Poster un nouveau sujet Répondre au sujet
 :: Le Monde :: Europe :: Europe de l'Ouest
Je peux t'aider et tu peux m'aider [Emilie]
Astrid
Messages : 48
Localisation : Loin de vous
Loisirs : Méditation
Humeur : Incertaine
avatar
Astrid O'Dell

Personnage...
Pouvoir: Isolement
Dieu: Nanna
Age: Ta grand-mère dans un corps d'ado
Dim 20 Mar - 21:22

Astrid s’étira de tout son petit corps, puis se frotta les joues, signe de concentration intense. Ce geste aurait pu être ridicule, mais qui se soucie du ridicule quand on est loin de tout regards ?
Tout en déambulant machinalement dans la cuisine, elle calculait mentalement les heures passées sans sommeil ni nourriture : près de 30. Bientôt elle serait confrontée aux limites d’un organisme humain, il donc fallait en finir vite.
Sa dernière session de travail avait été consacrée à la recherche de cobayes potentiels pour le nouveau chapitre de son étude consacrée aux anomalies parapsychiques chez les humains. Ce dossier la rendait nerveuse, son ouverture datait de plus d’une cinquantaine d’années, mais, avant l’irruption informative d’Internet, elle s’était limitée à de la théorie pure.
Rien n’était moins pur cependant que les données recueillies sur une flopée de forums, blogs et autres sites. La médiocrité de la forme n’avait d’égale que la pauvreté du fond. Et pour satisfaire sa soif d’exactitude il lui fallait mettre en place une tentative inédite.
Le gémissement de la cafetière tira Astrid de ses rêveries. Le liquide corsé et chaud désengourdi ses sens : Il était temps d’écrire.

Ce fut laborieux.  Trouver les mots n’étaient pas un problème pour Astrid, tant qu’il s’agissait de les trouver pour elle-même. Connaître les principaux postulats du fonctionnement social humain est une chose, mais outrepasser la frontière des réflexions solitaires pour se frotter à la vulgaire réalité en est une autre.


    Bonjour,
    Je comprends que tu ressens sans doute plus que tu ne l’imagines. Je peux t’aider et tu peux m’aider. Serais-tu d’accord pour discuter un peu ?
    A.


Le résultat n’était pas pleinement satisfaisant mais l’effet de la caféine diminuait déjà. Elle l’expédia à une vingtaine de destinataires triés sur le volet, ferma son ordinateur et se laissa tomber sur le canapé.


Voir le profil de l'utilisateur



Emilie
Messages : 39
Localisation : Tiroir de gauche
Loisirs : écrire
Humeur : changeante
avatar
Emilie Aguila
Lun 21 Mar - 22:48
La fenêtre s’est ouverte m’annonçant que je venais de recevoir un mail. J’imagine déjà ce que cela peut-être, on est dimanche et il est vingt et une heure. Sans doute un mail d’anglais facile, j’ai rejoint cette communauté il y a quelques années et bien qu’ayant progressé je n’ai jamais trouvé le temps de me désinscrire, à croire que cela me prendrait plus de temps de mettre fin à cet abonnement que de cliquer inlassablement sur « supprimer » quand je les reçois le dimanche soir. Comme beaucoup de choses c’est une routine qui me rassure, bien entendu j’ai toujours ce pincement quand je vois que j’ai reçu un mail mais que ce n’était pas celui que j’attendais, juste une chaine de distribution où je suis une adresse anonyme.
J’ai cet instant de rage et de solitude que j’essaie de maitriser au mieux le sentiment de détresse qui m’envahit. Je ferme les yeux, serre les dents, inspire deux fois et gagne la bataille, retrouvant un semblant de bien-être. Je garde quelques instants cette impression de victoire contre moi et ma maladie.

J’ouvre ma boite mail et y découvre avec grand étonnement, et non moins de plaisir un mail automatique de mon forum, enfin d’un des forums sur lesquels je traine. Une petite communauté qui s’est formée autour de Dofus à la base et qui est devenu en quelques années le fourre-tout du net. On parle de tout, de pas grand-chose, surtout de rien, de licornes, de paillettes, de musique à la con dans le genre Kyary Pamyu Pamyu qui a semble-t-il fait son retour en force parmi les membres. Je ne sais pas si c’est pitoyable ou rafraichissant, mais ça me change les idées.
Le mail automatique en question m’informait de la réception d’un MP. Je regarde le nom de l’utilisateur, il m’est inconnu. C’est étrange mais pas inhabituel. Je n’hésite pas un instant à cliquer sur le lien qui me redirige vers la messagerie du forum.

Le contenu du message me laisse pantoise. Je ne comprends pas bien où il veut en venir, pourtant mon anglais n’est plus si faible qu’autrefois… Je crois ? Non, en fait je comprends les mots, la forme est simple… mais que se cache-t-il derrière. J’ai dans l’esprit ce message que j’ai laissé il y a quelques jours sur ce forum, ce message où je criais à l’aide. J’ai eu la triste déconvenue de voir que mon message restait sans réponse.
Ceux qui composaient une communauté à laquelle je croyais appartenir n’avaient aucunement ressenti le besoin de me soutenir. Bien sûr ils n’avaient sans doute pas tous lu mon message parmi les centaines qui s’étaient posté ce jour-là… Mais je ne m’en sentais que plus déçue et isolée. Je fermais les yeux essayant de faire taire l’espoir naissant en répondant succintement.

    Salut,
    Je suis toujours libre pour discuter, ce sera avec plaisir !
    En quoi puis-je t’aider ?
    Momo


J’ai regardé le profil de la personne qui m’a contactée. C’est une nouvelle, elle doit être perdue au milieu de cette foule d’utilisateurs qui grouille sur le forum. Je suis une ancienne, on trouve mes coordonnés et mon nom assez souvent pour que chacun puisse trouver en moi l’aide qu’il cherche. Je ne suis pas dans l’administration, c’est trop de responsabilités pour moi, mais j’aime aider à mon niveau… J’pensais être une des incontournables, avant de comprendre que je n’étais qu’une inconnue ici…

Voir le profil de l'utilisateur



Astrid
Messages : 48
Localisation : Loin de vous
Loisirs : Méditation
Humeur : Incertaine
avatar
Astrid O'Dell

Personnage...
Pouvoir: Isolement
Dieu: Nanna
Age: Ta grand-mère dans un corps d'ado
Sam 26 Mar - 21:16
Il n’était pas rare qu’Astrid perde la notion du temps lorsqu’elle était sous sa forme animale. Même si sa chair n’était jamais pour elle qu’une enveloppe ergonomique inapte à influencer son esprit d’origine divine, elle se laissait volontiers tenter par les libertés qu’offrait la vie de loutre. Chasser, manger, marquer son territoire, dormir, nager, faire sa toilette, répéter autant de fois que désiré.
C’était un merveilleux moyen de faire des pauses dans ses recherches, de méditer loin des innombrables distractions de ce monde.
Par ailleurs lorsque Astrid, ennuyée par la simplicité de cette existence, délaissais l’anatomie robuste de mammifère carnivore pour un corps d’hominidé menu et pâle, elle se pliait alors à certaines conventions humaines, telles que l’argent, l’heure ou l’alphabet. Elle profitait ainsi de systèmes millénaires, lui permettant de cultiver son intellect et ses capacités au-delà de l’ordinaire.
C’est donc tout naturellement, qu’après une escapade à la rivière et avant même de se vêtir, sa première action sous son apparence de petite rouquine fut d’allumer son ordinateur et d’y vérifier la date. Calcul rapide : 6 jours. Moins que la dernière fois. Le soleil attirait les promeneurs aux abords de l’eau, ce qui, évidemment n’était pas au goût de notre Créanne.
Enfiler un pull, préparer du café, se laver les cheveux, lire un nouveau chapitre d’un bouquin oublié, vérifier ses mails. VÉRIFIER SES MAILS. Tout lui revint en mémoire brutalement. Elle courut jusqu’à son bureau et se rua sur le fauteuil à roulette sa tasse de café presque vide et froide encore à la main.
Six réponses.
Elle les lut, quelque peu nerveusement. Il y avait quelques débuts prometteurs, néanmoins son sourire s’effaça rapidement à la perspective de devoir maintenant formuler des réponses. Elle ne pouvait pas leur envoyer chacun la même missive et elle dut se faire violence pour se lancer dans la réaction de retours dignes de ce nom.

Le troisième message était destiné à une certaine Momo. Son avatar vaguement humanoïde n’évoquait rien de familier à Astrid, c’était mieux ainsi, elle aimait quand le virtuel laissait oublier la réalité de l’être humain écrivant derrière son écran, elle trouvait cette distance plaisante. D’ailleurs elle n’avait elle-même aucun avatar.


    Bonsoir,
    Quel est le dispositif que tu préfères pour discuter ? Personnellement je penche plutôt pour les mails, car je travaille beaucoup et je ne suis pas souvent disponible
    .


-Elle exécrait le concept de messagerie automatique, beaucoup trop engageante à son goût et espérait qu’il en fut de même pour son interlocutrice. -


    J’ai lu presque toutes tes publications sur ce forum, mais c’est le message où tu demandes de l’aide qui m’a interpellée. Et justement je pense que mes connaissances et mes capacités peuvent t’être d’un grand secours autant que ton expérience et ta coopération peuvent m’être d’une grande utilité. D’après ce que j’ai vu tu es quelqu’un d’unique, de spécial. Je serais ravie que nous ayons des conversations plus poussées sur ce que tu appelles monstres.Si tu es toujours partante, fais-le-moi savoir.
    A.


Encore une fois elle trouvait son discours maladroit et son style discutable, cependant elle se résigna à le laisser ainsi après de trop nombreuses reformulations.

Votre message a été envoyé avec succès
Voir le profil de l'utilisateur



Emilie
Messages : 39
Localisation : Tiroir de gauche
Loisirs : écrire
Humeur : changeante
avatar
Emilie Aguila
Lun 28 Mar - 21:55
Les jours s’égrennent et la réponse ne vient, j’ai regardé si elle s’était connectée, ce n’est pas le cas… Puis j’ai oublié, la distance d’internet me donne ce confort de ne pas me sentir blessée ou prise en tenailles si tôt qu’un autre utilitaire me fait défaut. Ce ne sont pas de véritables amis, ni même des connaissances et s’ils sont mon soutien, j’ai conscience qu’ils ne me doivent rien. Tout comme je ne leur dois rien…
Mais tout de même, c’est étrange cette histoire, elle s’est connectée, n’a pas deux messages à son actif mais m’a envoyé un MP et… Bah plus rien ? On lui a peut-être foutu la trouille, faut avouer qu’arriver sur le forum c’est un peu comme arriver dans un nouveau lycée en cours d’année, les groupes sont déjà formés et s’ils sont prêts à accueillir le petit dernier, encore faut-il que ce dernier essaie de s’intégrer. On ne peut pas aller chercher chacun et le sortir de son trou j’imagine…

C’est assez cocasse en vrai, sur le net pour d’autres il se passe ce qui me rebute dans ma vie. Cocasse car je le rationnalise bien virtuellement alors que dans ma réalité je souffre de cet isolement et de ce manque de reconnaissance. J’aimerais tellement que ceux qui se prétendent mes amis se rendent compte de la douleur que je ressens, que ceux avec qui je partageais mes TDs s’inquiètent de mon absence, que quelqu’un vienne toquer à ma porte et me force à sortir… Que quelqu’un m’aide à être forte… Je suppose que je n’y peux rien et que c’est triste. Je ferme l’onglet, ce n’est pas comme si j’attendais une réponse, mais…
Je sais pas, comme elle était venue vers moi je m’attendais à… Je ne sais pas, j’ai été bête. Je sais parfaitement que rien de bon ne va m’arriver et que je me suis enlisée dans cette situation… J’avais juste espéré que… Qu’elle évolue un peu, que quelqu’un se soucie un tantinet de moi, mais je me suis méprise. Encore une fois.

Et puis j’ai oubli, internet a cela de bien qu’il accapare notre attention et nous fait oublier nos soucis, devant une énième série j’ai oublié que j’attendais un mail, j’ai oublié que je n’étais pas sortie depuis une semaine, que je n’avais pas faim et de toute manière plus grand-chose pour me sustenter, que demain je devrais aller faire les courses. J’ai oublié et les épisodes ont défilé, un, quatre, vingt-deux, et si j’entamais la saison deux ? Cela me semblait la plus appétissante des idées. Avant de me plonger dans un épisode j’ai décidé d’explorer ma boite mail, pas que quelqu’un cherche à me contacter, mais des fois qu’on ait répondu sur l’un des sujets que je stalke…

J’ai un petit frisson de plaisir quand je vois que j’ai reçu un MP et en même temps de l’appréhension en voyant l’expéditeur. C’est bizarre, elle ne m’a pas oubliée et cela m’emplie de joie mais… Tant d’attente ? Je décide de la punir en prenant mon mal en patience et en regardant un épisode de plus avant de lui répondre. J’ai attendu, à elle. Je sais c’est puéril, mais j’ai besoin de sentir que je peux contrôler ça, que je ne suis pas dépendante d’une personne que je ne connais pas car elle m’a montré un peu d’intérêt.

Dans les premières lignes de sa lettre elle m’apprend la raison de son silence, elle est très occupée à travailler. Je ne sais pas pourquoi mais au fil des lignes se dessine en moi le portrait d’une étudiante en médecine, ou peut-être en psychologie… Sociologie ? Je sais pas, quelque chose de sérieux, si elle passe son temps à taffer et que je l’intéresse ça doit être qu’elle fait une thèse sur ça… J’crois.

D’ailleurs ça m’étonne qu’elle ait lu tout ce que j’ai écrit ou presque, c’est pas pour me vanter mais je suis là depuis un petit moment, et c’est assez… plaisant. Je veux dire d’être le centre d’intérêt de quelqu’un, qu’elle ait pris tant de temps pour moi. Cependant je suis quelqu’un de craintif, et je sais me préserver des étrangers du net. Je me crée donc une adresse fictive, avec un nom fictif Morgane Danillon, pourquoi ? J’en sais rien, Morgane ça expliquerait plutôt bien le momo en fait et je lui réponds.

    Salut,
    Je serais heureuse de pouvoir t’aider, même si pour l’instant j’avoue ne pas trop savoir où tu veux en venir. ^^’
    Parlons donc par mails, voici mon adresse « Momo.Dan @truc.com »

    Momo

Voir le profil de l'utilisateur



Astrid
Messages : 48
Localisation : Loin de vous
Loisirs : Méditation
Humeur : Incertaine
avatar
Astrid O'Dell

Personnage...
Pouvoir: Isolement
Dieu: Nanna
Age: Ta grand-mère dans un corps d'ado
Dim 3 Avr - 14:01
    To : Momo.Dan@truc.com
    From : Tania.Australis@mail.com
    Subject : A message from A.




    Bonjour Momo,

    Tu es d’accord pour que je t’appelle Momo ? Tu préfères peut-être que nous ne communiquions que par pseudo -pour l’instant du moins- si ce n’est pas le cas fais le moi savoir.

    Je te présente mes plus sincères excuses pour ne pas t’avoir répondu aussitôt … une fois encore. Cela risque d’être ainsi la plupart du temps malheureusement. Sache que je ne t’oublie pas néanmoins, au contraire même tu as été le centre de mes pensées pendant une bonne partie de la semaine.

    J’aimerais, si ça ne te dérange pas, que tu m’en dises plus sur tes « hallucinations » (sujet, durée, fréquence, circonstances, netteté, sens impliqués, etc.). Si tu as des schémas, croquis ou n’importe quels supports autres que des descriptions écrites c’est bien aussi, je prendrais tout ce que tu auras à me donner.
    Si tu ne sais pas par quoi commencer -il est vrai que je t’en demande beaucoup et je ne désire aucunement t’accabler de travail- décris-moi seulement la dernière en date, pour commencer, puis on creusera le sujet ensemble, progressivement.

    Bien entendu les informations fournies ne seront pas diffusées et ne seront utilisées que par moi-même -bien que j’aie conscience que ça ne change pas grand-chose pour toi, je tiens à le préciser.

    Où je veux en venir ? Je ne préfère pas trop t’en dire pour le moment, pour ne pas te donner de faux espoirs et aussi, je dois le confesser, parce que je ne te fais pas encore totalement confiance. En effet nous sommes pour l’instant de totales inconnues l’une pour l’autre.
    Mais plus pour très longtemps je l’espère.

    Sache seulement que les renseignements que tu voudras bien me fournir, serviront un but qui pourrait bien éclaircir nos deux existences. Je ne suis pas convaincue par les explications conventionnelles et je suis persuadée que toi non plus.

    Bon dimanche

    A.

Voir le profil de l'utilisateur



Emilie
Messages : 39
Localisation : Tiroir de gauche
Loisirs : écrire
Humeur : changeante
avatar
Emilie Aguila
Dim 3 Avr - 20:11


 Salut A.

J’imagine que c’est ainsi que tu souhaites que je t’appelle ? Je dois avouer que c’est assez peu orthodoxe comme média, mais pourquoi pas… Tes questions, je ne suis pas certaine de pouvoir y répondre car chaque délire est particulier, il n’y en a pas deux pareils.

En utilisant du langage de pro je te dirais que ce sont des hallucinations multifactorielles paranoïdes à tendance persécutoire… Mais ce sont des classes que l’on m’a assignée, et j’ai jamais eu l’impression de rentrer réellement dans  aucune d’elles… Mais comme me dit ma psy, je n’ai pas fait les études pour comprendre… Alors j’peux me planter du tout au tout. Je sais pas ce que tu veux que je te raconte avec précision alors j’vais te donner les « règles de mes délires. »


  • Je ne connais pas les personnages de mon délire avant de les avoir rencontré une première fois.
  • Ils n’ont pas de durée fixe dans le temps, un personnage peut m’apparaitre brièvement ou me suivre pendant des mois.
  • Je ne maitrise pas mes visions, elles ne sont pas soumises à ma volonté, je ne peux pas imposer quoi que ce soit aux personnages, que ce soit dans leur apparence ou dans leurs actions.  S’ils ont décidé de faire quelque chose je ne peux pas les en empêcher (enfin rarement après des heures de discussion parfois… Enfin, souvent ils ne parlent pas.)
  • Elles surviennent sans prévenir, il n’y a pas d’intervalles réguliers.


D’une manière générale je vois des animaux qui n’existent pas… Des animaux sauvages, des animaux domestiques, des animaux tropicaux ou de nos latitudes. Etrangement ils n’ont pas un comportement sauvage, c’est à cela que je reconnais ces illusions, ils se comportent comme des êtres humains. Petite souvent je prenais le thé avec eux, maintenant, pendant mon adolescence par contre ça a changé. Ils n’étaient plus de gentils animaux avec qui je prenais le thé, je les voyais pas tout le temps mais ils me laissaient des messages manuscrits un peu partout… En fait le slut shaming que je  subissais au collège se poursuivait chez moi.
Je n’ai jamais réussi à douter de l’existence  de mes délires jusqu’à tard, jusqu’à ce que j’essaie de montrer les preuves à mes parents en fait. Même maintenant je n’arrive pas à faire la différence entre la réalité et elles… C’est comme si c’était vrai à côté de la vérité.

La dernière fois ce sont les circonstances qui m’ont fait prendre  conscience de l’irréalité de la situation car elle ne pouvait pas se produire. Ce n’était pas logique. C’était un soir, le vent soufflait fort et un aigle est venu frapper contre la vitre de ma chambre d’étudiante. J’habitude une grande ville c’était impossible, tout comme il était impossible qu’il se transforme en jeune femme pour me demander d’entrer. Ces circonstances m’ont permise de me rendre compte que je délirais, je l’ai ensuite accueilli elle et un de ses amis toute la soirée…

Je ne sais pas si ça t’aide, dis-moi si tu veux des précisions.

Momo.
Voir le profil de l'utilisateur



Astrid
Messages : 48
Localisation : Loin de vous
Loisirs : Méditation
Humeur : Incertaine
avatar
Astrid O'Dell

Personnage...
Pouvoir: Isolement
Dieu: Nanna
Age: Ta grand-mère dans un corps d'ado
Sam 14 Mai - 20:47
Astrid plongea sa fourchette à même la boite de conserve. Ces tranches d’ananas étaient périmées depuis 6 mois, mais leur goût ne semblait pas altéré. De toute façon elle les aurait mangées quand même. Astrid n’aimait pas le gâchis.
Un mois qu’elle n’avait pas mis le nez dehors et ceci même sous forme animal. Un mois de caféine, de sieste à même la chaise de bureau, de parodies de repas, de cheveux sales et de nuit blanches.
Elle les appelait ses diving sessions, des périodes pouvant s’étaler sur quelques jours à plusieurs mois où le monde extérieur cessait presque d’exister. Il n’y avait plus qu’elle-même immergée dans son propre esprit, s’embourbant dans des monologues interminables, parfois écrits parfois non.
Sans les limites de son corps d’humaine elle resterait sans doute indéfiniment dans cet état, obnubilé par le fil de ses propres pensées, cependant, telle une plongeuse en apnée, le besoin de revenir à la surface pour respirer restait inéluctable. Dans son cas cela se traduisait par les conséquences de manque de sommeil, malnutrition et pauvre hygiène qui l’astreignaient à mettre de côté ses réflexions pour revenir à des habitudes plus saines.
C’est ainsi qu’après une longue douche et une nuit d’une quinzaine d’heure dans un vrai lit, Astrid s’était assise devant son ordinateur, qu’elle avait dernièrement délaissé au profit de sa machine à écrire. Elle n’avait même pas prise la peine de l’éteindre complètement lors de sa dernière utilisation un mois plus tôt. Il s’ouvrit sur l’onglet non fermé de sa boite mail, affichant le message de Momo sur l’écran.
Astrid fit la grimace, son expérience était un échec jusqu’alors. La plupart des échanges s’étaient rapidement révélés stériles. Cette Momo semblait néanmoins apporter des résultats quelque peu concluants, les « animaux » décris pourrait bien être d’autres Créannes. Tout cela soulevait des questions fort intéressantes.
Malgré cela elle avait négligé de lui répondre. Les contraintes liées aux rapports sociaux, tel qu’être supposée ne pas disparaître pour de longue période sans donner de nouvelles, lui étaient aussi irritantes que peu familière. Du reste, pour être totalement honnête elle n’avait aucune envie de rédiger une réponse et aurait préféré utilisé son temps pour des écrits personnels. Mais il aurait été dommage de gâcher une piste si prometteuse.
Non vraiment Astrid n’aimait pas le gâchis.
Elle posa sa boite de conserve et commença aligner des lignes de petits caractères noirs, s’appliquant à broder de cordiaux mensonges.

    To : Momo.Dan@truc.com
    From : Tania.Australis@mail.com
    Subject : Re :A message from A.





    Bonjour Momo,

    Comment vas-tu ?
    J’aurais dû te prévenir que je n’aurais pas accès à Internet pour l’essentiel de ces derniers mois, j’en suis désolée. Je t’en prie, pour l’avenir, ne tiens pas rigueur de mes absences prolongées et sens toi libre de m’envoyer plusieurs mails si tu en ressens le besoin, je reviendrais toujours vers toi je te le promet.
    Ton mail était très détaillé et je t’en remercie, comme je m’en doutais tu rentres parfaitement dans la catégorie de personnes que je souhaitais interroger.
    Ces animaux que tu dis voir, en effet, ont déjà été évoqués dans d’autres cas et cela même chez des personnes n’ayant pas de prédispositions hallucinatoires.
    Pourrais-tu m’en dire plus sur la soirée passée avec ces deux amis ? Et as-tu vu d’autres apparitions depuis ?
    Bonne soirée à toi

    A.


Elle se relu, se demanda si elle prendrait le temps de répondre à ce genre de messages si elle en était la destinataire, puis se rendit compte de l’absurdité de cette comparaison. Si l’humaine lui avait répondu jusqu’à présent elle continuerait probablement.
Astrid envoya le message.
Voir le profil de l'utilisateur





Page 1 sur 1
 
Les Chroniques de Sumer :: Le Monde :: Europe :: Europe de l'Ouest
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet