Poster un nouveau sujet Répondre au sujet
 :: Le Monde :: Europe :: Europe de l'Ouest
Le meilleur apprentissage est sur le terrain [Jake & Lynn]
Jake
Messages : 207
Localisation : Dans la congrégation. Je n'y bouge presque jamais.
Loisirs : Tricot et Piano. Uniquement.
Humeur : Stoique.
avatar
Jake Hills

Personnage...
Pouvoir: Caméléon
Dieu: Nin Hursag
Age: 31 ans
Ven 15 Avr - 17:23

L'émissaire s'étira les jambes, il commençait à sérieusement détester les voyages en avion. Ce fut donc une libération lorsqu'il posa le pied en France. « Bienvenue à l'Aeroport Charles de Gaules » pouvait on lire sur les panneaux tandis qu'il s’avançait vers le Hall des arrivées. La foule semblait se disperser devant lui tandis qu'il marchait tranquillement.  La gamine devait être derrière le portique à l'attendre.

C'est elle qui était venue à lui, un jour dans son bureau, la touffe blonde était venu lui demander des conseils pour devenir plus forte. Il lui avait rit au nez. On ne devient pas forte avec des paroles mais des actes. Elle avait bien trop de fierté pour lui demander plus que des conseils. Mais elle avait tout de même osée pousser la porte de son bureau. Et puis elle avait l'air déterminée. Il l'a détailla de haut en bas. Ce petit gabarit promettait peut être des surprises.

« Du vent, on te contactera quand nous aurons besoin de toi, retourne dans ta classe. »


Et il l'a recontacta, des semaines plus tard. Lynn avait probablement oubliée sa petite visite dans le bureau du président du conseil mais pas le caméléon. Ainsi il avait fait envoyé un ordre de mission à la prête roi. Le genre de mission que l'on ne confie pas habituellement à un débutant. Jake Hills demanda à un élève qui passait par là de lui remettre avec un petit sourire sadique. Lorsque la débutante ouvrit la lettre elle trouva les mots suivant :

« Ordre de mission n°487B

A l'attention du missionnaire Lynn Hiems, Prêtre Roi d'Enlil.

Selon la décision du Président du Conseil des Emissaire, Jake Hills, Emissaire de Nin Hursag, vous êtes envoyée en mission en France. Vous devrez vous rendre à Paris le 6 mars dans le cadre d'une mission d'escorte et protection d'une personnalité éminente. Vous trouverez les détails du déroulés de la mission dans l'annexe ci-joint. »

« Annexe Ordre de Mission n°487B

Arrivée Lynn Hiems prévu le 6 mars vous devrez préparer les lieux pour accueillir Monsieur Collins, Professeur d'université. Ce dernier se rend à un congrès et a demandé la protection de la Congrégation. Connu par un grand nombre de créannes vous devrez veiller à sa sécurité mais aussi à son confort. Ainsi pour son arrivé prévu le 9 mars vous devrez effectuer les tâches suivantes :

- Repérer les créannes potentiellement dangereuses de Paris. Vous pouvez vous aider du répertoire A245 consultable à la bibliothèque accompagné de l'autorisation de lecture n°1098C ci-joint.

- Inspecter la chambre d'hôtel et sécuriser le périmètre si besoin. Vous trouverez toutes les adresses utiles en Annexe bis.

- Vous devrez veiller au confort de Monsieur Collins en pensant à préparer pour son arrivée un assortiment de macarons, champagne et un canard en plastique orange gravé de son nom qui sera déposé au bord de la baignoire à 12 centimètres du robinet d'eau côté droit.

- Vos chambres d'hôtels devront obligatoirement être communicantes afin que vous puissiez veiller à la sécurité de Monsieur Collins. Pour la reservation des vols et des différents hôtels vous devez vous organiser avec Mademoiselle Rosita à l'accueil.

- Vous devrez réceptionner la voiture de fonction de Monsieur Collins en périphérie de la ville, à Mantes la jolie le jour d'arrivée de Monsieur Collins à 11h08 et indiquer à son chauffeur d'aller à l'aeroport Charles de Gaulles pour récupérer le Professeur. Vous n'êtes pas autorisée à monter dans cette voiture sans Monsieur Collins.

- Vous devrez respecter toutes ses demandes sans exceptions.

- Vous l'attendrez à 14h05 précise au Hall des arrivés avec un panneau ou est inscrit Monsieur Collins afin qu'il vienne à vous. Il devra vous donner le mot de sécurité suivant afin de vérifier son identité : Apoplexie.

- Vous devrez aussi savoir faire preuve d'initiatives afin que le voyage se passe dans le plus grand des conforts et calme. 

- Le vol du retour est prévu le 14 mars.  »

C'était les bases pour une mission de protection. C'était sa première et il avait demandé à un autre missionnaire expérimenté de la suivre les jours ou elle serait seule à Paris. Au cas ou il y aurait un incident. L'émissaire n'attendait pas que Lynn exécute sa mission parfaitement, c'était d'ailleurs pour cela que c'était lui l'homme à protéger. En cas de problème il pourrait facilement renverser la situation. Et il devait réellement se rendre à un congrès. C'était d'une pierre deux coups. La gamine apprendrait bien à ses côtes. Il avait formé les meilleurs agents de protection à la congrégation ainsi.

Il franchit le portique de sortie, on pouvait difficilement le louper. Il veillait toujours à porter des costumes sobres, gris perle aujourd'hui. Ses gants en cuirs bien en place il passa une main dans ses cheveux noirs en fixant la foule à la recherche du panneau. Il avait hâte de voir la tête de la petite lorsqu'elle allait réaliser. Ses yeux se plissèrent légérement lorsqu'il sourit légérement. Cela accentua les petites rides qui commencaient à se former au coin de ses paupières. Pas encore de cheveux blancs mais il vieillissait un peu. 32 ans et une vie tumultueuse, ça marque un homme. Mais Jake Hills était comme du bon vin. Il vieillissait bien. L'homme s'approcha de la prêtre roi et dit les quelques mots qui allait suffire à comprendre dans quel merdier la missionnaire était :

« Apoplexie »

Voir le profil de l'utilisateur




Garde son calme en #33cc99 ♥
Spoiler:
 

Lynn
Messages : 384
Localisation : Avec moi-même.
Loisirs : Saupoudrer ta tête de paillettes ♥
Humeur : Joie et paillettes ♥
avatar
Lynn Hiems

Personnage...
Pouvoir: Inventeur, avoue t'es jaloux ! #ÇaRime
Dieu: Enlil
Age: 20 ans et toutes ses dents ~
Sam 16 Avr - 15:06
Mains dans les poches de mon jean, une pancarte fixée à une ficelle retenue par mon cou, j’attends. Et je me sens désespérément stupide avec cette pancarte, plantée face à la porte vitrée d’où sortaient les passagers venant de Suède.

Avec un soupir, je passe une main dans mes cheveux, tout en vérifiant l’aura d’une personne fraichement arrivée non loin. Humaine. Bien. C’est long et fastidieux de vérifier les auras des gens afin de s’assurer qu’aucune créanne ne traîne dans le coin. Si encore j’avais pu en vérifier plusieurs d’un coup, mais non ! Je ne pouvais me concentrer que sur une personne à la fois. Je vous laisse imaginer le monde qu’il y a à l’aéroport Charles de Gaulle, hein. Et d’ailleurs, tant qu’on y est, j’ai une migraine qui commence à me chatouiller les tempes, étant donné que ça fait trois jours que je dois me concentrer constamment pour surveiller les alentours. A la Congrégation j’ai pas besoin de faire ça… M’enfin.

Me voici donc en mission. Je n’en avais plus eu depuis… depuis l’épisode avec Ren-papillon et Nabouh, où on avait été voir ce vieux monsieur, ce créateur, pour lui poser des questions. En fait, c’était la première fois qu’on m’envoyait en mission seule, depuis ma mission de passage à prêtre-roi. De fait, je crains un peu le pire. Enfin ! Positivons ! Au moins, je ne suis pas dépaysée. La France ! C’est pas si loin de la Suède ou de l’Angleterre. Et puis je parle français ! Bon pas hyper couramment, mais je parle français ! Donc déjà c’était un bon point pour moi.

Cette mission, elle avait pas commencé là, dans cet aéroport.

Petit un, il a fallu que je retienne chaque étape de cette fichue liste que M’sieur Hills m’avait filée. Et il y en avait beaucoup.

Petit deux, aller faire un tour à la bibliothèque (et prendre un café avec Monsieur Fray au passage), puis négocier vols, hôtels, et tout et tout. Misère, que c’était compliqué. J’ai une tête à avoir l’habitude de réserver des hôtels ? Quand j’avais débarqué à Stockholm, c’était mes parents qui s’étaient chargés de tout. Mais là, j’ai l’impression de grandir d’un coup… ahah. Prendre des responsabilités ? Va savoir si je m’y prends correctement ou pas. Faut dire que la madame de l’accueil m’a bien aidée. Enfin elle m’avait donné un certain budget pour réserver les hôtels –ouais, les hôtels avec un « s ». J’ai juste grave bugué au début parce que je comprenais pas pourquoi mais bon-. Donc avec le budget, plus certains hôtels qui pouvaient pas fournir des chambres communicantes pour ces jours-là, ça me réduisait pas mal le champ des possibilités, et du coup j’avais pu dénicher trois hôtels comme ça. Ça suffira bien je suppose, hein…

Petit trois, une fois sur Paris –petit coup d’œil sur la liste-, « sécuriser le périmètre ». Euh, OK ? Comment on sécurise un périmètre ? Du coup je crois que cette partie de la mission est un peu bancale. J’ai tâché de surveiller les quelques créannes que j’ai pu croiser, j’ai rien constaté de vraiment anormal. OK… OK. Bon. A voir.

Petit quatre, -nouveau petit coup d’œil à la liste-… MAIS EUUUH WHAT ?! J’avais louché sur les mots « macarons », « champagne », et « canard en plastique ». Ainsi que « à 12 centimètres du robinet d'eau côté droit ». Vas-y mais il sait combien ça coûte des macarons ?! Et puis quelle utilité ! Pff ! Je n’avais pas pu m’empêcher de hausser très haut un sourcil. Genre. Pourquoi. Et puis le canard en plastique ? Un petit « tss » sifflé entre mes dents m’échappa. Ah, avec cette étape j’ai l’impression de perdre mon temps et mon argent. Bon. Une mission est une mission, hein. J’avais juste ajouté ma petite touche de fantaisie –on ne change jamais une Lynn Hiems, s’il vous plaît-, j’avais juste fait apparaître sur une chaise une peluche de Minion –oui, les bonhommes jaunes à lunettes dans Moi, Moche et Méchant. Sourire satisfait. Allez, une touche enfantine jusqu’au bout, ça fait toujours rire –en espérant que le monsieur a un minimum de sens de l’humour-.

Petit cinq. Alors là. Le coup de la voiture. On me demande d’aller sur place, pour dire au chauffeur d’aller à l’aéroport, pour que je me rende moi-même à l’aéroport en prenant le bus au final. Ça aurait été vingt fois plus rapide de lui passer un coup de fil, sauf qu’à la Congré’ ils ont bien pris soin de ne me fournir aucun numéro de téléphone. Merde, hein.

Bon. Petit six, me voici donc à l’aéroport, avec cette magnifique pancarte ornée de ma si belle écriture.

Et c’est qu’il prend son temps le monsieur… alleeez, on ne fait pas attendre une demoiselle !

Puis alors mon sang se glace, le temps d’une seconde. Un type qui dépasse tous les autres d’une bonne tête, des cheveux noirs. Ah c’pas vrai, on me fait si peu confiance qu’on m’envoie un prof’ pour me surveiller ? Rah, c’est vexant ça ! Je me pince les lèvres. M’sieur Hills en plus. C’était probablement un des premiers gens de la Congrégation que j’avais rencontré. Dans un bar, en train de noyer sa fatigue dans l’alcool avec son frère. Autant dire que j’ai eu envie de rire quand j’ai appris, plus tard, après avoir été appelée par Enlil, qu’il était un des prof’, et Emissaire de Nin Hursag.

Il était puissant aussi. Normal, pour un Emissaire en fait. C’est pourquoi, y a pas si longtemps que ça, j’ai voulu lui soutirer des conseils. En combat, principalement. Parce que merde, c’est pas que les mannequins de la salle d’entraînement ne bougent pas et que du coup c’est facile de les atteindre avec une arme, mais quand même. De fait j’sais même pas si ce que je fais sert à quelque chose, et ça m’énerve au plus haut point. La seule chose que j’ai pu constater, c’est que les objets que je créé durent plus longtemps, et que je suis capable de créer plus de détails.

Bref. Je hausse un sourcil quand il se plante devant moi.

— Apoplexie.



ALORS DEJA CE MOT DE PASSE EST HYPER BIZARRE. Glauque.

J’entrouvre la bouche, surprise.

Vous… je… quoi ?! C’est une blague ?

J’ai envie de me claquer la tête contre un mur. Je dois escorter mon prof ? Ils sont sérieux ?!

Bon. Je m’efforce de peindre à nouveau un air impassible sur le visage. Allez. Une mission. Une MISSION. Faut que je la mène à bien, parce que ça ne peut que me permettre de progresser ; hors de question que je reste derrière l’autre –Tyarisse de son prénom- là. Et puis aussi parce que c’est juste… mon devoir envers la Congrégation (même si on me demande d’escorter mon prof’).

Allez, Lynn. Prends des initiatives.

Sourire un peu crispé, puis m’empare de la poignée de sa valise. Allez, dans ma grande bonté je vais la faire rouler jusqu’à la voiture. Je tâche de surveiller comme je peux les auras autour de moi, mais bordel j’ai mal au crâne…

Le chauffeur se charge lui-même de lui tenir la porte, puis de hisser ses affaires dans le coffre –j’crois qu’il a eu pitié de moi… hé c’pas ma faute si j’ai pas vraiment de force dans les bras-. Je ne peux m’empêcher de glisser à Jake, un demi-sourire amusé aux lèvres :

Faites attention à votre tête en entrant.

J’suis sûr que son crâne touche le plafond de la voiture. Non mais pour voyager lui il aurait besoin d’un camion… ça doit pas être facile tous les jours. Pauvre monsieur.




Voir le profil de l'utilisateur



Jake
Messages : 207
Localisation : Dans la congrégation. Je n'y bouge presque jamais.
Loisirs : Tricot et Piano. Uniquement.
Humeur : Stoique.
avatar
Jake Hills

Personnage...
Pouvoir: Caméléon
Dieu: Nin Hursag
Age: 31 ans
Sam 16 Avr - 18:33
La tête de Lynn Hiems valait tout l'or du monde. Sa mine en le voyant prononcer le mot magique lui aurait presque arracher un rire. Mais la gamine se repris très rapidement de sa surprise et sa réaction fut professionnelle. Bonne réaction. Elle prend sa valise, elle le conduit jusqu'à la voiture, elle lui glisse même un mot pour éviter qu'il se cogne. Bien sur, elle semble prendre un malin plaisir à lui rappeler qu'il est beaucoup trop grand. Mais s'il a fait ramener la voiture de Stockholm pour ses déplacements ce n'est pas pour rien.  

Jake prend donc place à l'arrière et la voiture démarre. D'un simple coup d’œil il vérifie que tout ses équipements sont en place. Cette voiture était une sorte de réserve d'armes ambulante. Mais peu de personne le savait. Surtout pas la gamine. Sauf si elle avait inspecté la voiture auparavant. Probablement pas. Le chauffeur devait le tenir au courant et ne lui avait pas signifié que la missionnaire avait vérifié que la voiture n'était pas piégé. Mauvais point. Et il n'aimait pas faire transporter. Il n'avait pas le contrôle. Normalement Lynn aurait du conduire elle même. Mais elle n'a pas son permis. Il serait préférable de faire déguerpir le chauffeur le plus tôt possible.

« Monsieur, je vous remercie de vos services mais je vais prendre le relais.  Garez vous dès que vous pouvez je vous fais appeler un taxi. Le virement a été effectué dans tout les cas pour vos services. »

Le chauffeur s’exécuta. Jake avait parlé dans un français fluide et parfait. Il était né au Quebec d'une mère française après tout. La langue de Molière était sa langue maternelle. Une fois l'homme débarqué il s'installa aux commandes. Ses gants en cuir caressaient le volant et la boite de vitesse avec délicatesse. Tandis qu'il roulait sur le périphérique il jeta un coup d’œil à sa passagère.

Elle avait changé depuis la première fois. Moins princesse certes  mais elle semblait posséder toujours un regard innocent et naif. Le cœur du président du conseil se serra. Elle allait probablement dans le futur connaître la douleur, les pleurs, la perte, le regret. En regardant son petit air insolent il eu envie de la protéger. Lui empêcher de connaître tout ce qu'il a connu ou imposer à d'autres. Il pensait avec ses émotions et son instinct. Lynn avait été appellé, qu'il le veuille ou non la jeune femme allait devoir supporter toutes ces choses. Jake devait à présent lui donner les armes pour qu'elle vive.

« Maintenant nous pouvons parler librement. Tu n'as pas vérifier la voiture, c'est anormal. Tu aurais du. Elle pourrait être piégé. Tu n'as pas non plus enquêté sur l'identité du chauffeur. Il n'est pas une créanne certes, mais il aurait très bien pu être manipulé. Même si je suis là, ne te relâche pas. »

Sa voix était sèche, sans bienveillance, sans rien. Il avait sciemment relevé uniquement les mauvais points. C'était rude. La gamine était pâle, surement en proie à une migraine pas possible d'être aux aguets. Allait elle craquer ? Peu importait, il enfonça le couteau :

« Et à ton âge tu devrais savoir conduire. Donne moi l'adresse de l'hôtel.»

Jake Hills n'était pas connu pour sa douceur. En cours ce n'était pas joyeux, alors seul avec lui…L'avoir comme professeur particulier s’annonçait il infernal ?

Voir le profil de l'utilisateur




Garde son calme en #33cc99 ♥
Spoiler:
 

Lynn
Messages : 384
Localisation : Avec moi-même.
Loisirs : Saupoudrer ta tête de paillettes ♥
Humeur : Joie et paillettes ♥
avatar
Lynn Hiems

Personnage...
Pouvoir: Inventeur, avoue t'es jaloux ! #ÇaRime
Dieu: Enlil
Age: 20 ans et toutes ses dents ~
Sam 16 Avr - 19:51
J’avoue que je suis plutôt déçue par son manque de réaction quant à ma petite blague sur sa taille. Ah, dommage. Je monte aussi dans la voiture, maintenant que « Monsieur Collins » était présent. Chouette, je n’aurai pas à rentrer en bus.

Je serais bien tentée de me perdre dans la contemplation du défilement des rues parisiennes par la fenêtre. Mais je crois que je n’en ai pas trop le droit. De fait, je fixe juste droit devant moi, attendant, je ne sais pas, des instructions ou un truc du genre. Non parce que mon ordre de mission avait été très précis et détaillé pour la préparation de l’arrivée du monsieur, mais maintenant je ne savais pas ce que je devais faire. Est-ce que je devais me débrouiller et inventer un plan génial ? Je voulais bien être imaginative mais mon génial cerveau avait parfois des limites…

Je tourne légèrement les yeux vers M’sieur Hills tandis qu’il parle au chauffeur. Pour le congédier ? Genre, sérieux ? Je me suis fait chier à aller le trouver, pour qu’il le congédie le premier parking venu ? Beh. OK. Pas de commentaires. Je retourne à ma contemplation du « tout droit ».

Pouf, échange de conducteur. Je croise les bras, et fixe la route qui défile. J’pensais qu’il y avait bien plus de monde sur le périphérique parisien… probablement que vers les dix-huit heures ça devait être chaotique. Je détourne les yeux de la bande grise de l’asphalte lorsque Jake prend la parole.

« T’as pas vérifié la voiture, Lynn » « T’as pas enquêté sur le chauffeur, Lynn », et allez, bim dans ma gueule. Je me pince légèrement les lèvres. J’avoue, j’ai complètement zappé que les créannes pouvaient posséder les gens. Genre, complètement. Mais euh c’est pas ma faute, j’ai jamais croisé de créannes vraiment agressives envers moi. Pff. Même Alexander a plus d’expérience sur les créannes que moi, alors qu’à la base c’est le type tout réservé, timide et gentil avec tout le monde. Vas-y ça craint… même mon esclave est plus au courant de tout ça que moi ! Ça va pas, ça !

Bon, OK. Malgré mes joues quelque peu rouges de honte à cause de cet échec cuisant dès le début de la mission, je parviens à siffler entre mes dents une question fort intéressante :

Et si ça avait été le cas, comment aurais-je pu savoir qu’il était manipulé ? J’pouvais pas le sortir de mon chapeau magique, ne puis-je m’empêcher d’ajouter.

— Et à ton âge tu devrais savoir conduire. Donne moi l'adresse de l'hôtel.

Je lui jette un regard peut-être un peu froid. Rah, ça m’énerve de tout me prendre dans la gueule. J’ai pas fait que des conneries, si ?

Parce que vous me feriez assez confiance pour me confier un volant, vous ? Personne n’oserait monter dans une voiture conduite par Lynn Hiems, fais-je avec un petit sourire en coin.

J’enchaîne en lui donnant l’adresse de l’un des trois hôtels. Celui où il y a la peluche Minion. Et le canard. Et les macarons. Putain… pourquoi c’est dans le contrat de la mission, ça ?

Nous arrivons donc, une dizaine de minutes plus tard, devant ledit hôtel. Après un beau créneau à droite –tricheur, t’avais une caméra de recul-, il finit par couper le moteur. Bon… j’suis pas censée considérer que c’est un Emissaire, je crois… je tourne la tête vers la fenêtre, inspecte les gens. Ils n’ont pas l’air anormaux, ils passent à côté de la voiture sans lever les yeux de leur journal ou leur téléphone. Je ferme deux secondes les paupières, le temps de chercher, encore et toujours, des auras de créannes. Je ne perçois rien… Je me retiens fortement de jeter un regard hésitant vers Jake –fais comme si t’étais sûre de toi Lynn, ça vaut mieux-, ouvre la portière et saute sur le trottoir.


Voir le profil de l'utilisateur



Jake
Messages : 207
Localisation : Dans la congrégation. Je n'y bouge presque jamais.
Loisirs : Tricot et Piano. Uniquement.
Humeur : Stoique.
avatar
Jake Hills

Personnage...
Pouvoir: Caméléon
Dieu: Nin Hursag
Age: 31 ans
Dim 17 Avr - 13:23
Jake sortit lentement de la voiture, prenant soin de camoufler presque totalement son aura. Il n'était qu'un médium parmi d'autres avec très peu de puissance. Cette technique était à double tranchant. Lorsqu'il camouflait son aura il possédait un effet de surprise indéniable en combat. Mais s'il l'a laissé telle qu'elle, elle impulsait avec force repoussant une bonne partie des créannes ne voulant pas s'attaquer à un trop gros poisson. Il attrapa sa valise dans le coffre et une petite mallette qu'il n'avait pas en arrivant. Faire passer des armes dans les avions étaient un enfer de paperasse, même pour lui.

Les deux pénétrèrent dans l'hôtel. C'était un bel endroit à la décoration épurée et chic, probablement pensé par un grand architecte. L'émissaire se rendit à la réception et demanda les clés des deux chambres. La réceptionniste lui répondit d'un air un peu gênée qu'un employé les accueilleraient au septième étage. Il se demanda à quoi il pouvait bien faire penser. Un père avec sa fille ? Non il ne faisait pas si âgé. Un frère avec sa sœur peut être, bien qu'il n'avait aucun trait en commun avec Lynn. A la réflexion il ressemblait plus à son garde du corps. Dans la théorie c'était plutôt l'inverse en pratique beaucoup moins. Alors qu'ils étaient dans l'ascensceur qui menait vers le dernier étage Jake ouvrit la bouche :

« Tu ne peux pas savoir lorsqu'un humain est possédé par une Créanne. Cependant il y a des signes. Une personne inconsciente à quelques mètres peut être une créanne en train de posséder un homme. Les plus anciennes peuvent tout de même se mouvoir et être d'une discrétion extrême. En plus d'être à l’affût des auras tu dois aussi sans cesse examiner autour de toi et être vigilante à chaque personnes, animal ou plante. »


Les deux missionnaires sortirent de l’ascenseur lorsqu'un employé les rejoint pour les accompagner jusqu'à destination. C'était un homme d'une trentaine d'année au visage souriant et sympathique. Blond de taille moyenne, il ne pouvait s'empêcher d'utiliser ses mains lorsqu'il parlait.

« Bonjour Monsieur Collins, je suis Matthieu Dufour, votre suite est au fond, elle répond à toute vos exigences avec deux chambres communicante. Si vous avez besoin de quoi que ce soit n'hésitez pas. »

Et on leur donna une clé. Une seule clé. Il avait demandé deux chambres ! L'émissaire ne laissa rien transparaître sur son visage et d'un masque courtois remercia l'homme. Il ouvrit la porte et se retrouvèrent dans un grand salon. Une immense baie vitrée donnait sur tout Paris. C'était probablement la plus belle suite de l'Hôtel. L'un des privilèges d'être émissaire. Il en avait passé du temps dans les môtels pourries et son dos ne supportait plus les vieux matelas. Le salon donnait sur deux chambres, l'une de chaque côté de la pièce, chacune avec leurs salle de bain. Les lits mesuraient 2 mètres sur 2. Il allait presque pouvoir étirer complètement ses jambes. Alors qu'il avançait dans le salon et posait ses affaires il jeta un coup d'oeil vers la missionnaires.


« Tu peux te détendre maintenant, je vais faire un tour dans l'hôtel rapidement et prendre des affranchissements.»


Il laissa la mystérieuse mallette sur la table basse et sortie laissant la gamine seule. Jake Hills inspecta les lieux minutieusement et une fois dans le hall s’assit quelques instants dans le patio intérieur s'allumant une cigarette. Il y avait une bonne quinzaine de clients ainsi que les employés. Il pouvait faire savoir qu'il était là sans se faire immédiatement repérer. L'émissaire cessa alors de camoufler son aura et celle-ci fut projeté entièrement une fraction de seconde dans les environs avec force. Elle n'était pas aussi impressionnante que celle d'un dieu ou du directeur mais faisait toujours son petit effet. Surtout qu'il l'a balançait d'un coup, personne n'avait le temps de la sentir approcher. C'était un avertissement. Quelqu'un de dangereux était dans le coin. Puis plus rien.

L'émissaire commanda un jus de pomme, il se souvenait qu'elle buvait ce genre de boisson et une bouteille de bourbon qu'il prit avec lui. Ce n'est que dans l’ascenseur qu'il reprit son aura habituelle. Celle d'un médium lambda. L'homme rentra de nouveau dans la suite et déposa le tout sur la table basse.


« L'hôtel semble sur »


Et il desserra légèrement sa cravate qui commençait à l'étouffer tout en se servant un verre d'alcool. Lui aussi pouvait se détendre parfois.

Voir le profil de l'utilisateur




Garde son calme en #33cc99 ♥
Spoiler:
 

Lynn
Messages : 384
Localisation : Avec moi-même.
Loisirs : Saupoudrer ta tête de paillettes ♥
Humeur : Joie et paillettes ♥
avatar
Lynn Hiems

Personnage...
Pouvoir: Inventeur, avoue t'es jaloux ! #ÇaRime
Dieu: Enlil
Age: 20 ans et toutes ses dents ~
Dim 17 Avr - 15:51
Plus ça va, plus je me dis que décidément, ce type est vraiment beaucoup trop grand. Vraiment beaucoup trop. Surtout de mon point de vue, en fait. Il est pas normal. La dernière fois que je me suis retrouvée à côté d’un type aussi grand, c’était à côté de… Nin Hursag, je crois. Ça a peut-être un lien. Attendez, il faut que je lui demande.

Hé dites, est-ce que tous les missionnaires de Nin Hursag sont des géants ?

Une fois dans l’ascenseur, il répond enfin à la question que je lui avais posée il y a genre vingt minutes. Il prend son temps pour réfléchir, lui.

J’écoute, attentive. Jusqu’à cette fin de phrase, qui manque de me faire exploser de rire :

— …tu dois aussi sans cesse examiner autour de toi et être vigilante à chaque personnes, animal ou plante.

D’accord, j’ferai attention aux pissenlits qui traînent sur le trottoir la prochaine fois, fais-je avec un petit sourire sarcastique.

OK, OKKK c’est pas vraiment drôle. Parce qu’il est parfaitement sérieux, et que une créanne Ancienne, dangereuse et cruelle, peut parfaitement se cacher derrière un mignon pissenlit. Oh putain, ça fait quoi si on mange une créanne ? Les pissenlits ça se mange en salade non ?

Bref. Du sérieux, Lynn, du sérieux.

Hé. N’empêche, y a que moi pour penser que c’est direct louche qu’un type doive nous accompagner jusqu’à la chambre ? Personne fait jamais ça… cet hôtel est peut-être trop luxueux pour que j’comprenne ce qu’il s’y passe. J’avais bien un peu surveillé les comportements des employés mais… Bon, en attendant, Jake semble pas trouver ça très louche. OK, on va dire que c’est normal, alors.

Je croise les bras, restant dans l’encadrement de la porte, fixant l’Emissaire avec un sourire satisfait. Alors ? Elle fait que de la merde, la gamine ?

— Tu peux te détendre maintenant…

J’ai retenu que ça de la phrase. OUAIIIS.

J’attends qu’il soit sorti de la chambre, puis regarde un peu de travers sa mallette noire posée sur la table basse. Il me tuerait si j’regardais dedans, pas vrai ? Ouais, mauvaise idée. Soit sage, Lynn. Pas de conneries.

A la place, je me rue dans la pièce que j’avais élue comme ma chambre, et m’affale tel un cachalot échoué sur la plage sur le graaand lit. Wouah, trop la joie ! Je peux faire des roulades et tout tellement il est grand ! Je m’assois en tailleurs, la tête tournée vers la fenêtre. J’me demande si M’sieur Hills doit vraiment aller à un congrès, ou s’il est venu pour au final me donner une mission qui n’a rien à voir, style aller dans le Titanic, par exemple. Ahh, le Titanic… hé j’ai revu le film y a pas longtemps ! J’ai rigolé un peu nerveusement, j’crois. Bref. Je me demande ce qu’il a eu comme mission, lui. Je sais pas quel genre de mission il donne, Nin Hursag. Quand je l’avais rencontré –tiens c’était en France aussi-, il était plutôt sympa… enfin après ça n’a pas tellement de rapport avec les missions qu’ils donnent, Nanna aussi avait été sympa avec moi et il a envoyé Alex-chou dans le désert de Gobi, en t-shirt et avec des petits beurres. Enfin j’ai pas bien l’impression qu’Alex lui en ait vraiment voulu, hein…

Je redresse la tête et les poils se hérissent sur mes bras lorsque je sens une aura, puissante, arriver telle une grosse vague, envahir la pièce, puis s’éteindre. Je hausse un sourcil ; c’est une aura de missionnaire, probablement celle de Jake. A quoi il joue ? Je pouvais comprendre qu’il la cache pendant le temps de la mission, mais pourquoi, au contraire, la dévoiler ? C’était un message clignotant aux créannes du coin, ça ! « Hey cc les gars, chui 1 émissaire et chui a l’hotel du coin lol ! » … incompréhension dans ma tête. Bah, je lui demanderai.

Une dizaine de minutes plus tard, il revient dans la chambre. Je me remets debout pour le rejoindre. Et- OMG ! Il m’a pris du jus de pomme –en tout cas ça y ressemble- ! Trop de sympathie en ce monsieur. Euh, il attend pas de moi que je vérifie qu’il n’y ait pas de poison dans son verre à lui, j’espère ? Ça n’a pas l’air très bon ce qu’il a pris. Berk.

— L'hôtel semble sûr.

J’ai pas fait que de la merde, alors ?

Je m’installe dans un fauteuil, croise les bras.

Dites, j’ai une question ! Pourquoi vous avez dévoilé votre aura comme ça ? Autant mettre un grand panneau à l’entrée de l’hôtel pour prévenir toutes les créannes de Paris que vous êtes là. Ça servait pas à grand-chose de réserver plusieurs hôtels si vous faites ça, non ?

Je jette un coup d’œil par la fenêtre. Oh j’avais pas fait attention, mais la vue est plutôt sympa. Je reporte mon attention sur Jake.

Et, vous allez vraiment vous rendre à un congrès, ou on est là pour autre chose ?

Parce que si c’était le cas, fallait me le dire, genre maintenant.



Voir le profil de l'utilisateur



Page 1 sur 1
 
Les Chroniques de Sumer :: Le Monde :: Europe :: Europe de l'Ouest
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet