Poster un nouveau sujet Ce sujet est verrouillé, vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.
 :: Stockholm :: Port
Comment se déboucher les narines en trois minutes, démonstration.
Steek
Messages : 498
Localisation : Juste derrière toi, pour mieux te manger mon enfant...
Loisirs : Avoir l'air classe et faire ch*er le monde !
Humeur : Va savoir, mon coco~
avatar
Lewis Steek

Personnage...
Pouvoir: Pouvoir ? Quel pouvoir ?
Dieu: Non renseigné
Age: Quand on est poli on demande pas.
Lun 14 Juil - 15:58
Haa, l'air marin.
Se promener sur le port pour se débarrasser de ses soucis, se laisser prendre à la délicatesse des vaguelettes venant s'échouer doucement sur les quais, contempler de loin la vie grouillante alors qu'on ne se sent faire qu'un avec cette mer immense sous nos yeux et... abandonner notre esprit une seconde à ce qui ressemble fort à de la niaiserie ? Oui, cela peut se définir comme ça en effet.
Parce qu'au fond, on sait tous que la réalité apporte ses changements biens rudes que de nombreux auteurs oublient de mentionner dans leurs écris si poétiques.
Premièrement, le froid. Nous sommes certes au Sud de la Suède, mais pouvons nous néanmoins ignorer ce vent salé venant le la mer qui nous fouette, froid et implacable, et qui rend toute baignade fortement déconseillée (pas interdite, on voudrai pas gêner les suicidaires pensez vous). Trempez ne serait-qu'un doigt dans cette eau et vous le retrouver congelé sans l'intervention d'aucune magie.
Mais encore, on peut dire que le froid on s'y habitue à force de vivre ici, et qu'avec le temps on apprend à ne plus venir voir la mer parce qu'elle est non seulement cachée par les imposants bateaux mais aussi plate et calme qu'une mer normale, soit totalement ennuyante. C'est valable pour le froid uniquement, car si il y a bien une chose que je ne pourrais jamais supporter dans cette ville...
C'est l'odeur. Celle des bateaux qui déversent on ne sait trop quoi dans la mer, celle des poissons vendus le matin sur des étalages à ciel ouvert avec un boucan infernal, et surtout, celui des algues informes qui flottent à la surface comme les méduses et qui infestent. Elles dégagent des odeurs à vomir le petit déjeuné et elles rendent l'eau vertes crasseuse, immonde, avant de venir s'échouer sur le bas des quais, comme si elles cherchaient à remonter pour étaler leur puanteur dans toute la ville. Ce n'est pas sur les requin qu'il faut faire des films d'horreur, mais sur les algues. Rien que de les imaginer touchant ma peau ou s'emmêlant entre mes doigts me dégoûte.
Alors qu'en est il du port lui même, qui renferme autant de désagréables choses que la cuvette des toilettes des mecs de la Congrégation (parce que oui les mecs sont les plus crades). Je pense que vous avez saisi ce que j'en pense.
Je marche donc d'un pas pressé, le dos droit et l'air toujours aussi classe sur les quais, les sourcils légèrement froncés dans l'espoir d'atténuer les odeurs (ça ne marche absolument pas, ce qui me contrarie encore plus) et râlant sur la raison de ma présence ici.
Parce que oui, j'ai été forcé à venir, pensez vous. J'aurai pu refuser en effet, mais c'était ça ou faire les paperasses, et entre les deux... Finalement j'aurai du choisir les paperasses. Pour en revenir à ce que je fais, je suis à la chasse. Dis comme ça c'est classe. Ça l'est beaucoup moins en vrai.
D'après Nath, il y aurait de plus en plus de créannes dans Stockholm et ça ne rassurerait pas les élèves (ces pauvres bichons, ils ne savent pas se débrouiller tout seul c'est affligeant ! On se demande pourquoi ils sont là sérieusement...). D'accord, il se peut qu'il y ai eu aussi deux attaques cette nuit, possible. Et aussi des blessés humains, très probablement. Et un beau bordel ça c'est sur !
Bref, je suis censé me rendre sur la scène de crime et effacer tout ce qui pourrait paraître anormal, du style trou de un mètre dans un mur de deux mètres, objets difformes ou volants, poils ou traces d'animaux diverses, la panoplie habituelle !
Je pousse un soupir en arrivant sur le lieu fatidique, exaspéré d'être obligé d'y aller moi même. Sérieusement, tout le monde est en mission en même temps ? Tu vas voir moi, je vais aller le chercher et le traîner Renzo, je suis sur que lui il est dans le coin en train de pioncer. Oui bon, même si sa tête de mort passe moyen dans une rue bondée, certes. Et qu'il est capable de faire plus de dégâts qu'il n'y en a déjà à réparer.
J'ignore les barrières qui quadrillent la zone plus ou moins dévastée et me rend compte de la plaie dont je dois me charger. Non mais je rêve, c'est quoi ça ? Ils ont fait du lancé de pavés sur les coques d'un bateau ? C'est pas moi qu'il faudrait, c'est un charpentier à ce stade !

- Franchement, quel beau merdier... Je sens qu'en rentrant ça va être punition générale pour les deuxièmes années...

Pardon ? Oui, ce sont les missionnaire qui ont été attaqués, et alors ? Ils devraient quand même être capable de se prendre les coups au lieu de les esquiver et de me donner du travail en plus non ?
Puis de toutes façons, les deuxièmes années sont des jeunes. Ils sont encore faibles, ça les forgera tiens...
Voir le profil de l'utilisateur http://leschroniquesdesumer.forumactif.org



Ka
Messages : 1328
Localisation : Tout là haut dans le ciel où'j chatouille les hirondelles !
Loisirs : Bblblblbllblb.
Humeur : Badass.
avatar
Ka Jehms

Personnage...
Pouvoir: Laisse moi dévérouiller ta caboche, on va s'amuser
Dieu: Inanna
Age: On ne demande pas son âge à une dame !
Dim 20 Juil - 15:05
Shopping shopping shopping ! Bon alors .. En ce moment dans les vitrines de swarovski il y avait une parure assez plaisante qui pourrait tout à fait convenir à la magnifique robe composée de peu de tissus mais ô combien classe et sexy de la vitrine de ce grand magasin de je ne sais plus quel nom. Ma foi il y avait de quoi faire. Pour le festival de Cannes je m'attacherais à quelque chose de plus original, élaboré même mais pour ce qui était des soirs qu'il me restait à Stokholm je me contenterais de cette merveilleuse nouvelle robe qui m'apportera encore plus de charme et fera tombé toutes les jeunes âmes perdues de la grande bourgeoisie. Quoi qu'il en soit pour le moment les robes ne sont pas l'actualité du moment présent. Mes sacs sont réservés et prépayés, ils n'attendent que moi, mes jolies soirées et mes prochaines conquêtes. Ah la la j'ai hâte ! Mais pour le moment le programme est tout autre ! En effet aujourd'hui je suis de bonne humeur. De bonne humeur ! Oui oui c'est bien ce que j'ai dit ! Je suis heureuse je n'ai pas envie de me tracasser ou de gagner de l'argent, juste séduire un peu et m'amuser. Sourire un peu quoi, profiter de ma vie. C'est assez rare que ça m'arrive alors n'attendons pas saisissons cette opportunité et faisons ce que bon nous semble profitons de la vie ! Soyons heureux ! Hum.. Non je ne suis pas amoureuse (oh mon dieu il ne manquerait plus que ça, ma carrière serait ruinée). Oui je sais ça fait gnangnan et avec ça on voit des champs de fleurs à perte de vue avec pleins de petits lapins roses mais que voulez vous ? La légèreté chez moi c'est tous les 36 du mois alors soyons fous, soyons agréable (ou presque) !

Aujourd'hui sera ma journée plaisir. Je m'offre un hammam parce que je le vaux bien, suivit d'une séance chez l'esthéticienne, coiffeur et attention .. Aujourd'hui je suis en pantaloooon ! Danse de la surprise, de la joie, de l'incroyable et du magnifique. Ne suis je pas un personne exceptionnelle ? Si je le suis. Je m'aime vous le savez ça ? Oui je m'aime et vous aussi vous m'aimez. Enfin non mais vous n'avez pas le choix. Bon alors maquillage, brushing, manucure, jeans et chemisier accompagné de bottines. Oui je suis parfaite. Je n'ai aucune honte à le dire il faut savoir apprécier la vérité. Je me suis offert une nouvelle bague, quelques bracelets légers en argent. Je me suis même fait un petit plaisir inattendu, une petite folie en m'achetant un pic à cheveux, chose qui ne correspond pas le moins du monde à mon image. En revanche le chignon qu'elle m'a permis de faire me sied à merveille et je ne peux que m'en réjouir !

Je m'arrête à un bar. Terrasse plein air sur les quais. C'est un environnement agréable, non calme mais agréable. Je m'y pose. Mon sac à main sur une chaise et moi même sur une autre. C'est un léger mobilier de jardin en fer blanc qu'on pourrait retrouver dans certains films de l'époque. C'est bête mais rien qu'à voir ça, j'apprécie et je souris. Je commande une glace. Enfin plus précisément un sorbet cassis et un sorbet citron avec une tuile biscuit. A force de scruter la carte, je ne pus résister au crumble aux pommes et un délicat cappuccino. Oui délicat c'était le mot. Cette pause était remarquablement agréable et délicate. On délecte l'instant présent, on ne planifie rien. On contemple. Comme c'est agréable de contempler. Le serveur était mignon je lui offrit donc un sourire qu'il sembla apprécier. C'était un jeune homme simple tout comme je voulais ma journée. C'est bien dommage de s'être refuser la carte de la séduction aujourd'hui, ce petit canard était pour le moins fort alléchant. Mais arrêtons nous en là. Fuyons la tentation et partons vers d'autres horizons. En quelques minutes je rendais mon du avec large sourire à mon petit canard et je partais ignorant mon chemin, heureuse.

En longeant les quais, faisant de mon mieux pour apprécier ou plutôt ignorer l'odeur qui emplissait le lieu je ne pus que me dire que la prochaine fois il serait plus sage de faire exactement l'inverse que ce que mon inconscient désire. Un frisson me parcouru l'échine. Non pas à cause des quelques cadavres de poissons ou de mouettes flottants à la surface de l'eau noire -ceux là importaient peu- mais plutôt à cause d'une sensation désagréable. Non ce n'était pas l'odeur non plus enfin ci mais pas cette odeur là que vous stupides humains vous sentez. Comme le héros de je ne sais plus quel film le dit si bien « Ca sent mauvais..-Ca sent quoi ? -..Les emmerdes. » Voilà c'est parfaitement dit. Je voulais passer ma journée heureuse dans un univers bien simple et voilà que je me retrouve à proximité des .. résidus d'un combat. Alors premièrement à cause de ça j'allais niquer mes chaussures. Nan mais c'est vrai quoi ! Vous voyez pas l'état du sol c'est n'importe quoi ! Autant catapulter une orde de mammouths si vous voulez faire autant de dégâts. Nan mais franchement.. Voilà pourquoi j'évite Stokholm, on finit toujours par tomber sur des embrouilles comme ça .. Avec cette putain de congrégation et ces créannes débiles qui savent pas tenir en place bah on arrive à ça. Nan mais sérieusement.. C'est quoi ces manières ? Y'en a qui pense vraiment séduire en défonçant des murs ? J'imagine la vie de couple.. Pauvres âmes.

Non loin, disons à la source du carnage, la zone est entièrement barricadée. Enfin si l'on peut appeler barricade les bandes jaunes un peu partout. De là où je suis j'observe un grand homme, musclé et séduisant légèrement dépité par la scène. Il franchit les barrières, insouciant. J'ai un doute là.. Me dites pas que je suis à vingt mètres d'un membre de la congrégation. Oh et puis de là où j'en suis autant aller jusqu'au bout. Ah nan ! Travaillons l'effet de surprise ! Pattes, oreilles, queue, poils babines et hopopop on s'élève. C'est plus facile de se déplacer de toit en toit dans un zone interdite. Une fois installée sur un bon spot je reviens aux cheveux blonds et contemple la scène. Certes pas comme j'avais pu le faire au café étant donné qu'avec les événements tout récents ma bonne humeur a soudainement décidé de décéder. Mais soit ! Je fixe l'homme qui parle tout seul. Grand dieu.. Je crois que je viens de tomber sur un prof ou pire sur le directeur de la congrégation. Quelle magnifique journée dites donc ! Enfin bon de toutes façons j'ai plus grand chose à faire maintenant.

-Personnellement je ne dirais pas merdier. Dites vous que vos élèves on participé à une oeuvre d'art géante. Une installation urbaine de piètre goût.


Un large sourire ironique. C'est le mieux que je puisse faire. Assise sur le bord de mon toit je regarde d'en haut la situation. Y'en a qui sont vraiment cons hein.

Voir le profil de l'utilisateur





Dark side of the queen wuesh :
 

Steek
Messages : 498
Localisation : Juste derrière toi, pour mieux te manger mon enfant...
Loisirs : Avoir l'air classe et faire ch*er le monde !
Humeur : Va savoir, mon coco~
avatar
Lewis Steek

Personnage...
Pouvoir: Pouvoir ? Quel pouvoir ?
Dieu: Non renseigné
Age: Quand on est poli on demande pas.
Mer 6 Aoû - 22:18
J'observe sans bouger plusieurs minutes.
On pourrait dire que j'observe les dégâts, me demandant comment on a pu en arriver là, à une telle violence en plein centre ville... Faux. Enfin plus ou moins. Disons que je suis bien en train de me poser des questions, mais elles sont plutôt sur l'identité des abrutis qui n'ont pas été capables de limiter les dégâts.
C'est pourtant une des bases de mes enseignements... Une dalle de terre un peu trop élevée m'indique un golem (enfin quand je dis un peu trop... Comprendre "assez surréalistement déplacée pour que ça attire l'attention de n'importe qui sur cette terre". Un jour il faudra que j'explique aux missionnaires de Nin que non, les grosses pierres ne sont pas faites pour être dressées comme des menhirs) et quelques traces de brûlé me font croire à un astre. Forcément, les deux pouvoirs qui laissent le plus de traces. Et ils pensaient pouvoir m'échapper ? Elle est bien bonne tiens...
Quant à la créanne... Qu'elle se cache bien, si elle n'est pas morte. Je n'ai pas encore deviné sa nature, certes, mais quand ce sera le cas croyez bien qu'elle nettoiera les chiottes des mecs pendant 200 ans en punition. J'ai beau ne pas aimer le port, on ne casse rien sans mon accord. Enfin si, on peut tout casser... Mais pas quand ça risque de m'énerver, et là ça m'irrite parce que c'est moi qui doit m'en charger.
Donc ce soir c'est plus de repas pour les Astres et les Golems. Bien.
Je m'apprête à faire demi tour lorsque je sens une aura bien familière me tourner autour. Je soupçonne un moment le criminel d'être revenu sur les lieux mais l'aura ne me paraît pas assez forte pour qu'elle ait nécessiter l'intervention de deux missionnaires, aussi nuls soient-ils. Je reste donc immobile, impatient de savoir si cette créature va continuer son passage en toute impunité ou s'arrêter pour me narguer...
Au fond j'espère qu'elle va venir me narguer, oui. Parce que ça pimentera ma journée, voyez vous, et punir des missionnaires est jouissif certes, mais s'occuper d'une créanne en plus devient beaucoup plus drôle. Pourquoi dons, me direz vous... Si une petite guérilla pouvait motiver les élèves à venir en cours, on ne peut pas dire que ça me gène ! (Si Nath' ou Jake m'entendaient dire ça il est certain qu'ils feraient le siège de mon bureau pour me le faire retirer immédiatement... Donc amusons nous tant qu'ils ne sont pas là !)
L'aura se rapprocha, de plus en plus précise. Je dirai une jeune créanne, une qui n'a pas encore passé le stade Aspirant. Qu'est ce qu'une créature si faible faisait si près de la Congrégation ? Un mystère... Enfin, il y a des suicidaires partout !
La nature féline et animale ne m'échappa par contre pas. Un tigre. Perché sûrement sur les toits. Oui, je peux sentir ça le dos tourné. Croyez vous qu'ils ont nommé un amateur à la tête de la Congrégation ? Les Dieux sont peut-être des abrutis, mais ils sont loin d'être aussi gentil qu'on pourrait l'espérer. Il faut avouer que me confier la Direction d'un établissement d'une telle envergure relevait du suicide, mais je n'ai pas dit qu'ils étaient logiques.
Elle décide finalement de m'adresser la parole, du haut de son perchoir, en sécurité comme elle doit certainement le croire... Idiote.

-Personnellement je ne dirais pas merdier. Dites vous que vos élèves on participé à une oeuvre d'art géante. Une installation urbaine de piètre goût.

Je me retourne, pas le moins du monde surpris. Je me permet même un de ces petits regards hautains qui font généralement péter un câble à mes élèves. Les mains dans les poches pour se protéger de l'air froid venant de la mer, je l'observe en silence.
Décidément, l'insolence va toujours plus loin avec elles... Il y a une petite centaine d'années elles commençaient à demander asile à la Congrégation, et maintenant elles se permettent de se balader dans la rue sous leur forme animale. Certes sur les toits. Mais elle n'a visiblement pas peur de créer des médiums. Bien évidemment, c'est pas elle qui va s'en occuper après...
Raaah, au fond c'est toujours sur nous que tout retombe pas vrai ? Les galères et les coups durs sont notre seuls quotidien, à l'administration, je pense que je devrai demander une augmentation pour tout le travail accompli. C'est pas une mauvaise idée ça tiens ! J'attendrai le prochain conseil des Dieux pour leur demander... Je suis pratiquement sûr que Enki sera de mon côté.
En attendant, j'ai une autre affaire à régler, amplement plus agaçante que d'aller me plaindre aux Dieux.
Je souris.

- Je ne suis pas sûr d'avoir le même sens de l'art contemporain que mes élèves, ma chère.

Je me retourne entièrement vers elle avant de sortir une cigarette d'un très bel étui et de l'allumer à coup de zippo. Payé aux frais de l'établissement, il faut assumer le fait que le Directeur a des goûts de luxe en matière de fumette.
Je vais ensuite m'appuyer d'un pas las sur la barrière de sécurité, tout en continuant à parler avec mon interlocutrice, visiblement souriante et pleine d'humour. Je me demande combien on peut tirer de ce genre de fourrure...
Prenant l'allure d'un gars tout à fait détacher, je lui désigne une de mes précieuses cigarettes. Jouons un peu voulez vous. Si cette chose peut palier à mon humeur, je prends. Et je lui ferais perdre son petit air supérieur. Aussi.

- Je vous en offrirai bien une, mais elles sont un peu trop précieuses pour vous à mon goût... Mais vous êtes peut-être au courant des activités de vos collègues la nuit dernière ?

Les créannes sont loin d'être aussi unies que les missionnaires, certes, mais il lui faudra tout de même plus que ça pour balancer ses amies. Du moins j'espère, sinon c'est pas drôle. Pas drôle du tout.

- Si vous ne voulez pas tant pis... Enfin, vous ne savez pas ce que vous ratez...

Parce qu oui, ces cigarettes sont vraiment extra. Mais mieux, si elle refuse, elle risque de se retrouver comme seule punie. Dommage.
Fallait pas me déranger.
Voir le profil de l'utilisateur http://leschroniquesdesumer.forumactif.org



Ka
Messages : 1328
Localisation : Tout là haut dans le ciel où'j chatouille les hirondelles !
Loisirs : Bblblblbllblb.
Humeur : Badass.
avatar
Ka Jehms

Personnage...
Pouvoir: Laisse moi dévérouiller ta caboche, on va s'amuser
Dieu: Inanna
Age: On ne demande pas son âge à une dame !
Ven 22 Aoû - 12:45
C'est assez surprenant de savoir que ce ne sont que deux ou trois personnes qui ont fait tout ça. Les pauvres petites bêtes devaient être en bien piètre conditions quand tout ceci c'est arrêté. Je me demande combien de personnes ils ont réveillé.. C'est intéressant ça ! Où est la maison la plus proche ? Où est le nouveau médium qui a vu le jour la nuit dernière ? Ouh ! Voilà une question à la formulation bien contradictoire. Peu importe. Est ce que des gens ont vu tout ça ? Forcement oui ! Oh ! J'aurais tant aimé voir leurs petites expressions apeurées ou ahuries. C'est tellement amusant. Je suis quasiment sûre qu'au petit matin un petit groupe d'une dizaine de personnes s'est précipité ici et que depuis un tas de rumeur se répandent. Quelle tristesse que la congrégation efface cette belle scène, sans quoi on aurait eu le droit un taux de naissance de sectes légèrement élevé. Ô j'aurais tant aimé cela. La congrégation inactive et les dieux désemparés obligés de descendre de leur pied d'estale pour tenter non sens mal de réglé les malheurs du monde. Peut être qu'un jour nous assisterons à cette débandade ! Je me hâte d'avance !

En attendant le monsieur de la congrégation était à quelques mètres en dessous de moi. Il n'avait pas l'air ravi de ce carnage malgré mon agréable remarque sur le fait qu'il s'agissait peut être d'une oeuvre d'art. Ce n'est pas qu'il avait l'air hautain mais bon .. Un chouilla quand même. En tout cas visuellement il envoyait du pâté. A le voir il était impossible de ce dire « Hum.. Celui ci .. Je suis sûre qu'il est cordonnier dans la boutique à 5 rues d'ici ! ». Nan ça c'était clair c'était le genre de réflexion qu'il était tout à fait improbable de laisser passer. Son costume était de qualité, de même que ses manières. Il y avait juste une chose étrange -en plus de la façon dont était taillée la masse chevelue du menton- , c'était ses yeux. Oui, ses yeux. Si l'on fixait bien ses yeux, il n'y avait aucun doute. Ce mec avait vraiment l'air d'avoir un grain et un esprit qui vogue à 2000 à l'heure. Un bouffon de la congrégation quoi. Le pire c'est qu'à le voir il ne fait aucun doute que ce soit un prof. Enfin si en fait j'ai un doute. Je me demande si un jour, l'une de mes soeurs que j'avais croisé dans le plus grand des hasards ne m'avait pas décrit cet homme. Dans ce cas là s'il s'agit du même homme, il n'est pas professeur. Il bien plus. Aurais-je vraiment cet honneur d'être en face d'un des mecs les plus farfelus au monde ?  A croire que je suis chanceuse. Enfin peut être pas. Il a l'air bien chtarbé aux penchant relou le loustic.

Enfin bref ! Fini  de parler de ce que l'on ne sait pas ! Parlons du concret ! Je fais une réflexion sur une oeuvre d'art et voilà que lui dénigre totalement pas phrase. Être vil et culotté. Non en réalité je m'énerve toute seule. Il a juste dit qu'il n'avait pas le même sens de l'art contemporain que ses élèves. Ce n'est en rien un offense à ma personne. Je sais pas je dois avoir envie de lui cracher au visage. Peut être est-ce parce qu'il est de la congrégation. J'avoue que j'ai du mal à saisir ma réaction mais ce mec est étrange aussi que voulez vous que je vous dises. Il prend son temps et se plain. Je comprends pas ces gens moi.. Ouais bon okay je fais parfaitement pareil mais bon ! Et puis moi de toute façon je le fais pas en plein milieu d'un champ de guerre ! Non parce que ça aussi il faut le dire. Ce que j'ai tenté de qualifier d'oeuvre d'art contemporaine n'est autre qu'un bout de port totalement délabré  avec des dalles dans tous les sens et une vielle odeur de cramé. Après ça peut être aussi un nouveau concept. Un peu apocalyptique mais un nouveau concept.

Je quitte du regard les dalles en sale état et revient sur le loustic. Ce brave homme me dévoile une cigarette. Bon goût. Choix judicieux. Oui brave garçon. Qui céderait un aussi bon tabac à une inconnue, une créanne qui plus est ? Je n'aime guère qu'on me prennent pour une imbécile mais en revanche j'aime jouer. Alors soit pourquoi pas jouons. Je descends délicatement de mon perchoir avec grâce et souplesse. Je m'approche de mon pseudo gentlemen et lui sourit. Il ouvre la bouche.

-Je vous en offrirai bien une, mais elles sont un peu trop précieuses pour vous à mon goût... Mais vous êtes peut-être au courant des activités de vos collègues la nuit dernière ?

Avouez que ça ce n'est pas gentlemen. C'est même méchant. Vil être insupportable. Je te méprise.. Mais je t'offre mon plus beau sourires parce que tu me fais marrer. Va pas m'acheter avec des tites clopes de luxe. Si j'en veux je vais voir Charles, Jaques, Edmund, Alexander, Peter.. Ah non lui il est mort.. Enfin bref ! Je vais voir mes conquêtes friquées et elles m'offrent ce que je veux ! Alors mon coco il va falloir redescendre un peu hein !

-C'est mal d'essayer d'acheter une dame vous savez ?

-Si vous ne voulez pas tant pis... Enfin, vous ne savez pas ce que vous ratez...


Oh mais Darling, il faut raffermir ton jeu d'acteur. Je le vois dans tes yeux que tu ne veux pas que je la prenne. Mais bon allez. D'un mouvement rapide et habile mais toujours d'une parfaite grâce que me saisit d'une des précieuses de ce brave homme et à l'aide du briquet situé dans ma poche droite de l'allume. C'est vrai que ça n'a pas grand chose à voir avec ce qu'on trouve dans les rues. Mais je dois vous avouez une chose. Même quand le goût me plait fumer n'est vraiment la chose que j'apprécie le plus au monde. Souvent une demi me suffit. Oui ça me suffit ici aussi. Après ce magnifique blanc qui ne fut comblé que par un « Hum.. Merci, attendez je réfléchis.. » de ma part, je jeta le reste, conséquent, du présent de cet homme peu charmant et l'écrasa de la pointe de mon pied. Je releva la tête et me remis face à mon interlocuteur.

-Vous avez bon goût. Merci. Sinon que dire.. Ah je n'ai pas grand chose à dire hein.. Non non..

J'ai juste une question. Est ce qu'il pensait vraiment que j'allais lui céder quoique ce soit pour ça ? Ceci ne vaut que 5 minutes de mon temps, ce qui je trouve est déjà pas mal. Et quand je dis cinq minutes ce n'est pas forcement où je parle ! C'est cinq putain de minutes de présence où en général je me fais chier à coté d'un bouffon ! Hein le bouffon hautain là ! Enfin bref, gardons le sourire et reportons notre attentions sur cet adorable homme qui n'a aucune considération pour la personne en face de lui.

-Bon j'ai croisé quelques connaissances mais je ne peux pas être sûre que ce soit vraiment cela que vous cherchiez.

Je m'apprête à partir. Finalement ce n'est pas très amusant ici. Je me lasse déjà de celui là. Le gens de la congrégation sont vraiment barbant. Alors que j'avais fait mes premiers pas en direction de la sortie je pivote légèrement ma tête.

-Autant ne pas abusez plus du temps de l'un et de l'autre, cela ne pourrait quel mal tourner et j'ai surement mieux à faire.

Hum.. Oui oui je viens de dire de la merde mais bon voilà c'est comme ça. C'est dit c'est dit et on verra bien ce qu'il en suit. M'enfin j'aimerais quand même bien allez me boire un bon truc soft. Je commence à en avoir marre d'être dans cette vielle odeur pourrie et sur ce sol pas droit.. Nan mais c'est vrai quoi ! Bonjour la ballade du bon temps !
Voir le profil de l'utilisateur





Dark side of the queen wuesh :
 

Steek
Messages : 498
Localisation : Juste derrière toi, pour mieux te manger mon enfant...
Loisirs : Avoir l'air classe et faire ch*er le monde !
Humeur : Va savoir, mon coco~
avatar
Lewis Steek

Personnage...
Pouvoir: Pouvoir ? Quel pouvoir ?
Dieu: Non renseigné
Age: Quand on est poli on demande pas.
Ven 5 Sep - 18:12
HRP : Je m'excuse platement pour le retard, vraiment. J'essayerai de ne plus être aussi long à l'avenir >.<


La demoiselle prend touuuuut son temps pour descendre du perchoir à pigeon duquel elle m'observait. Pfff, non mais regardez moi ça comme elle se dandine du bassin, on dirait un dindon tentant de faire un défilé. Ridicule. Pathétique. Le pire c'est que ça se croit séduisant. Et tout permis. A côté vous avez un magnifique paon (moi) qu'elle essaye visiblement d'embobiner. Mais je l'ai vu arriver avec ses grands yeux. Tu crois que j'ai pas remarqué la façon dont tu regardes mes clopes ? Tu te dis sûrement que tu pourras en trouver ailleurs, quand tu veux...
Je cache un petit sourire en coin. Mais nan. Celles là ce sont les miennes. Elles sont spéciales. Et pas seulement parce que ce sont les miennes. Elles sont rangées dans un étui qui vaut la peau des fesses, et leur qualité est certifiée made in moi. Ha aussi, elles ont des propriétés magiques. Jamais prouvées, mais c'est l'occasion d'essayer vous ne croyez pas ? Je me souviens même plus ce que j'avais mis dedans... Ni même leurs effets en fait.
Mais j'en ai fumé une alors je vais pas tardé à le savoir, je suppose. Sauf si j'ai eu la bonne idée de faire qu'elles soient pas efficaces sur moi... Allez savoir, ça se trouve j'ai été dérangé pendant que je les faisais et j'ai oublié de les ensorceler pour ça ? Par exemple si un mutant dégénéré avait interrompu ma préparation, je risque fortement de me retrouver dans une poubelle demain matin en bikini... Je chasse l'image de ma tête. Quitte à faire des conneries, je préfère être conscient.
Je la regarde donc sans bouger se saisir d'une de mes clope, commencer à l'allumer avec un briquet caché à un endroit sensuel (on se demande pourquoi d'ailleurs. Certes, il est évident qu'elle veut échauffer tous les mecs du quartier, mais je vois mal en quoi c'est efficace puisqu'à la base, elle n'a aucune raison de sortir son briquet, vu qu'elle n'a apparemment pas de clopes... Logique.)
J'observe donc, plus ou moins attentif. Ça m'étonnerait que la magie fasse effet tout de suite mais bref... Elle pense m'avoir surpris en me les prenant, elle continue à penser que je ne vois rien de son jeu en les fumant. Elle ne semble pas pressée de révéler quoi que ce soit d'ailleurs. Mais enfin, je m'y attendais. Et puis bon, elle a fait l'erreur de prendre une de mes cigarettes, elle risque donc de le payer plus cher que si elle m'avait menti.
Alors j'attends, silencieux. J'attends jusqu'à ce qu'elle en soit à la moitié, j'attends lorsqu'elle l'écrase du bout de son talon sur le sol détruit. J'attends même si ma seule envie est de l'envoyer côtoyer un peu les poissons du bord du port. C'est tout de même affreusement malpoli de jeter un cadeau si gentiment donné. Je n'ai pas dit que j'avais fait preuve de bonne volonté, certes, mais je lui ai tout de même donné, dans le sens où je ne lui ai pas empêcher de la prendre. Je ne suis pas compliqué c'est vous qui êtes idiots, nuance.
Elle m'annonce ensuite ce que je voulais entendre. Non, la mademoiselle n'a rien à dire, ce qui n'est pas si inattendu que ça. Elle doit être jeune pour être aussi sûre d'elle devant moi. Je ne peux m'empêcher de sourire devant mes petits plans futurs. Haaa, je crois qu'il y a bien un petit coin, un tout petit coin dans ma tête qui se rappelle ce que les cigarettes contiennent de meilleur... Je souffle. Si c'est ça, ma froide journée va s'annoncer un petit peu plus sympathique.
Je tire une nouvelle bouffée quand elle répond avec si peu de tact qu'elle a peut-être croisé une ou deux de ses sœurs, mais elle n'en dira pas plus. Pas de problèmes, je me passe de son consentement. Elle me tourne donc le dos et s'en va, rajoutant encore un petit sarcasme pour la fin, parce que ce serait trop beau sans. Soit elle me trouve ennuyant à mourir, soit elle me sous-estime vraiment.
Je rigole doucement. Mal tourner ? Pff... Pas pour moi en tous cas.

- Comme vous voulez. Arrêtons là c'est ça ?

Je la laisse prendre ses aises et s'éloigner. Bon bon, combien de temps me reste t-il ? Allez, je dirai moins de quatre minutes, ce serait déjà bien abuser. Le temps qu'elle fasse le tour du pâté de maisons sûrement...
Un homme m'interpelle à ce moment là, visiblement furieux.

- Hey vous ! C'est quand que vous réparez les dégâts ! J'ai pas que ça à faire moi, faut que j'aille travailler !

Frustré, j'écrase ma cigarette à mon tour. Que de gens sans délicatesse décidément ce matin...

- Quoi ? Où est ce que vous voyez des dégâts ? Il n'y a pas de dégâts.


L'homme se retourna, fulminant, et tendit son bras vers... Un quai tout neuf. Non, pas exactement tout neuf. Juste... Intact. Comme si aucune furie n'était jamais passé ici, il n'y en avait d'ailleurs jamais eu. Je soupire, déconcerté par le silence du monsieur, qui finalement retourne à ses affaires comme si de rien n'était, lui aussi.
Je regarde ma montre et laisse échapper un sourire. Bien. Elle ne devrait pas tarder.
Il ne faut jamais faire confiance à mes cadeau. Cela fait longtemps que je prémunie mes affaires contre les nombreux vols (devinez qui en est le plus gros fauteur d'ailleurs...) de diverses manières. La plus courante, c'est encore la technique du « reviens moi, sale fourbe ! » ou un truc dans ce genre. C'est comme ça avec n'importe quelle personne touchant ou consommant un objet. Il subit une perte des repères et reviens toujours et inconsciemment à mon humble personne. Toujours. Généralement ça ne prends même pas cinq minutes. C'est donc bien cette chère créanne que j'attends.
Et elle ne se fait pas trop désirer. Je m'assois à un café et la confie à faire de même, un sourire sadique non dissimulé. Vous savez le plus drôle ? C'est que le sort reste tant que je ne l'ai pas levé. Quelle sorte de magie est ce ? Pensez vous que je vous dirais ça ?
Je sort une deuxième cigarette.

- Je crois que nous devrions recommencer. Enchanté, je m'appelle Lewis, et j'aurai bien besoin de vos services. Ha, et ce n'est évidemment pas une demande, c'est un ordre. Sauf si vous souhaites resté coller à moi pour un temps indéterminé...

La dernière à qui j'ai fait ça a tenu trois jours. En même temps cette masochiste a tenté de fuir et ça a finit pour la rendre à moitié folle... Dire qu'au départ j'avais juste besoin d'un nom... C'est coriace parfois ces bestioles là, mine de rien, elles sont tenaces et se protègent entre elles... Surtout les plus coriaces.
Je fixe donc distraitement mon regard sur elle, brisant enfin le silence.

- Prête à écouter ?

Encore une question rhétorique. Quoique si elle veut se défendre, ça m'arrangerait aussi. C'est plus drôle quand ils se débattent...
Voir le profil de l'utilisateur http://leschroniquesdesumer.forumactif.org



Ka
Messages : 1328
Localisation : Tout là haut dans le ciel où'j chatouille les hirondelles !
Loisirs : Bblblblbllblb.
Humeur : Badass.
avatar
Ka Jehms

Personnage...
Pouvoir: Laisse moi dévérouiller ta caboche, on va s'amuser
Dieu: Inanna
Age: On ne demande pas son âge à une dame !
Dim 14 Sep - 11:52
Il y a des personnes fréquentables parfois même agréables et d'autres tout simplement détestables. Quand on rencontre des personnes telles que celles ci il vaut mieux partir assez rapidement. Si vous ne voyez pas ce que je veux dire je vais vous donner un exemple. Est ce que vous voyez ces personnes qui tout à fait normales se prennent pour des dieux ? Eh bien voilà ! Ca ce sont des personnes détestables ! Déjà que les dieux d'ordinaire ne sont pas ce qu'il y a de plus agréable alors ces trucs là vous imaginez ! .. Ahah ! Je vois votre grimace ! Oui parce que vous grimacez ! A moins que ce ne soit votre tête habituelle dans ce cas là je m'excuse. Pensez bien qu'aujourd'hui était parti pour être une journée parfaite ! J'étais d'humeur enjoué, j'avais envie de faire simple et sans luxe la moindre des choses. Me balader me suffisait. Et là bien entendu je rencontre cet espèce d'imbécile de première bien trop fière de lui (et je suis sûre que ce n'est pas qu'à mon goût). Pourquoi il a fallut que ça m'arrive à moi ? Sérieusement ! Je suis de bonne humeur tous les 36 du mois et on me fou le pire relou de l'univers sur mon chemin ! Raaaaaaaah ! Ca m'énerve ! Il me saoule ! Il me saoule ! IL ME SAOOOOUULE ! Tsss.. J'ai bien fait de partir tiens !

Notre rencontre à été brève certes .. Je dirais cinq minutes ou du moins dans ces environs. Le problème de ces cinq minutes, bien que soit bref, c'est qu'elles ont suffit à m'irriter. Et je dis ça gentillement par ce qu'en réalité je pense que ce pseudo gentlemen me met hors de moi. Après lui avoir adressé quelques phrases en partant j'ai bien entendu qu'il me répondait. Comme s'il n'en avait rien à faire. Le ton m'indiquait une question mais après tout s'il n'en a rien à faire pour je me soucierais de quoi que ce soit pour ma part .. C'est absurde. Je me suis donc retirée bien heureuse ne plus voir cet face de fouine. Comment ça il n'a pas une face de fouine ? Mais sûr que si il a une gueule de fouine ! Et il a tout d'une fouine même ! Ce mec est une grosse fouine exécrable ! Vous trouvez les fouines mignonnes ? Okay prenez des gants et un scalpel et retirez les yeux ! Bah voilà ! Ce mec à une tête de fouine avec des yeux de crocodile si vous voulez .. Erk .. C'est dégueulasse comme mélange .. Ce mec est vraiment horrible jusqu'au bout des ongles ..

Je m'éloigne ainsi de cette endroit délabré où j'ai rencontré l'animal. Je suis bien contente de me casser, j'avoue que c'était plutôt insupportable comme moment. Non bon okay sur le coup peut être pas trop mais plus je repense à ce truc plus ça m'énerve et en plus je .. Raaah ! Mais c'est quoi ça ! Je veux juste pas revoir sa tronche et je sais pas mon subconscient ou un truc du genre me dit d'y retourner ! Nan mais c'est mort ! J'y retourne pas ! J'accélère le pas. Il est hors de question que j'y retourne. En plus son espèce d'air hautain me donne vraiment envie de l'étriper.. Bon peut être pas autant que d'autres personnes mais pas mal quand même ! Je tourne au pif dans une rue où les gens se bousculent tant il y a de monde. C'est désagréable. Je tente de repérer une autre issue un peu moins peuplée pour me faufiler. Je bifurque à droite. Puis à gauche. Je regarde autour de moi. Je sais plus trop où je suis je veux juste m'éloigner le plus possible du port. Je tourne une nouvelle fois. Ce sera la dernière fois visiblement.

Je réalise que je ne suis pas bien loin du carnage précédent. Dans la rue où je me tiens il y a plusieurs café. Dont un avec un grand homme en costume qui, il faut le dire à une certaine dose de classe mais qui étrangement ne réveille en moi qu'une envie. La belle et pure envie de décapiter des gens. Je veux voir sa tête sur la table à laquelle il est installé. Mais non de dieu comment ça se fait que je me retrouve ici face à lui ! C'est pas possible ! Y'a un truc ! C'est de sa faute ! Je ne sais pas comment il a fait mais c'est lui ! Ce mec est un .. Raaaah ! Je vais le tuer ! Je vais le tuer ! Il va rien comprendre ! Je vais le tuer !

-Je crois que nous devrions recommencer. Enchanté, je m'appelle Lewis, et j'aurai bien besoin de vos services. Ha, et ce n'est évidemment pas une demande, c'est un ordre. Sauf si vous souhaites resté coller à moi pour un temps indéterminé...


Je le savais que c'était lui. J'aimerais que précisément à cet instant, une météorite lui tombe dessus, comme si de rien n'était et qu'ainsi cette histoire soit finie et hopopop je rentre chez moi et je n'ai plus jamais de la vie l'occasion de recroiser cet exécrable animal ! Oh oui ce serait tellement bien ! Mais bon visiblement cette météorite n'a pas l'intention de tomber et moi je n'ai pas l'intention de rester debout comme une imbécile qui vient de se faire piéger. Ce mec .. Je lui ferais payer. De toutes les manières que je peux je lui rendrais la monnaie de sa pièce. Et oui je sais j'ai des punch lines de merde quand je suis énervée !

-Je vous hais.

Et puis merde ! C'est quoi ce sourire là ! T'es content de m'avoir eu ?! Voilà t'as gagné cette partie et maintenant t'es tout joyeux ! C'est bien tite fouifouine ! Maintenant tu retourne dans ton terrier, tu me laisse tranquille et par la même occasion t'arrêtes de faire chier le monde. Non mais c'est vrai.. T'as tout du mec le plus insupportable de la terre alors que je te connais à peine ! Je vais l'étriper .. Non mais vraiment ! Le moindre de ses mouvements me donne envie de le déchiqueter et même s'il faisait la statue je trouverais ça insupportable.

-Prête à écouter ?

Pourquoi tu me poses des questions alors que je sais très bien que ma réponse ne t'intéresse pas. Raaah ! Mais comment ça se fait que peu importe ce que tu fasses tu es tout contre toi. Mec il y a vraiment un truc qui va pas chez toi. Je pense que tu as un sérieux problème. Oui un vraiment vraiment vraiment très sérieux problème. Tu as déjà essayé le psy où quelque chose comme ça. Parfois ça fait des miracles ces petites bêtes là ! Tu devrais essayé franchement je te le recommande. C'est un conseil .. Je peux pas dire « d'ami » mais un conseil qui pourrait t'aider.

-Ma réponse t'en a rien a foutre je le sais pertinemment. Alors est que je suis prête ? Hmm.. Non mais j'ai pas le choix après on verra si je suis prête à donner une réponse.


Je sais très bien qu'il ne me laissera pas le choix. En plus il a toujours son truc que je sais pas ce que c'est qui fait toujours effet. Je ne souhaite actuellement qu'une chose. Atomiser ce .. putain d'imbécile pour ne pas être vulgaire.

Voir le profil de l'utilisateur





Dark side of the queen wuesh :
 

Steek
Messages : 498
Localisation : Juste derrière toi, pour mieux te manger mon enfant...
Loisirs : Avoir l'air classe et faire ch*er le monde !
Humeur : Va savoir, mon coco~
avatar
Lewis Steek

Personnage...
Pouvoir: Pouvoir ? Quel pouvoir ?
Dieu: Non renseigné
Age: Quand on est poli on demande pas.
Lun 6 Oct - 23:36
HRP : Encore désolé pour l'immense retard... >< Et la réponse toute courte et toute pourrie aussi...

Quel bonheur.
Quel bonheur de voir dans ses yeux la haine que j'inspire chaque jours  chaque foutu élève de cette grande Congrégation. Si j'aime être haïs ? Je préfère ça que d'être aimé, je ne suis pas là pour ça. Et notons aussi que celui qui m'aimera aura un sérieux problème de mental, ce qui ne sera pas pour me rassurer. Au moins quand on est haïs, on sait qu'on ne peut se fier qu'à nous même, on ne se berce pas dans la douce illusion de l'amitié, ce genre de choses plutôt futiles.
Et puis si j'étais aimé de mes élèves, cela n'ouvrirai pas la porte à toutes les discordes ? Aux abus et aux privilèges ? Avec moi, tout le monde à la même porte, la mienne, aussi bien élèves que professeurs, créatures qu'humains et Dieux, je suis haïs de tous et pourtant je suis là. C'est donc que j'ai raison de ne pas être aimé. Sinon, mettez Renzo à ma place, on verra s'il sort mieux.
Je sens dans son regard un horizon d'idées toutes plus charmantes les unes que les autres? Les femmes aussi séduisantes pour le citoyen lambda ne devraient pas laisser vagabonder leur esprit de la sorte, ça pourrait créer quelques massacres. Ses mots si impures ne m'étonnent donc pas.
Pff, toujours la même rengaine. Tu me hais ? Moi aussi. Dire que je n'aime personne sera faux aussi. D'ailleurs quelque part je l'aime. Puisque la seule chose que j'affectionne c'est mes jouets. Mon bureau, mon paquet de clopes, mon zippo, ma tronçonneuse, ma pelleteuse... Et autres engins de tortures, vous ne voulez pas savoir. Si si je vous assure, vous ne voulez pas.
J'ignore donc. Qui voudrait écouter les déboires mentaux d'une petite créanne à peine née. La pauvre, j'oubliais qu'on devait la plaindre. Prenez la en pitié d'être tombée sur moi. Parce que je suis le grand méchant loup et elle le Petit Chaperon rouge, c'est bien connu. Enfin, si le Petit Chaperon rouge était aussi dangereux ça se saurait je pense. Mais le rôle du méchant me va plutôt bien. Admettez le.

-Ma réponse t'en a rien a foutre je le sais pertinemment. Alors est que je suis prête ? Hmm.. Non mais j'ai pas le choix après on verra si je suis prête à donner une réponse.

Je souris encore. Mais c'est qu'elle devient vulgaire en plus ! Dire que je tiens la politesse en haute estime... Elle a de la chance de ne pas être missionnaire, elle ne serait probablement plus là à l'heure qu'il est. Soit sous une pile de dossiers plus haute qu'elle soit au fin fond d'un ravin. J'ai horreur que mes jouets me manquent de respect mais que voulez vous, la politesse c'est plus ce que c'était...
J'écrase une nouvelle cigarette dans le cendrier et laisse une petite pause défiler. Parce que c'est plus théâtrale, bien entendu. Je commande même une boisson sous son nez et celui du barman gêné, visiblement un médium, encore. Bon, facile vu leur présence massive ici. Ha, si seulement les missionnaires faisaient moins d'erreurs aussi. Je devrai vraiment les punir pou ça. En rentrant, ça me détendra.

- Parfait. Dans ce cas, commençons.

Je jette un coup d’œil à sa silhouette dites avantageuse. Je vois pas vraiment en quoi mais passons. Cela fat longtemps que le charme des femmes, aussi belles soient t'elles, ne m'atteint plus. Je dois dire que quand on croise la déesse de la beauté deux fois par ans on a de quoi haïr les femmes. Je n'aime pas les hommes pour autant, je vous l'ai dit je n'aime personne.

- Au fait. Ne t'assois pas, reste debout c'est plus drôle.

Simple précision. J'ai bien envie de l'agacer un peu plus ouvertement, ça sera déjà plus intéressant que d'avoir juste une bonasse sous les yeux qui se la pète sans oser le moindre geste.
J'inspire. Expire doucement.

- Alors c'est simple. Tu me trouves une de tes amies. Tu me la trouves, tu me tires des infos et si tu as rien, tu me la ramènes, c'est clair comme marché ? Et peut-être que je consentirai à te rendre une liberté de mouvement moins restreinte.

Je souris de plus belle. Juste pour lui laisser penser que je n'ai pas l'intention de la libérer une seconde. Juste pour l'agacer en somme, oui. Mais je n'ai aucune envie de la garder, elle rentrerai difficilement dans ma collection d'objets trouvés. Une autre fois peut-être.
Allez, débats toi un petit peu, que ça anime un peu ma matinée !
Voir le profil de l'utilisateur http://leschroniquesdesumer.forumactif.org



Ka
Messages : 1328
Localisation : Tout là haut dans le ciel où'j chatouille les hirondelles !
Loisirs : Bblblblbllblb.
Humeur : Badass.
avatar
Ka Jehms

Personnage...
Pouvoir: Laisse moi dévérouiller ta caboche, on va s'amuser
Dieu: Inanna
Age: On ne demande pas son âge à une dame !
Ven 21 Nov - 19:30
Je ne sais pas par où commencer. La torture. Oui c'est ça. J'aimerais le voir me regarder avec des yeux effrayés les mains liées. Je voudrais le voir impuissant. Sans la moindre possibilité de riposte. Dépourvu de tout ce qu'il a. J'arriverais là avec le plus beau des sourires, vêtue de ma plus belle robe, dans un déhanché parfait. Je lui caresserais doucement les épaules déposeraient un baiser dans son cou. Je me placerais ensuite en face de lui à quelques centimètres de son visage. Je lui caresserais doucement la joue. Une fois puis une deuxième. Le troisième contact je lui lacérerais son visage. Je vois distinctement mes ongles s'enfoncer dans ses joues. Je le vois serrer les dents pour ne pas montrer de signes de faiblesse. Brave garçon trop digne. Je vois sa peau saigner, ses lambeaux de peau tomber. Je lui mordille la lèvre inférieure. C'est désagréable. Le maitre solitaire n'est là que pour accomplir la destinée du torchon. On a toujours besoin de torchon. Je souris. C'est fou. Je sens se frisson de plaisir dans mon dos. Mes mains, mes doigts en veulent plus. J'éclate de rire. Un rire que je me connaissais pas. Un rire sombre emprunt de folie qui démontre tellement bien la puissance qui me fait gonfler de l'intérieur. Je prends délicatement son visage entre mes mains. Je colle mon front sur le sien et lui souri. J'enfonce mes ongles dans ses tempes. Je vois ça bouche retenir une grimace. Je relâche légèrement prise. Il ferme les yeux. Ce n'est pas ce que je veux. Je veux le voir pleurer. Vider toutes les larmes de son corps, tout le sang de son corps. Je place chacun de mes index sur un oeil, je presse. J'attends que l'orbite se vide pour pouvoir tout broyer dans le creux de ma paume. Tout en entendant ses cris je lui arracherais ses cheveux par poignée. Puis je lacérerais son torse, broierais sa nuque.. Je le vois nettement.

Je serres les poings. Mon esprit me quitte et ce n'est qu'une force infime qui me retient de sauter au cou de cet homme des plus insupportable. Je souris faiblement comme le ferait une belle dame mais au fond de moi je vois que son cadavre avec lequel je m'essuie les pieds. Pourquoi a-t-il fallut que je rencontre ce mec ? On ne pourra pas sortir vivant tous les deux de cette rencontre. C'est un certitude. C'est un fait. C'est tout à fait impossible. Mes mains me font mal tant je les serres. Tant j'essaye de contenir cette frénésie meurtrière. Ce n'est pas digne d'une dame de haute classe voyons ! Il faut savoir garder la tête haute. Si je pouvais me foutre une baffe sans avoir l'air d'une personne totalement stupide je l'aurais fait sans hésiter. Avec un peu de chance cela aurait réajusté mes neurones. Non parce que là j'ai l'impression que je vais pas tenir bien longtemps avant .. Avant quoi ? Non mais sérieux vous voulez que je fasse quoi. A part lui manger le nez -c'est une expression hein !- je peux pas faire grand chose. Je peux tenter de plonger dans le port mais je crois qu'il est plus raisonnable de rester ici. J'ai un foulard Yves Saint Laurent tout de même. Ce serait frustrant de devoir le mettre à la poubelle. Han pauvre de moi .. Je suis la plus triste des jeunes femmes ! Sans aucun doute !

- Parfait. Dans ce cas, commençons.

Je crois sérieusement que je vais tenter l'assassinat. Je suis sûre que les dieux seront de mon coté ! Ce mec est insupportable, personne ne peut le nier ! Oh et le premier qui le fait je le bute. Un de plus un de moins. On s'en fout un peu hein !

- Au fait. Ne t'assois pas, reste debout c'est plus drôle.

Okay. Je le bute. Euh de quelle manière ? Han la la j'hésite .. La torture c'est bien mais c'est pas simple .. Enfin j'aimerais bien tenter ! Après la mort rapide c'est pas mal parce que comme ça on est plus vite débarrassé et ça c'est cool !

- Alors c'est simple. Tu me trouves une de tes amies. Tu me la trouves, tu me tires des infos et si tu as rien, tu me la ramènes, c'est clair comme marché ? Et peut-être que je consentirai à te rendre une liberté de mouvement moins restreinte.


Alors après réflexion et après cette prise de parole absolument ignoble j'ai trouvé. Je veux lui déchiqueter le coup avec mes dents. Lui arracher sa peau. Et bien entendu lacérer son visage. Mais virez le de ma vue ! Vous voulez vraiment qu'un de nous deux meure c'est ça ?! Bande de bâtards ! Vous aussi je vous hais ! Je vous hais tous ! Tous autant que vous êtes ! Vous ne méritez pas d'être là ! Vous devriez tous être esclaves ! Mes esclaves ! Je vous apprendrais le respect et vous verrez que vous êtes loin de la perfection. Je vous hais ! Du plus profond de mon être ! Est ce que vous voyez la pourriture qui ronge vos vies ?! Eh bien c'est de votre faute ! Mais c'est aussi la faute de gens comme lui. Ne vous battez pas. Je garde la tête je vous laisse le reste.

Je garde la tête haute. Un léger sourire se veut sympathique ou à la rigueur neutre orne mon visage. Ma respiration se fait plus profonde et plus rapide. Je crois que l'un de mes ongles à transpercé la peau de paume. Je serre les dents et continue de le fixer.

-Tu. Peux. Toujours. Rêver.


Je vais réellement finir par commettre un meurtre.

HRP:
 

Voir le profil de l'utilisateur





Dark side of the queen wuesh :
 

Steek
Messages : 498
Localisation : Juste derrière toi, pour mieux te manger mon enfant...
Loisirs : Avoir l'air classe et faire ch*er le monde !
Humeur : Va savoir, mon coco~
avatar
Lewis Steek

Personnage...
Pouvoir: Pouvoir ? Quel pouvoir ?
Dieu: Non renseigné
Age: Quand on est poli on demande pas.
Ven 5 Déc - 19:53
HRP : Tant de haine, tu es effrayante oo Mais c'est parfait.

Je hausse un sourcil.
Et bien. Si en ce jour, moi chef de la Congrégation je ne croyais pas aux auras je serai mal barré (parce que c'est sûrement moi qui ait la plus grosse, tous sujets confondus) mais je dois avouer que certaines ont le don assez agaçant de me faire soulever un sourcil. Vous n'imaginez même pas comment c'est fatiguant. Lever ce muscle d'habitude si flegmatique à se mettre au travail, travailler cette contraction du visage (oh moi, mon visage est si parfait sans cet exercice) est tout à fait éreintant.
Ne pensez surtout pas que c'est à cause de la charmante demoiselle que je me tente dans ce challenge périlleux. Disons plutôt que j'étudie son comportement, ou plus précisément, essaye de l'imiter. N'allez pas vous permettre de dire que c'est un jeu d'enfant, si une simple contraction est difficile pour mon si parfait faciès, essayez d'imaginer le chemin qu'il me reste à parcourir pour arriver au sien. Trop. Beaucoup trop. La jeune créanne a à proprement parlé commencer à me faire une panoplie de visages tous aussi tripant que les autres. Je me demande comment elle fait pour déformer sa bouche, contracter menton et sourcils dans un même temps et garder ces yeux aussi affamés.
Je jette un coup d’œil derrière moi, furtivement. Ha non, c'est bien moi qu'elle regarde. Bon. Ok. Peut-être qu'il faudra que je lui dise que je ne pense pas avoir l'air de pâté pour mouton (la vache folle n'est pas si loin). En même temps, je ne devrai pas m'étonner de cette haine soudaine et morbide. Oui ça me fait rire. Vous n'avez jamais eu affaire à des bambins qui s'accrochent à votre pantalon pour vous empêcher d'avancer ? Moi si. C'était très drôle. Mis à part le fait que je suis interdit de crèche à vie pour avoir donné un coup de pied « d'une extrême violence » à un enfant de trois ans. En même temps, c'est d'une connerie à cet âge là... C'est un peu pour ça que je déteste Renzo d'ailleurs.
Bref, où j'en étais ? Ha oui. Rien à voir avec notre chère Ka ? Vous rigolez ?! Vous trouvez pas qu'elle a un air à avoir envie de m'arracher le pantalon ? Excusez moi, je suis vulgaire, mais tout de même des chieurs pareils on en rencontre que chez les humains... Je suis humain ? Vous avez perdu le sens de la vue. Ha si, je vous assure. Je suis Parfait, pas humain, là est toute la différence.
Elle tente de garder la tête haute en me parlant. Pas vraiment dur vu qu'elle est debout et que je suis assis. Pourtant c'est bel et bien moi qui la regarde de haut. Je plains la personne qui tenterai de rendre ça en dessin, ça doit être infernal. Non parce que pour que les regards ne se croisent pas... Bref. Cette stupide manie de lever la tête le plus haut possible pour être sûr d'avoir le dessus est parfaitement inutile et ne tends qu'à m'énerver/amuser, sans mention inutile. Ça dépend des jours disons.
Je la vois tenter un sourire. Enfin je suppose que c'est un sourire, la déformation de son visage n'a absolument rien de charmant comme je le disais plus haut. Je sens l'odeur du sang. Ho ? Elle s'est même mutilée pour s'empêcher de me sauter dessus ! C'est mignon. Vraiment.
Sa respiration ralenti. Je crois qu'elle est sur le point de parler. Fantastique, elle qui n'a pas dit un mot depuis le début de nos retrouvailles !

- Tu. Peux. Toujours. Rêver.

Je souris de plus belle. mais je rêve, je rêve que crois tu ! Je rêve éveillé même. La preuve c'est que tu vas quand même m'obéir pas vrai ? En fait elle peut pas faire le contraire vous voyez, c'est pour ça que j'aime mes cigarettes magiques, je devrai les faire breveter. Pour la 106ème fois, je veux dire. Un jour je me marierai avec mes cigarettes. Mariage de 20 minutes de bonheur ça n'engage en rien vous ne trouvez pas ?
Elle semble attendre. Hm ? Ah oui, ma réponse sûrement. Je penche la tête sur le côté, doucement, avant de finir ma tasse. Que dois-je répondre ? "Ho non c'est vraiment pas sympa ça !" ? Après réflexion, c'est la phrase que m'a sortit Ren la dernière fois que je lui aie coupé le bras à la machette, pas super approprié.
Dans ce cas...

- Excusez mon impolitesse. Vous pouvez disposer. Ha ben non en fait tu peux pas, c'est bête hein ? C'est ce que généralement j'appelle une proposition à sens unique.

Je sens qu'elle résiste. Enfin qu'elle essaye. C'est comme si je recevais es assauts mentaux. Que pense t-elle ? Qu'elle va m'atteindre avec son si petit niveau ? Oui je vous autorise à rire. Je respire bruyamment. Mais c'est qu'elle insiste en plus avec ses analogies entre mon physique et la nourriture. Elle essayerait pas de griller un niveau par hasard ? Ho, ce serait tellement drôle ça, ça faisait longtemps que je n'avais pas vu une créanne passer un niveau, même si bas ! Le dernier remonte à... Mercutio, cet enfoiré. Enfin, c'était pour passer Ancienne, pas tout à fait le même événement. Bref, ne revenons pas dessus, même pour moi c'est pas un super souvenir.
Mais en attendant, s'il est possible d'avoir du plaisir de cette manière, essayons de lui faire passer ce petit cap, ça sera drôle je trouve que la Congré manque d'ennemis en ce moment...

- Sinon, vous pouvez répéter le refus ? C'était un peu trop haché à mon goût, ça manquait de fluidité...

Et toujours cet inlassable sourire que je lui sert. Vas-y, montre moi ce que ça fait quand tu te surpasses, ma chère Ka... Peut-être que je te laisserai tranquille en récompense après. Peut-être.
Voir le profil de l'utilisateur http://leschroniquesdesumer.forumactif.org



Ka
Messages : 1328
Localisation : Tout là haut dans le ciel où'j chatouille les hirondelles !
Loisirs : Bblblblbllblb.
Humeur : Badass.
avatar
Ka Jehms

Personnage...
Pouvoir: Laisse moi dévérouiller ta caboche, on va s'amuser
Dieu: Inanna
Age: On ne demande pas son âge à une dame !
Ven 19 Déc - 19:56
Son sourire n'est qu'une honte pour ce monde. A coté de lui tout semble si beau. Et le voilà. Lui. Cette chose horrible. Cette immondice au milieu de la rue. Comment peut il survivre à l'ignominie qu'il est ? Je ne peux le voir. Son large sourire est sans aucun doute le plus désagréable sourire qu'il m'ait été donné de voir. Je me vois face à lui. Je me vois avec ce couteau à lui lacérer les joues. L'homme qui rit. Oui c'est ça. Continue de sourire et désespère par la suite du sort que je t'aurais infligé. Tu mérites tellement pire.

-Excusez mon impolitesse. Vous pouvez disposer. Ha ben non en fait tu peux pas, c'est bête hein ? C'est généralement ce que j'appelle une proposition à sens unique.

Retenez moi. L'un de nous deux va mourir. Je vais l'achever. Je vois son corps se déchirer entre mes mains. Je me vois lui arracher sa peau centimètres par centimètres afin de pouvoir le ranger dans des bocaux. Je me vois lui arracher un oeil et le bruler devant celui qui lui reste. Je me vois lui arracher un oeil et le broyer à coté de son oreille. Je me vois lui couper les oreilles et les lui faire bouffer. Je me vois disloquer son visage en souriant. Mes mains tremblent. Si ça continue je sais bien ce qui va se passer. Je vais tenter l'impossible. Mes mains tremblent. Elles tremblent de plus en plus et moi je ne fais rien. Je reste droite, tête haute, un sourire fébrile. Mépris, peur et folie se battent au fond de mes yeux. La folie me broie le cerveau. Je ne vois plus que son cadavre et son sang qui teinte mes escarpins.

Je vois son sourire immonde s'afficher en face de moi. Il est fier. Bien trop fier. Vraiment bien trop fier pour ce qu'il est. Il n'est qu'une ordure. Je verrais bien son corps au bout d'une corde. Les yeux révulsés, les vertèbres détachées, le filet de bave qui coule après le menton. Un corps inerte sans internet. Je verrais bien son corps attaché au milieu d'un bucher. La peau qui fond, des cris d'horreur et de douleur, le crépitement des flammes et
la chaleur d'un corps melé à celle du feu. Je verrais bien son corps coupé en deux. La tête d'un coté, le reste de l'autre, la guillotine au milieu et le monde heureux. Je veux en avoir fini avec lui. Je veux lui arracher son sourire de mes mains et le lui enfoncer dans l'oesophage pour qu'il puisse s'étouffer avec. Je veux le voir mourir. Je veux le voir faible et l'écraser de mon talon comme je pourrais le faire avec dégout pour un cafard. Ce n'est qu'un cafard vicieux et il ne pas mieux que mes talons aiguilles pour lui crever les yeux.

-Sinon, vous pouvez répétez le refus ? C'était un peu trop haché à mon goût, ça manquait de fluidité...

Quand je le regarde j'ai envie de le voir mort. Je n'en peux plus. Pourquoi est-il là ? Pour est ce sur moi que ça tombe ?! JE VEUX TE VOIR MORT ! Tu n'es qu'une immondice de plus créée par les dieux. Retourne à l'état de poussière et laisse moi en paix ! Je vais te tuer ! Te tuer ! Cesse de me regarder avec ton sourire indécent. Que veux tu à la fin ? Me contrôler ? Mais tu ne m'auras jamais ! J'aurais ta peau avant !

Mes mains tremblent. Mes doigts subissent des sortent de pulsions. J'aimerais lui demander de placer son visage entre mes mains et ces pulsions seraient assouvies. Je pourrais lui lacérer le visage comme je veux. Lui arracher les yeux, lui arracher la langue, ses dents, ses oreilles et pourquoi pas ces cheveux aussi. Ce serait amusant de lui décaper la peau non. Après avoir arraché les premières idées pourquoi ne pas voir ce qu'il y a un peu plus loin sous le masque. Lui arracher la peau puis décomposer ses muscles filament par filament. Entendre ses cris retentir et ne pouvoir cesser de rire face à l'horreur qu'il subit, le monstre qu'il devient. Je suis sûre qu'il a toujours rêvé d'être considéré comme une oeuvre. Je lui en offre l'occasion. Ainsi l'on peut être sûr qu'il n'y en aura pas deux pareil ! Allez ! Sois stupide et accepte !

Je serre les dents. Fort. Si fort. J'en ai mal. Je serais presque capable de grogner, de rugir. Je voudrais planter mes crocs dans sa gorge. Sentir le goût de son sang dans ma bouche et pouvoir sourire ainsi sachant qu'il n'est plus. Me calmer, un peu. Reprendre mon souffle, m'asseoir paisiblement et observer avec un sourire de satisfaction son cadavre à mes pieds. Ce n'est pas trop demander. C'est juste raisonnable.

-Crève.

La douleur de mes paumes me font lâcher prise. J'ouvre mes poings. Mes mains sont toutes contorsionnées et ne cesse de trembler. Je le regarde. Il est impossible de croire que je suis calme à ce moment précis. Je vois une fillette éclater en sanglots derrière. Ahah ! Cet horrible homme est donc contagieux. Le vice est en moi donc ? Je deviens si horrible. J'ai horreur d'être horrible tout comme j'ai horreur des hommes comme toi. Je te l'ai dit non ?! Je sais très bien que tu comprends ! Enfoiré ! Casse toi ! JE TE VEUX MORT !
Voir le profil de l'utilisateur





Dark side of the queen wuesh :
 

Steek
Messages : 498
Localisation : Juste derrière toi, pour mieux te manger mon enfant...
Loisirs : Avoir l'air classe et faire ch*er le monde !
Humeur : Va savoir, mon coco~
avatar
Lewis Steek

Personnage...
Pouvoir: Pouvoir ? Quel pouvoir ?
Dieu: Non renseigné
Age: Quand on est poli on demande pas.
Dim 1 Fév - 2:54
Hrp : Sans surprises je m'excuse platement pour le temps de réponse, je sais à quel point ce rp est important en plus pour ton perso... Tu as le droit de me frapper (juste une fois)
...bam...

Hum. Vous ne trouvez pas ça constructif ? Vous vous trompez. Comme toujours d'ailleurs, vous passez votre temps à vous tromper, la nature du fail humain que voulez vous. Enfin, je suis de bonne humeur comme toujours alors je vous emmène avec moi dans mon raisonnement. A tout ceux que mes textes inutilement longs ennuient ou qui se croient assez intelligent pour comprendre seuls (ce qui serait de leur part une grande preuve de stupidité mais passons) je conseille de sauter le paragraphe suivant.
Comment expliquer mon "Hum" donc. Il suffit de regarder en premier lieu le visage de la demoiselle, élégamment déformé encore et toujours par sa violente haine intérieure. Je dois vous avouer que même si j'apprécie particulièrement ce genre de spectacles tout à fait délectables je ne les comprends pas toujours. Admettons, cette créanne aurait tout aussi bien pu être un homme, un animal autrement plus ou moins inoffensif, voir même un médium ou un missionnaire que je déteste plus ou moins, mon discours et mes actes auraient été peu ou prou exactement les mêmes. Qu'ont ils donc tous à se disputer mes réactions. Si j'ai pas envie d'être en colère je ne le suis pas. Si je veux torturer un peu les autres moralement, qui pourrait donc m'en empêcher ? La question principale étant, vu que je fais ça à tout le monde, pourquoi continuent ils tous à penser qu'ils sont les seuls et uniques que j'ai décidé d'emmerder ? Ce n'est pas un privilège, loin de là, nombreux sont ceux qui sont passés par là, qui m'ont offert le même regard de haine profonde comme si ils avaient un message à m'envoyer du style "je suis plus dangereux que j'en ai l'air". Oui enfin pour le moment tu es juste mal et moi tranquille, c'est ça qui fait la différence.
D'où mon "Hum". Parce que malgré leurs différences de constitutions les humains et les créannes réagissent de la même manière face aux attaques sur leur personne. Pas si différents en fin de compte, peut-être que je devrai en parler en cours... Si jamais je décide d'en donner et de faire rattraper toutes les heures qu'ils n'ont pas faites. Et puis après réflexion, parler des comportements devrait aussi m'emmener à parler de Renzo, cet espèce de dégénéré dénué de bon sens (sûrement une décadence progressive des cellules du cerveau post mortem, allez savoir...) et ça me ferait perdre autant d'énergie que de temps, donc oublions.
Je fais donc face à ma boule de nerfs, car je me vois mal la désigner autrement, pour une fois qu'une image colle aussi bien à la réalité, m'efforçant de ne pas trop rire (c'est mal poli à ce qu'il paraît) et de rester stone quand à sa réponse. Crève. Mouais. Pas super original mais je ferai avec. Quoique, j'aurai quand même deux trois trucs à redire, notamment sur l'utilisation de l'impératif, surtout à la deuxième personne du singulier. Je préfère quand on me vouvoie, même quand on me donne un ordre, voyez vous.

- Hm. L'intonation était mieux. L'originalité par contre...

Je vois ses poings se serrer, son mental de déchainer de toutes ses forces pour y arriver. Je sens son pouvoir encore tout jeune tenter de lutter inutilement contre l'effet pervers de mes cigarettes, je sens ses envies de meurtre dépasser enfin le seul stade de la pensée. Elle veut agir. Son corps veut agir, et elle semble comprendre que son esprit doit pour cela se libérer.
C'est pas trop tôt, on va pouvoir s'amuser. Plus qu'une dernière petite phrase, une dernière provocation et je sens qu'elle passera le mur qui la sépare de son évolution. Comment dire, je me sens un peu comme si j'étais en face d'un pokemon à qui je fais faire son dernier combat. Très exaltant.

- Enfin, peut-être désirez vous reprendre un peu de fumée avant que nous continuions notre discussion ?

Je lui tend l'objet qui la laissa quelques minutes plus tôt dans l'embarra le plus total. Et hop, là vous voyez je lui donne sa dernière potion avant l'évolution. Change donc de forme, tadmorv !
Voir le profil de l'utilisateur http://leschroniquesdesumer.forumactif.org



Ka
Messages : 1328
Localisation : Tout là haut dans le ciel où'j chatouille les hirondelles !
Loisirs : Bblblblbllblb.
Humeur : Badass.
avatar
Ka Jehms

Personnage...
Pouvoir: Laisse moi dévérouiller ta caboche, on va s'amuser
Dieu: Inanna
Age: On ne demande pas son âge à une dame !
Lun 9 Fév - 17:34
Quand une personne est emprunt du vice il est difficile de lui extirper. Quand se vice va à l'encontre de ce que vous êtes il est même bien plus simple et bien plus jouasse de tuer cette personne. Elle commence par vous assommer, vous dénigrer, vous ridiculiser, vous insupporter au plus profond de votre être et pour finir vous mettre à bout et faire affluer en vous cette profonde envie de meurtre. Sauf que voyez vous parfois même dans ces moments de haine profonde l'on sait bien qu'il ne faut pas dépasser une certaine limite. On appelle ça de la lucidité je crois. C'est quelque chose qui nous permet de rester en vie. Par exemple vous voyez cet homme ? Vous voyez cette femme ? Et bien il serait dangereux pour elle de s'aventurer plus loin. Non pas que ce soit un violeur, ça on n'en sait rien, donc on ne peut rien dire. Non non juste que face à lui, face à ce pouvoir qu'elle ne connait pas il est largement préférable de stopper net toute euphorie.

Cependant toute personne un minimum Miss Potins se dira au mon dieu quel vilain homme il ne veut pas rendre les clés de l'appartement à son ex petite amie. Disons qu'on est pas encore là mais c'est pas si loin .. Bah oui, il faut tout de même reconnaître qu'il y a une certaine tension. Et la tension des couples en instance de divorce est presque semblable. A ça près que l'homme n'est pas sensé avoir des cigarettes magiques pour manipuler son épouse, ex ou non. La situation est donc en effet bien particulière et si vous en croiser une comme ça je ne souhaite pas le savoir, cela signifierait que les dragons peupleraient bientôt le ciel et je ne tiens pas à ce que ce soit le cas. Non mais franchement .. Il y a des moments où être stupide c'est aussi se préserver.

Revenons en à cet homme .. Un minimum civilisé et cette magnifique blonde. Le temps semble presque stoppé. Autour d'eux plus rien n'existe. Il n'y a que ce duo malveillant qui dégage une aura. Inconsciemment on dirait que les gens évitent et ce de loin le rapprochement. Ce n'était pourtant pas si terrible. L'un allait mourir et l'autre partirait en payant la consommation. Ni plus, ni moins. Rien qu'une action civilisée pour le bien de tous. Et ainsi ce serait comme s'il ne se serait rien passé. Ce ne sera plus qu'un souvenir bref et personnel. Rien d'important. Cela s'arrêterait comme ça. Dans un cas l'homme partirait, avec ce même sourire si déstabilisant. Dans l'autre la femme referait brièvement son chignon et partirait d'un pas élégant pour aller reposer son esprit un peu plus loin.

L'homme fit une remarque. La femme ne cessait de tenir ses moins serrés comme jamais. Ses dents serrés comme jamais. Il savait ce qu'il faisait. Elle en revanche, n'avait aucune idée de ce qui l'attendait. Elle patienta suite à la première phrase de l'homme. On le sait tous, répondre à une provocation ce n'est pas toujours ce qu'il a de meilleur. Elle tenta de réguler sa respiration de se calmer mais la simple vision de ce visage si souriant, si exécrable, l'a mettait hors d'elle. Il reprit la parole et lui tendit l'objet. L'objet qui avait tout fait commencer. L'objet qui la retenait ici.

Elle voulu lui sauter au cou. Elle voulu lui arracher la peau à coup de dents. Lui détruire les mains à coups de pieds jusqu'à en avoir des ongles détachables. Lui arracher les yeux de ses longs ongles et les réduire en purée dans le creux de sa main. Lui arracher les cheveux. Voir sa tête exploser sur le sol. Voir se charmant liquide écarlate se répandre autour de son corps inerte. Elle voulu le tuer. Elle voulu le crier. Mais elle s'effondra subitement.

C'était un espace infini. Jauni. Comme rongé par le tartre du au cigarettes. Bien fait pour sa gueule. Un espace infini qui pour autant il y avait quelque chose d'étrange. Elle se sentait rejetée. Elle ne comprenait pas mais c'était une sensation désagréable. Elle était ici et donc en droit de posséder cet espace. Elle voulu s'accrocher au sol pour ne pas être aspiré par le haut mais rien ne lui permettait. Le sol était parfaitement lisse et étrangement peu palpable. Cette endroit serait le sien coûte que coûte ! Elle ne se voyait pas, elle ne comprenait pas, elle ne savait pas où elle était exactement mais elle avait la ferme intention d'y demeurer et de faire comme toujours, laisser une trace. Sa rage était telle que même la puissance si déstabilisante qui l'attirait vers le ciel ne suffisait pas à la faire quitter ce royaume. Elle se mit à courir. Ou à voler. Ou a creuser. Rien ne nous le dit, rien ne nous le confirme. Elle arriva à une salle étrange. Un octogone à mille et une portes. Il tournait tout d'abord lentement puis de plus en plus vite. Lui non plus ne voulait pas d'elle. Peu importe. L'une des portes la conduirait quelque part. Il fallait juste trouve la bonne. Elle se prenait des coups, avait du mal à tenir debout mais persistait. Elle serait les dents comme quelques secondes avant. Elle s'agrippait aux poignées qui se disloquaient à son touché faisant disparaître la porte par la même occasion. Le sol se démantelait, l'obligeant à monter, l'esprit se fermait. Une sensation de menace, comme s'il voulait la dévorer. Elle continua vers le haut. Oubliant que c'était le choix de ce pouvoir. Elle secouait frénétiquement chaque bout qui dépassait espérant débloquer quelque choses. La salle se faisait de plus en plus lumineuse. Elle sentait que c'était la fin. De quoi ? De ce bref voyage dans un esprit aussi turbulent et puissant.

Soudain, là, une porte noire. On ne sait comment elle s'y propulsa. Comme si la couleur indiquait la possibilité. Dans ce bonde qui devenait de plus en plus clair allant même jusqu'à créer des poignards de lumière elle arriva dans la seule porte pour laquelle elle avait un laissé passé. Elle pénétra dans cette pièce entièrement noire. Elle sentit cette obscurité la broyer. Chaque sensation étant comme si l'on tentait de l'étouffer ou de la disséquer. Un instant, juste un instant, elle vit le café. Elle vit là où elle était, où devait être. Son corps était inerte sur le sol. Comme mort. Elle, elle était là se débattant contre on ne quoi. Elle n'avait sa place nulle part dans cette esprit. Elle y laisserait sa peau. Elle l'avait compris. Elle se laissa ainsi porter. Comme vaincue mais avec un sourire sur les lèvres. Des instants douloureux qui lui aurait pour autant peut être apprit bien des choses.
Voir le profil de l'utilisateur





Dark side of the queen wuesh :
 

Steek
Messages : 498
Localisation : Juste derrière toi, pour mieux te manger mon enfant...
Loisirs : Avoir l'air classe et faire ch*er le monde !
Humeur : Va savoir, mon coco~
avatar
Lewis Steek

Personnage...
Pouvoir: Pouvoir ? Quel pouvoir ?
Dieu: Non renseigné
Age: Quand on est poli on demande pas.
Ven 6 Mar - 1:05
HRP : Je m'excuse encore pour le retard et pour ce post qui va sûrement être court, et félicitations pour ton post et ton passage de rangs =)

C'est assez amusant.
En effet, je pourrais toujours commencer mes discours par cet effet de style tant il y a de choses distrayantes et à la fois si pitoyables dans ce vaste monde. Et lorsque cette jeune et apparemment plaisante créanne s'effondre d'un coup, c'est en effet quelque chose pouvant être qualifié d'amusant. Non pas pour le bruit totalement disgracieux que fait sa stupide carapace humaine tombant sur le sol (quoique) mais pour ce que je ne vois pas, que je sens arriver. Je sens son esprit se développer dans l'espace comme une odeur répugnante, je ne vous dit pas par où il entre ce serait trop abstrait.
Et puis je sens cette deuxième présence dans ma tête, cette autre moi qui veut observer à travers mes yeux, qui cherche et se perd dans les méandres de mon esprit.
Je me demande ce qu'elle voit, cette étrange créature. Quelle partie de mon esprit elle se surprend à visiter. Quel chemin elle prend et surtout, quand est ce qu'elle se rendra compte qu'elle est définitivement perdue et engloutie par la grandeur de mon esprit ? Je ne l'ai pas vraiment laissé entrer, je suis un peu rodé en la matière voyez vous. Elle se trouve dans une sorte d'antichambre, entre la première et la seconde barrière je suppose, tout est loin d'être aussi clair que dans Inception.
Et si vous voulez un avis constructif, moins fondé sur les perceptions, je dirai que malgré tout un esprit dans un autre, ça prend de la place. On ne se sent plus tout à fait nous même, on sent ces deux entités qui se battent. Dans mon cas, j'écrase de façon assez monumentale la seconde, si bien que je pourrais la tuer si elle se risquait dans des choses qu'elle ne devrait pas voir.
Je m'égare un instant à regarder son corps sans défense devant moi. Je pourrais tout aussi bien tuer son corps physique et elle se mourrait seule. Est-elle donc à ce point stupide ? Non peut-être pas... Désespérée sûrement. Ou alors sa haine l'aveugle. Beaucoup plus probable. Alors que je relâche mon attention elle réussit à se faufiler jusqu'à ma vue et j'en ai fini de jouer. La présence est devenue d'un seul coup plus forte, plus prégnante. Je la sens qui force, toujours et encore, qui tente de briser les chaînes, les barrière, qui attaque comme une folle pour se diriger vers le centre. Je serre les dents. Un passage à l'intérieur de ma personne. Ça c'est une nouveauté.
Mes yeux bon sang. Attaqués à l'âme, c'est le cas de le dire. Mon corps me signale qu'il est temps d'arrêter, que ça me fait sûrement plus dépenser d'énergie que nécessaire. Et alors que la charge d'énergie de l'intruse se fait plus forte, mon corps l'expulse littéralement.
Il serait faux de croire que le passage à Instable n'est pas violent. Tous les passages le sont, et il y a un instant dans le passage où quelque soit la puissance initiale de la créanne son potentiel complet s'en trouve révélé. Et je peux dire sans me tromper que celle ci en a un bon paquet, même si ça m'en coûte de l'admettre.
La répulsion, elle aussi, a été d'autant plus violente. Je cligne des yeux, un peu surpris. Bien. Ce n'est pas le moment de traîner maintenant, avant qu'elle ne comprenne ce qu'il vient de se passer. Je brise le maléfice de la cigarette et me lève, réajustant ma veste. Je dépasse le corps de la créanne, encore au sol, reprenant doucement ses esprit après l'expulsion. Je la regarde un instant, l’œil vide.

- Tu as de la chance. Ton audace t'a sauvé. Cette fois.
Voir le profil de l'utilisateur http://leschroniquesdesumer.forumactif.org





Page 1 sur 1
 
Les Chroniques de Sumer :: Stockholm :: Port
Poster un nouveau sujet Ce sujet est verrouillé, vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.