Poster un nouveau sujet Répondre au sujet
 :: Le Monde :: Amérique du Nord
Ceci est un sketch. [Davy ♥]
Alex
Messages : 366
Localisation : Stockholm, toujours.
Loisirs : Observer le ciel nocturne.
Humeur : Heureuse.
avatar
Alexander Aestas

Personnage...
Pouvoir: Poussière
Dieu: Nanna
Age: 23 ans
Lun 15 Aoû - 17:53
Honnêtement, quand j’ai vu le message de Nanna, j’ai eu envie de rire. Si ça n’avait pas été lui, j’aurais sincèrement cru à une mauvaise blague.

Ça ne me dérange pas de partir en mission ; après tout c’est pour ça que je suis là.

Mais là. Je suis resté perplexe un moment je dois dire.

Faire quoi ? Une démonstration en public des pouvoirs ? Ahah laissez-moi rire ! Pourquoi faire ?! On aurait pu demander à un Emissaire, ça aurait été bien plus glorieux pour Nanna croyez-moi.

Puis j’ai vu avec qui je devais faire cette mission. Et j’ai haussé un sourcil, avant de marmonner un « c’est pas vrai… » tout seul.

David. Le seul missionnaire de toute la Congrégation que je ne supportais pas, et c’était réciproque. Evidemment, c’était sur lui qu’il fallait que ça tombe. Je crois que soit Utu et Nanna ont trouvé ça très drôle, soit le but est de montrer que si nos dieux nous demandent de faire un truc que nous ne ferions pas en temps normal, nous sommes capables de le faire. Qu’en gros on arrive à passer outre pour eux… Les deux, probablement.

J’ai grincé des dents. Donner un spectacle. Je suis déjà mal à l’aise à l’idée de jouer du violon devant ma famille à Noël, qu’est-ce que vous voulez que j’aille faire une présentation de l’alliance de mes pouvoirs avec ceux d’un type que je n’aime pas, à des milliers de gens ?! Et puis merde aussi, qu’est-ce que vous voulez allier la lumière et la poussière ?! Enfin je sais que c’est précisément ce qu’on nous demande de trouver, mais… rah, je n’ai jamais été si peu motivé de faire quelque chose pour Nanna…

Et puis, Tyarisse a trouvé ça très drôle, aussi. Quand je lui ai expliqué le principe de la mission, et avec qui j’allais la faire, elle a tout simplement explosé de rire. Puis elle m’a demandé en rigolant si ce serait filmé pour qu’elle puisse regarder, aussi. Cette blague.

Enfin. Ce n’est pas comme si nous avions le choix, après. Allez, allons-y dans la joie et la bonne humeur…

Au final, on a dû se retrouver au sortir de la journée de cours, avec David. Alors que pendant un an on tâchait de s’éviter, on devait à nouveau se reparler. Non pas qu’on se soit déjà parlé avant, en fait…

Je me plante devant lui, fourre mes mains dans les poches de mon jean, avant de lui adresser un sourire ironique.

Tiens donc, comme on se retrouve. Il semblerait qu’on doive travailler de concert, même si je m’en serais bien passé. Ah, et je te préviens direct ; je suis contre les costumes en tout genre, si jamais il te viendrait à l’esprit de donner un thème à cette… « démonstration ».

Parce que j’en ai ma claque quand même, qu’on veuille me mettre sur le dos des trucs que je ne veux pas mettre.

Plus ça va, et moins j’ai envie de faire cette mission…



Voir le profil de l'utilisateur



Dave
Messages : 1193
Localisation : DTC.
Loisirs : Casser des dents.
Humeur : Je crains qu'elle ne soit pas très lumineuse !
avatar
David Williams

Personnage...
Pouvoir: Astre (Dave) & Source (Alice).
Dieu: Utu
Age: 27
Lun 15 Aoû - 18:08

Ceci est un sketch.
Enfin, il paraît. ▬ Alex
Non. Juste non. Pas de guillemets, pas de virgules, de points de suspension, rien du tout ; juste NON. En majuscule, gras et souligné, clignotant de petites loupiotes lumineuses - qu'il aurait bien aimé balancer à la gueule de son dieu, alors là oui, il aurait aimé. Restons calmes, voulez-vous ? Il tâche de ne pas froisser le message - trop tard - entre ses mains crispées.

Tout va bien. Utu et Nanna ont demandé à Alexander Aestas et David Williams d'effectuer une mission digne de la propagande de Captain America dans First Avenger. Un spectacle - ridicule - pour montrer aux sceptiques que les deux dieux sont alliés/copains/gnap gnap/rayez la mention inutile ? Wut ? D'où vous avez pensé que ça pouvait être une bonne idée de montrer leur entente à un public de médiums et de missionnaires en choisissant CES DEUX MECS-LÀ ? Ils voulaient quoi, déclencher la troisième guerre mondiale ? Créer un cataclysme nucléaire ?

— Nan mais, déjà : est-ce que j'ai vraiment une gueule à jouer aux majorettes ? Les missions diplomatiques c'est pas pour moi et vous l'savez, en plus ! beugle-t-il élégamment en levant les yeux vers le plafond, à la destination évidente d'Utu.

Oui, parce que pour le moment, c'est la seule question qui lui vient en tête. Non, mais, vous comprendrez plus tard. Lieu de rendez-vous, après les cours de la journée, pour directement partir à l'aéroport. Et là il le voit. Son visage se referme.

Quoi ? Ca vous choque que Dave ait pas retenu le nom d'un mec qu'il déteste ? Bon, j'abuse, il est pas si con. Disons plutôt qu'il avait encore le (très) maigre espoir que ce gentil Alexander ne soit pas celui qu'il ait rencontré en salle d'entraînement. C'est un peu de la mauvaise foi, j'admets. Non parce que, des missionnaires de Nanna, y en a déjà pas cent, alors des Alexander, poussière, voilà, hein, c'est de sa faute. Au moins, il aura pu engloutir son déjeuner sans avoir envie de trouver ledit Alexander, le noyer, et plaider sa cause auprès d'Utu, l'air de dire "non mais non, il m'a glissé des mains, je vous jure !"...

Sachant qu'il a encore du mal à courir, et qu'il boitille encore parfois, il comprend pas quel est l'intérêt de leurs Dieux à-...

... Il va vraiment lui péter les dents avant qu'ils aient foulé le sol américain, en fait. Oh putain le sol américain....

— Ouais, bonjour, sinon, hein.

Non Davy, pas d'agression dès le début, vous allez devoir vivre ensemble pendant trois jours - "je pleure omg" - alors cohabitatiooon. "C'EST LUI QUI A COMMENCÉ BORDEL."

— T'façon merci, mais non merci pour les costumes, je suis pas complètement débile non plus et j'ai pas envie de me donner en spectacle. Même s'il faut visiblement le faire...

Grognon, Davy ? "TG."

Il soupire et empoigne plus fermement son sac bandoulière, lève les yeux vers Alex, qu'il fixe d'un air dépité.

— Bon… Tu t'rends compte qu'on est de gros clichés ambulants, j'espère ? Le missionnaire d'Utu blond aux yeux chauds et le missionnaire de Nanna brun aux yeux froids… On va vraiment passer pour des cons.

Ouais, dépité. Vraiment. Il plante ses mains dans ses poches aussi, du coup, et détourne les yeux. Il veut pas les poser sur ce connard abject même pas foutu de faire semblant d'être cordial. (Ouais, il est vexé, en fait. Et il me dit aimablement d'aller me faire empapaouter en Papouasie Orientale, au passage.)

— Sérieusement, je sais pas ce qu'ils ont fumé, mais ça doit être de la bonne… Avec un peu de chance, on en aura pas besoin pour ne pas se taper dessus. Moi j'suis prêt à coopérer en tout cas, hein, mais faudra y mettre du tien aussi.

Là, Dave retient une grimace. Ouais. Il la retient. S'il te plaît, quoi. Si ça c'était pas de la volonté, moi j'vous dis, vous êtes de mauvaise foi !

Voir le profil de l'utilisateur


S'illumine en #47032C.
Vogue en #67BBCE.

Alex
Messages : 366
Localisation : Stockholm, toujours.
Loisirs : Observer le ciel nocturne.
Humeur : Heureuse.
avatar
Alexander Aestas

Personnage...
Pouvoir: Poussière
Dieu: Nanna
Age: 23 ans
Lun 15 Aoû - 18:13
J’ai un maigre sourire en coin quand il me dit bonjour. Est-ce qu’il se fiche de moi ? La dernière fois qu’on s’est vu il m’a foutu la tête dans les toilettes ! Chose dont je ne lui accorderais pas le plaisir de lui rappeler.

Enfin. Lui non plus n’est pas particulièrement enthousiaste pour cette mission. Fantastique, je sens qu’on va aller loin. « -Bon, quelles sont les raisons de votre échec sur cette mission ? -… pas envie ». Je crois que Nanna et Utu vont finir par nous lancer des cailloux…

David mentionne l’idée que nous aurons l’air con parce que nous sommes très clichés. Ahah. Je ne crois pas y avoir déjà pensé mais…

…oui, carrément cliché. Peut-être que les clichés plaisent aux dieux, écoute. En attendant on n’y peut rien, je fais en haussant les épaules.

J’ai un petit rire un peu grinçant.

Je ne serais pas venu si je n’étais pas prêt à coopérer. Je ne suis pas complètement con non plus.

Si nous ne sommes pas fichus de mettre nos différends de côté, on risque fortement de faire échouer la mission. Et j’ai bien peur que ça ne finisse par être le cas. Enfin, ne partons pas pessimistes…

J’attrape la poignée de la petite valise où j’avais mis mes affaires.

C’est bon ? On peut y aller ? On a un taxi qui nous attend à l’entrée de la Congrégation pour nous emmener à l’aéroport, je crois.

Je lui jette un regard avant de m’éloigner vers la sortie du bâtiment. Nous montons dans la voiture, et le paysage commence à défiler. Silence un peu pesant. Honnêtement, je ne sais trop quoi dire. Je ne sais pas trop si on doit déjà commencer à parler de la mission ou pas. Bah… au pire on va avoir une dizaine d’heure d’avion, pas vrai ? Je ne suis pas sûr que la Congrégation nous ait réservé des places séparées ahah. Donc je suppose qu’on commencera à en parler à ce moment-là…

* * * *

Décalage horaire. Mais quelle fantastique invention. Oui, je suis particulièrement désagréable. Les circonstances ne m’aident pas, je crois.

Après maintes péripéties, David qui me fait une frayeur à se demander s’il va réussir à passer les contrôles policiers, les turbulences en chemin, et puis tout simplement la dizaine d’heures la moins constructive de ma vie, constituée de « bon, on fait quoi pour cette démonstration » et de « bah j’sais pas sinon j’aurais déjà soumis l’idée Ducon », ainsi que l’impossibilité de dormir, je pensais qu’on en aurait fini en posant le pied sur le sol américain. Mais je crois que ç’aurait été bien trop facile ahah.

Après les derniers contrôles de papiers et de bagages, d’un bout de trajet en taxi, on peut enfin poser le pied dans l’hôtel. C’est là que nous apprenons que la Congrégation n’avait pas pris la peine de prendre des chambres séparées. OK, jusque-là ça peut aller. C’est supportable.

Mais lorsque j’ouvre le premier la porte de la chambre…

…ahem.

Ils ont vraiment un humour de très mauvais goût, à la Congrégation. Je me retourne vers David.

Je préfère dormir sur la moquette.

Non mais je veux bien coopérer, pas de soucis.

Mais je REFUSE de dormir dans le même lit que lui. Pas question.



Voir le profil de l'utilisateur



Dave
Messages : 1193
Localisation : DTC.
Loisirs : Casser des dents.
Humeur : Je crains qu'elle ne soit pas très lumineuse !
avatar
David Williams

Personnage...
Pouvoir: Astre (Dave) & Source (Alice).
Dieu: Utu
Age: 27
Lun 15 Aoû - 18:15

Ceci est un sketch.
Enfin, il paraît. ▬ Alex
Ce mec est d'un détestable, sérieux… Dave sait qu'ils se sont bien foutus sur la gueule, mais bon, voilà ; c'était y a un an, depuis, Dave avait vécu d'autres merdes encore plus détestables… Alors honnêtement, Alex, il en avait pas grand-chose à foutre, en soi. Juste, le fait qu'il lui réponde comme s'il était un chien ne tarde pas à remettre le feu aux poudres. Est-ce qu'il pourrait pas avoir un peu conscience de l'ambiance, ce gars, ou alors c'est trop lui en demander ?! Oui, non, merde, poulpe ? Zen. Utu, comment vous voulez qu'il s'en sorte, là, au juste ? C'est une mise à l'épreuve ? Vous auriez pas pu donner cette mission à quelqu'un d'autre, genre quelqu'un de réellement diplomatique, et le refoutre sur le terr-- Non, bon, d'accord, pas le terrain. Pas avec sa jambe encore difficilement utilisable... Damn. Heureusement qu'il a emmené ses cachets d'anti-douleur, parce que clairement, il va douiller s'ils doivent s'entraîner pour leur super démo.

Dave plante ses mains dans ses poches sans répondre et le suit jusqu'au taxi. L'horreur. Il reste sur son téléphone à répondre aux messages de Ka et Alice ; tout faire plutôt que lui lancer le moindre regard. Arrivé à l'aéroport, il traîne sa petite valise - quelques fringues, des anti-douleurs, son flingue - et, alors qu'ils entrent dans l'avion, Dave lâche :

— Ah ! J'espère qu'ils me laisseront passer à Atlanta... C'est vrai que je suis fiché, là-bas... J'espère que le problème a été réglé.

Normal. Et il profite de la réaction de bug d'Alex - son visage exprime tellement bien son "QUOI ??" que c'en est risible - pour aller prendre la place à la fenêtre. Ils ont fini par s'engueuler pendant une demi heure à ce propos, avant qu'une hotesse ne vienne aimablement leur dire de fermer leur gueule…


°(•ω•)° Koala-ellipse °(•ω•)°


Ce type est chiant. Si vous posiez la question à Dave, il vous dirait, en gros, qu'il est désagréable, hautain, trop sérieux et, avant qu'on ne lui réplique que c'est exactement ses défauts à lui, se contenterait de faire semblant de dormir avec de la musique dans les oreilles pour ne plus l'entendre et ne plus avoir besoin de faire semblant de s'intéresser à cette mission. Le problème étant qu'avec sa jambe, la position inconfortable qu'il avait prise pendant les quelques cinq-six premières heures commence vraiment à le peser ; il fait des aller-retours, obligeant Alex à se lever plusieurs fois le temps de faire quelques pas dans les allées, avant qu'il ne reprenne un cachet, tente de donner quelques idées de merde pour la démo et s'endorme tête contre le hublo. Le bon plan, c'est que lui n'a pas senti les turbulences, assommé par son anti-douleur. Le mauvais plan, c'est qu'il boîte déjà à moitié en sortant de l'avion, et qu'il sait vraiment pas s'il doit s'arracher cash la jambe ou prier pour une guérison plus rapide. Dave essaie simplement de rester droit et surtout de faire profil bas au passage des douanes.

Et honnêtement, il aurait pas survécu à un autre interrogatoire de quatre heures au sortir de l'avion.

Le bonheur, c'est l'arrivée dans l'hôtel. Enfin, c'était censé l'être. Dave considère d'un mauvais oeil les deux clés ouvrant la même chambre, pas sûr de comprendre la mauvaise blague. Quand Alexander ouvre la porte et s'arrête net en se râclant la gorge, il sait - il le sent, vous voyez - qu'il va pas aimer. Il se baisse un peu pour voir sous son bras, avant de reculer et de rire bêtement, voire carrément nerveusement.

— Ah. Ok.

Puis ils rentrent, et Dave se laisse cash tomber sur le lit, bras écartés. Sa jambe lui fait un mal de chien.

— Moi ça m'va si j'ai le lit, hein, je vais pas me plaindre !

Lui va chialer sa race après les heures d'entraînement, ahah.

— Tu passes à la douche d'abord ?

Synonyme de : pitié j'ai besoin de m'allonger cinq minutes, mais j'ai clairement pas envie de le dire. Dave baille un bon coup, avant de soupirer.

— Dire que l'aprem fait que commencer dans ce bled. J'ai une de ces dalles en plus...

Vive la cohabitation, hein.

Voir le profil de l'utilisateur


S'illumine en #47032C.
Vogue en #67BBCE.

Alex
Messages : 366
Localisation : Stockholm, toujours.
Loisirs : Observer le ciel nocturne.
Humeur : Heureuse.
avatar
Alexander Aestas

Personnage...
Pouvoir: Poussière
Dieu: Nanna
Age: 23 ans
Lun 15 Aoû - 18:20
OK. Non mais, c’est ma faute, pas vrai ? Je ne peux pas lui reprocher quoique ce soit, c’est moi qui ai proposé. Mais en général, de base, quand on s’est vu proposer quelque chose comme ça de quelqu’un, je ne sais pas, mais on refuse d’abord, par simple politesse ! Mais ça doit lui passer au-dessus. Enfin remarque, je ne l’aurais pas fait non plus, en fait. Trop aimable…

Je hoche la tête pour ce qui est de prendre ma douche d’abord.

OK. On ira chercher un truc à bouffer après…

Mon estomac manifeste son contentement, même si je m’en serais bien passé.

Je suppose qu’on partira à la salle d’entraînement vers la fin de l’après-midi ? Dès qu’on peut, en fait…

Parce que ce n’est pas comme s’ils ne nous avaient pas laissé beaucoup de temps… mais quand même. Sachant que nous étions tous les deux décalqués, je crois que quelques heures de repos ne seraient pas de trop. Je crois qu’actuellement tout de suite, si je devais faire quoique ce soit avec la poussière, eh bien… elle tomberait juste mollement sur le sol.

Je m’en vais donc prendre cette douche, et, lorsque je reviens, plusieurs minutes plus tard, quand bien même l’eau m’avait réveillé un peu, je m’effondre littéralement dans le fauteuil dans un coin de la pièce. Je n’avais pas eu la chance de pouvoir m’endormir en plein milieu de la conversation qu’on avait pu avoir dans l’avion, MOI. Tss. Qu’est-ce qui est passé par la tête de Nanna et Utu, sérieusement…

Je somnole donc un temps, pendant que David se traîne jusqu’à la salle de bain –honnêtement j’ai cru avoir l’impression qu’il boitillait, mais ce n’était peut-être qu’une impression-.

Finalement, après ces minutes comateuses, nous décidons –d’un commun accord, attention n’est-ce pas- de redescendre pour aller chercher de quoi manger. Un truc rapide, parce que je crois que lui comme moi, tout ce que nous voulions actuellement c’était juste… dormir. Même si c’est sur la moquette.

Le pire c’est que comme nous sommes manifestement un peu cons, on n’avait pas d’argent américain avec nous. On a donc dû tourner un moment afin de trouver de quoi retirer de l’argent. En plus il fait super chaud à Atlanta. Non, je ne m’énerve pas.

Finalement, une fois la nourriture en main, je me décide à engager un semblant de conversation. Parce que mine de rien, ce silence est vraiment embarrassant.

Et… sinon… pourquoi tu prends tous ces médicaments ?

Il en a pris dans l’avion. Quand nous sommes arrivés à l’hôtel, aussi. La boîte était restée posée sur la table de nuit ; je n’ai pas été voir de quoi il s’agissait… j’espère que ce n’est pas juste un drogué qu’on m’a foutu sur les bras.

Et aussi, accessoirement, parce que ça risque potentiellement de nous poser problème, je dis ça je dis rien hein… tu m’expliques pourquoi t’es recherché ici, au juste ? Parce que si ça se finit par un séjour en prison ça risque d’être compliqué.



Voir le profil de l'utilisateur



Dave
Messages : 1193
Localisation : DTC.
Loisirs : Casser des dents.
Humeur : Je crains qu'elle ne soit pas très lumineuse !
avatar
David Williams

Personnage...
Pouvoir: Astre (Dave) & Source (Alice).
Dieu: Utu
Age: 27
Mar 16 Aoû - 14:27

Ceci est un sketch.
Enfin, il paraît. ▬ Alex
Sa jambe le tue. Honnêtement, retrouver un truc moelleux comme un lit est carrément une bénédiction pour lui, là. Il s'affale dedans et propose à Alex de prendre sa douche avant lui, surtout pour être tranquille et ne pas avoir besoin de se redresser... Quand le ramasse poussière lui propose d'aller à la salle d'entraînement après, Dave acquiesce et fait part de son approbation par deux monosyllabes. Il ferme les yeux et étire sa jambe en grimaçant, profitant de l'absence de son partenaire de mission - loul - pour se plaindre tout son saoul. Finalement, il va chercher ses médocs dans son sac, dont il engloutit un cachet, et va se remettre sur le pieu... avant de s'endormir. Alex revient quelques temps plus tard, et il l'entend refermer la porte, sursautant au bruit. Puis il se traîne dans la salle-de-bain, se regarde dans le miroir et soupire. Un petit coup de rasoir, puis la douche, et enfin il ressort après s'être changé dans ses vêtements de sport. Et se refout sur le lit. Avant d'aller se chercher de quoi manger un peu avec Alexander.

Après un court passage à la banque, il engloutit son doner avec joie, appréciant la chaleur de la ville. Contrairement à Alexander, qui visiblement, lui, n'avait pas l'air très très habitué. Il manque de s'étouffer avec la bouchée qu'il vient de prendre.

— J'suis pas vraiment recherché, mais on m'avait plus ou moins lié à une affaire de criminelle l'an passé… (Petit silence.) On a juste fait exploser la maison d'un des contacts de Skiter ok, c'est pas de ma faute, râle Dave. Puis c'est bon, on va pas se faire emprisonner non plus, arrête d'être sur la défensive tout le temps, c'est super chiant.

Grimace.

— La mission s'est pas très bien terminée et on est resté une semaine à attendre que les choses se calment. Au final, j'crois que la Congré a réglé le problème, sinon on aurait même pas pu rentrer. Ou poser les pieds ici. Enfin tu vois. Déjà que quand on était arrivé la dernière fois, on m'a pris pour un terroriste parce qu'on avait le matos d'espionnage et des flingues.

Ouais, mauvais souvenir. Il recroque dans son doner et mange un peu, avant de reprendre. Autant essayer de faire comme si ce n'était pas Alexander, le mec détestable, ce sera bien plus simple. Cela dit, honnêtement, voir que ça l'fait tellement chier d'être en sa présence est presque rafraîchissant. Sisi. T'façon Dave est trop claqué pour faire le con... Au pire, sa mauvaise humeur reviendra au galop bien vite, hein, fallait pas trop s'en faire. Tékaté.

— Donc ça devrait le faire. Et, les médocs, euh. C'est des anti-douleurs. Pour ma jambe. Enfin, rien de grave. T'occupe.

Tralala, non, il ne voit pas en quoi c'est un problème, évidemment. Pas de quoi se taper le cul par-terre, pas vrai ?

Alors qu'ils tournent à un angle pour retourner vers l'hôtel, Dave bug et fronce les sourcils, observant quelqu'un derrière ses lunettes. Marrant, il ne l'avait pas déjà vu quelque part ...? Il le fixe un peu, avant de détourner le regard et hausser les épaules.

— Tiens d'ailleurs, faudrait quand même qu'on ait un dress code pour la représentation. Un truc sobre, genre qui fasse le rapport nuit-jour tout ça tout ça. On peut l'faire en nuances de noir et blanc, ça sera moins dégueulasse.

C'est d'la faute de Ka, ok. C'est elle qui l'emmène tout le temps faire les boutiques et qui palabre des heures sur les fringues et l'importance de ne pas avoir l'air con en public - chose que Dave n'avait pas l'air de vraiment capter, mais soit.

Voir le profil de l'utilisateur


S'illumine en #47032C.
Vogue en #67BBCE.

Alex
Messages : 366
Localisation : Stockholm, toujours.
Loisirs : Observer le ciel nocturne.
Humeur : Heureuse.
avatar
Alexander Aestas

Personnage...
Pouvoir: Poussière
Dieu: Nanna
Age: 23 ans
Mar 16 Aoû - 17:04
J’écoute, sceptique, David expliquer pourquoi il avait eu peur de ne pas passer les contrôles policiers. « Juste » fait exploser une maison ? Je hausse un sourcil.

C’est juste que ce serait vraiment embêtant si on nous ralentissait par des contrôles dès qu’on sort dans la rue. Parce que ce n’est pas comme s’ils nous avaient laissé deux mois de préparation nos dieux…

Je lève les yeux un instant vers le ciel, tandis qu’il raconte que sa mission s’était mal terminée.

En même temps, je crois que si la Congrégation ne passait pas derrière nous après les missions, il risquerait d’y avoir de gros problèmes diplomatiques avec certains missionnaires…

Genre lui, manifestement.

Je mange un peu, avant qu’il ne m’explique pour ses anti-douleurs. Ah. OK. Il boite vraiment, alors.

Tu es sûr de pouvoir la faire, cette mission ? Parce que si on nous demande vraiment de combattre un missionnaire…

Ce n’est pas méchant, il n’y a pas d’ironie dans ma voix, cette fois. Simplement, un Astre qui ne peut pas courir sans boiter, reconnaissez que c’est problématique.

J’essaie de suivre son regard tandis qu’il fixe quelque chose, plus loin. Enfin, ça semble plutôt être quelqu’un. Je ne sais pas qui c’est, mais j’espère juste que c’est pas un des types qui le soupçonne d’être un terroriste, et qu’il connait donc depuis sa dernière mission.

Alors qu’on reprend le chemin de l’hôtel, un peu plus loin dans la rue, David avance l’idée du dress code. Je me retiens de lui faire remarquer que c’était lui qui me parlait de clichés un peu plus tôt, donc le jeu des contrastes opposés… enfin, dans cette mission je crois que c’est quelque chose sur lequel nous sommes censés jouer, les clichés sur la Lune et le Soleil, et les contrastes qui en découlent.

Oui, de toute manière vue ce qu’on nous demande de faire il ne faudra pas qu’on porte des habits trop… sophistiqués, je suppose. Peut-être juste une chemise et un pantalon classiques, dans les couleurs que tu as dites…

En fait, ce n’était pas une mauvaise idée. Du moment que ça restait dans le sobre, ça m’allait… de toute manière, la simple idée de mettre des trucs extravagants me mettait super mal à l’aise. Ce serait juste hyper ridicule. Déjà que le fait que nous alimentions, jouions sur les clichés de base de la Lune et du Soleil pouvait en faire sourire certains, si en plus nous partions dans l’excentricité… enfin bref. Manifestement, sur ce point-là David et moi étions d’accord. Pour une fois.

On s’en occupe demain matin alors ?

Finalement nous retournons dans l’hôtel, afin de nous accorder ces quelques heures de repos avant de nous y mettre.

* * * *

La salle d’entraînement était vaste, plus grande que celle de la Congrégation. Elle était haute de plafond aussi et –la folie, mais j’avoue en être content-, climatisée.

Bon, je fais en me retournant vers David, le principe c’est que dans un premier temps on montre une alliance de nos pouvoirs, enfin de nos capacités en général, sans que ce soit un combat contre un autre missionnaire, c’est ça ?

Honnêtement, sans situation, là, comme ça, je ne sais pas trop quoi faire. Et puis il faut dire que ça fait un moment que nous ne nous sommes pas retrouvés en situation de combat… ensemble. Nous avions évolué de notre côté, alors avant de savoir ce que nous pouvons faire à deux, nous devrions savoir ce que nous sommes capables de faire individuellement…

Tu es devenu Emissaire, non ? Est-ce que ça t’a apporté quelque chose en plus que l’on peut exploiter… ?

C’est en disant cela que je réalise vraiment qu’il est Emissaire, en fait. Donc que hiérarchiquement il est au-dessus de moi, et qu’en toute logique je suis sous ses ordres. Fantastique, je suis ra-vi.



Voir le profil de l'utilisateur



Dave
Messages : 1193
Localisation : DTC.
Loisirs : Casser des dents.
Humeur : Je crains qu'elle ne soit pas très lumineuse !
avatar
David Williams

Personnage...
Pouvoir: Astre (Dave) & Source (Alice).
Dieu: Utu
Age: 27
Mer 17 Aoû - 15:44

Ceci est un sketch.
Enfin, il paraît. ▬ Alex
Des contrôles dès qu'ils passaient dans la rue ? Non mais fallait pas pousser non plus... Il voit bien qu'y a pas de problème, là, non ? Puis, de toute manière, ce n'est pas vraiment dans ce coin-là qu'il avait atterri la dernière fois. Dave se contente de hausser les épaules pour s'éviter de lui envoyer son doner en pleine tête - déjà parce qu'il n'a pas envie de s'épuiser à le faire, parce qu'ils vont avoir toutes les occasions du monde de se taper dessus en s'entraînant et qu'il a vraiment la dalle, alors pas question de gaspiller la moindre miette.

— Problème diplomatique, problème diplomatique... On a dû traverser l'océan pacifique dans un bateau de pêche je te signale, râle finalement Dave, piqué au vif. On s'est retrouvés au milieu d'une maison remplie de créannes instables et anciennes, j'aurais voulu t'y voir. Timeo s'est fait posséder et on a pas eu d'autre choix que de fuir pour pas se faire arrêter.

Un haussement d'épaules, avant que Dave ne reprenne au sujet des médicaments et de sa jambe. Il lance un regard à mi chemin entre l'hésitation et l'exaspération à Alex. Pour être honnête, il aurait préféré ne pas être appelé par son dieu le temps que sa jambe se remette, mais il finissait de toute manière tout le temps blessé ; depuis son passage à Emissaire, ça n'avait pas arrêté. Enfin, depuis sa mission de l'année passée, plutôt… Il pince les lèvres et finit par lâcher :

— Oui. Je la ferai. Sinon je ne serai pas là. Si on doit combattre un missionnaire, on le combattra ; si on doit combattre une créanne, on lui pètera la gueule. Et si on doit faire cette démonstration, on le fera. Courir c'est mon dada. Je m'en sortirai. C'est juste que les 10h d'avion sont un peu violentes. Et j'vais pas rester en chaise roulante ou en béquilles pour lui faire du bien. Ca va un peu mieux, déjà.

Bon, ce qu'il ne dit pas, c'est qu'il prend ses médocs un peu comme des bonbons depuis la moitié du chemin en avion. J'abuse un peu. Mais ça devait être le troisième de la journée déjà. Et avec le décalage, il ne sait plus trop où il en est. Enfin bon. Tranquiiiille.

Ils discutent brièvement des fringues qu'ils pourraient mettre pour la démo, et partent effectivement sur du noir et blanc. Bon, parfait, ça les rendra sûrement moins ridicules que s'ils venaient en tenue d'entraînement simple, ahah. Quoiqu'il espère fortement que les pantalons seront plutôt stretch, sinon, il va douiller avec les frottements entre les cuisses.

Les voilà d'accord sur un point : les vêtements, le lendemain matin.


°(•ω•)° Koala-ellipse °(•ω•)°


La salle est climatisée. Dave pense qu'ils peuvent remercier le dieu de la clim - sûrement Enlil, le vent, toussa toussa - pour ce bienfait fort bien accueilli, même par Dave, qui n'appréciait pas toujours de devoir s'entraîner en pleine chaleur. Même s'il s'était habitué. Il aurait bien voulu voir Alexander douiller, en fait. Juste pour le plaisir, quoi.

L'astre acquiesce aux paroles de son… coéquipier, et finit par hausser les épaules.

— Ouais, vaguement. Je peux faire des illusions. Courir plus vite. Le temps a l'air de se distordre autour de moi, d'aller plus lentement, enfin, quand je dépasse un certain seuil. Du coup j'peux plus ou moins facilement me déplacer sans me prendre un mur, ricané-je. Précision augmentée, du coup, mais les balles vont toujours plus vite que moi par contre. Ah, et je peux faire des espèces de rayons lasers.

"T'ES JALOUX, HEIN ? Je saiiiis que t'es jaloux mec ahahahah. Ouais. Bon. Bref. Voilà. Je peux faire des kaméhaméha, quoi, c'est rigolo."

— Et toi, tu peux faire quoi ? lâche Dave avec un graaaand sourire.

"À part des balles de poussière. AHAHAHA. AHAHHA. ahah. lol."

Voir le profil de l'utilisateur


S'illumine en #47032C.
Vogue en #67BBCE.

Alex
Messages : 366
Localisation : Stockholm, toujours.
Loisirs : Observer le ciel nocturne.
Humeur : Heureuse.
avatar
Alexander Aestas

Personnage...
Pouvoir: Poussière
Dieu: Nanna
Age: 23 ans
Jeu 18 Aoû - 21:41
Je l’écoute me parler de sa mission, où il avait fait exploser une maison. Ah oui, en effet… Je n’ai jamais eu à faire de pareilles missions. En même temps, je crois que je n’aurais pas été capable d’un tel truc. Donc, je ne suis pas en mesure de critiquer le fait qu’ils aient fuit.

Je vois…

Je laisse passer un temps, ne sachant pas trop quoi dire.

L’avantage c’est qu’on n’aura pas besoin d’en faire autant dans cette mission-ci…

Je hoche simplement la tête lorsqu’il dit pouvoir assumer la mission. Qu’est-ce que vous voulez que je lui dise d’autre ? Tant qu’il tient encore debout et qu’il se met pas à agoniser par terre, je n’ai rien à dire sur sa situation, et puis de toute façon je ne crois pas qu’il apprécie beaucoup que j’insiste sur ce point-là.

Enfin, nous mentionnons les vêtements ; nous parvenons enfin à tomber d’accord sur quelque chose. C’est bien, au moins si nous ne trouvons pas d’idées pour la démonstration on pourra faire un défilé de mode…

* * * *

Un peu plus tard, nous nous rendons donc dans la salle d’entraînement que la Congrégation nous avait réservé. Au moins, c’était un bon point (par rapport à la chambre d’hôtel), elle est grande et nous permettra probablement de tester plusieurs choses… même si là tout de suite je ne sais pas trop ce qu’on pourrait tester, en fait. C’est pourquoi je lui demande un peu après ce qu’il peut faire, avec ses pouvoirs. Parce que la dernière fois que nous avons vu les pouvoirs de l'autre remonte à environ un an. Nous ne maîtrisions pas parfaitement nos pouvoirs, et puis il y en a peut-être une partie qui n’a pas été exploitée, en tout cas pour lui. Je n’en sais rien, je ne me suis pas plus renseigné que ça.

Des illusions, une grande vitesse… J’ai un sourire en coin quand il parle du temps qui se distord. La relativité du temps est une chose curieuse, hein ? Le temps qui parait différent si la vitesse du corps est grande. Très grande.

Des rayons lasers… je me retiens de ricaner. Il s’est cru dans un film ? Enfin. Une telle concentration de lumière ne doit pas faire du bien, c’est certain. Ça doit pouvoir bruler des choses, non ?

Je me redresse un peu quand il me demande ce que moi je peux faire. Je n’aime pas tellement son sourire, il semble moqueur. Oui, désolé, moi je ne peux pas faire de rayons lasers, hein. Je lui adresse à mon tour un sourire ironique, avant de répondre :

Je peux créer de la poussière, la contrôler. Ce qui comprend de pouvoir la faire léviter, la durcir, ainsi que lui donner du mouvement. Et je peux aussi la faire disparaître au besoin…

Je commence à arriver à la contrôler même en la quittant des yeux, ce qui n’était pas le cas avant. Ce qui, soyons logiques, est vraiment plus pratique.

Je me passe une main dans les cheveux à l’arrière de mon crâne, pensif.

Je ne sais pas trop comment on peut allier ça, en fait… en situation de combat, je suppose ?

Je perds mon regard par la fenêtre, réfléchissant à une potentielle combinaison de nos pouvoirs en situation de combat. Nous pouvons faire des choses à part… mais ce n’est pas ce qu’on nous demande, on ne nous demande pas simplement de nous mettre d’accord sur qui attaque de quel côté, mais une véritable alliance, et c’est bien plus compliqué.

En fait, la poussière me sert surtout à distance, toi d’après ce que j’en ai compris t’es plus au corps-à-corps… Alors… je crois qu’une partie des combinaisons possibles serait que ma poussière te permette de te rapprocher plus facilement, dans un angle inattendu peut-être…

Je tourne les yeux vers lui, attendant qu’il me donne raison ou non.



Voir le profil de l'utilisateur



Dave
Messages : 1193
Localisation : DTC.
Loisirs : Casser des dents.
Humeur : Je crains qu'elle ne soit pas très lumineuse !
avatar
David Williams

Personnage...
Pouvoir: Astre (Dave) & Source (Alice).
Dieu: Utu
Age: 27
Sam 24 Sep - 17:58

Ceci est un sketch.
Enfin, il paraît. ▬ Alex
On sent que Dave a besoin de décompresser. Juste un petit peu. Rien que le fait qu'il sourie de cette manière à Alexander aurait dû expliciter sa mauvaise foi et toute sa haine à l'égard de ce mec, de cette situation et de cette mission. Et envers son dieu, aussi, un petit peu. Enfin, juste un tout petit peu, il le détestait pas vraiment. Mais genre, des fois, il se dit qu'il aurait dû être content qu'il se casse en fait. Hmmm. C'est peut-être pour ça qu'il en est là, au final... Méchant David, méchant !

Où en était-il, du coup ? Ah, oui. Il pétait plus haut que son divin postérieur, c'est vrai. En même temps, il comprend difficilement comment ils peuvent faire fonctionner l'un et l'autre pouvoir ensemble. Evidemment, en terme d'offensive, Alexander pouvait tout à fait créer des objets rigides afin de lui permettre un appui, pour sauter plus haut ou se déplacer. Cela dit, la démonstration ne pourrait pas se faire uniquement sous la forme d'attaques dans le vide, et il n'a aucune envie de demander à un autre Emissaire de venir jouer à l'ennemi en face. La mission est assez claire là-dessus : c'est une démonstration de pouvoirs. Mais comment on peut faire une démonstration de pouvoirs pour faire genre yolo coucou on est trop copains alors qu'on se déteste ?

Les premières idées qui viennent à Dave en écoutant son collègue sont d'ordre purement pragmatique. Lui aussi en est venu à la même conclusion, mais Dave pense plus par images que par mots. Il est un peu comme ces animaux, qui rêvent ce qu'ils font et qui, si on le leur permettait, feraient ce qu'ils rêvent ; des actions purement liées à leur statut d'animal, à leurs besoins primaires, se nourrir, se battre, se reproduire. Lui pense au combat ; il imagine un ennemi sans visage, les gestes qu'il pourrait faire ; il imagine à quel point la lumière et la poussière pourraient s'allier, à quel point un pouvoir comme celui d'Alexander pourrait lui être utile. Comme bouclier, il n'aurait plus besoin de faire attention à tout ce qu'il y a autour de lui lors d'une attaque ; il courrait, droit devant, sans sourciller, pile sur leur cible. Des plateformes pour avancer ; des murs pour sauter, pour tourner, pour s'appuyer, pour acculer ; des objets pour se battre, pour se défendre, de minuscules armes qu'Alexander pourrait créer pour détourner l'attention, affaiblir, avant que lui ne vienne achever l'ennemi ; plus de vitesse, plus de puissance, la possibilité de ne plus être cloué au sol, la possibilité de compter sur quelqu'un derrière, de profiter de cet angle de vue autre, extérieur, pour lui permettre de changer ses plans au dernier moment ; mais il faut être vif, agile, réceptif, beaucoup plus rapide d'esprit qu'il ne le sera de corps, pour s'adapter au changement soudain. Des signaux envoyés — poussière et lumière, formant des sigles et des mots, des indications à l'un et à l'autre, poussière et lumière mêlées, les ombres de l'une créée par l'autre, les mouvances, les fluctuations, les lueurs, la poussière comme grains de sable, la poussière comme des cendres, des formes et des couleurs, des irisations particulières, l'illusion réelle-

Dave s'interrompt dans ses pensées en captant qu'Alexander le regarde. Il ouvre la bouche pour parler, un peu perdu encore. Il finit par sourire, de toutes ses dents, les yeux comme illuminés, une énergie pulsant dans sa poitrine l'invitant tout droit à s'exprimer. Mais les mots bloquent dans sa gorge ce que l'excitation veut dire, ils arrêtent nets les images qui se forment et se déforment. Il se sent comme pris au piège par ce qui l'animait, avant, quand il était comme seul, à l'écart du jour et de la nuit, à l'écart du temps et de l'espace, perdu dans son propre univers et sa propre tête, des images qu'il veut mettre en mots mais qu'il griffonnait dans des carnets ou sur des toiles, des mots qui sortaient, sans sens et sans rapport autre que celui qu'il leur donnait. Alors il se calme et fait refluer, un peu mais pas trop, juste suffisamment pour s'humecter les lèvres et se forcer à penser, ou bien s'éviter de marcher de long en large. Il est comme envahi par un trop-plein, un trop-plein de tout accentué par la fatigue, qui tire un peu la sonnette d'alarme, mais un trop-plein obsédant, nouveau. Il est le gosse qui a un nouveau jouet, ou à qui on apprend qu'il n'existe pas quatre ou cinq couleurs mais une infinité, qui s'amuse à les assembler pour voir ce qu'elles donnent mises ensemble ou côte à côte. Côte à côte.

Il avait tenté d'y réfléchir toute la journée, tenté de voir ce qu'ils pouvaient faire ; mais il n'aimait pas l'idée, n'appréciait pas le fait de devoir compter sur quelqu'un d'autre, compter sur lui, le fait que tout ça ne dépende pas de lui et en même temps qu'il n'aie pas le choix, que tout soit forcé ; mais il n'avait pas pensé à tout ce qu'ils pouvaient faire, à tout ce qui pouvait être créé, tout ce qui pouvait se former ; il n'avait pas en tête la magie d'un quelque chose de différent, qui changerait tout, sa perception et ses idées, sa manière de se battre ou d'exprimer.

— Ok.

Il essaie de respirer. Son coeur est une locomotive lancée à pleine vitesse, il sent les accoups de ses roues sur les rails, auxquelles il s'accroche pour ne pas dévier de sa route.

— On est là pour un truc précis.

Il dit ça plus pour se remettre les idées en place qu'autre chose.
Certaines choses ne partent jamais vraiment.

Le sourire, lui, est parti dans les limbes à mi chemin entre un grain de poussière et une ombre ondulant au soleil.  

— Ah. Hum. Ouais.

Il se passe une main sur la nuque d'un air embêté. C'était pas très éloquent, tout ça. Mais il a besoin d'un peu de temps, et il espère qu'Alexander ne le coupera pas.

— En combat, y a moyen de faire beaucoup de choses. Y a moyen que tu me serves d'appui et de couverture, de protection et d'offensive à distance. Avec mes illusions je peux te cacher aux yeux des autres, ça leur permettra de se concentrer sur moi et de te laisser le champ libre pour agir. S'ils ne te voient pas, ils ne peuvent pas t'empêcher d'utiliser tes pouvoirs. C'est déjà un bon point.

Une pause, il réfléchit en fixant le sol, essaie de mettre les mots ensemble. Le sourire revient. Il regarde toujours dans le vague en commençant à parler, avant de revenir vers Alexander.

— Mais on pourra pas faire ça pour la démo ; enfin, on peut, mais pas que ça, on peut pas faire que ça. C'est quoi ce qu'on est, on est des symboles nan ? On est censés être des symboles, pour nos dieux et pour la paix, pour l'entente... Comment on représente des symboles ? Y a un truc en commun qu'on peut faire.

Il tend la main, paume vers le ciel. Des billes de lumières s'en échappent pour danser au-dessus de sa main. Il se dit que les étoiles doivent rire fort, ce soir.
C'est de l'art.

Voir le profil de l'utilisateur


S'illumine en #47032C.
Vogue en #67BBCE.

Alex
Messages : 366
Localisation : Stockholm, toujours.
Loisirs : Observer le ciel nocturne.
Humeur : Heureuse.
avatar
Alexander Aestas

Personnage...
Pouvoir: Poussière
Dieu: Nanna
Age: 23 ans
Sam 24 Sep - 20:21
J’ai l’impression qu’il se passe beaucoup de choses dans son esprit. Je doute même pendant un temps qu’il m’ait entendu. Puis, comme sorti de nulle part, il m’adresse un sourire. Un vrai sourire. Si différent des précédents, je ne comprends pas d’où il sort, qu’est-ce qui a bien pu germer dans son esprit pour qu’il soit si… heureux ? Je ne sais pas tellement si c’est réellement du bonheur, en tout cas il met un temps à pouvoir parler. Est-ce que c’est de l’impatience ? Je ne peux m’empêcher d’avoir un petit sourire discret. Le sourire, le vrai, il est contagieux non ? Il a l’air d’avoir une idée géniale, et…

— Ok.



Ok ? Très clairement c’est la déception. Je croyais qu’il avait une idée géniale, et il me sort un petit « ok » ? Il est sérieux ?

Je penche la tête sur le côté tandis qu’il me sort des bouts de phrases. Bon, donc il n’a pas fini. S’il pouvait développer un peu plus, ça m’intéresse…

Il marque une autre pause après avoir mentionné les possibilités en combat. Je hoche la tête, lentement. Hum. Oui, tout ça peut se faire, simplement, ça va demander de l’entraînement. Pour moi surtout je crois. Pour ça, pour lui servir de couverture, d’appuis, il faudra que j’adapte ma poussière à sa vitesse et… je ne pourrai pas la calquer dessus comme ça.

Ça demandera un moment d’entraînement ; il faudra qu’on teste des trucs, pour que je puisse te suivre avec la poussière, avec ta vitesse.

Ça va nous demander beaucoup de coordination et de précision, dans ce genre de truc on ne peut pas se permettre qu’il y ait un décalage ; d’après ses idées, en situation réelle ça poserait un problème. Si lui prend appui sur une plateforme de poussière et que je ne parviens pas à le suivre, ça compliquerait la situation, pour lui surtout.

Je suis tiré de mes pensées lorsque son sourire revient sur son visage. Comme si son idée géniale, plus tôt, lui était revenue, que ce n’était pas ce qu’il m’avait dit. Vas-y, j’écoute ? Je baisse les yeux vers sa main. Vers les billes de lumière. La lumière rassurante et chaleureuse du Soleil.

Mon sourire revient aussi, s’élargit lorsque je comprends ce qu’il veut dire. Evidemment. Il n’y a pas que le combat. Même, ce n’est pas du tout le plus important. Justement. Nous sommes là pour montrer l’entente et l’amitié entre deux univers contraires… non, complémentaires.

A mon tour je lève un peu la main. Quelques grains de poussière viennent se mêler à sa lumière, faire danser les ombres, donner l’impression d’une flamme chaleureuse. Je lève le regard vers son visage ; lui montre mon enthousiasme par un sourire, un autre, plus grand encore. Mes yeux brillent autant que les siens, et une énergie nouvelle court dans mon corps. Ça, c’est de l’impatience. D’allier des choses nouvelles pour créer quelque chose de beau.

Utu et Nanna. Le Soleil et la Lune. La lumière et les ombres.

* * * *

Nous avons dû rester longtemps à la salle d’entraînement. Jusqu’à trois ou quatre heures du matin à peu près. Parce que deux jours pour préparer tout ce que nous avions à préparer, c’était court, très court.

Dès lors que David avait trouvé l’idée de base de la plus grande part de ce que nous allions faire, nous avions dû nous poser, un tas de feuilles et des crayons sous la main. Dès qu’une idée nouvelle nous venait, on l’expliquait avec des dessins, puis on testait. C’était à la fois simple et compliqué ; la lumière et la poussière s’alliaient bien, bien plus que nous ne l’aurions pensé à l’origine. Cependant, ce que nous faisions, ce que nous allions faire, nous demandait à tous deux énormément de concentration, de précision. Nous avions l’habitude de ne pas être délicats dans l’utilisation de nos pouvoirs ; c’était totalement différent maintenant. Il fallait qu’on s’adapte, au millimètre près, à la seconde près et, bien que nous n’en ayons pas encore parlé, à la note près.

Je tourne des yeux fatigués vers lui lorsque nous nous efforçons de remettre de l’ordre dans nos notes et schémas lisibles uniquement par nous tellement il y avait de flèches.

Il faudra qu’on trouve une musique, aussi…

Enfin, d’un commun accord, nous avions décidé que nous parlerions de ce genre de détails plus tard. C’est avec un certain soulagement, quoique avec peut-être une pointe de frustration de s’arrêter en plein milieu de l’élaboration du projet, que nous sommes retournés à l’hôtel. Avant de tomber comme des masses.

Ah. Et.

Rappelez-moi pourquoi je lui ai dit que je préférais dormir par terre, déjà ?

C’est avec un grognement de douleur que je me redresse, plusieurs heures plus tard, après avoir écouté d’une oreille distraite pendant cinq bonnes minutes la radio qui s’était déclenchée automatiquement pour nous servir de réveil.

Je passe une main sur mon visage. La représentation est censée être demain soir. Il nous reste tellement de choses à faire ; deux jours de préparation c’était affreusement court.

Dave, bouge-toi, faut qu’on trouve les costumes avant de retourner à la salle, faut pas qu’on traîne, je marmonne en me remettant debout.

Ouais. Les costumes. Faut qu’on passe par la case shopping, si c’est pas génial ? L’avantage, c’est que des costumes noir et blanc, ça ne devrait pas être trop long à trouver.


Voir le profil de l'utilisateur



Dave
Messages : 1193
Localisation : DTC.
Loisirs : Casser des dents.
Humeur : Je crains qu'elle ne soit pas très lumineuse !
avatar
David Williams

Personnage...
Pouvoir: Astre (Dave) & Source (Alice).
Dieu: Utu
Age: 27
Dim 25 Sep - 16:33

Ceci est un sketch.
Enfin, il paraît. ▬ Alex
Étonnamment, c'était une excellente idée. Ca aurait pu venir de n'importe qui d'autre que la chose aurait probablement paru ordinaire ; mais Dave, avec son air un peu pugnace, ne laissait pas vraiment paraître une quelconque fibre un tant soi peu artistique. Les schémas, bien qu'un peu brouillons et désorganisés — on n'avait pas dit qu'il était spécialement doué — ressemblent suffisamment à quelque chose pour donner une forme. On dirait deux gamins qui s'amusent avec des crayons de couleur, assis voire allongés au milieu de la salle, à se chamailler, se disputer, se dire qu'ils font d'la merde, mais aussi rire et apprécier, s'exclamer, se relever d'un bond pour les tester et créer des explosions d'ombre et de lumière.

Parfois, ils se comprennent. Ils ont des élans qui les font tendre l'un vers l'autre plus que l'un contre l'autre ; ils sont dans la création d'une toile gigantesque et millimétrée, dans la création d'une oeuvre vivante et temporaire. Ce serait comme une danse ; des mouvements et une chorégraphie, un enchaînement de notes et de souffles, la respiration, la douceur et l'harmonie, la puissance du timing alliée à la force des astres. Leur lien est ce qui les guide, malgré tout, malgré la haine et la colère, malgré les torts et les griefs.

David aime ce qu'il voit ; il aime la magie et ce qu'ils peuvent faire, même si parfois l'orgueil vient tout balayer. Le calme ambiant les apaise cependant, leur permet d'organiser leurs pensées et leurs idées.

Bientôt.



Sinon, Dave a relativement bien dormi cette nuit. Son genou le fait moins souffrir, notamment parce qu'il a eu la bonne idée de ne pas l'utiliser pour courir dans tous les sens. Il a un peu dégonflé au matin ; en revanche, c'est sa tête qui est une vraie pastèque. Et, surtout, David a FAIM. Il a faim. C'est cette constatation violente qui lui permet de lui donner la force de s'extraire de ses couvertures moelleuses. Il s'étire et se lève ; boitille légèrement le temps de retrouver appui sur ses jambes.

— C'est bon, c'est bon, j'suis debout. Laisse-moi prendre une douche, je pue.

Sympathique, les matinées, chez eux, hein. Il se fout dans la douche deux minutes, juste le temps de se débarrasser de la transpiration qui l'a recouvert dans la nuit, et ressort pour se sécher et s'habiller. Il laisse à Alex le soin de faire de même et lace ses rangers en chopant son téléphone ; enfin, ils sortent. Ils doivent acheter les costumes mais, sous les exhortations de Dave, vont d'abord acheter des gauffres pour se faire un petit dej en marchant. Autant ne pas perdre de temps.

— Ah, fait Dave. Attends-moi là, je reviens.

Il s'avance, le nez collé sur son téléphone, et s'approche d'un batiment en croquant dans sa gauffre. Ses recherches le font tâtonner un peu... Puis, il a une exclamation ravie.

— YES. TROP BIEN.

Il revient vers Alexander, tout content. Puis il argumente :

— Y avait un Pikachu.

Ouais. IL A ENFIN TROUVE UN PIKACHU PUTAIN.

— Bref, la boutique de fringues... Elle est par-là, nan ? reprend-il d'un air tout à fait stoïque.

Et il reprend son chemin, sans s'arrêter. Par contre, il a vraiment l'impression d'avoir déjà vu ce mec, là-bas... C'est chelou...

Voir le profil de l'utilisateur


S'illumine en #47032C.
Vogue en #67BBCE.

Alex
Messages : 366
Localisation : Stockholm, toujours.
Loisirs : Observer le ciel nocturne.
Humeur : Heureuse.
avatar
Alexander Aestas

Personnage...
Pouvoir: Poussière
Dieu: Nanna
Age: 23 ans
Sam 1 Oct - 19:42
Je m’arrête quand il demande de l’attendre là. Je le regarde s’éloigner en mordant dans la gaufre, me demandant ce qu’il fabriquait. Le nez collé sur son téléphone, en plus. Ahah, ça me fait vaguement penser à ces adolescents qui partent à la chasse aux Pokémons et qui regardent pas où ils vont… d’ailleurs à cause de ça j’avais eu un accrochage en conduisant et-

— Y avait un Pikachu.



Je lui jette un regard blasé.

Non mais… t’es sérieux ?

Ce mec est un gamin, c’est pas possible… il n’en a pas l’air comme ça. Je lui jette un regard amusé cette fois.

Et t’es pas mort sous l’afflux de jeunes adolescents à la recherche de ce Pokémon manifestement beaucoup trop rare ?

A sa question –retour à un sujet sérieux… il faut bien avouer que trouver le magasin de fringues c’est moins marrant que de parler d’une bestiole jaune électrique-, je fais un vague geste de la main vers la rue adjacente.

C’est au coin de la rue là-bas, si je ne me trompe pas…

Parce que bon, je ne suis pas très sûr de moi pour trouver mon chemin, ne sortant jamais vraiment de Stockholm hein… non mais la dernière fois où je me suis autant éloigné de la Suède c’était pour être parachuté dans le désert de Gobi, ce n’est pas comme si j’avais eu l’occasion d’utiliser un plan là-bas hein…

Enfin ; toujours est-il que nous arrivons à destination. D’un côté des étalages d’habits classiques, d’un autre plutôt solennels… j’ai l’impression de venir acheter un costume pour un mariage quoi. Enfin. Nous n’avons pas prévu d’acheter des costumes complets de toute façon.

Bon, on avait dit quoi ? Chemise blanche, pantalon noir pour toi, et inversion des couleurs pour moi ?

Ah mais oui, on avait dit « entretenons les clichés » alors allons-y gaiement hein ! J’esquisse un mouvement vers un cintre, un sourire amusé aux lèvres.

Regarde ; tu as même une variante de la chemise, avec des petites pâquerettes dessus si tu veux.

Bref. Trêve de plaisanterie ; on ne devait pas trop traîner ici, il fallait encore que l’on fasse la partie finale de la représentation, et c’est celle qui nous demandera le plus de concentration et de précision ; autant dire qu’on allait devoir y passer pas mal de temps.

En fixant les vêtements devant moi, j’ai un doute.

Hey… t’es sûr que ça fait vraiment pas trop cliché le noir et blanc pour ce genre de cérémonie ? Si ça se trouve ça leur plairait, plus d’originalité…

Enfin. Cérémonie. Ouais ça doit être ça le mot, après tout l’alliance entre deux « camps » ça doit bien faire l’objet d’une cérémonie non ? Et puis Nanna et Utu, si ça se trouve ils veulent qu’on change les clichés… il faut dire qu’on n’a pas plus d’indications que ça.


Voir le profil de l'utilisateur



Dave
Messages : 1193
Localisation : DTC.
Loisirs : Casser des dents.
Humeur : Je crains qu'elle ne soit pas très lumineuse !
avatar
David Williams

Personnage...
Pouvoir: Astre (Dave) & Source (Alice).
Dieu: Utu
Age: 27
Dim 30 Oct - 13:04

Ceci est un sketch.
Enfin, il paraît. ▬ Alex
Dave lui lance l'air blasé du mec qui veut clairement dire "euh ouais bah ouais j'suis sérieux c'est bon tranquillou quoi, j'sais qu'on est en mission, mais c'pas comme si on allait se faire attaquer par une créanne juste là dans la rue, quoi". Ou plutôt "NAN MAIS NO JUGEMENT C'EST MON ENFANCE OKAY". Un mix des deux ? Nan mais bref. Il relève la tête vers Alex, puis hausse les épaules.

— Bah, tu vois bien. Les p'tits jeunes doivent traîner dans les parcs.

"Les p'tits jeunes." Putain mais Dave tu te fous de ma gueule en fait ? T'as quel âge, cent cinquante piges ? Y a une limite à la connerie sérieux. Ouais, t'as raison, hausse les épaules et va vers la boutique c'est plus simple. Fais comme si de rien n'était, c'est çaa.

Bon, ils arrivent à la boutique tranquillement et poussent la porte. Dave regarde d'un air blasé tous les costumes accrochés partout, l'air de se dire que la dernière fois qu'il a foutu les pieds dans un magasin pareil, Ka était beaucoup trop enjouée. Beaucoup trop. Il soupire et s'aproche des étoffes pour lorgner dessus. Pffffttt la cravate dégueue... Ahahah. Manque juste la dentelle ahahha.

— Mais oui mon chéri, des paquerettes et des boules de Noël, ce serait vraiment trop swag, susurre-t-il d'une voix excessivement mielleuse, avant de rouler des yeux. Fais gaffe, tu sais pas ce qu'on peut faire avec une cravate, paquerette ou pas paquerette. ♥

Mort par strangulation. Par exemple. Ou la lui enfoncer au fond de la gorge, quelque chose comme ça.

— Plus d'originalité ? D'où ? On nous demande pas d'être originaux, déjà que le fait que ce soit… nous deux, c'est assez hors du commun. Je veux dire, je doute que ce soit ultra courant… Alors parler d'originalité… Tu crois que ça leur arrive souvent de faire ce genre de cérémonie ou pas ?

Il hausse un sourcil, assez intrigué.

— On aurait peut-être dû demander conseil auprès d'autres gens… D'ailleurs, pour la déco, il faudra rajouter quelque chose ou nos petites fleurs seront suffisante ? sourit-il en coin, à demi moqueur.
Blanches ou roses les petites fleurs ? ricane Alex.
— Nan mais rose attends, tu crois quoi ? J'aime le rose, renchérit Dave sur le même ton. Et des plantes tropicales, c'est bien les plantes tropicales...
On a qu'à donner un thème  tant qu'on y est...
— Oh ouais, et comme ça les invités se déguisent aussi, ce sera cool. Comme ça on n'aura pas besoin de se transformer en pingouins. T'es sûr que le costume c'est une bonne idée, tu veux pas te foutre torse-poils avec de la peinture fluo ? Et les arcs-en-ciel, c'est important. Punaise mais la peinture c'est une bonne idée en fait !

Silence.

Non mais on va pas se donner en spectacle plus que nécessaire non plus, si ? Personnellemeeeeent je ne tiens pas particulièrement à me balader torse nu devant des centaines de gens hein... tu voulais montrer tes beaux abdos c'est ça ? fait Alex avec un sourire en coin, moqueur.

Dave fait son offusqué.

— Pourquoi, t'es jaloux ? Puis on est bien foutus, autant le montrer, c'est un truc important - malgré tout, hein -, faut quand même avoir la classe ! Tu veux déjà plus de trucs originaux ? se marre Dave. Allez viens, on choisit des chemises. Mais je persiste à dire que la peinture est une super idée.

Alex hausse les épaules.

Sur le visage, ça se peut. Ça fait un peu surnaturel... tant qu'à faire on a qu'à faire un thème antique, sumérien et tout hein... genre bien mythologique et tout.

Là c'est à Dave de hausser un sourcil.

— Euh, sumérien ? Dans des toges ? J'aurais bien dit oui, mais pour la partie un peu plus… physique, ça va être compliqué, en fait...

Ouais, si jamais ils doivent se battre, il avait pas spécialement envie d'avoir les balottantes à l'air.

Voir le profil de l'utilisateur


S'illumine en #47032C.
Vogue en #67BBCE.

Alex
Messages : 366
Localisation : Stockholm, toujours.
Loisirs : Observer le ciel nocturne.
Humeur : Heureuse.
avatar
Alexander Aestas

Personnage...
Pouvoir: Poussière
Dieu: Nanna
Age: 23 ans
Lun 31 Oct - 19:14
Ça part beaucoup, mais beaucoup trop loin cette histoire. Je lui jette un regard.

Sinon y a toujours le principe des vestiaires tu sais ; entre la partie plus préparée et l'improvisation... et puis bon, c'était qu'une proposition. Tu veux de la peinture fluo juste pour le visage du coup ?

Je jette un œil aux chemises, bouge quelques cintres. Sors une chemise blanche, la lui montre :

Ou alors, on dessine les symboles du Soleil et de la Lune à la peinture fluo sur les chemises.

C'est une idée... Faut quand même qu'on répète un peu, en fait.

Oui bon on reste dans ce qui était prévu à la base et on verra plus tard. Tu fais à peu près ma taille non ? Je constate en le regardant, avant de lui tendre la chemise blanche la plus basique qui soit, avant d'en saisir l'exact identique en noir.

Enfin. Nous faisons les achats nécessaires ; au final très très sobres. Je commence à prendre le chemin de la salle quand il décide vraiment d’aller chercher de la peinture fluo. Je croyais presque que ce serait une blague. Du coup, on se retrouve dans un magasin d’arts créatifs pour trouver sa peinture fluo. On s’étale pas trop dans les couleurs ; on reste dans le basique des nuances qui rappellent nos dieux respectifs, soit le doré, le rouge, le violet et le bleu.

Autant dire, par contre, que c’est un peu la panique à bord lorsque je remarque qu’il est déjà presque onze heures et qu’on n’a toujours pas mis un pied dans la salle d’entraînement. C’est donc au pas de course qu’on s’y rend, on délaisse costumes et peinture dans un coin, avant de ressortir les croquis de la veille pour s’y remettre, là où nous nous étions arrêtés.

La fin, la dernière partie, est –pour moi en tout cas-, la plus délicate. Parce qu’elle me demande d’être précis, et rapide ; et je pense qu’elle est aussi compliquée pour David, parce qu'autant moi je fais les bases et les fondations, lui doit apporter les détails qui rendent le tout… lumineux ? Et les toutes dernières parties de cette représentation sont celles où il doit rendre compte de beaucoup de précision et de finesse. Ce sont celles qui apportent tout le sens de ce que nous essayons de mettre en place. C’est pour ça que c’est là-dessus que nous passons le plus de temps. Parce que s’il y a bien une partie que nous voulons que nos dieux et les gens liés de près ou de loin à la Congrégation voient, c’est bien celle-ci.

* * * *

Plus de dix heures qu’on travaille quasiment sans s’arrêter, en grignotant des petits beurres –je vous assure que les petits beurres j’en ai ma claque- de temps à autre. La première partie de la représentation, on a dû la répéter une dizaine de fois. Avec une musique que Dave a proposée –je ne ferai pas de commentaires sur cette dernière-. Après, par contre, on s’est dit qu’il fallait vraiment qu’on voit des trucs pour le combat, parce que si jamais on nous demande en effet d’affronter un missionnaire, si on n’a absolument rien sous la main ça risque d’être compliqué.

C’est donc vers 3h qu’on retourne enfin à l’hôtel, les peintures fluorescentes et les costumes dans les bras. Etant donné que nous étions morts physiquement, mais que nous avions encore des choses à faire, d’un commun accord on a décidé qu’on se poserait devant la télé pour le faire.

Je tourne les yeux vers lui en posant mes affaires sur un fauteuil.

T’es sûr que tu veux vraiment qu’on fasse la représentation la chemise ouverte ?

Non parce qu’il y tenait, et je n’étais pas forcément super à l’aise. Mais bon, le but n’était pas, comme dit plus tôt, de « montrer nos beaux abdos » (cette blague), mais ce sont plutôt les dessins que nous nous ferions sur le ventre qui seraient importants… disons que ça donne un effet particulier. Le souci étant que nous devions nous entraîner avant à faire ces motifs, parce que ce n’est pas dix minutes avant la représentation qu’il faudra se rendre compte que « PUTAIN JE SAIS PAS DESSINER UN SOLEIL ». D’ailleurs il devrait s’estimer chanceux parce que lui il a juste un symbole de Lune à me dessiner dessus, moi il faut que je reproduise le symbole d’Utu ; vous avez déjà vu le symbole d’Utu ? Je vais mettre dix fois plus de temps que lui à lui dessiner dessus sérieux.

Je lui lance les tubes de peinture, déboutonne ma chemise.

Commence par me montrer tes talents de dessinateur ; parce que bon vu les miens, il vaut mieux que tu commences je crois…

Ça ira deux fois plus vite. Ce qui m’arrange, parce que ça ne me fait pas particulièrement plaisir qu’il me dessine sur le torse et sur la tête. Alors autant que ça ne dure pas deux heures…


HRP : Ce RP part beaucoup trop loin mdr
Voir le profil de l'utilisateur



Dave
Messages : 1193
Localisation : DTC.
Loisirs : Casser des dents.
Humeur : Je crains qu'elle ne soit pas très lumineuse !
avatar
David Williams

Personnage...
Pouvoir: Astre (Dave) & Source (Alice).
Dieu: Utu
Age: 27
Dim 2 Avr - 16:05

Ceci est un sketch.
Enfin, il paraît. ▬ Alex
Les vestiaires, m'ouais. Il se voit pas trop se changer en attendant, ça fait perdre de la dynamique au spectacle. C'est pas comme s'ils avaient 36 danseurs derrière eux pour faire le show en attendant, hein. Enfin bon, au moins, ils se sont mis d'accord pour les costumes, personne n'est encore mort et ils ont eu le temps de faire leurs emplètes. Même moi j'y crois pas, trop de coopération en eux, c'est louche.

Leur entraînement repris, ils peuvent se lancer totalement dans la réalisation de leur show. Dave trouve qu'ils il y a une certaine harmonie entre eux pendant qu'ils sont concentrés, au point qu'il en oublie qu'il le déteste et qu'il arrive presque à rire de leurs erreurs, parfois. Ca ne les empêche pas d'être clairement exigeants avec eux-mêmes - mais une telle précision ne peut pas être atteinte en un tourne-main.

Ils retournent tard dans leur chambre. Dave est complètement mort, mais au moins, ils n'ont pas trop eu à faire tirer sur son genou puisqu'ils pouvaient rester assis la majorité du temps.

—Oui je veux, réplique Dave du tac au tac, laissant Alex s'installer sur le lit.

Il s'accroupit pour être à sa hauteur, juste devant lui, et retient un fou rire nerveux. Ouais, bon, ok, c'est pas d'sa faute, c'est le Warren dans sa tête qui vient de faire une blague crade.

—Attention les yeuuux...

(Ca va gicler)(lol)(pardon)(fallait que je la fasse)
Dave tend la main lentement, et commence à dessiner sur le ventre d'Alexander en sifflotant, la TV allumée dans son dos. Il laisse ses doigts tracer les premiers traits autour du nombril, puis remonte jusqu'à son visage… Il remonte sur le lit et se penche sur lui en prenant le visage entre ses mains, et mettre la peinture sur ses joues de manière symétrique. Puis la lune au niveau du troisième oeil...

—Tu es ma-gni-fique mon chéri.

Ouais, comment ça, il pousse le vice un peu loin ? S'IL S'AMUSAIT PAS IL SAUTERAIT PAR LA FENÊTRE, OK.

D'un coup, il entend... un truc. Genre des noms familiers, dans le flot continu des informations qui passent à la télévision.

—Attends. Kwa.

"... C'est un véritable scoop ! gloussa la présentatrice. Qui s'attendait à les retrouver aux US ensemble ? Souvenez-vous de cette histoire, où miss Katharyna Jehms avait participé à ce shooting avec Tyarisse Fent. Nos sources nous indiquaient qu'elles avaient probablement passé la nuit ensemble... Info, intox ?! Nous n'en savons rien. Les demoiselles ont des compagnons, alors vous vous doutez que nous nous interrogions sur leurs relations entre elles... Peut-être n'était-ce qu'une soirée comme une autre... Mais cette après-midi, l'un de nos reporters nous a fourni ces photos splendides de ces beaux jeunes hommes préparant ce qu'il semble être leur mariage ! Ohhh, comme c'est romantique, regardez-les choisir leurs costumes avec application… Ce n'est pas rare de cacher une homosexualité en créant un couple factice, vous savez. Pour l'image, c'est souvent beaucoup mieux..."

—..... Quoiiiiiii.

"…À moins qu'il ne s'agisse simplement d'un couple polygame, après tout, entre les scientologues et..."

—MAIS PARDON QUOI ??? C'EST QUOI CES PHOTOS DE omg

Ah bah oui c'est eux
ahah
lol.
Il s'éloigne beaucoup
beaucoup
BEAUCOUP d'Alexander, d'un seul bond, et a un visage dégouté. Avant de tilter.

—... Attends ils ont dit quoi à propos de Kat et ta meuf, là ?! MAIS WAT. QUI PEUT ÊTRE ASSEZ TARE POUR
OH
NAN MAIS OH
PAS AVEC TOI C'EST DEGUEULASSE


MAIS BANDE DE OH.
(attendez, si Alex a couché avec Tya, que Tya a couché avec Ka et que Ka a couché avec Dave, ça veut dire que Alex et Dave ont couché ensemble par copines interposées ? omg
dégueu)

Voir le profil de l'utilisateur


S'illumine en #47032C.
Vogue en #67BBCE.

Alex
Messages : 366
Localisation : Stockholm, toujours.
Loisirs : Observer le ciel nocturne.
Humeur : Heureuse.
avatar
Alexander Aestas

Personnage...
Pouvoir: Poussière
Dieu: Nanna
Age: 23 ans
Dim 2 Avr - 20:46
C’est juste la situation la plus bizarre de toute ma vie. Et l’autre zigoto qui rigole comme un con. ARRÊTE de rigoler connard. Ce sont tes idées en plus.

Je plonge mon regard dans le sien quand il se penche pour me dessiner sur le visage. Je hausse légèrement un sourcil.

Hé, t’es pas obligé de mettre ta tête aussi près de la mienne, chéri.

Non non, c’est pas mon kiff de t’embrasser, j’t’assure.

Oh mais je n’en doute pas, jeune damoiseau, tes talents d’artiste sont surement…

Oh. Temps mort. J’écarquille les yeux, le regard fixé sur la télévision. David se recule d’un coup, et moi je me lève d’un bond.

C’est quoi, ça ?!

OK, OK, on va traiter une information à la fois. Du calme, hein ?

1) On nous a suivi toute la journée, et on nous soupçonne de préparer un mariage
2) On nous soupçonne de vouloir nous marier ENTRE NOUS
3) Un couple polygame ?!
4) David et Katharyna ?
5) Tyarisse et Katharyna ?!!

Je me passe une main dans les cheveux, nerveux.

T’as cru que je voulais me marier avec toi ?! J’en suis pas beaucoup plus enchanté hein ! En attendant, j’crois pas avoir été vraiment au courant que tu sortais avec une Ancienne !

Une Ancienne ! Sérieux ! Avec un Emissaire…

Enfin peu importe, c’est pas mon problème, tu gères ça. J’en ai un autre de problème, tu permets ?

Agacé, je sors mon téléphone de ma poche. Mon forfait va pas trop kiffer mais tant pis. Il me semble qu’il y a un très gros épisode qui me manque, là.

Je sélectionne le numéro de Tyarisse. Elle décroche au bout de quelques sonneries ; il doit être assez tôt là-bas.

Tyarisse ? J'espère que je ne te dérange pas. Euh... faut vraiment qu'on parle, je fais d'une voix un peu sèche.

Y a un truc qui va pas ? Tu as l'air tout.... Bizarre... Me dit pas que tu as tué Dave ? Vous vous êtes tapé dessus encore ?

Non... non non non, au contraire ça se passe mieux que je ne le pensais, tellement que manifestement ça a laissé la place à une certaine ambiguïté, je fais en ricanant amèrement. Pour le moment ce n'est pas le problème. Par contre... c'est quoi, cette histoire avec toi et Katharyna ?

(Bruit de verre brisé)

Mierda ! Euh désolée... Je euh... Ma tasse m'a glissé des mains (rire nerveux) euh Kataquoi ? (marque une pause) C'est une longue histoire mais euh j'ai fait un shooting photo avec elle un jour et euh on s'est bien entendu et on avait trop bu et voilà c'est parti plus loin que je ne l'aurais pensé mais c'était rien du tout et bien avant toi ! J'étais même pas encore missionnaire à ce moment-là et... Alex m'en veut pas s'il te plait... Mais pourquoi tu parlais d'ambiguité ?

T'étais pas encore missionnaire ? Mais... mais tu te fiches de ma gueule ?! On a fait une MISSION ENTIERE sans que tu me dises une information pareille ?! T'es sérieuse ?! Je comprends mieux tous les sous-entendus des employés de Katharyna maintenant ! Pourquoi tu l'appelais "Ka" comme si tu la connaissais personnellement ! (je marque un temps) Pourquoi ambiguïté ?! Ahah, tu veux rire ? Parce que ces fantastiques paparazzis nous suivent depuis qu'on est arrivés aux Etats-Unis, et qu'en nous entendant dire de la merde avec un ton ironique ils ont réussi à imaginer qu'on allait se marier ; je veux dire, à quatre ! Dave, Katharyna, toi, et moi ! C'est n'importe quoi ! Allume ta télé !

TU VOULAIS QUE JE TE LE DISE COMMENT ?! « Oh Alex, je crois que je t'aime un peu plus qu'un ami mais faut que tu saches la créanne qu'on cherche et bah je me la suis tapée ! »
Un quoi ? Mais qu'est-ce que c'est encore ces conneries bordel.
(allume la télé et regarde pendant quelques secondes) Mais qu'est ce que vous avez branlez encore tous les deux ?! Nan mais sérieux "tu sais pas ce qu'on peut faire avec une cravate" !!! Super on se croirait en plein remake de 50 nuances de Grey...


(silence ; malaise)

Parce que tu pensais vraiment qu'on pensait à un mariage ou à ce genre de choses quand on a sorti ces conneries ?! Ce n'est pas de ma faute si ces connards ont absolument tout interprété de travers !

(sarcastique) Nan mais c'est vrai que des mecs avec des appareils photos qui vous suivent partout ça se voit pas du tout ! (silence) Bon on qu'à faire un démenti enfin Ka a qu'à le faire, c'est elle la star... Leur dire que vous êtes là bas pour euh un projet pédagogique et que bref... Oh bon sang qu'ils viennent pas jusqu'à Stockholm pour nous faire chier pitié....

On n'a pas que ça à foutre de faire attention aux humains qui se baladent avec un appareil photo, on a suffisamment à faire à surveiller du coin de l'œil les créannes potentielles qui peuvent sortir de nulle part !

Ou sinon on a qu'à se marier....

(silence)

Non mais t'es sérieuse de sortir ça comme ça ?! Dans un contexte pareil, t'as pas trouvé mieux ! Tant qu'à faire ils auront qu'à dire qu'en fait on fait le mariage en deux fois, pour éviter d'ébruiter tout ça hein ! Et puis bon, de ça on en reparlera plus tard, mon problème dans l'immédiat c'était surtout pour toi et Katharyna, avec en plus l'histoire de la mission et... (laisse passer un temps) ... attends, je crois que l'autre zigoto a un problème. Il faut que je te laisse... je te rappelle dès que je peux.

Je plaisantais Alex et t'inquiète pas pour nous on sait parfaitement se défendre. Fait attention à toi et bonne chance, je t'aime.

— (je lâche un soupire) Tu as raison. Je t'aime aussi. (raccroche)

Je me retourne vers David.

Pourquoi tu me regardes comme ça toi ?


Voir le profil de l'utilisateur





Page 1 sur 1
 
Les Chroniques de Sumer :: Le Monde :: Amérique du Nord
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet