas pu lire une seule ligne de la fameuse thèse. Et j'ai beau dessiner des constellations qui relient les textes, les personnes, Renzo, les dieux, les concepts, les hypothèses folles et raisonnables... mon réseau mental s'approche peut-être de la vérité, mais cela ne signifie pas pour autant que je la connaisse.

Cela dit, il est certain que Renzo n'a pas réellement choisi d'écrire sur les échanges commerciaux d'un port vieux de plus de quatre mille ans (et à sa place, je n'aurais pas choisi Dilmun, quitte à écrire sur un port disparu, autant en choisir un plus palpitant comme Haithabu). Et aux dires de Baal, mes pensées valent le détour, alors... Peut-être ne suis-je pas si loin de l'ineffable ? Peut-être est-ce parce que je suis proche de la vérité que Baal a choisi cette bibliothèque entre toutes ?

- Non, je ne peux pas vous parler des thèses des étudiants. Je ne les lis pas toujours. Par contre, je peux vous parler des livres pour enfants, ils sont en général plus intéressants. Que pensez-vous de J.M. Barrie ? De Peter Pan, l'enfant qui ne voulait pas grandir, du capitaine pirate au crochet, du crocodile qui avalait un réveil-matin ? Que pensez-vous de cette petite fée irascible, qui cesse d'exister lorsqu'on ne croit plus en elle ?

Peut-être que je me trompe... Peut-être que j'en apprendrai plus aujourd'hui, puisque Baal accepte de répondre à toutes nos question. Alors que je suis celui qui est censé « brûler » (c'est presque indécent comme formulation), c'est le moment que choisit celui-qui-ne-semble-n'avoir-aucune-question-à-poser pour nous inonder d'interrogations. Effrayant ce gamin. Et sans aucun tact.

À sa place, je serais mal à l'aise. Oh, d'habitude, peu m'importe ce que les gens peuvent bien penser de moi, à moins que je ne les tienne haut dans mon estime. Mais ici, c'est de l'attirant mais dangereux, du fascinant et inquiétant Baal qu'il s'agit. Il a beau avoir évacué la peur de mon esprit, il me reste un sentiment de vulnérabilité et de pudeur, qui m'empêche d'être aussi direct que Jolene.

Par exemple, il est quand même notoire que demander l'âge de quelqu'un, c'est très délicat (je ne dis pas que, moi aussi ,je ne suis pas curieux de le savoir, je dis juste que Jolene aurait pu commencer par autre chose). Demander s'il a des amis, pourquoi pas, après tout, bien que ce soit improbable, se découvrir des amis communs aide à briser la glace et à créer des liens. Mais alors, préciser « vivants », je trouve ça presque offensant ! Cependant, et une fois de plus, je ne peux m'empêcher de partager la curiosité de Jolene.
Tout y passe, le sort du monde, les abeilles, Renzo... D'ailleurs, je ne suis pas certain de vouloir savoir ce qui se passe aux Enfers. Enfin, bien sûr que si, je veux savoir ce qu'ils contiennent, mais je n'ai pas besoin de potins sur ce que Renzo fait là-bas et sur le contenu de ses conversations avec les créannes infernales. C'est sa vie privée, c'est à lui de m'en parler. Je me demande tout de même si il discute régulièrement avec les créannes infernales. Est-ce qu'il leur arrive de prendre le thé ensemble ?

« Êtes-vous vraiment fort ? » Demande Jolene. Cette question est-elle vraiment nécessaire ? Je réponds, intérieurement. N'est-il donc pas capable de sentir les auras ? C'est un missionnaire, ces sens sont censés être plus aiguisés que les miens !
Et la ribambelle recommence : les formes physiques (voilà une question qui ne me viendrait jamais à l'esprit), la coolitude (voilà un compliment indirect assez bien tourné, mais que signifie-t-il : assez sympa pour discuter avec nous sans nous réduire en poussière, ou assez cool pour être au niveau de Beyoncé ?), la famille, l'émotion qui a créé Baal (je dois avouer que je suis perplexe, je ne pense pas être en mesure de le deviner)...
La question suivante de Jolene me choque presque par l'absence complète de pudeur. Il a la maturité émotionnelle d'un enfant de cinq ans. Je ne réfléchis même pas, qu'importe ce que répondra Baal, je connais déjà la vérité. Baal a beau être ce qu'il est, il connaît la tristesse. Tout le monde la connaît. Il paraît que Van Gogh l'a dit sur son lit de mort. « La tristesse durera toujours. », et cela s'applique à chacun d'entre nous, quoiqu'on en dise.

« Est-ce que vous allez rester chez nous ? », continue Jolene, qui ne cesse jamais de nous asséner ses pensées désinhibées. Alors ça, ça déréglerait encore plus l'équilibre du monde. Ce serait possible, mais de mauvais augure. Surtout en cette période où les présages ambigus s'accumulent.
Mais, d'une façon très égoïste, je ne suis pas sûr de souhaiter son départ. Ai-je le droit d'apprécier la compagnie d'une créanne des enfers ? Je n'ai pas vraiment envie de mourir pour poursuivre la conversation dans l'inframonde. Quelque chose se sert dans ma poitrine. Ce moment ne durera pas éternellement, même si le rythme auquel Jolene pose ses questions, l'aura lourde et captivante de la créanne, le vide dans la bibliothèque, seulement troublé par nos paroles, me donnent l'étrange impression que le temps s'est arrêté. Il faut que j'en profite avant que nous n'en ayons plus, de temps. Aussi, je prends à mon tour la parole pour lui demander :
- Pourquoi êtes-vous ici ? Comment est-ce possible ? Il a du se produire quelque chose...

Car c'est phénoménal, c'est inouï, c'est indicible, et pourtant nous en discutons.

Il est inquiétant que personne n'ait encore fait irruption dans la bibliothèque en sentant cette aura sombre et lourde qui pèse comme un couvercle posé sur la bouillante humanité. Que sont devenus les lecteurs qui se sont enfuis ? Que font les responsables ? (hé, je suis seulement médium, ma responsabilité ne recouvre que les reliques, les livres et ma propre personne). Que font Jake, Nath, Renzo et Steek ? Où sont-ils ? L'aura de Baal masque toutes les autres car je suis seulement médium.
Ai-je vraiment le temps de m'en inquiéter... Combien de temps ai-je perdu dans ma vie à m'inquiéter ? J'essaie, comme Baal plus tôt, de faire disparaître ces inquiétudes parasites qui traversent sans cesse mon esprit, jusqu'à l'étouffer. Je ne veux plus être un simple spectateur qui réfléchit trop, pas maintenant, alors que la sombre créanne nous dévoile ses secrets.

Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 119
Localisation : Quelque part
Loisirs : Changer...
Humeur : Changeante
avatar
PNJ
Jeu 25 Aoû - 22:48






Groupe : Créanne
Rang : Ancienne
Dieu : Ershkigal
Statut : Second général des Enfers
Formes : Humain - papillon - squelette d'hydre
Age : Il est sexy, c'est tout ce qui compte
Passions / Loisirs : Titiller ♥
Caractère : Curieux
Divers : Il sait se montrer... "persuasif" lorsque cela s'impose
BAAL

HRP : Je suis fière de mon parallèle Enfer/Peter Pan, comprendra qui pourra xDD


Baal est satisfait.
Il les voit hésiter un certain temps avant de poser leurs questions, un laps de temps très court. Puis tout commence, d'abord par le plus âgé, sûrement que son cerveau plus cartésien, dicté par la logique des adultes, lui a soufflé les plus grosses évidences...
Visiblement, non, et c'est ce qui plait à Baal. Les questions semblent tellement bénignes, comme si elles visaient à le distraire dans l'attente d'un jugement. Mais Baal est confiant, il sait qu'on finira par venir le chercher et que, d'ici là il aura largement eu le temps de faire ce qu'il voulait des deux vivants.
Il sourit avant de répondre d'abord d'une traite aux questions et interrogations cachées du bibliothécaire.

_ Vous n'auriez de toutes façons pas pu lire celle là, j'ai vu dans votre mémoire le sceau d'une vieille connaissance... (il laissa juste un instant, pour implanter le doute dans le cerveau du médium, avant de reprendre) Quelques exemplaires me sont en effet parvenus, j'y ai vu une belle métaphore de notre système actuel, aux Enfers du moins.Un enfant que ne veut pas grandir, un capitaine au crochet de fer, un crocodile avec une horloge, qui n'attend qu'une chose, c'est sûrement son heure... J'aime la figure du crocodile (et il souriait à pleines dents), il menace le capitaine crochet plus qu'il ne le croque, mais au final, on sait qu'il aura la victoire. Quant aux fées, elles sont malheureusement dans votre monde vouées à disparaître. Bientôt plus personne ne croira en elles, j'en ai bien peur...

Il se délecta du son de sa dernière phrase, plus comme un avertissement que comme une menace.
Puis ce fut au petit de déballer un déluge de questions, toutes plus étranges et absurdes les unes que les autres. Baal fut heureux et intrigué d'être tombé sur les deux cerveaux détraqués que comptaient sûrement la Congrégation. Heureusement pour le gamin, le second des Enfers avait une sacrée bonne mémoire... Et il s'en amusait.
Il attendit que le plus petit ait terminé avant de se lancer, sans aucune hésitation.

_ Je suis presque aussi vieux que ce monde, une des premières Créations de mon Dieu, il me semble. Je n'ai aucun ami qui soit à 100% vivant, mais quelques habitants des Enfers pour sûr, je pense qu'il faut déterminer d'abord de quoi sauver le monde pour le sauver efficacement, je ne connais pas encore bien les abeilles, j'ai rencontré Renzo lors de sa troisième mort et je suis heureux de savoir qu'il a des admirateurs au moins de ce côté là. Je suis vraiment plus fort que toi et je crois que ma forme physique est assez plaisante, je ne veux donc pas en changer, sûrement parce qu'elle me rend aussi très cool, j'en suis conscient. Je n'ai pas de famille, je suis né de la curiosité, il m'arrive d'être triste, l'infinité c'est long tu sais. Je connais beaucoup de vilains messieurs, je ne connais pas le goût et je ne mange pas je ne peux donc pas savoir ce qui me plaît ou non, c'est un des privilèges de la Vie.

Il laissa volontaire un blanc avant de répondre avant la dernière question.
Mais il fut couper dans son élan par une voix autoritaire, tranchante, apparue comme de nulle part pour casser son aura de séduction.

_ Non, il ne reste pas.

Et la voix de Nathan Duchemin était sans appel.
 

Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 119
Localisation : Quelque part
Loisirs : Changer...
Humeur : Changeante
avatar
PNJ
Jeu 25 Aoû - 23:26




Groupe : Missionnaire
Rang : Émissaire
Dieu : Inanna
Statut : Secrétaire du Directeur (plus Vice Directrice en fait)
Age : 27 ans
Passions / Loisirs : Travailler / Faire la fête
Caractère : Stricte / Dévergondée
Physique : BIEN FOUTUE PUTAIN
Divers : Quand elle se sert de ses pouvoirs, elle fait peur.
NATH

HRP : Désolée pour les dialogues qui se passent entre PNJ, c'est dans le soucis de faire avancer un peu le truc >.<


C'était la panique.
L'anarchie.
Elle avait senti l'arrivée des Créannes Anciennes dans l'enceinte de la Congrégation comme on sentirait une hache s'abattre à l'arrière de son crâne. Instinctivement, poussée par ses pulsions de guerrière, une armure était apparue au plus près de sa peau, elle avait bondit de son bureau en position de défense, essayant de déterminer d'où venait les auras. Et à qui elles étaient.
Mais avant même qu'elle ait pu identifier quoi que ce soit, des auras de Missionnaires commençaient à disparaître. Malgré l'urgence de la situation, elle se figea. Totalement. Elle n'entendit plus rien, un calme plat, un silence de mort. La plus grosse attaque qui ait jamais eu lieu était en train de se produire. Elle, qui était pourtant guerrière, n'avait même pas eu le temps de réagir qu'il y avait déjà eu des morts. Aussi vite. Aucune Créanne Ancienne n'était capable d'un tel carnage.
Mais elles étaient 4. Et leurs auras étaient fortes, tellement fortes ! Tellement fortes qu'elle savait que rien de vivant ne pouvait avoir cette aura. Une aura qui englobe tout, froide, qui plonge même le mental... Dans les ténèbres. L'espace d'un instant, infime, Nath paniqua.
Impossible. C'était juste complètement inconcevable. Elle débarqua dans le bureau du directeur sans frapper. Absent. Comme par hasard. Elle ne sentait pas non plus l'aura de Renzo. Elle déclencha l'alarme, enregistrant un message intimant à tous les élèves de se mettre sur leurs gardes et de se protéger.
Elle s'élança dans le couloir, croisa Levy. Elle lui donna d'un geste de la main le nombre de Créannes, leur rang et la direction à prendre pour la jeune fille. Leur équipe était rompue aux techniques de groupes, elle savait qu'elle comprendrait. Elle se jeta dehors depuis une fenêtre, entièrement en armure, et détecta... Une aura tellement forte. Plus encore que les autres, cruelle, affreuse. Nath savait de qui il s'agissait. Elle serra les dents. Comment Renzo pouvait-il se battre avec ces choses seul ?!
Pas le temps d'y penser. Actuellement, elle élaborait toutes les sortes de stratégies. Elle envoya Arneb à l'assaut du plus gros morceaux. Elle devait trouver une autre solution. Ils ne pourraient pas les arrêter, aussi nombreux qu'ils étaient, ou peut-être réussiraient ils, mais à quel prix ? Il fallait trouver le moyen de leur faire rebrousser chemin. Et vite.
Son cerveau lui rappela une vieille légende. Un truc que seuls quelques bouquins évoquaient, ou bien était-ce Renzo qui lui en avait parlé ? Elle ne pouvait que ce fonder là dessus. Son cerveau mis en place une stratégie. Elle repéra l'aura qu'elle cherchait, se précipita vers la Bibliothèque.


~*~


_ Non, il ne reste pas.

Du moins, elle le souhaitait.
Elle n'avait jamais rencontré Baal, mais maintenant qu'elle l'avait sous les yeux, elle ne pouvait s'empêcher de se dire qu'il était séduisant. Autant que la mort peut l'être. Il dégageait cette aura suave, elle savait qu'elle ne s'était pas trompée. Elle avait quitté son armure, peut-être imprudente, et se glissa dans le cercle de discussion, les sourcils froncés, le regard dur et les bras croisés.
Elle en profita pour répondre à la question de Frey. Ou du moins tenter.

_ Il n'est pas seul. Les autres généraux des Enfers sont là aussi, et ils n'ont pas l'intention de faire de prisonnier.
_ Qu'ils sont vilains, n'est ce pas ? surenchérit la Créanne.
_ Que s'est il passé en bas ?
_ Renzo nous a ouvert les portes des Enfers, tout simplement.

Tout simplement ?!?
Non, ça n'était pas simple du tout. Nath avala sa salive et n'eut pas le temps de continuer que la voix mielleuse de la Créanne la coupait.

_ Il ne faut pas lui en vouloir, ça allait forcément arriver, un jour ou l'autre.

Elle se sentait observée et elle n'aimait pas ça. Elle décroisa les bras, essayant de reprendre un semblant de courage en regardant les deux innocents à ses côtés.

_ Vous savez qu'on ne peut pas gagner contre vous.
_ En effet.
_ Vous n'avez pas fait de mal à mes deux camarades ici présents tandis que les autres font un véritable... Carnage. Puis je présumer que vous n'avez pas l'intention de nous faire du mal, si nous ne vous attaquons pas ?
_ Hm, c'est présomptueux. Mais probable.

Son sourire n'avait rien de rassurant, cependant Nath savait qu'elle tenait le bon bout. Elle espérait que le Bibliothécaire au moins comprenne la manœuvre, histoire de la soutenir dans son idée. Elle explicita donc bien ses propos.

_ Il est de notoriété publique ici que vous étiez le premier Général des Enfers, avant que Sheeva ne vous batte. Mais ici, il est affaibli. J'osais espérer que nous pourrions passer un marché. Je pense d'ailleurs que vous n'êtes venu ici que pour cela.

Elle le voyait, tout dans son regard le disait. Il souriait à lui en faire perdre la tête. Il avait sûrement attendu ça tellement longtemps...

_ Je vous propose une alliance pour vaincre Sheeva. Vous pourrez ensuite retourner dans votre monde, avec l'autorité qui vous est due, et reprendre votre place.

Nath lança une regard insistant vers l'arrière.
Il était temps pour les deux présents de la soutenir.
Ou pas.

Voir le profil de l'utilisateur

Page 1 sur 1
 
Les Chroniques de Sumer :: La Congrégation :: Bibliothèque
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet