Poster un nouveau sujet Répondre au sujet
 :: Stockholm :: Port
L'alcool et le diable ont emporté les autres, yo-ho-ho et une bouteille de rhum ! [Fray]
Warren
Messages : 433
Localisation : In your bed honey ♥
Loisirs : Se retourner sur les jolis garçons~
Humeur : Toujours bonne voyons~
avatar
Warren Dawson

Personnage...
Pouvoir: Charmeur~
Dieu: Inanna
Age: 25 ans
Jeu 28 Avr - 19:42
— Je dis pas que ma vie est naze, attention ! Je dis juste que quand même j'ai pas de bol. Enfin au moins pour certaines choses, entendons nous. Genre par exemple je suis assez beau gosse. Bon j'avoue j'aurais pu être mieux roulé quand même. Comme Dave ! Dave il a un beau cul ouais et des beau pecs aussi. Puis il est blond. Fin il est assez canon quoi. Alors attention Dave j'y toucherais pas, faut pas tout confondre. Mais voilà même si c'est mon pote je le trouve sexy. Moi bah j'suis une crevette un peu. Enfin crevette… Une asperge c'est plus représentatif. Genre j'suis pas spécialement grand non plus mais je fais une bonne taille puis surtout j'suis pas très épais. Puis j'ai des mains de pianiste, ou de fille. Je pense que mon père doit être très déçu. Il m'a appelé Warren quoi. C'est un nom de guerrier et tout. Mais je suis une foutue tafiole. Ca il a pas aimé ouais. M'a foutu dehors ce con. J'étais un peu triste quand même.

Puis bon ça encore je m'en fous quoi. Remarque (Je peux te tutoyer ? Merci mec, t'es un frère ! ) ça a surement pas aidé aussi. Mais je me retrouve quand même avec la foutue déesse sur le dos quoi. Alors que moi j'avais rien demandé ! Moi j'dis que j'ai pas de bol. Puis elle m'a forcé en plus et maintenant bah elle pourrit mon seul espoir de relation. Et en plus bah ce mec je l'aime bien tu vois. Il est mignon, il est drôle et en plus il a… Comment ça se dit déjà ? Ha ouais, il a de l'esprit voilà. Fin c'est pas question de culture ou d'intelligence, il a de l'esprit j'ai pas d'autre mot pour ça.

Nan mais en plus d'être un gay renié par sa famille je suis Prêtre-Roi d'Inanna donc déjà niveau situation de merde tu te pose là. Et après le mec mignon bah c'est une créanne quoi. Donc en fait il est immortel et il a 250 ans j'crois. Et moi je l'aime bien. Donc je veux pas qu'il souffre si un jour on en arrive à plus que des amis. Parce que moi bah je vais vieillir et tout alors que lui il aura toujours 22 ans. C'est un peu triste. Donc pour résumer je suis nul. Ou alors c'est juste ma vie ?

En plus je suis pas foutu de savoir me servir de mon pouvoir. Parce qu'il est chelou quand même. Genre manipuler ses trucs avec sa voix c'est un truc de gros psycho on est d'accord. Un peu à la Marvel, tu vois ? Moi je flippe. T'imagine un jour je fais pas gaffe et je dis à quelqu'un d'aller se pendre. Le type il serait capable de m'obéir ! Moi j'aime pas ça. Alors que je devrais pouvoir me défendre avec ça quand même. Mais j'suis qu'une lavette ouaip. Pas foutu d'aider un pote quand une goule vautour te tombe dessus.

Enfin surtout dis moi si je t'embête hein. T'es déjà super sympa de m'écouter.


Là, la mouette me regarde d'un air vide et je soupire. Faux frère. Même lui je le fais chier avec mes problèmes. Je jette un oeil à la bouteille de scotch dans ma main. Dire que j'en suis à peine à trois verres. Y a des jours comme ça…

Voir le profil de l'utilisateur

Fray
Messages : 225
Localisation : Bibliothèque
Loisirs : Réciter des cosmogonies
Humeur : Dérangée
avatar
Fray Almovitsh

Personnage...
Pouvoir: aucun
Dieu: Non renseigné
Age: 35 ans
Sam 30 Avr - 14:39


J'avais choisi cette soirée pour essayer un nouveau restaurant, conseillé par internet, ce formidable ami. L'entrée était décevante, mais le plat principal avait l'air délicieux. Jusqu'à ce que Terrence apparaisse comme un diable sorti de sa boîte, s'asseye en face de moi et commence à énoncer une de ces devinettes idiotes mais intrigantes dont il a le secret. Qu'il le fasse à la Congrégation, je me suis habitué, ça ne me dérange pas. Mais quand je suis chez moi ou au restaurant, j'apprécie beaucoup, beaucoup moins.

J'ai quand même réussi à prendre la poudre d'escampette grâce à un prétexte bidon, en emportant avec moi la bouteille de vin et des kötbullars pleins les poches. Il faut maintenant que je trouve un coin tranquille pour finir mon repas. Il commence à me connaître le bougre, il faudrait un endroit de Stockholm où je ne vais quasiment jamais pour qu'il ne commence pas à m'y chercher... Je doute qu'on me laisse entrer dans un bar ou dans un autre restaurant avec une bouteille de vin et de la viande dans les poches (c'était idiot comme idée mais elles ont vraiment l'air délicieuses). La nuit commence à tomber. Le vent qui se lève apporte avec lui l'odeur iodée de la mer. C'est vrai que le port n'est pas très loin de ce quartier...

Quand j'y arrive, la vue sur la mer est presque surréelle. L'endroit est particulier par rapport au reste de la ville, car à ce moment-ci de la journée, il n'y a presque personne. Les rares personnes présentes ne font que passer, visiblement très affairées. Plus loin sur les quais, quelques bateaux de pêcheurs se balancent avec la houle. J'ai l'impression de ne pas être complètement à ma place dans ce décor qui n'appartient qu'à lui même.

Ce soir, le long du quai, il n'y a qu'une seule personne (à part moi) qui ne fait visiblement pas partie du monde des docks. C'est un homme qui discute énergiquement avec une mouette. Je sais que je l'ai déjà croisé, je reconnais ce visage, mais je ne sais pas de qui il s'agit... Je jette un second regard aux alentours. Il a trouvé le seul banc propre du quai. J'ai presque envie de le rejoindre, mais il est déjà en train de discuter avec la mouette, je risque de les déranger, non ? En même temps, ça agacerait vraiment Terrence que je me sois enfui pour retrouver un inconnu familier qui parle aux mouettes sur le port. Oh, la mouette vient de s'envoler. C'est décidé alors !

Je m'assois à côté du jeune homme, pose la bouteille de vin rouge à mes pieds, et sors une boulette de viande de ma poche. Tout en mâchant, je me dis que c'est vraiment idiot de finir ainsi une soirée qui avait si bien commencé. Bah, puisque je ne suis plus à ça près ce soir, je me tourne vers le jeune homme et lui demande :

- Bonsoir, je sais que je vous ai déjà vu quelque part, où était-ce déjà ?

Pour une fois que j'essaie d'approcher quelqu'un en essayant de ne pas avoir l'air bizarre, on dirait que je tente de flirter avec lui. J'essaie de trouver autre chose, pour changer de sujet, quand j'aperçois la bouteille de scotch entamée. Je me permets de lui dire :

- Il n'est pas si tard que ça, vous devriez peut-être ralentir un peu sur le scotch, non ?

Je n'ai aucune crédibilité avec la bouteille de vin rouge appuyée contre un des pieds du banc, je m'en rends bien compte. Bon, pour ne pas avoir l'air bizarre, on repassera... Je soupire, et j'abandonne presque l'idée de faire la conversation. Je devrais peut-être rentrer chez moi. Les kötbullars seront froides le temps que je rentre mais au moins je me sentirais un peu moins idiot.

J'observe la mer, attendant la réaction du jeune homme, pesant le pour ou le contre de rester sur ce banc... et je finis par comprendre pourquoi il me paraît familier ! Son aura, c'est un missionnaire ! Je réfléchissais trop à l'étrangeté de la situation pour le remarquer mais maintenant, c'est évident.
Je l'écoute répondre à mes questions, et je me dis que, finalement, je vais rester sur les docks ce soir.

Voir le profil de l'utilisateur

Warren
Messages : 433
Localisation : In your bed honey ♥
Loisirs : Se retourner sur les jolis garçons~
Humeur : Toujours bonne voyons~
avatar
Warren Dawson

Personnage...
Pouvoir: Charmeur~
Dieu: Inanna
Age: 25 ans
Lun 6 Juin - 21:02
Je relève la tête vers le type qui s'assoit à côté de moi sur le banc. Tiens, je le connais lui, nan ? Enfin sa tête me dit vaguement un truc quoi. Oh il a une bouteille ! Copain de beuverie ? J'veux bien tant qu'il me demande pas de partager mon scotch. Surtout si il a sa bouteille. Ca a l'air bon ce qu'il mange en tout cas. Fin vu que la mouette est parti lui il voudra bien m'écouter peut-être ?

— Heu… C'est une bonne question ça. Je me demande aussi parce que votre tête me rappelle un truc.

Surtout que bon des types avec une face pareille je pense que ça s'oublie pas. Il a un visage entre folie douce et sagesse je trouve. Comme un genre d'immortel. C'est un Dieu ? Parce que ce serait bête j'aime pas trop les dieux. Je lève ma bouteille à la hauteur de mon visage pour vérifier le niveau et plisse les lèvres dans une moue sceptique.

— Ha ? Peut-être que je devrais oui. J'sais pas, il y a une heure pour boire ? J'avais pas envie d'embêter quelqu'un en buvant alors j'suis venu ici. Mais j'suis pas fâché d'avoir quelqu'un pour parler. Les mouettes sont pas très causantes même si elles écoutent bien.

Je porte le goulot de la bouteille à mes lèvres et prend une petite gorgée. L'alcool me brûle la gorge et je grimace avant de reboucher le flacon. J'incline la tête doucement pour le dévisager. Ce qu'il y a de bien avec l'alcool c'est qu'on a plus honte de rien.

— Oh je sais où je vous ai déjà vu, je fais en frappant ma paume de mon poing. Vous êtes le bibliothécaire de l'asile des cas sociaux désespérés.

J'ai un rire doux, un peu amusé, surtout ironique. Je pose ma joue sur mon poing et appuie mon coude sur ma cuisse sans cesser de l'observer.

— Qu'est-ce que vous faites ici ? J'pensais que vous quittiez jamais les bouquins.

Pas un mal ceci dit, j'aime bien les livres et faut bien quelqu'un pour les garder, sinon ils s'envoleraient. Comme dans Harry Potter vous voyez ? Les livres qui hurlent, les livres qui bougent tout ça.

— Vous me passeriez une boulette de viande ? Elles ont l'air super bonnes.

Ouais aucune honte. Déjà que de base je suis sas gêne alors pompette…

Voir le profil de l'utilisateur

Fray
Messages : 225
Localisation : Bibliothèque
Loisirs : Réciter des cosmogonies
Humeur : Dérangée
avatar
Fray Almovitsh

Personnage...
Pouvoir: aucun
Dieu: Non renseigné
Age: 35 ans
Jeu 23 Juin - 11:19


Je contemple le niveau de scotch diminuer un peu dans la bouteille, tandis que le jeune homme qui me paraît familier (et lui aussi a l'air de me reconnaître, peut-être l'ai-je déjà croisé à Stockholm ?) me répond. Et il est plutôt logique, je dois l'admettre :

- Je suppose que non, l'alcool ça n'est pas comme le thé, il n'y a pas d'heure fixe pour en prendre... Et en effet, vous ne dérangerez pas grand monde sur le port, à cette heure-ci c'est plutôt tranquille.

Je réfléchis un moment. Ça n'est pas comme ça que j'avais prévu de finir ma soirée, mais le buveur a l'air plutôt sympathique et son aura m'est familière alors... Je reste.

- Bien, si je dois remplacer la mouette pour avoir une conversation avec vous, il va falloir que je vous suive.

J'ai un sourire un coin tandis que je ramasse la bouteille de vin rouge pour la porter à mes lèvres. Ça manque d'élégance, mais j'ai des boulettes de viande dans les poches tâchées de mon pantalon, je suis assis sur le seul banc des docks qui ne soit pas recouvert de fientes de mouettes, en compagnie d'un inconnu qui n'en est pas vraiment un. Donc j'ai un peu abandonné l'idée d'avoir l'air normal.
Et de toutes façons, puisque j'ai décidé de remplacer une mouette, il va me falloir être un peu moins sobre que ça !

Il me fixe, probablement à cause des lignes sombres qui strient mon front. Puisque ça n'a pas l'air de le déranger, je fais de même (et même si ça l'avait dérangé, je l'aurais sûrement quand même fait parce que j'aime observer attentivement les personnes que je rencontre pour la première fois). Il est à la fois ordinaire, et pas vraiment ordinaire. Quelqu'un que vous pourriez croiser dans la rue sans rien remarquer, mais qui n'est pourtant pas vraiment banal.

Je n'ai pas le temps de me demander pourquoi, car il s'exclame : il m'a reconnu, et il semblerait que ma réputation de fou effrayant me précède. Je fronce les sourcils quand je lui fais remarquer :

- Quand même, c'est un peu vexant si vous employez le terme « asile des cas sociaux désespérés » pour désigner ma bibliothèque ! Par contre, si c'est de la Congrégation dont vous parlez, je peux comprendre...

À la façon dont il me regarde, je devine qu'il m'a déjà rencontré à la Congrégation. Ça n'est pas mon cas, je ne me souviens pas vraiment de lui, juste un sentiment de déjà-vu. S'il est déjà venu à la bibliothèque, il ne doit pas faire parti des grands habitués... Je lui réponds :

- Ce que je fais ici ? J'essaie d'échapper à l'un des cas sociaux désespérés qui m'a suivi hors de l'asile ce soir.

Dédicace à toi, Terrence, disparais six pieds sous terre et arrête de me tourmenter je t'en prie. Je poursuis :

- Bien sûr que si, il m'arrive de quitter mes bouquins, même s'ils sont précieux et que certaines reliques devraient être constamment surveillées. Je suppose que si vous me reconnaissez, c'est que vous êtes un habitué de la Congrégation, il y a même de fortes chances pour que vous soyez un missionnaire, un étudiant plutôt qu'un simple jardinier. Eh bien c'est une façon de penser typique des étudiants ! Ils sont surpris de voir leur professeur au supermarché parce qu'ils n'imaginent pas qu'ils ont leur propre vie en dehors des cours, et qu'elle ne tourne pas seulement autour de leurs élèves. Ma vie ne tourne pas autour de mes bouquins !

Je reprends mon souffle. Normalement, entre mon apparence inhabituelle et l'expression d'illuminé un peu fou sur mon visage, la plupart de mes interlocuteurs prennent la poudre d'escampette. Puisqu'il est toujours assis à côté de moi, je laisse tomber ma mauvaise foi et j'admets :

- Non, en fait, vous avez un peu raison, je passe la plus claire partie de mon temps à la bibliothèque. Et au restaurant.

Et pour accepter ce triste constat, je reprends une gorgée de vin.

- Au fait, est-ce que j'ai visé juste ? Missionnaire étudiant à la Congrégation, ou pas ? Bon, si vous avez choisi le port pour boire au lieu de retrouver d'autres missionnaires, c'est que vous avez peut-être envie de penser à autre chose...

Je récupère les boulettes de viande au fond de mes poches lorsqu'il m'en demande une.

- Pourquoi pas, tenez. Elles sont vraiment délicieuses, un restaurant chic du moment. Vous accepteriez de me passer un peu de votre scotch ? Je veux bien remplacer votre mouette, mais je refuse de faire la conversation à quelqu'un qui a bu si moi-même je reste sobre !

Je ne suis pas vraiment étonné de trouver quelqu'un de la Congrégation ici. En fait, ce qui me surprend, c'est qu'il a l'air assez jeune, et pourtant le voilà qui boit seul. Je suppose qu'en tant qu'aîné, ou en tant que figure d'autorité représentant la Congrégation (quelle blague), je devrais lui parler des méfaits de l'alcool. Mais ça serait ironique, compte tenu du fait qu'il a plus de chance de mourir en essayant de satisfaire les besoins et lubies de son dieu, plutôt qu'en abîmant son foie avec du scotch et soda. Non, dans le cas présent, mon rôle est de ne pas le laisser boire seul (car c'est bien trop triste sinon). Et ça me fait une excuse toute trouvée pour oublier de façon peu glorieuse mes propres petites misères.

- Alors, que racontiez-vous à cet oiseau marin avant que je n'arrive ?

Je l'écoute en finissant les dernières kötbullars, lançant les quelques miettes éparpillées sur le banc aux mouettes et goélands du port.

- Était-ce une soirée préméditée ? Ou est-ce que des événements récents vous ont conduit ici pour oublier vos malheurs ? Parce que dans mon cas, et vous devez vous en douter, ça n'était pas du tout prévu !

Voir le profil de l'utilisateur

Warren
Messages : 433
Localisation : In your bed honey ♥
Loisirs : Se retourner sur les jolis garçons~
Humeur : Toujours bonne voyons~
avatar
Warren Dawson

Personnage...
Pouvoir: Charmeur~
Dieu: Inanna
Age: 25 ans
Lun 15 Aoû - 14:01
Je me frotte le menton, pensif. Le thé… J'avoue que pour moi y a pas vraiment d'heure non plus. Bah oui y a le thé du matin, le thé de la matinée pendant les cours, le thé de l'après-midi quand je bosse ou pour le goûter, et puis l'infusion du soir. Au final on peut presque boire du thé tout le temps. C'est ça qui est bien avec le thé. Enfin même si je m'étais mis ici pour déranger personne c'est vrai que c'est bien d'avoir quelqu'un à qui parler. Je me sens moins fou.

Je souris en coin en le voyant déclarer que si il veut tenir la conversation avec moi il va devoir me suivre. Oh il a une bouteille de vin, ça a l'air pas mal. Il s'est enfui du resto sans payer en fait je suis sûr que c'est ça. Il se met à me fixer en retour et je lui lance un grand sourire joyeux. L'alcool a tendance à me faire cet effet là, je suis déjà extraverti en temps normal mais là c'est pire.

— Bah oui je parlais de la congré, fin ça comprend aussi la bibliothèque quelque part mais au moins là bas y a les livres. J'aime bien les livres.

J'incline la tête, curieux. Un cas social désespéré ? Ca peut être un peu n'importe qui à la congré. Entre les médiums un peu chelou, le missionnaires et les créannes on a pas trop de gens normaux là bas faut dire. Je rigole un peu. Il a aussi une sacré tchatche lui. Mais c'est vrai qu'on a parfois un peu de mal à visualiser les profs en dehors du cadre des cours. Enfin ça devient plus facile à appréhender quand on devient adulte. Je pouffe derrière ma main quand il admet enfin avec un peu de mauvaise foi qu'il passe effectivement beaucoup de temps dans sa bibliothèque. Oh et il était dans un resto j'avais raison.

J'échange ma bouteille de scotch contre deux boulettes de viande. Je croque dedans et machonne un peu. Ha c'est pas mal j'avoue. Je me lèche les lèvre pour prolonger un peu le goût.

— Vous parlez beaucoup, je remarque. Enfin moins que moi mais je m'y attendais pas.

Je mange la deuxième boulette avant de tendre la main vers lui pour récupérer mon scotch et boire une nouvelle gorgée. Qu'est-ce que je disais à la mouette déjà ?

— Je lui disais que j'avais une vie un peu pourrie en ce moment. Mais bon vu que je suis Prêtre-Roi d'Inanna c'est pas vraiment étonnant, hein ? Enfin… Je suis encore vivant quand même puis elle m'a pas encore trop emmerdé depuis ma première mission mais quand même. Déjà que j'ai un gros béguin pour une créanne et ça c'est aussi sa faute j'crois. Fin c'est elle la déesse de l'Amour, nan ?

Je soupire lourdement, appuie mon dos contre le dossier du banc.

— Puis je suis gay aussi, je commence à cumuler. Fin sans me plaindre trop quand même je crois que j'ai pas de bol. Ce monde est pourri de base alors avec des dieux égocentriques et mégalo ça l'arrange pas trop.

Je le regarde finir ses boulettes et donner les miettes aux mouettes.

— J'sais plus ? Enfin c'est que le but est atteint je pense du coup. Quand je bois en général c'est pour oublier pourquoi. Et vous ? C'est qui le cas social qui vous a fait fuir le resto ?

Voir le profil de l'utilisateur

Fray
Messages : 225
Localisation : Bibliothèque
Loisirs : Réciter des cosmogonies
Humeur : Dérangée
avatar
Fray Almovitsh

Personnage...
Pouvoir: aucun
Dieu: Non renseigné
Age: 35 ans
Mar 6 Sep - 9:12


Le grand sourire de Warren me fait espérer qu'il a l'alcool joyeux, ce qui rendrait cette soirée au port finalement très agréable, voire même amusante ! Il a l'air plutôt arrangeant, pas dérangé par mes frasques, et même assez avenant. Surtout qu'il aime les livres, ce qui joue en sa faveur. Je hoche de la tête à ces mots, d'un air approbateur. Voilà quelqu'un de bien. Quelqu'un qui accepte de partager son scotch. Et quelqu'un qui m'écoute déblatérer toutes mes âneries, pour simplement conclure par :
- Vous parlez beaucoup. Enfin moins que moi mais je m'y attendais pas.

Je parle beaucoup ? Oui, sûrement. Mais si ça ne le dérange pas, eh bien nous sommes deux ! Je lui réponds :
- A votre tour maintenant, vous m'avez laissé vider mon sac, je ne peux que vous rendre la pareille !

Oui, les missionnaires d'Innana font partie de ceux qui en bavent le plus. Mais relativisons, ça pourrait être pire. Ça pourrait être Enlil.

La suite de ses mésaventures m'intrigue : ressentir une certaine inclination pour une créanne... Je sais bien que cela peut arriver, même si ça reste rare, mais je n'écoute pas vraiment les ragots, alors je ne suis pas très au fait de ce qu'implique ce genre de situation. Oui, maintenant que j'y réfléchis, je sais que logiquement, ça doit bien arriver, mais je n'avais jamais écouté, ni même lu, le récit de quelqu'un de directement concerné.
Un peu curieux, j'essaie d'imaginer ce que ça implique comme relation, de quelle façon ça pourrait se passer, ou pas d'ailleurs... Et j'ai un peu de mal à comprendre les enjeux, jusqu'à ce que je me mette mentalement à sa place. Si ça m'arrivait à moi, eh bien, nom d'une Mae Jemison, je n'ose imaginer le beau bordel que ça serait.

Sur qui rejeter la faute de ses inclinations amoureuses ? Peut-être Inanna, en effet... Ou peut-être que la faute n'est pas à rejeter sur nos dieux, notre mauvaise ou bonne étoile, mais sur nous-mêmes, simples humains, stupides et magnifiques... Bref, je ne peux qu'essayer de comprendre et compatir, en lui passant la bouteille de vin après avoir moi-même bu une nouvelle gorgée.

Ce sujet de conversation, qui aurait pu être assez mièvre, se révèle en fait plutôt morose. Et je n'y peux pas grand chose, malgré les progrès que j'ai observé depuis mon enfance, c'est encore difficile de vivre paisiblement quand on sort un tant soi peu de la norme. On n'a pas tous la chance de grandir au sein d'une communauté lgbt accueillante et créative, qui te protège et t'aide à t'épanouir (oui, c'est à toi que je pense Olga, ma vieille amie de fac, et probablement l'estonienne lesbienne la plus chanceuse que je connaisse et qui existe sur Terre ; tu aurais pu partager un peu de ta chance avec les autres ! Par exemple, lui, il a l'air d'en avoir plus besoin que toi !).

Et en ce qui concerne les dieux, je n'ai observé aucun progrès. Je ne me permettrais pas de les juger. Mais je suis bien obligé d'admettre que durant ces longues années d'observation, je n'ai pas remarqué de changement significatif dans leur attitude vis-à-vis de leurs missionnaires, et du reste du monde. Donc ce point de vu est, effectivement, très peu enthousiasmant.

- Je peux comprendre votre désarroi... D'ailleurs, c'est probablement pour ça que je suis seul : c'est déjà bien assez compliqué de trouver quelqu'un qui vous corresponde, avec qui on peut créer une belle relation, alors si en plus, la partie surnaturelle du monde vous met des bâtons dans les roues, à quoi bon ?

À quoi bon... Mais je reste, peut-être naïvement, sentimental et je préfère de loin la mièvrerie à la morosité.

- Mais sans les dieux, cette personne qui vous plaît n'existerait pas. Alors, il doit bien y avoir quelque chose de bon qui ressort de tout ça, quelque chose qui en vaille la peine et qui vous pousse à continuer de vous impliquer ! Cette créanne, comment est-elle ?

Désormais, et sans que j'y fasse vraiment attention, les bouteilles de vin et de scotch passent naturellement de mains en mains, au fil de la conversation. Si lui a déjà oublié une partie de sa soirée, la mienne est encore fraîche dans mon esprit (pour le moment du moins).
- Alors, je devais passer une bonne soirée, seul, devant un bon repas... et Terrence a débarqué. Bien sûr, j'apprécie sa compagnie, mais j'apprécie moins quand il choisit de l'imposer à des moments où je pensais être tranquille et tout à fait seul !

Je réfléchis un instant, et je précise au jeune homme :
- Si tu es déjà passé à l'infirmerie de la Congrégation, tu verras peut-être de qui il s'agit. Un  homme grand, tantôt responsable, tantôt gamin.

Je prends une nouvelle gorgée. Je vais rapidement sentir l'alcool monter à ce rythme là. Je poursuis quand même mon récit, même si je me doute qu'à un moment, je risque d'être moins modéré dans mes paroles, et peut-être moins cohérent et poli.
- Certes, il n'est pas si désagréable que ça, et il a de bonnes attentions, parfois même charmantes... Mais si je ne mets pas de la distance entre nous, quitte à être un peu méchant, j'ai l'impression d'étouffer. Un peu moins qu'avant, c'est vrai, j'ai fini par m'habituer à sa présence envahissante. Mais il ne faut pas le lui dire, sinon il ne me lâcherait plus ! Donc, ça n'est pas que j'ai envie de l'oublier, mais, enfin, venir me voir au restaurant pour me poser une devinette de culture générale, c'est un peu dépasser les bornes !

Voir le profil de l'utilisateur

Warren
Messages : 433
Localisation : In your bed honey ♥
Loisirs : Se retourner sur les jolis garçons~
Humeur : Toujours bonne voyons~
avatar
Warren Dawson

Personnage...
Pouvoir: Charmeur~
Dieu: Inanna
Age: 25 ans
Dim 23 Oct - 14:47
Je ris doucement quand il avoue que c'est déjà assez compliqué de trouver quelqu'un avec qui s'engager sans devoir y rajouter l'élément surnaturel. Je suis bien d'accord. Déjà qu'en temps normal c'est pas simple de trouver chaussure à son pied mais alors quand on rajoute le facteur "dieux sumériens" mais laissez tomber c'est mission impossible.

La suite me laisse pensif par contre. C'est vrai que sans Nanna il n'y aurait pas Nao. Sans les dieux il n'y aurait pas de créannes. Est-ce que c'est une bonne chose ? Je ne suis pas à même d'en juger. Seulement je pense que sans Nao il manquerait un truc dans ma vie actuelle. La question me tire un sourire doux.

— Il s'appelle Nao, c'est une créanne chouette. Il a environ deux cent ans je crois. C'est quelqu'un de très… J'ai du mal à le définir. Si je devais donner un mot je dirais qu'il a de l'esprit. C'est quelqu'un de très calme et réfléchi, posé. Il a une façon de voir le monde que je trouve incroyable.

Je préfère ne pas partir dans la description physique sinon vu mon état je vais y mettre une heure. Il est beau Nao. Pas canon ou mignon, même si j'aime bien le qualifier comme ça quand il rougit. Non il est beau. Dans le sens esthétique du terme. Il a un visage fin et des yeux étranges, mais pour moi Nao c'est plus un mental avant un corps.

Les bouteilles continuent de circuler, les gorgées aussi. J'ai la tête qui tourne agréablement, je me sens détendu, la langue déliée, à l'aise. J'ai oublié un peu pour quelle raison précise je suis venu ici et c'était le but.

Je l'écoute me parler de son problème qui est en fait plutôt un quelqu'un. Le nom de Terrence me dit vaguement un truc, j'ai dû en entendre parler une fois ou deux. Enfin en règle général je vais très rarement dans les infirmeries, j'ai pas trop confiance. Lui a l'air d'un sacré personnage.

— Il est peut-être amoureux ? Je fais en riant. Pour être aussi acharné avec vous il doit être au moins intéressé en tout cas. Vous y avez déjà pensé ?

Mais peut-être qu'il a déjà quelqu'un ? Qu'il est marié avec autre chose que ses bouquins ? Je suis pas forcément le meilleur quand il s'agit de démêler mes problèmes sentimentaux mais ceux des autres me posent souvent moins de soucis.

— Les gens ont parfois des drôles de comportement pour signifier à une personne qu'elle leur plait. C'est compliqué d'être clair quand on a peur de se faire rejeter.

Et je transpose surement trop aussi. Mais j'ai envie de voir Nao maintenant. De le prendre dans mes bras et de l'embrasser. Je suis un idiot.

Voir le profil de l'utilisateur



Page 1 sur 1
 
Les Chroniques de Sumer :: Stockholm :: Port
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet