Poster un nouveau sujet Répondre au sujet
 :: La Congrégation :: Zone d'habitations
Maya&Noah
Renzo
Messages : 1284
Localisation : Dans la merde jusqu'au cou... Mais genre vraiment.
Loisirs : Border Ersh avant qu'il se couche
Humeur : Comme une souris asthmatique devant un tigre, haha !
avatar
Renzo Layne

Personnage...
Pouvoir: Primordial et complémentaire, la grande classe pas vrai ?
Dieu: Ershkigal
Age: 380 cette année, ça se fête non ?!
Dim 14 Fév - 23:54
Je n'aime pas aller en zone de conflits.
Cela fait bien longtemps maintenant que les Missionnaires ne sont plus appelés à faire la guerre en faveur de tel ou tel pays, mais ça n'a pas toujours été ainsi. Lorsque je suis né, il était courant que la Congrégation ou les Dieux aient besoin de défendre leurs intérêts et, de ce fait, décident d'envoyer leurs serviteurs en renfort de guerres politiques. J'ai participé à 3 ou 4 d'entre elles. Des massacres, inhumains. Des Missionnaires et des Créannes dans les deux camp, mais surtout des morts, qu'ils soient humains ou non. Tout ça pour prouver à Inanna que ses Missionnaires sont de fiers guerriers, à Utu que les siens sont de fiers coursiers, à Enki qu'ils sont de fiers tacticiens...
Avec le temps et la baisse des effectifs, ils ont cessé de se mener ces petites guérillas, et ont aussi arrêté d'envoyer leurs Missionnaires massacrer ceux de « l'ennemi ». Ce qui est plutôt souhaitable. Que pensiez vous, être au service des Dieux ça n'a jamais été blanc comme neige. Même si ça va plutôt en s'améliorant, qui vous dit qu'il n'y aura jamais une troisième guerre mondiale entre Inanna et Ershkigal ? Personne, surtout pas eux.
Alors c'est normal que les zones de conflits me rappellent tout ça. Et je n'aime pas y aller, pourtant je suis actuellement en Syrie. J'essaye de m'éloigner de la Congrégation, des Dieux, en ce moment. J'ai besoin de me poser, de réfléchir, mais surtout de me calmer. Je suis beaucoup plus énervé ces temps ci, l'humour ne suffit plus à combler les actions ridicules des divinités. Les Enfers sont plus inhospitaliers que jamais pour moi, le monde normal me rappelle que j'ai été absent assez longtemps pour louper pleins de choses... Je n'ai plus envie de voir personne qui soit en lien avec les Dieux. Que les sumériens aillent se faire foutre. Vous croyez que ça m'a jamais paru injuste de me faire balader autour du globe pour une civilisation disparue ? Combien de fois j'ai voulu les voir disparaître, ces Dieux de malheur ?! Vous n'imaginez même pas.
Je suis humain après tout, alors je leur en veux.
Je leur en veux d'avoir volé ma vie et d'avoir fait de moi un pantin incapable du moindre toucher. Je leur en veux d'avoir détruit ma vie et ma mort, de me punir physiquement et mentalement pour des choses que j'ai fait pour le bien de mon Dieu. Alors je vais en zone de guerre pour les haïr encore plus et me rendre compte des vrais problèmes de ce monde, les problèmes auxquels ils ne font pas attention.
Je marche le pas prudent, ma régénération n'est plus ce qu'elle était et j'ai désormais un point faible... Il me faut être prudent. Je me balade dans les rues, à l’affût. Il n'y a pas grand monde, mais je sens les gens, ils sont planqués là, derrière ces murs troués par les obus. Il n'y a pas de pleurs mais beaucoup de larmes. J'arrive au coin de la rue, j'aperçois de loin un engin militaire. Qu'il fasse parti du gouvernement ou des rebelles, peu m'importe, je n'ai pas envie d'entrer en contact avec eux, je suis beaucoup trop pâle pour passer pour autre chose qu'un européen.
J'évite donc la rue et passe par une ruelle adjacente et... Ma jambe semble ralentit par un poids.

_ Hey !

La petite fille tombe à terre et me regarde avec de grands yeux furieux. Je baisse la tête, la regarde un instant avant de m'accroupir devant elle, alors qu'elle se relève. Elle doit avoir quoi, 7 ans ? Pas plus. Et elle se balade à deux pas d'un tank sans en être le moins du monde inquiétée.

_ Désolé, ça va toi ?
_ Laisse moi monsieur. Y'a des bombes qui vont peut-être tomber, il faut que je rentre chez moi.
_ Et chez toi, c'est pas dangereux ?
_ Si. Mais c'est dangereux partout.

Son visage est si... Inexpressif. Elle prononce le mot « bombe » comme si c'était rien. Elle fronce toujours les sourcils mais n'a visiblement pas l'intention de me pousser pour passer.

_ Et ça ne te fait pas peur ?
_ Ça va. Avant hier papa et maman ils étaient dans la maison de tonton et un obus a fait boom. Je voulais de la nourriture pour aider papa et maman mais ils sont morts alors j'ai plus besoin d'aller chercher à manger. Mais moi maintenant j'ai faim.

Je serre les dents. Tellement affreux. Cette façon dont cette petite fille a tout perdu, la façon dont elle le raconte, ça me donne envie de vomir. Parce que c'est ça, la réalité. Elle n'a plus peur, sa réalité est déconnectée. Je serre encore les dents.

_ Et tu feras comment pour vivre, demain ?
_ Je sais pas. C'est pas important.

Un tir retentit, du char de la rue d'à côté. Je sursaute, surpris, la petite en face de moi ne bouge pas d'un centimètre. Elle lève la tête distraitement.

_ Gros obus, dit-elle. Bon monsieur, je parle pas aux inconnus, je pars.

Elle veut passer à côté de moi mais j'attrape sa main. Non, il ne faut pas qu'elle parte, pas comme ça...

_ Dis, tu connaîtrais pas un endroit où je pourrais me reposer ? Je suis fatigué et je suis perdu.

Elle me regarde avec ses yeux vides.

_ Tu peux aller chez moi.
_ D'accord, je vais aller chez toi.
Voir le profil de l'utilisateur



Renzo
Messages : 1284
Localisation : Dans la merde jusqu'au cou... Mais genre vraiment.
Loisirs : Border Ersh avant qu'il se couche
Humeur : Comme une souris asthmatique devant un tigre, haha !
avatar
Renzo Layne

Personnage...
Pouvoir: Primordial et complémentaire, la grande classe pas vrai ?
Dieu: Ershkigal
Age: 380 cette année, ça se fête non ?!
Dim 14 Fév - 23:55
La maison était comme toutes les autres : détruite. Il manquait toute la façade Est, les fenêtres n'étaient plus que des trous béants et la porte d'entrée par terre, cassée en deux, à côté du palier. La misère respire par tous les trous de balles de la façade, et il y en a beaucoup. La petite entre sans faire attention à tout ça, elle enjambe ce qui pourrait bien être un vieil explosif et rentre dans la maison.
Je la suis.
L'intérieur a déjà été la proie des voleurs opportunistes, le salon est littéralement retourné, on ne voit presque aucun carreau de la cuisine. Tout est à terre, recouvert d'une poussière blanche et tenace, l'air est sec et renfermé. On voit la rue depuis le mur manquant. Elle ne m'attend pas et monte un escalier scabreux, on se demande comment il fait encore pour tenir. Je la suis. En haut, il y a des chambres, deux, dans lesquelles on voit les traces de beaucoup d'enfants, au moins 6. Quelques matelas seulement, mais des doudous et des jouets par terre, brisés ou salis. Des vêtements jonchent le sol un peu partout et une pointe d'amertume me prend lorsque je vois un corps visiblement inanimé au bout du couloir, là où doit probablement être la salle de bain. Un corps dont il ne me sert à rien d'approcher, je sais la vie absente et la tâche de sang en dessous est sèche depuis longtemps déjà. Je n'ai aucune idée de l'odeur mais je ne peux qu'imaginer.
Voyant que je n'avance pas, regardant le corps de cet enfant au loin, la petite revient vers moi.

_ C'est Basara, ma grande sœur. Papa a dit qu'elle avait pas été assez rapide pour quitter la maison, du coup ils l'ont tué. Et nous on est parti.
_ Et... tes autres frères et sœurs, ils sont où ?
_ Ils étaient dans la maison de tonton avec papa et maman.

Ma gorge se sert. C'est absolument abominable. Complètement affreux.
D'un seul coup, une aura attire mon attention. Pas pour sa puissance non, j'ai perdu trop de pouvoir pour me rendre compte de ces choses là. Non, une aura... Famillière. Je tourne la tête vers la petite.

_ Tu es seule ici ?
_ Non. Il y a le garçon aussi.
_ Le garçon ? C'est ton frère ?
_ Non. Mais il était tout seul alors il est venu ici.
_ Tu le connais ?
_ Non. Arrête avec tes questions monsieur.
_ Je peux le voir ?

Elle me montre du doigt la deuxième chambre, sûrement celle des parents, mais tout aussi mal rangée que la première. De plus, une explosion a visiblement fait exploser la fenêtre. Et le petit garçon est là. Les genoux dans ses bras, à même le matelas et les débris de verre. Il me regarde avec ses yeux sombres, sa peau mâte et ses cheveux bruns... Ses traits manquent de me faire pleurer. Cette expression, ce froncement de nez discret, ce sont ceux de Vins. Cette forme d'yeux, ceux de ma sœur. Comment je peux en être sûr ? Je ne peux pas, impossible, cela fait quoi, 7, 8 générations ?! Quelle est la probabilité qu'il ressemble autant à ses ancêtres ? Une infime. Une infime qui est là, sous mes yeux, comme un cadeau du sort ou une blague sortit d'un esprit tordu. J'ai une petite idée sur l'esprit tordu.
L'enfant ne bouge pas. J'ai envie de le prendre dans mes bras. Il ne me connais pas, je ne le connais pas, il est peut-être une branche lointaine de ma famille mais... Il reste ma famille. Je m'étais toujours jurée de ne pas prendre contact avec ma famille. Ça fait plus mal qu'autre chose lorsqu'ils partent. Et ils me rappellent trop leurs ancêtres. Sauf que... Après 7 ou 8 générations, je peux bien me permettre un écart, n'est ce pas ?
Je m'approche, m'assoie sur le matelas avec lui. Il ne bouge toujours pas, me suivant des yeux.

_ Tu... Tu es tout seul ?
_ …
_ Où sont tes parents ?
_ Ils sont morts, lance la fille derrière moi. Il était caché sous le lit mais ses parents ils étaient plus vivants.

Je serre à nouveau les dents. Au bord des larmes. Je le sens, ce garçon... Ce garçon n'est pas normal, je sens en plus de son affiliation avec moi une affiliation avec le monde divin. Le petit est Créateur. Ça aussi, c'est sûrement un résidu d'hérédité, après tout ses ascendants ont été successivement Missionnaires, Médiums célèbres voir même Demi-Dieux cachés, qu'est ce que j'en sais. Donc un Créateur, pourquoi pas. Quel âge peut-il avoir ? 3 ans ? Créateur à 3 ans...
Je vais faire une connerie, pas vrai ? Une grosse connerie... Mais je ne peux pas agir autrement. Ces enfants, cet endroit, cette odeur de mort, ces regards impénétrables, sans avenir... Cette façon d'ignorer le danger, de ne pas se rendre compte de la vie.
Je les regarde, dans les yeux.

_ Tous les deux, vous n'avez plus de parents ?
_ Non.
_ Et toi-
_ Il ne parle pas, le garçon. Il parle pas, il sourit pas, faut pas vous fatiguer monsieur.

Je prends une grande inspiration, tend ma main vers le garçon. Sans le toucher, d'ailleurs il recule à mon approche.

_ Comment tu t'appelles ?
_ Il va pas répondre.
_ Et toi ? Tu t'appelles comment ?
_ Je te dirais pas !

Bon. Ça va pas être évident avec la gamine... J'ai l'impression d'entendre ma sœur rigoler. « Alors petit frère, tu pensais que ça serait facile de parler avec des gosses ? »

_ Dites moi les enfants, ça vous dirais de venir avec moi ?
_ …
_ Pour quoi faire ?


Ok, je vais frapper la gamine, un jour. Je laisse un doux rire passer. J'avais besoin de ça. J'avais besoin d'eux.

_ Pour jouer, manger des bonbons, s'amuser, être dans une vraie maison ! Bon, il fait un peu plus froid qu'ici mais on pourra revenir pour les vacances !
_ Mais on est biens ici monsieur.
_ Il y a... Des endroits mieux. Beaaaaaaaucoup mieux. Avec pleins de choses ! De l'herbe, partout, de forêts d'arbres, de la neige !
_ Neige ?

C'est le petit qui a parlé. Un tout petit peu, pas très fort, mais ça suffit. J'ouvre grand les yeux, tend à nouveau ma main vers lui. C'était comme si il n'avait rien fait, rien dit, il continuait de me regarder. J'approche ma main, il me laisse faire. Je souris comme un dératé.

_ Oui, de la neige. Il y en a beaucoup, là d'où je viens ! Et de l'eau à perte de vue aussi ! Tu veux venir ?

Je reçois un coup sur la tête.

_ Non, méchant monsieur, il enlève les enfants, méchant, méchant !
_ Hey hey, du calme petite, tu peux venir aussi pour le protéger, si tu veux. Je peux vous offrir une autre vie.

Ils ne comprennent pas l'ampleur de leur choix, c'est certain. C'est impossible pour eux de ce rendre compte de ce que je leur demande, et c'est très injuste de le proposer à des enfants aussi jeunes. Il faudra qu'on revienne, souvent. Qu'ils apprennent à apprécier leur nouvelle terre sans oublier l'endroit où ils sont nés.
Deux enfants de la guerre. Une humaine, un Créateur.

_ Alors, vous venez ?
Voir le profil de l'utilisateur



Renzo
Messages : 1284
Localisation : Dans la merde jusqu'au cou... Mais genre vraiment.
Loisirs : Border Ersh avant qu'il se couche
Humeur : Comme une souris asthmatique devant un tigre, haha !
avatar
Renzo Layne

Personnage...
Pouvoir: Primordial et complémentaire, la grande classe pas vrai ?
Dieu: Ershkigal
Age: 380 cette année, ça se fête non ?!
Dim 14 Fév - 23:56
Les enfants se sont endormis dans l'avion.
On les a un peu aidé, je l'avoue. Rien de bien méchant c'est un charmeur qui s'en est chargé, il était en mission dans le coin, mais la petite était tellement terrifiée qu'elle hurlait partout et le garçon ne voulait pas lâcher ma jambe. Maintenant, il dort sur mon torse dans un avion dépêché par la Congrégation. Il y a eu trop d'accidents dernièrement pour qu'on se risque avec des vols réguliers dans une zone aussi instable. On sera rentré plus vite, avec ça, et ces deux enfants avaient besoin de repos.
Le charmeur est un ancien « camarade de classe », il écrit son rapport juste à côté et me lance quelques regards doux de temps en temps. Je sais qu'il a envie de me parler, mais j'attends qu'il le fasse, je n'ai pas très envie d'engager la conversation. Ce qui ne tarde pas.

_ La dernière fois que je t'ai vu, c'était à la télé, tu sautais de la tour Burj, et maintenant tu as avec toi deux enfants. La plupart des gens pensent que tu es irresponsable, mais on se responsabilise avec l'âge pas vrai ? Et vieux comme tu es, tu as du en voir, des choses... Alors, je suis content qu'ils puissent compter sur toi. Ils sont sûrement ceux qui en auront le plus besoin.

Haaaa, pourquoi les gens pensent toujours que je fais des choses pour le bien de l'humanité ?

_ Et qu'est ce qui te dit que je ne fais pas ça pour me dédouaner de ce que j'ai pu faire dans le passé ? Que je vais pas les abandonner à la crèche en arrivant, que je les ai pas arracher à leurs parents et à leur famille ?
_ Haha ! J'en ai aucune idée, c'est vrai. Pour la fille je sais pas, mais le garçon te ressemble beaucoup. Je sais que tu as fait des choses affreuses, on nous file ton dossier dès qu'on passe à un degré de confidentialité plus élevé tu sais ? Je ne sais pas ce que ça fait de vivre aussi longtemps mais je sais que ce n'est bon pour aucun homme. Et parfois, je sais qu'être seul trop longtemps, c'est mauvais aussi. Alors c'est bien si tu décides de t'occuper d'eux.

Il est décidément persplicace. Je souris, l'air un peu fatigué.

_ Ils s'appellent comment ?
_ Ha ça, aucune idée, le petit ne parle pas et la fille a refusé de me dire son nom.
_ Je suppose que tu vas devoir les renommer...
_ Hein ?! Ça va pas, c'est pas comme pour Vava là, c'est des êtres humain, je me sens pas là c'est trop de responsabilité ! Et puis rien ne dit qu'ils acceptent...
_ Prends ça comme leur renaissance. Ils n'ont pas besoin de se souvenir de ce qu'ils ont vu, ils ont vu le pire des hommes avant d'avoir même appris à parler. Leur donner un nouveau nom, c'est comme leur donner un nouveau départ.

Un nom. Donner un nom à ces deux enfants... Je crois que je commence à comprendre le stress de deux parents, sauf que eux ils ont 9 putains de mois pour y penser ! Je les regarde. Ho le stress... Faut pas que je les oublie aussi, sinon ça passe tellement mal...

_ Maya et Noah.
_ Pas très original...
_ Autre chose alors ?
_ Non, ça sonne bien, et maintenant c'est fait.

Je souris timidement. J'ai l'impression d'avoir finit mon accouchement, merde c'est chelou...
Je passe une main dans les cheveux de Noah l'endormi.

_ Noah, Maya, bienvenue à la Congrégation.
Voir le profil de l'utilisateur



Page 1 sur 1
 
Les Chroniques de Sumer :: La Congrégation :: Zone d'habitations
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet