Poster un nouveau sujet Ce sujet est verrouillé, vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.
 :: Le Monde :: Europe :: Europe de l'Est
Fuir. [Renzo]
Nao
Messages : 477
Localisation : Entre ciel et terre.
Loisirs : Me nourrir d'étoiles.
Humeur : Douce, mais déterminée.
avatar
Nao

Personnage...
Pouvoir: Tu veux vraiment voir ?
Dieu: Nanna
Age: Très vieux.
Lun 9 Juin - 15:02



Fuir.
Renzino ♥



Le vent agite les branches des arbres alentours, bruissement symphonique de la nature. Les feuilles offrent un ombrage agréable aux créatures qui peuplent la forêt. Le soleil de midi frappe. Il fait chaud, malgré la brise – l’été approche. Il faudra bientôt que je rejoigne les régions plus au nord, pour me mettre à l’abri. Bien que j’apprécie moins l’atmosphère glaciale de l’hiver qu’à la lourdeur de l’été. Mon corps n’est fait ni pour l’un, ni pour l’autre, je le crains fort. Alors j’attends. Pour le moment je subis. Nous verrons bien. J’ai du temps à perdre, à passer. Quand on a mon âge, et ma longévité, il n’y a pas grand-chose qui nous ennuie. On apprend à regarder autour de soi, blotti contre le tronc d’un arbre aussi vieux que nous. Le regard vif. Acéré. La tête rentrée dans les épaules. Les serres bien accrochées sur notre branche.
Je me fonds dans mon environnement. De toute manière, les hommes ne me voient pas – je suis à l’abri, je crois. Du moins j’espère. J’en ai tellement assez. Tellement assez de fuir. De devoir rester immobile. J’aimerais pouvoir étendre mes ailes. M’envoler si haut, si loin ; quitte à me faire brûler par ce soleil de plomb. Au moins cette existence vaine et illusoire sera terminée. Au moins je serai enfin rassuré quant à mon sort. Préférant autant contrôler moi-même ma mort, que de laisser qui que ce soit la décider pour moi. À ma place.
Ni le temps, ni personne. Jamais.
Mes yeux se ferment. J’ouvre mes ailes et décolle d’un bond vif, slalomant entre les arbres. Sauvage et indompté. Rapace silencieux en quête d’une fraîcheur salvatrice. Comportement un peu étrange pour l’animal que je suis. Mais que suis-je en réalité, si ce n’est la créature maudite d’un dieu, abandonnée dans la neige de Sibérie ? Déjà deux siècles, et je n’ai toujours pas oublié. Est-ce qu’il me sera un jour permis de le faire ? J’en doute. J’aurais aimé être une chouette. Une véritable chouette, pouvoir vivre avec mes semblables, avoir une partenaire. Mais même ça, je ne le pourrais jamais. Mon cœur est un désert de glace.
J’approche d’une source claire. Ce n’est pas ce qu’il y a de meilleur, mais le cours d’eau qui serpente entre les bosquets me fait de l’œil. Je me retransforme à quelques battements de la petite rivière, et m’accroupis pour me passer un peu d’eau sur le visage.
Il fait si chaud. Mon plumage m’empêche de cuire, mais me fait dans le même temps sacrément souffrir. Je ne sais pas ce qui est le mieux. Ça, ou bien mourir d’une insolation sous forme humaine ? Quel choix.
Je me redresse de ma haute taille. Mes yeux bleus semblent chercher quelque chose sur lesquels accrocher. Le cri des oiseaux emplit les lieux, et je ferme les yeux un moment. L’instinct animal toujours ancré en moi. J’avance d’un pas maladroit, puis d’un autre ; manque de chuter dans le cours d’eau en perdant l’équilibre. Abruti. Reste donc sur tes maudites jambes de bipède. Plus le temps passe, et plus je m’interroge ; est-ce vraiment utile de mettre tant de temps à se réhabituer entre chaque transformation ? Ou est-ce simplement que je ne veux pas m’y habituer ?
Tant de question.
Nao, tu te fais du mal.
J’inspire. M’apprête à reprendre ma route, lorsque tout mon corps se fige. Là, quelqu’un ; une aura particulière. Un envoyé des dieux. Quelque part. Encore quelqu’un là pour me faire du mal. Puissant. Je regarde autour de moi. Recule un peu. Trébuche contre mon propre pied, atterris dans l’eau. Ce n’est vraiment pas profond…
Je jure. N’aies que le temps de voir quelqu’un s’approcher alors que je me redresse avec douleur. Mon coude est égratigné, j’aurais du mal à voler. Tant pis. Je passe de l’autre côté. Recule lentement, sans quitter la silhouette des yeux, espérant qu’il ne m’aurait pas vu. Priant pour ne pas me faire déchiqueter ici. Je recule encore. Me blottissant dans l’ombre d’un arbre, derrière lequel je l’observe.
S’il attaque, je fuis.
S’il me laisse… je fais de même.
J’ai trop peur de ces humains-là.

Voir le profil de l'utilisateur



Renzo
Messages : 1283
Localisation : Dans la merde jusqu'au cou... Mais genre vraiment.
Loisirs : Border Ersh avant qu'il se couche
Humeur : Comme une souris asthmatique devant un tigre, haha !
avatar
Renzo Layne

Personnage...
Pouvoir: Primordial et complémentaire, la grande classe pas vrai ?
Dieu: Ershkigal
Age: 380 cette année, ça se fête non ?!
Ven 13 Juin - 19:02
Ahem.
Il se trouve que vous me voyez souvent faire le pitre, mais il arrive aussi, dans des moments certes rares je l'admet, de bosser. Haha non je déconne. De m'entraîner plutôt. Parce que mine de rien je n'ai pas hérité du dernier pouvoir à la mode mais bien du plus incontrôlable dans un monde de vivants.
Oui parce que frimer aux Enfers, c'est super facile, je suis un mec qui tue sa mère et qui contrôle mon pouvoir comme le plus doué des Dieux -après réflexion, oubliez la comparaison, je vais me faire étrangler sinon...- mais dans le monde "vivant"... J'appellerai pas ça "grosse brêle intersidérale" mais tout terme s'en rapprochant et qui ne dénigre pas mon estime de moi est à prendre.
Ben oui, ils sont un peu con parfois les Dieux... Je suis censé être mort dans un monde qui ne tolère que les vivants ? Au delà des problèmes d'intégrations que j'ai esquiver depuis longtemps (en arrêtant d'essayer de sociabiliser tout simplement), comment, COMMENT vous voulez que j'utilise mon pouvoir des ténèbres alors qu'on est dans un monde de lumière ?! Ça vous paraît peut-être pas logique "puisqu'il y a la nuit" et blablabla, mais je suis émissaire de l'autre clampin négatif moi, pas de l'astre mort qui est obnubilé par notre planète au point de tourner autour -mais j'ai beaucoup de respect pour Nanna. Heu... Enfin je crois...
Donc oui, il m'arrive d'entraîner mon pouvoir dans le monde des vivants, notamment pour me déplacer. Parce qu'avouez que se retrouver de Stockholm en quelques secondes c'est la classe totale et ça permet de faire un tas de trucs (dont les soldes, je parle pour vous mesdames, moi je suis pas hystérique quand à ma tenue... Même si il va falloir qu'un de ces jours j'y pense sérieusement...)
Je m'assois dans mon temple favori -où il reste encore une petite trace de rose, en dédicace, moi aussi je t'aime Ersh ♥- et ferme les yeux. Je lutte quelques secondes pour rester éveiller et commence à appeler autour de moi l'entre de l'Enfers, vous savez, la fumée brumeuse qui vous retourne l'estomac ! Ben voilà. J'inspire, j'expire (non je fais pas du yoga) et me concentre. Je visualise bien le sol, droit et stable, pour évitez une expérience peu agréable déjà vécue... (Oui parce que tomber sur une fourche parce que j'ai tenté le déplacement debout, c'était moyennement agréable, même si mes nerfs se sont fait la malle depuis longtemps. En plus il restait des bouts de boyaux au bout... Bref ! Ça a repoussé.)
Je sens la brume s'étirer autour de moi, m'emmener dans un noir tellement plus profond que ce que vous appelez "couleur" et me laisse porter. Je me balade à travers elle, sans notion de sol ni de gravité, je parcours le monde en quelques secondes, comme hors de celui ci. L'espace n'a plus cours ici, je suis à la frontière entre les vivants et les morts. Mon monde en gros. Je décide de sortir, peu importe l'endroit. Mais au moment de me décider, un flux plus puissant m'entraîne et...
Je me prend un arbre. De face, tout à fait pas élégamment. Le contraire même de la maîtrise. Je reste debout avant de tituber légèrement et de tenter de me réceptionner tant bien que mal. Merde. Bon sang mais héééé !
Je distingue vaguement un cours d'eau à travers la fumée encore présente autour de moi et me dirige d'un pas de zombie vers elle. En grognant. Parce qu'il est évident que même sans cordes vocales, les zombies peuvent geindre et parler, c'est la logique absolu de la bêtise de la magie. Houla j'ai rien compris à ma phrase.

_ Arg mais bon sang, je suis jamais foutu de faire une entrée à la "je pète la tune de classe" ou quoi ?!

Les ténèbres dissipés, je distingue une frêle silhouette, les pieds dans l'eau, apparemment désorientée et peureuse, qui e fixe d'un regard un peu... Perturbant.
Voilà. Voilà vous voyez ! C'est un complot. Même quand je me téléporte à l'autre bout du monde -je suis où là au juste ?- y'a toujours un témoin de ma bêtise supplantatoire (et rien à voir avec les plantes, ce mot est un néologisme complet et j'assume. Quoi je sais pas mais j'assume, on sait jamais...) Je reste quelques instants immobile, pour voir si...
Non mais pour voir quoi au juste ? Tu crois quoi, qu'il va faire comme les pigeons et se barrer parce que môsieur la moule ambulante nous fait l'honneur de sa présence divine et distribue des câlins aux arbres ? (et je fais pas de câlins aux arbres d'abord !) Me rendant compte que j'ai sûrement la tête d'un mérou, avec la bouche ouverte et toute l'anti-classe habituelle, j'essaye de me stabiliser (histoire de pas ressembler au dernier gorille venu) et m'éclairci la gorge de manière tout à fait ridicule. Oui je me crame, ça vous dérange ? En même temps quand la tentative d'avoir une voix claire est ratée à ce point...

_ Heuu... Salut ?

Ok, toujours 0/20 à la tentative d'approche convenable mais tu vas t'y faire. Je remarque enfin quelque chose d'étrange avec l'énergie de mon interlocuteur. On dirait...

_ Une créanne ? Ha, fais-je d'un air totalement détaché.

Quelqu'un peut m'expliquer pourquoi j'ai jamais l'air crédible ?
Voir le profil de l'utilisateur



Nao
Messages : 477
Localisation : Entre ciel et terre.
Loisirs : Me nourrir d'étoiles.
Humeur : Douce, mais déterminée.
avatar
Nao

Personnage...
Pouvoir: Tu veux vraiment voir ?
Dieu: Nanna
Age: Très vieux.
Lun 23 Juin - 10:51

De la fumée. Partout. Elle volette en de sombres spirales, contre lesquelles la lumières du jour semble ne pas avoir d'emprise. Mon esprit est comme tétanisé à cette vue – j'ai du mal à penser. À agir. Comprendre et jauger mes gestes. Pourtant, une parcelle de moi continue à vibrer. Sourde et muette dans l'infini étirement du temps. Vague instinct de survie qui, étrangement, me convient tout à fait en cet instant. Je préfère encore m'abandonner à tout ce qui m'attache à l'animalité plutôt que de me montrer figé par la peur. La terreur, je l'avoue. Avec honte.
Mes pieds nus foulent l'herbe sèche en de désagréables bruissements alors que je parviens à m'extraire du cours d'eau. Cherchant un abri sûr sous le couvert des arbres. Mon bras me lance ; certainement l'ai-je cogné sur une pierre. Je déteste ce corps d'homme Trop maladroit, pataud. Irrégulier dans ses pas. Incapable de tenir sur ses pattes. Prudemment, je jette un œil sur mon coude et fait la moue. C'est un peu ouvert. Pas très douloureux, mais suffisamment pour me convaincre de rester un moment de plus sous forme humaine. Mon regard se fixe alors à nouveau sur la silhouette, qui s'approche de l'eau en pestant. Il lève la tête vers moi et me fixe quelques secondes. À nouveau, je suis figé. Dans l'attente. Va-t-il attaquer ? Ne va-t-il pas ? J'ai l'espoir insensé qu'il fasse demi-tour. Qu'il ne m'ait pas vu, en réalité. Comme les humains normaux. Mais lui n'en est pas un... Un missionnaire. Rien de moins. Mais son aura semble différente. Terriblement puissante. Écrasante.
Contre toute attente, son visage reste neutre. Plus concentré sur sa propre situation. Indifférente. Blasée, je dirais même ? Un frisson remonte le long de mon échine lorsqu'il me salue. Il a l'air pacifique – aussi perdu que je le suis. Cet humain qui semble n'avoir jamais pris le soleil. Peau trop pâle. Mèches de charbon. Même ses yeux paraissent deux puits sans fin. Errant dans un ailleurs tout autre. Loin d'ici.
Je m'humecte les lèvres d'un geste nerveux. Deux choix. Répondre ou fuir. Mais à fuir sans cesse, je finirai par ne plus trouver d'endroit où aller. De personne à qui parler. Peut-être qu'au fond, c'est de ça dont j'ai besoin. De me poser. D'accepter enfin de vivre à nouveau sous cette forme. Même si la communication n'est pas mon fort...
Mon nez se plisse légèrement. Je tente d'ignorer l'eau qui me coule le long des jambes, complètement trempées par ma chute.

– Salut, je souffle simplement, restant à une distance respectable du cours d'eau.

Le son qui s'échappe d'entre mes lèvres me donne l'impression de ne pas m'appartenir. Voix humaine à l'origine faible et douce, mais aux accents de roc lorsqu'elle s'éveille d'un long sommeil.

– Qu'est-ce que tu fais ici ? je l'interroge encore, méfiant et crispé, le regard fixé sur lui.

Savoir s'il attend quoique ce soit de moi. Si je suis un gêneur, une proie. Mais qu'il soit prudent si c'est le cas.
Je ne me laisserai pas faire.

Voir le profil de l'utilisateur



Renzo
Messages : 1283
Localisation : Dans la merde jusqu'au cou... Mais genre vraiment.
Loisirs : Border Ersh avant qu'il se couche
Humeur : Comme une souris asthmatique devant un tigre, haha !
avatar
Renzo Layne

Personnage...
Pouvoir: Primordial et complémentaire, la grande classe pas vrai ?
Dieu: Ershkigal
Age: 380 cette année, ça se fête non ?!
Dim 29 Juin - 16:21
Le nouveau venu semble plutôt du genre hyper anxieux. Enfin théoriquement, je suis le nouveau venu pour lui, puisque c'est apparemment moi qui ai débarqué d'on ne sait trop où comme un malade et qui l'ai salué. Bonne question d'ailleurs que le lieu.Vu la position du soleil il semble que je dois encore être du bon côté de l'équateur. Mais pas là où je désirai aller en premier lieu (si j'avais choisis une destination, ce dont je commence sérieusement à douter). D'ailleurs excusez moi mais tenter d'utiliser mon pouvoir en plein jour c'était une belle connerie. Enfin, espérons que la prochaine fois ça me fasse réfléchir à deux fois... (aucune chance)
La créanne donc semble un peu -beaucoup- effrayée. Ce qui en outre me confirme que c'est une créanne, je sais que je fais peur mais pas autant que ça tout de même. Enfin j'espère. Il faut dire que dernièrement j'évite de me retrouver face à un miroir. Pas parce que mon propre reflet m'effraie, juste parce que ça voudrait dire pénétrer dans la Congrégation, ce qui n'est en ce moment pas d'actualité.
Il s'immobilise à quelques pas de moi, comme tout à coup statufié, me faisant penser à ces animaux qui font le mort pour ne pas qu'on les tue. Ouais voilà, ça, les araignées et tout. Sauf que bon, un homme debout n'est pas censé être mort (comment je peux avoir l'air crédible en disant ça ?!) et il est assez loin de se fondre dans le paysage, ne lui en déplaise.
Il semble également qu'il se soit légèrement aspergé d'eau, si on remarque celle ci dégoulinant le long de ses jambes. Je fronce légèrement les sourcils en me demandant pourquoi il ne faisait rien pour l'essuyer avant de me rappeler que la raison pour laquelle il s'était tout simplement vautrée était peut-être ma faute. Non mais je peux comprendre qu'on soit surpris par mes étonnantes capacités à rentrer en scène. Moi aussi je m'étonne beaucoup.
Pour parler un peu de la personne même, physiquement je veux dire, elle était plutôt grande, voir même plus que moi (ce qui avouons le n'est pas très dur mais bref). Assez bien bâti mais plutôt fin, les yeux légèrement en amande et le regard perçant. Une peu pas claire mais pas pâle comme la mienne et l'air légèrement plus vieux. Mais avec les Créannes, on ne sait jamais vraiment leur âge avant de leur demander. Ouais et je le ferai pas parce que j'ai pas envie qu'elle me demande le mien.
Il me salue, d'une voix visiblement très peu utilisé, mon expérience m'indique que sa deuxième forme doit être animale. Il demande la raison de ma présence. Aïe. D'un coup, mon corps se fait le reflet de mes pensées et mes épaules s'affaissent de désespoir quotidien. Je lève la tête et passe une main dans mes cheveux, un peu embarrassé il faut l'admettre. Non mais imaginez un peu : le gars il veut être tranquille, il se planque des missionnaires et tout et là qui apparaît ? Un émissaire ! (surpuissant et plein de classe en plus ! Ahem...) J'aurai pas aimé.

_ Ha, ça... Heuuuuu... (oui oui très constructif je sais) Disons que je m’entraînais et... Je suis doué hein, c'est pas le problème ! Enfin si un peu...

Ok, va falloir repasser pour avoir une phrase complète et précise. Appuyer sur la touche "retour" pour recommencer~ Je prends une inspiration. Allez tu peux y arriver, ce gars a l'air 4 fois plus terrifié que toi !

_ Je me suis perdu. Ou plutôt j'ai foiré mon truc et tadam ! Je suis là.

Je n'essaye pas de m'approcher, ni de faire de gestes brusques. Parce que je suis peut-être émissaire, mais je suis pas en mission, je ne lui veux pas de mal. Et là, si il décide de me larguer ici, je risque fort d'être à la bourre pour les cours et encore avoir des heures de colles. Je crois que j'ai bientôt atteint les 2000 d'ailleurs. Faut dire que ça fait un moment que j'ai arrêté de compter...

_ Et heu... On est où ?

Bravo, encore une fois j'ai perdu toute ma légendaire crédibilité... Un jour peut-être on se souviendra que j'étais émissaire...
Voir le profil de l'utilisateur



Nao
Messages : 477
Localisation : Entre ciel et terre.
Loisirs : Me nourrir d'étoiles.
Humeur : Douce, mais déterminée.
avatar
Nao

Personnage...
Pouvoir: Tu veux vraiment voir ?
Dieu: Nanna
Age: Très vieux.
Sam 12 Juil - 15:55

Deux choix, oui. Fuir n’en est plus un. Je me lance et laisse ma voix s’élever dans les airs ; elle bute un peu, hésitante, rocailleuse, mais j’arrive enfin à me lancer. L’observant sans ciller, les yeux fixes et le corps droit. Ma peur reflue, la confiance se glisse dans mon regard et embaume mon cœur. J’arrive à reprendre mon calme. Calme comme l’eau qui dort, l’oiseau guettant autour de lui, en silence, la forêt muette et paisible. Malgré l’essence particulière qui s’échappe de lui, il ne semble pas prêt à attaquer. Il est étrange, cet humain. Pâle comme la mort et pourtant vif. Et cette fumée sombre… Semblable à des ombres. Peut-être ai-je sous-estimé les capacités de ces serviteurs des Dieux, au final… Une telle chose ne me semblait pas possible.
Il essaie de se justifier. Pas très cohérent dans ses paroles. Un peu maladroit – ça contraste pas mal avec l’aura qu’il dégage… Il met plus à l’aise, avec ce côté… un peu particulier. Si je n’avais pas été si crispé il y a à peine quelques secondes, je me serai autorisé un sourire amusé. Au moins, son intervention a le mérite de me faire reprendre contenance. Je me sens idiot. Lui aussi a l’air mal à l’aise. A cause de moi, peut-être. Perdu, aussi, apparemment. Une question se forme dans mon esprit. Pas vraiment moqueuse. Plutôt curieuse. Comment est-il arrivé ici, sans savoir où il se trouve ?
Lentement, je hausse les épaules. Lève la tête vers le ciel.

- Je ne sais pas non plus, je souffle.

Mes yeux s’abaissent à nouveau vers lui.

- En Europe. Dans le sud-est, je crois…

C’est par là que je me dirigeais la dernière fois que je me suis déplacé. Bien que le nord risque d’être un peu plus clément en cette saison ; trop chaud… Vraiment trop chaud.
Doucement, j’incline la tête sur le côté et continue à le fixer, sans trop savoir quoi dire. Mal à l’aise. Depuis quand ne me suis-je pas trouvé en présence d’autres êtres humains ? Ou plutôt, de vrais êtres humains.

- Comment tu as fait ça ? Pour venir ici ?

Je me mordille la lèvre, détourne les yeux en reculant un peu. Tais-toi Nao. Tais-toi. Il ne doit pas avoir envie de partir dans des discussions grandiloquentes. On est perdus au beau milieu de la forêt… Il fait une chaleur à mourir. Et on est assez loin de la ville.
Ma main effleure la surface rugueuse du bois. Je déglutis un peu, n’osant pas trop reprendre la parole.

- Tu sais comment repartir ? Ou tu as… besoin d’aide ?

Ce n’est pas pour faire une bonne action. Mais il est là. Il n’a pas l’air de me vouloir du mal… Et je me sens seul. La compagnie humaine me manque tellement… On ne peut jamais vraiment renier sa véritable nature, je crois bien. Même lorsqu’on le tente de toute ses forces.
Surtout lorsqu’on le fait de toutes ses forces.
Nerveusement, je me passe la main sur la blessure à mon bras. Le désinfecter…

Voir le profil de l'utilisateur



Renzo
Messages : 1283
Localisation : Dans la merde jusqu'au cou... Mais genre vraiment.
Loisirs : Border Ersh avant qu'il se couche
Humeur : Comme une souris asthmatique devant un tigre, haha !
avatar
Renzo Layne

Personnage...
Pouvoir: Primordial et complémentaire, la grande classe pas vrai ?
Dieu: Ershkigal
Age: 380 cette année, ça se fête non ?!
Ven 1 Aoû - 15:59
HRP : Je t'interdit de te sentir obligée de faire autant de mots, c'est clair >o< Parce que mon post est tout nul T^T

Visiblement, ce gars n'est pas habitué à parler.
Sa voix n'est qu'un souffle et je dois tendre l'oreille pour l'entendre. Même si il a l'air de commencer à reprendre confiance en lui, quelque part. C'est étrange. Je sais pas si c'est mes paroles réconfortantes -si elles le sont, bien sûr !- ou mon air totalement ridicule qui lui fait prendre conscience de l'absence de danger qui émane de moi, mais comme il n'a pas l'air agressif on va dire que je m'en fout.
Quoi ? Vous pensiez que j'allais l'attaquer ? Ha, elle est bonne ! D'abord, il ne dégage pas une aura très forte, j'en conclus donc que son niveau n'est pas très élevé. Donc pas un danger pour moi. Ou presque. Disons que je ne suis pas certain de gagner en plein jour contre une créanne, mais étant donné que je ne crains pas beaucoup la possession et que mon corps a la capacité d'endurance la plus élevée de l'univers, je ne vois pas non plus ce que je risque. Et puis, si en 400 ans je n'ai pas réussi à calmer ma haine envers les créannes, je crois qu'il n'y a aucun espoir pour la vie humaine.
Elles vivent dans le même monde que nous. Elles sont plus liées aux missionnaires que n'importe quelle créature vivantes, et leurs lois sont différentes des nôtres. Leur nature aussi. On ne peux pas aller contre sa nature, c'est ce que ces années auprès des Dieux m'ont appris. Je n'ai donc pas de raisons de leur en vouloir en particuliers, surtout quand je suis conscient que je ne connais pas la moitié de leur fonctionnement.
En plus, il semble vouloir aider. Au moins un peu. Sauf qu'il a l'air aussi paumé que moi. Cool, on va avancer vite comme ça je sens... En Europe. Ok ça c'est chouette. Attendez... Au Sud-Est ?! What ? J'ai réussi à aller si loin en si peu de temps ?! Mais j'ai passé combien de temps dans le vortex de ténèbres au juste ? Houla, je sens que je vais encore devoir m'entraîner pour contrôler mes pouvoirs sur terre... Tout en continuant à le cacher à Ersh. Non mais sérieux, si il apprend que je me sers de mon pouvoir de gardien hors des Enfers, il va pas m'arracher que le pied cette fois... C'est un coup à finir entre les crocs de Sheeva ou Belial ça...

- Comment tu as fait ça ? Pour venir ici ?

Super bonne question ! Comment j'ai fait déjà ? A part tenter désespérément d'avoir l'air puissant une fois dans ma vie, pour crâner un peu ? Genre "regardez comme je contrôle bien mon pouvoir ettttt" voilà que je me retrouve dans une région complètement inconnue. Cool, vous avez vu comment je gère trop bien ? Première leçon à en tirer : ne pas montrer ça aux nouveaux. Ça risque de les faire rire plus qu'autre chose... Et si il y a bien une catégories de personnes avec qui je peux encore rattraper une sorte d'autorité et de crédibilité, c'est bien avec ceux qui ne me connaissent pas encore. Ouais je sais c'est lâche.
Je me gratte l'arrière de la tête d'un air décontracté et un peu lassé. Par mes propres conneries, oui. Parce que je suis capable d'être aussi bien le vieux con que le jeune sage... Ou l'inverse. Bref.

_ J'essayais un truc. Et ça a foiré. Je commence à avoir l'habitude en fait !

Je rigole de ma propre bêtise. Avouez que ça a une certaine classe. Non ? Ouais bon chut hein.
Le garçon (homme-créanne-animal ? Pourquoi c'est si compliqué ?!) recula légèrement, et un instant j'observais avec attention ses mouvements, cherchant à connaître ses intentions. Certainement pas mauvaises certes, mais bon, ça me gênerait un peu de me retrouver en pleine forêt inconnue avec comme pouvoir un espèce de gyrophare à emmerdes du style "je suis làààààà, venez me bouffer s'il vous plait ! J'ai un goût de frite périmée !".
Autant dire que je suis complètement paumé alors j'espère fortement qu'il ne va pas se casser. Ça se trouve il fait ça juste pour détourner mon attention ? Ha, mais encore faudrait-il que j'ai une attention fixée quelque part autre qu'un potentiel oreiller... Ce qui n'est pas prouvé.
Il finit par continuer, comme hésitant. Ce qui au fond ne change pas de sa personnalité habituelle mais bref. Au moins je suis pas tombé sur un fou ou un énervé de la vie, c'est déjà ça. Même si ces paroles m'induisent fortement de partir. Et en me proposant de l'aide. Heu... De l'aide ? Je reste immobile une seconde. Ok. Je pensais qu'il avait peur, mais il vient de proposer son aide à un missionnaire. Dis donc, les créannes sont plus aussi prudentes qu'avant de nos jours, faudra que je refasse un raid pour me rendre compte du changement un peu... Il passe alors une main sur son bras, et je crois apercevoir... Du sang. Du vrai, du vif. Il est blessé, ça ne peut pas venir de moi.
Inconsciemment, je penche la tête sur le côté et commence à m'approcher naturellement.

_ Attends si tu veux je peux peut-être faire quelque chose pour-

Je me stoppe dans mon élan. Ren t'es trop con. Tu as en face de toi un des êtres les plus craintifs au monde et le premier truc que tu fais c'est courir dans sa direction. Je reste immobile et recule même d'un pas, confus. Vraiment trop con sérieux. Là si il part ce sera uniquement de ma faute.
Je tend une main, signe de paix.

_ Désolé. Je ne veux vraiment pas de mal, ok ? Je voulais juste voir si c'était pas trop grave, ton truc au bras, dis en montrant de la tête sa blessure.

Ma voix est calme, posée. Elle reflète toute ces années d'enseignement prodigué aux jeunes missionnaires, toutes ces années à côtoyer un monde de magie, toute ces années d'expérience.
Je ne bouge toujours pas. On ne sait pas si ça va marcher, on ne sait jamais. Puis la façon dont le lui tend la main, comme si je m'approchais d'un animal blessé ou quoi, on dirait que je le prend pour... Arg, mais c'est aussi un animal ! Bon sang, ces êtres sont vraiment étranges.

_ Je sais comment repartir, oui, mais je ne pense pas pouvoir le faire avant un moment, continuais-je, tentant de l'apaiser. Donc si tu as un quelconque moyen de m'amener dans une ville dans les parages ou je ne sais quoi, je veux bien de ton aide !

Je souris. Ça faisait vraiment longtemps. Longtemps que je n'avais pas parlé comme ça à une créanne. Généralement, les seules que j'avais l'habitude de rencontrer préféraient m'invectiver ou me bouffer.
J'avoue que je préfère quand même parler.
C'est plus propre.
Voir le profil de l'utilisateur



Nao
Messages : 477
Localisation : Entre ciel et terre.
Loisirs : Me nourrir d'étoiles.
Humeur : Douce, mais déterminée.
avatar
Nao

Personnage...
Pouvoir: Tu veux vraiment voir ?
Dieu: Nanna
Age: Très vieux.
Jeu 21 Aoû - 14:56

Un rire m’échappe. Discret. Il se transforme en une légère toux. Évidemment. Sinon, ce n’est pas drôle. L’homme est étrange. On dirait qu’on ne vient pas de la même planète. Du même monde. Lui a l’habitude de parler aux gens. Aux autres. J’aimerais bien, moi aussi. Être plus à l’aise. Mais c’est un choix de vie, pas vrai ? Enfin, peu importe. Je suis content. De ne pas être tombé sur un psychopathe, je veux dire. Quand je croise un missionnaire, c’est toujours un psychopathe. Ou deux fois sur trois. Je ne comprends pas ce qu’ils ont contre nous. Contre les créannes hostiles, à la la limite. Mais moi, je n’attaque personne. Je n’aime pas. Ça ne m’intéresse pas. Enfin. Après tout. Il n’y a pas grand-chose qui m’intéresse. Mais soit. Je fais des efforts. Même si ça ne se voit pas. La preuve : je lui ai répondu. C’est un petit pas. Mais un pas tout de même. Il faut avancer, même si ça veut dire trébucher. C’est ce que dirait Huan. Du moins j’imagine…
Puis, je recule un peu, toujours méfiant. Et d’autant plus lorsqu’il se rapproche. Mon nez se retrousse un peu. Son comportement est… étrange. Mais bon. J’essaie de ne pas m’en formaliser. Observe ses mouvements. Relève les yeux vers lui. Il a bougé trop brusquement. Je me suis tendu sans le vouloir. Par habitude. Il ne faut pas que je m’envole. Il m’a dit qu’il est perdu, non ? Alors je dois rester. Juste un peu. Ça ne me fera pas de mal. De discuter un peu. S’il le veut bien. Même si, pour le moment… il a l’air plutôt loquace. Plus que moi en tout cas. (Et ce n’est pas réellement compliqué. Je sais.)
Sa main se tend. Lentement. Et un sourire étire mes lèvres. Un peu. C’est amusant, en un sens. Mais j’imagine qu’il m’a bien cerné. Bien que je ne sois pas totalement un animal. Malgré ma crainte quasi constante. La situation doit avoir l’air assez comique, de l’extérieur, je crois.
Lentement, je secoue la tête. Essaie de reprendre une allure plus composée. C’est difficile. Mais je fais avec. Je ne suis pas l’angoisse, après tout. Quelque part, cette constatation me calme.

- Ca va. C’est rien, je lâche. Une éraflure. Ce sont des choses qui arrivent quand on est maladroit.

Mes yeux se baissent sur sa main. Durant un instant, je me demande. Qu’est-ce qu’il veut que je fasse de sa main, au juste ? Un éclair amusé passe dans mon regard. Et je songe un instant que, dans ma forme de chouette, je lui aurais pincé le doigt. Je me retiens. Ça ferait vraiment très bizarre dans cette situation-là…
Je lui montre mon coude et la petite éraflure. Un nouveau sourire. Léger. Une grimace, sûrement, depuis le temps que je n’ai pas souri. Mais bon. L’intention est là. Je suppose.

- Je vais la rincer. Pas besoin de pansement.

Mes pas me guident jusqu’au petit ruisseau. Et je passe à côté de lui, lui tournant le dos, le cœur battant. Et s’il m’attaquait pendant que j’étais tourné ? De petits coups d’œil furtifs. Je dois avoir l’air d’un fou. Peu importe. J’essaie d’être discret au moins…
Je glisse ma main dans l’eau, et nettoie consciencieusement la plaie. Et hoche la tête en l’écoutant parler.

- Avec tes pouvoirs… ? je l’interroge, avant de m’empourprer.

Ça ne me regarde pas.

- Une ville… Je ne sais pas où elle se trouve au juste. Pas très loin j’imagine.

Les yeux dans le vague, je réfléchis. Pense un moment, essaie de repérer la direction en fonction du soleil. Mais j’ai un doute. Je n’aimerais pas l’envoyer dans la mauvaise direction. Je m’en voudrais. Je me connais.

- Je peux toujours regarder si tu veux. D’en haut, je rajoute en pointant le ciel du doigt.

Faisant craquer mes os avant de me redresser, je lève mon visage vers le soleil. Plisse les yeux en mettant ma main en visière. Il fait vraiment trop chaud, c’est insupportable. Heureusement que je suis pas né dromadaire, hein… Je pourrais pas passer les trois-quarts de ma vie dans le désert. Déjà que là… Il va falloir que je migre. Je pense. Parce qu’honnêtement… J’aime vraiment pas le coin. (C’est pas que ce soit laid… Mais j’accroche pas ! Surtout qu’il n’y a pas assez de nourriture. Et que les musaraignes ont un goût infect dans les environs… J’aime bien les musaraignes, hein. Mais pas ici. Ce n’est pas parce que je suis une chouette que je n’ai aucun goût…)

- Reste là.

J’hésite un instant, et, sans lui laisser le temps de répondre, je me transforme. Et m’élance dans le ciel.
Le vent sur mon plumage. Mes ailes qui battent dans les airs, sans trop de brusquerie. Ma blessure me fait un peu mal, mais ce n’est rien. J’évite d’y penser. Ce n’est que quelques minutes. J’ai déjà vécu pire. Je tourne quelques instants au-dessus de la cime des arbres. Observant autour de moi. Notant. Tout. Repérant, au loin, les habitations d’un village. Ressentant chaque courant d’air, profitant de celui-ci, ascendant, pour me maintenir sans difficulté dans les airs. Un hululement désapprobateur m’échappe lorsque j’entends le tir d’un fusil, plus loin dans les bois. Encore eux. Des chasseurs. Ils m’énervent.
Je me laisse redescendre en planant, avant d’atterrir au pied d’un arbre, près de là où j’ai laissé le missionnaire. Je me retransforme ensuite, masse mon coude. J’ai hésité à revenir. Mais dans son cas, j’aurais bien aimé ne pas être abandonné… Dites que je suis masochiste, ça ira très bien. Ou bonne poire. Sûrement des deux.

- Par-là, j’indique en pointant une direction. Plusieurs kilomètres plus bas. C’est un petit village. Mais les gens sont accueillants. Enfin. La plupart.

Mes yeux se détournent. Je me sens bête.

- … C’est quoi ton nom ?


HRP : Nao parle. Oh mon dieu, Nao parle !

Voir le profil de l'utilisateur



Renzo
Messages : 1283
Localisation : Dans la merde jusqu'au cou... Mais genre vraiment.
Loisirs : Border Ersh avant qu'il se couche
Humeur : Comme une souris asthmatique devant un tigre, haha !
avatar
Renzo Layne

Personnage...
Pouvoir: Primordial et complémentaire, la grande classe pas vrai ?
Dieu: Ershkigal
Age: 380 cette année, ça se fête non ?!
Lun 22 Sep - 20:38
HRP : Désolééééé du big retard >.< Le post était prêt en plus quoi T-T

Je retiens ma respiration quelques secondes, me demandant s'il va accepter mon aide ou fuir à toutes jambes. D'un point du vue purement pratique, c'est rare qu'on fasse confiance un zombie, d'autant plus quand il en a l'apparence et l'âge. Certes, je n'ai pas la chair en décomposition et les yeux qui tombent des orbites que je dois chercher à quatre pattes par terre, mais je l'ai été ! Pas en si mauvais état, mais je peux vous assurer que la décomposition c'est pas ce que l'homme réussi le mieux. D'ailleurs, je préviens ceux qui sont très portés sur l'apparence que ce n'est pas la peine d'emmener votre maquillage dans la tombe, il faut mieux se concentrer sur les membres qui ne font pas parti du tronc, genre bras, ce sont eux qui perdent leur enveloppe charnelle le plus tôt.
Enfin, au bout de quelques secondes de suspense, il semble décider que je ne sens pas le cadavre et se détend un peu -contrairement à moi qui me crispe, de peur de faire encore un pas de travers. Il m'assure que ce n'est qu'une éraflure, que ça arrive quand on est maladroit. Ha oui c'est vrai, quand on est vivant et qu'on se blesse et bien on ne guérit pas instantanément... Peut-être que c'est un peu pour ça que je suis anxieux quand je vois quelqu'un se faire mal devant moi, ça fait tellement longtemps que je n'ai plus de sensations que j'ai oublié qu'est ce qui est grave... On pourrait pensé que je relativise tout parce que ça m'arrive assez couramment de perdre mes membres mais pas tellement en fait...
Mais si il dit que ça va... C'est que ça doit aller. Je suppose. J'espère juste qu'il ne minimise pas pour que je me casse vite fait... Par contre, il a l'air plus intéressé qu'il n'y paraît par l'histoire des pouvoirs, ce qui m'étonne un peu. Quoique. Il y a une telle multitude de pouvoirs que ça ne paraît finalement pas si surprenant. Et je lui expliquerai volontiers le mien s'il ne risquait pas de le faire fuir en deux ou trois mouvements...
Il ne me laisse pas le temps de répondre et s'élance, déployant ses ailes et son plumage magnifique -bien qu'on ne déploie pas un plumage mais vous avez saisi le concept-, pour aller chercher un village. Je veux le retenir mais n'arrive qu'à un « attends » désespéré et pas du tout convainquant. Je m'assois par terre et commence à jouer avec les cailloux. Ouais ben ouais hein, une chouette en plein jour... Tu m'étonnes qu'il soit effrayé, c'est farouche ces bêtes là, et discret d'habitude. Y'a pas vraiment de chance qu'il revienne alors je vais rester là et... Ben... Je suppose que dans dix ans je serai retourné à la Congré ! Ça fera les beaux jours à Steek et puis je serai accueilli comme Ulysse, je suppose... En fait c'est cool comme idée !
Je commence à inventer un jeu tout à fait inintéressant où le but est de dégommer des cailloux avec des autres cailloux pour les tailler en diverses formes -ce qui se révèle assez inefficace d'ailleurs- quand je sens à nouveau une aura s'approcher. Je me relève et ne tarde pas à voir la chouette de retour, se transformer à nouveau en humain. C'est impressionnant, une transformation de Créanne je vous jure. Vous devriez voir ça c'est très beau. Sauf quand elle rêve de vous égorger, certes. Mais là j'ai de la chance, c'est un pacifiste !
Il m'indique la direction d'un village et je dois faire une tête de réveillé au milieu de la nuit pendant presque trente secondes. Il me demande ensuite mon nom, et je reste dans la même inactivité cérébrale, avant de secouer la tête d'un air débile.

_ Heu... Village, prénom, ok... Prénom ? Ha oui pardon, je m'appelle Renzo Layne, je suis un émissaire de... Ouais d'un Dieu, on s'en fout du quel !

Youplaaaa, erreur évitée. Non parce qu'attendez s je lui avait dit il m'aurait encore pris pour un ange de la mort qui vient lui annoncer la fin de sa vie et tout... Oui, je l'ai déjà fait, et alors ? Maintenant j'ai changé de job, je suis Gardien de portes pour empêcher les créannes de passer ! Un truc que je devrai pas lui dire non plus d'ailleurs...
Je me frotte les cheveux d'un air gêné. Franchement je suis un peu nul, me perdre comme ça parce que j'ai essayé d'utiliser mes pouvoirs... C'est un peu naze. Surtout au bout de 400 ans...

_ Merci pour le village au fait ! J'ai cru que tu reviendrai pas, c'est pour ça que j'ai été surpris, désolé... Mais bon, comme la bonne entente entre mes missionnaires et les créannes sont pas vraiment au goût du jour...

Génial, part sur une note positive pour entamer le débat... Bon, faut bien que je lui rende la pareille maintenant, je lui suis redevable n'empêche ! Je m'y serai retrouvé certes, mais vu le temps que ça aurait pris...

_ Comme tu m'as aidé, je t'en dois une  ! Si tu veux prendre un café au village, ou je sais pas moi... Mais avant quand même, ça te dérangerait de m'accompagner ? Non parce que j'ai un sens de l'orientation... un peu pourri. Un peu beaucoup en fait.

Youpi, là je devrait carrément le loger et l'habiller si je veux pouvoir le remercier... Enfin on verra ! Ca se trouve il va me demander de lui attraper des mulots... Ou des lapins roses.
Voir le profil de l'utilisateur



Nao
Messages : 477
Localisation : Entre ciel et terre.
Loisirs : Me nourrir d'étoiles.
Humeur : Douce, mais déterminée.
avatar
Nao

Personnage...
Pouvoir: Tu veux vraiment voir ?
Dieu: Nanna
Age: Très vieux.
Dim 12 Oct - 20:42

Fuir ou l’aider ? La question tourne un instant. Elle virevolte avec l’aisance d’un oiseau de proie dans les maigres cloisons de mon esprit. Avant de s’effacer brusquement. Un simple mirage – ou bien une volute de fumée ? Qui disparaît dans l’atmosphère. Dans l’air lourd de cette après-midi d’été. Toujours trop ensoleillée. J’avoue préférer trouver un coin d’ombre. Reposer mes yeux sensibles à la lumière. Pas que je ne l’aime pas, mais avouons que c’est mieux. Pour un oiseau nocturne, je veux dire. On dirait un de ces humains qui s’enferment dans leurs chambres. Qui ferment leurs volets. On se moque d’eux en disant que ce sont des vampires. Des asociaux. Au final, c’est un peu mon cas aussi. Sauf que ma chambre est un terrain immense, et que mes volets ne sont que des feuilles. De simples feuilles. Ah… Je n’ai pas non plus hâte d’être en hiver.
Trop repérable sur le blanc de la neige…
Décidant que perdre du temps serait inutile, je m’envole et fais ma ronde. Puis atterris à nouveau. Je lui donne mes informations, puis attends. Un petit moment, à vrai dire. Il me fixe sans rien dire, l’air amorphe. Complètement amorphe. Dites voir, il est mort ? Pas qu’il n’en ait pas déjà l’air. Mais bon. Là, c’est encore pire. Et carrément plus flippant. D’autant que son regard vide – carrément vitreux en fait – n’aide en rien. Enfin bon. Je lui laisse le temps de se remettre. Penche un peu la tête sur le côté – vieille habitude qui ne me quittera pas, je crois bien. Il finit par reprendre la parole, bute sur ses mots. Remet son cerveau en marche. Soit. Je sais que c’est dur, mais bon, là, on est en plein milieu d’aprem’. C’est pas le moment de dormir debout, non ? Ni l’endroit, d’ailleurs… (Il ne m’a pas dit qu’il était perdu ?)
Renzo Layne. Plus par désintérêt que par réelle ignorance, je ne cherche même pas à savoir de quelle origine est son nom. Honnêtement, ça n’a pas grand intérêt. D’autant qu’il est effectivement un missionnaire. (Une petite voix tout au fond de moi note tout de même l’utilisation du terme « émissaire », qui n’est pas pour me plaire. Mais s’il avait réellement voulu m’attaquer, il l’aurait fait… Pas vrai ?) Et les missionnaires, bien qu’ils viennent de différents pays, sont tous plus ou moins liés à Sumer. De ce que j’ai compris, depuis le temps. Pas que j’ai absolument cherché à me renseigner. Mais c’est bien de savoir de quoi on est issu tout de même. ‘fin, ça fait moins clodo qui débarque. Non ?
Je hausse les épaules lorsqu’il me remercie. Il n’a pas tellement tort. Enfin il a l’air d’un peu s’en foutre que je sois une créanne. Ce qui m’enchante tout particulièrement. (Évidemment, je suis enchanté. Ça se voit parfaitement sur mon visage inexpressif, m’voyez ? Sans blague…) D’ailleurs, faudrait qu’on m’explique pourquoi, un jour. Moi, je m’en fous un peu. En même temps, c’est pas étonnant je pense. Mais bon. Quand je vois certains de mes congénères, ça me fait parfois me demander si ce n’est pas moi qui suis anormal. Enfin. Faut dire que je suis pas spécialement dans les normes, de base. Suffit de voir la tête. Les cheveux. Les yeux. Et le comportement, ensuite.

- Je comprends. C’est pas grave. J’avoue avoir hésité à revenir, moi aussi, je lâche d’une voix neutre, le visage parfaitement lisse.

Bon. Peut-être que je ne devrais pas être si sincère. Et que je ne devrais pas prendre un air si blasé en le lui disant. (Je pensais que ça allait le rassurer en fait, mais ça donnait pas la même chose dans ma tête…) C’est pas très cool d’entendre un type te dire « Ouais, pendant trois secondes, j’ai pensé à te laisser crever là pendant des jours. Au fait, bon courage pour retrouver ton chemin, hein ! »… J’ai beau ne pas être souvent en communauté, j’ai tout de même quelques notions de politesse. Il ne faut pas abuser, non plus. Parler de manière courtoise, essayer de ne pas aborder les sujets qui fâchent… Éviter de dire de manière trop directe ce que l’on pense. Bon, je le sais. Mais ça ne veut pas dire que j’y pense constamment. Il ne faut pas trop m’en vouloir pour ça.

- Je t’accompagnerai. Mais pas besoin d’un café, ou autre. Ça me gêne pas. Sinon je le ferais pas.

Je fonctionne de manière assez simple, je crois. J’aime, je n’aime pas. Je fais confiance, je ne fais pas confiance. Et parfois, quand je laisse le reste prendre le dessus, je m’en fous. Tout simplement. Ça peut sembler bizarre. Mais il arrive parfois un point où je n’ai pas la foi de me prendre la tête.
Lentement, je m’étire. Puis désigne la direction du village de la tête.

- Viens, on y va. C’est pas tout proche, donc autant y aller maintenant.

Nous entamons le chemin dans le silence le plus complet, pour ma part. Les oreilles tendues, j’essaie de me remémorer le chemin le plus rapide. Tout en essayant de ne pas croiser le chemin de ces maudits chasseurs. Ils me mettent mal à l’aise, avec leurs blagues foireuses. Le pire, c’est qu’ils se croient drôles…

- D’où est-ce que tu viens ? je demande finalement, mal à l’aise.

Il paraît que c’est bien, de se sociabiliser. De chercher à en apprendre plus sur les autres. Huan dirait que ça les met en confiance, en général. Même si je parie que certains auront la réaction opposée. C’est vraiment dommage qu’il n’existe pas de code universel de socialisation, quand même…

- La manière dont tu es arrivé… C’est avec tes pouvoirs ? Ça a l’air… Bizarre. Je trouve, je rajoute, histoire qu’il ne le prenne pas mal.

Voir le profil de l'utilisateur



Renzo
Messages : 1283
Localisation : Dans la merde jusqu'au cou... Mais genre vraiment.
Loisirs : Border Ersh avant qu'il se couche
Humeur : Comme une souris asthmatique devant un tigre, haha !
avatar
Renzo Layne

Personnage...
Pouvoir: Primordial et complémentaire, la grande classe pas vrai ?
Dieu: Ershkigal
Age: 380 cette année, ça se fête non ?!
Dim 2 Nov - 21:32
Ce mec est d'une flegme j'avais jamais vu ça.
Enfin, j'avais jamais vu ça autrement que sur moi quoi. A vrai dire, j'ai jamais vu une créanne aussi désintéressée devant un potentiel ennemi. Heureusement que je suis pas sanguin d'ailleurs, sinon j'aurai sûrement pas apprécié la façon dont il me parle et me regarde, l'air de me signifier qu'il en a complètement mais alors vraiment rien à foutre. D'ailleurs je dois avouer que la façon dont il m'annonce qu'il avait pas particulièrement prévu de revenir est pas des plus rassurantes. Bizarrement, son ton ne tolère aucune remise en question, il me dit qu'il a pensé à me laisser tomber de la même façon qu'on demande à une vendeuse où sont les boîtes de conserves. On va dire que mon charisme légendaire a fait le travail à ma place...
Blasé et sincère à la fois. Je dois dire que je suis mitigé. Est ce que je dois sauter de joie de rencontrer un miroir humain ou si je dois flippe que nos faciès se ressemblent autant en cet instant. Allez smile Ren ! Fais ton mec sociable et ça va passer, t'auras l'air le moins paumé des deux... Encore faut-il que j'ai le temps de répondre. Parce que la rapidité ça a jamais vraiment été mon truc. Mais ça je crois que vous commencez à le comprendre...
Il refuse mon café. Il doit pas aimer le café, j'aurai du tenter le thé, il a plus une tête à aimer le thé. Vous trouvez pas ? Moi je préfère le thé. Le café c'est de la grosse arnaque, on vous fait croire que ça maintient éveillé, que dalle ouais ! Le thé sans sucre évidemment. Je suis un puriste. Comment ça de toutes façons j'ai plus de palais ?! Et alors ? J'ai pas le droit d'aimer le thé juste à l'odeur ? D'accord, j’admets que je sens pas les odeurs non plus. Mais le thé ça a meilleure gueule. Avec le café on sait pas ce qu'ils foutent dedans. Ils pourraient me faire avaler du mazout que je verrais pas la différence. Pourquoi je parle de ça déjà ?
Ça me rassure que ma présence le saoule pas déjà. Il a l'air de fonctionner assez simplement, ça me plaît. Ça me donne aussi envie d'en savoir plus quelque part. Je suis curieux. Pas très patient aussi. Ça m'a souvent porté préjudice d'ailleurs. Parce qu'il y a des choses qui sont dures à accepter dans un temps trop court, et que je suis toujours pressé d'en savoir plus. J'aime pas le suspense. D'ailleurs si j'avais du entrer en conflit avec lui, je crois que j'aurai lancé moi même la première attaque. Les gens associent parfois ça à de la stupidité, moi je trouve que c'est un bon moyen de comprendre les motivations de son adversaire. Parce que j'apprécie pas particulièrement le combat non plus. Mais j'ai pas bientôt fini de parler de moi oui ?!
Il m'indique donc le chemin à suivre, disant qu'au final c'est pas tout proche. Je suis tenté de lui répondre sur le ton de la rigolade qu'on pourrait courir étant donné que je m'épuise pas, mais j'ai pas envie de lui faire peur en lui disant que je suis immortel. Du coup je ferme ma grande gueule, l'observant.
Il a l'air vachement habitué à la vie dans la nature. Pas très à l'aise avec son corps humain d'ailleurs. C'est sa manière de se déplacer qui me l'indique, à la fois souple et adaptée mais sans réelle notion des distances. Ça doit être parce que son corps de chouette est plus petit. D'ailleurs il se déplace comme un animal. Il est attentif de la même façon que les animaux aussi. Vous savez, ils lèvent les yeux, attendent et retiennent leur respiration, et si quelque chose leur paraît suspect, il ne leur faut que quelques secondes pour disparaître. Il est super silencieux. J'ose pas briser le silence, de peur de dire une connerie (ce qui, on admettra, m'arrive quand même souvent).
Il me demande d'où je viens. La question me surprends un peu, je l'avoue. Parce que c'est censé être moi le plus sociable des deux ? On peut pas vraiment dire que mes tentatives aient vraiment porté leurs fruits non plus, j'admets... Je me frotte l'arrière de la tête. D'où je viens ? Bonne question. D'il y a longtemps ? Des Enfers ? De la Congrégation ? Je ne pense pas que l'endroit où on va défini celui où on va. Enfin j'espère pas sinon ça me ferait un futur plutôt compliqué...

_ D'où je viens dans l'immédiat ou ma nationalité ? Je suis américain, à la base. Maintenant je suppose que je suis en parti suédois... Sinon je débarque tout droit tout frais de la Congré...

Tout droit, certes. Tout frais je suis moins sûr, faudrait voir quelle est la date de péremption d'un humain... Je vous l'avais dit que j'étais rassurant. Ouais, repartons sur un autre sujet hein...

_ Et toi, tu viens d'où ? Attends, je connais même pas ton nom en fait...

Bah vas y, demande lui aussi ce qu'il a fait sur les trois cent dernières années que tu ailles causer à ses potes ! Franchement je suis un peu con parfois... J'ai tendance à oublier mes ennemis quand ils ne me sautent pas dessus (la formulation est maladroite, voir carrément orientée il n'en est rien je vous rassure).
Il me lance ensuite sur mes pouvoirs et je serre légèrement les lèvres. En même temps, le contraire aurait été étonnant vu mon arrivée théâtrale... Maudissons ensemble mon peu de classe naturelle.

_ Ha, ça... Ouais, c'est une partie de mes pouvoirs... Pas vraiment faits pour être utilisés en plein jour en fait, ça passe mieux la nuit. Et c'est plus précis aussi. Bref là c'était un test un peu foireux, je dois être à, aller... Facilement 500 kilomètres de mon point initial d'arrivée ?

En plus je me sens obligé d'étaler mon incompétence sur les toits quoi, je me sens un peu naze et on dirait que j'aime ça vous avez vu la réputation que ça me fait ? Je soupire. Bon sang qu'est ce que je dois l'ennuyer en vrai !

_ Désolé, j'aime bien parler de moi je crois. Ça va ?


Ok, phrase la plus inutile du monde j'avoue. N'empêche qu'il a l'air d'être raide comme un ressort à force de scruter la forêt. Je me demande si il aurait pas peur de quelque chose... Pire que moi ? Mouais. Peu crédible.
Voir le profil de l'utilisateur



Nao
Messages : 477
Localisation : Entre ciel et terre.
Loisirs : Me nourrir d'étoiles.
Humeur : Douce, mais déterminée.
avatar
Nao

Personnage...
Pouvoir: Tu veux vraiment voir ?
Dieu: Nanna
Age: Très vieux.
Mer 3 Déc - 20:07

Hum. Il a l’air un peu perturbé par mon attitude – ce que je conçois, bien entendu. Je n’ai pas besoin de demander aux autres pour savoir qu’ils me voient comme quelqu’un… d’assez flegmatique. Les trois-quarts du temps, ça m’attire des emmerdes. Parce que je suis incapable de réagir. Je sais même pas pourquoi. Mais parfois, c’est bizarre. Même quand je me dis que je dois me bouger un peu. Tout ça. Ça ne m’aide pas des masses, pourtant. Et ça ne m’étonne pas. Mais j’y peux rien. Ce doit être ancré dans mon être. Probablement. J’ai pas demandé à mon cerveau. C’est lui qui sait, pas moi. J’étire malgré tout un semblant de sourire. Pour répondre au sien. Essayer de lui faire croire que je n’ai pas le visage taillé dans la pierre. Ou le bois. Le bois, plutôt. J’aime mieux le bois que la pierre. Mes serres peuvent s’accrocher dessus plus facilement. Le bruit de griffes sur la pierre est insupportable.
Nous nous enfonçons dans les bois. Je regarde souvent le sol pour ne pas risquer de me prendre les pieds dans une racine. Eviter de me tuer en me rompant le cou, c’est mieux. Tout de même. Il faut bien le dire. La maladresse nous le fait souvent payer. Mais je crois que ça s’améliorera. Au fur et à mesure, comme ça. Difficile de se retenir de balancer les membres, quand ils sont si lourds. De les garder le long du corps. Je dois soit avoir l’air d’un empoté, soit d’un frigide. Ce qui ne serait pas totalement faux dans les deux cas, vous me direz. Tant pis. Je sais aussi qu’il me fixe. Et ça me gêne un peu. Pas que je sois pudique. La pudeur est quelque chose de différent. Pas non plus réellement de la méfiance. Mais j’ai l’impression d’être observé. Comme quand ces types viennent avec leurs jumelles pour regarder les oiseaux. Et s’extasier pendant des heures. Ils ont une de ces patience… mais parfois, c’est aussi amusant, de mon côté. Parce que je peux aussi les voir. Essayer de comprendre. C’est un contact comme un autre avec les hommes, après tout.
Doucement, je me racle la gorge. Décide de lui poser des questions. Je ne suis pas vraiment humain, c’est vrai. Mais j’ai aussi besoin de me socialiser un peu, parfois. Et ça me fera oublier les chasseurs. Qui ne sont toujours pas loin.
Sa réponse me laisse dans le vague quelques secondes, et je le regarde sans rien dire. La « Congré » ? La fameuse Congrégation ? À cette pensée, je pince les lèvres. Les autres créannes ne seraient pas ravies. J’avoue ne pas y avoir pensé avant. Mais les gens avec des pouvoirs viennent tous de là-bas. En général. Ils servent les dieux. Et sont censés être nos ennemis.
Qu’est-ce que ça me blase…

- Nao, je fais simplement. J’m’appelle Nao.

Un sourire un peu vague s’étire sur mes lèvres. Enfin. J’ai eu d’autres noms. Mais c’est celui-là qu’on m’a donné. Je le garderai. Il n’a pas beaucoup de sens. Mais c’est affectif, on va dire. C’est un peu comme ces histoires de dieux, de pouvoirs. Aucune signification pour moi. Mais c’est en moi tout de même. C’est étrange, la vie, hein ! Dieux space…
Lentement, j’acquiesce à ses mots. Je trouve ça assez amusant, à vrai dire. Il a l’air vraiment pas à l’aise avec ses pouvoirs. Mais quelque chose m’intrigue. Il a dit que ça marchait mieux la nuit, c’est ça ? Il serait un émissaire du Dieu lunaire, alors ? Je hausse les épaules et laisse un sourire en coin étirer mes lèvres.

- Je vois ça. À ce niveau-là, c’est même plus simplement foireux… je me moque gentiment. Au moins tu es pas tombé plus vers le sud. Imagine si tu avais fini dans la mer ?

C’est vrai, quoi. Un truc foireux, c’est quand tu voles, que tu vises une branche et que tu LOUPES la branche. Mais 500 km, c’est carrément un cataclysme, là. Faut le faire, quand même…
Cependant, je hausse les épaules lorsqu’il me demande si ça va. Regarde à nouveau autour de moi, comme pour vérifier que personne ne peut nous entendre.

- Oui oui, ça va.

Super répartie. Allez Nao, parle ! Enfin, essaie de parler ?

- C’est rien. J’ai simplement vu des gens tout à l’heure, je continue en levant les yeux vers le ciel, caché par les branchages. J’essaie de les contourner. Mais on les croisera sûrement.

Ces chasseurs, je ne les aime pas. S’ils tuaient simplement des animaux, je m’en méfierais déjà. Là, c’est pire. Ils ont beau savoir que des gens peuvent être dans cette forêt, ils s’en fichent. Parfois ils tirent sans regarder. Y a eu des accidents déjà. Pas nombreux, mais quelques-uns. Ça me suffit. Pas besoin d’en savoir plus.

- Des barbares.

Mes sourcils se froncent. Je continue pourtant à parler d'une voix lente, toujours sans la moindre intonation :

- Faut pas y faire attention, t’inquiète pas. Et ça me dérange pas non plus que tu me parles de toi. C’est intéressant… On a pas beaucoup de compagnie, ici. C'est sympa de connaître comment vivent les autres...

De compagnie humaine. Et même animale, c’est difficile parfois. Tout le monde n’aime pas les chouettes.

- Comment c'est, la "Congré" ? je l'interroge, essayant de reprendre un visage plus sympathique.

Voir le profil de l'utilisateur



Renzo
Messages : 1283
Localisation : Dans la merde jusqu'au cou... Mais genre vraiment.
Loisirs : Border Ersh avant qu'il se couche
Humeur : Comme une souris asthmatique devant un tigre, haha !
avatar
Renzo Layne

Personnage...
Pouvoir: Primordial et complémentaire, la grande classe pas vrai ?
Dieu: Ershkigal
Age: 380 cette année, ça se fête non ?!
Mer 21 Jan - 14:36
HRP : Dire que je voulais faire court c'est raté T-T

Je croise assez rarement des gens silencieux. La plupart du temps c'est plutôt des gamins criards qui ont hâte de m'affronter pour me dépasser, des créannes avides de mon sang qui ne peuvent pas s'empêcher de réciter de grands discours mélodramatiques, le hurlement froid de Steek ou de Ersh ou des deux, des humains trop bavards ou trop curieux... On pourrait croire que ce n'est pas si grave mais au final, ça me laisse bien trop peu d'instants tranquille, pourtant je suis pas super exigent dans le genre. La preuve c'est que là je me sens tranquille du coup je raconte ma vie au lieu de me taire et de profiter du lieu et du silence. Marrant comme je me sens obligé de faire parler mon interlocuteur. A méditer.
Je suis pas non plus comme m'accusent injustement les autres un panier percé incapable de retenir des trucs ou de mesurer leur importance. Disons que je suis plus visionnaire que prudent, et chaque info sortant de ma bouche n'aura pas d'importance capitale dans le futur, enfin je pense pas. J'espère pas. Mon dernier gros accident du style c'était avec Eugène, mais il m'avait bien fait chier et il avait un otage là ça se discute plus. Enfin dans le genre je suis pas non plus con, je sais que Nao peut très bien essayer de m'attendrir pour me soutirer des infos, mais son niveau ne me semble pas procurer une réelle menace (quoique, je sais pas si j'ai le droit de taper sur les gens plus faibles que moi... Attendez, j'enverrai un sms à papa Steek pour lui demander ! Je déconne)
J'essaye de me graver son prénom dans ma tête quand il me le donne. J'ai un peu la mémoire d'un raton laveur rampant mais bon, le but c'est de pas oublier comment il s'appelle avant qu'on se sépare. Nao. 'Tain trop lettre, ça va c'est pas la mort là tu peux retenir ça cervelle de chmoul !
Sa remarque précédente me donne déjà plus de grain à moudre. What ? Geeeenre y'a la mer dans le coin ! Si ? Ho borde, là j'aurai vraiment été mal. Je déteste nager, c'est beaucoup trop lent comme façon de faire ça me saoule, des fois j'aimerai trop avoir des nageoires, ce serait tellement plus pratique !

_ Ben je suppose que je me serai noyé. J'aime pas ça du tout mais bon...

C'est vrai qu'en plus vu le nombre de zones d'ombres dans l'océan ça avait vachement de chances d'arriver... La prochaine fois je réfléchirai à deux fois (LE TRUC que je dis tout le temps et que je fais jamais)
Il me parle ensuite de gens qu'il aimerait éviter, des barbares (what ? Encore une invasion barbare ? Mais attendez, je suis revenu dans le temps ou quoi ?!) mais me dit d'un air pas rassuré du tout qu'il faut pas s'inquiéter avant de sujet. Hm... Des gens qui peuvent faire peur à une créanne c'est plutôt spécial, vu que généralement elles vivent sur leur dos en les possédant. Quoique, Nao a l'air d'être plutôt du genre animal ça doit être pour ça. Je laisse mes sens se balader un peu. Ha oui en effet, y'a des gens (dont un a de sérieux problèmes de santé il est trop vieux il devrait rempiler direct il lui reste deux mois tout au plus. Il doit déjà être sur la liste de Ersh d'ailleurs)
Je reviens à moi (trop fatiguant sérieux ils sont pas encore assez morts pour que je les sente bien... Je pourrais même pas dire combien ils sont mais ils sont humains) et à la conversation, je vois qu'il me regarde. Heu... Quelqu'un a une bande de ce qu'il vient de me demander là ? La... é... Putain l'état de la bande, passe moi ça en mieux ! La Congré. Ok ok c'est bon j'ai tilté, je réponds !

- Heuuuuuuu...

Comment faire constructif phase 1. Maintenant on attaque la phrase construite.

- Ha oui, la Congré ! Heu... Ouais si c'est bien ! Enfin tu penses bien que je peux pas t'en dire trop, désolé, mais c'est un peu la maison des gens perdus, et y'en a pas mal en ce moment. Sinon, c'est des bâtiments, des cours, des trucs classiques quoi, mais je connais pas d'endroits plus sécurisé au monde.

D'ailleurs la protection... De nombreuses créannes ont tenté de me soutirer plus d'infos sur les protections exactes, et la réponse a été simple : j'en sais rien. Je sais pas pourquoi les créannes ne peuvent pas y entrer sauf avec autorisation de Steek, je sais pas pourquoi on peut pas être attaqués, je sais même pas depuis quand ces sécurités existent. Depuis la création de la Congrégation elles semblent évoluer toutes seules. Sûrement un coup des Dieu... Et encore, j'ai d'autres théories. Plus plausibles. Mais passons.
Je m'apprête à continuer mais une détonation se fait entendre tout près et mon corps est poussé vers l'arrière. Je me stabilise, l'esprit en alerte. Je regarde mon ventre. Putain je saigne ?! Une attaque, pourquoi maintenant ?! La balle est expulsée et la plaie se referme. Bordel faut vraiment que je sois plus sur mes gardes en ce moment, c'est quoi ce relâchement à la con là ?!
Un bruit fort de pas dans les herbes se rapproche et je sonde à nouveau l'espace. Tiiiiiens mais qui revoilà ! Notre cher cancéreux, bordel c'est un putain de chasseur. Je range la balle dans ma poche alors qu'il arrive.

- J'ai vu ça l'a touché et... Hein mais qu'est ce que vous foutez là vous ?!
_ Non amis je rêve c'est à moi de dire ça ! Vous pouvez pas faire attention vous avez failli me faire grave peur quoi ! J'ai une tronche de chevreuil peut-être ?!
- Mais... Je suis désolé... Ho mon Dieu mais vous êtes blessé ! Vite Jo, appelle une ambulance pour le gamin !
_ Mais je suis pas bless-
- Allongez vous, votre T-shirt est plein de sang, on va attendre l'arrivée des secours ok ?
- Heuuuu....

Je hausse un sourcil. Merde, le sang, toujours et encore. Je vous disais, pas un instant tranquille.

_ Non mais c'est rien, c'est le piaf que vous avez tué il m'est tombé dessus !
- On a pas visé un piaf... Allongez vous !

Je jette un regard de secours vers Nao. Bordel, ce que les hommes peuvent être collants parfois... (et mais attendez, comment ils veulent qu'une ambulance débarque en pleine forêt en plus ?!)
Voir le profil de l'utilisateur



Nao
Messages : 477
Localisation : Entre ciel et terre.
Loisirs : Me nourrir d'étoiles.
Humeur : Douce, mais déterminée.
avatar
Nao

Personnage...
Pouvoir: Tu veux vraiment voir ?
Dieu: Nanna
Age: Très vieux.
Mer 4 Mar - 1:46

D'accord. J'ai vraiment failli exploser de rire. Enfin. À ma manière, j'entends. Une sorte d'étirement des lèvres. Qui monte un peu vers le haut. Et qui est accompagné d'une sorte de bruit ridicule. Bon. C'est probablement loin de la notion qu'un humain peut avoir d'une explosion de rire. Mais pour moi, c'est déjà pas mal. Les chouettes, ça ne rie pas. Jamais. Ça hulule à longueur de journée. Et parfois, pour la communication, c'est pas top. Quand vous êtes avec les autres surtout. Ils connaissent difficilement autre chose que "Manger" "Ici, un rongeur !" "ATTENTION AIGLE EN VUE" "CHASSEUR" et "Viens me prendre sur une branche haute !"… Bon, j'exagère un peu. Mais vraiment juste un peu. Parce que la majorité des messages, c'est ça. Demander leur chemin, aussi. Parce que c'est bien connu. Les chouettes ont un sens de l'orientation déplorable. Dont j'ai évidemment hérité.
Mais là, normalement, ça devrait aller. Je crois qu'on va dans la bonne direction. Je crois. Pendant un instant, je suis tenté de vérifier. Parce que ça me fout le cafard de me dire que je l'emmène peut-être pas au bon endroit.

- Avec un peu de chance, tu serais tombé sur une créanne marine sympa… Ca arrive.

Oui, ça arrive. À peu près aussi souvent que de tomber sur des créannes sympathiques dans un bistro paumé en pleine campagne. Enfin, vous me direz, il est tombé sur moi. C'est déjà pas trop mal.
Un peu perdu dans mes pensées après ça, il me surprend en me demandant si ça va. Contraint de le rassurer - c'est ce qu'on fait par convention sociale, je crois - je me contente de lui dire que j'ai cru voir des gens que je n'apprécie pas spécialement. Evidemment, j'omets de lui parler des fusils. C'est pas cool, les fusils.
Pour occuper un peu l'espace sonore, je continue à lui poser des questions. Pas spécialement curieux. Du moins c'est ce que j'essaie assez souvent de me faire croire. Peut-être que je parle simplement trop, et qu'il s'en fiche…
Renzo revient à lui et me répond assez vaguement. Un peu déçu, j'acquiesce, cependant compréhensif. Je ne comprends toujours pas cet animosité naturelle de la part des créannes envers les missionnaires. Ni envers les dieux et leurs semblables, au passage. À croire qu'on a été créés pour détester tout le monde. C'est peut-être pas plus mal d'être indifférent, au final… ou seulement blasé. Un peu exaspéré, parfois aussi. Enfin. C'est comme ça, c'est tout. On va pas chercher à comprendre. Les dieux sont probablement tous barges.

- Ca doit être bien d'avoir un endroit où rentrer, je me contente de lâcher, un peu envieux malgré tout.

Soudainement, un coup de feu. Je fais un bond en arrière en manquant de me transformer pour prendre mes ailes à mon cou mais me stoppe net en voyant la tâche écarlate s'étaler sur le haut de mon interlocuteur. Je reste de longues secondes à le fixer. Interdit. Ce qu'il se passe me semble carrément… hors normes.
Je me mets un peu en retrait par rapport à Renzo lorsque les chasseurs débarquent. Mes membres tremblent encore un peu à cause de la frayeur qu'ils viennent de me planquer. Mais plus important, Renzo, à côté, semble aller tout à fait bien. C'est…
… trop bizarre.
Les deux hommes essaient de le faire s'allonger alors qu'il se débat. Ok. Tout. Est. Normal. Son regard désespéré, en demande d'aide, me fait lever les yeux au ciel. Faut qu'on m'explique, là…

- Monsieur, je fais en m'approchant d'un des deux hommes.
- Pas maintenant p'tit ! Faut qu'on s'occupe de l--

Mon pied lui atterrit en plein milieu de la poitrine avant qu'il ne termine sa phrase. Il tombe sur les fesses, sous le choc. C'est pratique, le kung-fu. On va dire que c'était une situation d'urgence. Et qu'il le méritait, hein. Allez, hop, on s'en débarrasse rapidement.

- Mais--
- Là, tu vois, c'est le moment où on discute plus. On court.

Avant que l'autre ne s'en mêle, j'empoigne le bras de Renzo et me met à courir. En espérant qu'il suive, hein. (HRP : Ce serait dommage de lui arracher le bras 8D)
Je manque de m'étaler par terre en trébuchant sur une racine. Mais me reprends comme je peux. Des tonnes et des tonnes de questions se bousculent dans ma tête.
On peut rapidement ralentir l'allure. Les deux hommes ne nous suivent pas. Lorgnant rapidement sur son abdomen, je fais la moue.

- Désolé, j'ai pas trouvé autre chose pour m'en débarrasser. Par contre. Tu m'expliques ce qu'il vient de se passer, là ? T'es sûr que ça va ? C'était... vraiment bizarre.

Flegme, quand tu nous tiens...

Voir le profil de l'utilisateur



Renzo
Messages : 1283
Localisation : Dans la merde jusqu'au cou... Mais genre vraiment.
Loisirs : Border Ersh avant qu'il se couche
Humeur : Comme une souris asthmatique devant un tigre, haha !
avatar
Renzo Layne

Personnage...
Pouvoir: Primordial et complémentaire, la grande classe pas vrai ?
Dieu: Ershkigal
Age: 380 cette année, ça se fête non ?!
Sam 4 Avr - 10:58
HRP : j'ai fait une coupure à un moment pour ne pas avoir à refaire la scène des chasseurs et passer directement à la suite, dis moi si c'est trop bizarre >>


- Avec un peu de chance, tu serais tombé sur une créanne marine sympa… Ça arrive.

Naaaaaan sérieux j'avais jamais pensé à ça c'est du délire ! Genre y'a aussi des Créannes dans l'eau c'est fou comment j'ai pu oublier ça ! C'est vrai qu'elles doivent être hyper tranquilles là dessous, genre y'a aucun Missionnaire qui doit les déranger quoi, la grande vie pour une Créanne ! C'est fou qu'elles aient pas encore toutes migré vers l'Océan en fait... Faudra que je le dise à Nath tiens. Non parce que Steek risque de les chasser à coup de sous-marin nucléaire si il sait ça.
Il sort ensuite une phrase qui me fait tiquer. Un endroit où rentrer. Il l'a dit sans particulièrement d'expression, puisque apparemment il n'est pas très démonstratif, mais je sens dans sa voix une point d'amertume, peut-être d'envie. Parce que oui, c'est vraiment bien d'avoir un endroit où rentrer. Savoir que même si on se foire on peut toujours être accueilli là bas. Ils ont beau tous me martyriser, je sais que s'il m'arrivait quelque chose ils s'en inquiéteraient. Ouais, même Steek, surtout lui en fait. Non pas que ma santé le préoccupe, mais à mon avis il n'apprécierait pas que la donne change si considérablement dans le domaine du divin.
Enfin je ne suis pas là pour expliquer son système de pensée (parce que ouais mine de rien il pense de façon logique même si ça se voit paaaaaaas du tout) et je poursuis juste le chemin, silencieux.


***** intervention des chasseurs *****



La tête de Nao vaut sérieusement le détour. Je vais paraître hyper sadique mais sa mine effrayée et surprise alors qu'il s'appliquait à ne rien montrer depuis tout à l'heure, c'est hyper drôle ! Il doit être dégoûté n'empêche, il pensait sûrement que ça le débarrasserait de moi et ben non ! JE SUIS INCREVABLE WESH ! Bon par contre j'apprécie moins le fait qu'il laisse les chasseurs essayer de me dessaper alors que je me débat sur le sol (AU VIOL PUTAIN). Trop choqué le gamin...
Mais je crois que mes regards ont fini par le persuader de pas fuir, même de m'aider. Regard pas du tout insistant de chien battu, visiblement ça marche j'essayerai avec Ersh plus tard ! Ou pas. C'est que je commence à me raisonner faut pas croire hein ! (après 400 ans d'abrutissement total, voilà ENFIN Renzo ressuscité, le Christ est vivant et intelligent ! AMAZING JESUS)
Nao ne me laisse pas le temps de réagir, il kick littéralement un des vieux et m'attrape par le bras pour se mettre à courir. C'est qu'il a de la force en fait ce gamin, genre il arrive à me traîner sur au moins 5 mètres avant que je me lève c'est dire !
On finit par s'arrêter, de toutes façons c'est pas comme les vieux auraient pu courir avec leur condition physique hein. Je regarde Nao avec un sourire. Il est vraiment maladroit hein ? Il a failli se péter la gueule au moins trois fois en seulement 250 mètres, je veux pas dire mais ça craint un peu.
Il me regarde d'un œil un peu septique. Non carrément septique en fait, comme si je venais de me transformer en extraterrestre sous ses yeux.

- Désolé, j'ai pas trouvé autre chose pour m'en débarrasser. Par contre. Tu m'expliques ce qu'il vient de se passer, là ? T'es sûr que ça va ? C'était... vraiment bizarre.

Je soulève mon T-shirt pour lui montrer ma peau toujours aussi blanche et immaculée, malgré le fait que le T-Shirt lui même soit imbibé de sang. ça fait toujours un drôle d'effet d'ailleurs. Un jour on m'a même demandé quel maquillage j'utilisait pour le ventre (c'était sur un tournage de film ok mais c'était quand même bizarre quand je leur ai répondu que j'utilisais "la mort à mi temps". Ils ont trouvé ça super drôle, pas moi.)
Je baisse mon T-shirt avant qu'il me prenne pour un pédophile et souris d'un air qui se veut rassurant.

_ Hey panique pas ça va ! C'est normal c'est mon pouvoir, il est un peu chelou... Nan complètement bizarre c'est vrai mais ça fait pas mal et ça guérit tout seul. Ca fait le même effet que si tu m'arrachais un bras... Ou me pinçais. Je suis un Missionnaire de la Mort, t'sais !

Je ricane de ma propre blague. Je suis pas vous mais je kiffe mes exemples. Histoire de bien faire flipper le monde... Je hausse les épaules et regarde autour de nous, l'air de rien (et un peu perdu quand même, vous voulez pas connaître mon sens de l'orientation).

_ Bon du coup c'est par où maintenant ?

On parie n'importe quoi que dans deux minutes il me repose une question sur mon pouvoir. C'est pas que j'aime pas attirer l'attention hein, juste que je sais pas mentir. Alors si il commence à me poser des questions je risque de déballer ma vie.
"Alors oui Ersh tu vois c'est mon Dieu, un sacré salopard mais pas si méchant des fois il me fait des câlins ! Bon pas souvent et puis ça fait un peu pédophile mais voilà..."
Voir le profil de l'utilisateur



Nao
Messages : 477
Localisation : Entre ciel et terre.
Loisirs : Me nourrir d'étoiles.
Humeur : Douce, mais déterminée.
avatar
Nao

Personnage...
Pouvoir: Tu veux vraiment voir ?
Dieu: Nanna
Age: Très vieux.
Ven 10 Avr - 20:00

Parfois j'ai l'impression d'être un petit peu à la ramasse. C'est pas qu'il se passe toujours des trucs bizarres, c'est pas vrai. Après tout, je suis une chouette-homme. Une créanne blasée, lassée de tout. Ou presque tout. Surtout lassée de la vie, en fait. Lassée des dieux. Alors des trucs bizarres, j'en ai vus. J'en ai faits, aussi. Mais là, ça dépasse tout de même tout ce que je pouvais imaginer. Voir de l'auto-guérison - auto-régénération, en réalité. Un trait d'intérêt me fait pencher la tête sur le côté, alors que j'observe le ventre de Renzo. Trop bizarre. Et fascinant, quelque part. Je ne savais pas que ça pouvait exister. Un missionnaire de la mort ? Je me doutais qu'il y avait un dieu de la mort quelque part, évidemment. Il y a un dieu de la lune, du soleil, et de plein de trucs, alors je vois pas pourquoi il n'y aurait pas de dieu de la mort. Mais savoir qu'il employait aussi des humains me paraît... un peu étrange, à vrai dire. Carrément hors norme, je devrais plutôt dire. Est-ce que ça veut dire qu'il est immortel, ou quelque chose comme ça ? Il semblerait bien.
Je le plains un peu. Ce doit être horrible. Déjà moi, qui suis une créanne, je trouve le temps long. Mais c'est parce que j'ai du mal à trouver des choses qui m'amusent réellement. Difficile quand on est blasé de nature, hein. Puis. Quand on y repense. S'il ne sent pas la douleur, ça veut dire qu'il ne sent rien du tout ? Ou alors ce sont juste ses récepteurs nociceptifs qui sont altérés ? (Oui, bon, je me cultive un peu. Faut pas croire, je sais lire. Et je lis même beaucoup. Quand je m'ennuie. C'est à dire souvent.) Si c'est la totalité des sensations... alors c'est vraiment moche. Mais alors vraiment, vraiment très moche. Pauvre gars. Son dieu doit pas beaucoup l'aimer pour lui imposer ça. Enfin j'dis ça mais j'en sais rien...

- C'est trop bizarre... je continue en faisant la moue, préférant ne pas m'imaginer lui arracher le bras. Mais tu sens vraiment rien du tout ? J'ai du mal à imaginer.

Il baisse son t-shirt et fait comme si de rien n'était. Genre comme s'il ne venait pas de se prendre un tir de fusil dans le ventre. C'est inhumain, comme pouvoir, sérieusement...
Je hausse les épaules et regarde autour de moi. Avec ces bêtise, j'ai perdu tout repère.

- Hm... Attends quelques secondes.

Je relève les yeux vers le ciel, plisse un peu le nez. Essaie de retrouver le soleil, puis désigne une direction.

- Par ici.

Un silence s'installe, quelques secondes. Je fais la moue.

- Vous êtes beaucoup avec ce pouvoir ? Ca risque de faire l'armée des zombies sinon, ce serait un peu flippant.

Quoique. Ils pourraient dominer le monde.
...
Bah quoi ?

- Euh. Désolé. C'est un peu débile comme question, réponds pas en fait...

Parfois j'oublie qu'on est censé être ennemis. Mais je comprends pas bien, en fait. Pourquoi on est censé être hostiles les uns envers les autres. C'est peut-être parce que je capte rien à tout ça que j'ai autant de mal à me faire à la présence des autres créannes. Enfin bon. Vous mes direz, j'ai même mal avec les humains. Et les missionnaires. Tout le monde. Alors franchement. Je crois qu'il faut arrêter de chercher midi à quatorze heures : je suis juste asocial.

- Tu vas rentrer comment, au passage ?



HRP : T'inquièèète xD Par contre j'espère que ça te dérange pas, j'ai fait vachement plus court que toi :( Et c'est grave nul...

Voir le profil de l'utilisateur



Renzo
Messages : 1283
Localisation : Dans la merde jusqu'au cou... Mais genre vraiment.
Loisirs : Border Ersh avant qu'il se couche
Humeur : Comme une souris asthmatique devant un tigre, haha !
avatar
Renzo Layne

Personnage...
Pouvoir: Primordial et complémentaire, la grande classe pas vrai ?
Dieu: Ershkigal
Age: 380 cette année, ça se fête non ?!
Mar 30 Juin - 17:03
C'est marrant, ils ont toujours cette question. Celle du ça fait mal ? Non, je t'ai dit. Mais, comment tu peux rien ressentir ? Ben mes nerfs sont hors services. Mon cerveau aussi d'ailleurs. Mon cœur aussi. Donc ça fait pas mal. Pourtant les Créannes aussi on une notion d'abstraction liée à leur "forme matérielle"... Après tout elles en ont deux, déjà de base c'est bizarre. C'est comme si je lui demandais si ça le fait souffrir de changer de forme. Il saurait sûrement pas, ça se décrit pas, c'est comme ça, au bout d'un moment on y pense plu. Si ça fait bizarre quand y'a un os qui craque ? Je sais pas, c'est normal. Bon ok non c'est pas normal, mais on s'y habitue !
Je hausse les épaules, vérifiant encore les alentours.

_ Essaye pas d'imaginer, c'est rigolo deux minutes mais c'est pas agréable. Et puis c'est plutôt pratique quand la plupart des gens que tu rencontres veulent te décapiter... Sympa nan ?

Je fais un sourire benêt. J'ai pas l'habitude de remonter le moral des gens, pas ma faute. Enfin avec un Missionnaire ça marche, je suppose qu'ils doivent pas rencontrer un gars avec une pire vie qu'eux tous les jours. Mais sérieusement, ça veut dire que mon humour est destiné à rester dans le cercle fermé des serviteurs de Dieux ? Ha c'est moche ça, moi qui pensais faire une carrière de comique...
Je suis content de voir au moins qu'il n'a pas perdu le chemin. Non parce que c'est pas avec mon sens de l'orientation qu'on s'y seraient retrouvé, vous voyez les aiguilles qui servent à se repérer ? Ben chez moi elles se baladent encore mon cerveau et la plante de mes pieds, pas très organisé donc. Il me montre une direction, que je suis sans même me poser de questions. J'accorde pas trop facilement ma confiance c'est faux ! J'ai juste un don pour sentir les emmerdeurs, et lui a pas l'air d'en être un.

- Vous êtes beaucoup avec ce pouvoir ? Ça risque de faire l'armée des zombies sinon, ce serait un peu flippant.

Je commence à me marrer. Bordel, si on était plusieurs ce serait vraiment la merde en fait ! Bon ce serait plus pratique aux Enfers, parfois je suis un peu juste avec Sheeva et Baal (quand ils s'y mettent en même temps) mais sur terre... J'en connais des êtres divins qui s'arracheraient les cheveux. Genre Ina, c'est elle qui en a le plus, c'est pas une grosse perte ! Nan je déconne, je pensais plus à Enki, mais il a tellement de raisons de se les arracher que je m'étonne qu'il soit pas encore chauve... Il doit avoir un très bon coiffeur.
Je balaye son excuse de réponse. Non parce que c'est rigolo, j'y avais jamais pensé ! Avoir un pote Missionnaire de Ersh ? J'vous parie n'importe quoi qu'il m'aimerait pas ou que je devrais me charger de le former. "Tu vois le gros chat là ? Ouais, ben c'ets un méchant, il veux te bouffer. Le tuer ? Nan cherche pas, tu pourras pas, si tu survis on en reparlera. Voilà, et si tu trouves le moyen de le tuer ben tu devras pas, c'est le bras droit de Ersh. Oui il s'entoure de ses pires ennemis. Et encore, t'as pas vu les 4 autres généraux, attends que je te les présente, à côté tu vas trouver que Sheeva c'est la récréation, lui au moins il mange pas les yeux !"
Hardcore.

_ Nan t'inquiète ! C'est peut-être pas sympa dit comme ça mais tu me fais pas peur, alors bon... Je suis tout seul. Heureusement, t'imagines si y'en avait d'autres au destin aussi pourri ? On ferait une dépression groupée haha ! En plus quand on mord les gens ils deviennent comme nous ! Nan je déconne.

Je lui file une tape dans le dos avant qu'il n'ait le temps de flipper sa race. Je sais qu'il aurait flippé. Je sais pas pourquoi, mais en fait il est drôle. Si il croit vraiment tout ce que je lui dit, on peut facilement en faire quelque chose... Ouais nan, Jake apprécierait pas, il me dirait que c'est pas moral ou un truc du genre. Pfff, rabat joie.
Il me demande comment j'ai l'intention de rentrer, alors qu'on aperçoit déjà au loin les toits du village. Je penche la tête.

_ Hm je sais pas trop. Sois je retente un passage de nuit, ça devrait être plus facile, soit je prends le bus ou autre, doit bien y avoir des bus même ici ! Au pire, j'irai faire coucou aux baleines !

Je lui fais un sourire (mais siii tu te souviens c'est de ça qu'on parlait tout à l'heure, de baleines ! Non c'est pas bizarre !) et passe devant. Il a dit qu'il voulait pas de café mais je suis sûr que je peux quand même lui offrir un truc non ? Ho attendez !

_ Ok t'es pas pour le café, mais je peux t'offrir un truc à bouffer quand même ? Enfin s'il te plait me demande pas d'attraper un mulot je saurais pas. Quoique ! Tu as faim ?

Je me vois déjà en train de sauter partout dans la forêt à la recherche d'une souris. Cool, cool tes idées man. Et puis sérieux c'est quoi ces questions, on dirait un vieux couple marié. C'est l'effet chouette c'est ça ?
Ok elle était nulle...
Voir le profil de l'utilisateur



Nao
Messages : 477
Localisation : Entre ciel et terre.
Loisirs : Me nourrir d'étoiles.
Humeur : Douce, mais déterminée.
avatar
Nao

Personnage...
Pouvoir: Tu veux vraiment voir ?
Dieu: Nanna
Age: Très vieux.
Jeu 6 Aoû - 15:21

Renzo me semble un peu dépité. En même temps. Il faut le comprendre. Ça doit être chiant d'entendre les mêmes questions. Toujours les mêmes, rabâchées à longueur de journée. Je me contente alors d'acquiescer. D'esquisser ce qu'il semble être un sourire embarrassé. Évidemment. Ce n'est pas très agréable. On pourrait un peu dire la même chose pour nous. On ne le fait pas – ou plutôt, certains le font. Mais c'est plus de la curiosité, de l'intérêt, que de l'inquiétude.

- "Sympa", je ne sais pas, je m'amuse doucement. Mais au moins, tu es protégé, en quelques sortes.

Nous, nous n'avons pas grand-chose pour nous défendre. Ce pouvoir de possession que je n'aime pas. Mes griffes et mon bec. Mes bras et mes jambes, maladroits, patauds. Pas que je n'aime pas ma forme humaine. Mais elle est différente. Trop peu libre de ses mouvements. Devoir être bloqué au sol, tout le temps… c'est un peu agaçant.

Il me faut un moment pour me repérer, mais le soleil m'aide à retrouver notre trajectoire. Il faudra peut-être bifurquer à un moment donné, mais peu importe. Pour le moment, la direction est toujours plus ou moins la même. J'essaie de relancer un peu la discussion pour que notre duo ne soit pas enfermé dans un silence embarrassé, et surtout embarrassant. Sa répartie me tire une légère moue. Puis un demi sourire. Avant que mes yeux ne s'ouvrent grands comme des soucoupes. Sa tape dans le dos me fait perdre à demi l'équilibre. Boulet.

- Eh, dis pas ça. Je serais capable de te croire, je soupire, un peu exaspéré par ma crédulité. Par contre, j'avoue que je ne sais pas vraiment comment le prendre. Le fait que tu n'aies pas peur de moi, je rajoute avec un sourire en coin. C'est un peu vexant. Mais bon, je suis lucide.

Qui pourrait avoir peur de moi, sincèrement ? J'ai pas la tête de l'emploi. Pas de motivation à rien. Au fond, je suis quoi, à part une coquille vide ? Juste une créanne, mi-homme, mi-chouette, qui ne sait pas ce qu'il fout de sa misérable et triste vie bicentenaire. Un peu désopilant.

Lorsque je l'interroge sur la manière qu'il utilisera pour rentrer à la Congrégation, j'incline la tête. De nuit… ou un bus ? Un rire m'échappe. Genre le rire moqueur, cette fois, que j'ai pas réussi à contenir.

- Des bus ? Tu te fiches de moi ? On est dans le pire trou paumé du monde, ici. C'est pas pour rien que je m'y terre, tu sais. Sinon je serais ailleurs. Dans un autre coin perdu.

Un sourire en coin. Ils sont marrants, ces humains. Toujours à la recherche de la civilisation avancée là où les habitants vivent simplement. Il y a bien des cars scolaires, mais ce sont de vieux bouis-bouis qui ramassent les gosses des villages à côté le matin pour les emmener à la ville la plus proche. Autant dire que c'est un peu compliqué de se déplacer.

- Mais sinon, il y a les baleines, en effet…

Lentement, je secoue la tête à sa proposition. C'est un peu embarrassant, l'insistance avec laquelle il me demande un moyen de me remercier.

- Pas de souci, je me débrouillerai. Ça ne me gêne pas. De toute manière, tu ne peux pas être meilleur chasseur de mulot que moi. Je te montrerais bien, mais vu le boucan qu'on fait, il ne doit plus y en avoir dans les environs.

Sourire amusé. Ouais, je me fous un peu de sa gueule. Avec ma tête de blasé habituel ça doit pas être simple à comprendre. Ahh… vive le manque d'expressivité, je vous dis.

Pendant que nous parlons, j'aperçois non loin un petit sentier, probablement celui duquel se sont éloignés les chasseurs tout à l'heure.

- Tu vois, on est presque arrivés. Je t'accompagne jusqu'à l'entrée du village, elle doit être au bout du sentier je pense. Mais j'aimerais éviter d'aller au-delà.

Non. Je ne suis pas peureux. C'est juste… de la prudence. Voilà tout.

Voir le profil de l'utilisateur



Renzo
Messages : 1283
Localisation : Dans la merde jusqu'au cou... Mais genre vraiment.
Loisirs : Border Ersh avant qu'il se couche
Humeur : Comme une souris asthmatique devant un tigre, haha !
avatar
Renzo Layne

Personnage...
Pouvoir: Primordial et complémentaire, la grande classe pas vrai ?
Dieu: Ershkigal
Age: 380 cette année, ça se fête non ?!
Mer 12 Aoû - 11:53
HRP : On y aura mis le temps mais c'est FAIT *^* Héhé, j'ai hâte de voir ce que va devenir Nao...


Houla, je savais pas qu'une si petite tape pouvait faire vaciller un mec aussi grand. Oui parce qu'il est plus grand que moi bien sûr, je suis pas particulièrement géant comme mec, par contre j'en côtoie beaucoup, style Jake et son frère, Lewis aussi est plus grand que moi... Du coup je dois avoir plus de force dans les bras ? Ou alors plus habitué à cogné ? Ouais bref, ça confirme donc ma théorie, j'ai pas trop de soucis à me faire, en fait.
D'ailleurs il ma dit que ça l'a sûrement vexé. Ouais en même temps on m'aurait dit ça je sais pas comment je l'aurais pris, peut-être parce que chez moi la puissance c'est pas trop ce qui manque ? Mais je voulais pas hein ! Enfin j'allais pas lui dire qu'il me terrifiait ça aurait pas été crédible deux minutes et puis ça aurait pu lui donner des mauvaises idées... genre « en fait tu me fais peur » « Ha ? Qu'est ce qui te fait peur chez moi ? » « Heuuuuu. . . Ta maladresse ? » NOPE, pas crédbile. N'empêche que ça me donne envie de le rassurer, il a l'air abattu le pauvre...

_ Mais t'inquiète ça viendra ! Enfin si faire peur aux gens est ton futur projet de vie- je te le souhaite pas, mais t'as la capacité de devenir méchant t'inquiète...

Heu ouais je sais pas si c'est censé le rassurer ou pas... Non parce que des Créannes sympas qui ont mal tourné j'en connais plein hein, à croire que c'est génétique, ou c'est le destin comme ils disent tous, les Créannes sont maudites, elles doivent être méchantes... Oui bon sauf que la méchanceté est relatives, elles sont pas toujours méchantes avec tout le monde... Sauf Eugène. Et Mercutio. Ouais bref.
Mais c'est qu'il se moque de moi en plus ! Bah quoi, c'est pas une mauvaise idée un bus, parfois il faut savoir utiliser les moyens de locomotions humains ! C'est un moyen de retour à la civilisation ! Bon apparemment il aime pas la civilisation, mais moi je suis plus ou moins humain donc dans l'idéal il faudrait que je me comporte comme tel... J'ai dit « dans l'idéal » hein, notez bien que je compte pas le faire...
Il me dit que je peux pas être meilleur chasseur que lui de mulots. Heu ouais, je pense pas non plus, après tout c'est aussi ce qui fait de moi un humain, à la limite si j'étais un vieux papi à la retraire qui a que ça à foutre de sa vie que de poser des pièges à mulots... Mais non hein, je pense pas en faire un de mes passes temps. Quoique, je peux quand même tenter dans les prochaines années, voir si ça marche au pire pour plus tard je saurais faire ! Ouais mais là Ersh va VRAIMENT se foutre de ma gueule... « Mon Emissaire ? Ho, il a trouvé un nouveau passe temps. Il court après les mulots » WESH NON, on va éviter.

_ Bah, on se fera une compet' quand même un jour, pour voir, là peut-être que tu pourras me faire peur...

Il me dit qu'il ne m'accompagnera pas jusqu'au village et je le comprends. C'est marrant ce mec est plus prudent avec de simples humains chasseurs qu'avec des Émissaires, y'a de quoi rigoler non ? Bah, ça fait de lui un chic type, je voudrais pas qu'il lui arrive des broutilles... Je souris.

_ T'inquiète dès qu'il y a un chemin je sais où aller, pas besoin d'aller plus loin ! Merci de m'avoir accompagné et content d'avoir fait ta connaissance, passe à la Congré un de ces jours !

Oui je viens de proposer à un ennemi de venir dans le repaire des gentils. Bah quoi, il est drôle non ? Avec un peu de chance on se recroisera... Je lui tourne le dos et entâme le retour vers la civilisation les mains dans les poches mais la démarche légère.
Bon, maintenant, trouver où je suis, trouver comment rentrer, et passer à la boutique pour acheter un souvenir.
Élémentaire, mon cher moi.
Voir le profil de l'utilisateur



Page 1 sur 1
 
Les Chroniques de Sumer :: Le Monde :: Europe :: Europe de l'Est
Poster un nouveau sujet Ce sujet est verrouillé, vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.