Poster un nouveau sujet Répondre au sujet
 :: La Congrégation :: Bibliothèque
Enquête sur la taille des lecteurs
Aller à la page : Précédent  1, 2
Fray
Messages : 225
Localisation : Bibliothèque
Loisirs : Réciter des cosmogonies
Humeur : Dérangée
avatar
Fray Almovitsh

Personnage...
Pouvoir: aucun
Dieu: Non renseigné
Age: 35 ans
Mer 25 Mai - 14:11

C'est très clairement le genre de journée qui vous donne envie de prendre des vacances. Mais c'est aussi le genre de journée qui vous donne un peu confiance en la nouvelle génération de missionnaires. Car Lynn a l'air bien décidée de ne pas se laisser faire par une déesse qui passait dans le coin. J'essaie de suivre ses ordres, mais je ne pense pas tout de suite à courir, un peu ébahi par l'apparition dudit éléphant rose volant. Quelle diversion ! Et quelle poigne aussi, elle me tire en direction de la sortie, droit vers les toilettes des filles. J'espère qu'il n'y a pas d'ectoplasme plaintif à tresses qui fait fuir les visiteurs...

Une fois la porte refermée, nous nous retrouvons enfin seuls. Enfin, avec nos doubles dans le miroir. Bon sang, c'est encore pire que ce que j'imaginais ! Même un marin n'aurait pas envie de démêler ces nœuds tellement ils sont entremêlés...
Lynn essaie de défaire la lourde tresse emmêlée, mais de toute évidence, elle non plus n'a pas obtenue son badge de mérite scout « nœuds marins et capillaires ». En effet, plus nous essayons de les défaire, plus ils semblent se serrer. Et moi qui prend pourtant soin de ma fragile chevelure ! Lynn commence à jurer, visiblement agacée, les mèches de cheveux lui glissant entre les doigts. J'essaie de rassembler ce que j'ai retenu au cours de ma vie sur les tresses et leur démêlage, mais il n'y a rien dans les livres sur les coiffures bicéphales...

Je sais que j'étais censé mettre de côté la question de sa taille, et j'ai bien compris que je l'avais vexée en lui demandant si elle n'avait pas du mal à attraper les livres les plus en hauteur. Mais là, la différence de taille pose un vrai problème. Je réfléchis un instant aux conséquences, puis j'arrête de tergiverser.

J'attrape la jeune missionnaire par la taille, la soulève aisément et la hisse sur le meuble en bois, entre deux lavabos, juste devant le grand miroir. C'est vraiment un poids plume, même avec tous les cookies qu'elle a engloutis ! Mine de rien, ça fait pas mal de moments gênants partagés en une seule journée. Disons que ça créé des des liens... Ça me fait rire, un peu nerveusement. Je suis un peu fatigué, et il faut croire que je commence à vieillir et que seul le sucre des cookies me permet de rester de « bonne » humeur. Je pense que je vais appeler un des stagiaires, même si on arrive à tout démêler, je n'ai pas le courage de faire la fermeture de la bibliothèque ce soir.

Nous nous appliquons tant bien que mal à la tâche, et je me répète mentalement en boucle « Faites que personne n'entre à cet instant précis ». Quoique... je n'aurais peut-être pas du formuler cette prière, Dieu sait combien Enlil aime pourrir la vie des ses missionnaires au lieu de les aider... Je n'ai pas le temps de m'inquiéter des hobbies des dieux, car un gargouillement sonore et étrange monte sourdement dans la pièce.

J'essaie de tourner le visage pour trouver la source du grondement, mais ça reste difficile de bouger sans tirer sur les cheveux de la jeune missionnaire. On dirait que des toilettes débordent, mais nous étions bien les seuls dans la pièce en y entrant tout à l'heure, qu'est-ce qui peut causer un tel boucan ? J'interroge Lynn du regard. J'ai envie de lui demander : alors, nouvelle source d'agacement ou nouvelle possibilité d'aventure ? Mais au lieu de ça, je me contente de lui proposer :

- On va voir ce que c'est ?

C'est toujours difficile de se déplacer avec les cheveux tressés, malgré les efforts que nous avons fourni pour tenter de les démêler en partie, mais nous parvenons finalement à la porte battante des toilettes d'où proviennent les bruits de tuyauterie malmenée et les glougloutements douloureux. En ouvrant la porte, je vois immédiatement le crabe, en train de remonter péniblement la tuyauterie pour émerger de la cuvette. Je n'ai jamais été aussi exaspéré à la vue d'un crustacé de toute ma vie... Urgh. Pourquoi cette horripilante créanne ne peut-elle pas retourner dans le bureau de Steek ?!

Voir le profil de l'utilisateur

Lynn
Messages : 389
Localisation : Avec moi-même.
Loisirs : Saupoudrer ta tête de paillettes ♥
Humeur : Joie et paillettes ♥
avatar
Lynn Hiems

Personnage...
Pouvoir: Inventeur, avoue t'es jaloux ! #ÇaRime
Dieu: Enlil
Age: 20 ans et toutes ses dents ~
Ven 24 Juin - 11:14
Mes cheveux. Mes si beaux cheveux. Emmêlés de la sorte. Ah, ça me fait de la peine. A lui aussi apparemment. Après quelques minutes de galère, M’sieur Fray me… wtf, me porte pour m’assoir sur le bord du meuble avec les lavabos ? Bon OK c’est vrai qu’il était presque plié en deux à cause de la différence de taille. C’pas ma faute, il avait qu’à pas être grand d’abord.

Bref. Et, sérieusement, j’ai juste l’impression que la déesse elle a fait des doubles nœuds combinés à des nœuds de huit –t’sais les trucs qu’on fait en escalade- le tout en forme de tresse parce que c’est super chiant à défaire. On va pas devoir en arriver à devoir couper ces mèches, quand même ?! Ah nan mais ça ferait un trou dans ma chevelure, je suis pas d’accord !

Alors qu’on commence enfin à pouvoir défaire un peu ce truc, un bruit hyper louche s’échappe des toilettes. Ah nan mais y avait personne avant d’entrer ! Ça sort d’où ça encore ?

Je saute du bord du meuble, et on s’approche tant bien que mal vers les toilettes d’où s’échappe le bruit chelou. J’espère que les toilettes vont pas exploser, ou que la chasse d’eau va pas se mettre à fonctionner en sens inverse, ce serait clairement trop dégueulasse.

Mais nan. Le crabe. Ahah, lol, je ris, je ris très fort. J’avais balancé cette saloperie dans les toilettes de la bibliothèque. J’avais même pas tiré la chasse d’eau. Et cette chose est assez stupide pour penser que le seul moyen de s’échapper était de passer par les tuyaux. Ça pourrait presque faire penser à Harry Potter et la Chambre des Secrets en clairement moins puissant. Une bestiole cheloue qui se balade dans la plomberie de l’école… sauf que par chez nous c’est pas un serpent géant meurtrier avec le regard qui tue, mais une créanne stupide avec une forme de crabe et une forme de vache.

Je prends le truc du bout des doigts par la carapace. Ouh, pas contente la créanne. Elle me fixe de ses petits yeux noirs –putain je savais pas qu’un crabe ça avait des yeux- en faisant claquer ses pinces dans l’air. Ahhh, t’as peur heiiiiin ?

M’sieur Fray, j’vais vous initier à la pêche au crabe.

Je fais demi-tour, bouche un des lavabos, et fait couler de l’eau au fond avant de mettre le crabe dedans. Fort mécontent, il s’agite et tente de s’échapper, mais glisse sur les rebords d’ivoire lisses de la cuve –vous avez vu comme je suis fort poétique, j’ai toujours eu une âme de littéraire-.

Bon donc vous voyez, généralement y a du sable au fond, et le crabe c’est un trouillard, du coup il se cache sous le sable. Du coup, faut que vous chassiez le sable…

Je fais style de chasser du sable imaginaire, et de fait agite fortement l’eau. Est-ce que ça peut vomir un crabe ?

Après le crabe va essayer de se barrer, et- AHHHH CONNASSE !

Je recule précipitamment. La machine là, elle a coupé le bout de la tresse de nos cheveux. Non mais ça va pas là. Mes cheveuuuux…

OK. Donc on va défaire ce truc, et après je vous apprends comment on noie un crabe.

L’avantage est qu’il ne nous reste plus que la moitié de la tresse à enlever. On s’y colle, et hop, LIBÉRÉE DÉLIVRÉE (et libéré délivré pour le monsieur).

Je me tourne ensuite vers la créanne qui s’agite toujours comme une débile au fond du lavabo.

Euh.

Sauf qu’elle s’agite comme une débile, mais d’un coup elle se retransforme en vache, explosant le meuble au passage.

Allez, fantastique.



Voir le profil de l'utilisateur



Fray
Messages : 225
Localisation : Bibliothèque
Loisirs : Réciter des cosmogonies
Humeur : Dérangée
avatar
Fray Almovitsh

Personnage...
Pouvoir: aucun
Dieu: Non renseigné
Age: 35 ans
Ven 1 Juil - 0:19


Face au spectacle désolant d'un crabe tentant vainement de remonter les parois de la cuvette des toilettes, Lynn rit. Je ne saurais dire si c'est un rire jaune, fatigué et cynique, ou si elle se moque gaiement de la pitoyable créature. Pour ma part, je n'ai pas vraiment envie de rire. Mais au moins, je ne suis plus paralysé par la sensation de malaise et de nausée comme tout à l'heure. Certes, son aura de créanne est encore désagréable, mais elle ne me paraît plus douloureuse désormais, ni dangereuse. Je ne me sens plus menacé par cette présence maintenant, juste agacé.

Je serais presque heureux de ce progrès accompli aujourd'hui... Mais le fait de rencontrer de nouveau cette infâme vache-crabe ne m'inspire aucune joie. À l'avenir, je continuerais de l'éviter et de lui jeter des regards mauvais quand je me retrouverais en sa présence, dans le bureau de Steek. Cependant, je sais qu'en cas de visite impromptue, je ne serais plus pris au dépourvu, incapable de réagir.

Je laisse donc Lynn s'emparer du crabe. Elle le tient à bout de bras pour empêcher ses épaisses pinces de l'atteindre, et je sens le plaisir qu'elle prend à narguer la bête. Sa proposition me fait sourire. J'arrête d'afficher une expression consternée, et je la suis, presque amusé.

- Ainsi, je n'aurais pas à attendre les prochaines vacances estivales pour m'essayer à cette activité dont tu me vantes tant les mérites !

Les gestes habiles de la jeune prêtre-roi mènent le crabe au fond d'un lavabo rempli d'eau. J'écoute attentivement ses instructions que, pris au jeu, je ponctue régulièrement de « Je vois, je vois... ».

Soudain, son juron brusque me fait presque plus sursauter que le mouvement vif de la pince du crustacé, qui s'élance avec précision vers la tresse. Quelques cheveux tombent dans la vasque du lavabo, une vision qui m'emplit de tristesse. Qu'une déesse décide de s'entraîner sur nous deux jours avant de passer son CAP coiffure, soit, on n'y peut pas grand chose. Mais qu'après avoir pourri ma journée, une misérable créanne touche à mes beaux cheveux, ça, ça appelle à la vengeance.
Je la désigne d'un doigt menaçant, les sourcils froncés, penché au-dessus d'elle, et je lui souffle, d'un air sinistre :

- Tu nous le paieras.

Puis, je me relève et me tourne vers la jeune prêtre-roi, de nouveau prêt à régler cette situation comme un être civilisé :

- Mais avant cela, tu as raison, nous avons encore une tâche à finir d'accomplir.

Peut-être est-ce l'envie d'en découdre avec la vache-crabe qui nous donne des ailes, mais nous réussissons assez vite à dénouer le reste de la tresse. Enfin libre de mes mouvements, je prends le temps de m'étirer (être penché au niveau de Lynn depuis tout à l'heure m'a donné mal à la nuque).
Soulagé d'être libéré du mauvais sort d'Innana, je lui lance avec entrain :

- Alors, cette noyade ?

Eh bien, cette noyade, je ne suis pas sûr qu'elle puisse avoir lieu, parce qu'à l'instant où je prononce ces mots, le crabe devient une vache qui se tient à moitié avachie au milieu des innombrables morceaux éclatés du meuble de lavabo.

Ce qui est fort fâcheux. Je reste interdit un instant, mais mon esprit rattrape vite ma stupeur et j'ai déjà calculé les conséquences. Je marmonne rapidement :

- Ça va coûter cher à réparer ça. Et puis, ça n'est pas comme si nous avions déjà de nombreuses factures pour la Congrégation... Car je ne suis pas sûr que l'assurance accepte « transformation inopportune de créanne en bovin » comme une bonne raison de nous rembourser...

La situation s'annonçait amusante, se venger d'un crabe qui se balade dans les canalisations, c'est sans conséquences. Mais comment pourrir la vie d'une vache apathique qui détruit non seulement le contenu de la bibliothèque de la Congrégation, mais aussi l'intérieur des toilettes ? Non, ça n'est pas une vengeance qu'il lui faudrait, mais bien une punition ! Cependant, je ne suis pas certain que nous puissions nous en occuper dès maintenant...

- L'idée de noyer un crabe est très séduisante, le projet de se venger d'une vache l'est tout autant, mais je dois avouer que, là, maintenant, c'est le concept de s'enfuir discrètement avant qu'on ne nous colle les réparations sur le dos qui m'attire le plus !

Oui, mieux vaut prendre la poudre d'escampette plutôt que d'être désignés comme les responsables de cet attentat à l'intégrité des water closets. Nous aurons peut-être une autre occasion de nous venger dans le futur ? J'observe la jeune prêtre-roi en attendant sa réaction, quant une idée me vient à l'esprit.

- Si tu es un prêtre-roi créateur, tu ne pourrais pas faire apparaître des lavabos de rechange ?

Je me rends bien compte que les pouvoirs des missionnaires sont censés servir des intentions plus nobles que l'entretien des lieux d'aisance, mais nous ne perdons rien à essayer ! Et puis, si cela ne marche pas, il y a déjà une autre possibilité qui apparaît dans mon esprit (en même temps qu'une envie d'essayer la recette de tarte au crumble aux fruits rouges, et qu'une hypothèse sur les créatures sylvestres et la couleur verte dans l'imaginaire populaire, car il y a toujours beaucoup de possibles qui s'ouvrent dans un coin de ma conscience). C'est ainsi que j'ajoute :

- Dans le pire des cas, elle n'a pas l'air de passer la porte sous sa forme de vache...

Je traverse la pièce en quelques enjambées pour vérifier.

- Elle est trop large, non, elle ne pourra pas sortir d'ici.

Un sourire quelque peu machiavélique traverse mon visage, et j'imagine à voix haute :

- Nous pourrions la laisser enfermée ici. Bien sûr, elle pourrait se retransformer en crabe pour sortir par les canalisations, mais cela ne nous empêche pas de trouver une vengeance à lui faire subir pendant qu'elle moisi ici...

Certes, la situation n'est pas idéale. Mais ça ne veut pas dire que nous ne pouvons pas la faire évoluer en notre faveur !

Voir le profil de l'utilisateur

Lynn
Messages : 389
Localisation : Avec moi-même.
Loisirs : Saupoudrer ta tête de paillettes ♥
Humeur : Joie et paillettes ♥
avatar
Lynn Hiems

Personnage...
Pouvoir: Inventeur, avoue t'es jaloux ! #ÇaRime
Dieu: Enlil
Age: 20 ans et toutes ses dents ~
Mar 30 Aoû - 15:07
Hé les gars, on parle à un crabe, on est carrément ridicules en fait ! Je sais même pas si cette créanne a un cerveau assez gros pour comprendre ce qu’on lui dit ! M’sieur Fray est très solennel, limite il est à une cérémonie. Une tâche à accomplir, oui oui oui. Bref, bye bye la tresse, joie et paillettes.

Enfin là, la partie joie, y a plus. Non mais l’autre a décidé de redevenir une vache, comme si elle avait eu une illumination divine. NON MAIS SERIEUX QUI A DECIDE DE GARDER C’TE CREANNE DANS L’ENCEINTE DE LA CONGREGATION, C’EST UN DANGER PUBLIC QUOI… enfin remarque, question danger public ici… on en parle de Renzo ?

Ouais non mais les assurances ici, de manière générale hein… faudrait créer une assurance gérée par des missionnaires, parce que bon entre les salles explosées parce que les dieux décident de se taper dessus, le cratère, ou encore les créannes qui font joujou dans les couloirs, allez trouver les excuses hein…

Je ris quand il me propose très délicatement qu’on se barre discrètement avant qu’on ait à financer les réparations. J’SUIS POUR ! Non parce que c’est pas que je suis carrément fauchée telle une étudiante se nourrissant de pâtes, mais presque !

Ouais j’suis pour ! Et euh pour les lavabos, techniquement je pourrais les recréer, mais déjà je suis pas sûre qu’ils soient vraiment reliés aux arrivées d’eau parce que bon, c’pas comme si j’étais une experte en plomberie, mais en plus ils tiendraient pas longtemps… et si le lavabo disparaît sous le nez d’un membre de l’administration ou quoi, bah ce sera cramé direct que ce sera un inventeur hein…

Je tourne les yeux vers la porte, un peu étroite pour une vache obèse de ce gabarit, que M’sieur Fray me désigne.

OK. On s’en va, alors.

On sort donc, je jette un œil à la créanne. Allez, bye bye chérie. J’espère qu’on viendra pas nous mettre sur le dos la faute de ce qu’il s’est passé ici.

J’espère qu’ils interpréteront ça comme deux filles prêtre-rois qui se seront battues dans les toilettes à cause de je-ne-sais quel garçon.

#Classique.

Mon regard se pose sur l’horloge en face.





OH MERDE

J’AVAIS OUBLIE

J’AI ENCORE UN COURS MOI CE SOIR

Quelle idée de faire des cours le soir aussi ! Et puis en plus vu comment Renzo m’en a parlé j’ai pas envie de me retrouver devant M’sieur Steek ou je sais pas qui d’autre parce que je sèche trop de cours hein ! Ah non mais c’est trop chiant, j’m’amusais bien moi là !

Je me retourne précipitamment vers le bibliothécaire.

Euuuuh j’suis vraiment désolée, j’aurais été ravie d’élaborer de super plans à l’encontre de cette créanne inutile, mais il faut vraiment que je retourne en cours ! C’est de l’étude comportementale des créannes en plus, avec un peu de chance je pourrai comprendre pourquoi celle-ci est stupide.

Très important.

Donc ce sera un plaisir de vous retrouver pour de nouvelles aventures, et avec un peu de chances ce sera pas dans le bureau de Steek pour avoir à réparer les dégâts.

Je tends les mains, et pour finir en beauté, fait apparaître une peluche de crabe, avant de lui fourrer dans les mains. Allez, cadeau ♥

Je me détourne, mais me ravise au dernier moment, me souvenant de quelque chose.

Ah oui. Et pas la peine de rajouter des escaliers, des escabeaux, des échelles ou que sais-je encore dans la bibliothèque, j’me débrouille très bien toute seule.

Je me retourne vraiment cette fois-ci, un grand sourire aux lèvres, avant de me barrer en courant vers le bâtiment de cours. Vers l’infini et au-delàààààààààà !


Voir le profil de l'utilisateur



Fray
Messages : 225
Localisation : Bibliothèque
Loisirs : Réciter des cosmogonies
Humeur : Dérangée
avatar
Fray Almovitsh

Personnage...
Pouvoir: aucun
Dieu: Non renseigné
Age: 35 ans
Mer 31 Aoû - 0:01

Le sujet des assurances me fait grincer des dents. Je marmonne :
- Oui, ou bien, créer un poste à temps pleins au sein de la Congrégation pour inventer des excuses afin de se faire rembourser...

Je trouve qu'on forme une plutôt bonne équipe pour ce qui est de l'imagination de nouveaux emplois, à nous deux, nous pourrions résoudre le problème du chômage à Stockholm... Oublions ces digressions et concentrons-nous sur l'essentiel ! J'écoute attentivement le raisonnement de Lynn, et les conclusions sont on ne peut plus claires :
- Mieux vaut fuir, en effet.

Je suis la jeune missionnaire hors de la pièce, sans accorder un dernier regard à la vache-crabe (elle ne le mérite pas). Quand Lynn imagine le scénario qui est censé couvrir nos méfaits, je lève un sourcil interrogateur. Je ne savais pas que, de nos jours, les combats à mains nues étaient de rigueur chez les jeunes pour se départager et gagner l'amour de l'élu de leur cœur... C'est plus original qu'une sortie au cinéma !
Je suis en train de réfléchir à l'évolution des rituels de flirt durant ces dernières décennies, quand je remarque que Lynn s'est arrêtée, l'air consterné. Je n'ai pas besoin d'attendre longtemps pour connaître la raison de son atterrement. J'ai un sourire amusé en entendant ses excuses et explications :

- Eh bien, ne perds pas une minute de plus ! Nous avons tout notre temps pour mettre en œuvre ces formidables plans à venir ! Je grimace un instant, lorsqu'elle mentionne le bureau de Steek. Certes non, je préférerais encore me retrouver au cratère pour nos futures péripéties. À la prochaine fois alors !

Je lève le bras pour la saluer, mais à peine ai-je commencé mon geste qu'un objet apparaît devant la jeune fille, et qu'elle s'empresse de placer entre mes mains. Je le tourne et le retourne pour mieux l'observer. C'est une peluche de crabe ! Pas besoin de partir à la pêche pour en ramener un chez moi. L'attention me touche, et je lui dis « Merci. », en la saluant avec la pince du crabe en peluche, que j'agite de la main droite.

Vive et rapide, elle se retourne, et sa silhouette juvénile se découpe nettement dans la lumière des couloirs de la Congrégation. Je m'apprête moi-même à faire demi-tour pour retourner à la bibliothèque (est-ce que les stagiaires seront encore en vie après cette absence prolongée de ma part ? Mystère...), quand elle tourne à nouveau sur elle-même pour me faire face une dernière fois. À ses mots, je ris franchement :
- Ah ça, oui, j'ai pu m'en rendre compte aujourd'hui, que tu n'as pas besoin de mon aide ! Mais qui sait, si un jour tu as besoin de t'adresser à quelqu'un, tu sais où me trouver. Bonne soirée Lynn.

Et la voilà qui repart en courant. Quel personnage ! Quel caractère ! Quelle énergie possède cette nouvelle génération ! J'ai l'impression de faire partie des « anciens » de la Congrégation, d'être du côté des professeurs, de l'administration, des responsables... mais le temps d'un après-midi avec Lynn, j'ai le sentiment d'être revenu du côté des étudiants, de ceux qui peuvent martyriser la bestiole du directeur et causer quelques dégâts, et toujours s'en sortir. Je devrais recommencer un de ces jours...

Voir le profil de l'utilisateur



Page 2 sur 2
  Aller à la page : Précédent  1, 2
Les Chroniques de Sumer :: La Congrégation :: Bibliothèque
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet